[EYROLLES] Les cahiers du programmeur - Java 1.4 et 5.0

les Cahiersdu Programmeur Emmanuel Puybaret Gratuit ! Borland JBuilder 2005 Foundation, Eclipse 3, Java, MySQL, Tomcat Versions complètes pour Windows...

16 downloads 694 Views 8MB Size

les Cahiers

du

Programmeur

Emmanuel Puybaret

Gratuit ! Borland JBuilder 2005 Foundation, Eclipse 3, Java, MySQL, Tomcat Versions complètes pour Windows, Linux et Mac OS X, sans limitation de durée.

e

3 édition

les Cahiers

du

Programmeur

Java

1.4 et 5.0

3e édition

Dans la même collection Les Cahiers du programmeur Jonathan PROTZENKO

XUL

Gimp 2 efficace N°11666, 2005, 362 pages.

N°11675, 2005, 320 pages

Embarqués dans l’excellent navigateur libre Mozilla Firefox, XUL et le framework XPFE de Mozilla ouvrent la voie à la création et au déploiement d’applications web riches s’appuyant, à la manière d’AJAX, sur les standards du Web (CSS, Javascript, XML, RDF…). Les Cahiers du programmeur Vincent CARON, Yann FORGERIT

C. GÉMY

SPIP 1.8

S. GAUTIER, C. HARDY, F. LABBE, M. PINQUIER, L. GODARD, E. BACHARD

OpenOffice.org efficace 2 N°11638, 2006, 420 pages avec CD-Rom. S. BLONDEEL, D. CARTRON, H. SINGODIWIRJO

Débuter sous Linux avec Mandriva

N°11428, 2005, 446 pages

N°11689, 2006, 530 pages, avec CD-Rom.

SPIP devient incontournable pour la réalisation de sites web collaboratifs auxquels tout un chacun doit pouvoir contribuer. Fondé sur PHP, MySQL, HTML et CSS, il offre un contrôle fin des étapes de création de contenus hiérarchisés.

V. GARCIA

Les Cahiers du programmeur

PHP/MySQL

et JavaScript

Home cinéma et musique sous Linux. N°11402, 2004, 200 pages. T. TRUBACZ

Firefox,

Retrouvez votre efficacité

Philippe CHALÉAT, Daniel CHARNAY et Jean-René Rouet

sur le Web !

N°11672, 2005.

N°11604, 2005, 210 pages, avec CD-Rom.

L’association de PHP/MySQL et de JavaScript offre au développeur un large éventail de possibilités pour réaliser, autour de formulaires HTML et de feuilles de styles CSS, des applications ergonomiques et performantes.

D. GARANCE, A.-L. QUATRAVAUX, D. QUATRAVAUX

Les Cahiers du programmeur PHP objet et XML Stéphane MARIEL – N°11234, 2004.

PHP 5

UML 2

UML est un outil simple et universel : nullement réservé aux applications Java ou C++, il peut servir à modéliser des sites Web marchands, dont la complexité en fait des candidats naturels à la modélisation. Toutes les étapes de conception sont décrites, abondamment illustrées et expliquées, à travers une démarche située à mi-chemin entre processus lourd et processus léger. Les Cahiers du programmeur Thomas PETILLON – N°11210, 2003.

Le mail sûr et sans spam

N°11609, 2005, 300 pages, avec CD-Rom. M.-M. MAUDET, A.-L. et D. QUATRAVAUX

SPIP 1.8 Créer son site avec des outils libres

L’étude de cas, une application IRC de rencontre sur le Web, tire parti de tout ce qu’offre PHP 5 : design patterns et objets, création de documents XML à la volée, transformation XSL pour des sites accessibles même depuis votre téléphone mobile, utilisation de SQLite… Les Cahiers du programmeur Pascal ROQUES – N°11770, 2006.

Thunderbird,

ASP.NET

Ce cahier décrit la mise en place d’une base de données publiée et éditable via ASP.NET en VB.NET et C#. Le développeur apprendra à manipuler des données XML, mettre en œuvre des services Web, sécuriser et déployer la base.

N°11605, 2005, 380 pages A.-L. QUATRAVAUX, D. QUATRAVAUX

Réussir un site web d’association… avec des outils gratuits N°11350, 2004, 280 pages.

Chez le même éditeur A. HABERT, C. BRAVO

Scripting windows N°11692, 2005, 352 pages. R. GOETTER

CSS 2

Pratique du design web

N°11570, 2005, 300 pages. R. HERTZOG

Debian GNU/Linux 2e édition (coll. Cahiers de l’Admin) – N°11639, 2005, 320 pages. B. MARCELLY, L. GODARD

Les Cahiers du programmeur

Java/XML

Renaud FLEURY, Caroline de VASSON – N°11316, 2005.

Au fil de la refonte d'un système d'information de site e-commerce, ce cahier illustre les meilleures pratiques J2EE à mettre en oeuvre tant pour la modélisation et la présentation de flux XML que pour la conception de services web.

Programmation OpenOffice.org Macros OOoBASIC et API N°11439, 2004, 700 pages. B. BOUTHERIN, B. DELAUNAY

Sécuriser un réseau Linux

Dans la collection Accès libre

2e édition, (coll. Cahiers de l’Admin) – N°11445, 2004, 188 pages.

B. CACCINOLO, L. DRICOT, J. MARKOLL, N. PERRIAULT, G. FABIO

E. DREYFUS

Ubuntu

BSD

N°11608, 2006, 360 pages, avec CD-Rom.

2e édition (coll Cahiers de l’Admin) – N°11463, 2004, 300 pages.

Emmanuel Puybaret

les Cahiers

du

Programmeur

Java

1.4 et 5.0

3e édition

Avant-propos

Configuration logicielle requise Les études de cas présentées dans cet ouvrage peuvent être reproduites sur toute machine qui supporte Java 1.4 (ou une version ultérieure de Java) et le système de gestion de bases de données MySQL, c’est-à-dire à peu près sur n’importe quel système, notamment Windows, Linux, Mac OS X, Solaris, HP-UX, AIX, SGI IRIX et FreeBSD. Ces études de cas en particulier ont été testées avec succès avec J2SE 5.0_06, MySQL 5.0.18 et Tomcat 4.1.31 sous Windows 98 SR2 / XP, Linux (distribution Knoppix 3.9) et Mac OS X (10.4).

© Groupe Eyrolles, 2004

Java est reconnu comme l’un des meilleurs langages de programmation objet. Cet ouvrage suit une démarche didactique progressive et vous aidera à comprendre la modélisation objet telle qu’elle est appliquée en Java et dans sa bibliothèque. Chaque concept est abordé isolément et accompagné d’une application simple et le plus possible concrète. Enfin, pour vous permettre de percevoir l’environnement Java dans sa globalité, cet ouvrage met en œuvre la création d’un forum de discussion.

Organisation de l’ouvrage Après une présentation des principales applications dans le premier chapitre, cet ouvrage est divisé en trois parties. La première partie couvre les fondements objet du langage Java : son architecture, la création de classes, la programmation de traitements et les mécanismes de réutilisation mis à disposition. • Le chapitre 2 présente les principes de la programmation objet et leur application dans l’architecture de Java avant d’aborder l’installation des outils de développement Java. • Le chapitre 3 est consacré à la création des classes et des objets, avec leurs méthodes et leurs champs. • Le chapitre 4 aborde la programmation des traitements d’une méthode grâce aux opérateurs et aux instructions de contrôle Java. • Le chapitre 5 explore les possibilités de la composition, de l’héritage et du polymorphisme pour créer l’architecture de vos classes.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Le code source des études de cas est proposé sur le CD-Rom qui accompagne cet ouvrage ou peut être téléchargé sur le site d’accompagnement, à l’adresse : B http://www.editions-eyrolles.com Si vous avez des remarques à faire ou si vous recherchez des informations complémentaires sur les sujets abordés dans cet ouvrage, n’hésitez pas à utiliser le forum prévu à cet effet à l’adresse : B http://www.eteks.com Les lignes de code réparties sur plusieurs lignes en raison de contraintes de mise en pages sont signalées par la flèche X. Les portions de texte écrites avec une police de caractères à chasse fixe et en italique, comme 9(56,21, signalent des informations à remplacer par un autre texte. Les appellations suivantes sont des marques commerciales ou déposées des sociétés ou organisations qui les produisent : • Java, JDBC, JSP, JVM, JDK, J2SE, J2EE, JavaBeans, Solaris de Sun MicroSystems, Inc. • Windows de Microsoft Corporation. • Mac OS X de Apple Computer Inc. • MySQL de MySQL AB.

Aux programmeurs C/C++ Vous connaissez déjà le C ou, mieux encore, le C++ et vous désirez apprendre Java ? Tant mieux, car ces langages ont des syntaxes proches, ce qui accélérera d’autant plus votre apprentissage de Java. Pour vous aider à passer du C++ à Java plus rapidement, vous retrouverez tout au long de cet ouvrage les principales différences qui distinguent ces deux langages sous forme d’apartés C++.

Aux programmeurs C# Comme C# et Java sont des cousins très proches, vous vous rendrez rapidement compte que passer de l’un à l’autre n’est pas une tâche très ardue. Les principales différences entre ces deux langages sont mentionnées dans les apartés C# et certains des apartés intitulés JAVA 5.0.

VI

La deuxième partie de l’ouvrage met en œuvre les classes principales de la bibliothèque Java dans diverses applications, avant d’aborder les mécanismes d’abstraction et de traitement d’erreurs. • Le chapitre 6 est consacré aux classes de la bibliothèque Java qui permettent de manipuler des textes et des dates, effectuer des calculs mathématiques ou gérer des tableaux et des ensembles d’objets. Ce chapitre introduit aussi les classes de base du forum de discussion. • Le chapitre 7 aborde des notions indispensables pour bien utiliser la bibliothèque Java, à savoir les classes abstraites et les interfaces. • Le chapitre 8 présente les exceptions, qui constituent le mécanisme de gestion des erreurs en Java. La troisième partie décrit comment exploiter en Java les informations enregistrées dans des fichiers ou une base de données en Java et exposer ces informations aux utilisateurs grâce à une interface homme machine. • Le chapitre 9 présente les possibilités offertes par Java pour lire et écrire des informations dans des fichiers sous forme de flux de données. • Le chapitre 10 consacré à la création d’interfaces utilisateur graphiques avec Swing, aborde comment mettre en page des composants Swing et gérer les interactions de l’utilisateur avec ces composants, puis la création d’une application de carnet d’adresses et d’une applet de calcul de mensualités d’emprunt. • Le chapitre 11 est consacré à la sauvegarde et à la lecture d’informations dans une base de données grâce à JDBC et SQL, avec une mise en pratique pour gérer dans MySQL les utilisateurs et les messages du forum de discussion. • Le chapitre 12 présente comment créer des pages HTML dynamiquement avec les servlets et les pages JSP sur un serveur tel que Tomcat. • Le chapitre 13 est consacré à la création de l’interface utilisateur du forum de discussion avec des pages JSP. • Le chapitre 14 montre les différentes façons d’exploiter XML en Java. • Le chapitre 15 explique comment ajouter au forum une applet de chat et la rendre réactive grâce aux fonctionnalités multitâches intégrées à Java.

À qui s’adresse cet ouvrage ? Que vous ayez peu de connaissances en programmation ou que vous maîtrisiez sur le bout des doigts les langages C, C++ ou C#, ce livre a pour objectif de vous apprendre à programmer en Java comme un « pro ». Les débutants comme les développeurs Java y trouveront une description des fonctionnalités clés de Java illustrées par des solutions prêtes à l’emploi et la programmation © Groupe Eyrolles, 2004

Avant-propos

d’un forum de discussion. La démarche pédagogique de cet ouvrage vous guidera d’autant mieux qu’il utilise une mise en page élaborée pour mettre en valeur l’information essentielle, en reléguant sous forme de nombreux apartés les compléments d’informations.

À propos de J2SE 5.0 Vous retrouverez tout au long de cet ouvrage les nouveautés majeures apportées par la version 5.0 de Java 2 Standard Edition sous forme d’apartés intitulés JAVA 5.0.

Remerciements Je tiens à remercier d’abord toutes les personnes de mon entourage qui m’ont soutenu dans ce travail de longue haleine, ne serait-ce que par leur curiosité... et particulièrement Diem My, Thomas et Sophie. J’aimerais remercier aussi les stagiaires de la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris et de l’ITIN qui m’ont permis d’expérimenter l’approche du langage Java exposée dans cet ouvrage.

À propos de J2SE 6.0 Aucune des nouveautés prévues à ce jour dans la version 6.0 de Java 2 Standard Edition, n’apportera de modifications aux bases fondamentales de Java qui sont abordées dans ce livre. Toutes les informations présentées dans cet ouvrage resteront donc d’actualité même si vous choisissez de travailler avec cette toute dernière version.

Finalement, un grand merci à l’équipe des Éditions Eyrolles, tout particulièrement à Muriel, Jean-Marie et Martine pour leur patience et leurs suggestions, ainsi qu’à Frédéric Baudequin, Régis Granarolo, Bernard Amade, Frédéric, Sophie, Eliza, et Gaël.

Emmanuel PUYBARET

© Groupe Eyrolles, 2004

VII

Table des matières AVANT-PROPOS .................................................................... V 1. PRÉSENTATION DES ÉTUDES DE CAS ........................................... 1 Applications isolées 2 Carnet d’adresses 2 Calcul des mensualités d’un emprunt 3 Forum de discussion 4 Principales fonctionnalités 4 Architecture technique 5 Module de messagerie instantanée (chat) 6 En résumé... 6

2. PRINCIPES DU LANGAGE ET INSTALLATION DE L’ENVIRONNEMENT ...... 7 Programmer en Java : une démarche objet 8 Du binaire à l’objet, 50 ans d’évolution de la programmation 8 Ce que fait un objet et comment il le fait… interface et implémentation 10 De l’analyse objet à l’écriture des classes Java 11 Écriture, compilation, exécution 11 À chaque besoin son environnement Java : applets, servlets, applications 12 Télécharger et installer les programmes pour développer en Java 14 Installation sous Windows 95/98/ME, NT, 2000/XP 15 Installation sous Linux 16 Installation sous Mac OS X 16 Télécharger, installer et utiliser la documentation 17 Tester l’installation : votre première application Java 18 Compilation de l’application 18 Les cinq erreurs de compilation les plus fréquentes 19 Exécution de l’application 20 Les trois erreurs d’exécution les plus fréquentes 21 En résumé... 22

3. CRÉATION DE CLASSES .......................................................... 23 Typer : pourquoi et comment ? 24 Types de données objet et références 25 Écrire une valeur littérale 25 Affectation de variable 26 Par l’exemple : déclarer et utiliser quelques variables 26 Encapsuler pour protéger les données des objets 28 Portée d’utilisation et durée de vie 29 Manipuler des chaînes avec les méthodes de la classe java.lang.String 30 Par l’exemple : construire un texte avec plusieurs chaînes 32 © Eyrolles, 2002

Définir une nouvelle classe 33 Structure d’un fichier .java 33 Commenter une classe 34 Déclarer les champs d’une classe 34 Déclarer les méthodes d’une classe 35 Paramétrage d’une méthode 35 Implémenter les méthodes 36 Par l’exemple : une classe simulant une télécarte 36 Créer des objets 39 Par l’exemple : une histoire de télécarte empruntée... 39 Initialiser les champs d’un objet 40 Initialiser un objet avec un constructeur 41 Par l’exemple : une classe simulant un service 42 Surcharger les méthodes et les constructeurs 44 Organiser les fichiers des classes 45 Automatiser la compilation avec un fichier de commandes 46 Exécuter une application 48 Simplifier l’écriture des classes avec import 48 Par l’exemple : afficher les unités restantes d’une télécarte 49 En résumé... 50

4. CONTRÔLE DES TRAITEMENTS AVEC LES OPÉRATEURS, BOUCLES ET BRANCHEMENTS .................................................. 51 Opérateurs à connaître 52 Conversions numériques avec l’opérateur de cast 54 Par l’exemple : conversion euro/franc français 55 Priorité des opérateurs 57 Par l’exemple : comparer la somme de montants convertis 57 Piloter le programme avec les instructions de contrôle : boucles et branchements 59 Tester et décider sur condition avec if et switch 59 Par l’exemple : convertir un nombre en toutes lettres 60 Répéter un traitement avec les boucles while, do et for 63 Par l’exemple : quelques calculs de probabilité classiques 65 En résumé… 68

5. RÉUTILISATION DES CLASSES .................................................. 69 Réutiliser en composant : la relation « a un » 70 Par l’exemple : une même adresse pour deux personnes 70 Réutiliser en héritant : la relation « est un » 72 Définir une sous-classe 73 Initialisation en deux temps pour les objets d’une sous-classe 73 Par l’exemple : alcoolisée ou non, choisissez votre boisson 74

IX

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Réutiliser en implémentant différemment : le polymorphisme 76 Relation « est un » et conversion de référence 76 Par l’exemple : boisson et boisson alcoolisée, ne mélangez pas les genres... 76 Modifier l’implémentation d’une méthode avec la redéfinition 78 Par l’exemple : changer de message 78 Modifier l’implémentation sans oublier la méthode redéfinie 79 Par l’exemple : calculer les intérêts d’un compte épargne 80 Réutiliser sans créer d’objet avec les méthodes de classe 81 Par l’exemple : afficher l’état d’un compte 82 Limiter la réutilisation avec final 84 Déclarer des constantes 85 Par l’exemple : tester le titre d’un contact 85 En résumé… 86

6. LES CLASSES DE BASE DE LA BIBLIOTHÈQUE JAVA ........................ 87 La super-classe de toutes les classes : java.lang.Object 88 La méthode equals 88 La méthode hashCode 88 La méthode toString 89 Forum : utilisateur du forum de discussion 89 Manipuler les chaînes de caractères (java.lang.String) 93 Forum : outils de traitement pour les textes du forum 93 Communiquer avec la machine virtuelle (java.lang.System) 96 Par l’exemple : ce que connaît la JVM de votre système… 97 Effectuer des calculs mathématiques (java.lang.Math) 98 Par l’exemple : quelques valeurs mathématiques remarquables 99 Utiliser un type primitif sous forme d’objet avec les classes d’emballage 99 Par l’exemple : calculer les mensualités d’un emprunt 100 Gérer la date et l’heure 103 Mémoriser la date et l’heure (java.util.Date) 103 Afficher la date et l’heure (java.text.DateFormat) 103 Forum : message du forum 104 Fixer et manipuler la date et l’heure (java.util.GregorianCalendar) 107 Par l’exemple : bon anniversaire ! 107 Les tableaux pour gérer des ensembles d’éléments 110 Déclarer et créer un tableau 110 Utiliser un tableau 111 Forum : générer le mot de passe d’un utilisateur 112 Par l’exemple : afficher les jours fériés de l’année 112 Tableau multidimensionnel 114 Manipuler les tableaux avec java.util.Arrays 115 Par l’exemple : trier les paramètres d’une application 116 Les collections pour gérer des ensembles d’objets 117 Listes ordonnées d’objets (java.util.ArrayList et java.util.LinkedList) 118 Par l’exemple : casier à bouteilles ou cave à vin ? 119 Ensembles d’objets uniques (java.util.HashSet et java.util.TreeSet) 120

X

Dictionnaires d’objets (java.util.HashMap et java.util.TreeMap) 120 Par l’exemple : organiser les définitions d’un glossaire 121 En résumé… 123

7. ABSTRACTION ET INTERFACE ................................................. 125 Créer des classes abstraites pour les concepts abstraits 126 Par l’exemple : comparer les surfaces de différentes figures 126 Séparer l’interface de l’implémentation 128 Définir une interface 129 Par l’exemple : donner un prix à un objet 130 Implémenter une interface 130 Par l’exemple : implémenter le prix d’un objet 131 Utilisation des interfaces 132 Conversion de référence, suite et fin 132 Par l’exemple : boisson ou service, tout se paie 132 Par l’exemple : l’addition s’il vous plaît ! 134 Implémenter l’interface java.lang.Comparable pour comparer deux objets 136 Par l’exemple : gérer l’ordre chronologique d’événements 136 Énumérer les éléments d’une collection avec l’interface java.util.Iterator 138 Par l’exemple : trier les événements d’un agenda dans l’ordre chronologique 139 Encapsuler pour protéger le type des objets d’une collection 141 Forum : gérer un ensemble d’utilisateurs 141 Manipuler les collections avec la classe java.util.Collections 142 Par l’exemple : quels numéros mettre dans ma grille de loto aujourd’hui ? 144 En résumé… 148

8. GESTION DES ERREURS AVEC LES EXCEPTIONS .......................... 149 La pile d’exécution, organisation et fonctionnement 150 Par l’exemple : calculer une factorielle 150 Gérer les exceptions 153 Même un programme simple peut cacher des erreurs 153 Intercepter une exception avec try catch 154 Par l’exemple : vérifier les erreurs de saisie 155 Déclencher une exception avec throw 156 Par l’exemple : surveiller les cas limites 156 Décrire un traitement final avec finally 159 Par l’exemple : finally, demander confirmation pour continuer 159 Catégories d’exceptions Java 160 Exceptions non contrôlées 160 Exceptions contrôlées 160 Manipuler une classe à l’exécution avec la réflexion 162 Créer une classe d’exception 166 En résumé… 166

9. LECTURE ET ÉCRITURE DE FICHIERS ......................................... 167 Explorer le système de fichiers (java.io.File) 168

© Eyrolles, 2002

10. INTERFACES UTILISATEUR AVEC SWING .................................. 189 Composants d’interface utilisateur 190 Mise en page des composants avec les layouts 191 Agencer les composants les uns à la suite des autres (java.awt.FlowLayout) 191 Par l’exemple : afficher des champs de saisie et leurs labels 192 Disposer les composants dans une grille (java.awt.GridLayout) 193 Par l’exemple : interface utilisateur d’un clavier de calculatrice 193 Placer les composants aux bords du conteneur (java.awt.BorderLayout) 194 Par l’exemple : interface utilisateur d’un éditeur de textes 195 Mise en page évoluée par combinaison de layouts 197 Par l’exemple : panneau de saisie des coordonnées d’un contact 198 À chaque système son look and feel 201 Interagir avec l’utilisateur grâce aux événements 203 Événements 203 Être à l’écoute des événements en implémentant un listener 203 Par l’exemple : quelle heure est-il ? 204 Utiliser les classes anonymes pour implémenter un listener 205 Par l’exemple : générer des tirages de loto 206 Par l’exemple : interface utilisateur d’un carnet d’adresses 208 Programmer une applet 210 Par l’exemple : bienvenue dans le monde des applets ! 212 Créer une interface utilisateur avec une applet 213 Par l’exemple : interface utilisateur du calcul de mensualité 213 En résumé... 216 © Eyrolles, 2002

11. CONNEXION À LA BASE DE DONNÉES AVEC JDBC .................... 217 Utilisation d’une base de données en Java 218 Se connecter à une base de données avec un driver JDBC 219 Par l’exemple : tester la connexion avec la base de données 220 Installation du SGBD MySQL 221 Sous Windows 221 Sous Linux 221 Sous Mac OS X 222 Installer le driver JDBC 222 SQL, le langage des bases de données 223 Principaux types de données 223 Mettre à jour les tables et les index 223 Modifier et rechercher les enregistrements d’une table 224 Programmation SQL avec JDBC 225 Utiliser une connexion JDBC (java.sql.Connection) 225 Exécuter des instructions SQL (java.sql.Statement) 225 Exploiter les résultats d’une sélection SQL (java.sql.ResultSet) 225 Par l’exemple : enregistrer les factures client 226 Obtenir des informations sur la base de données (java.sql.DatabaseMetaData) 228 Forum : gérer la connexion à la base de données 228 Paramétrer les instructions SQL d’accès à la base du forum (java.sql.PreparedStatement) 232 Forum : stocker utilisateurs et messages dans la base de données 232 En résumé... 238

12. PROGRAMMATION WEB AVEC LES SERVLETS, JSP ET JAVABEANS 239 Protocole HTTP et programme CGI 240 Principe de l’architecture client-serveur 240 Choisir un protocole pour communiquer 240 Adresse IP et port, point de rendez-vous des serveurs Internet 241 Requête HTTP vers une URL 241 Par l’exemple : afficher le contenu d’une URL dans une fenêtre Swing 242 Programme CGI 244 Utiliser un formulaire HTML pour paramétrer un programme CGI 244 Par l’exemple : un formulaire de recherche 245 Programmation d’une servlet sur le serveur 246 Classe javax.servlet.http.HttpServlet 246 Interface javax.servlet.http.HttpServletRequest 246 Interface javax.servlet.http.HttpServletResponse 247 Renvoyer du texte HTML avec une servlet 247 Par l’exemple : Bienvenue dans le monde des servlets ! 247 Installation de Tomcat 248 Lancement de Tomcat 250 Organiser les fichiers d’une application Web 251 Compilation d’une application Web 252 Mise en route d’une application Web 253

XI

Table des matières

Par l’exemple : rechercher les fichiers dans un dossier et ses sous-dossiers 169 Lire et écrire des données sous forme de flux 170 Mode d’accès aux données 171 Mode d’accès par flux de données 171 Mode d’accès aléatoire 172 Lecture avec les flux de données 172 Contrôler les erreurs sur un flux de données avec les exceptions 173 Par l’exemple : compter le nombre d’occurrences d’un caractère dans un fichier 175 Écriture avec les flux de données 176 Filtrage des données d’un flux 178 Par l’exemple : éliminer les commentaires d’un programme Java 182 Par l’exemple : compter les lignes de code d’un ensemble de fichiers Java 185 Configurer une application 187 Fichiers de traduction 187 Fichiers de préférences 188 En résumé... 188

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : exécuter la servlet de bienvenue 253 Cycle d’exécution de la servlet de bienvenue 254 Mise à jour d’une application Web 255 Créer l’interface d’une application Web avec les JavaServer Pages 258 Balises JSP pour inclure du contenu dynamique 258 Variables JSP prédéfinies 259 Par l’exemple : bienvenue dans le monde JSP 259 Exécuter la page JSP de bienvenue 260 Contrôle des erreurs dans une page JSP 260 Mise à jour des pages JSP 261 Utiliser les classes Java dans une page JSP 261 Utiliser les composants JavaBeans dans une page JSP 261 Par l’exemple : créer une liste de courses 264 Faire appel à d’autres pages JSP 265 En résumé… 266

13. INTERFACE UTILISATEUR DU FORUM ...................................... 267 Scénario d’utilisation 268 Scénario pour un utilisateur non identifié 268 Scénario pour un utilisateur identifié 268 Programmation des pages du forum 270 Organisation des pages du forum 270 Utilisation des classes des paquetages com.eteks.forum et com.eteks.outils 270 Identification de l’utilisateur 273 Page d’accueil 276 Inscription d’un utilisateur 278 Messages d’un sujet 280 Création de sujet, de message, et modification 282 Pages de saisie 282 Pages d’ajout et de modification de message 284 Quitter l’application 286 En résumé... 286

14. ÉCHANGER DES INFORMATIONS AVEC XML ............................ 287 Premiers contacts avec XML 288 Description d’un document XML 288 Par l’exemple : représenter une facture en XML 289 Document XML bien formé 290 Document XML valide et DTD 291 Créer une DTD 291 Par l’exemple : définir la DTD des factures 292 Utiliser une DTD dans un document XML 293 Par l’exemple : utiliser la DTD d’une facture dans un document XML 293 Analyser un document XML avec JAXP 294 Obtenir une instance d’un analyseur 294 Analyser un document avec SAX 295 Par l’exemple : rechercher les articles d’une facture 295 Vérifier la validité d’un document avec SAX 298 Par l’exemple : rechercher les erreurs dans un document XML 298

XII

Analyser un document avec DOM 301 Par l’exemple : rechercher le client d’une facture 301 Forum : rechercher les utilisateurs ou les messages d’un document XML 303 En résumé... 307

15. MESSAGERIE INSTANTANÉE AVEC LA PROGRAMMATION MULTITÂCHE 309 Gestion d’animations avec la classe javax.swing.Timer 310 Par l’exemple : afficher les nouvelles 310 Programmation d’un thread avec la classe java.lang.Thread 312 Implémenter la méthode run 313 Ajout d’un module de chat au forum de discussion 314 Interaction entre l’applet de chat et les pages JSP 315 Composants JavaBeans du serveur pour le chat 316 Ensemble des messages du chat 316 Message du chat 317 Ensemble des participants au chat 317 Date de la dernière lecture des messages 317 Pages JSP de gestion du chat 317 Arrivée d’un utilisateur dans le chat 317 Lecture des participants au chat 318 Lecture des messages du chat 319 Ajout d’un message dans le chat 320 Départ d’un participant du chat 321 Interface utilisateur du chat 321 Threads nécessaires au chat 325 Gestion de l’accès aux pages JSP du serveur 326 Page de lancement de l’applet 327 Intégration du chat au forum de discussion 327 Synchronisation du module de chat 328 États d’un thread 328 Synchroniser les traitements sur les données partagées 329 De la nécessité de synchroniser... 329 Synchroniser avec synchronized 330 Chat : synchroniser l’accès à la liste des participants 331 Synchroniser les traitements dans un ordre déterminé 334 Synchroniser avec wait et notify 334 Chat : synchroniser l’envoi des nouveaux messages aux applets 336 En résumé... 340

ANNEXES ............................................................................. 341 A. Types de licences logicielles 341 B. Fichiers du forum de discussion 342 C. Précisions sur les commentaires javadoc 344 D. Contenu du CD-Rom d’accompagnement 345 E. Erreurs de compilation les plus fréquentes 354 F. Glossaire 358 G. Bibliographie 360

INDEX ................................................................................. 361

© Eyrolles, 2002

Présentation des études de cas

1 SOMMAIRE

B Présentation des études de cas B Carnet d’adresses B Calcul de mensualités d’emprunt

B Forum de discussion B Messagerie instantanée (chat) MOTS-CLÉS

B Application B Java B Base de données B MySQL B Tomcat B Forum B Chat

Cet ouvrage décrit la création de différents types d’applications, depuis une simple application isolée mettant en pratique un concept Java, jusqu’au développement d’un forum de discussion développé sur plusieurs chapitres.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Applications isolées Le tableau 1-1 donne la liste des applications isolées (définies sur une ou deux sections qui se suivent) les plus intéressantes de cet ouvrage. Celles-ci pourront servir de socle pour le développement de vos propres applications. Tableau 1–1 Description des applications isolées

Titre de l’application

Chapitre

Description

Convertir un nombre en toutes lettres

4

Montre comment convertir en toutes lettres un nombre compris entre 0 et 99 en tenant compte des exceptions de la langue française.

Quelques calculs de probabilité classiques

4

Calcule quelques probabilités connues en appliquant les formules mathématiques du calcul combinatoire.

Calculer les intérêts d’un compte épargne

5

Montre comment organiser deux types de comptes bancaires, l’un simple et l’autre permettant de calculer des intérêts cumulés.

Ce que connaît la JVM de votre système

6

Affiche les informations que connaît un programme Java sur votre système et son organisation.

Bon anniversaire

6

Calcule le nombre de jours avant votre prochain anniversaire.

Afficher les jours fériés de l’année

6

Affiche la liste des jours fériés français d’une année choisie par l’utilisateur.

Organiser les définitions d’un glossaire

6

Montre comment associer, dans un glossaire, un mot ou une expression à la définition correspondante.

Trier les événement d’un agenda dans l’ordre chronologique

7

Explique comment trier automatiquement les événements d’un agenda.

Quels numéros mettre dans ma grille de loto aujourd’hui ?

7

Tire aléatoirement 6 nombres entre 1 et 49 et affiche les nombres tirés dans une grille de loto.

Calculer le nombre de lignes de code d’un programme

9

Calcule le nombre de lignes de code, hors commentaires et lignes vides, des fichiers sources situés dans un dossier et ses sous-dossiers.

Enregistrer les factures de clients

11

Crée une table de factures dans une base de données puis retrouve les factures d’un client.

Créer une liste de courses

12

Montre comment créer sur un serveur Web une liste de courses qui soit propre à chaque utilisateur du site.

Vérifier la validité d’un document XML

14

Vérifie si un document XML est bien formé et valide.

Afficher les nouvelles

15

Affiche un texte paramétrable défilant verticalement à l’écran.

Carnet d’adresses L’application de carnet d’adresses permet de saisir les coordonnées d’un ensemble de contacts et de les afficher à l’écran dans un tableau. Cette application vous montre comment créer une interface utilisateur avec les composants graphiques que vous avez l’habitude de trouver dans la plupart des applications de votre ordinateur : fenêtres, menus, boîtes de dialogue, champs de saisie... 2

© Groupe Eyrolles, 2004

La programmation de l’application de carnet d’adresses sera décrite au chapitre 10, « Interfaces utilisateur avec Swing ».

Calcul des mensualités d’un emprunt L’application de calcul de mensualités calcule le montant des mensualités et des intérêts d’un emprunt en fonction du capital emprunté, de la durée de l’emprunt et d’un taux d’intérêts. Figure 1–2

Calcul des mensualités d’un emprunt

Cette application sera développée aux chapitres 6 « Les classes de base de la bibliothèque Java » et 10 « Interfaces utilisateur avec Swing » : • Dans la section « Calculer les mensualités d’un emprunt » du chapitre 6, il vous est d’abord montré comment calculer des mensualités en fonction de valeurs saisies par un utilisateur. • L’interface utilisateur de cette application étant pour le moins rudimentaire (la saisie du capital, du taux d’intérêt et de la durée de l’emprunt se fait dans trois boîtes de dialogue affichées tour à tour), on montre en fin de chapitre 10 comment en faire une interface digne de ce nom.

© Groupe Eyrolles, 2004

3

1 – Présentation des études de cas

Figure 1–1

Saisie d’un contact dans l’application de carnet d’adresses

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Forum de discussion Le forum de discussion présenté dans cet ouvrage reprend les fonctionnalités principales des forums disponibles sur l’Internet. Il permet à une communauté d’utilisateurs de partager des informations sous la forme de messages qui sont enregistrés par un serveur Web. Ces messages sont regroupés par sujet, par exemple une question posée à la communauté ou un sujet de discussion lancé par un utilisateur. Les autres utilisateurs répondent à la question ou apportent leur contribution à la discussion lancée.

Principales fonctionnalités B.A.-BA Modérateur et netiquette Le modérateur a la charge de modifier les messages des auteurs qui ne respectent pas la netiquette, pour éviter qu’ils ne portent atteinte aux bonnes mœurs (insulte, diffamation...) ou aux droits des personnes (non-respect des droits d’auteur, diffusion d’informations confidentielles...). Ce rôle de modérateur est d’autant plus nécessaire que les auteurs signent leurs messages avec leur pseudonyme pour assurer leur anonymat et que les messages du forum présenté dans cet ouvrage sont lisibles par tous les utilisateurs identifiés ou pas.

La lecture des messages du forum est accessible à tout internaute connecté au serveur, mais la rédaction de nouveaux messages est réservée aux utilisateurs identifiés grâce à un pseudonyme et un mot de passe. Tout internaute peut devenir un membre de la communauté du forum en choisissant un pseudonyme unique. Une fois qu’un utilisateur est enregistré, le serveur lui attribue un mot de passe pour lui permettre de s’identifier avec le formulaire adéquat puis de contribuer au forum. Un utilisateur identifié peut rédiger de nouveaux messages et modifier au besoin le contenu de ses anciens messages, grâce aux formulaires de rédaction prévus. Ses messages peuvent venir en réponse à d’autres ou lancer un nouveau sujet de discussion, chacun étant automatiquement daté du moment de sa création et signé du pseudonyme de son auteur. Pour éviter toute dérive dans les messages contraire à la netiquette, un utilisateur spécial, le modérateur, a le droit de modifier tous les messages du forum.

Figure 1–3

Exemple de page du forum affichant les messages d’un sujet Le scénario complet d’utilisation du forum est décrit au début du chapitre 13, « Interface utilisateur du forum ».

4

© Groupe Eyrolles, 2004

1 – Présentation des études de cas

Architecture technique Le forum utilise une architecture qui fait intervenir les acteurs suivants : • un serveur de base de données, pour enregistrer les utilisateurs et leurs messages ; • un serveur Web programmé en Java, pour gérer l’accès à la base de données et répondre aux requêtes des utilisateurs ; • les navigateurs Web des utilisateurs, pour afficher les pages renvoyées par le serveur Web. Le forum présenté ici utilise la base de données MySQL et le serveur Java Tomcat, mais la portabilité d’un programme Java permet en fait de déployer le programme prévu initialement pour Tomcat sur n’importe quel serveur qui prend en charge les pages JSP. La base de données MySQL est elle aussi interchangeable avec la plupart des autres systèmes de gestion de base de données du marché grâce au paramétrage du driver JDBC prévu pour le forum et décrit dans le chapitre 13, « Interface utilisateur du forum ».

Le forum étant l’application la plus complète de cet ouvrage, il est développé sur plusieurs chapitres comme suit : • Une partie du chapitre 6 montre comment décrire en Java un utilisateur et un message du forum et comment programmer différents outils nécessaires au forum, notamment pour calculer un mot de passe de façon aléatoire. • La fin du chapitre 7 est consacrée à la description en Java d’un ensemble d’utilisateurs du forum. • Le chapitre 11 est presque entièrement consacré à la gestion de l’enregistrement et de la lecture des utilisateurs et des messages dans une base de données comme MySQL. • Le chapitre 13 montre comment intégrer les outils décrits dans les chapitres précédents pour créer dynamiquement les pages HTML de l’interface utilisateur du forum sur le serveur Web. • Le chapitre 14 présente comment retrouver une liste d’utilisateurs ou de messages dans des données au format XML. • Enfin, le chapitre 15 montre comment créer un module de chat qui exploite les données au format XML fournies par le serveur Web et comment l’intégrer au forum de discussion. L’organisation de tous les fichiers nécessaires au fonctionnement du forum et du chat ainsi que le diagramme UML de leurs classes sont présentés dans l’annexe B.

© Groupe Eyrolles, 2004

5

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Module de messagerie instantanée (chat) À la différence du forum de discussion, le module de messagerie instantanée (chat) permet à chaque utilisateur identifié de dialoguer en direct avec les autres utilisateurs de la communauté. Ainsi, un utilisateur du chat voit apparaître dans son navigateur les messages postés dès leur rédaction, et ce sans avoir à recharger la page dans son navigateur. Les conversations se déroulent « en temps réel » avec les autre utilisateurs. Figure 1–4

Exemple de conversation sur le chat

Le chat est développé au chapitre 15, « Messagerie instantanée avec la programmation multitâche » de cet ouvrage.

Ce module additionnel manipule aussi des notions d’utilisateur et de message et réutilise une partie des outils développés pour le forum.

En résumé... De la plus simple à la plus complexe, les applications développées dans cet ouvrage vous donnent un aperçu réaliste des possibilités de Java et de sa très riche bibliothèque. Ces applications, nous l’espérons, vous permettront de démarrer vos premières applications Java sur des bases solides.

6

© Groupe Eyrolles, 2004

Principes du langage et installation de l’environnement Desktop Application

2 SOMMAIRE

B Comprendre la démarche objet

B Vue d’ensemble sur l’architecture Java

JVM + Fichiers . class

Java intègre les concepts les plus intéressants des technologies informatiques récentes dans une plate-forme de développement riche et homogène. L’approche objet de ce langage, mais aussi sa portabilité et sa gratuité, en font un des outils de programmation idéaux pour s’initier à la programmation objet.

© Groupe Eyrolles, 2004

B Installation MOTS-CLÉS

B Objets et classes B JVM B JDK B javadoc

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Programmer en Java : une démarche objet Du binaire à l’objet, 50 ans d’évolution de la programmation B.A.-BA Vocabulaire de la programmation objet L’une des difficultés de la programmation en Java passe par l’utilisation des nombreux termes associés aux concepts de la programmation objet. Ces termes, décrits au fur et à mesure de cet ouvrage, sont repris dans le glossaire en annexe si vous voulez vous rafraîchir la mémoire en cas de besoin.

La programmation identifie les données d’une information et les traitements qui s’y appliquent puis les codifie pour les rendre compréhensibles par un ordinateur. Le microprocesseur d’un ordinateur ne manipulant que des instructions et des données codées en binaire, différents langages de programmation ont été créés pour permettre aux programmeurs de coder des concepts plus humains que des 0 et des 1. Le texte d’un tel programme est traduit par un compilateur ou un interpréteur en instructions que le microprocesseur peut alors exécuter. Compilation

011001 001001 10...

Exécution

Figure 2–1

Compilation et exécution d’un programme

Fichier contenant le texte d'un programme respectant la syntaxe d'un langage de programmation

Fichier exécutable contenant des instructions binaires du microprocesseur

REGARD DU DÉVELOPPEUR Les atouts de Java Mis au point par Sun Microsystems, Java est un langage de programmation utilisé dans de nombreux domaines. Son succès est dû à un ensemble de caractéristiques dont voici un aperçu : • Langage de programmation objet et fortement typé : contraignants pendant le développement, l’approche objet et le typage fort du langage Java rendent plus robuste un programme Java dès sa conception. • Syntaxe proche du C et C++ : en reprenant une grande partie de la syntaxe de ces deux langages, Java facilite la formation initiale des programmeurs qui les connaissent déjà. • Gestion de la mémoire simplifiée : le ramasse-miettes (garbage collector en anglais) intégré à Java détecte automatiquement les objets inutilisés pour libérer la mémoire qu’ils occupent. • Gestion des exceptions : Java intègre la gestion des exceptions autant pour faciliter la mise au point des programmes (détection et localisation des bogues) que pour rendre un programme plus robuste. • Multitâche : grâce aux threads, Java permet de programmer l’exécution simultanée de plusieurs traite-

8









ments et la synchronisation des traitements qui partagent des informations. Système de sécurité : Java protège les informations sensibles de l’utilisateur et le système d’exploitation de sa machine en empêchant l’exécution des programmes conçus de façon malintentionnée (contre un virus par exemple). Bibliothèque très riche : la bibliothèque fournie en standard avec Java couvre de nombreux domaines (gestion de collections, accès aux bases de données, interface utilisateur graphique, accès aux fichiers et au réseau, utilisation d’objets distribués, XML…, sans compter toutes les extensions qui s’intègrent sans difficulté à Java !) Exécutable portable : comme l’exprime l’accroche Write Once Run Anywhere, un programme Java, une fois écrit et compilé, peut être exécuté sans modification sur tout système qui prend en charge Java. Gratuit : développement gratuit avec les commandes de bases Java, ou certains outils plus évolués, et exécution gratuite des programmes.

© Groupe Eyrolles, 2004

Exemple 029(5 029(5 $''55

Ces instructions écrites en assembleur Motorola 68000 placent la valeur  dans le registre 5, la valeur  ( en hexadécimal) dans le registre 5, puis additionne les valeurs de ces deux registres. La programmation procédurale et structurée de langages comme le C, le Pascal…, identifie les groupes logiques de données et les procédures décrivant des suites cohérentes d’instructions. Exemple

Voici la trame d’un programme écrit en C qui pourrait être utilisé sur un téléphone SRUWDEOH pour l’DOOXPHU. Ce SRUWDEOH a ici pour données sa FDUWH6,0 et l’état de sa FRQQH[LRQ. W\SHGHIVWUXFW ^ FKDU FDUWH6,0 FKDUFRQQH[LRQ `3RUWDEOH YRLGDOOXPHU 3RUWDEOH WHOHSKRQH ^  ,QVWUXFWLRQV&jH[pFXWHUDXFRXUVGHODPLVHHQPDUFKH  `

La programmation orientée objet regroupe les groupes de données et les traitements qui s’y appliquent sous forme d’entités nommées objets. À un objet physique avec son état et son comportement correspond un objet informatique avec ses données et ses traitements. La programmation objet est aussi utilisée pour des concepts abstraits, par exemple la gestion de comptes bancaires. Le traitement d’un objet est programmé sous la forme d’un message.

Assembleur et langage d’assemblage On appelle assembleur le programme qui transforme en code binaire ou en exécutable un programme écrit en langage d’assemblage. Le langage d’assemblage se compose de mnémoniques (plus lisibles que le code binaire) représentant les instructions binaires d’un microprocesseur. Un programme directement écrit en langage d’assemblage exploite de façon optimale les capacités du microprocesseur mais n’est pas portable d’une puce à l’autre, chaque famille de microprocesseurs (Intel x86, PowerPC,...) ayant son propre jeu d’instructions.

B.A.-BA Hexadécimal En hexadécimal ou base 16, les nombres décimaux 10, 11, 12, 13, 14 et 15 sont représentés par les chiffres hexadécimaux A, B, C, D, E et F. La notation hexadécimale continue à être souvent utilisée en informatique pour manipuler les informations binaires des images ou de sons digitalisées, car elle est pratique pour noter chaque groupe de 4 bits ou chiffres binaires sous forme d’un seul chiffre hexadécimal. En voici quelques exemples : •  en décimal =  en hexa =  en binaire ; •  en décimal =  en hexa =   en binaire ; •  en décimal = )) en hexa =   en binaire ; •   en décimal =  en hexa =    en binaire.

À RETENIR Appeler un traitement d’un objet, c’est envoyer un message à cet objet.

Exemple

Un téléphone portable peut être représenté sous la forme d’un objet doté des messages suivants : DOOXPHU HWHLQGUH DSSHOHU QXPHUR

Le dernier message, DSSHOHU, est paramétrable. Il prend en paramètre un numéro de téléphone. © Groupe Eyrolles, 2004

Figure 2–2 L’objet 7pOpSKRQHSRUWDEOH et ses messages

9

2 – Principes du langage et installation de l’environnement

Les langages de programmation ont évolué pour permettre aux programmeurs d’utiliser des concepts de plus en plus proches de la réalité et du langage naturel. La programmation en assembleur a remplacé le codage en binaire des données par un codage en hexadécimal, et les instructions codées en binaire du microprocesseur par des instructions symboliques.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Ce que fait un objet et comment il le fait… interface et implémentation Programme Dans un programme objet, les objets sont mis en relation et communiquent entre eux par messages.

À chaque métier ses objets La liste des messages de l’interface d’un objet est fixée en fonction des besoins du programme où cet objet sera utilisé. Selon le type d’application, l’analyse des besoins peut aboutir à une interface différente pour un même objet. Par exemple, un téléphone portable pourrait être doté d’une interface objet avec les messages suivants : • pour le programme du téléphone : DOOXPHU HWHLQGUH DSSHOHU QXPHUR • pour l’application de l’exploitant du réseau : MRLQGUHJHW,G • pour le programme de gestion du fabricant du téléphone : JHW1XPHUR6HULH JHW3UL[ JHW'HVFULSWLI

Un objet est une boîte noire, munie d’une interface et de son implémentation. L’interface spécifie la liste des messages disponibles pour un objet donné, tandis que l’implémentation correspond à la programmation proprement dite des messages de l’objet avec ses données et ses traitements. On pourra souvent considérer que l’interface est la liste des services proposés par l’objet, et l’implémentation la manière de réaliser ces services. Quand un objet reçoit un message disponible dans son interface, les traitements implémentés par ce message sont exécutés. Un message reçu par un objet provoque souvent une réaction en chaîne. Par exemple, le message FOLF envoyé au bouton OK d’une boîte de dialogue enverra le message IHUPHU à la boîte de dialogue puis provoquera une action qui correspondra au choix proposé.

Figure 2–3 Ensemble d’objets d’un programme communiquant par messages

DANS LA VRAIE VIE Penser objet, une démarche qui demande de l’expérience Bien que basée sur un concept simple, la maîtrise de la programmation orientée objet et du mode d’analyse qui lui est associé ne va pas sans pratique et demande donc que l’on y consacre du temps. Voici les principales difficultés que vous aurez à surmonter : • L’identification des objets, pour un problème donné, requiert un niveau d’abstraction élevé. • Réfléchir à l’interface et aux messages des objets avant d’étudier leur implémentation n’est pas une démarche si naturelle qu’il n’y paraît et demande un bon esprit d’analyse. • Le découpage d’un problème en objets qui soient le plus indépendants possible les uns des autres permet

10

d’obtenir un programme plus simple à maintenir et des objets que l’on va pouvoir réutiliser dans plusieurs programmes. Cette démarche gagnante sur le long terme demande plus de temps d’analyse au départ. • Dans un programme où les objets sont mis en relation, les liens que l’on crée entre eux doivent être clairs et limités pour éviter une interdépendance trop complexe entre les objets. • Quand un message met en œuvre plusieurs objets, la décision d’ajouter le message à un objet plutôt qu’à un autre n’est pas toujours évidente à prendre.

© Groupe Eyrolles, 2004

Pendant la phase de conception des objets, on essaiera d’identifier des catégories d’objets ayant les mêmes messages et les mêmes types de données (par exemple, tous les téléphones portables, tous les boutons d’une boîte de dialogue). Plutôt que de programmer individuellement chaque objet avec ses messages et ses données, un développeur Java programme un modèle, ou classe, pour chaque catégorie d’objets et crée les objets à partir de leur modèle. Chaque classe implémente les messages et les types de données d’une catégorie d’objets. En fait, tout objet est créé à partir d’une classe (on dit aussi qu’un objet est une instance d’une classe) ; même un objet doté de messages et de types de données uniques est une instance unique d’une classe.

À RETENIR Terminologie Identifier une catégorie d’objets (mêmes messages, mêmes types de données), c’est identifier une classe avec ses membres (méthodes et champs).

Le concept de classe est très important puisqu’en Java tout se programme à l’intérieur des classes. Exemple

Un téléphone portable connecté à un réseau pourrait être représenté par les objets et classes suivants : [...] class Portable { [...] carteSIM; [...] void appeler(java.lang.String numero) { [...] } void eteindre() { [...] } void allumer() { [...] } }

[...] class Reseau { [...] void deconnecter(Portable telephone) { [...] } void connecter(Portable telephone) { [...] } }

Écriture, compilation, exécution De la conception à l’exécution d’un programme Java, on compte trois phases : 1 Écriture des classes dans des fichiers portant une extension MDYD 2 Compilation des fichiers MDYD avec la commande MDYDF. Le compilateur crée pour chaque classe un fichier d’extension FODVV contenant du code binaire (bytecode) spécifique à Java. Un fichier FODVV décrit une classe, ses champs, ses méthodes et les instructions des méthodes. © Groupe Eyrolles, 2004

Figure 2–4

Identification des classes correspondant aux objets portable et réseau

À RETENIR Programmer en Java, c’est donc : • écrire les classes du programme, leurs méthodes et leurs champs ; • instancier les classes (créer les objets du programme) ; • appeler les méthodes de ces objets (leur envoyer des messages).

11

2 – Principes du langage et installation de l’environnement

De l’analyse objet à l’écriture des classes Java

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

3 Lancement de la machine virtuelle Java ( JVM, pour Java Virtual

C++ Pas de variables ou de fonctions globales en Java La structure d’un fichier MDYD est très simple car il n’est permis de définir, au niveau global d’un fichier, que des classes, des interfaces (sortes de classes dont toutes les méthodes sont virtuelles pures) ou des énumérations (disponibles uniquement à partir de Java 5.0). Il n’existe pas en Java de notion de constante globale, de variable globale, de fonction globale, de macro, de structure, d’union ou de synonyme de type : GHILQH, VWUXFW, XQLRQ et W\SHGHI n’existent pas en Java. Les classes Java n’ont même pas besoin d’être déclarées dans des fichiers KHDGHU séparés pour les utiliser dans d’autres fichiers sources !

Machine). La JVM charge les fichiers FODVV nécessaires à l’exécution du programme et interprète le code binaire des instructions des méthodes en instructions du microprocesseur de la machine sur laquelle tourne le programme. Fichier Portable.java

class Portable { void allumer () { [...] } [...] }

Fichier Reseau.java class Reseau { [...] }

Fichier Portable.class cafe babe 0003 002d ... bytecode Java javac

Lancement JVM

JVM +

Fichier Reseau.class cafe babe 0003 002d ...

Fichiers .class

bytecode Java

C++ Pas d’édition de liens en Java Il n’y a pas de phase d’édition de liens en Java ; chaque classe d’un fichier FODVV peut être vue comme une petite DLL (Dynamically Linked Library) dynamiquement chargée à l’exécution par la JVM, la première fois qu’elle est utilisée.

C# Équivalent bytecode/JVM Le bytecode Java est l’équivalent du MSIL C# et la machine virtuelle Java l’équivalent du CLR C# (Common Language Run time).

Figure 2–5 Cycle de développement Java

À chaque besoin son environnement Java : applets, servlets, applications Les trois principaux environnements d’exécution Java (frameworks en anglais) sont les applications , les applets  et les servlets . Chaque environnement utilise une catégorie de classe et un point d’entrée différents ; le point d’entrée d’un programme est la méthode appelée par la JVM pour exécuter un programme.

 Application batch ou interface homme-machine lancée avec la commande java

Desktop Application JVM + Fichiers . class

Figure 2–6 Application Java

12

Une application s’exécute sur une machine isolée ou raccordée à un réseau. La JVM et les fichiers FODVV d’une application doivent être installés sur la machine. Le point d’entrée d’une application est la méthode PDLQ d’une classe respectant la syntaxe décrite ci-après. FODVV(GLWHXU ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^ 9RWUHSURJUDPPH ` `

© Groupe Eyrolles, 2004

GET /jmine.html

Client

Serveur Serveur HTTP Fichiers .html .class

Navigateur Décodeur HTML +

...

JVM

GET /JavaMine.class cafe babe 0003 002d ...

Une applet s’exécute dans une page HTML sur une machine cliente raccordée à un serveur Web. La JVM, installée sur la machine cliente, est lancée par le navigateur. Les fichiers FODVV d’une applet sont installés sur le serveur Web et téléchargés par le navigateur. Le point d’entrée d’une applet est la méthode LQLW d’une classe respectant la syntaxe décrite ci-après. SXEOLFFODVV-DYD0LQHH[WHQGVMDYD[VZLQJ-$SSOHW ^ SXEOLFYRLGLQLW ^ 9RWUHSURJUDPPH ` `

Figure 2–7 Applet Java

 Servlet lancée par une requête sur un serveur Web Serveur Serveur HTTP

GET /servlet/FindIt?search=java

Fichiers

Client

.html

CGI Serveur servlet

+

JVM

+ Fichiers .class

Resultats

  • Sun
  • Java SDK
  • ...


Figure 2–8 Servlet Java

Navigateur

Décodeur HTML

Une servlet s’exécute sur un serveur Web pour générer dynamiquement des pages HTML ou des images. La JVM et les fichiers FODVV d’une servlet doivent être installés sur le serveur Web. Le point d’entrée d’une servlet est la méthode GR*HW d’une classe respectant la syntaxe décrite ci-après. SXEOLFFODVV)LQG,WH[WHQGVMDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HUYOHW ^ SXEOLFYRLGGR*HW MDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HUYOHW5HTXHVWUHTXHVW MDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HUYOHW5HVSRQVHUHVSRQVH WKURZV MDYD[VHUYOHW6HUYOHW([FHSWLRQMDYDLR,2([FHSWLRQ ^ 9RWUHSURJUDPPH ` `

B.A.-BA Machine virtuelle Java (JVM) L’architecture d’exécution Java permet d’exécuter les instructions Java d’un fichier FODVV sur n’importe quelle machine avec la machine virtuelle (JVM) qui correspond à son système d’exploitation et son microprocesseur. La JVM Windows, par exemple, traduit les instructions Java en instructions Intel, la JVM Mac OS traduit les instructions Java en instructions PowerPC, etc.

© Groupe Eyrolles, 2004

13

2 – Principes du langage et installation de l’environnement

 Applet d’un fichier HTML lancée par un navigateur

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

VERSIONS Un mode de téléchargement enfin moderne Depuis la version 1.4.2, Java dispose d’outils modernes d’installation et de mise à jour. Il est maintenant possible soit de télécharger le JDK (ou le JRE) en un seul coup pour une installation off line, soit de télécharger un logiciel de quelques centaines de Ko dont le rôle est de télécharger le reste du JDK (ou du JRE) avant de l’installer. Une fois installée, la JVM est capable de se mettre à jour d’elle-même si une nouvelle version de Java est disponible sur le site de Sun Microsystems (sous Mac OS X, utilisez le module Mise à jour de logiciels du système).

Télécharger et installer les programmes pour développer en Java Les versions de Java pour les systèmes Windows, Solaris et Linux sont disponibles sur le site Internet de Sun Microsystems à http://java.sun.com. Sun fournit chaque version de Java sous deux formes : • L’une pour les développeurs : le JDK ( Java Development Kit) ou SDK (Software Development Kit) comprenant la machine virtuelle Java pour un système d’exploitation, la bibliothèque des classes Java et les commandes pour développer en Java. • L’autre pour les utilisateurs : le JRE ( Java Runtime Environment) comprenant la machine virtuelle Java et la bibliothèque des classes.

Moteur de recherche

Accès aux informations sur J2SE, J2EE, J2ME, XML...

Accès rapide au JRE

Accès rapide au téléchargement des dernières versions Figure 2–9

Page d’accueil http://java.sun.com

Accès aux derniers articles du site

Voici les instructions qu’il faut suivre pour installer le JDK fourni par Sun. 1 Téléchargez la version la plus récente du JDK. Ce fichier de plus de 40 Mo a un nom de la forme MGN9(56,2126H[W, où 9(56,21 représente une suite de chiffres séparés par des points (par exemple B), et 26 le système de destination du JDK (par exemple ZLQGRZVL). 2 Installez le JDK et ajoutez au 3$7+ de votre système le chemin d’accès au sous-dossier ELQ du JDK contenant les commandes Java comme cela est précisé ci-après. 14

© Groupe Eyrolles, 2004

Depuis sa première version en 1995, Sun Microsystems sort une version majeure de Java tous les 18 mois précédée de versions beta et pre release (Release Candidate) publiques. Chaque nouvelle version ajoute des fonctionnalités grâce à de nouvelles classes et améliore la vitesse d’exécution de Java : • 1995 : 1.0 (170 classes) • 1997 : 1.1 (391 classes) • 1998 : 1.2 (1462 classes) • 2000 : 1.3 (1732 classes) • 2002 : 1.4 (2367 classes) • 2004 : 1.5 ou 5.0 (2800 classes) Java respecte la compatibilité ascendante des classes, autorisant le fonctionnement des anciennes classes avec les versions les plus récentes. Depuis la version 1.2, la version standard de Java est dénommée J2SE (Java 2 Standard Edition) et la technologie Java s’est décomposée en trois éditions différentes : • J2SE (Java 2 Standard Edition) est destinée au marché des ordinateurs de bureau (desktop). • J2EE (Java 2 Enterprise Edition) a une bibliothèque de classes plus riche et est destinée au marché des serveurs d’entreprise prenant en charge les EJB (Enterprise JavaBeans). • J2ME (Java 2 Micro Edition) est une version allégée de Java qui n’est pas compatible avec J2SE et est dédiée au marché des téléphones portables, PDA, cartes de crédits…

VERSIONS Java 6.0 Contrairement à la version 5.0 du J2SE qui a entre autres choses, enrichi le langage Java de nouveaux éléments syntaxiques détaillés dans cet ouvrage, la version 6.0 du J2SE de nom de code Mustang n’apportera que des modifications à la bibliothèque standard Java. Jusqu’à sa finalisation prévue pour le courant 2006, le site suivant lui est dédié : B https://mustang.dev.java.net/

VERSIONS Sous Windows 95, Java 1.4.0 Sun ne proposant plus d’assistance technique pour Java sous Windows 95, seule une ancienne version de Java 1.4 est disponible en archive à l’adresse suivante : B http://java.sun.com/products/archive/j2se/ 1.4.0_04/

Installation sous Windows 95/98/ME, NT, 2000/XP ASTUCE Utilisation de DOSKEY

Sous Windows 95/98/ME 1 Exécutez le fichier d’installation MGN9(56,2126H[H et installez le JDK dans le dossier proposé &?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21. 2 Éditez le fichier &?$872(;(&%$7 et ajoutez-y la ligne : 3$7+ 3$7+µ&?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21?ELQµ

3 Redémarrez votre machine.

Sous Windows NT 1 Exécutez le fichier d’installation MGN9(56,2126H[H et installez le JDK dans le dossier proposé &?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21. 2 Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’icône de votre poste de travail et choisissez le menu Propriétés. 3 Choisissez l’onglet Environnement dans la boîte de dialogue des Propriétés. 4 Ajoutez la variable d’environnement 3$7+ avec la valeur : 3$7+&?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21?ELQ

Si la variable 3$7+ existe déjà, modifiez-la en ajoutant à la fin de sa valeur : &?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21?ELQ

5 Confirmez votre saisie en cliquant sur Modifier et fermez la boîte de dia-

Si elle n’y figure pas déjà, ajoutez aussi à votre fichier $872(;(&%$7 la ligne : '26.(< Cette fonctionnalité, disponible d’office sous Windows NT/2000/XP, Linux et Mac OS X, permet au système de mémoriser les commandes récentes. Dans une fenêtre de commandes, vous pouvez faire défiler ces commandes avec les flèches haut et bas.

B.A.-BA PATH Bien qu’il ne soit pas obligatoire de modifier le 3$7+ pour faire fonctionner Java, il vous est conseillé de respecter les instructions ci-contre pour simplifier l’utilisation des commandes Java. En effet, la variable d’environnement 3$7+ décrit la liste des dossiers parmi lesquels votre système va chercher un programme pour l’exécuter en ligne de commande quand vous ne donnez pas le chemin pour accéder à ce programme. Ceci vous permettra par exemple de lancer le compilateur Java avec la commande MDYDF au lieu de &?3URJUDP )LOHV?-DYD?MGN9(56,21?ELQ?MDYDF.

logue. © Groupe Eyrolles, 2004

15

2 – Principes du langage et installation de l’environnement

VERSIONS Les versions de Java depuis 1995

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Sous Windows 2000/XP 1 Exécutez le fichier d’installation MGN9(56,2126H[H et installez le JDK dans le dossier proposé &?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21. 2 Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’icône de votre poste de travail et choisissez le menu Propriétés. 3 Choisissez l’onglet Avancé dans la boîte de dialogue des Propriétés. 4 Cliquez sur le bouton Variables d’environnement. 5 Ajoutez la variable d’environnement 3$7+ avec la valeur : 3$7+&?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21?ELQ

B.A.-BA Environnements de développement intégrés (IDE) Java Dédiés au développement d’un programme Java, les IDE (Integrated Development Environment) Java simplifient grandement l’édition et la gestion d’un programme. Ils intègrent pour la plupart les fonctionnalités suivantes : • Éditeur de textes avec mise en couleur des motsclés Java, des commentaires, des valeurs littérales... • Complétion automatique (menus contextuels proposant la liste des méthodes d’un objet). • Génération automatique des dossiers nécessaires à l’organisation d’un programme et des paquetages des classes. • Intégration des commandes Java et de leurs options dans des menus et des boîtes de dialogue appropriés. • Débogueur pour exécuter pas à pas un programme en phase de mise au point. • Gestion de versions avec CVS ou d’autres outils. Les IDE les plus importants du marché et fonctionnant sur tous les systèmes d’exploitation : • Borland JBuilder http://www.borland.fr/jbuilder/ • Eclipse http://www.eclipse.org/ • IntelliJ IDEA http://www.intellij.com/idea/ • NetBeans http://www.netbeans.org/ • Oracle JDeveloper 10g http://otn.oracle.com/products/jdev • Sun Java Studio http://wwws.sun.com/software/sundev/jde/ Voir aussi en annexe une description de JBuilder et d’Eclipse fournis sur le CD-Rom qui accompagne cet ouvrage.

Si la variable 3$7+ existe déjà, modifiez-la en ajoutant à la fin de sa valeur : &?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21?ELQ

6 Confirmez votre saisie et fermez la boîte de dialogue.

Installation sous Linux 1 Ouvrez une fenêtre de terminal. 2 Déplacez-vous avec la commande FG dans le dossier où vous voulez ins-

taller le JDK. 3 Rendez le fichier MGN9(56,2126ELQ exécutable avec la commande : FKPRG[MGN9(56,2126ELQ

4 Exécutez le fichier d’installation MGN9(56,2126ELQ. 5 Éditez le fichier aEDVKUF et ajoutez-y les lignes : 3$7+ 3$7+FKHPLQYHUVMGN9(56,21ELQ H[SRUW3$7+

6 Redémarrez votre session.

Installation sous Mac OS X Le JDK est préinstallé sous Mac OS X et les commandes Java sont disponibles dans l’application Terminal sans avoir à modifier le PATH. Les mises à jour éventuelles de Java s’installent simplement avec le module Mise à jour de logiciels... du menu Pomme, mais la version maximale de Java que vous aurez à disposition varie en fonction de la version de Mac OS X de votre machine : sous Mac OS 10.4, la version la plus récente est Java 5.0, sous Mac OS 10.3, Java 1.4.2, sous Mac OS 10.2, Java 1.4.1. Pour les autres systèmes, consultez le site de leurs éditeurs respectifs. VERSIONS Sous Mac OS 9, le JDK 1.1.8 Le JDK 1.1.8 est la version la plus récente disponible pour Mac OS 9. Apple a préféré concentrer ses efforts de développement pour Java exclusivement sur Mac OS X.

16

© Groupe Eyrolles, 2004

La documentation des API Java (Application Programming Interface) décrit les fonctionnalités des classes de la bibliothèque Java. Elle se présente sous forme de fichiers HTML dont l’organisation permet de retrouver rapidement la description d’une classe et de ses méthodes grâce à de nombreux liens hypertextes. Cette documentation indispensable peut être consultée en ligne à http://java.sun.com/j2se/1.5/docs/api ou téléchargée pour la consulter hors connexion. Voici comment installer la documentation du J2SE, qui décrit les API Java entre autres choses. Téléchargez la documentation qui correspond à la version de votre JDK. Ce fichier de plus de 30 Mo a un nom de la forme MGN 9(56,21GRF]LS, 9(56,21 représentant une suite de chiffres séparés par des points (par exemple ). Décompressez le fichier avec l’outil de votre choix ou utilisez la procédure suivante pour décompresser la documentation : 1 Ouvrez une fenêtre de commandes (sous Mac OS X, démarrez l’application Terminal du dossier Applications/Utilitaires). 2 Déplacez-vous avec la commande FG dans le dossier d’installation du JDK ou dans un autre. 3 Décompressez le fichier de documentation MGN9(56,21GRF]LS en exécutant la commande : MDU[IFKHPLQYHUVMGN9(56,21GRF]LS

La documentation du J2SE est décompressée dans le sous-dossier GRFV. Liste des packages (classement thématique des classes) Frame principale : • Au départ, liste détaillée de tous les packages • Description d’une classe, de ses mé thodes et de ses champs après un clic sur une classe • Hiérarchie des classes • Index…

REGARD DU DÉVELOPPEUR Ne vous laissez pas impressionner ! Ne vous inquiétez pas devant la quantité d’informations que vous présente la documentation des API Java. Utilisez-la surtout comme outil de référence sur les classes Java et leurs méthodes. La documentation des API montrée par la capture d’écran de la figure 2-10 s’obtient en cliquant successivement sur les liens API & Language Documentation puis Java 2 Platform API Specification de la page LQGH[KWPO du dossier d’installation de la documentation du J2SE. Ajoutez la page des API Java tout de suite à vos favoris/ signets/bookmarks et apprenez à vous en servir car vous en aurez souvent besoin.

ATTENTION Mise à jour du PATH Si le système vous indique que la commande MDU est inconnue, vérifiez que le 3$7+ a été correctement modifié en exécutant la commande : • Sous Windows : 3$7+ • Sous Linux : HFKR3$7+ Le texte affiché doit refléter les modifications opérées sur le 3$7+ dans le point précédent. Pour que toute modification du 3$7+ soit prise en compte dans une fenêtre de commande, il vous faut : • sous Windows 95/98/ME, redémarrer votre machine, • sous Windows NT/2000/XP, ouvrir une nouvelle fenêtre de commande, • sous Linux, exécuter la commande : VRXUFH aEDVKUF

POUR ALLER PLUS LOIN Autres documentations Parmi les nombreuses documentations en anglais fournies par Sun Microsystems sur son site, notez bien les deux suivantes à ne pas manquer : • Java Tutorial : cours sur Java très complet et régulièrement mis à jour. • Java Language Specification : spécifications détaillées du langage.

• Au départ, liste de toutes les classes • Liste des classes d’un package après un clic sur un package

Figure 2–10 Documentation des API Java

© Groupe Eyrolles, 2004

17

2 – Principes du langage et installation de l’environnement

Télécharger, installer et utiliser la documentation

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

JAVA Commandes du JDK les plus utilisées Voici un aperçu des commandes du JDK qui sont le plus utilisées. Ces commandes se lancent dans une fenêtre de commandes ou un terminal Unix : • MDYDF : le compilateur Java vérifie la syntaxe du (des) fichier(s) MDYD passé(s) en paramètres et génère un fichier FODVV pour chacune des classes qu’ils contiennent. • MDYD : cette commande lance la machine virtuelle Java qui charge la classe passée en paramètre puis appelle sa méthode PDLQ. • DSSOHWYLHZHU : cette commande lit le fichier HTML passé en paramètre puis affiche dans une fenêtre l’applet de chaque balise DSSOHW! de ce fichier. • MDU : cette commande crée et lit des archives au format ZIP.

• MDYDGRF : cette commande génère la documentation au format HTML d’un ensemble de classes à partir de leurs commentaires au format javadoc. C’est avec cet outil que la documentation des API Java est créée. Chaque commande Java propose un ensemble d’options repérable au tiret (-) qui les précède. La liste de ces options s’obtient en tapant une commande Java seule dans une fenêtre de commandes ou en cliquant sur le lien Tool Docs de la documentation du J2SE. Par exemple, la version de la JVM est obtenue en tapant la commande : MDYD²YHUVLRQ

Bien sûr, ces commandes et le paramétrage de leurs options sont intégrées dans les IDE Java disponibles sur le marché.

Tester l’installation : votre première application Java JAVA Espace, retour à la ligne et casse Les espaces, retours à la ligne, tabulations, ne sont pas significatifs en Java sauf pour séparer un mot d’un autre. En revanche, vous devez faire attention à la casse des lettres (minuscule ou majuscule) dans un programme, car Java traite différemment une lettre selon qu’elle est écrite en minuscule ou en majuscule.

Recopiez le programme suivant dans un fichier texte dénommé %LHQYHQXHMDYD. Respectez la casse des caractères du fichier et son extension MDYD. EXEMPLE Bienvenue.java FODVV%LHQYHQXH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV  ^ MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO%LHQYHQXH  ` `

SOUS WINDOWS Ouverture d’une fenêtre de commandes

Cette application  affiche dans une boîte de dialogue le texte Bienvenue .

L’un des moyens les plus simples pour ouvrir une fenêtre de commandes sous Windows consiste à sélectionner l’élément Exécuter dans le menu Démarrer, puis de taper FRPPDQG sous Windows 95/98/ME ou FPG sous Windows NT/2000/XP.

Compilation de l’application

Figure 2–11

Icônes de la fenêtre de commande sous Windows 98 sous Windows XP

du Terminal sous Mac OS X

18

Pour compiler le fichier %LHQYHQXHMDYD : 1 Ouvrez une fenêtre de commandes (sous Mac OS X, démarrez l’application Terminal du dossier Applications/Utilitaires). 2 Déplacez-vous avec la commande FG dans le dossier où se trouve le fichier %LHQYHQXHMDYD 3 Exécutez la commande suivante : MDYDF%LHQYHQXHMDYD

Si votre programme est correctement compilé, la commande MDYDF n’affiche aucun message et crée le fichier %LHQYHQXHFODVV dans le dossier du fichier %LHQYHQXHMDYD. Si le compilateur détecte une erreur, un texte décrivant l’erreur apparaît à l’écran. Remontez toujours à la première erreur du texte généré par MDYDF, car les dernières erreurs sont souvent liées aux premières erreurs de la liste. © Groupe Eyrolles, 2004

2 – Principes du langage et installation de l’environnement

Les cinq erreurs de compilation les plus fréquentes 1 Commande inconnue

Sous Windows 95/98/ME : &RPPDQGHRXQRPGHILFKLHULQFRUUHFW

3

Commande MDYDF inconnue

3

Commande MDYDF inconnue

3

Commande MDYDF inconnue

3

Impossible de lire le fichier %LHQYHQXHMDYD.

3

MDYDF ne connaît pas l’argument %LHQYHQXH.

3

MDYDF s’attend à trouver le caractère cité (ici ) mais ne l’a pas trouvé.

3

MDYDF ne retrouve pas le symbole cité, ici VWULQJ. Cette erreur peut survenir dans de nombreux cas : mauvais nom de paquetage, de classe, de champ, de méthode, de variable, mauvais paramètres d’une méthode, casse incorrecte...

Sous Windows NT/2000/XP :

MDYDF Q HVWSDVUHFRQQXHQWDQWTXHFRPPDQGHLQWHUQH RXH[WHUQHXQSURJUDPPHH[pFXWDEOHRXXQILFKLHUGHFRPPDQGHV

Sous Linux : MDYDFFRPPDQGQRWIRXQG

La modification que vous avez apportée au 3$7+ est incorrecte, ce qui empêche le système de retrouver la commande MDYDF. Vérifiez le 3$7+ et modifiez-le comme indiqué précédemment. 2 Fichier absent HUURUFDQQRWUHDG%LHQYHQXHMDYD

Vérifiez que le dossier courant contienne bien le fichier %LHQYHQXHMDYD. Renommez le fichier exactement comme cela en cas de besoin, ou changez de dossier courant pour aller dans le dossier où se trouve le fichier. 3 Argument inconnu MDYDFLQYDOLGDUJXPHQW%LHQYHQXH 8VDJHMDYDFRSWLRQV!VRXUFHILOHV! 

N’oubliez pas l’extension MDYD des fichiers. 4 Syntaxe : symbole oublié %LHQYHQXHMDYD  H[SHFWHG UHFRSLHGHODOLJQH

Il vous faut certainement vérifier que vous ayez bien écrit le caractère attendu. 5 Symbole introuvable %LHQYHQXHMDYDFDQQRWUHVROYHV\PERO V\PEROFODVVVWULQJ ORFDWLRQSDFNDJHODQJ UHFRSLHGHODOLJQH

Vérifiez l’orthographe du symbole cité, ici VWULQJ qui doit s’écrire 6WULQJ. Autres erreurs de compilation Voir aussi en annexe une liste plus complète des erreurs de compilation les plus fréquentes.

© Groupe Eyrolles, 2004

19

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

JAVA main et showMessageDialog Les termes qui accompagnent les méthodes PDLQ et VKRZ0HVVDJH 'LDORJ seront expliqués au fur et à mesure de cet ouvrage. Il s’agit là des seuls termes qu’il vous soit demandé d’admettre dans un premier temps, la démarche de cet ouvrage étant de décrire systématiquement chaque élément de la syntaxe de Java avant sa première utilisation dans un programme. C++ Différences sur le main Le point d’entrée d’une application porte les mêmes noms en Java et en C++, mais c’est bien là leur seule ressemblance ! En effet, comme il est interdit de définir une fonction globale en Java, le point d’entrée d’une application doit être une méthode PDLQ définie dans une classe et cette méthode doit être déclarée comme dans la classe %LHQYHQXH. C’est la raison pour laquelle les applications de cet ouvrage sont définies dans des classes utilisées uniquement comme contenant de leur PDLQ. Cette architecture permet de créer et de faire cohabiter n’importe quel nombre de classes définissant une méthode PDLQ. La classe

dont le PDLQ est utilisée comme point d’entrée est alors déterminée au lancement de la JVM avec la commande MDYD. C# Différences sur le main Pour être utilisable comme point d’entrée d’une application Java, la méthode PDLQ d’une classe doit toujours être écrite tout en minuscules et être précédée de SXEOLF VWDWLF YRLG. Elle doit aussi déclarer en paramètre un tableau de chaînes de caractères, même s’il ne sert pas dans l’application.

Figure 2–12 Application %LHQYHQXH

Exécution de l’application Exécutez ce programme avec la commande suivante : MDYD%LHQYHQXH

Une fois que la fenêtre affichant Bienvenue est à l’écran, cliquez sur Ok. Si vous utilisez une version antérieure à Java 5.0, il vous faudra arrêter la JVM en tapant simultanément sur les touches Ctrl et C de votre clavier (nous verrons plus avant comment procéder pour quitter plus simplement un programme). B.A.-BA Commandes système les plus utiles Comme cet ouvrage prône l’utilisation de la ligne de commande pour débuter en Java, voici une liste des commandes les plus utiles sous Windows comme sous Unix (ce qui comprend Linux et Mac OS X). Toute manipulation des fichiers et des dossiers (création, copie, renommage, suppression) via le bureau de votre système, l’Explorateur Windows ou le Finder Mac OS X est immédiatement disponible dans toute fenêtre de commandes ou tout terminal ouvert.

20

Effet

Sous Windows

Sous Unix

Lister les fichiers du dossier courant

GLU

OV

Lister les fichiers d’extension MDYD

GLU MDYD

OV MDYD

Lister les fichiers d’un dossier

GLU GRVVLHU

OV GRVVLHU

Changer de dossier

FG GRVVLHU

FG GRVVLHU

Copier un fichier

FRS\ ILFKLHU ILFKLHU

FS ILFKLHU ILFKLHU

Renommer un fichier ou un dossier

UHQ ILFKLHU ILFKLHU

PY ILFKLHU ILFKLHU

Supprimer un fichier

GHO ILFKLHU

UP ILFKLHU

Créer un dossier

PG GRVVLHU

PNGLU GRVVLHU

Supprimer un dossier vide

UG GRVVLHU

UPGLU GRVVLHU

© Groupe Eyrolles, 2004

Si une erreur survient lors de l’exécution du programme, une exception est déclenchée empêchant généralement la JVM de poursuivre son exécution. 1 Définition de classe non trouvée (1) ([FHSWLRQLQWKUHDGPDLQMDYDODQJ1R&ODVV'HI)RXQG(UURU%LHQYHQXH FODVV

3

la JVM n’a pas trouvé la définition de la classe %LHQYHQXH.

3

la JVM n’a pas trouvé la définition de la classe %LHQYHQXH

3

la JVM n’a pas trouvé la méthode PDLQ

Vous avez dû taper la commande MDYD %LHQYHQXHFODVV (la commande MDYD demande en paramètre une classe pas un fichier). 2 Définition de classe non trouvée (2) ([FHSWLRQLQWKUHDGPDLQMDYDODQJ1R&ODVV'HI)RXQG(UURU%LHQYHQXH

Vérifiez que le dossier courant contienne bien un fichier %LHQYHQXHFODVV. Si le problème persiste, assurez-vous que la variable d’environnement &/$663$7+ soit égale à rien. 3 Méthode PDLQ non trouvée ([FHSWLRQLQWKUHDGPDLQMDYDODQJ1R6XFK0HWKRG(UURUPDLQ

Vérifiez la déclaration de la méthode PDLQ puis recompilez le programme.

REGARD DU DÉVELOPPEUR Quel éditeur utiliser pour débuter ? Bien que cet ouvrage présente en annexe les fonctionnalités de deux des IDE les plus puissants, il vous est conseillé dans un premier temps d’apprendre Java en vous servant d’un éditeur de textes et de la ligne de commande. Cette approche vous évitera de vous laisser noyer par toutes les possibilités de ces IDE, tout en vous permettant de mieux comprendre comment s’organisent les fichiers d’un programme et comment s’utilisent les options des commandes Java que l’on retrouve dans les boîtes de dialogue des IDE. Toutefois, si le Bloc-notes Windows (notepad.exe) ou TextEdit sous Mac OS X conviennent pour éditer quelques lignes de code, rien que l’absence de numéros de lignes dans ces éditeurs risque de vous pénaliser pour corriger les erreurs de compilation qui y font référence. Utilisez plutôt un éditeur de textes plus élaboré comme ceux de la liste suivante, gratuits et peu consommateurs de mémoire : • ConTEXT sous Windows, disponible à http://www.context.cx/ et sur le CD-Rom qui accompagne cet ouvrage (si l’anglais vous gêne, les options de cet éditeur permettent de choisir un affichage en français) ; • KEdit sous Linux (ou vi si vous le préférez) ; • Xcode sous Mac OS 10.3 ou ProjectBuilder sous Mac OS 10.2 (fournis avec les outils de développement du système).

© Groupe Eyrolles, 2004

ASTUCES Simplifiez-vous la vie avec les raccourcis ! Tous les systèmes d’exploitation reproduisent le nom d’un fichier avec son chemin dans une fenêtre de commandes si vous glissez-déposez (drag and drop) l’icône de ce fichier dans la fenêtre. Très pratique aussi, vous pouvez utiliser le copier/coller dans une fenêtre de commandes via son menu contextuel. Finalement, Windows XP et Unix proposent la complétion automatique sur les fichiers et les dossiers dans une fenêtre de commandes pour vous éviter d’écrire entièrement leur nom : après avoir tapé les premières lettres d’un fichier, laissez le système compléter son nom en appuyant sur la touche de tabulation.

21

2 – Principes du langage et installation de l’environnement

Les trois erreurs d’exécution les plus fréquentes

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

REGARD DU DÉVELOPPEUR Performances de la JVM, portabilité Les performances de Java, langage principalement interprété, dépendent essentiellement de la machine virtuelle Java (JVM). Elles ont souvent été décriées par rapport à d’autres langages objet compilés tel que C++. Ce reproche est de moins en moins fondé : • Les performances de la JVM dépendent étroitement des performances matérielles des machines (mémoire et processeur) et celles-ci ne cessent de progresser. • Sun optimise régulièrement le système de gestion automatique de la mémoire (ramasse-miettes). Ainsi dans Java 1.4, le ramasse-miettes a-t-il été revu, ce qui a permis de bien meilleures performances, surtout sur les machines multi-processeurs. • L’apparition de compilateurs « juste à temps » (JIT, Just In Time compilers en anglais) avec le JDK 1.1 a permis d’améliorer les performances. Une JVM classique interprète au fur et à mesure chaque instruction du bytecode Java en instructions du processeur de la machine, sans garder de trace de cette interprétation. En revanche, une JVM avec un compilateur JIT traduit à la volée (on-the-fly) le bytecode d’une méthode en instructions du processeur, garde en mémoire le résultat de cette traduction, puis exécute directement ces instructions chaque fois que nécessaire. Bien que cette compilation initiale ralentisse l’exécution d’une méthode à son premier appel, le gain en performances est d’autant plus grand qu’une méthode est exécutée plusieurs fois ou qu’elle contient des boucles d’instructions. Pour vous convaincre de l’efficacité du compilateur JIT, vous pouvez essayer vos applications Java en mode interprété pur grâce à l’option ;LQW de la commande MDYD pour voir la différence !

• Pour utiliser de façon optimale le compilateur JIT, la technologie HotSpot apparue avec J2SE 1.3 décide de façon intelligente s’il vaut mieux compiler une méthode avec le compilateur JIT ou bien l’interpréter car le temps perdu pour cette compilation n’en vaudrait pas la peine. B http://java.sun.com/products/hotspot/

Et qu’en est-il de la portabilité des programmes Java, l’un de ses atouts les plus mis en avant ? Dans les faits, le passage d’un même programme Java d’un système d’exploitation à l’autre sans la moindre modification ne pose généralement aucun problème pour les programmes à base de servlets/JSP comme les serveurs Web. Économiquement, cet argument est très intéressant pour les entreprises qui développent des serveurs pour Internet : ceci leur permet de mettre à disposition des développeurs de simples ordinateurs sous Windows, Linux ou Mac OS au lieu de multiplier à grands frais les clones du serveur où sera déployé le programme final. Du côté des programmes qui mettent en œuvre une interface utilisateur graphique avec les composants Swing ou AWT, les éventuels problèmes de portabilité se posent plus sous la forme d’une intégration correcte aux différents systèmes d’exploitation (et aux navigateurs pour les applets). Vous devez donc prendre le temps d’étudier les spécificités de chaque système et adapter si nécessaire votre programme pour respecter le plus possible leurs différences, tout en gardant le même code Java.

JAVA 5.0 Optimisation de la JVM Apparu avec Java 5.0, le partage de classe (Class Data Sharing) entre plusieurs JVM a pour but de réduire le temps de lancement des programmes Java (surtout pour les plus petits) et la quantité de mémoire nécessaire à leur fonctionnement. Pour ce faire, le programme d’installation de Java crée un fichier qui contient la représentation en mémoire des classes de la bibliothèque standard Java, ce qui accélère ensuite le temps de chargement de ces classes et permet de les partager entre différentes JVM en train de tourner simultanément. Le partage de classe n’est pas pris en charge sous Windows 95/98/ME.

22

En résumé... Après avoir passé en revue les concepts de base de la programmation orientée objet, ce chapitre vous a montré comment ils se traduisent dans l’architecture Java. Les outils de développement Java étant installés, on peut maintenant étudier comment créer des classes et manipuler des objets...

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Création de classes Classe

com.eteks.outils.Telecarte50

SOMMAIRE

B Typer B Encapsuler

package com.eteks.outils; /** * Telecarte de 50 unites. */ public class Telecarte50 { private int unites = 50; public void debiterUnites (int debit) { int nouveauCredit = this.unites - debit; this.unites = nouveauCredit; }

unites

public int getUnites () { return this.unites; } }

Avec Java, on peut créer des classes robustes grâce à un typage fort et au procédé de l’encapsulation. À partir des classes et des objets créés dans ce chapitre, nous allons voir comment il convient de mettre en œuvre ces principes et d’organiser les fichiers d’un programme.

© Groupe Eyrolles, 2004

B Créer une classe et ses objets B Organiser les fichiers des classes MOTS-CLÉS

B Type B Encapsulation B class B this B Constructeur B javac B import

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Typer : pourquoi et comment ? Il y a quatre catégories de données Java : les valeurs littérales pour manipuler une valeur fixe comme   D ; les variables locales pour stocker des valeurs temporaires utilisées dans les calculs d’une méthode ; les paramètres de méthode pour paramétrer une méthode ; les champs pour stocker les valeurs décrivant l’état d’un objet. C++ Pas de unsigned, typedef et sizeof en Java Le seul type entier non signé Java est le type FKDU. Pour éviter toute confusion sur le type d’une variable, il n’existe aucun équivalent en Java des synonymes de type avec W\SHGHI. Comme tous les types primitifs ont une taille fixe en Java, l’opérateur VL]HRIn’existe pas.

Chacune de ces données Java est dotée d’un type, soit primitif (numérique, caractère, booléen) soit objet. Le type d’une donnée est utilisé d’une part pour calculer la taille de son espace de stockage, et d’autre part pour déterminer les opérations qu’il est possible de lui appliquer avec les opérateurs Java, sans provoquer d’erreur de compilation ni d’exécution. Tableau 3–1 Types primitifs de Java

Type

Description

E\WH

entier signé sur 8 bits (valeurs de – 128 à 127)

VKRUW

entier signé sur 16 bits (valeurs de – 32 768 à 32 767)

C++ Le type char Java est sur 16 bits

LQW

entier signé sur 32 bits (valeurs de – 2 147 483 648 à 2 147 483 647)

L’équivalent du type ZFKDUBW du C++ est FKDU en Java.

ORQJ

entier signé sur 64 bits (valeurs de – 9 223 372 036 854 775 808 à 9 223 372 036 854 775 807)

IORDW

décimal à virgule flottante sur 32 bits (valeurs de ± 10-45 à ± 1038 environ)

GRXEOH

décimal à virgule flottante sur 64 bits (valeurs de ± 10-323 à ±10308 environ)

FKDU

code Unicode sur 16 bits (peut être utilisé aussi comme entier non signé)

ERROHDQ

valeur booléenne (vrai ou fausse)

B.A.-BA Identificateur En Java, un identificateur ne peut ni commencer par un chiffre ni être un mot-clé Java. Cela mis à part, il peut s’agir de n’importe quelle suite alphanumérique (lettres ou chiffres Unicode) associée à des caractères B ou . Exemples : QRP QRPEUH 1RPEUH UHVHDXB DSSHOHUJHW,G

Dans le cas des variables, il faut les déclarer avant leur première utilisation, selon une syntaxe très simple : il suffit d’écrire le type de la variable, suivi de son nom ou identificateur. W\SHLGHQWLILFDWHXU9DULDEOH

À RETENIR Mots-clés Java

DEVWUDFW

FRQWLQXH

IRU

QHZ

VZLWFK

Chaque mot-clé Java a un sens prédéterminé et s’utilise avec une syntaxe particulière. Il est interdit de s’en servir comme identificateur pour éviter toute confusion de sens.

DVVHUW

GHIDXOW

JRWR

SDFNDJH

V\QFKURQL]HG

ERROHDQ

GR

LI

SULYDWH

WKLV

EUHDN

GRXEOH

LPSOHPHQWV

SURWHFWHG

WKURZ

E\WH

HOVH

LPSRUW

SXEOLF

WKURZV

FDVH

HQXP

LQVWDQFHRI

UHWXUQ

WUDQVLHQW

FDWFK

H[WHQGV

LQW

VKRUW

WU\

FKDU

ILQDO

LQWHUIDFH

VWDWLF

YRLG

FODVV

ILQDOO\

ORQJ

VWULFWIS

YRODWLOH

FRQVW

IORDW

QDWLYH

VXSHU

ZKLOH

DVVHUW est un mot-clé introduit avec Java 1.4. HQXP est un mot-clé introduit avec Java 5.0. JRWR et FRQVW sont des mots-clés réservés mais qui ne sont pas utilisés par Java.

24

© Groupe Eyrolles, 2004

Les données de type objet relèvent d’une classe de la bibliothèque standard Java (par exemple MDYDODQJ6WULQJ, MDYDODQJ2EMHFW...), d’une autre bibliothèque ou de votre propre programme. Une variable de type objet est appelée une référence. Soit une référence désigne un objet, soit elle est égale à QXOO. Un objet peut être référencé par plusieurs variables. C ++ Référence ≈ pointeur ≈ adresse ≠ objet

Exemple MDYDODQJ6WULQJ PRW déclare la référence PRW de type MDYDODQJ6WULQJ.

C++ null Java ≈ NULL C++ L’équivalent du pointeur NULL du C++ est la référence QXOO en Java.

La notion de pointeur ou d’adresse sur un objet du C++ est remplacée par la notion de référence en Java, proche de celle du C++, mais limitée aux variables qui désignent des objets alloués dynamiquement. Observez bien au passage que l’instruction MDYDODQJ6WULQJ PRW ne crée aucun objet en Java mais une référence sur un objet de classe MDYDODQJ6WULQJ.

Écrire une valeur littérale Une valeur littérale représente une valeur fixe et se note différemment d’un type à un autre. Type

Notation valeur littérale

E\WH

Les valeurs littérales entières peuvent se noter de 3 façons (faire suivre le nombre d’un / pour une valeur de type ORQJ).

VKRUW

Exemples

LQW

Suite de chiffres décimaux

²/

ORQJ

Suite de chiffres hexadécimaux (base 16) précédée de [

[);DE[))))))))))/

IORDW

Les valeurs littérales décimales se notent avec un point pour le séparateur H(I décimal et la lettre E pour séparer la mantisse de l’exposant : ( = 3,14 10-5 Par défaut, toute valeur littérale numérique avec un point étant de type GRXEOH, faire suivre le nombre d’un I pour indiquer qu’une valeur est de type IORDW.

GRXEOH

FKDU

Suite de chiffres octaux (base 8) précédée de . Rarement utilisée, cette  notation est signalée pour éviter que l’on ajoute  devant un entier par simple effet de style (ajouter plutôt des espaces).

Les valeurs littérales de type caractère se notent entre apostrophes ( ). Caractère du code ASCII

D  #    "

Caractère du code Unicode : ?X suivi des 4 chiffres hexadécimaux du code ?XH  ?XDF

du caractère Caractères spéciaux les plus courants :

?Q pour un retour à la ligne

?W pour une tabulation

? pour le caractère 

?

pour le caractère

?? pour le caractère ? © Groupe Eyrolles, 2004

?Q  ?W  ?  ?

 ??

25

3 – Création de classes

Types de données objet et références

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Type

Notation valeur littérale

Exemples

ERROHDQ

Les valeurs littérales booléennes sont WUXH et IDOVH.

WUXHIDOVH

MDYDODQJ6WULQJ

Les valeurs littérales de type texte ou chaîne de caractères se notent avec %RQMRXU?XHO?XHPHQW des caractères entre guillemets ().

Autre type objet

La seule valeur littérale des références d’un autre type objet est QXOO. Elle QXOO est utilisée pour les références qui ne désignent aucun objet.

Affectation de variable Pour affecter une valeur à une variable, on utilise l’opérateur d’affectation . Cet opérateur copie dans une variable une valeur littérale, la valeur d’une autre variable ou le résultat d’un calcul.

Exemple L’instruction [

 affecte la valeur  à [.

Le type de la valeur et celui de la variable affectée doivent être les mêmes. Une variable locale n’ayant pas de valeur initiale, il est obligatoire de lui affecter une valeur avant d’utiliser la variable, dès sa déclaration ou dans une instruction indépendante.

Par l’exemple : déclarer et utiliser quelques variables L’application de classe 7HVW7\SHV montre comment déclarer des variables de type LQW et de classe MDYDODQJ6WULQJ et comment leur affecter une valeur. de cette classe déclare les quatre variables locales DQQpH , DQQpH3URFKDLQH , SUpQRP  et DXWUH3UpQRP . Dès leur déclaration, DQQpH, DXWUH3UpQRP sont initialisés respectivement à 2003  et avec le texte Sophie .

La méthode

PDLQ

L’instruction DQQpH3URFKDLQH  DQQpH    copie (affecte) la valeur de dans DQQpH3URFKDLQH.

DQQpH  

B.A.-BA Codes ASCII /Unicode Le code ASCII (American Standard Code for Information Interchange) regroupe 128 caractères et symboles de la langue anglaise qui ne comportent aucune lettre accentuée. L’Unicode permet de coder 65 536 caractères différents, dont les 128 premiers sont ceux du code ASCII. Les autres codes sont utilisés pour les caractères, les chiffres et les symboles des nombreuses langues. Le tableau présenté cicontre donne pour mémoire les codes Unicode francophones et les codes HTML les plus utilisés. B http://www.unicode.org

26

Lettre

Unicode

HTML

Lettre

Unicode

HTML

à

?XH

DJUDYH

ï

?XHI

LXPO

â

?XH

DFLUF

ô

?XI

RFLUF

ä

?XH

DXPO

ö

?XI

RXPO

ç

?XH

FFHGLO

œ

?X

RHOLJ

è

?XH

HJUDYH

ù

?XI

XJUDYH

é

?XH

HDFXWH

û

?XIE

XFLUF

ê

?XHD

HFLUF

ü

?XIF

XXPO

ë

?XHE

HXPO



?XDF

HXUR

î

?XHH

LFLUF

© Groupe Eyrolles, 2004

3 – Création de classes

 déclare la référence SUpQRP de classe MDYDODQJ mais ne crée aucun objet de classe MDYDODQJ6WULQJ. 7KRPDV est une valeur littérale de classe MDYDODQJ6WULQJ. La référence qui désigne cet objet chaîne de caractères est affectée à SUpQRP . MDYDODQJ6WULQJ SUpQRP 6WULQJ

et la valeur de la référence SUpQRP sont ensuite passés en paramètres à la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ pour afficher la chaîne de caractères Thomas .

QXOO

ATTENTION Chaînes spéciales La chaîne de caractères littérale vide notée  (avec aucun caractère), la chaîne de caractères littérale QXOO et la référence QXOO sont trois choses différentes : ≠ QXOO ≠ QXOO.

L’instruction SUpQRP DXWUH3UpQRP affecte la référence DXWUH3UpQRP à SUpQRP . DXWUH3UpQRP et SUpQRP désignent alors le même objet 6RSKLH. La référence SUpQRP est à nouveau passée en paramètre à la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ qui affiche cette fois-ci la chaîne de caractères Sophie . EXEMPLE TestTypes.java FODVV7HVW7\SHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^ LQWDQQpH 

3

Déclaration de la variable locale entière DQQpH.

LQWDQQpH3URFKDLQH DQQpH3URFKDLQH DQQpH

3

Déclaration de la variable entière DQQpH3URFKDLQH.

MDYDODQJ6WULQJSUpQRP SUpQRP 7KRPDV MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOSUpQRP 

3

Déclaration de la référence SUpQRP.

3

Affichage du texte 7KRPDV.

MDYDODQJ6WULQJDXWUH3UpQRP 6RSKLH SUpQRP DXWUH3UpQRP MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOSUpQRP 

SUpQRP QXOO MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ  QXOO?XDF ))  ` `

3

Déclaration de la référence DXWUH3UpQRP.

3

Affichage du texte 6RSKLH.

3

Affichage du texte  € =  )).

DANS LA VRAIE VIE Utilisation des lettres accentuées Comme dans le cas des variables DQQpH, DQQpH3URFKDLQH, SUpQRP et DXWUH3UpQRP de cet exemple, les identificateurs Java peuvent utiliser des lettres accentuées mais cellesci sont déconseillées. Comme la plupart des éditeurs de texte et des systèmes d’exploitation n’utilisent pas l’Unicode pour les caractères accentués, cela complique la maintenance en contraignant à utiliser un éditeur particulier.

© Groupe Eyrolles, 2004

B.A.-BA Indentation Si vous décidez d’écrire les valeurs littérales de type texte avec des lettres accentuées au lieu de leur code Unicode, faites mention de l’encodage de caractères utilisé (encoding en anglais) dans l’en-tête de votre fichier, pour que les relecteurs éventuels de votre programme sache quel encodage choisir dans leur éditeur de textes et/ou dans l’option HQFRGLQJ de la commande MDYDF. Vous pouvez avoir recours aussi à la commande QDWLYHDVFLL du JDK, capable de convertir tous les caractères non ASCII d’un fichier en leur code Unicode.

L’indentation consiste à décaler vers la droite les instructions comprises entre les accolades ^ ` afin de visualiser facilement le début et la fin d’un bloc. Tous les éditeurs dédiés à la programmation sont capables d’indenter automatiquement le point d’insertion du texte à chaque retour à la ligne et vous n’aurez qu’à choisir le décalage qui vous convient (on utilise le plus souvent 2, 4 ou 8 espaces). Comme la largeur d’une tabulation n’est pas toujours la même d’un éditeur à l’autre, préférez les espaces aux caractères de tabulation et configurez les options de votre éditeur dans ce sens.

27

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

JAVA Séparateurs Le point virgule à la fin de chaque instruction est obligatoire et la virgule permet de séparer les paramètres multiples passés à une méthode.

Une fois exécutée, l’instruction SUpQRP  QXOO la référence SUpQRP ne désigne plus aucun objet mais la référence DXWUH3UpQRP désigne toujours 6RSKLH. Une valeur littérale peut être aussi utilisée directement pour donner la valeur d’un paramètre, ce que fait la dernière ligne du programme qui affiche le texte 1 € = 6.55957 FF .

Encapsuler pour protéger les données des objets

C++/C# package ≈ namespace Les paquetages Java correspondent à peu de choses près aux espaces de noms du C++ et de C#.

B.A.-BA Une classe = un fichier source Comme vous le verrez tout au long de cet ouvrage, à chaque classe d’un programme Java correspond généralement un seul fichier source MDYD. Il faut donc vous habituer à manipuler plusieurs fichiers pour une application même modeste. Dans le monde de l’entreprise, la répartition du code source d’un programme sur plusieurs fichiers facilite l’organisation des tâches d’une équipe de programmeurs en permettant à chacun d’eux de travailler sur un fichier source différent à un moment donné.

L’approche de la programmation modulaire consiste à décomposer un problème en un ensemble de sous-systèmes ou modules. Proposé par la plupart des langages, ce mode de programmation facilite la maintenance d’un programme pour peu que chaque module soit cohérent et le plus indépendant possible des autres. La programmation orientée objet est l’aboutissement de ce principe où chaque objet susceptible d’être manipulé par son interface est un module. En Java, cette décomposition modulaire s’effectue non seulement sur les classes mais aussi à d’autres niveaux, imbriqués les uns dans les autres comme des poupées russes : • Un paquetage (package en anglais) renferme les classes d’un même thème. • Une classe contient des champs et des méthodes. • Une méthode a des paramètres et un bloc d’instructions. • Un bloc d’instructions contient des variables locales, des instructions et d’autres blocs. Package com.eteks.test

Package com.eteks.telecom

Fichier TestReseau.java

Fichier Portable.java

Classe TestReseau Méthode main(args) Var locale abonne

Classe Portable

Classe Abonne Champ portable Champ reseau Méthode calculer()

Champ carteSIM Méthode appeler(num) Var locale reseau Méthode eteindre() Méthode allumer()

Méthode tester() Fichier Reseau.java Package com.eteks.outils.ihm

Classe Reseau Méthode deconnecter(p) Méthode connecter(p)

Figure 3–1 Imbrication des modules

28

© Groupe Eyrolles, 2004

CONVENTIONS Choix des identificateurs Afin que vous puissiez tirer parti de la liberté de choix et de réutilisation des identificateurs, il vous est conseillé de respecter les quelques conventions de nommage habituellement admises en Java et décrites au fil de cet ouvrage. Une fois mémorisées, ces conventions vous aideront à reconnaître du premier coup d’œil la catégorie d’un identificateur.

Portée d’utilisation et durée de vie Les variables locales, paramètres, champs, méthodes et classes déclarés dans les modules ont une portée et une durée de vie différentes, selon leur catégorie. Package com.eteks.test

Package com.eteks.telecom

Classe friendly TestReseau Méthode public main(args)

Classe public Portable

Classe friendly Abonne Champ private portable Champ private reseau Méthode private calculer()

B.A.-BA Portée d’un identificateur La portée d’un identificateur (scope) est la zone du programme où il peut être utilisé.

Champ private carteSIM Méthode public appeler(num) Méthode public eteindre() Méthode public allumer()

Méthode public tester() Classe public Reseau Package com.eteks.outils.ihm

Méthode public deconnecter(p) Méthode public connecter(p)

Portée des classes friendly TestReseau et Abonne du package com.eteks.test et de leur méthodes public

Portée des classes public Portable et Reseau du package com.eteks.telecom et de leurs méthodes public

Figure 3–2 Portée des champs et méthodes d’une classe

B.A.-BA Encapsulation L’encapsulation réunit les deux concepts suivants : • la notion de module, regroupant les champs et les méthodes qui forment une classe, ces champs et ces méthodes étant encapsulés dans leur classe ; • la notion de portée, qui permet de limiter la zone d’utilisation des champs à la classe dans lesquels ils sont déclarés. Ces champs sont encapsulés pour exprimer qu’ils font partie exclusivement de l’implémentation de leur classe et pour empêcher de modifier intempestivement leur valeur en dehors de leur classe. C’est souvent ce second sens de l’encapsulation qui est retenu en Java.

© Groupe Eyrolles, 2004

29

3 – Création de classes

Ce principe de modularité permet aussi de réutiliser dans des modules différents un même identificateur, que ce soit celui d’une classe, d’un champ, d’une méthode, d’un paramètre ou d’une variable locale. Il suffit que chaque identificateur soit unique dans son module et dans sa catégorie : ainsi, deux classes peuvent avoir le même identificateur si elles sont dans des paquetages différents, l’identificateur d’un champ peut être réutilisé dans une autre classe ou dans une méthode comme identificateur de variable locale...

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Catégorie

Portée et durée de vie

variable locale paramètre

S’étend de leur déclaration à la fin du bloc dans lequel ils sont Directement avec leur iden- DQQHH déclarés. tificateur.

méthode

La portée d’une méthode dépend du modificateur d’accès qui est donné à sa déclaration : • SXEOLF : méthode accessible à l’extérieur de sa classe. À utiliser pour les méthodes spécifiées dans l’interface des objets d’une classe. • SULYDWH : méthode uniquement accessible à l’intérieur de sa classe. À utiliser pour les méthodes effectuant des traitements nécessaires à l’implémentation des objets d’une classe.

Pour appeler la méthode d’un objet, il faut écrire l’identificateur de l’objet suivi d’un point, suivi de l’identificateur de la méthode.

champ

Comme les champs ne doivent faire partie que de l’implémentation des objets d’une classe, prenez l’habitude de les encapsuler pour protéger les données d’un objet. Pour encapsuler un champ, on utilise le modificateur d’accès SULYDWH à sa déclaration, ce qui limite la portée du champ à sa classe. La durée de vie des champs est la même que celle de l’objet dont ils déclarent les données.

Un champ SULYDWH s’uti- WKLVFRXQW lise avec la référence WKLV Voir section « Implémenter suivie d’un point et de les méthodes », page 36. l’identificateur du champ.

classe

La portée d’une classe dépend du modificateur d’accès qui est donné à sa déclaration : • SXEOLF : classe accessible dans toutes les autres classes, quel que soit leur paquetage. • friendly (ou paquetage) : classe accessible uniquement aux classes du même paquetage. À utiliser pour les classes de test ou les classes qui n’ont pas à être utilisées en dehors de leur paquetage. La durée de vie d’une classe s’étend de sa première utilisation à l’arrêt de la JVM.

Une classe s’utilise en fai- MDYDODQJ6WULQJ représant précéder son identifi- sente la classe 6WULQJ du cateur du paquetage où est paquetage MDYDODQJ. déclarée la classe et d’un point.

ASTUCE N’hésitez pas à consulter les sources de la bibliothèque Java

Le JDK est fourni avec les fichiers source des classes de la bibliothèque Java. Ces fichiers sont regroupés dans un fichier compressé au format ZIP, nommé VUFMDU ou VUF]LS selon les systèmes. Le fichier 6WULQJMDYD qui définit la classe MDYDODQJ6WULQJ (voir ci-après) peut être extrait de ce fichier ZIP au moyen de la commande suivante : • sous Windows : MDU[IFKHPLQ?MGN9(56,21?VUF]LS XMDYDODQJ6WULQJMDYD

• sous Mac OS X : MDU[I/LEUDU\-DYD+RPHVUFMDU XVUFMDYDODQJ6WULQJMDYD

• sous Linux : MDU[IFKHPLQMGN9(56,21VUF]LS XMDYDODQJ6WULQJMDYD

30

Utilisation

Exemple 

SUHQRPOHQJWK appelle la PpWKRGH OHQJWK de l’objet désigné par SUHQRP. Cela correspond à l’envoi du message renvoyer la longueur du prénom.

Manipuler des chaînes avec les méthodes de la classe java.lang.String La classe MDYDODQJ6WULQJ est une classe SXEOLF, ce qui permet de l’utiliser dans n’importe quelle classe. Elle contient un ensemble de méthodes SXEOLF disponibles dans l’interface d’un objet de type chaîne de caractères et des champs SULYDWH utilisés pour implémenter le stockage de ses caractères. Sur un objet de classe MDYDODQJ6WULQJ on peut notamment appeler les méthodes SXEOLF OHQJWK, FKDU$W et FRQFDW : OHQJWK renverra la longueur de la chaîne de caractères mémorisée par l’objet, et FKDU$W le caractère à l’indice LQGH[. La méthode FRQFDW crée une nouvelle instance de la classe MDYDODQJ6WULQJ dont le texte sera celui de l’objet original suivi des caractères de l’objet passé en paramètre à FRQFDW. Les champs YDOXH et FRXQW disposent du modificateur d’accès SULYDWH pour les encapsuler à l’intérieur de la classe MDYDODQJ6WULQJ. En dehors de la classe MDYDODQJ6WULQJ, YDOXH et FRXQW sont en fait utilisés indirectement grâce notamment aux méthodesFKDU$W et OHQJWK. © Groupe Eyrolles, 2004

Classe java.lang.String

3 – Création de classes

[Extraits du fichier java/lang/String.java] package java.lang; [...] public final class String [...] { private char value []; private int count; [...] public int length() { return this.count; } [...] public char charAt(int index) { if ((index < 0) || (index >= this.count)) throw new StringIndexOutOfBoundsException(index); return this.value[index + offset]; } [...] public java.lang.String concat(java.lang.String str) { return [...] } }

Figure 3–3

Quelques méthodes SXEOLF et champs SULYDWH de la classe MDYDODQJ6WULQJ

REGARD DU DÉVELOPPEUR Utiliser l’encapsulation pour bien répartir les rôles La distinction entre l’interface présentée par un objet et son implémentation permettent avec l’encapsulation de séparer clairement les rôles d’utilisateur et de concepteur d’une classe : • Un utilisateur accède aux services d’un objet en utilisant les méthodes SXEOLF proposées par l’interface de sa classe. • Le concepteur de cette classe assure ces services en implémentant dans la classe les méthodes correspondantes avec des instructions opérant sur les champs SULYDWH adéquats. Le contrat liant un utilisateur avec le concepteur d’une classe s’exprime donc par la liste des méthodes SXEOLF de cette classe. Cet engagement permet au concepteur d’une classe de faire évoluer son implémentation sans que l’utilisateur de cette classe n’ait à modifier son programme. Par exemple, la longueur d’une chaîne de caractères renvoyée par la méthode SXEOLF OHQJWK de la classe MDYDODQJ6WULQJ est implémentée en renvoyant la valeur du champ SULYDWH FRXQW. Cependant, rien ne dit que cette implémentation n’évoluera pas dans les prochaines versions de Java. Ce qui compte pour vous, utilisateur de la classe MDYDODQJ6WULQJ, c’est qu’elle continue à renvoyer la longueur d’une chaîne.

© Groupe Eyrolles, 2004

Attention ! Ce n’est pas parce que les rôles de concepteur et d’utilisateur sont tenus par la même personne qu’il faut faire une entorse à cette bonne règle de conception. Dans l’entreprise, les rôles de chacun peuvent évoluer, certains abandonnant leur rôle à d’autres personnes pendant les phases de mise au point et de maintenance d’un programme. Alors, facilitez-leur la tâche en utilisant systématiquement l’encapsulation. Pour vous aider à digérer la programmation objet...

Pour utiliser un langage imagé, imaginez-vous (un utilisateur) au restaurant en train de choisir un plat (un service) sur une carte (l’interface qui décrit la liste des services proposés par son concepteur, le cuisinier). Vous commandez une tarte au citron, (vous envoyez au cuisinier le message « Donnez-moi une tarte au citron »). La tarte est alors préparée (implémentée) en cuisine à l’abri des regards, la porte de la cuisine vous cachant les secrets de préparation : vous ne connaissez ni la liste exacte de ses ingrédients (les données qui sont encapsulées dans la cuisine), ni de quelle façon le cuisinier la prépare (implémente les instructions pour réaliser ce service). Ce qui vous importe, c’est d’avoir une bonne tarte au citron (vous faites confiance au concepteur de la liste des services).

31

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : construire un texte avec plusieurs chaînes L’application de classe $IILFKHU'HX[3UHQRPV vous montre comment appeler les méthodes d’un objet de classe MDYDODQJ6WULQJ.

C++ Opérateurs -> et :: Les opérateurs ! et du C++ sont remplacés en Java par l’unique opérateur point (), utilisé pour accéder aux membres d’un objet, d’une classe ou d’un paquetage.

La méthode PDLQ de cette classe appelle la méthode FRQFDW sur des instances de MDYDODQJ6WULQJ pour construire et afficher les textes ThomasSophie , puis Thomas et Sophie  . Notez que, comme FRXQW est un champ SULYDWH, l’instruction : ORQJXHXU3UHQRP SUHPLHU3UHQRPFRXQW

est interdite et remplacée par : ORQJXHXU3UHQRP SUHPLHU3UHQRPOHQJWK 

EXEMPLE AfficherDeuxPrenoms.java FODVV$IILFKHU'HX[3UHQRPV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^

Déclaration de la référence SUHPLHU3UHQRP. Obtention du nombre de caractères de 7KRPDV. Déclaration de la référence GHX[LHPH3UHQRP. Déclaration de la référence GHX[3UHQRPV.

B

MDYDODQJ6WULQJSUHPLHU3UHQRP 7KRPDV LQWORQJXHXU3UHQRP SUHPLHU3UHQRPOHQJWK  MDYDODQJ6WULQJGHX[LHPH3UHQRP 6RSKLH MDYDODQJ6WULQJGHX[3UHQRPV

Affectation à GHX[3UHQRPV du résultat de la concaténation des chaînes désignées par SUHPLHU3UHQRP et GHX[LHPH3UHQRP.

B

GHX[3UHQRPV SUHPLHU3UHQRPFRQFDW GHX[LHPH3UHQRP 

Affichage du texte 7KRPDV6RSKLH.

B

MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOGHX[3UHQRPV 

Déclaration de la référence SUHPLHU3UHQRP$YHF(W.

B

MDYDODQJ6WULQJSUHPLHU3UHQRP$YHF(W SUHPLHU3UHQRP$YHF(W SUHPLHU3UHQRPFRQFDW HW 

Affectation à GHX[3UHQRPV du résultat de la concaténation des chaînes désignées par SUHPLHU3UHQRP$YHF(W et GHX[LHPH3UHQRP.

B

GHX[3UHQRPV SUHPLHU3UHQRP$YHF(WFRQFDW GHX[LHPH3UHQRP 

Affichage du texte 7KRPDV HW6RSKLH.

B

MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOGHX[3UHQRPV  ` `

32

© Groupe Eyrolles, 2004

3 – Création de classes

Définir une nouvelle classe Comme pour MDYDODQJ6WULQJ, vous devez définir vos classes dans un fichier MDYD avec leurs champs et leurs méthodes.

C++/C# Paquetage d’une classe Toutes les classes d’un fichier MDYD appartiennent au même paquetage. Notez aussi que le point-virgule à la fin d’une classe n’est pas obligatoire en Java et en C#.

Structure d’un fichier .java Un fichier MDYD débute par la clause SDFNDJH suivie de la définition d’une classe (ou plusieurs) déclarée grâce au mot-clé FODVV suivi de son identificateur.    )LFKLHUFRPHWHNVWHVW&ODVVH7HVWMDYD  &RS\ULJKW F H7HNV$OO5LJKWV5HVHUYHG  

3

Commentaire en en-tête de fichier : • Nom du fichier (utile pour l’impression). • Copyright.

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW

3

Déclaration du paquetage des classes du fichier.



  &HWWHFODVVHSHUPHWGHWHVWHUO·DSSOLFDWLRQ   SXEOLFFODVV&ODVVH7HVW ^ &KDPSVHWPpWKRGHVGHODFODVVHFRPHWHNVWHVW&ODVVH7HVW ` FODVV&ODVVH2XWLO ^ &KDPSVHWPpWKRGHVGHODFODVVHFRPHWHNVWHVW&ODVVH2XWLO `

3

Commentaire javadoc décrivant la classe.

3

Déclaration de la classe SXEOLF&ODVVH7HVW.

3

Déclaration de la classe friendly &ODVVH2XWLO.

Un fichier MDYD peut contenir plusieurs classes mais ne peut en renfermer qu’une seule qui soit déclarée SXEOLF. Si un fichier MDYD contient une classe SXEOLF, il doit porter le même nom que cette classe (&ODVVH7HVWMDYDpour la classe &ODVVH7HVW). Le modificateur d’accès d’une classe est soit SXEOLF, soit absent. Un modificateur d’accès absent est dit friendly. Une classe est définie en une seule fois dans un unique fichier. Chaque déclaration de classe est suivie d’un bloc entre accolades { }, qui contient ses champs et ses méthodes. Les champs et les méthodes peuvent être cités et utilisés n’importe où dans la classe quel que soit leur ordre de déclaration.

C++/C# Structures et unions Contrairement au C#, Java n’a pas repris la notion de structure (déclarée avec le mot-clé VWUXFW). La notion d’union n’existe pas non plus (comme en C#).

Toutes les classes d’un fichier appartiennent au même paquetage. CONVENTIONS Nommage des paquetages et des classes Un paquetage s’écrit en minuscules. Pour assurer l’unicité des paquetages, une entreprise se base sur son nom de domaine Internet, qu’elle inverse, par exemple FRPVXQ ou IUEVSS Le préfixe de paquetage FRPHWHNV a été choisi dans cet ouvrage car c’est le nom de domaine inversé de l’auteur. L’identificateur d’une classe est une suite d’un ou plusieurs mots en minuscules, chaque lettre initiale de mot étant en majuscule. Si le fichier ne contient aucune classe SXEOLF, il porte généralement le nom de sa classe principale.

© Groupe Eyrolles, 2004

33

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Commenter une classe Différents types de commentaires peuvent être ajoutés à vos classes. Ils permettent de documenter leur utilisation et facilitent leur maintenance et sont ignorés par le compilateur MDYDF. Les commentaires à part, sur une ou plusieurs lignes, sont généralement placés avant les instructions commentées. Type de commentaire Utilisation

Exemple

Fin de ligne

Tout ce qui suit  est ignoré jusqu’à la fin de la ligne. Utilisez d’abord LQWLLQGLFHGHERXFOH les commentaires fin de ligne pour permettre d’imbriquer ce type de commentaire dans les commentaires multiligne   , s’il est nécessaire de commenter une portion de programme.

Multiligne

Tout ce qui est compris entre  et  est ignoré. Ces commentaires  &RPPHQWDLUHLPEULTXp peuvent incorporer des commentaires fin de ligne , mais pas d’autres LQWL,QGLFHGHERXFOH

 commentaires avec la syntaxe   .

javadoc

Les commentaires entre 

et  sont utilisés par MDYDGRF pour générer la documentation des classes. Ils doivent respecter une syntaxe spéciale et précéder la déclaration d’une classe, d’une méthode ou d’un champ (voir la section « Commentaires javadoc » en annexe).



  &HWWHFODVVHSHUPHWGHWHVWHU  O·DSSOLFDWLRQ  

Déclarer les champs d’une classe Chaque donnée d’un objet correspond à un champ qui doit être déclaré dans sa classe. SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV&ODVVH$YHF&KDPSV ^

Déclaration du champ FKDPS initialisé à sa valeur par défaut.

B

SULYDWH7\SH&KDPSFKDPS

Déclaration du champ FKDPS initialisé avec une valeur donnée.

B

SULYDWH7\SH&KDPSFKDPS YDOHXU2X([SUHVVLRQ ` 7\SH&KDPS peut être un type primitif ou une classe. Si classe, le champ est une référence.

C++ Initialisation des champs Java En Java, il est possible de donner la valeur initiale d’un champ à sa déclaration.

34

7\SH&KDPS

est une

Pour encapsuler un champ, n’oubliez pas le modificateur d’accès SULYDWH, mais sachez que SULYDWH peut être aussi remplacé par SURWHFWHG, SXEOLF, ou être absent (friendly). Un champ friendly est accessible uniquement dans les classes qui appartiennent au même paquetage que celui de sa classe.

© Groupe Eyrolles, 2004

3 – Création de classes

Déclarer les méthodes d’une classe La déclaration d’une méthode est suivie de son implémentation qui est écrite dans un bloc entre ^` contenant les instructions de son traitement. L’identificateur de la méthode est précédé de YRLG ou d’un type 7\SH5HWRXU : • L’identificateur d’une méthode qui ne renvoie pas de valeur est toujours précédé de YRLG. • L’identificateur d’une méthode qui renvoie une valeur est précédé du type de la valeur retournée. 7\SH5HWRXU peut être un type primitif ou une classe. Le résultat de la méthode est renvoyé au moyen de l’instruction UHWXUQ qui doit être suivie d’une valeur de type 7\SH5HWRXU.

JAVA Utilisation de la valeur de retour Il n’est pas obligatoire de se servir de la valeur renvoyée par une méthode.

Le modificateur d’accès d’une méthode est généralement SULYDWH ou SXEOLF, mais peut aussi être SURWHFWHG ou absent (friendly). SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV&ODVVH$YHF0HWKRGHV ^ 0RGLILFDWHXU$FFHVYRLGWHVW ^ ,QVWUXFWLRQVGHWHVW `

3

Déclaration de la méthode WHVW qui ne prend pas de paramètre et ne renvoie pas de valeur.

0RGLILFDWHXU$FFHVYRLGWHVW 7\SH3DUDPSDUDP 7\SH3DUDPSDUDP ^ ,QVWUXFWLRQVGHWHVW `

3

Déclaration de la méthode WHVW avec paramètres et qui ne renvoie pas de valeur.

0RGLILFDWHXU$FFHV7\SH5HWRXUWHVW ^ ,QVWUXFWLRQVGHWHVW UHWXUQYDOHXU2X([SUHVVLRQ `

3

Déclaration de la méthode WHVW qui ne prend pas de paramètre et renvoie une valeur.

0RGLILFDWHXU$FFHV7\SH5HWRXUWHVW 7\SH3DUDPSDUDP 7\SH3DUDPSDUDP ^ ,QVWUXFWLRQVGHWHVW UHWXUQYDOHXU2X([SUHVVLRQ ` `

3

Déclaration de la méthode WHVW avec paramètres et qui renvoie une valeur.

Paramétrage d’une méthode Une méthode peut prendre aucun, un ou plusieurs paramètres séparés par une virgule (). Chaque paramètre a un identificateur différent, précédé de son type. Les valeurs passées à l’appel d’une méthode doivent être du même type que celui déclaré des paramètres. Chaque paramètre reçoit une copie de ces valeurs qu’elles soient de type primitif ou qu’il s’agisse d’une référence. Une méthode sans paramètre est toujours suivie de parenthèses ouvrante et fermante à sa déclaration et à son appel. © Groupe Eyrolles, 2004

B.A.-BA Passage des paramètres par valeur Quand un paramètre passé par valeur est modifié dans une méthode, la valeur de la variable passée en paramètre n’est pas modifiée.

35

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

CONVENTIONS Nommage des champs L’identificateur d’un champ est un mot écrit en minuscules, suivi éventuellement d’autres mots en minuscules, avec chaque lettre initiale de mot en majuscule. Par exemple : DGUHVVH3URIHVVLRQQHOOH

Évitez les abréviations qui peuvent semer la confusion sur le but de l’utilisation d’un champ. Par exemple, le champ FRQVW peut représenter une constellation ou une constante. CONVENTIONS Nommage des méthodes

fixées par VHW ou JHW. Un accesseur renvoyant le type ERROHDQ peut aussi être préfixé par LV. Par exemple, le mutateur du champ SUHQRP se nomme VHW3UHQRP et son accesseur JHW3UHQRP. C++ Identificateurs de champs et de méthodes Bien que ceci ne doive jamais arriver si vous respectez les conventions de nommage Java, il est possible d’utiliser en Java le même identificateur pour un champ et une méthode, contrairement au C++. C++/C# Passage des paramètres par valeur

L’identificateur d’une méthode est un verbe d’action en minuscules suivi éventuellement d’autres mots en minuscules, la lettre initiale de ces mots figurant en majuscule (par exemple, DOOXPHU, GHELWHU8QLWHV). Les méthodes utilisées pour modifier ou interroger les valeurs d’un champ, appelées aussi mutateur et accesseur d’un champ, sont pré-

En Java, il n’est possible de passer les paramètres d’une méthode que par valeur : les opérateurs , et les mots-clés UHI et RXW n’existent pas. Les modifications d’un paramètre dans une méthode n’affecteront pas la variable passée en paramètre, mais si ce paramètre est une référence qui désigne un objet, les champs de cet objet peuvent être modifiés.

Implémenter les méthodes Un message est envoyé à un objet pour effectuer des traitements sur les données de cet objet : • Certains traitements comprennent des opérations visant à modifier les données de cet objet. • D’autres renvoient une valeur calculée en fonction des données de cet objet. À RETENIR Que représente this ? Pour implémenter la plupart des messages, on a besoin de connaître l’objet qui a reçu le message afin de manipuler les données de l’objet en question. En Java, cet objet est représenté par la référence WKLV.

Dans l’implémentation d’une méthode en Java, on distingue cet objet d’un autre de la même classe grâce au mot-clé WKLV : • WKLV est une référence créée implicitement lors de l’appel d’une méthode et désigne l’objet qui a reçu le message. • WKLV est suivi d’un point et d’un champ pour obtenir ou modifier la valeur du champ mémorisé par cet objet.

Par l’exemple : une classe simulant une télécarte Une télécarte de 50 unités peut être représentée sous forme d’un objet avec les messages suivants (voir figure 3–4) : • GHELWHU8QLWHV GHELW : ce message débite une télécarte d’un nombre variable d’unités GHELW. • JHW8QLWHV : ce message renvoie le nombre d’unités restantes d’une télécarte. Pour comprendre ce que représente WKLV pendant l’appel à une méthode, considérons XQH7HOHFDUWH, une référence de classe FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH désignant un objet existant de FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH.

36

© Groupe Eyrolles, 2004

3 – Création de classes

/* Fichier com/eteks/outils/Telecarte50.java */ package com.eteks.outils;

Classe com.eteks.outils.Telecarte50

/** * Telecarte de 50 unites. */ public class Telecarte50 { // Champ mémorisant le nombre d'unités d'une télécarte // avec une valeur initiale de 50 private int unites = 50; /** * Debite cette telecarte du nombre d'unites debit. */ public void debiterUnites (int debit) { // Calcul du nombre d'unités diminué de debit int nouveauCredit = this.unites - debit; // Mise a jour du champ unites avec le nouveau crédit this.unites = nouveauCredit; } /** * Renvoie le nombre d'unites restantes. */ public int getUnites () { // Renvoie la valeur du champ unites return this.unites; } }

Figure 3–4 Implémentation des méthodes de la classe FRPHWHNVWHVW7HOHFDUWH

DANS LA VRAIE VIE Représentation d’un objet en UML En conception objet, les objets et les classes sont généralement représentés grâce aux différents diagrammes proposés par UML (Unified Modeling Language). Même si elle se rencontre moins souvent, la notation sous forme de cercles concentriques a été choisie dans la plupart des figures de cet ouvrage pour exprimer graphiquement l’encapsulation des données d’un objet qui ne sont pas accessibles à l’extérieur de l’objet et l’interface d’un objet qui donne la liste des messages qu’un objet peut recevoir. Pour information, la figure cidessous est la représentation UML de la classe FRPHWHNVWHVW7HOHFDUWH. com.eteks.outils

Figure 3–5

Représentation UML

Telecarte50

- unites : int + getUnites() : int + debiterUnites(n : int)

R Cahier du programmeur UML, Pascal Roques, Eyrolles 2002

© Groupe Eyrolles, 2004

37

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

REGARD DU DÉVELOPPEUR Quand utiliser la référence à l’objet courant this WKLV est souvent utilisé seul pour passer l’objet courant en paramètre à la méthode d’un autre objet. Nous verrons qu’il est quelquefois nécessaire de répéter le nom de la classe de l’objet devant WKLV, notamment dans une classe anonyme (par exemple $SSOHW(PSUXQWWKLV).

Un champ ne doit être précédé de this qu’en cas de risque de confusion avec un paramètre ou une variable locale de même portée. Toutefois, on peut y recourir systématiquement pour améliorer la lisibilité d’une classe, pour montrer que c’est bien un champ qui est manipulé. L’utilisation de WKLV n’est pas non plus nécessaire pour appeler une autre méthode de sa propre classe, car un identificateur suivi de parenthèses représente toujours l’appel à une méthode sans risque de confusion avec un autre type d’identificateur.

C++ Différences d’utilisation de this Contrairement au C++, il n’est pas possible d’affecter un objet différent à WKLV. Comme l’opérateur ! n’existe pas en Java, l’accès à un champ s’effectue avec l’opérateur point (l’équivalent de WKLV!XQLWHV en C++ est WKLVXQLWHV en Java).

C++ Répétition du modificateur d’accès Le modificateur d’accès d’un champ ou d’une méthode doit être répété à la déclaration de chacun d’entre eux.

L’exécution de l’instruction XQH7HOHFDUWHGHELWHU8QLWHV   appelle la méthode GHELWHU8QLWHV de la classe FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH sur l’objet désigné par XQH7HOHFDUWH et affecte son paramètre GHELW de la valeur  : cela correspond à l’envoi du message débiter d’une unité une télécarte. 1 À l’appel de GHELWHU8QLWHV, la référence temporaire WKLV est créée avec la même valeur que XQH7HOHFDUWH 2 WKLV et XQH7HOHFDUWH désignant le même objet pendant l’appel de GHELWHU8QLWHV, la modification du champ XQLWHV avec la référence WKLV a en fait pour effet de modifier le champ XQLWHV de l’objet désigné par XQH7HOHFDUWH. 3 Après l’appel de GHELWHU8QLWHV, WKLV n’existe plus et XQH7HOHFDUWH désigne un télécarte dont le champ XQLWHV a diminué d’une unité. C++ Une classe Java se définit en une seule fois

C++/C# Modificateur d’accès par défaut Par défaut, tout membre d’une classe n’est pas privé, mais friendly. Un peu comme le modificateur d’accès C# LQWHUQDO rend un membre accessible à toutes les classes d’une même assembly, un membre friendly est accessible dans toutes les classes qui appartiennent au même paquetage.

38

En Java, toutes les méthodes sont déclarées et implémentées à l’intérieur de la classe dont elles dépendent. Néanmoins, cela n’a pas pour conséquence de créer, comme en C++, toutes les méthodes LQOLQH, optimisation que ne peut contrôler le développeur Java. D’autre part, les classes Java peuvent s’utiliser mutuellement sans avoir à être déclarées avant utilisation, car le compilateur MDYDF est capable de retrouver de lui-même la définition d’une classe si vous respectez l’organisation décrite dans la section « Organiser les fichiers des classes » de ce même chapitre. Ces caractéristiques évitent l’utilisation de fichiers KHDGHU en Java et l’éparpillement sur plusieurs fichiers de la définition d’une classe.

© Groupe Eyrolles, 2004

3 – Création de classes

Créer des objets On programme la création d’un objet (ou instanciation d’une classe) avec le mot-clé QHZ suivi de l’identificateur d’une classe précédé de son paquetage, et suivi de parenthèses ouvrante et fermante.

Exemple QHZFRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH

Quand un nouvel objet est créé, l’espace mémoire nécessaire pour stocker ses champs est réservé, puis ces derniers sont initialisés. L’objet renvoyé par QHZ peut être affecté à une référence ou utilisé directement dans une expression.

JAVA Objets de classe java.lang.String Seule la classe MDYDODQJ6WULQJ permet de créer des objets de sa classe sans utiliser le mot-clé QHZ, grâce aux valeurs littérales de type chaîne de caractères.

C++ Création d’objets Il n’est pas possible en Java de créer des objets en pile, contrairement au C++. Toute création d’objet s’effectue dynamiquement avec l’opérateur QHZ, qui par ailleurs doit être toujours suivi d’une classe et d’un couple de parenthèses.

Par l’exemple : une histoire de télécarte empruntée... L’application de classe FRPHWHNVWHVW7HOHFDUWH(PSUXQWHH crée plusieurs objets de classe FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH et appelle les méthodes de cette classe. Cette application a pour but de vous montrer la différence entre un objet et une référence en racontant une histoire d’échange de télécartes. EXEMPLE com/eteks/test/TelecarteEmpruntee.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV7HOHFDUWH(PSUXQWHH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^ FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWHPD7HOHFDUWH

3

PD7HOHFDUWH QHZFRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH 

3

Instanciation de la classe FRPHWHNV RXWLOV7HOHFDUWH et affectation de la référence désignant le nouvel objet à PD7HOHFDUWH.

PD7HOHFDUWHGHELWHU8QLWHV  

3

Appel de la méthode GHELWHU8QLWHV pour débiter d’une unité la télécarte désignée par PD7HOHFDUWH.

LQWXQLWHV PD7HOHFDUWHJHW8QLWHV 

3

Appel de la méthode JHW8QLWHV pour interroger le nombre d’unités restant sur la télécarte et affectation de la valeur à la variable XQLWHV égale à 49.

FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWHWHOHFDUWH(PSUXQWHH

3

Déclaration de la référence WHOHFDUWH (PSUXQWHH.

WHOHFDUWH(PSUXQWHH PD7HOHFDUWH

3

Affectation de la référence PD7HOHFDUWH à la référence WHOHFDUWH(PSUXQWHH : WHOHFDUWH(PSUXQWHH et PD7HOHFDUWH désignent le même objet.

© Groupe Eyrolles, 2004

Déclaration de la variable locale PD7HOHFDUWH référence de classe FRPHWHNVRXWLOV 7HOHFDUWH

39

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

WHOHFDUWH(PSUXQWHHGHELWHU8QLWHV  

Débit de 46 unités sur la télécarte désignée par WHOHFDUWH(PSUXQWHH.

B

Les références WHOHFDUWH(PSUXQWHH et PD7HOHFDUWH désignant le même objet, l’appel à JHW8QLWHV sur ces références renvoie la même valeur : 3.

B

XQLWHV WHOHFDUWH(PSUXQWHHJHW8QLWHV  XQLWHV PD7HOHFDUWHJHW8QLWHV 

Cette instruction est mise en commentaire car le compilateur la refuse : il n’est pas possible d’utiliser le champ SULYDWH XQLWHV en dehors de la classe FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH, ce qui le protège des modifications intempestives.

B

WHOHFDUWH(PSUXQWHHXQLWHV 

Déclaration de la référence WD7HOHFDUWH initialisée avec WHOHFDUWH(PSUXQWHH.

B

FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWHWD7HOHFDUWH  WHOHFDUWH(PSUXQWHH

PD7HOHFDUWH est réinitialisée avec une deuxième instance de la classe FRPHWHNV RXWLOV7HOHFDUWH.

B

PD7HOHFDUWH QHZFRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH 

Débit de deux unités sur la télécarte désignée par PD7HOHFDUWH.

B

PD7HOHFDUWHGHELWHU8QLWHV  

Débit de deux unités sur la télécarte désignée par WD7HOHFDUWH.

B

WD7HOHFDUWHGHELWHU8QLWHV  

Interrogation du nombre d’unités restant sur les deux télécartes : XQLWHV0D7HOHFDUWH vaut 48, XQLWHV7D7HOHFDUWH vaut 1.

B

LQWXQLWHV0D7HOHFDUWH PD7HOHFDUWHJHW8QLWHV  LQWXQLWHV7D7HOHFDUWH WD7HOHFDUWHJHW8QLWHV 

Affichage d’une petite phrase de conclusion.

B

MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO /HVERQVFRPSWHVIRQWOHVERQVDPLV  ` `

Dans la méthode PDLQ, un premier objet de classe FRPHWHNVRXWLOV est créé et désigné par la référence PD7HOHFDUWH  puis par la référence WHOHFDUWH(PSUXQWHH . Cette télécarte est débitée d’une unité  puis de 46 unités . Le nombre d’unités de la télécarte ne pouvant être modifiées en dehors de la classe FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH , WHOHFDUWH(PSUXQWHH est affectée à WD7HOHFDUWH  et une deuxième instance de FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH désignée par PD7HOHFDUWH est créée . Si on débite des unités sur ces deux télécartes , leur nombre d’unités est différent car chaque télécarte mémorise ses unités (pour compiler et exécuter cette classe, voir la section « Organiser les fichiers des classes », page 45).

7HOHFDUWH

Exemple LQWXQLWHV 

C++ Valeur par défaut des champs Java Tout champ d’une classe Java a une valeur par défaut si elle n’est pas précisée.

40

Initialiser les champs d’un objet Chaque champ d’un nouvel objet est initialisé soit avec la valeur donnée dans la définition de sa classe, soit avec une valeur par défaut en fonction du type du champ :  pour un champ de type numérique ou caractère, IDOVH pour un champ de type ERROHDQ et QXOO pour les références de type objet. © Groupe Eyrolles, 2004

B.A.-BA Constructeur

Les champs d’un objet peuvent aussi être initialisés dans un constructeur appelé au moment de la création d’un objet. SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV&ODVVH$YHF&RQVWUXFWHXU ^ 0RGLILFDWHXU$FFHV&ODVVH$YHF&RQVWUXFWHXU ^ &RUSVGXFRQVWUXFWHXU ` 0RGLILFDWHXU$FFHV&ODVVH$YHF&RQVWUXFWHXU 7\SH3DUDPSDUDP 7\SH3DUDPSDUDP ^ &RUSVGXFRQVWUXFWHXU ` `

Groupe d’instructions qui effectuent les initialisations nécessaires d’un objet à sa création.

3

Déclaration du constructeur sans paramètre de la classe &ODVVH$YHF&RQVWUXFWHXU.

3

Déclaration du constructeur avec paramètres de la classe &ODVVH$YHF&RQVWUXFWHXU.

Un constructeur a le même identificateur que la classe où il est déclaré et n’est pas précédé d’un type de retour. Un constructeur peut prendre aucun, un ou plusieurs paramètres séparés par une virgule (), comme pour une méthode. est généralement SURWHFWHG ou absent. 0RGLILFDWHXU$FFHV

SXEOLF,

mais peut être aussi

SULYDWH,

La déclaration d’un constructeur est suivie d’un bloc entre ^` contenant des instructions pour initialiser l’objet. Ces instructions affectent des valeurs cohérentes aux champs de l’objet en cours d’initialisation avec éventuellement les valeurs reçues en paramètre. WKLV peut être utilisé comme référence sur ce nouvel objet. JAVA Constructeur par défaut

C++ Que devient le destructeur ?

Toute classe qui ne définit aucun constructeur a un constructeur par défaut sans paramètre qui ne fait rien. Aussitôt qu’un constructeur avec ou sans paramètre est défini, ce constructeur par défaut n’existe plus.

Vous n’avez pas à libérer la mémoire prise par les objets Java -. C’est le ramasse-miettes (garbage collector en anglais) de la JVM qui s’en charge : il détecte les objets qui ne sont plus référencés afin de récupérer la mémoire qu’ils occupent. Le ramasse-miettes est capable de libérer la mémoire de tous les objets inutilisables : ceux qui ne sont plus référencés par aucune variable locale et aussi les éventuels objets dont ils dépendent, même en cas de références croisées comme dans une liste doublement chaînée. L’opérateur GHOHWH du C++ n’existe donc pas en Java et la méthode ILQDOL]H équivalant au destructeur du C++ n’est que très rarement définie dans une classe. D’autre part, comme vous ne détruisez pas explicitement les objets, une référence désigne un objet forcément valide ou elle est égale à QXOO ; vous n’avez donc aucun risque de manipuler un objet qui n’existe plus.

C++ Constructeur par recopie Comme un objet ne peut pas être créé en pile en Java, le constructeur par recopie et la surcharge de l’opérateur utilisés en C++ pour initialiser les copies d’objets alloués en pile sont inutiles -.

© Groupe Eyrolles, 2004

41

3 – Création de classes

Initialiser un objet avec un constructeur

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

L’instanciation d’une classe ayant un constructeur avec des paramètres se programme avec QHZ suivi de la classe et de la liste des paramètres entre parenthèses correspondant à ceux déclarés par le constructeur. Les classes de la bibliothèque standard Java ont très souvent un constructeur. Par exemple, la classe MDYDODQJ)ORDW (avec un ) majuscule) permet de créer un objet qui mémorise une valeur de type primitif IORDW. Cette classe contient un champ SULYDWH YDOXH de type IORDW et un constructeur prenant en paramètre une valeur de type IORDW utilisée pour initialiser le champ YDOXH d’une instance de MDYDODQJ)ORDW. L’exécution de QHZ MDYDODQJ)ORDW I respecte les étapes suivantes : 1 L’espace mémoire nécessaire pour stocker un objet de classe MDYDODQJ)ORDW est réservé. 2 Son champ YDOXH est initialisé à sa valeur par défaut. 3 Le constructeur prenant en paramètre une valeur de type IORDW est appelé et reçoit en paramètre la valeur I. Les instructions de ce constructeur recopient cette valeur dans le champ de l’objet.

Par l’exemple : une classe simulant un service La classe suivante montre comment créer une classe représentant un service avec un constructeur qui initialise l’intitulé et le prix du service. EXEMPLE com/eteks/outils/Service.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV

Service avec un intitule et un prix

B

Initialise un service avec son intitule

B

Modifie le champ LQWLWXOH avec l’intitulé en paramètre.

B

Modifie le champ SUL[ avec le prix en paramètre.

B

Renvoie l’intitule de ce service

B

Modifie le prix de ce service

B

Renvoie le prix de ce service

B

42

SXEOLFFODVV6HUYLFH ^ SULYDWHMDYDODQJ6WULQJLQWLWXOH SULYDWHIORDWSUL[ SXEOLF6HUYLFH MDYDODQJ6WULQJLQWLWXOHIORDWSUL[  ^ WKLVLQWLWXOH LQWLWXOH WKLVSUL[ SUL[ ` SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW,QWLWXOH  ^ UHWXUQWKLVLQWLWXOH ` SXEOLFYRLGVHW3UL[ IORDWSUL[  ^ WKLVSUL[ SUL[ ` SXEOLFIORDWJHW3UL[  ^ UHWXUQWKLVSUL[ ` ` © Groupe Eyrolles, 2004

CONVENTIONS Nommage des paramètres Les paramètres d’un constructeur et d’un mutateur utilisent les mêmes identificateurs que les champs qu’ils modifient pour suggérer lesquels sont modifiés. Exemple : le constructeur 6HUYLFH MDYDODQJ6WULQJ LQWLWXOHIORDWSUL[ et la méthode YRLGVHW3UL[ IORDW SUL[ de la classe FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH.

L’application suivante calcule la somme des prix de deux services et montre comment créer des objets des classes FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH et MDYDODQJ)ORDW qui définissent toutes les deux un constructeur. EXEMPLE com/eteks/test/PrixTotalServices.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV3UL[7RWDO6HUYLFHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^ MDYDODQJ6WULQJLQVWDOODWLRQ ,QVWDOODWLRQ FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFHVHUYLFH,QVWDOODWLRQ

3

Instanciation d’un service de classe FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH initialisé avec l’intitulé Installation et le prix I puis affectation à VHUYLFH,QVWDOODWLRQ.

FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFHVHUYLFH)UDLV'HSODFHPHQW QHZ FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH )UDLVGHG?XHSODFHPHQW I 

3

Création d’une deuxième instance FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH.

VHUYLFH)UDLV'HSODFHPHQWVHW3UL[ I  &DOFXOGHODVRPPHGHVGHX[SUL[ IORDWSUL[,QVWDOODWLRQ VHUYLFH,QVWDOODWLRQJHW3UL[  IORDWSUL[)UDLV VHUYLFH)UDLV'HSODFHPHQWJHW3UL[  IORDWVRPPH SUL[,QVWDOODWLRQSUL[)UDLV

3

Appel de la méthode VHW3UL[ pour modifier le prix des frais de déplacement.

MDYDODQJ)ORDWREMHW6RPPH QHZMDYDODQJ)ORDW VRPPH 

3

MDYDODQJ6WULQJWH[WH6RPPH REMHW6RPPHWR6WULQJ  MDYDODQJ6WULQJWH[WH7RWDO 7RWDOFRQFDW WH[WH6RPPH  MDYDODQJ6WULQJPHVVDJH WH[WH7RWDOFRQFDW ?XDF 

3

Appel de la méthode WR6WULQJ qui renvoie un texte contenant le nombre pour construire le texte Total : xxx.xx €.

MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

3

Affichage du texte Total : 109.55 €.

VHUYLFH,QVWDOODWLRQ QHZ FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH LQVWDOODWLRQI 

de

Instanciation de la classe MDYDODQJ)ORDW mémorisant un nombre de type primitif IORDW initialisé dans son constructeur avec la valeur en paramètre.

L’application de classe FRPHWHNVWHVW3UL[7RWDO6HUYLFHV crée deux services  , instances de la classe FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH, puis calcule la somme de leur prix . Un objet de classe MDYDODQJ)ORDW mémorisant cette somme est ensuite créé  et la méthode WR6WULQJ est appelée sur cet objet pour obtenir le texte correspondant à la valeur de la somme . Finalement, un texte est construit et affiché  (pour compiler et exécuter cette classe, voir plus loin la section « Organiser les fichiers des classes », page 45).

© Groupe Eyrolles, 2004

43

3 – Création de classes

La classe FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH mémorise l’intitulé  et le prix  d’un service. Ces données sont initialisées pour tout nouveau service avec un constructeur  prenant en paramètre l’intitulé et le prix du service. Cette classe définit aussi les méthodes JHW,QWLWXOH  et JHW3UL[  qui renvoient l’intitulé et le prix d’un service et la méthode VHW3UL[  qui permet de changer son prix.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Surcharger les méthodes et les constructeurs ATTENTION La surcharge ne s’applique pas au type de retour seul Il est interdit de créer deux méthodes ayant des paramètres de même type et un type de valeur de retour différent. Par exemple, si les méthodes : SXEOLF LQW FRQYHUWLU MDYDODQJ6WULQJV et SXEOLF IORDW FRQYHUWLU MDYDODQJ6WULQJV  sont définies dans une classe, le compilateur affichera cette erreur : 7HVWMDYD FRQYHUWLU MDYDODQJ6WULQJ LV DOUHDG\GHILQHGLQ7HVW

Une méthode est surchargée (overloaded en anglais) quand elle est définie plusieurs fois dans une classe, avec le même identificateur mais avec des paramètres de type différent, ou de même type mais dans un ordre différent. Une classe peut aussi définir plusieurs constructeurs qui prennent des paramètres de type différent. En fait, ce sont les constructeurs qui sont le plus souvent surchargés. L’instruction WKLV , avec ou sans paramètres, peut être utilisée comme première instruction d’un constructeur pour passer des valeurs par défaut à un autre constructeur. Par exemple, la classe MDYDODQJ)ORDW a trois constructeurs : • un prenant un paramètre de type primitif IORDW ; • un prenant un paramètre de type primitif GRXEOH ; • un prenant un paramètre de classe MDYDODQJ6WULQJ. Ce dernier constructeur convertit la chaîne de caractères reçue en paramètre en une valeur de type primitif IORDW avant de la stocker dans son champ. Exemple

C++ Valeur par défaut des paramètres Il est impossible de donner en Java une valeur par défaut aux paramètres. Cette caractéristique du C++ peut être aisément remplacée grâce à la surcharge des méthodes et des constructeurs. Pour vous simplifier la tâche, Java permet aux constructeurs de s’appeler entre eux grâce à l’instruction WKLV SDUDPV .

La classe FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH pourrait comporter un second constructeur qui ne prendrait pas en paramètre le prix, de façon à le fixer ultérieurement : SXEOLF6HUYLFH MDYDODQJ6WULQJLQWLWXOH ^ WKLV LQWLWXOHI  `

ATTENTION Pas de type de retour devant un constructeur Un constructeur ne peut être précédé par un type de retour (ce serait une méthode valide !). Si YRLG ou un autre type de retour est ajouté involontairement, cela peut provoquer une erreur de compilation inattendue, comme dans cet exemple où le compilateur affiche cette erreur : 7HVW,QGLYLGXMDYDFDQQRWUHVROYHV\PERO V\PEROFRQVWUXFWRU,QGLYLGX MDYDODQJ6WULQJ ORFDWLRQFODVVFRPHWHNVWHVW,QGLYLGX FRPHWHNVWHVW,QGLYLGXXQ,QGLYLGX QHZ FRPHWHNVWHVW,QGLYLGX $OEHUW'XSRQG 

44

Rappel du constructeur avec 3 deux paramètres en lui passant

un prix nul.

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV,QGLYLGX ^ SULYDWHMDYDODQJ6WULQJQRP ,OV·DJLWG·XQHPpWKRGHYDOLGH SDVG·XQFRQVWUXFWHXU  SXEOLFYRLG,QGLYLGX MDYDODQJ6WULQJQRP ^ WKLVQRP QRP ` ` FODVV7HVW,QGLYLGX ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^ 1HVHFRPSLOHSDVFDUOHFRQVWUXFWHXU DYHFXQHFKDvQHHQSDUDPqWUHQ·H[LVWHSDV FRPHWHNVWHVW,QGLYLGXXQ,QGLYLGX QHZ FRPHWHNVWHVW,QGLYLGX $OEHUW'XSRQG  ` `

© Groupe Eyrolles, 2004

L’organisation des fichiers d’un programme en cours de développement amène généralement à séparer les fichiers source, les fichiers compilés et les fichiers exécutables dans plusieurs dossiers (ou répertoires).

Dossier

Type de fichiers

VUF

Fichiers source (fichiers MDYD, images ou autres)

L’arborescence d’un dossier de développement Java est souvent basée sur les sous-dossiers VUF, FODVVHV, OLE, GRF et ELQ .

FODVVHV

Classes compilées (fichiers FODVV)

OLE

Bibliothèques non standards et fichiers MDU des classes de votre programme

GRF

Documentation

Par ailleurs, la commande MDYD requiert que chaque fichier FODVV d’une classe appartenant à un paquetage soit rangé dans une hiérarchie de sousdossiers correspondant à son paquetage, ce qui donne, pour les classes créées jusqu’ici, l’arborescence représentée à la figure 3–6.

ELQ Dossiers à créer

générée

avec

MDYDGRF

Fichiers de commandes lançant votre programme

Sous dossiers créés automatiquement

ASTUCE Séparation des sources La séparation des fichiers sources des fichiers compilés dans des dossiers différents simplifie la sauvegarde de votre travail sur un autre support : comme les fichiers FODVV peuvent être facilement recréés, la sauvegarde du dossier FODVVHV qui les contient est inutile.

C++/C# Organisation des dossiers des classes

Figure 3–6 Organisation des dossiers de développement

Par exemple, le chemin d’accès de la classe FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH doit être : • FRP?HWHNV?RXWLOV?7HOHFDUWHFODVV sous Windows • FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWHFODVV sous Linux et Mac OS X. De la même façon, la commande MDYDF n’est capable de retrouver une classe citée dans un fichier MDYD (comme pour la classe FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH dans le fichier 3UL[7RWDO6HUYLFHVMDYD) que si le fichier MDYD ou le fichier FODVV de cette classe figure dans des sous-dossiers correspondant au paquetage de cette classe. © Groupe Eyrolles, 2004

L’arborescence des dossiers où sont enregistrés les fichiers MDYD et FODVV de toute classe Java doit correspondre à leur paquetage, équivalent des espaces de noms du C++ et de C#. Cette organisation associée au fait que toute classe SXEOLF doit être enregistrée dans un fichier MDYD de même nom (aux majuscules/minuscules près), peut paraître quelque peu compliquée au premier abord, même si elle est en fait très logique. Comprenez bien que cette contrainte permet aux développeurs qui travaillent sur un même programme ou aux personnes qui en effectuent la maintenance de retrouver très facilement les fichiers des classes, sans avoir à lire aucune documentation. D’autres langages, comme le C++ ou C#, vous laissent une liberté totale pour organiser les fichiers source, à charge alors aux développeurs de documenter cette organisation et sa logique...

45

3 – Création de classes

Organiser les fichiers des classes

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Automatiser la compilation avec un fichier de commandes B.A.-BA Fichier de commandes Un fichier de commandes regroupe un ensemble de commandes à exécuter les unes après les autres. Il vous est conseillé ici d’en créer un pour éviter de taper la ou les commandes qu’il contient à chaque fois que vous en avez besoin. Sous Windows, un fichier de commandes doit porter l’extension EDW et peut être lancé en double-cliquant sur celui-ci. Pour éviter que la fenêtre de commandes ne se ferme immédiatement après l’exécution d’un fichier EDW lancé par un double-clic, ajoutez-lui la commande SDXVH. Sous Unix, un fichier texte est rendu exécutable en exécutant la commande FKPRG [ ILFKLHU.

ASTUCE Séparateur de dossier / et \ Sous Windows, les commandes Java acceptent d’utiliser comme séparateur de dossiers le symbole  à la place du symbole ?. De ce fait, le fichier EXLOGVK décrit ci-contre fonctionne aussi sous Windows si vous le renommez EXLOGEDW.

OUTILS IDE Toutes les options des commandes Java décrites dans ces pages se retrouvent dans les options des IDE Java, ce qui vous simplifie la tâche mais ne vous abstient pas d’en comprendre l’effet...

Le fichier de commandes EXLOGVK décrit ci-dessous permet de compiler les classes du dossier &DKLHU-DYD, de les rassembler dans le fichier d’archive WHVWMDU et de créer leur documentation javadoc (le fichier EXLOGEDW contient les mêmes commandes avec des caractères ? à la place des caractères ) : FICHIEREXLOGVK MDYDFVRXUFHSDWKVUFGFODVVHV XVUF MDYDVUFFRPHWHNVWHVW MDYD MDUFI0OLEWHVWMDU&FODVVHV MDYDGRFVRXUFHSDWKVUFGGRFFRPHWHNVRXWLOVFRPHWHNVWHVW

La commande MDYDF compile tous les fichiers MDYD des sous-dossiers VUF et VUFFRPHWHNVWHVW avec les options suivantes : • GFODVVHV : crée les fichiers FODVV dans le sous dossier de destination FODVVHV (en créant les sous-dossiers des paquetages si nécessaires). • VRXUFHSDWKVUF : utilise le sous-dossier VUF comme racine des sources. Notez que les classes FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH et FRPHWHNVRXWLOV 6HUYLFH sont retrouvées et compilées par MDYDF grâce à cette option. La commande MDU crée dans le sous-dossier OLE le fichier d’archive WHVWMDU et y stocke tous les fichiers du dossier FODVVHV avec les options suivantes : • FI0 OLEWHVWMDU : crée le fichier OLEWHVWMDU sans fichier Manifest. • & FODVVHV  : change le dossier courant pour FODVVHV, puis zippe dans le fichier d’archive tous les fichiers de ce dossier en sauvegardant leur chemin d’accès (ne pas oublier le point à la fin de la commande). La commande MDYDGRF crée la documentation au format HTML des classes SXEOLF des paquetages FRPHWHNVRXWLOV et FRPHWHNVWHVW avec les options suivantes : • G GRF : crée la documentation dans le sous-dossier de destination GRF. • VRXUFHSDWK VUF : utilise le sous-dossier VUF comme racine des sources. Les commandes MDU et MDYDGRF sont citées ici pour information. Comme elles ne sont pas nécessaires pour exécuter une application, vous pouvez les omettre ou les placer en commentaire en ajoutant, avant ces commandes, 5(0 sous Windows et  sous Linux et Mac OS X. Utilisez de préférence des chemins relatifs : ici les dossiers VUF, FODVVHV, OLE et GRF sont exprimés relativement au dossier courant où le fichier de commandes EXLOGVK est exécuté ( aurait pu d’ailleurs être omis). Ceci permet de déplacer le dossier racine &DKLHU-DYD sans avoir à changer les commandes de ce fichier.

46

© Groupe Eyrolles, 2004

3 – Création de classes

B.A.-BA Dossiers . et .. Sous Windows comme sous Unix, il existe deux dossiers particuliers symbolisés par un point () et un double point (). Le dossier  représente le dossier courant, c’est-à-dire le dossier dans lequel vous vous situez à un moment donné, et le dossier  représente le dossier parent, c’està-dire le dossier dans lequel se situe le dossier courant. Voici dans une fenêtre de commande Windows quelques exemples de commandes utilisant ces dossiers et leur commandes équivalentes : • &?7HVW!GLU  ⇔&?7HVW!GLU&?7HVW? ⇔&?7HVW!GLU&?7HVW ⇔&?7HVW!GLU • &?7HVW!GLU  ⇔&?7HVW!GLU&?7HVW? ⇔&?7HVW!GLU&? • &?7HVW!MDYDF²VRXUFHSDWK?VUF²G?FODVVHV?VUF? MDYD ⇔&?7HVW!MDYDF²VRXUFHSDWK&?7HVW?VUF²G&?7HVW?FODVVHV  X &?7HVW?VUF? MDYD ⇔&?7HVW!MDYDF²VRXUFHSDWKVUF²GFODVVHVVUF? MDYD ⇔&?7HVW?VUF!MDYDF²VRXUFHSDWK²G?FODVVHV MDYD ⇔&?7HVW?VUF!MDYDF²G?FODVVHV MDYD ⇔&?7HVW?FODVVHV!MDYDF²VRXUFHSDWK?VUF²G?VUF? MDYD En observant les six commandes équivalentes MDYDF, remarquez que le dossier racine des sources spécifié par l’option VRXUFHSDWK est égal par défaut au dossier courant. Si l’option G n’est pas utilisée, les fichiers FODVV sont enregistrés dans les mêmes dossiers que ceux des fichiers source auxquels ils correspondent. Notez aussi qu’il faut toujours donner à MDYDF le chemin des fichiers sources à compiler, car le dossier spécifié par l’option VRXUFHSDWK ne sert au compilateur que pour retrouver les classes qui s’utilisent mutuellement.

OUTILS Ant, le make de Java Ant est l’outil de construction d’applications de la fondation Apache qui propose de nombreux autres produits Java Open Source comme Tomcat ou Struts. Cet outil a pour but de gérer les différentes opérations liées au développement d’un programme (compilation, tests, mise en production...) sous forme de cibles ou d’objectifs (targets en anglais) liés les uns aux autres. La description de ces cibles s’effectue dans un fichier XML nommé par défaut EXLOG[PO et dont la syntaxe est bien plus simple que celle de leurs lointains cousins, les fichiers PDNHILOH. Par exemple, le fichier Ant suivant correspond à la commande MDYDF du fichier EXLOGVK décrit précédemment : "[POYHUVLRQ "! SURMHFWQDPH &DKLHU-DYDEDVHGLU GHIDXOW FRPSLOH! WDUJHWQDPH FRPSLOHGHVFULSWLRQ &RPSLODWLRQ! MDYDFVUFGLU VUFGHVWGLU FODVVHV! WDUJHW! SURMHFW!

Voir B http://ant.apache.org et R Cahier du programmeur Java - Conception et déploiement J2EE, Jérôme Molière, Eyrolles 2003 © Groupe Eyrolles, 2004

47

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Pour lancer la construction : • Sous Windows, ouvrez une fenêtre de commandes, déplacez-vous avec la commande FG dans le dossier de EXLOGEDW puis exécutez la commande EXLOGEDW ou plus simplement EXLOG • Sous Linux et Mac OS X, ouvrez une fenêtre de terminal, déplacez-vous avec la commande FG dans le dossier de EXLOGVK puis exécutez la commande EXLOGVK

ASTUCE Ne créez pas les sous-dossiers classes et doc Comme l’option G des commandes MDYDF et MDYDGRF crée si nécessaire les sous-dossiers des paquetages dans le dossier de destination, ne créez vous-même que les dossiers à la racine du dossier de développement et les sous-dossiers de VUF.

Exécuter une application Les fichiers 7HOHFDUWH(PSUXQWHHVK et 3UL[7RWDO6HUYLFHVVK du dossier ELQ de lancement des applications Java précédentes peuvent se servir de la commande MDYD de deux manières différentes (les fichiers 7HOHFDUWH(PSUXQWHHEDW et 3UL[7RWDO6HUYLFHVEDW contiennent les mêmes commandes avec des caractères ? à la place des caractères ) :

B.A.-BA classpath le chemin des classes

FICHIER bin/PrixTotalServices.sh

L’option FODVVSDWK peut être utilisée avec les commandes MDYDF, MDYDGRF et MDYD. Utilisez cette option pour citer les fichiers d’archive de bibliothèques non standards, en les séparant par  sous Windows et  sous Linux et Mac OS X.

MDYDFODVVSDWKFODVVHVFRPHWHNVWHVW3UL[7RWDO6HUYLFHV RX MDYDFODVVSDWKOLEWHVWMDUFRPHWHNVWHVW3UL[7RWDO6HUYLFHV

La commande MDYD appelle la méthode PDLQ de la classe passée en paramètre, précédée de son paquetage. L’option FODVVSDWK est suivie du sous-dossier FODVVHV racine des classes ou du fichier d’archive OLEWHVWMDU utilisé comme l’équivalent d’un dossier racine. L’option FODVVSDWK est égale par défaut au contenu de la variable d’environnement &/$663$7+, ou au dossier courant si cette variable n’est pas définie.

JAVA Livrable final Le fichier MDU contient tous les fichiers nécessaires à l’application. Il est intéressant car c’est un livrable plus simple à installer et à désinstaller qu’un ensemble de fichiers FODVV.

Simplifier l’écriture des classes avec import Avec les clauses LPSRUW, on peut éviter de citer le paquetage des classes devant leur identificateur (par exemple, 7HOHFDUWH au lieu de FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH). Ces clauses se placent avant la déclaration de la première classe d’un fichier source et obéissent à la syntaxe suivante : Import de la classe FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH

B

LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH

Import des classes du paquetage FRPHWHNVRXWLOV

B

LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV 

48

© Groupe Eyrolles, 2004

C++/C# import ≈ using ≠ #include L’équivalent de la clause Java LPSRUW est XVLQJ en C++ et C#. Ne confondez pas LPSRUW avec la directive LQFOXGH du C++, même si le compilateur MDYDF effectue des vérifications sur les paquetages et les classes importées.

Par l’exemple : afficher les unités restantes d’une télécarte L’application suivante affiche le nombre d’unités restantes sur une télécarte débitée de 3 unités et montre comment utiliser LPSRUW pour alléger le code Java d’un programme. EXEMPLE com/eteks/test/AfficherUnitesTelecarte.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW

Import de la classe FRPHWHNVRXWLOV 7HOHFDUWH et des classes du paquetage MDYD[VZLQJ.

LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH LPSRUWMDYD[VZLQJ 

3

LPSRUWMDYDODQJ  LPSRUWFRPHWHNVWHVW  FODVV$IILFKHU8QLWHV7HOHFDUWH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

3

Clauses en commentaire car implicites.

7HOHFDUWHWHOHFDUWH QHZ7HOHFDUWH 

3

Création d’une instance de 7HOHFDUWH.

WHOHFDUWHGHELWHU8QLWHV  

3

La télécarte est débitée de 3 unités.

,QWHJHUREMHW8QLWHV QHZ,QWHJHU XQLWHV5HVWDQWHV  6WULQJWH[WH8QLWHV REMHW8QLWHVWR6WULQJ 

3

De façon similaire à la classe MDYDODQJ )ORDW, la classe MDYDODQJ,QWHJHU a un champ de type LQW et une méthode WR6WULQJ capable de convertir cet entier en son texte.

6WULQJWH[WH5HVWH ,OYRXVUHVWHFRQFDW WH[WH8QLWHV  6WULQJPHVVDJH WH[WH5HVWHFRQFDW XQLW?XHV 

3

Construction du texte « Il vous reste xx unités ».

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

3

Affichage du texte « Il vous reste 47 unités ».

LQWXQLWHV5HVWDQWHV WHOHFDUWHJHW8QLWHV 

Pour vous servir de la classe 7HOHFDUWH du paquetage FRPHWHNVRXWLOV, vous pouvez : • utiliser LPSRUW FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH au début du fichier et écrire ensuite7HOHFDUWH • ou bien utiliser LPSRUW FRPHWHNVRXWLOV  au début du fichier et écrire ensuite7HOHFDUWH • ou encore écrire FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH à chaque fois que vous voulez utiliser la classe 7HOHFDUWH.

© Groupe Eyrolles, 2004

B.A.-BA Classe pleinement qualifiée Une classe précédée de son paquetage est dite pleinement qualifiée.

49

3 – Création de classes

La clause LPSRUW MDYDODQJ  est implicite dans tous les fichiers MDYD. Toutes les classes SXEOLF ou non d’un même paquetage peuvent faire appel les unes aux autres sans clause LPSRUW. Dans le cas de la clause LPSRUW d’une classe, le compilateur Java vérifie l’existence de la classe importée et la compile. Pour chaque clause LPSRUW d’un paquetage, le compilateur Java vérifie si le dossier correspondant existe. Les clauses LPSRUW superflues ou redondantes ne sont pas signalées par le compilateur.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Exemples • MDYDXWLO'DWH et MDYDVTO'DWH • MDYDODQJ2EMHFW et RUJRPJ&25%$2EMHFW

Il faut toujours écrire une classe en la faisant précéder de son paquetage partout où il y a risque de confusion avec une autre classe utilisée dans le même fichier MDYD. S’il y a risque de confusion, le compilateur affiche une erreur de ce type si vous ne précisez pas le paquetage : 7HVWMDYDUHIHUHQFHWR'DWHLVDPELJXRXVERWKFODVVMDYDVTO'DWH LQMDYDVTODQGFODVVMDYDXWLO'DWHLQMDYDXWLOPDWFK 'DWHG

En résumé... Ce chapitre vous a expliqué comment définir des classes Java avec leurs champs, leurs méthodes et leurs constructeurs. Les applications ont mis en pratique ces classes pour créer des objets et appeler leurs méthodes.

50

© Groupe Eyrolles, 2004

Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements expressionInit

4 SOMMAIRE

B Opérateurs false

B Instructions de branchement exprBooleenne true instructionOuBloc A l'appel d'une instruction : break ; continue ; return ...;

exprIncrementation

Instruction suivante de la boucle Sortie de la méthode

Après avoir étudié comment on peut organiser ses informations sous forme d’objets, on verra dans ce chapitre comment programmer un traitement avec quelques applications de calcul. La syntaxe des opérateurs et des instructions de contrôle de Java étant très proche de celle du langage C, les programmeurs C, C++ et C# s’y sentiront particulièrement à l’aise...

© Groupe Eyrolles, 2004

B Boucles MOTS-CLÉS

B Cast B Concaténation B if B switch B while B for

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Opérateurs à connaître B.A.-BA Mais pourquoi de tels symboles ? Les opérateurs et les instructions Java ont été repris du C pour faciliter l’apprentissage des programmeurs C/C++ à Java. Ce choix explique les symboles inhabituels de certains opérateurs ( | ...) et la complexité de la syntaxe de certaines instructions (IRU).

Les opérateurs Java se répartissent en trois catégories : • les opérateurs arithmétiques utilisés pour calculer des expressions ; • les opérateurs de comparaison et les opérateurs logiques programmés dans les conditions des instructions de branchement ; • les opérateurs d’affectation utilisés pour modifier la valeur d’une variable.

Tableau 4–1 Opérateurs arithmétiques

Opérateur

Expression

Description



H[SU  H[SU

renvoie l’addition de H[SU et de H[SU.



H[SU  H[SU H[SUHVVLRQ

renvoie la soustraction de H[SU et de H[SU. renvoie la valeur opposée de H[SUHVVLRQ.

H[SU H[SU

renvoie la multiplication de H[SU par H[SU.



H[SU  H[SU

renvoie la division de H[SU par H[SU, ou déclenche une exception de classe MDYDODQJ $ULWKPHWLF([FHSWLRQ, si H[SU est nulle et la division s’opère sur des expressions entières. Si les expressions sont entières, la division est entière (   donne ).



H[SU  H[SU

renvoie le reste de la division de H[SU par H[SU, ou déclenche une exception de classe MDYDODQJ$ULWKPHWLF([FHSWLRQ, si H[SU est nulle, et les expressions sont entières.

Tableau 4–2 Opérateurs de comparaison

Opérateur

Expression

Description



H[SU  H[SU

renvoie WUXH si H[SU est strictement inférieure à H[SU.

!

H[SU ! H[SU

renvoie WUXH si H[SU est strictement supérieure à H[SU.



H[SU 

H[SU

renvoie WUXH si H[SU est inférieure ou égale à H[SU.

!

H[SU !

H[SU

renvoie WUXH si H[SU est supérieure ou égale à H[SU.

H[SU

H[SU

renvoie WUXH si H[SU est égale à H[SU. Si H[SU et H[SU sont des références sur des objets, le résultat est WUXH si les 2 références désignent le même objet, ou si elles sont égales à QXOO.



H[SU 

H[SU

renvoie WUXH si H[SU est différente de H[SU. H[SU  H[SU Ù  H[SU H[SU

LQVWDQFHRI

REMHWLQVWDQFHRI7\SH

52

renvoie WUXHsi REMHW désigne une instance de la classe 7\SHou des classes dérivées de 7\SH. Si REMHW est égal à QXOO, le résultat est toujours IDOVH. Si 7\SH est une interface, REMHW LQVWDQFHRI 7\SH renvoie WUXH si la classe d’REMHWimplémente 7\SH.

© Groupe Eyrolles, 2004

Opérateur

Expression

Description



H[SU%RRO

renvoie le complément logique de H[SU%RRO, c’est-à-dire IDOVH si H[SU%RRO est égale à WUXH, et inversement.



H[SU%RRO H[SU%RRO

renvoie le résultat d’un ET logique entre les opérandes. Si H[SU%RRO est IDOVH alors H[SU%RRO n’est pas évaluée, et IDOVH est renvoyé immédiatement.

__

H[SU%RRO__H[SU%RRO

renvoie le résultat d’un OU logique entre les opérandes (le caractère _ s’obtient en activant AltGr + 6 sur PC et Alt + Shift + L sous Mac OS). Si H[SU%RRO est WUXH alors H[SU%RRO n’est pas évaluée, et WUXH est renvoyé immédiatement.

Table de vérité de l’opérateur ET

Table de vérité de l’opérateur OU



WUXH

IDOVH

__

WUXH

IDOVH

WUXH

WUXH

IDOVH

WUXH

WUXH

WUXH

IDOVH

IDOVH

IDOVH

IDOVH

WUXH

IDOVH

Tableau 4–4 Opérateurs d’affectation

Opérateur

Expression YDULDEOH

Description H[SUHVVLRQ

affecte à YDULDEOH la valeur d’H[SUHVVLRQ et renvoie cette valeur, ce qui permet d’enchaîner des affectations par exemple YDU YDU 



YDULDEOH 

H[SUHVVLRQ

ÙYDULDEOH

YDULDEOH  H[SUHVVLRQ



YDULDEOH 

H[SUHVVLRQ

ÙYDULDEOH

YDULDEOH ² H[SUHVVLRQ

YDULDEOH

H[SUHVVLRQ

ÙYDULDEOH

YDULDEOH H[SUHVVLRQ



YDULDEOH 

H[SUHVVLRQ

ÙYDULDEOH

YDULDEOH  H[SUHVVLRQ



YDULDEOH 

H[SUHVVLRQ

ÙYDULDEOH

YDULDEOH  H[SUHVVLRQ



YDULDEOH YDULDEOH



YDULDEOH YDULDEOH

Opérateurs de pré ou post-incrémentation : • ajoute  à YDULDEOH, et renvoie la nouvelle valeur de YDULDEOH. YDULDEOH ÙYDULDEOH YDULDEOH   ÙYDULDEOH   • ajoute  à YDULDEOH, et renvoie la valeur de YDULDEOH avant que celle-ci ne soit incrémentée. Opérateurs de pré ou post-décrémentation : • retire  à YDULDEOH, et renvoie la nouvelle valeur de YDULDEOH. ²YDULDEOH ÙYDULDEOH YDULDEOH ²  ÙYDULDEOH   • retire  à YDULDEOH, et renvoie la valeur de YDULDEOH avant que celle-ci ne soit décrémentée.

JAVA Opérateurs bit à bit Il existe aussi les opérateurs a _ A  !! !!! lesquels sont utilisés pour effectuer des opérations sur les bits d’un entier. Ils sont rarement utilisés. B http://www.commentcamarche.net/java/javaop.php3

© Groupe Eyrolles, 2004

53

4 – Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements

Tableau 4–3 Opérateurs logiques

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

JAVA Bloc d’instructions et expressions C++ Instructions sans effet de bord Seule une expression Java avec effet de bord, comme l’appel à une méthode, la création d’un objet ou une opération d’affectation, peut être utilisée isolément comme instruction. Ceci permet de repérer certaines erreurs d’écriture issues de Copier/Coller trop rapides comme l’instruction L  qui n’a aucun effet.

Noté entre accolades ^ `, un bloc est un ensemble de déclarations de variables locales, d’instructions (statements en anglais) et/ou d’autres blocs. Une instruction peut consister en : • l’appel à une méthode, la création d’un objet, ou une expression utilisant un opérateur d’affectation, suivis d’un point-virgule (), ou encore • une instruction de contrôle (LI, VZLWFK, ZKLOH, IRU, UHWXUQ). Une expression peut consister en : • l’accès à une donnée (valeur littérale, variable locale, paramètre ou champ) ; • l’appel à une méthode ; • la création d’objet avec l’opérateur QHZ ; • une opération utilisant un opérateur sur d’autres expressions.

Conversions numériques avec l’opérateur de cast C++ Casts automatiques Les conversions automatiques entre types primitifs sont moins nombreux en Java. Dès qu’il y a risque de perte en précision (IORDW en LQW, ORQJ en E\WH, par exemple), il vous faut programmer un FDVW explicite.

ATTENTION Les conversions ont un coût Les conversions numériques calculent la représentation binaire d’une donnée dans un type différent. Par exemple, l’expression IORDW  convertit la valeur de type LQW s’écrivant [ en son équivalent de type IORDW s’écrivant [I en mémoire.

Partout où une donnée est recopiée dans une autre, le compilateur vérifie que le type de la donnée copiée est le même que celui de la donnée qui en reçoit la valeur. Cela peut survenir : • dans une affectation YDULDEOH H[SUHVVLRQ, où la valeur d’H[SUHVVLRQ est recopiée dans YDULDEOH • lors du passage d’une expression en paramètre à une méthode WHVW H[SUHVVLRQ , où la valeur d’H[SUHVVLRQ est recopiée dans le paramètre de WHVW, • à l’appel UHWXUQH[SUHVVLRQ où la valeur d’H[SUHVVLRQ est recopiée dans la valeur de retour. Si les types des deux données sont différents, une conversion (ou transtypage) est nécessaire pour les rendre identiques. Pour les valeurs de type primitif numérique, on effectue cette conversion avec l’opérateur de cast : W\SH H[SUHVVLRQ

convertit la valeur de H[SUHVVLRQ dans le W\SH donné. JAVA Conversion avec gain ou perte de précision Quand la conversion entraîne un gain de précision, c’est-à-dire que le nouveau type de la donnée est capable de stocker plus de nombres que son type initial, il n’y pas de risque qu’un nombre soit tronqué. Il n’est alors pas obligatoire de citer l’opérateur de cast W\SH , car le compilateur programme la conversion nécessaire automatiquement. C’est le cas par exemple pour la conversion d’un nombre de type E\WH, capable de stocker un entier compris entre – 128 et 127, en type LQW, lui-même capable de stocker un entier compris entre - 2 147 483 648 et 2 147 483 647. Seules les conversions entraînant une perte possible de précision doivent être obligatoirement programmées avec l’opérateur de cast W\SH , sinon le compilateur affiche une erreur de ce type : 7HVW&DVWMDYD[[[SRVVLEOHORVVRISUHFLVLRQ IRXQGGRXEOH UHTXLUHGIORDW

54

© Groupe Eyrolles, 2004

Par l’exemple : conversion euro/franc français Dans la classe suivante, on voit comment utiliser les opérateurs arithmétiques et l’opérateur de cast pour programmer une conversion euro/franc français.

ATTENTION Une conversion numérique s’applique aux nombres Une conversion numérique ne peut s’appliquer que d’un type primitif, numérique ou caractère (E\WH VKRUW LQW ORQJ FKDU IORDW GRXEOH), vers un autre.

EXEMPLE com/eteks/outils/ConvertisseurEuro.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV 



&ODVVHGHFRQYHUVLRQPRQpWDLUHHXURIUDQFIUDQFDLV

 SXEOLFFODVV&RQYHUWLVVHXU(XUR ^ SULYDWHIORDWPRQWDQW(Q(XUR SXEOLF&RQYHUWLVVHXU(XUR IORDWPRQWDQW(Q(XUR ^ WKLVPRQWDQW(Q(XUR PRQWDQW(Q(XUR ` 

  5HQYRLHOHPRQWDQWHQHXUR   SXEOLFIORDWJHW0RQWDQW(Q(XUR ^ UHWXUQWKLVPRQWDQW(Q(XUR ` 

 5HQYRLHOHPRQWDQWHQIUDQFIUDQFDLV   SXEOLFIORDWJHW0RQWDQW(Q)UDQF ^ IORDWPRQWDQW)UDQF1RQ$UURQGL WKLVPRQWDQW(Q(XUR I IORDWPRQWDQW&HQWLPH)UDQF1RQ$UURQGL PRQWDQW)UDQF1RQ$UURQGL  II

3

Calcul de l’arrondi en centime de franc (I est utilisé pour l’arrondi).

ORQJPRQWDQW&HQWLPH)UDQF6DQV'HFLPDOH  ORQJ PRQWDQW&HQWLPH)UDQF1RQ$UURQGL

3

Suppression des décimales en convertissant dans un type entier.

IORDWPRQWDQW&HQWLPH)UDQF$YHF'HFLPDOH  PRQWDQW&HQWLPH)UDQF6DQV'HFLPDOH IORDWPRQWDQW&HQWLPH)UDQF$UURQGL PRQWDQW&HQWLPH)UDQF$YHF'HFLPDOH I UHWXUQPRQWDQW&HQWLPH)UDQF$UURQGL ` `

3

Conversion en IORDW pour avoir un nombre décimal puis division par 

© Groupe Eyrolles, 2004

55

4 – Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements

De même, dans une expression H[SURSH[SU utilisant un opérateur binaire numérique, le compilateur vérifie que le type des deux expressions est bien le même, car la JVM n’a à sa disposition que des opérateurs utilisant des opérandes de même type (LQW et LQW, ORQJ et ORQJ, IORDW et IORDW ou GRXEOH et GRXEOH). Si les deux types sont différents, le compilateur convertit automatiquement l’opérande de moindre capacité pour effectuer le calcul.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

La méthode JHW0RQWDQW(Q)UDQF de la classe FRPHWHNVRXWLOV&RQYHUWLVVHXU(XUR convertit un montant exprimé en euro en franc français grâce aux opérateurs arithmétiques et aux opérateurs de conversion. Notez que la conversion du type IORDW en type ORQJ  doit être explicite car elle peut entraîner une perte de précision tandis que la conversion du type ORQJ en type IORDW  peut être implicite car elle entraîne un gain de précision.

C# Directives checked/unchecked Comme les directives FKHFNHG et XQFKHFNHG de C# n’existent pas en Java, la vérification de dépassement de capacité sur des entiers doit être programmée avec des tests équivalents.

L’application de classe FRPHWHNVWHVW&RQYHUVLRQ(XUR convertit un montant en franc français et teste différentes conversions numériques. EXEMPLE com/eteks/test/ConversionEuro.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV&RQYHUWLVVHXU(XUR FODVV&RQYHUVLRQ(XUR ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ VKRUWPRQWDQW  VKRUWPRQWDQW 

Toutes les opérateurs portant sur des entiers E\WH, VKRUW, FKDU ou LQW renvoient un résultat de type LQW

B

LQWPRQWDQW7RWDO PRQWDQWPRQWDQW

La conversion en type E\WH est acceptée mais PRQWDQW%\WH, trop petit pour stocker  (= [ = ), contient en fait  (= [ =  partie basse de [).

B

E\WHPRQWDQW2FWHW  E\WH PRQWDQW7RWDO &RQYHUWLVVHXU(XURFRQYHUWLVVHXU

Une valeur passée en paramètre ou une valeur de retour peut être aussi convertie.

B

FRQYHUWLVVHXU QHZ&RQYHUWLVVHXU(XUR IORDW PRQWDQW7RWDO  IORDWPRQWDQW(Q)UDQF FRQYHUWLVVHXUJHW0RQWDQW(Q)UDQF  6WULQJWH[WH0RQWDQW(Q)UDQF 6WULQJWH[WH0RQWDQW7RWDO

Ces instructions sont mises en commentaire car le compilateur les refuse : il n’est pas possible de convertir un nombre de type primitif en type objet (de classe MDYDODQJ6WULQJ ou autre) avec un opérateur de cast (et inversement).

B

WH[WH0RQWDQW(Q)UDQF  MDYDODQJ6WULQJ PRQWDQW(Q)UDQF WH[WH0RQWDQW7RWDO  MDYDODQJ6WULQJ PRQWDQW7RWDO

)ORDWREMHW0RQWDQW(Q)UDQF QHZ)ORDW PRQWDQW(Q)UDQF  WH[WH0RQWDQW(Q)UDQF REMHW0RQWDQW(Q)UDQFWR6WULQJ 

De façon similaire à la classe MDYDODQJ )ORDW, la classe MDYDODQJ,QWHJHU a un champ de type LQW et une méthode WR6WULQJ capable de convertir cet entier en son texte.

B

Affiche 340 € = 2230.25 FF

B

56

,QWHJHUREMHW0RQWDQW7RWDO QHZ,QWHJHU PRQWDQW7RWDO  WH[WH0RQWDQW7RWDO REMHW0RQWDQW7RWDOWR6WULQJ  6WULQJPHVVDJH(XUR WH[WH0RQWDQW7RWDOFRQFDW ?XDF   6WULQJPHVVDJH)UDQF WH[WH0RQWDQW(Q)UDQFFRQFDW ))  6WULQJPHVVDJH PHVVDJH(XURFRQFDW PHVVDJH)UDQF  MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

© Groupe Eyrolles, 2004

4 – Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements

Priorité des opérateurs La priorité d’un opérateur sur un autre et son associativité déterminent dans quel ordre seront appliqués les opérateurs. Comme en mathématiques, une opération est rendue prioritaire grâce à l’usage de parenthèses. Opérateur

Associativité

Description

  >@QHZ

de gauche à droite

Opérateurs primaires

 FDVW

de droite à gauche

Opérateurs unaires



de gauche à droite

Multiplication, division, reste



de gauche à droite

Addition, soustraction

 !! LQVWDQFHRI

de gauche à droite

Comparaisons

de gauche à droite

Égalité, différence



de gauche à droite

Opérateur ET

__

de gauche à droite

Opérateur OU

"

de gauche à droite

Condition

de droite à gauche

Affectation

 

    

Les opérateurs figurant sur une même ligne ont la même priorité ; ils sont rangés ligne par ligne du plus prioritaire au moins prioritaire. ASTUCE Concaténation avec l’opérateur + L’opérateur  peut être utilisé à la place de la méthode FRQFDW pour concaténer deux chaînes de caractères. Si l’un des opérandes de l’opérateur  est une chaîne de caractères de type MDYDODQJ6WULQJ, une concaténation est implicitement effectuée en transformant l’opérande qui n’est pas de type MDYDODQJ6WULQJ en chaîne de caractères. Ce raccourci de programmation peut être utilisé, que l’opérande à convertir soit situé à droite ou à gauche du .

C++/C# Surcharge des opérateurs Pour éviter toute confusion à la lecture d’un programme, la surcharge des opérateurs n’existe pas en Java, mais l’opérateur + est autorisé pour simplifier les opérations de concaténation de chaînes de caractères.

FKDvQH  FKDvQH RSpUDQGH FKDvQH

Ÿ Concaténation implicite entre les deux opérandes

FKDvQH  RSpUDQGH

Par l’exemple : comparer la somme de montants convertis L’application suivante réutilise la classe FRPHWHNVRXWLOV&RQYHUWLVVHXU(XUR pour vous montrer quelques cas d’utilisation de la priorité des opérateurs et de l’opérateur  appliqué aux chaînes de caractères. L’opérateur  de concaténation simplifiant grandement la construction des textes, il sera utilisé systématiquement dans la suite. © Groupe Eyrolles, 2004

57

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

EXEMPLE com/eteks/test/ConversionSommeMontantsEuro.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV&RQYHUWLVVHXU(XUR FODVV&RQYHUVLRQ6RPPH0RQWDQWV(XUR ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ GRXEOHPRQWDQW  GRXEOHPRQWDQW 

L’opérateur de conversion est prioritaire sur les opérateurs arithmétiques.

B

IORDWPRQWDQW7RWDO  IORDW PRQWDQWPRQWDQW 

L’opérateur QHZ a la même priorité que l’opérateur , ce qui permet d’appeler une méthode sur un nouvel objet sans utiliser de parenthèses.

B

IORDWPRQWDQW)UDQF QHZ&RQYHUWLVVHXU(XUR IORDW PRQWDQW JHW0RQWDQW(Q)UDQF  IORDWPRQWDQW)UDQF QHZ&RQYHUWLVVHXU(XUR IORDW PRQWDQW JHW0RQWDQW(Q)UDQF  IORDWPRQWDQW7RWDO)UDQF QHZ &RQYHUWLVVHXU(XUR PRQWDQW7RWDO JHW0RQWDQW(Q)UDQF 

L’opérateur  permet de concaténer plus facilement des chaînes de caractères.

B

6WULQJPHVVDJH  /DVRPPHGHGHX[PRQWDQWVFRQYHUWLVHQ?XDFSHXW ?XHDWUHGLIIpUHQWHGHOHXUVRPPHFRQYHUWLH

?Q est le code du retour à la ligne.

B

HQ?XDF?Q

La référence PHVVDJH peut être réutilisée pour récupérer le message concaténé.

B

PHVVDJH PHVVDJHPRQWDQW?XDF PRQWDQW?XDFHVW?XHJDO?XH PRQWDQW7RWDO?XDF?Q PHVVDJH PHVVDJHPRQWDQW)UDQF)) PRQWDQW)UDQF))HVWGLII?XHUHQWGH PRQWDQW7RWDO)UDQF)) MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

C++ Priorité de l’opérateur new En Java, l’opérateur QHZ a la même priorité que l’opérateur , ce qui permet d’écrire directement QHZ &ODVVH PHWKRGH . En C++, il faudrait écrire (QHZ &ODVVH !PHWKRGH , ce qui normalement ne se fait pas, car contrairement à Java, il faut garder trace de tout objet C++ créé dynamiquement pour le supprimer ensuite.

Figure 4–1 Application FRPHWHNVWHVW&RQYHUVLRQ6RPPH0RQWDQWV(XUR

58

© Groupe Eyrolles, 2004

Les instructions de contrôle s’utilisent pour programmer des tests conditionnels et des boucles d’instructions à répéter plusieurs fois.

Tester et décider sur condition avec if et switch Les instructions de branchement LI et VZLWFK déterminent le traitement à effectuer quand une condition est vérifiée ou non.

Syntaxe des instructions if et if else LI H[SU%RROHHQQH LQVWUXFWLRQ2X%ORF6L9UDL LI H[SU%RROHHQQH LQVWUXFWLRQ2X%ORF6L9UDL

3 Si l’expression H[SU%RROHHQQH est vraie,

LQVWUXFWLRQ2X%ORF6L9UDL est exécuté. 3 Si l’expression H[SU%RROHHQQH est vraie,

LQVWUXFWLRQ2X%ORF6L9UDL est exécuté

HOVH

sinon,

LQVWUXFWLRQ2X%ORF6L)DX[

LQVWUXFWLRQ2X%ORF6L)DX[ est exécuté.

Le résultat de l’expression testée H[SU%RROHHQQH doit être WUXH ou IDOVH. LQV peut être une instruction unique ou un bloc de plusieurs instructions si nécessaire.

WUXFWLRQ2X%ORF...

Syntaxe de l’instruction switch VZLWFK H[SU(QWLHUH ^

3 Test de l’expression H[SU(QWLHUH.

FDVHFRQVWDQWH

3 Si H[SU(QWLHUH est égale à FRQVWDQWH,

LQVWUXFWLRQV&DV EUHDN FDVHFRQVWDQWH LQVWUXFWLRQV&DV EUHDN



© Groupe Eyrolles, 2004

L’opérateur ternaire "  peut éventuellement remplacer une instruction LIHOVH. H[SU%RRO"H[SUH[SU renvoie la valeur de H[SU si H[SU%RRO est WUXH, sinon la valeur de H[SU. [ H[SU%RRO "H[SU H[SU

Ù LI H[SU%RRO [ H[SU HOVH [ H[SU

C++ Condition de l’instruction if En Java, la condition de l’instruction LI doit être obligatoirement une expression de type ERROHDQ. Une condition comme LI YDU  où un signe a été oublié provoque donc une erreur de compilation alors qu’en C++, vous obtiendriez au mieux un warning.

LQVWUXFWLRQV&DV est exécuté. 3 Si H[SU(QWLHUH est égale à FRQVWDQWH,

LQVWUXFWLRQV&DV est exécuté.

$XWUHVFDVHVLQpFHVVDLUH GHIDXOW LQVWUXFWLRQV3DU'HIDXW EUHDN `

JAVA Expression conditionnelle sans if

3 Si aucun cas ne correspond, LQVWUXFWLRQV3DU'HIDXW est exécuté.

ATTENTION switch est limité aux tests de nombres L’instruction VZLWFK ne permet de tester que des valeurs numériques entières ou des caractères. La valeur qui suit chaque FDVH doit être une constante ou une expression constante qui n’utilise pas de variable. Si l’expression d’un des FDVH n’est pas une constante entière, vous devez utiliser l’instruction LIHOVH.

59

4 – Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements

Piloter le programme avec les instructions de contrôle : boucles et branchements

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

branche le programme sur l’instruction FDVH dont la constante est égale à la valeur de l’expression H[SU(QWLHUH  . Si ce cas n’existe pas, elle branche le programme sur GHIDXOW  lorsque ce cas par défaut est cité.

VZLWFK

C# Différences d’utilisation de switch La syntaxe de l’instruction VZLWFK de Java ressemble plus à celle du C++ qu’à celle de C# : vous ne pouvez pas l’utiliser pour tester des chaînes de caractères et tout FDVH avec au moins une instruction ne doit pas forcément se terminer par une instruction EUHDN ou UHWXUQ avant le FDVH suivant.

L’instruction EUHDN branche le programme sur l’instruction qui suit l’accolade fermante du VZLWFK . Elle peut être remplacée par l’instruction UHWXUQ ou UHWXUQ YDOHXU pour sortir de la méthode courante, ou être absente pour passer au FDVH suivant (pratique pour tester un ensemble de valeurs). CONVENTIONS case sans break ou return Si vous ne terminez pas un FDVH par une instruction EUHDN ou UHWXUQ, signalez-le avec un commentaire  SDV GH EUHDN ou  IDOOV WKURXJK pour que les relecteurs de votre programme comprennent que vous avez omis cette instruction sciemment. VZLWFK H[SU(QWLHUH ^ FDVHFDVSDVGHEUHDN FDVHFDVLQVWUXFWLRQV&DVRX EUHDN $XWUHVFDVH `

Par l’exemple : convertir un nombre en toutes lettres La classe suivante met en œuvre les deux instructions LI et VZLWFK pour réaliser la conversion en toutes lettres d’un nombre compris entre 0 et 99. On y découvre que les nombreuses exceptions de la langue française se traduisent en Java par de nombreuses conditions à vérifier. EXEMPLE com/eteks/outils/NombreEntier.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV

La classe FRPHWHNVRXWLOV1RPEUH(QWLHU mémorise un entier initialisé dans le constructeur de la classe.

B

SXEOLFFODVV1RPEUH(QWLHU ^ SULYDWHLQWQRPEUH SXEOLF1RPEUH(QWLHU LQWQ ^ WKLVQRPEUH Q ` SXEOLFLQWJHW1RPEUH ^ UHWXUQWKLVQRPEUH ` 

  5HQYRLHFHQRPEUHFRQYHUWLHQWRXWHVOHWWUHVV·LOHVW  FRPSULVHQWUHHW   SXEOLF6WULQJFRQYHUWLU(Q/HWWUHV ^ LI WKLVQRPEUH!  WKLVQRPEUH  VZLWFK WKLVQRPEUH

60

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Les FDVH testent les cas remarquables pour renvoyer directement le texte correspondant au nombre.

3

Le cas par défaut concatène les dizaines et les unités en toutes lettres.

3

La division entière supprime les unités.

LQWXQLWHV WKLVQRPEUH

3

Les unités sont égales au reste de la division par 10.

LI GL]DLQH ^

3

Si la dizaine du nombre est 70 ou 90, on retire 10 à la GL]DLQH et on ajoute 10 aux XQLWHV.

GL]DLQH 

3

Équivalent à GL]DLQH

XQLWHV  ` LI GL]DLQH  ^ LI XQLWHV  UHWXUQTXDWUHYLQJWV HOVH UHWXUQTXDWUHYLQJW QHZ1RPEUH(QWLHU XQLWHV FRQYHUWLU(Q/HWWUHV  ` 6WULQJGL]DLQH(Q/HWWUHV QHZ1RPEUH(QWLHU GL]DLQH FRQYHUWLU(Q/HWWUHV  6WULQJXQLWHV(Q/HWWUHV QHZ1RPEUH(QWLHU XQLWHV FRQYHUWLU(Q/HWWUHV  LI XQLWHV __XQLWHV  UHWXUQGL]DLQH(Q/HWWUHV HWXQLWHV(Q/HWWUHV HOVH UHWXUQGL]DLQH(Q/HWWUHVXQLWHV(Q/HWWUHV ` ` HOVH UHWXUQWKLVQRPEUHQ?XHJDWLIRXWURSJUDQG ` `

3

Équivalent à XQLWHV

3

Les nombres avec une dizaine égale à 80 (ou 90) sont traités à part car ils comportent plusieurs exceptions : il faut mettre un s pour 80 mais pas pour les autres nombres, et contrairement aux autres nombres avec une unité (21, 31...), 81 et 91 ne s’écrivent pas avec la conjonction HW pour séparer les dizaines de l’unité.

3

Si les unités sont égales à un ou onze, il faut ajouter le texte et entre la dizaine et les unités.

3

Cette méthode se limite aux nombres positifs inférieurs à 100.

© Groupe Eyrolles, 2004

__GL]DLQH



GL]DLQH   XQLWHV  

61

4 – Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements

^ FDVHUHWXUQ]?XHUR FDVHUHWXUQXQ FDVHUHWXUQGHX[ FDVHUHWXUQWURLV FDVHUHWXUQTXDWUH FDVHUHWXUQFLQT FDVHUHWXUQVL[ FDVHUHWXUQVHSW FDVHUHWXUQKXLW FDVHUHWXUQQHXI FDVHUHWXUQGL[ FDVHUHWXUQRQ]H FDVHUHWXUQGRX]H FDVHUHWXUQWUHL]H FDVHUHWXUQTXDWRU]H FDVHUHWXUQTXLQ]H FDVHUHWXUQVHL]H FDVHUHWXUQYLQJW FDVHUHWXUQWUHQWH FDVHUHWXUQTXDUDQWH FDVHUHWXUQFLQTXDQWH FDVHUHWXUQVRL[DQWH GHIDXOW ^ 5HFKHUFKHGHODGL]DLQHHWGHVXQLWpV LQWGL]DLQH  WKLVQRPEUH  

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

La classe FRPHWHNVRXWLOV1RPEUH(QWLHU mémorise un entier  convertible en toutes lettres avec la méthode FRQYHUWLU(Q/HWWUHV s’il est plus petit que 100 . Si l’entier n’est pas un cas remarquable dont le texte peut être renvoyé directement, il est converti en toutes lettres en calculant sa dizaine  et ses unités . Le résultat est alors la concaténation du texte en toutes lettres de ces deux nombres   obtenus en réutilisant les cas remarquables de la même classe . L’application de classe FRPHWHNVWHVW1RPEUHV(Q7RXWHV/HWWUHV convertit un ensemble de nombres avec la classe FRPHWHNVRXWLOV1RPEUH(QWLHU et affiche le résultat (figure 4–2). EXEMPLE com/eteks/test/NombresEnToutesLettres.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV1RPEUH(QWLHU FODVV1RPEUHV(Q7RXWHV/HWWUHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 6WULQJPHVVDJH 4XHOTXHVQRPEUHVHQWRXWHVOHWWUHV 1RPEUH(QWLHUQ QHZ1RPEUH(QWLHU   PHVVDJH  WH[WH est équivalent à PHVVDJH PHVVDJH  WH[WH

B

PHVVDJH ?QQJHW1RPEUH  QFRQYHUWLU(Q/HWWUHV  1RPEUH(QWLHUQ QHZ1RPEUH(QWLHU   PHVVDJH ?QQJHW1RPEUH  QFRQYHUWLU(Q/HWWUHV  1RPEUH(QWLHUQ QHZ1RPEUH(QWLHU   PHVVDJH ?QQJHW1RPEUH  QFRQYHUWLU(Q/HWWUHV  1RPEUH(QWLHUQ QHZ1RPEUH(QWLHU   PHVVDJH ?QQJHW1RPEUH  QFRQYHUWLU(Q/HWWUHV  1RPEUH(QWLHUQ QHZ1RPEUH(QWLHU   PHVVDJH ?QQJHW1RPEUH  QFRQYHUWLU(Q/HWWUHV  MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

Figure 4–2 Application FRPHWHNVWHVW1RPEUHV(Q7RXWHV/HWWUHV

62

© Groupe Eyrolles, 2004

Les instructions de contrôle ZKLOH, GR et IRU permettent de répéter un traitement un certain nombre de fois. Elles sont utilisées pour effectuer des calculs par itérations et pour énumérer des ensembles de valeurs ou d’objets. ZKLOH H[SU%RROHHQQH

3

LQVWUXFWLRQ2X%ORF

Tant que l’expression H[SU%RROHHQQH est vraie, LQVWUXFWLRQ2X%ORF est exécuté.

À la différence d’une boucle ZKLOH, l’instruction ou le bloc d’instructions d’une boucle GR ZKLOH est exécuté au moins une fois, puisque H[SUHVVLRQ%RROHHQQH est vérifiée après la première exécution de LQVWUXFWLRQ2X%ORF.

JAVA N’oubliez pas les parenthèses La parenthèse ouvrante qui suit les mots-clés LI, VZLWFK, ZKLOH et IRU est obligatoire (et bien sûr la parenthèse fermante correspondante).

LQVWUXFWLRQ2X%ORF

GR LQVWUXFWLRQ2X%ORF ZKLOH H[SU%RROHHQQH 

3

LQVWUXFWLRQ2X%ORF est exécuté,

tant que l’expression H[SU%RROHHQQH est vraie.

ATTENTION while n’est pas toujours suivi d’un point-virgule Autant vous prévenir, car tout débutant en C, C++, C# ou Java se laisse piéger un jour ou l’autre par le problème suivant : mettons que vous ayez écrit une instruction GR ZKLOH du type : GR  LQVWUXFWLRQ2X%ORF ZKLOH H[SU%RROHHQQH 

Après mûre réflexion, vous pensez qu’il n’y a pas de raison que les instructions LQVWUXFWLRQ2X%ORF de cette boucle soient exécutées au moins une fois, et vous décidez de transformer l’instruction GR ZKLOH en instruction ZKLOH simple. Vous effacez la ligne  et coupez/collez la ligne  sous la ligne  pour obtenir : ZKLOH H[SU%RROHHQQH  LQVWUXFWLRQ2X%ORF

Si dans la précipitation, vous n’avez pas éliminé le point-virgule à la suite du ZKLOH, votre programme sera quand même accepté par le compilateur car l’instruction vide notée  existe en Java ! Vous obtiendrez alors une boucle qui ne fera rien tant que H[SU%RROHHQQH sera vraie puis les instructions LQVWUXFWLRQ2X%ORF seront exécutées de toute façon, si bien sûr la condition d’arrêt du ZKLOH permet à la boucle de se terminer malgré cette erreur d’inattention... En conclusion, faites attention à bien éliminer le  dans le cas présent. De manière générale, si vous voulez utiliser sciemment l’instruction vide avec les boucles ZKLOH ou IRU, isolez-la sur une ligne seule pour que les relecteurs de votre programme ne pensent pas que vous ayez pu faire ce type d’erreur.

© Groupe Eyrolles, 2004

63

4 – Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements

Répéter un traitement avec les boucles while, do et for

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

JAVA Limiter la portée de l’indice de boucle La première instruction du IRU H[SUHVVLRQ,QLW, peut comporter la déclaration d’une ou plusieurs variables locales du même type, séparées par des virgules () ; la portée de ces variables est limitée aux expressions de l’instruction IRU et à LQVWUXFWLRQ2X%ORF. La troisième instruction H[SU,QFUHPHQWDWLRQ peut elle aussi être un ensemble d’instructions séparées par des virgules (). À l’opposé, si vous avez besoin de la valeur finale d’une variable déclarée dans le IRU pour la suite, il faut la déclarer avant l’instruction IRU.

C++ Variables déclarées par une instruction for En Java, toutes les variables déclarées dans la première expression H[SUHVVLRQ,QLW de l’instruction IRU doivent être du même type. Notez au passage que l’opérateur virgule () du C++ n’existe pas en Java, excepté pour la première et la troisième expression du IRU, et pour séparer la déclaration de plusieurs variables de même type, comme LQW [ \.

IRU H[SUHVVLRQ,QLW H[SU%RROHHQQH H[SU,QFUHPHQWDWLRQ

3

H[SUHVVLRQ,QLW est exécuté puis tant que l’expression H[SU%RROHHQQHest vraie,

LQVWUXFWLRQ2X%ORF

3

LQVWUXFWLRQ2X%ORF et H[SU,QFUHPHQWDWLRQ sont exécutés (dans cet ordre).

Pour ces trois instructions, le résultat de l’expression testée H[SU%RROHHQQH doit être WUXH ou IDOVH. Le corps de la boucle LQVWUXFWLRQ2X%ORF peut être une instruction unique ou un bloc si plus d’une instruction sont nécessaires et peut éventuellement contenir les instructions suivantes : Instruction

Effet

EUHDN

Sortie de la boucle courante.

FRQWLQXH

Retour à l’évaluation de la condition du ZKLOH ou de l’instruction H[SU,QFUHPHQWDWLRQ du IRUcourant sans terminer LQVWUXFWLRQ2X%ORF.

UHWXUQRXUHWXUQYDOHXU Sortie de la boucle courante et de la méthode courante.

Les possibilités d’utilisation de l’instruction gramme 4-3.

IRU

sont résumées par le dia-

expressionInit

C++ Condition des instructions while et for Comme pour l’instruction LI, la condition d’arrêt des instructions ZKLOH et IRU doit être obligatoirement une expression de type ERROHDQ.

ASTUCE Étiquettes ou labels Notez la possibilité d’utiliser des étiquettes ou labels pour préciser au début de quel bloc d’instructions rediriger un EUHDN ou un FRQWLQXH, ce qui est particulièrement utile dans le cas de boucles imbriquées. Vous pouvez ainsi « étiqueter » une boucle extérieure IRU en écrivant HWLTXHWWHIRU puis écrire EUHDN HWLTXHWWH pour sortir de cette boucle, même depuis une boucle imbriquée. Cette pratique se rencontre rarement.

false

exprBooleenne true instructionOuBloc A l'appel d'une instruction : break ; continue ; return ...;

exprIncrementation

Instruction suivante de la boucle Sortie de la méthode

Figure 4–3 Diagramme d’exécution d’une boucle IRU

64

© Groupe Eyrolles, 2004

Il n’est pas obligatoire de renseigner chacune des expressions H[SUHVVLRQ,QLW, H[SU%RROHHQQH ou H[SU,QFUHPHQWDWLRQ d’une instruction IRU. Si H[SU%RROHHQQH est vide cela correspond à une condition toujours vraie. Par conséquent, l’instruction IRU suivante : IRU  LQVWUXFWLRQ2X%ORF

est équivalente à l’instruction ZKLOH suivante : ZKLOH WUXH LQVWUXFWLRQ2X%ORF

Par l’exemple : quelques calculs de probabilité classiques Les calculs de probabilité sont utilisés dans de nombreuses applications professionnelles : économie, statistiques... La classe suivante vous montre comment programmer les quatre calculs combinatoires les plus connus avec les trois instructions de boucle Java.

CONVENTIONS Nommage des indices de boucle L’identificateur d’une variable locale utilisée comme indice de boucle est généralement L, M, N, O ou P.

EXEMPLE com/eteks/outils/Probabilite.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV SXEOLFFODVV3UREDELOLWH ^ 

 5HQYRLHOHQRPEUHG·DUUDQJHPHQWVSRVVLEOHVVDQVUpSpWLWLRQ  DYHFSpOpPHQWVSULVSDUPLQpOpPHQWV  $QS Q[ Q [[ QS [ QS   SXEOLFORQJDUUDQJHPHQWV6DQV5HSHWLWLRQ ORQJQORQJS ^ ORQJUHVXOWDW Q²S ORQJL UHVXOWDW ZKLOH L Q ^ UHVXOWDW UHVXOWDW L L L ` UHWXUQUHVXOWDW ` 

 5HQYRLHOHQRPEUHG·DUUDQJHPHQWVSRVVLEOHVDYHFUpSpWLWLRQ  DYHFSpOpPHQWVSULVSDUPLQpOpPHQWV QSXLVVDQFHS   SXEOLFORQJDUUDQJHPHQWV$YHF5HSHWLWLRQ ORQJQORQJS ^ ORQJUHVXOWDW 

3

ORQJL  GR UHVXOWDW Q ZKLOH L S  UHWXUQUHVXOWDW `

3

© Groupe Eyrolles, 2004

L indice de la boucle ZKLOH. Tant que L est inférieur ou égal à Q

Multiplier UHVXOWDW par L augmenter L de 1.

L indice de la boucle GRZKLOH.

Multiplier UHVXOWDW par Q, tant que L incrémenté de  est inférieur ou égal à S.

65

4 – Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements

JAVA Expressions vides d’une instruction for

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0



  5HQYRLHOHQRPEUHGHSHUPXWDWLRQVSRVVLEOHV  HQWUHOHVpOpPHQWVG·XQHQVHPEOHGHQpOpPHQWV  3Q Q Q[ Q [ Q [[[[   SXEOLFORQJSHUPXWDWLRQV ORQJQ ^ ORQJUHVXOWDW 

Pour L compris entre et Q, multiplier UHVXOWDW par L.

B

IRU ORQJL L QL UHVXOWDW L UHWXUQUHVXOWDW ` 

 5HQYRLHOHQRPEUHGHFRPELQDLVRQVSRVVLEOHV  HQWUHOHVpOpPHQWVDYHFSpOpPHQWVSULVSDUPLQpOpPHQWV  &QS $QSS Q[ Q [[ QS S   SXEOLFORQJFRPELQDLVRQV ORQJQORQJS ^ UHWXUQDUUDQJHPHQWV6DQV5HSHWLWLRQ QS SHUPXWDWLRQV S  ` `

L’application ci-dessous utilise la classe FRPHWHNVRXWLOV3UREDELOLWH précédente pour calculer et afficher quelques probabilités classiques. EXEMPLE com/eteks/test/CalculProbabilites.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV3UREDELOLWH FODVV&DOFXO3UREDELOLWHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Création d’une instance de la classe FRP HWHNVWHVW3UREDELOLWH pour appeler les méthodes de calcul de probabilité.

B

3UREDELOLWHSUREDELOLWH QHZ3UREDELOLWH  ORQJQRPEUH&RPELQDLVRQVELWV  SUREDELOLWHDUUDQJHPHQWV$YHF5HSHWLWLRQ   ORQJQRPEUH7LHUFHV$YHF2UGUH  SUREDELOLWHDUUDQJHPHQWV6DQV5HSHWLWLRQ   ORQJQRPEUH$UULYHHVP SUREDELOLWHSHUPXWDWLRQV   ORQJQRPEUH*ULOOHV/RWR SUREDELOLWHFRPELQDLVRQV  

Construction d’un message affichant les valeurs calculées.

B

6WULQJPHVVDJH  1RPEUHGHFRPELQDLVRQVSRVVLEOHVDYHFELWV QRPEUH&RPELQDLVRQVELWV ?Q1RPEUHGHWLHUF?XHVGDQVO·RUGUH DYHFFKHYDX[DXG?XHSDUW QRPEUH7LHUFHV$YHF2UGUH ?Q1RPEUHG·DUULY?XHHV DYHFFRXUHXUVDXG?XHSDUW

66

© Groupe Eyrolles, 2004

4 – Contrôle des traitements avec les opérateurs, boucles et branchements

QRPEUH$UULYHHVP ?Q1RPEUHGHWLUDJHVSRVVLEOHVGXORWR QRPEUH*ULOOHV/RWR MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

Figure 4–4 Application FRPHWHNVWHVW&DOFXO3UREDELOLWHV

Portée des variables locales et des paramètres Une variable locale ne peut pas utiliser le même identificateur qu’un paramètre ou qu’une autre variable locale de même portée. Par exemple : SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV&DOFXO3XLVVDQFH ^ SXEOLFLQWSXLVVDQFH'H LQWQ ^ LQWSXLVVDQFH'H

3

Déclaration de SXLVVDQFH'H

LI Q UHWXUQ HOVH ^ LQWSXLVVDQFH'H 

3

Si la valeur est négative, on renvoie zéro.

3

Erreur ! SXLVVDQFH'H est déjà déclarée.

IRU LQWL QL!L SXLVVDQFH'H 

3

Calcul de la puissance en multipliant Q fois par 10. Multiplication de SXLVVDQFH'H par 10.

UHWXUQSXLVVDQFH'H ` ` `

3

Après IRU, L n’existe plus et pourrait être redéclarée.

Même si les déclarations des deux variables locales SXLVVDQFH'H figurent dans des blocs imbriqués, ce programme provoque l’erreur de compilation suivante : VUFFRPHWHNVWHVW&DOFXO3XLVVDQFHMDYDSXLVVDQFH'HLVDOUHDG\ GHILQHGLQ SXLVVDQFH'H LQW LQWSXLVVDQFH'H 

© Groupe Eyrolles, 2004

C++ Utilisation des variables locales En Java, une variable locale peut cacher un champ mais pas un paramètre ou une autre variable locale déclarée à l’extérieur de son bloc. Par ailleurs, il est rappelé qu’une variable locale Java doit être initialisée avant d’être utilisée dans une expression.

67

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

CONVENTIONS Bonnes pratiques d’écriture autour des opérateurs et des instructions Voici une liste de quelques conventions de programmation qui complète celles données sur les identificateurs : • Aérez l’écriture de vos formules avec un espace avant et après chaque opérateur. • Utilisez une indentation constante en évitant les tabulations. • Ne jamais écrire plusieurs instructions sur la même ligne, du type : LI L! ^[ IRUPXOH&RPSOLTXHH`

ou pire : LI L! ^[ IRUPXOH&RPSOLTXHH` XHOVH^[ DXWUH)RUPXOH&RPSOLTXHH`

Non seulement ce n’est pas clair mais cela ne peut être utilisé sous les débogueurs qui fonctionnent ligne par ligne. • Créez des variables locales pour les calculs coûteux et répétitifs, notamment avec des multiplications ou divisions sur les types IORDW et GRXEOH.

• Une variable utilisée par une méthode pour stocker une valeur temporaire de calcul doit être déclarée comme variable locale et non pas en tant que champ supplémentaire d’une classe. Bien que les conventions suivantes soient prônées par Sun Microsystems, elles ne sont pas appliquées dans cet ouvrage (et aussi quelquefois en entreprise) : • Déclarez toute variable locale au début d’un bloc (et pas juste avant d’en avoir besoin, méthode préférée ici). • Toute instruction LI, ZKLOH, GR ou IRU doit être suivie d’un bloc, même si ce bloc ne contient qu’une seule instruction. • L’accolade ouvrante d’un bloc ne doit pas être isolée sur une ligne en respectant le modèle suivant : LI H[SU%RROHHQQH ^ LQVWUXFWLRQV6L9UDL ` B http://java.sun.com/docs/codeconv/

En résumé… Ce chapitre vous a montré comment programmer des calculs et des traitements plus ou moins complexes dans les méthodes. Si votre traitement devient long ou trop complexe n’hésitez pas à le décomposer en plusieurs méthodes, il sera plus facile à comprendre...

68

© Groupe Eyrolles, 2004

Réutilisation des classes

5 SOMMAIRE

B Composition

Instrument

B Héritage B Polymorphisme B Conversion de référence

Instrument à cordes

Instrument à vent

B Redéfinition de méthode B Méthode de classe MOTS-CLÉS

Guitare

Violon

Saxophone

Flûte

Si le concept sur lequel repose une classe est clair et homogène, pourquoi ne pas le réutiliser comme brique de base pour concevoir d’autres classes ? Ce chapitre présente les différentes façons de réutiliser une classe, de l’enrichir, voire d’en altérer l’implémentation sans la modifier.

© Groupe Eyrolles, 2004

B extends B super B static B final

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Réutiliser des classes existantes, qu’elles fassent partie de la bibliothèque Java ou qu’elles aient été créées par vous, est indispensable pour pouvoir développer de manière productive. La réutilisation s’exprime de plusieurs manières : une classe peut en référencer une autre grâce à la composition, reprendre les caractéristiques d’une autre grâce à l’héritage, ou modifier l’implémentation des méthodes d’une autre grâce au polymorphisme.

Réutiliser en composant : la relation « a un » DANS LA VRAIE VIE Composition avec la classe java.lang.String

La composition associe un objet à un autre objet, définissant une relation a un entre ces deux objets : un objet de la classe 3HUVRQQH peut par exemple « avoir » un objet de la classe $GUHVVH.

La classe MDYDODQJ6WULQJ est la classe le plus souvent utilisée en composition et permet de stocker une information textuelle d’un objet, par exemple le champ LQWLWXOH de la classe FRPHWHNV RXWLOV6HUYLFH.

En Java, cette relation s’utilise simplement en déclarant un champ de type classe : SULYDWH&ODVVH5HXWLOLVHHFKDPS

Par l’exemple : une même adresse pour deux personnes Cet exemple montre comment programmer les classes représentant l’adresse d’une personne avec une relation de composition. La troisième classe met ensuite en œuvre les deux premières dans une application. EXEMPLE com/eteks/outils/Adresse.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV SXEOLFFODVV$GUHVVH ^

Champ mémorisant la rue et son numéro. Champ mémorisant le code postal. Champ mémorisant la ville d’une adresse.

70

B

SULYDWH6WULQJUXH SULYDWHLQWFRGH3RVWDO SULYDWH6WULQJYLOOH SXEOLF$GUHVVH 6WULQJUXHLQWFRGH3RVWDO6WULQJYLOOH ^ WKLVUXH UXH WKLVFRGH3RVWDO FRGH3RVWDO WKLVYLOOH YLOOH ` SXEOLF6WULQJJHW5XH ^ UHWXUQWKLVUXH ` SXEOLFLQWJHW&RGH3RVWDO ^ UHWXUQWKLVFRGH3RVWDO `

© Groupe Eyrolles, 2004

5 – Réutilisation des classes

SXEOLF6WULQJJHW9LOOH ^ UHWXUQWKLVYLOOH ` `

La classe précédente,

FRPHWHNVRXWLOV$GUHVVH,

est réutilisée par la classe FRPHWHNVRXWLOV3HUVRQQH avec une relation de composition pour mémoriser l’adresse d’une personne (une personne a une adresse) : EXEMPLE com/eteks/outils/Personne.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV SXEOLFFODVV3HUVRQQH ^ SULYDWH6WULQJQRP SULYDWH6WULQJSUHQRP SULYDWH$GUHVVHDGUHVVH SXEOLF3HUVRQQH 6WULQJQRP6WULQJSUHQRP ^ WKLVQRP QRP WKLVSUHQRP SUHQRP ` SXEOLF6WULQJJHW1RP ^ UHWXUQWKLVQRP ` SXEOLF6WULQJJHW3UHQRP ^ UHWXUQWKLVSUHQRP ` 

 0RGLILHO·DGUHVVHGHODSHUVRQQH   SXEOLFYRLGVHW$GUHVVH $GUHVVHDGUHVVH ^ WKLVDGUHVVH DGUHVVH ` 

 5HQYRLHO·DGUHVVHGHFHWWHSHUVRQQH   SXEOLF$GUHVVHJHW$GUHVVH ^ UHWXUQWKLVDGUHVVH ` `

3

Champ mémorisant le nom d’une personne. Champ mémorisant le prénom d’une personne. Champ mémorisant l’adresse d’une personne.

L’application de classe FRPHWHNVWHVW'HX[3HUVRQQHV8QH$GUHVVH utilise les deux classes précédentes et montre qu’il est possible de partager une même instance de la classe FRPHWHNVRXWLOV$GUHVVH pour deux personnes.

© Groupe Eyrolles, 2004

71

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

EXEMPLE com/eteks/test/DeuxPersonnesUneAdresse.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV  FODVV'HX[3HUVRQQHV8QH$GUHVVH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 3HUVRQQHSHUVRQQH

Création d’une instance de FRPHWHNV RXWLOV3HUVRQQH pour Thomas Durand.

B

SHUVRQQH QHZ3HUVRQQH 'XUDQG7KRPDV  $GUHVVHDGUHVVH

Création d’une instance de FRPHWHNV RXWLOV$GUHVVH.

B

DGUHVVH QHZ$GUHVVH UXHGH5HQQHV3$5,6 

Affectation de son adresse à Thomas.

B

SHUVRQQHVHW$GUHVVH DGUHVVH 

Création d’une autre instance de FRPHWHNV RXWLOV3HUVRQQH pour Sophie Martin.

B

3HUVRQQHSHUVRQQH QHZ3HUVRQQH 0DUWLQ6RSKLH 

Affectation directe de l’autre adresse avec une nouvelle instance.

B

SHUVRQQHVHW$GUHVVH QHZ$GUHVVH SOGHOD*DUH 32172,6( 

Plus tard... Sophie déménage chez Thomas et partage donc son adresse.

B

SHUVRQQHVHW$GUHVVH SHUVRQQHJHW$GUHVVH 

Plus tard... ils voient plus grand et déménagent tous les deux.

B

Et vous annoncent la nouvelle. Les références renvoyées par SHUVRQQHJHW$GUHVVH et SHUVRQQHJHW$GUHVVH sont égales et désignent le même objet.

B

Affiche Thomas et Sophie habitent maintenant au 8, rue de Rennes, à PARIS.

B

$GUHVVHDGUHVVH&RPPXQH QHZ$GUHVVH UXHGH5HQQHV3$5,6  SHUVRQQHVHW$GUHVVH DGUHVVH&RPPXQH  SHUVRQQHVHW$GUHVVH DGUHVVH&RPPXQH  6WULQJDGUHVVH SHUVRQQHJHW$GUHVVH JHW5XH ?XH SHUVRQQHJHW$GUHVVH JHW9LOOH  6WULQJQRXYHOOH  SHUVRQQHJHW3UHQRP HWSHUVRQQHJHW3UHQRP KDELWHQWPDLQWHQDQWDXDGUHVVH MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOQRXYHOOH  ` `

Réutiliser en héritant : la relation « est un » B.A.-BA Héritage Le vocabulaire lié à l’héritage en programmation objet fourmille de synonymes : • hériter = étendre = dériver = sous-classer • super-classe = classe de base = classe mère • sous-classe = classe dérivée = classe fille

72

Basés sur les classes et l’encapsulation, l’héritage et le polymorphisme sont les deux autres concepts introduits par la programmation objet. Les classes de la programmation objet formalisent des catégories d’objets. Une catégorie donne parfois lieu à des sous-catégories, qui comptent une ou plusieurs caractéristiques supplémentaires. C’est cette hiérarchie, obtenue entre catégories et sous-catégories, que l’on tente de reproduire en programmation objet grâce à l’héritage. L’héritage définit une relation est un entre deux classes, une sousclasse héritant de sa super-classe. Par exemple, une guitare pourrait être représentée sous forme d’un objet de classe *XLWDUH, sous-classe de la classe ,QVWUXPHQW$&RUGHV, qui hériterait elle-même de la classe ,QVWUXPHQW. © Groupe Eyrolles, 2004

Pour qu’une classe hérite d’une autre, on utilise le mot-clé H[WHQGV suivi de l’identificateur de la super-classe dont hérite une sous-classe. La super-classe ne se trouve pas nécessairement dans le même paquetage que la sous-classe. SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV6XSHU&ODVVH ^ &KDPSVHWPpWKRGHV ` FODVV6RXV&ODVVHH[WHQGV6XSHU&ODVVH ^ &KDPSVHWPpWKRGHVVXSSOpPHQWDLUHV `

Ne créez un lien d’héritage entre deux classes que si une instance de la sous-classe peut être considérée aussi comme une instance de sa superclasse par la relation est un. Parfois les relations de composition et d’héritage s’utilisent dans la même classe. Par exemple, un camion transporteur de voiture est un véhicule et a des véhicules.

Une sous-classe peut définir des champs ou des méthodes qui viennent alors s’ajouter à la liste de ceux de sa super-classe. Les champs et les méthodes accessibles hérités de la super-classe peuvent être utilisés comme s’ils avaient été déclarés par la sous-classe elle-même. Une référence de la sous-classe peut donc être suivie des membres accessibles de sa classe ou des membres hérités de sa super-classe. JAVA Restrictions d’accès aux membres hérités depuis une sous-classe Un objet d’une sous-classe mémorise les champs de sa super-classe et ceux de sa classe. Même si une sous-classe reprend les caractéristiques de sa super-classe, des restrictions d’accès aux champs et méthodes peuvent toujours s’appliquer entre elles. La sous-classe n’a pas forcément accès à certains des champs et méthodes dont elle hérite : • Les membres SULYDWH d’une super-classe restent inaccessibles depuis ses sous-classes. • Les membres friendly (sans modificateur d’accès) d’une super-classe sont accessibles depuis les sous-classes qui appartiennent au même paquetage que la super-classe. • Les membres SURWHFWHG d’une super-classe sont accessibles depuis n’importe quelle sous-classe, quel que soit le paquetage de ces classes. Les membres SURWHFWHG sont accessibles aussi depuis toutes les classes d’un même paquetage, comme pour les membres friendly. • Les membres SXEOLF d’une super-classe sont bien sûr accessibles depuis ses sous-classes.

Initialisation en deux temps pour les objets d’une sousclasse Lors de la création d’un objet, la partie qui dépend de sa super-classe est initialisée en premier, avant celle qui dépend de sa propre classe. Si l’initialisation de la super-classe requiert l’appel d’un constructeur avec paramètres, le passage des valeurs à ce constructeur s’effectue dans le constructeur de la classe dérivée avec comme première instruction VXSHU SDUDPV .

© Groupe Eyrolles, 2004

73

5 – Réutilisation des classes

Définir une sous-classe

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : alcoolisée ou non, choisissez votre boisson Cet exemple montre comment programmer une classe qui représente une boisson alcoolisée en héritant d’une super-classe de boisson. EXEMPLE com/eteks/test/Boissons.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV%RLVVRQ ^

Champ mémorisant le nom d’une boisson. Champ mémorisant le prix d’une boisson.

La classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ$OFRROLVHH hérite de la classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ.

B

B

SULYDWH6WULQJQRP SULYDWHIORDWSUL[ SXEOLF%RLVVRQ 6WULQJQRPIORDWSUL[ ^ WKLVQRP QRP WKLVSUL[ SUL[ ` SXEOLF6WULQJJHW1RP ^ UHWXUQWKLVQRP ` SXEOLFIORDWJHW3UL[ ^ UHWXUQWKLVSUL[ ` ` FODVV%RLVVRQ$OFRROLVHHH[WHQGV%RLVVRQ ^ SULYDWHLQWGHJUH$OFRRO SXEOLF%RLVVRQ$OFRROLVHH 6WULQJQRPIORDWSUL[LQWGHJUH$OFRRO ^ VXSHU QRPSUL[ 

Champ mémorisant le degré d’alcool d’une boisson alcoolisée.

B

Initialisation de l’objet%RLVVRQ.

B

Initialisation de l’objet %RLVVRQ$OFRROLVHH.

B

Création d’un objet de la super-classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ.

B

Affiche Jus d’orange à 3.0 €.

B

Création d’un objet de la sous-classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ$OFRROLVHH.

B

%RLVVRQ$OFRROLVHHSRUWR SRUWR QHZ%RLVVRQ$OFRROLVHH 3RUWRI 

On peut appeler les méthodes JHW1RP, JHW3UL[ et JHW'HJUH$OFRRO avec SRUWR.

B

PHVVDJH SRUWRJHW1RP SRUWRJHW'HJUH$OFRRO ?XE?XHSRUWRJHW3UL[ ?XDF

Affiche Porto 18° à 9.5 €.

B

MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

74

WKLVGHJUH$OFRRO GHJUH$OFRRO ` SXEOLFLQWJHW'HJUH$OFRRO ^ UHWXUQWKLVGHJUH$OFRRO ` ` FODVV%RLVVRQV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ %RLVVRQMXV QHZ%RLVVRQ -XVG RUDQJHI  6WULQJPHVVDJH MXVJHW1RP ?XH MXVJHW3UL[ ?XDF MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH 

© Groupe Eyrolles, 2004

5 – Réutilisation des classes

L’application de classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQV affiche les caractéristiques d’une boisson  et d’une boisson alcoolisée . Les objets représentant les boissons sont de classes FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ et FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ$OFRROLVHH, la classe %RLVVRQ$OFRROLVHH héritant de la classe %RLVVRQ. C++ Héritage et chaînage des constructeurs En Java, la super-classe d’une classe est précédée du mot-clé H[WHQGV qui remplace le symbole deux points () du C++. Comme l’héritage multiple n’existe pas en Java et qu’il n’est pas possible d’initialiser les champs à la déclaration d’un constructeur, la syntaxe utilisée pour chaîner les constructeurs est différente en Java et en C++. Pour information, voici l’équivalent en C++ du constructeur de la classe %RLVVRQ$OFRROLVHH décrit page précédente :

C# extends = : et super = base Mis à part le symbole deux points () remplacé par le mot-clé H[WHQGV et le mot-clé EDVH remplacé par VXSHU, Java et C# utilisent la même syntaxe pour l’héritage.

%RLVVRQ$OFRROLVHH%RLVVRQ$OFRROLVHH VWULQJQRP  IORDWSUL[ LQWGHJUH$OFRRO  %RLVVRQ QRPSUL[ GHJUH$OFRRO GHJUH$OFRRO ^ `

L’héritage se fait systématiquement de manière SXEOLF en Java. L’héritage multiple du C++ peut être remplacé par la possibilité d’implémenter plusieurs interfaces dans une classe (notion abordée au chapitre 7 « Abstraction et interface »).

ATTENTION N’oubliez pas d’appeler super si nécessaire Si

aucun constructeur n’est défini dans la classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ$OFRROLVHH ou si vous oubliez l’appel au constructeur de la super-classe VXSHU QRPSUL[ , le compilateur affiche cette erreur : VUFFRPHWHNVWHVW%RLVVRQVMDYDFDQQRW UHVROYHV\PERO V\PEROFRQVWUXFWRU%RLVVRQ ORFDWLRQFODVVFRPHWHNVWHVW%RLVVRQ

(avec recopie de la ligne 32) Le compilateur croit en fait que le constructeur de la sous-classe contient l’appel par défaut VXSHU  qui appelle le constructeur sans paramètre de la super-classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ, lequel n’existe pas. Selon qu’une super-classe a ou non un constructeur avec ou sans paramètre, ses sous-classes peuvent donc être obligées de définir un constructeur qui utilise l’instruction VXSHU, ce que résume le tableau ci-contre.

© Groupe Eyrolles, 2004

Notez au passage qu’une classe n’hérite pas des constructeurs de sa super-classe : vous êtes donc obligé d’ajouter un constructeur à une classe si sa super-classe n’a pas de constructeur sans paramètre, même si c’est pour passer au constructeur de sa super-classe des valeurs par défaut ou lui repasser les mêmes valeurs.

Super-classeB Constructeur par défaut ou Sous-classe constructeur sans paramètre Constructeur par défaut Constructeur sans paramètre ou avec paramètre(s)

Ok Ok (appel implicite à VXSHU )

Constructeur(s) avec paramètre(s)

Interdit Appel à VXSHU SDUDPV 

75

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Réutiliser en implémentant différemment : le polymorphisme Le polymorphisme est la faculté d’une classe à prendre plusieurs formes. Si une classe et ses sous-classes implémentent différemment un même message, les objets des sous-classes prennent des formes différentes pour ce message du point de vue de leur super-classe.

À RETENIR Les dessous du polymorphisme Le polymorphisme est rendu possible grâce à l’héritage (relation est un) et à la redéfinition des méthodes.

Relation « est un » et conversion de référence De façon similaire aux conversions numériques, les conversions opérant sur une référence utilisent la syntaxe &ODVVH UHIHUHQFH. Elles changent la classe d’une référence sans transformer ni la valeur de cette référence ni l’objet qu’elle désigne. Elles sont autorisées à la compilation si la classe de conversion et la classe de la référence ont un lien d’héritage entre elles. Lors de l’exécution, la JVM vérifie que la classe de conversion est effectivement celle de l’objet référencé ou une des super-classes de cet objet.

ASTUCE Conversion implicite, relation est un La possibilité de désigner un objet d’une sousclasse par une référence relevant de sa super-classe est la traduction Java de la relation est un (le whisky, boisson alcoolisée, est une boisson). Cette relation est si logique que Java ne vous oblige pas à noter la classe de conversion entre parenthèses dans le sens sous-classe vers super-classe : ERLVVRQ ZKLVN\ Ù ERLVVRQ  %RLVVRQ ZKLVN\

Par l’exemple : boisson et boisson alcoolisée, ne mélangez pas les genres... La classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ$OFRROLVHH dérivant de la classe FRPHWHNV WHVW%RLVVRQ, voyons les conversions qu’il est possible d’effectuer sur des références de ces classes. EXEMPLE com/eteks/test/ConversionsReferencesBoisson.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&RQYHUVLRQV5HIHUHQFHV%RLVVRQ ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Création d’objets.

B

%RLVVRQHDX QHZ%RLVVRQ (DXPLQ?XHUDOHI  %RLVVRQ$OFRROLVHHZKLVN\  QHZ%RLVVRQ$OFRROLVHH :KLVN\I 

Déclaration de références pour tester les possibilités des conversions.

B

%RLVVRQERLVVRQ %RLVVRQ$OFRROLVHHERLVVRQ)RUWH %RLVVRQERLVVRQ,QFRQQXH QXOO FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFHVHUYLFH

Compilation OK et exécution OK.

B

ERLVVRQ  %RLVVRQ ZKLVN\

Affiche Whisky.

B

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOERLVVRQJHW1RP 

Compilation OK et exécution OK.

B

ERLVVRQ)RUWH  %RLVVRQ$OFRROLVHH ERLVVRQ

Compilation OK et exécution OK.

B

ERLVVRQ)RUWH  %RLVVRQ$OFRROLVHH ERLVVRQ,QFRQQXH

76

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Compilation OK mais erreur à l’exécution provoquant une exception MDYDODQJ&ODVV&DVW([FHSWLRQ.

VHUYLFH  FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH HDX ` `

3

Cette instruction est mise en commentaire car elle est refusée par le compilateur qui provoque l’erreur LQFRQYHUWLEOHW\SHV.

On peut donc :  Convertir une référence d’une classe vers sa super-classe (le whisky est une boisson) et  appeler avec la référence boisson toutes les méthodes de la classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ (mais pas les méthodes supplémentaires de la %RLVVRQ$OFRROLVHH, classe effective de l’objet désigné).  Convertir une référence d’une classe vers sa sous-classe, si l’objet référencé est effectivement une instance de la sous-classe. Ici, l’objet désigné par ERLVVRQ est bien un objet de classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ$OFRROLVHH.  Convertir une référence d’une classe vers sa sous-classe si l’objet référencé est inconnu. En revanche, il n’est pas possible de :  Convertir une référence d’une classe vers sa sous-classe, si l’objet référencé n’est pas effectivement une instance de la sous-classe. Comme la plupart du temps le compilateur ne peut pas déduire du contexte la classe effective d’un objet à partir de sa référence, la vérification de la classe de l’objet est toujours reportée à l’exécution. Ici, l’objet désigné par HDX n’étant pas un objet de classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ$OFRROLVHH, la JVM déclenche une exception MDYDODQJ&ODVV&DVW([FHSWLRQ qui interrompt le cours du programme. Cette vérification évite au programme d’avoir un comportement imprévisible à l’appel de la méthode JHW'HJUH$OFRRO avec la référence ERLVVRQ)RUWH , du type : quel serait le degré d’alcool de l’eau ?  Convertir une référence d’une classe vers une autre classe si les deux classes n’ont aucun lien d’héritage entre elles.

À RETENIR Méthodes accessibles avec une référence La classe d’une référence détermine les méthodes qu’il est possible d’appeler sur cette référence, même quand l’objet désigné est une instance d’une sous-classe et compte en fait plus de méthodes.

C++/C# Limitations de l’opérateur de cast En Java, l’opérateur de cast est limité aux types numériques et aux références. Contrairement au C++ et à C#, aucune conversion d’un objet en un autre objet ou en une valeur de type primitif n’est possible par application d’un opérateur de cast.

C++ (Classe)obj ≈ dynamic_cast(obj) Du fait que le compilateur et la JVM effectuent des vérifications sur le bien-fondé d’une conversion de référence, l’opérateur de cast de Java ressemble plus à l’opérateur G\QDPLFBFDVW du C++ qu’à son (trop) tolérant opérateur de cast simple.

REGARD DU DÉVELOPPEUR À quoi sert la conversion de références ? Quel est l’intérêt d’utiliser une référence de classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ pour désigner une instance de sa sous-classe alors que vous aurez moins de méthodes à disposition avec une telle référence ? Voici les deux cas principaux d’utilisation : • Passer en paramètre un objet d’une catégorie de classes donnée – Par exemple, si vous créez une méthode SD\HU dans une classe pour gérer le paiement d’une boisson, vous n’aurez besoin que de la méthode JHW3UL[ de la classe %RLVVRQ. En déclarant la méthode SD\HU avec un paramètre de classe %RLVVRQ, YRLG SD\HU(%RLVVRQ E),

© Groupe Eyrolles, 2004

vous pourrez passer en paramètre un objet de classe %RLVVRQ, de classe %RLVVRQ$OFRROLVHH voir d’une autre sous-classe de %RLVVRQ qui n’existe pas encore. • Créer un ensemble d’objets d’une catégorie de classes donnée – Par exemple, un tableau de références de classe %RLVVRQ vous permet de programmer un casier à bouteilles capable de mémoriser des objets de classe %RLVVRQ ou de classe %RLVVRQ$OFRROLVHH. Le prix du casier peut alors être calculé en additionnant le prix de chaque boisson du tableau grâce à la méthode JHW3UL[, ce que vous verrez au prochain chapitre.

77

5 – Réutilisation des classes

ERLVVRQ)RUWH  %RLVVRQ$OFRROLVHH HDX 6WULQJPHVVDJH ERLVVRQ)RUWHJHW1RP  ERLVVRQ)RUWHJHW'HJUH$OFRRO ?XE -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH 

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Modifier l’implémentation d’une méthode avec la redéfinition Une méthode non SULYDWH d’une classe est redéfinie (overridden en anglais) quand elle est définie dans une classe et une sous-classe avec la même signature, c’est-à-dire avec le même identificateur, le même type de retour, le même nombre de paramètres, et le même type pour chacun des paramètres.

ASTUCE Affichage de texte mis en forme Si le texte du paramètre de VKRZ0HVVDJH'LDORJ commence par la balise KWPO! , le texte est affiché en utilisant le format HTML. Ici, le texte compris entre les balises E! et E! (E comme bold) est donc affiché en gras, suivi d’un retour à la ligne (balise EU!) et du texte en italique compris entre les balises L! et L!.

Par l’exemple : changer de message La méthode DIILFKHU de la classe FRPHWHNVWHVW0HVVDJH6LPSOH  est redéfinie dans la classe FRPHWHNVWHVW0HVVDJH5LFKH . Lors de l’exécution de l’application, la méthode DIILFKHU appelée    est celle définie dans la classe de l’objet qui reçoit le message et pas celle définie dans la classe de la référence qui précède DIILFKHU. EXEMPLE com/eteks/test/AfficherMessages.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV0HVVDJH6LPSOH ^ SXEOLFYRLGDIILFKHU  ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO%RQMRXU  ` `

Figure 5–1 Texte mis en forme

Sous-classe de FRPHWHNVWHVW0HVVDJH6LPSOH.

B

FODVV0HVVDJH5LFKHH[WHQGV0HVVDJH6LPSOH ^ SXEOLFYRLGDIILFKHU  ^

Affiche un message différent de celui de sa super-classe.

B

Instanciation des deux classes.

B

Affiche Bonjour.

B

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOKWPO!E!9LYH-DYDE! EU!L!/HSURJUDPPHXUPDVTX HDFXWHL!KWPO!  ` ` FODVV$IILFKHU0HVVDJHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 0HVVDJH6LPSOHPHVVDJH QHZ0HVVDJH6LPSOH  0HVVDJH5LFKHPHVVDJH5LFKH QHZ0HVVDJH5LFKH  PHVVDJHDIILFKHU 

Affiche Vive Java ! Le programmeur masqué.

B

PHVVDJH5LFKHDIILFKHU 

Conversion de PHVVDJH5LFKH dans une référence de sa super-classe (PHVVDJH5LFKH est converti implicitement dans le type FRPHWHNVWHVW0HVVDJH6LPSOH).

B

PHVVDJH PHVVDJH5LFKH

Affiche Vive Java ! Le programmeur masqué.

B

PHVVDJHDIILFKHU  ` `

78

© Groupe Eyrolles, 2004

5 – Réutilisation des classes

ATTENTION Ne confondez pas surcharge et redéfinition La surcharge n’est pas la redéfinition (les mots anglais overload et override portent quelquefois à confusion). La surcharge permet dans une classe ou une sousclasse d’utiliser le même identificateur pour une méthode si elle a des paramètres de types différents tandis que la redéfinition permet de changer l’implémentation d’une méthode d’une classe en la déclarant avec le même identificateur et des paramètres de même type dans une sous-classe. Respectez donc bien l’orthographe de l’identificateur des méthodes que vous redéfinissez et les types de leurs paramètres. Si la déclaration de la nouvelle méthode a un identificateur ou des types de paramètres différents, elle ne redéfinira pas celle de la super-classe, le compilateur ne vous signalera rien et finalement la méthode appelée sera celle de la super-classe au lieu de celle que vous avez déclarée. En revanche, les identificateurs des paramètres n’ont pas d’importance et peuvent être différents de ceux de la méthode redéfinie. redéfinir = to override = outrepasser = spécialiser = supplanter ≠ surcharger

L’appel à une méthode non SULYDWH sur un objet s’effectue en Java au moyen de la ligature dynamique, c’est-à-dire que la méthode effectivement appelée n’est pas déterminée statiquement à la compilation, mais dynamiquement à l’exécution en fonction de la classe effective de l’objet désigné (la classe qui suit l’opérateur QHZ au moment de la création de l’objet). Même si l’utilité de la ligature dynamique paraît limitée aux méthodes redéfinies d’un programme, Java l’utilise systématiquement pour « préparer le terrain » au cas où une sous-classe redéfinissant des méthodes serait développée plus tard...

C++/C# Toute méthode Java est virtuelle Toutes les classes Java utilisent d’office le polymorphisme et l’appel aux méthodes s’effectue systématiquement avec la ligature dynamique. Les mots-clés YLUWXDO et RYHUULGH du C++ et de C# n’existent pas en Java.

De ce fait, la redéfinition est souvent utilisée dans une sous-classe pour altérer une méthode d’une super-classe d’une bibliothèque. Par exemple, une classe d’applet hérite de la classe MDYD[VZLQJ-$SSOHW et redéfinit la méthode LQLW pour spécifier les instructions à effectuer lors de l’initialisation d’une applet.

Modifier l’implémentation sans oublier la méthode redéfinie Il arrive quelquefois que pour implémenter une méthode d’une sous-classe, il faille appeler la méthode redéfinie de la super-classe. WKLVWHVW comme WHVW appelant la méthode WHVW de sa propre classe, il faut alors utiliser VXSHUWHVW pour appeler la méthode WHVW de la super-classe.

C++ Appel à une méthode redéfinie À la notation 6XSHU&ODVVHPHWKRGH utilisée en C++ pour appeler la méthode redéfinie d’une super-classe correspond VXSHUPHWKRGH en Java.

C# super = base Le mot-clé EDVH utilisé aussi en C# pour appeler la méthode redéfinie d’une super-classe est remplacé par VXSHU en Java.

© Groupe Eyrolles, 2004

79

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : calculer les intérêts d’un compte épargne La classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH permet de créer un compte en banque avec son identificateur et son solde. Sa sous-classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH(SDUJQH redéfinit la méthode JHW6ROGH de la classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH pour renvoyer le solde original auquel sont ajoutés des intérêts. Figure 5–2 Application FRPHWHNVWHVW&DOFXO,QWHUHWV

Champ mémorisant l’identifiant d’un compte. Champ mémorisant le solde d’un compte.

EXEMPLE com/eteks/test/CalculInterets.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV&RPSWH ^ B

SULYDWH6WULQJLGHQWLILDQW SULYDWHIORDWVROGH SXEOLF&RPSWH 6WULQJLGHQWLILDQWIORDWGHSRW ^ WKLVLGHQWLILDQW LGHQWLILDQW WKLVVROGH GHSRW ` SXEOLF6WULQJJHW,GHQWLILDQW ^ UHWXUQWKLVLGHQWLILDQW ` SXEOLFIORDWJHW6ROGH ^ UHWXUQWKLVVROGH ` `

&RPSWH(SDUJQH hérite des champs SULYDWH LGHQWLILDQW et VROGH.

B

FODVV&RPSWH(SDUJQHH[WHQGV&RPSWH ^

Champ mémorisant le taux d’intérêt applicable. Champ mémorisant le nombre d’années d’épargne.

B

SULYDWHIORDWWDX[ SULYDWHLQWDQQHHV SXEOLF&RPSWH(SDUJQH 6WULQJLGHQWLILDQWIORDWGHSRW IORDWWDX[ ^ VXSHU LGHQWLILDQWGHSRW  WKLVWDX[ WDX[ ` SXEOLFYRLGVHW$QQHHV LQWDQQHHV ^

Modification du champ DQQHHV si le paramètre est positif ou nul.

B

LI DQQHHV!  WKLVDQQHHV DQQHHV ` SXEOLFLQWJHW$QQHHV ^ UHWXUQWKLVDQQHHV ` SXEOLFGRXEOHJHW7DX[ ^ UHWXUQWKLVWDX[ `

80

© Groupe Eyrolles, 2004

IORDWVROGH VXSHUJHW6ROGH 

3

Récupération du solde initial.

IRU LQWL LWKLVDQQHHVL VROGH IWKLVWDX[ UHWXUQVROGH ` `

3

Multiplication, autant de fois qu’il y a d’années, par  WDX[

FODVV&DOFXO,QWHUHWV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ &RPSWHFRPSWH QHZ&RPSWH $I 

3

Création d’une instance de FRPHWHNVWHVW&RPSWH.

&RPSWH(SDUJQHFRPSWH FRPSWH QHZ&RPSWH(SDUJQH (II  FRPSWHVHW$QQHHV  

3

Création d’une instance de FRPHWHNVWHVW&RPSWH(SDUJQH.

&RPSWHF

3

Déclaration de la référence F de classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH.F peut désigner des objets de classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH ou FRPHWHNVWHVW&RPSWH(SDUJQH.

F FRPSWH PHVVDJH ?Q?XDD6ROGHFRPSWHQ?XE FJHW,GHQWLILDQW  FJHW6ROGH ?XDF

3

Affectation de la référence FRPSWH à F pour afficher le solde du 1er compte.

F FRPSWH PHVVDJH ?Q?XDD6ROGHFRPSWHQ?XE FJHW,GHQWLILDQW  FJHW6ROGH ?XDF MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

3

Affectation de la référence FRPSWH à F pour afficher le solde du 2e compte (FRPSWH est converti implicitement dans le type FRPHWHNVWHVW&RPSWH).

6WULQJPHVVDJH /·DUJHQWTXLGRUWQHUDSSRUWHULHQ

Réutiliser sans créer d’objet avec les méthodes de classe Le mot-clé VWDWLF est utilisé comme modificateur d’une méthode ou d’un champ pour indiquer, précisément, qu’il s’agit d’un champ ou d’une méthode de classe. Contrairement aux champs et méthodes d’instance décrits jusqu’ici, les champs et les méthodes de classe sont uniques pour une classe, et partagés entre toutes les instances de cette classe. On utilise un champ de classe en le faisant précéder de l’identificateur de sa classe suivi d’un point ; de façon similaire, on appelle une méthode de classe en la faisant précéder de l’identificateur de sa classe suivi d’un point. © Groupe Eyrolles, 2004

À RETENIR Appel de méthode de classe L’appel d’une méthode de classe respecte la syntaxe suivante : &ODVVHPHWKRGH SDUDP Bien que ce ne soit conseillé pour des raisons de clarté, une méthode de classe peut être aussi appelée sur une référence. Notez qu’à l’intérieur de leur propre classe, un champ ou une méthode de classe peuvent être utilisés sans que ne soit répété l’identificateur de leur classe.

81

5 – Réutilisation des classes

SXEOLFIORDWJHW6ROGH ^

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Comme l’implémentation des méthodes de classe n’utilise pas l’état d’un objet, il n’est pas utile d’instancier une classe pour appeler une de ses méthodes de classe.

C++ Membres static Les membres VWDWLF d’une classe ont les même propriétés en Java et en C++, mais s’utilisent différemment : en Java, un champ VWDWLF est déclaré et initialisé dans sa classe, et l’opérateur point () remplace l’opérateur  du C++. En revanche, les variables locales VWDWLF n’existent pas en Java.

Par exemple, la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ de la classe MDYD[VZLQJ -2SWLRQ3DQH est une méthode de classe que l’on peut appeler sans créer d’instance de cette classe : MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO%LHQYHQXH 

La portée des champs et des méthodes de classe est déterminée par les mêmes modificateurs d’accès que pour les champs et méthodes d’instance (SXEOLF, SURWHFWHG, SULYDWH ou absent). La durée de vie des champs de classe s’étend de la première utilisation de leur classe à l’arrêt de la JVM.

JAVA Suggestion Les méthodes d’instance de la classe FRPHWHNV RXWLOV3UREDELOLWH (voir dans le chapitre précédent la section « Répéter un traitement ») auraient pu être déclarées comme méthodes de classe avec le mot-clé VWDWLF. Ceci éviterait dans l’application de calcul de probabilités d’avoir à instancier cette classe pour appeler ses méthodes.

Par l’exemple : afficher l’état d’un compte L’application suivante affiche les textes qui décrivent un compte de classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH, puis un de classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH(SDUJQH, classes reprises de la section précédente. EXEMPLE com/eteks/test/AfficherComptes.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV$IILFKHU&RPSWHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGDIILFKHU&RPSWH &RPSWH F  ^

Affichage d’un texte qui décrit le compte construit avec les méthodes JHW,GHQWLILDQW et JHW6ROGH.

B

6WULQJPHVVDJH 6ROGHGXFRPSWHQ?XEFJHW,GHQWLILDQW FJHW6ROGH ?XDF -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Création d’une instance de FRPHWHNVWHVW&RPSWH.

B

&RPSWHFRPSWH QHZ&RPSWH $I 

Création d’une instance de FRPHWHNVWHVW&RPSWH(SDUJQH.

B

&RPSWH(SDUJQHFRPSWH QHZ&RPSWH(SDUJQH (II  FRPSWHVHW$QQHHV  

Appel de la méthode DIILFKHU&RPSWH avec FRPSWH(équivalant à $IILFKHU&RPSWHV DIILFKHU&RPSWH FRPSWH ).

B

DIILFKHU&RPSWH FRPSWH 

Appel de la méthode DIILFKHU&RPSWH avec FRPSWH (la référence FRPSWH est convertie implicitement dans le type FRPHWHNVWHVW&RPSWH).

B

DIILFKHU&RPSWH FRPSWH  ` `

82

© Groupe Eyrolles, 2004

VUFFRPHWHNVWHVW$IILFKHU&RPSWHVMDYD QRQVWDWLFPHWKRGDIILFKHU&RPSWH FRPHWHNVWHVW&RPSWH FDQQRWEH UHIHUHQFHGIURPDVWDWLFFRQWH[W DYHFUHFRSLHGHODOLJQHDIILFKHU&RPSWH FRPSWH 

POUR ALLER PLUS LOIN Initialisateur static Un initialisateur VWDWLF est un bloc défini au niveau d’une classe et précédé du mot-clé VWDWLF. Ce bloc d’instructions est exécuté au moment du chargement d’une classe par la JVM. FODVV&ODVVH7HVW ^ VWDWLF,QLWLDOLVDWHXUVWDWLF ^ ,QVWUXFWLRQVGXEORF `  `

C# Constructeur static Un constructeur VWDWLF sans paramètre en C# est l’équivalent d’un initialisateur VWDWLF Java.

JAVA 5.0 import static La clause LPSRUW VWDWLF introduite dans Java 5.0 permet d’importer les membres VWDWLF d’une classe. Cette fonctionnalité a pour but de simplifier l’écriture d’un programme Java en évitant de citer l’identificateur de la classe d’un membre VWDWLF pour y faire appel. Voici les modifications à apporter au fichier $IILFKHU&RPSWHVMDYD (page 82), si vous utilisez la clause LPSRUWVWDWLF dans ce fichier : • La clause  devient : LPSRUWVWDWLFMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH 

ou LPSRUWVWDWLFMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ

• L’instruction  devient : VKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH 

ATTENTION Les méthodes de classes ne sont pas des méthodes d’instance Les méthodes de classe se différencient clairement des méthodes d’instance : • Une méthode de classe ne peut pas utiliser les champs et les méthodes d’instance de sa classe, seules ou en les précédant de WKLV (la référence WKLV n’existe pas dans une méthode de classe). • Une méthode de classe est précédée obligatoirement du mot-clé VWDWLF devant la définition de la méthode, autrement elle devient une méthode d’instance. • Une méthode de classe n’utilise pas le mécanisme de la redéfinition : si une méthode de classe est définie avec le même identificateur et les mêmes types de paramè-

© Groupe Eyrolles, 2004

tres dans une classe et sa sous-classe, la méthode appelée sera celle de la classe qui préfixe la méthode. • Une méthode de classe peut être appelée directement sans avoir à créer une instance de cette classe. Limitez l’usage de ces méthodes car leur usage n’exploite pas les avantages du polymorphisme et regroupez-les si possible dans des classes utilitaires. Notez qu’il serait tout à fait possible de créer un programme de type procédural fondé essentiellement sur le recours à des méthodes de classes.

83

5 – Réutilisation des classes

Au lieu de construire, comme dans l’application précédente, le texte qui décrit un compte en répétant pour chaque compte les mêmes instructions, la classe FRPHWHNVWHVW$IILFKHU&RPSWHV définit la méthode de classe DIILFKHU&RPSWH, dont le rôle est de construire ce texte puis de l’afficher. Le type du paramètre de cette méthode est de classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH , ce qui permet de lui passer des objets de classe FRPHWHNVWHVW&RPSWH  ou FRPHWHNVWHVW&RPSWH(SDUJQH . Notez que si la méthode DIILFKHU&RPSWH n’était pas déclarée VWDWLF, il ne serait pas possible de l’appeler à partir de la méthode PDLQ, elle aussi VWDWLF, sans créer une instance de la classe $IILFKHU&RPSWHV. Si vous omettez VWDWLF à la déclaration de la méthode DIILFKHU&RPSWH, le compilateur vous signalera l’erreur suivante :

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Limiter la réutilisation avec final Le mot-clé ILQDO est utilisé comme modificateur d’une classe, d’une méthode, d’un champ, d’un paramètre ou d’une variable locale pour empêcher leur modification.

C++ Différences entre final et const En étudiant le tableau ci-contre, remarquez que les différentes subtilités d’utilisation du mot-clé FRQVW en C++ n’ont pas toutes leur équivalent en Java avec ILQDO. Le C++ n’a en revanche pas l’équivalent des classes et des méthodes ILQDO de Java.

Catégorie

Effet du modificateur final

classe

Une classe ILQDO ne peut être dérivée. Cette caractéristique est surtout utilisée pour les classes immuables, comme la classe MDYDODQJ6WULQJ, dont les instances ne peuvent pas être modifiées.

méthode

Une méthode ILQDO ne peut être déclarée à nouveau dans une sous-classe, c’est-à-dire qu’une sous-classe ne peut redéfinir cette méthode. Toutes les méthodes d’une classe ILQDO sont implicitement ILQDO.

C# final = sealed ou readonly Voici une liste des mots-clés équivalant à ILQDO en C# (dans les cas où ils existent) : • Une classe VHDOHG ne peut être dérivée. • Un champ UHDGRQO\ ne peut être modifié une fois initialisé.

champ, variable locale Une fois initialisés, un champ et une variable locale ILQDO ne peuvent être modifiés. paramètre

Un paramètre ILQDO ne peut être modifié.

Par exemple, la classe FRPHWHNVRXWLOV1RPEUH(QWLHU étudiée au chapitre précédent ainsi que son champ QRPEUH peuvent être déclarés ILQDO ainsi : SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV

Le champ ILQDO est initialisé une seule fois dans le constructeur.

ILQDOFODVV1RPEUH(QWLHU ^ B

SULYDWHILQDOLQWQRPEUH  `

Le reste est inchangé...

Si une référence est déclarée ILQDO, elle ne peut être modifiée mais les champs non ILQDO de l’objet qu’elle désigne peuvent changer de valeur, par exemple :

La variable VHUYLFH)UDLV'HSODFHPHQW est ILQDO et ne peut être modifiée mais l’objet désigné par VHUYLFH)UDLV'HSODFHPHQW peut être modifié !

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH FODVV7HVW6HUYLFH)LQDO ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ B

ILQDO6HUYLFHVHUYLFH)UDLV'HSODFHPHQW QHZ6HUYLFH )UDLVGHG?XHSODFHPHQWI  VHUYLFH)UDLV'HSODFHPHQWVHW3UL[ I 

L’objet désigné par VHUYLFH)UDLV'HSODFHPHQW a un prix de 29.55 euros.

84

` `

© Groupe Eyrolles, 2004

C# static final = const ou static readonly

Un champ déclaré à la fois VWDWLF et ILQDO est une constante avec une valeur unique dans toute la JVM. Généralement, les constantes sont les seuls champs déclarés SXEOLF d’une classe. CONVENTIONS Nommage des constantes L’identificateur des constantes est une suite d’un ou plusieurs mots en majuscules, séparés par le caractère _ (par exemple : 35,25,7(B0$; 

Par l’exemple : tester le titre d’un contact L’application suivante teste  puis affiche  le titre d’un contact choisi parmi l’une des constantes entières    déclarées dans la classe FRPHWHNVWHVW7LWUH EXEMPLE com/eteks/test/AfficherTitre.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV7LWUH ^ 'pFODUDWLRQGHFRQVWDQWHV SXEOLFVWDWLFILQDOLQW0216,(85   SXEOLFVWDWLFILQDOLQW0$'$0(   SXEOLFVWDWLFILQDOLQW0$'(02,6(//(  ` FODVV$IILFKHU7LWUH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ LQWWLWUH&RQWDFW 7LWUH0216,(85 6WULQJPHVVDJH  7LWUHWLWUH&RQWDFW  VZLWFK WLWUH&RQWDFW  ^ FDVH7LWUH0216,(85 PHVVDJH 0U EUHDN FDVH7LWUH0$'$0( PHVVDJH 0PH EUHDN FDVH7LWUH0$'(02,6(//( PHVVDJH 0HOOH EUHDN ` $IILFKH7LWUH 0U MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH VKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

© Groupe Eyrolles, 2004

Selon qu’un champ constant a une valeur connue à l’avance ou non, C# propose les deux options suivantes équivalant aux mots-clés VWDWLF ILQDO en Java : • Un champ FRQVW est une constante et doit être initialisé à sa déclaration avec une expression évaluable dès la compilation. • Un champ VWDWLF UHDGRQO\ laisse plus de liberté, car il peut être initialisé avec le résultat de l’appel à une méthode.

JAVA 5.0 enum pour déclarer un ensemble de constantes Le mot-clé HQXP introduit dans Java 5.0 permet d’énumérer une liste homogène de constantes, comme en C++ et en C#. Dans les faits, une énumération Java est une classe qui définit un ensemble de constantes dont le type est la classe elle-même. Le langage Java a été aussi enrichi pour permettre de tester les valeurs d’une énumération avec l’instruction VZLWFK, comme dans l’application FRPHWHNV WHVW(QXPHUDWLRQ7LWUH adaptée de celle ci-contre. SDFNDJHFRPHWHNVWHVW 'pFODUDWLRQG XQHpQXPpUDWLRQ HQXP7LWUH^0216,(850$'$0(0$'(02,6(//(` FODVV(QXPHUDWLRQ7LWUH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 7LWUHWLWUH&RQWDFW 7LWUH0216,(85 6WULQJPHVVDJH 7LWUHWLWUH&RQWDFW  VZLWFK WLWUH&RQWDFW ^ FDVH0216,(85 PHVVDJH 0U EUHDN FDVH0$'$0( PHVVDJH 0PH EUHDN FDVH0$'(02,6(//( PHVVDJH 0HOOH EUHDN ` $IILFKH7LWUH0216,(85 0U MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH VKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

85

5 – Réutilisation des classes

Déclarer des constantes

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

REGARD DU DÉVELOPPEUR Architecture des classes Lisibilité du code • N’écrivez pas votre programme pour vous mais pour les autres : comme un programme passe plus de temps en maintenance qu’en phase de développement, les personnes chargées d’en corriger les bogues et de le faire évoluer doivent vous comprendre. Même si vous maintenez vous-même vos classes, votre mémoire n’est pas infaillible et vous aurez tôt fait d’oublier les subtilités de votre programme ! Ce principe doit vous guider tant en matière d’architecture que dans les choix d’identificateurs clairs et respectant les conventions Java et dans les commentaires censés expliquer les parties de code complexes. • Ayez bien à l’esprit l’adage Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? (KISS, Keep It Simple Stupid)… Pour garder une architecture simple, faites le moins possible d’interdépendances entre classes et ne multipliez pas à l’avance les classes en prévision d’extension future. Composition ou héritage, que choisir ? • Utilisez le sens littéral des relations a un et est un pour orienter votre choix entre la composition et l’héritage. • Ne créez un lien d’héritage entre deux classes que si une instance de la sous-classe peut être considérée aussi comme une instance de sa super-classe par la relation est un. Par exemple, un monocycle n’est pas une roue, mais a une roue. Parfois, les relations de composition et d’héritage s’utilisent dans la même classe. Par exemple, un camion qui transporte des voitures est un véhicule et a des véhicules. • Ne vous précipitez pas sur l’héritage : dans la pratique, la composition est plus souvent mise en œuvre que l’héritage. Respectez les règles imposées par les frameworks ! • Une classe d’applet Swing doit hériter de la classe MDYD[VZLQJ-$SSOHW, et une classe de servlet de la

classe MDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HUYOHW. N’importe quelle classe peut être utilisée comme application si elle définit la méthode SXEOLF VWDWLF YRLG PDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV . Pensez d’abord objet ! • Une méthode de classe n’étant pas objet et ne pouvant être redéfinie, limitez l’usage de ce type de méthodes au minimum et regroupez-les si possible dans des classes utilitaires. Inspirez-vous des design patterns ! • Les design patterns regroupent un ensemble de modèles de conception de classes pour répondre aux problèmes les plus courants rencontrés en programmation objet. Ils ont été identifiés initialement dans l’ouvrage Design patterns - Elements of Reusable Object-Oriented Software écrit par Erich Gamma, Richard Helm, Ralph Johnson et John Vlissides, surnommés depuis la bande des quatre (gang of four). Parmi les plus connus et utilisés par les classes de la bibliothèque Java, on peut citer les design patterns singleton, factory, iterator, observer. Ne touchez pas au code des autres • Si vous disposez du code source d’une classe (celle de la bibliothèque standard Java par exemple), ne la modifiez pas pour y ajouter des fonctionnalités si vous n’en êtes pas l’auteur. Créez plutôt une sous-classe et ajoutez-y les méthodes nécessaires à ces nouvelles fonctionnalité, en redéfinissant si nécessaire les méthodes dont vous voulez modifier l’implémentation. • S’il vous faut ajouter des méthodes à une classe ILQDO (comme la classe MDYDODQJ6WULQJ dont vous ne pouvez pas hériter), créez une nouvelle classe utilisant la composition avec la classe ILQDO en question ou définissant des méthodes de classe qui prennent en paramètre un objet de la classe ILQDO.

En résumé… Ce chapitre a passé en revue les différentes manières de réutiliser et d’architecturer l’ensemble des classes d’une application. Maintenant que vous connaissez les principes généraux de la programmation objet et leur mise en œuvre en Java, passons à la deuxième partie, qui explique comment utiliser les classes fondamentales de la bibliothèque Java. 86

© Groupe Eyrolles, 2004

Les classes de base de la bibliothèque Java

6 SOMMAIRE

B Hiérarchie de classes depuis Object

B Chaînes de caractères B JVM et système B Dates et heures B Tableaux B Collections MOTS-CLÉS

B Object B String B System B Classe d’emballage B deprecated B GregorianCalendar B ArrayList B TreeSet B HashMap

Manipulation des textes, des dates, calcul mathématique, gestion d’ensemble d’objets : les classes présentées dans ce chapitre illustrent les choix de modélisation objet proposés par les inventeurs de Java pour ces concepts fondamentaux. Ce sera aussi l’occasion de définir les classes de base utiles à la mise en œuvre du forum de discussion développé dans les chapitres suivants.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

La bibliothèque Java contient des classes qu’il faut absolument connaître, telle MDYDODQJ2EMHFW sur laquelle repose toute la hiérarchie des classes Java, MDYDODQJ6WULQJ qui représente des chaînes de caractères, ou MDYDODQJ6\VWHP utilisée pour communiquer avec la JVM. Outre ces classes incontournables, les classes utilitaires pour gérer la date, l’heure et les ensembles d’objets s’avèrent indispensables pour programmer des applications.

La super-classe de toutes les classes : java.lang.Object C# java.lang.Object = System.Object = object La classe MDYDODQJ2EMHFW ou plus simplement 2EMHFW (attention au 2 majuscule) est l’équivalent en Java de la classe REMHFW de C#.

Java utilise une hiérarchie unique pour toutes les classes et dont la classe MDYDODQJ2EMHFW est la super-classe. Une classe simple hérite donc nécessairement de la classe MDYDODQJ2EMHFW et de toutes ses méthodes, la relation d’héritage étant implicite : FODVV &ODVVH7HVW équivaut à écrire FODVV &ODVVH7HVW H[WHQGV MDYDODQJ2EMHFW. Les méthodes de la classe MDYDODQJ2EMHFW le plus souvent utilisées et redéfinies sont les méthodes HTXDOV, KDVK&RGH et WR6WULQJpour modifier l’implémentation proposée par la classe MDYDODQJ2EMHFW.

La méthode equals SXEOLFERROHDQHTXDOV  MDYDODQJ2EMHFWREM REMHW$HTXDOV REMHW% renvoie WUXH si REMHW$ REMHW%.

Cette méthode est souvent redéfinie dans une classe pour renvoyer WUXH si deux objets distincts sont égaux en comparant les valeurs de leurs champs. La relation d’égalité définie entre deux objets doit être alors réflexive, commutative et transitive (voir la javadoc de la méthode HTXDOV dans la classe MDYDODQJ2EMHFW pour une description détaillée de ces relations). Par exemple, la classe MDYDODQJ6WULQJ redéfinit cette méthode pour déterminer si deux chaînes sont égales en comparant un à un leurs caractères.

La méthode hashCode SXEOLFLQWKDVK&RGH

Elle renvoie un code entier utilisé pour le stockage des objets dans les tables de hash (MDYDXWLO+DVK6HW, MDYDXWLO7UHH6HW, …). Pour deux références REM et REM désignant deux objets quelconques, la relation suivante doit être vérifiée : VLREMHTXDOV REM UHQYRLHWUXH DORUVREMKDVK&RGH  REMKDVK&RGH HVWpJDOjWUXH

88

© Groupe Eyrolles, 2004

Le code de hash renvoyé par la méthode KDVK&RGH est utilisé par certaines classes de collection comme MDYDXWLO+DVK6HW et MDYDXWLO+DVK0DS pour classer un ensemble d’objets et optimiser les recherches dans cet ensemble (voir la section « Les collections pour gérer des ensembles d’objets » de ce chapitre). Une recherche dans ce type d’ensemble est comparable à la démarche effectuée pour consulter un dictionnaire pourvu d’onglets pour chaque lettre de l’alphabet. Si vous cherchez le mot Java vous saisirez alors directement l’onglet J pour tomber sur le premier mot commençant par J. Pour assurer une efficacité maximale à ce système de classement, les codes de hash des objets doivent être répartis sur l’ensemble des entiers LQW.

ATTENTION Redéfinition de la méthode equals et de hashCode Si une classe redéfinit la méthode HTXDOV, elle doit aussi redéfinir KDVK&RGH et renvoyer le même code pour deux objets égaux par la méthode HTXDOV. La condition inverse n’est pas obligatoire : deux objets peuvent renvoyer un code de hash identique tout en étant différents par la méthode HTXDOV.

La méthode toString Elle renvoie une chaîne de caractères décrivant la classe de l’objet courant suivi du caractère # et de la valeur en hexadécimal renvoyée par KDVK&RGH (par exemple FRPHWHNVRXWLOV7HOHFDUWH#DID). Cette méthode est souvent redéfinie dans une classe pour renvoyer un texte décrivant l’objet avec la valeur de ses champs. Quand l’un des opérandes d’une concaténation avec l’opérateur  est un objet, cette méthode est appelée pour obtenir la forme textuelle de cet objet. REGARD DU DÉVELOPPEUR Quand redéfinir les méthodes equals, hashCode et toString ? Ces méthodes sont souvent redéfinies dans les classes de la bibliothèque Java comme MDYDODQJ6WULQJ, MDYDODQJ)ORDW... et c’est en les utilisant que vous percevrez mieux pourquoi les concepteurs de Java ont choisi de déclarer ces méthodes dans la classe MDYDODQJ2EMHFW. La plupart du temps, les méthodes equals et hashCode sont redéfinies dans une classe pour comparer ses objets ou les retrouver dans un ensemble (voir la classe com.eteks.forum.Utilisateur qui suit et l’application d’agenda au chapitre 7, « Abstraction et interface »). La méthode WR6WULQJ renvoyant la forme textuelle d’un objet, la redéfinition de cette méthode dans une classe est un des moyens les plus simples quand vous avez besoin d’afficher la valeur de ses objets (voir les classes FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU et FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH de ce chapitre).

SXEOLFMDYDODQJ6WULQJWR6WULQJ

JAVA Autres méthodes de java.lang.Object La classe MDYDODQJ2EMHFW définit aussi les méthodes suivantes moins souvent utilisées : • JHW&ODVV renvoie une instance de la classe MDYDODQJ&ODVV qui décrit la classe d’un objet. • ZDLW et QRWLI\ sont utilisées pour la synchronisation des threads abordée au dernier chapitre. • FORQH crée une copie d’un objet. • ILQDOL]H est redéfinie dans une classe pour décrire les traitements spécifiques à effectuer à la destruction d’un objet par le ramasse-miettes.

Forum : utilisateur du forum de discussion La première classe du forum de discussion abordée dans cet ouvrage décrit un utilisateur du forum. Représenté par une instance de la classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU, chaque utilisateur a : • un pseudonyme et un mot de passe personnel qui lui permettent de s’identifier pour participer au forum ; • une autorisation qui lui accorde les droits d’utilisateur ou de modérateur. Un utilisateur identifié a le droit de poster des messages et de modifier ses messages. Un modérateur a en outre le droit de modifier n’importe quel message, qu’il en soit l’auteur ou non. © Groupe Eyrolles, 2004

89

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

B.A.-BA Code de hash

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Ces informations correspondent aux champs SVHXGRQ\PH, PRW'H3DVVH et DXWRULVDWLRQ de la classe 8WLOLVDWHXU. Les valeurs de ces champs peuvent être modifiées ou interrogées grâce à leurs accesseurs JHW et mutateurs VHW correspondants.

com.eteks.forum Utilisateur - pseudonyme : String - motDePasse : String - autorisation : String + Utilisateur(pseudonyme : String, motDePasse : String, autorisation : String) + isModerateur() : boolean + equals(obj : Object) : boolean + hashCode() : int + toString() : String

FORUM com/eteks/forum/Utilisateur.java SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP 

 8WLOLVDWHXUGXIRUXPDYHFVRQSVHXGRQ\PHVRQPRWGHSDVVH  HWOHVGURLWVVXUOHIRUXPTXLOXLVRQWDXWRULVpV  

Figure 6–1 Diagramme UML de la classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU

SXEOLFFODVV8WLOLVDWHXU ^

Déclaration des constantes représentant les droits possibles accordés à un utilisateur.

B

SXEOLFVWDWLFILQDO6WULQJ02'(5$7(85 0 SXEOLFVWDWLFILQDO6WULQJ87,/,6$7(85 8

Déclaration des champs mémorisant les informations d’un utilisateur.

B

SULYDWH6WULQJSVHXGRQ\PH SULYDWH6WULQJPRW'H3DVVH SULYDWH6WULQJDXWRULVDWLRQ

Constructeur.

B

SXEOLF8WLOLVDWHXU 6WULQJSVHXGRQ\PH6WULQJPRW'H3DVVH 6WULQJDXWRULVDWLRQ ^ WKLVSVHXGRQ\PH SVHXGRQ\PH WKLVPRW'H3DVVH PRW'H3DVVH WKLVDXWRULVDWLRQ DXWRULVDWLRQ ` SXEOLF6WULQJJHW3VHXGRQ\PH ^ UHWXUQWKLVSVHXGRQ\PH ` SXEOLFYRLGVHW3VHXGRQ\PH 6WULQJSVHXGRQ\PH ^ WKLVSVHXGRQ\PH SVHXGRQ\PH ` SXEOLF6WULQJJHW0RW'H3DVVH ^ UHWXUQWKLVPRW'H3DVVH ` SXEOLFYRLGVHW0RW'H3DVVH 6WULQJPRW'H3DVVH ^ WKLVPRW'H3DVVH PRW'H3DVVH ` SXEOLF6WULQJJHW$XWRULVDWLRQ ^ UHWXUQWKLVDXWRULVDWLRQ `

Méthode permettant de vérifier si cet utilisateur est un modérateur.

B

SXEOLFERROHDQLV0RGHUDWHXU ^ UHWXUQ02'(5$7(85HTXDOV WKLVDXWRULVDWLRQ  `

90

© Groupe Eyrolles, 2004



 5HQYRLHWUXHVLFHWXWLOLVDWHXUHWREMRQWOHPrPH  SVHXGRQ\PH   SXEOLFERROHDQHTXDOV 2EMHFWREM  ^ LI WKLVSVHXGRQ\PH QXOO LI REMLQVWDQFHRI8WLOLVDWHXU  ^

3

Redéfinition de la méthode HTXDOV de la classe MDYDODQJ2EMHFW

3

Si l’objet en paramètre est une instance de la classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU

8WLOLVDWHXUXWLOLVDWHXU  8WLOLVDWHXU REM UHWXUQWKLVSVHXGRQ\PHHTXDOV XWLOLVDWHXUSVHXGRQ\PH  ` UHWXUQIDOVH ` SXEOLFLQWKDVK&RGH  ^

3

Conversion de REM en une référence de FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU puis comparaison de leur pseudonyme.

3

Redéfinition de la méthode KDVK&RGH de la classe MDYDODQJ2EMHFW.

LI WKLVSVHXGRQ\PH QXOO UHWXUQWKLVSVHXGRQ\PHKDVK&RGH 

3

Réutilisation du code de hash de la classe MDYDODQJ6WULQJ.

HOVH UHWXUQVXSHUKDVK&RGH  `

3

Si SVHXGRQ\PH n’est pas défini, le code de hash par défaut est renvoyé.

SXEOLF6WULQJWR6WULQJ  ^ LI LV0RGHUDWHXU UHWXUQWKLVSVHXGRQ\PH 0RG?XHUDWHXU  HOVHLI WKLVSVHXGRQ\PH QXOO UHWXUQWKLVSVHXGRQ\PH 8WLOLVDWHXU  HOVH UHWXUQ8WLOLVDWHXULQFRQQQX ` `

3

Redéfinition de la méthode WR6WULQJ de la classe MDYDODQJ2EMHFW.

Cette classe déclare les deux constantes 02'(5$7(85 et 87,/,6$7(85  représentant les autorisations qu’il est possible d’affecter au champ DXWRULVDWLRQ avec le constructeur ou la méthode VHW$XWRULVDWLRQ de cette classe. Chaque utilisateur ayant un pseudonyme unique, deux objets de classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU sont considérés comme identiques s’ils ont le même pseudonyme. Cette caractéristique programmée ici dans la méthode HTXDOV  est utile pour vérifier l’unicité du pseudonyme d’un utilisateur. Cette méthode redéfinit la méthode HTXDOV de la classe MDYDODQJ2EMHFW dont hérite implicitement la classe 8WLOLVDWHXU. Son implémentation vérifie que l’objet en paramètre est bien une instance de la classe 8WLOLVDWHXU  avant de déterminer si deux utilisateurs sont égaux en comparant leur pseudonyme . © Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION Type du paramètre d’equals Si vous redéfinissez la méthode HTXDOV, faites attention à bien déclarer un paramètre de classe MDYDODQJ2EMHFW même si vous savez pertinemment que seuls deux objets de la même classe sont réellement comparables. Le type 2EMHFW du paramètre vous oblige du coup à utiliser l’opérateur LQVWDQFHRI pour vérifier par sécurité sa classe avant de comparer effectivement les champs des objets. Si le paramètre d’HTXDOV est déclaré comme étant d’une autre classe que MDYDODQJ 2EMHFW, la méthode ne redéfinit pas la méthode HTXDOV de la classe 2EMHFW mais la surcharge. Ce n’est pas interdit mais vous ne pourrez pas profiter des fonctionnalités de recherche proposées par les classes de collection.

91

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

SXEOLFYRLGVHW$XWRULVDWLRQ 6WULQJDXWRULVDWLRQ ^ WKLVDXWRULVDWLRQ DXWRULVDWLRQ `

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

La méthode HTXDOV étant redéfinie, la classe 8WLOLVDWHXU doit redéfinir aussi la méthode KDVK&RGH  pour vérifier que deux utilisateurs égaux ont le même code de hash si jamais cette classe est utilisée avec une table de hash. La méthode WR6WULQJ  est finalement redéfinie et renvoie un texte décrivant le type d’utilisateur et son pseudonyme.

JAVA Appel d’equals dans equals Ne soyez pas troublé par l’appel à HTXDOV  dans l’implémentation de la méthode HTXDOV de la classe 8WLOLVDWHXU. La méthode HTXDOV appelée n’est pas celle de la classe 8WLOLVDWHXU, mais celle de la classe de l’objet désigné par le champ SVHXGRQ\PH, c’est-à-dire iciMDYDODQJ 6WULQJ. La même remarque s’applique à l’appel à KDVK&RGH .

L’application de classe FRPHWHNVWHVW&RPSDUDLVRQ8WLOLVDWHXUV montre comment utiliser les méthodes HTXDOV et WR6WULQJ . EXEMPLE com/eteks/test/ComparaisonUtilisateurs.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU FODVV&RPSDUDLVRQ8WLOLVDWHXUV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 8WLOLVDWHXUPRGHUDWHXU QHZ8WLOLVDWHXU PRGHUDWHXUD]HUW\8WLOLVDWHXU02'(5$7(85  8WLOLVDWHXUXWLOLVDWHXU QHZ8WLOLVDWHXU WKRPDVWRPWRP8WLOLVDWHXU87,/,6$7(85  8WLOLVDWHXUXWLOLVDWHXU QHZ8WLOLVDWHXU WKRPDVVRSKLH8WLOLVDWHXU87,/,6$7(85  6WULQJPHVVDJH %RQMRXUPRGHUDWHXU

Création de trois utilisateurs

B

Equivalent à %RQMRXU FRQFDW PRGHUDWHXUWR6WULQJ

B

Si PRGHUDWHXU et XWLOLVDWHXU ne sont pas égaux (notez le symbole  du non logique)...

B

Déclaration de deux références de classe MDYD ODQJ2EMHFW désignant les utilisateurs égaux

B

2EMHFWREMHW$ XWLOLVDWHXU 2EMHFWREMHW% XWLOLVDWHXU

Si REMHW$ et REMHW% sont égaux (HTXDOV utilisant la redéfinition, c’est la méthode de 8WLOLVDWHXU qui est effectivement appelée)...

B

LI REMHW$HTXDOV REMHW%  PHVVDJH ?QREMHW$HWREMHW% VRQW?XHJDX[

Création de deux boissons désignées par les références de classe MDYDODQJ2EMHFW.

B

REMHW$ QHZ%RLVVRQ -XVG·RUDQJHI  REMHW% QHZ%RLVVRQ -XVG·RUDQJHI 

Si REMHW$ et REMHW% ne sont pas égaux...

B

LI REMHW$HTXDOV REMHW%  PHVVDJH ?Q/HVGHX[REMHWVREMHW$HWREMHW% QHVRQWSDV?XHJDX[

LI PRGHUDWHXUHTXDOV XWLOLVDWHXU  PHVVDJH ?QPRGHUDWHXUHWXWLOLVDWHXU VRQWGHVXWLOLVDWHXUVGLII?XHUHQWV

MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

Figure 6–2 Application FRPHWHNVWHVW&RPSDUDLVRQ8WLOLVDWHXUV

92

© Groupe Eyrolles, 2004

Manipuler les chaînes de caractères (java.lang.String) Une instance de MDYDODQJ6WULQJ est une chaîne de caractères de type FKDU dont le premier caractère a un indice égal à . Cette classe ILQDO contient différentes catégories de méthodes d’instance et de classe pour manipuler les chaînes de caractères constantes.

Contrairement à un objet de classe 6WULQJ, le texte mémorisé par un objet de classe MDYDODQJ6WULQJ%XIIHU peut être modifié. Il est conseillé d’utiliser cette classe et ses méthodes DSSHQG, LQVHUW, GHOHWH... pour optimiser la construction d’une chaîne de caractères complexe et éviter la création d’objets intermédiaires de classe 6WULQJ.

Forum : outils de traitement pour les textes du forum FRPHWHNVRXWLOV2XWLOV&KDLQH

Toute classe héritant de MDYDODQJ2EMHFW, il est possible de convertir implicitement une référence de n’importe quelle classe en une référence de type MDYDODQJ2EMHFW  .

ATTENTION Utilisez equals pour comparer deux chaînes La comparaison caractère à caractère de deux textes s’effectue avec la méthode equals, pas avec l’opérateur == qui compare uniquement l’égalité entre deux références.

JAVA 5.0 Classe java.lang.StringBuilder

POUR ALLER PLUS LOIN Classe java.lang.StringBuffer

La classe

À RETENIR Tout objet Java est un objet de classe Object

Si vous n’avez pas besoin de partager une instance de MDYDODQJ6WULQJ%XIIHU entre plusieurs threads, recourrez à la nouvelle classe MDYDODQJ6WULQJ%XLOGHU pour augmenter les performances de votre programme, car les méthodes de cette classe ne sont pas synchronisées.

définit les quatre méthodes et UHPSODFHU.

OLPLWHU/RQJXHXU FRQYHUWLU(Q(QWLWHVFRQYHUWLU(Q+70/ com.eteks.outils OutilsChaine

+ limiterLongueur(chaine : String, int : max) : String + convertirEnEntites(chaine : String) : String + convertirEnHTML(chaine : String) : String + remplacer(chaine : String, c : char, t : String) : String

Figure 6–3 Diagramme UML de la classe FRPHWHNVIRUXP2XWLOV&KDLQH

© Groupe Eyrolles, 2004

93

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Cette application crée trois utilisateurs qui sont comparés entre eux en utilisant la méthode HTXDOV avec deux objets différents  puis avec des objets égaux . Finalement, deux objets de classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ sont créés  avec des valeurs identiques (voir la section « Réutiliser en héritant : la relation “ est un ” », page 72 du chapitre précédent). Ils sont comparés l’un à l’autre avec la méthode HTXDOV  mais cette fois-ci ce sont deux objets différents pour la méthode HTXDOV même si les deux boissons mémorisent les mêmes valeurs. La méthode HTXDOV  n’ayant pas été redéfinie dans la classe %RLVVRQ, c’est la méthode HTXDOV de MDYDODQJ2EMHFW qui est appelée. La méthode HTXDOV de la classe 2EMHFW ne fait que comparer REMHW$ et REMHW% à l’aide de l’opérateur .

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

REGARD DU DÉVELOPPEUR Sous-classer java.lang.String Notez qu’il aurait été plus logique de déclarer les méthodes de la classe FRPHWHNV RXWLOV2XWLOV&KDLQH dans une sous-classe de MDYDODQJ6WULQJ. Ce n’est pas possible car cette classe est ILQDO.

C++/C# substring Le second paramètre des méthodes VXEVWU de la classe C++ VWGVWULQJ et 6XEVWULQJ de la classe C# VWULQJ représente un nombre de caractères, tandis que le second paramètre de la méthode VXEVWULQJ de la classe MDYDODQJ 6WULQJ est un indice.

Ces méthodes de classe créent un nouveau texte à partir de la chaîne en paramètre : • OLPLWHUORQJXHXU renvoie un texte dont le nombre de caractères est limité au paramètre PD[. Si la chaîne en paramètre est trop longue, cette méthode tronque son texte et lui ajoute les caractères de suite >@. L’interface utilisateur du forum utilise cette méthode pour limiter la longueur des titres des fenêtres qui citent le sujet d’un message. • FRQYHUWLU(Q(QWLWHV renvoie une chaîne de caractères où tous les symboles  et  du texte en paramètre sont remplacés par leur entité HTML. Ces transformations sont nécessaires pour afficher correctement dans un navigateur un texte comportant ces caractères. • FRQYHUWLU(Q+70/ renvoie une chaîne de caractères où tous les symboles  et  ont été remplacés par leur entité HTML et les retours à la ligne par la balise de retour à la ligne HTML EU!. • UHPSODFHU est une méthode utilisée par les deux méthodes précédentes pour remplacer dans une chaîne un caractère par un texte de plusieurs caractères.

API JAVA Méthodes les plus utiles de la classe java.lang.String Description

Méthode Interrogation du nombre de caractères de la chaîne et SXEOLFLQWOHQJWK SXEOLFFKDUFKDU$W LQWLQGH[ du caractère à un indice donné

Comparaison avec d’autres chaînes

SXEOLFERROHDQHTXDOV MDYDODQJ2EMHFWREM SXEOLFERROHDQHTXDOV,JQRUH&DVH MDYDODQJ6WULQJDQRWKHU6WULQJ SXEOLFERROHDQVWDUWV:LWK MDYDODQJ6WULQJSUHIL[ SXEOLFERROHDQHQGV:LWK MDYDODQJ6WULQJVXIIL[ SXEOLFERROHDQPDWFKHV 6WULQJUHJXODU([SU

Recherche de caractères ou de sous chaînes (la valeur SXEOLFLQWLQGH[2I LQWFK renvoyée est l’indice du texte recherché dans cette SXEOLFLQWLQGH[2I LQWFKLQWIURP,QGH[ SXEOLFLQWLQGH[2I MDYDODQJ6WULQJVXE6WULQJ chaîne ou -1 si la recherche a échoué)

SXEOLFLQWLQGH[2I MDYDODQJ6WULQJVXE6WULQJLQWIURP,QGH[ SXEOLFLQWODVW,QGH[2I LQWFK SXEOLFLQWODVW,QGH[2I MDYDODQJ6WULQJVXE6WULQJ

Construction d’autres chaînes (sans modification de SXEOLFMDYDODQJ6WULQJWR/RZHU&DVH SXEOLFMDYDODQJ6WULQJWR8SSHU&DVH cette chaîne)

SXEOLFMDYDODQJ6WULQJFRQFDW 6WULQJVWU SXEOLFMDYDODQJ6WULQJVXEVWULQJ LQWEHJLQ,QGH[ SXEOLFMDYDODQJ6WULQJVXEVWULQJ LQWEHJLQ,QGH[LQWHQG,QGH[ SXEOLFMDYDODQJ6WULQJUHSODFH FKDUROG&KDUFKDUQHZ&KDU SXEOLFMDYDODQJ6WULQJWULP

Conversion de données d’un type primitif ou d’objets en chaîne de caractères (ce sont ces méthodes de classes qui sont en fait appelées par l’opérateur + de concaténation pour convertir un opérande en chaîne de caractères)

94

SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ6WULQJYDOXH2I ERROHDQE SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ6WULQJYDOXH2I FKDUF SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ6WULQJYDOXH2I LQWL SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ6WULQJYDOXH2I ORQJO SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ6WULQJYDOXH2I IORDWI SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ6WULQJYDOXH2I GRXEOHG SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ6WULQJYDOXH2I MDYDODQJ2EMHFWREM © Groupe Eyrolles, 2004

SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV SXEOLFFODVV2XWLOV&KDLQH ^ SXEOLFVWDWLFILQDO6WULQJ&+$,1(B68,7( >@

3

Déclaration d’une constante pour les caractères de suite.

SXEOLFVWDWLF6WULQJOLPLWHU/RQJXHXU 6WULQJFKDLQHLQWPD[ ^

3

Renvoie la chaîne limitée à PD[ caractères.

LI FKDLQHOHQJWK  PD[ UHWXUQFKDLQH HOVH ^ LQWLQGLFH(VSDFH FKDLQHODVW,QGH[2I ·· PD[&+$,1(B68,7(OHQJWK 

3

Si la longueur de FKDLQH est inférieure à PD[, FKDLQH est renvoyée telle quelle.

3

Recherche du dernier blanc typographique dans FKDLQH, avantPD[.

LI LQGLFH(VSDFH  UHWXUQFKDLQHVXEVWULQJ PD[&+$,1(B68,7(OHQJWK &+$,1(B68,7( HOVH UHWXUQFKDLQHVXEVWULQJ LQGLFH(VSDFH &+$,1(B68,7( ` ` SXEOLFVWDWLF6WULQJFRQYHUWLU(Q(QWLWHV 6WULQJFKDLQH ^ LI FKDLQH QXOO ^ FKDLQH UHPSODFHU FKDLQH  DPS  FKDLQH UHPSODFHU FKDLQH   OW  FKDLQH UHPSODFHU FKDLQH ?

 DSRV  FKDLQH UHPSODFHU FKDLQH   TXRW  ` UHWXUQFKDLQH ` SXEOLFVWDWLF6WULQJFRQYHUWLU(Q+70/ 6WULQJFKDLQH ^

3

S’il n’y a pas d’espace avant PD[, FKDLQH est limitée à PD[ caractères.

3

Sinon FKDLQH est coupée à l’indice de l’espace.

3

Convertit les caractères 

en leur entité équivalente.

3

Remplacement des caractères   par leur entité & < ' " .

3

Convertit les caractères   et retour à la ligne de FKDLQH en leur équivalent HTML.

3

Remplacement des retours à la ligne par des balises EU!.

SXEOLFVWDWLF6WULQJUHPSODFHU 6WULQJFKDLQHFKDUF6WULQJW ^

3

Remplace les caractères F dans FKDLQH par la chaîne W.

IRU LQWLQGLFH& FKDLQHLQGH[2I F  LQGLFH&  LQGLFH& FKDLQHLQGH[2I FLQGLFH& FKDLQH FKDLQHVXEVWULQJ LQGLFH& WFKDLQHVXEVWULQJ LQGLFH&  UHWXUQFKDLQH ` `

3

Boucle de recherche de tous les caractères c dans le texte FKDLQH.

3

Remplacement du caractère F trouvé à l’indice LQGLFH& en insérant le texte W dans FKDLQH à la place de la lettre F.

LI FKDLQH QXOO ^ FKDLQH FRQYHUWLU(Q(QWLWHV FKDLQH  FKDLQH UHPSODFHU FKDLQH·?Q·EU!  ` UHWXUQFKDLQH `

© Groupe Eyrolles, 2004

et  de FKDLQH

95

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

FORUM com/eteks/outils/OutilsChaine.java

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Communiquer avec la machine virtuelle (java.lang.System) La classe MDYDODQJ6\VWHP permet d’accéder aux fonctionnalités de la machine virtuelle Java au moyen de différents champs et méthodes de classe.

API JAVA Propriétés les plus utiles

API JAVA Champs et méthodes les plus utiles de la classe java.lang.System

Catégorie

Propriétés

Description

Propriétés utilisateur

XVHUQDPH XVHUKRPH XVHUGLU XVHUFRXQWU\ XVHUODQJXDJH

Le champ RXW est utilisé pour affi- SXEOLFVWDWLFILQDOMDYDLR3ULQW6WUHDPRXW cher un texte sur la sortie standard (fenêtre de commandes ou terminal).

Propriétés JVM

MDYDYHUVLRQ MDYDKRPH MDYDFODVVSDWK MDYDYHQGRU MDYDYHQGRUXUO

Les méthodes SULQWOQ et SULQW de la classe MDYDLR3ULQW6WUHDP affichent le texte passé en paramètre, l’une avec retour à la ligne, l’autre sans.

Propriétés système

RVQDPH RVYHUVLRQ RVDUFK

Propriétés fichiers

ILOHVHSDUDWRU SDWKVHSDUDWRU OLQHVHSDUDWRU

API JAVA Les autres classes en relation avec la JVM Outre la classe MDYDODQJ6\WHP, le paquetage MDYDODQJ compte plusieurs classes qui sont en relation étroite avec la JVM : • la classe MDYDODQJ&ODVV, dont chaque instance représente une classe chargée par la JVM (cette classe est abordée plus en détail à la fin du chapitre 8 sur les exceptions) ; • la classe MDYDODQJ&ODVV/RDGHU, utilisée par la JVM pour charger les classes d’une application ; • la classe MDYDODQJ5XQWLPH, dont l’unique instance représente la JVM elle-même (la classe 6\VWHP y fait d’ailleurs appel pour plusieurs de ses méthodes) ; • la classe MDYDODQJ6HFXULW\0DQDJHU, utilisée par la JVM pour déterminer les actions autorisées pour une application.

96

Description

Champ

Méthode

Arrêt de la JVM. La méthode H[LW SXEOLFVWDWLFYRLGH[LW LQWVWDWXV doit être appelée pour quitter une application Java aussitôt qu’elle fait appel à une classe Swing telle que MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH. Temps écoulé depuis le 1er janvier SXEOLFVWDWLFORQJFXUUHQW7LPH0LOOLV 1970 exprimé en milliseconde. Interrogation de la valeur d’une SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ6WULQJ JHW3URSHUW\ MDYDODQJ6WULQJSURSHUW\ propriété de la JVM.

ATTENTION Affichage des lettres accentuées avec out Les caractères Unicode accentués n’étant pas affichés correctement sur la sortie standard, RXW est surtout pratique pour imprimer des textes au moment de la mise au point des applications Java. Ce type de texte appelé aussi log est souvent utilisé pour suivre les différents points par lesquels passe un programme à l’exécution. Pour y recourir systématiquement, utilisez de préférence les classes du package MDYDXWLOORJJLQJ dédié à la gestion des logs.

© Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION Sécurité des applets

L’application de classe FRPHWHNVWHVW3URSULHWHV-90 construit un texte à partir des principales propriétés renvoyées par la méthode JHW3URSHUW\ de la classe MDYDODQJ6\VWHP.

Par sécurité, certaines des propriétés de la JVM ne peuvent pas être consultées dans le contexte d’une applet (voir la section sur les applets à la fin du chapitre 10 « Interfaces utilisateur avec Swing »).

EXEMPLE com/eteks/test/ProprietesJVM.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV3URSULHWHV-90 ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 6WULQJWH[WH %RQMRXU6\VWHPJHW3URSHUW\ XVHUQDPH 

3

Construction d’un texte avec les propriétés de la JVM.

WH[WH ?Q?XFI9RWUHFRGHSD\VODQJXHHVW 6\VWHPJHW3URSHUW\ XVHUFRXQWU\ 6\VWHPJHW3URSHUW\ XVHUODQJXDJH  WH[WH ?Q?XFI9RWUHGRVVLHUSHUVRQQHOHVW 6\VWHPJHW3URSHUW\ XVHUKRPH  WH[WH ?Q?XFI9RWUHGRVVLHUGHWUDYDLOHVW 6\VWHPJHW3URSHUW\ XVHUGLU  WH[WH ?Q?XFI9RWUHV\VW?XHPH  6\VWHPJHW3URSHUW\ RVQDPH 6\VWHPJHW3URSHUW\ RVYHUVLRQ  

3

Le caractère \u25cf affiche un rond plein.

WH[WH ?Q?XDD8WLOLVHOHFDUDFW?XHUH 6\VWHPJHW3URSHUW\ ILOHVHSDUDWRU  FRPPHV?XHSDUDWHXUGHGRVVLHUV WH[WH ?Q?XDD8WLOLVHOHFDUDFW?XHUH 6\VWHPJHW3URSHUW\ SDWKVHSDUDWRU  FRPPHV?XHSDUDWHXUGHFKHPLQV 6WULQJVHSDUDWHXU/LJQH 6\VWHPJHW3URSHUW\ OLQHVHSDUDWRU 

3

Le caractère \u25aa affiche un carré plein.

LI VHSDUDWHXU/LJQHOHQJWK ! WH[WH ?Q?XDD8WLOLVHOHVFDUDFW?XHUHVGHFRGH HOVH WH[WH ?Q?XDD8WLOLVHOHFDUDFW?XHUHGHFRGH IRU LQWL LVHSDUDWHXU/LJQHOHQJWK L VZLWFK VHSDUDWHXU/LJQHFKDU$W L ^ FDVH ?U WH[WH ??U EUHDN FDVH ?Q WH[WH ??Q EUHDN ` WH[WH SRXUOHUHWRXU?XHODOLJQH WH[WH ?Q?XFI9RWUH-90GHYHUVLRQ 6\VWHPJHW3URSHUW\ MDYDYHUVLRQ  WH[WH ?Q?XDD(VWLQVWDOO?XHHGDQVOHGRVVLHU 6\VWHPJHW3URSHUW\ MDYDKRPH  WH[WH ?Q?XDD8WLOLVHOHFODVVSDWK 6\VWHPJHW3URSHUW\ MDYDFODVVSDWK 

3

Construction d’un texte en fonction du nombre de caractères de VHSDUDWHXU/LJQH.

3

Transformation des caractères en leur code Java correspondant.

© Groupe Eyrolles, 2004

97

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Par l’exemple : ce que connaît la JVM de votre système…

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

WH[WH ?Q?XDD(VWG?XHYHORSS?XHHSDU 6\VWHPJHW3URSHUW\ MDYDYHQGRU  WH[WH HWGLVSRQLEOH?XH 6\VWHPJHW3URSHUW\ MDYDYHQGRUXUO 

Affichage dans la fenêtre de commande et dans une boîte de dialogue.

B

6\VWHPRXWSULQWOQ WH[WH  MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOWH[WH  6\VWHPH[LW   ` `

ASTUCE Modifier une propriété La valeur par défaut d’une propriété de la JVM peut être modifiée sans modification du programme grâce à l’option 'SURSULpWp YDOHXU de la commande MDYD. Par exemple : MDYD²'XVHUQDPH WRP XFRPHWHNVWHVW3URSULHWHV-90

Comme le montrent les deux captures d’écran suivantes, les valeurs des propriétés varient d’un système d’exploitation à l’autre et d’un utilisateur à l’autre ; elles sont très utiles pour personnaliser l’installation d’un programme Java.

Figure 6–4 Application FRPHWHNVWHVW3URSULHWHV-90 sous Windows XP & Mac OS X

Effectuer des calculs mathématiques (java.lang.Math) La classe MDYDODQJ0DWK contient les constantes 3, et (, et des méthodes de classe utilisées pour le calcul scientifique. API JAVA Méthodes de la classe java.lang.Math JAVA 5.0 java.lang.Math enrichie La classe MDYDODQJ0DWK dans Java 5.0 a été enrichie de plusieurs méthodes comme ORJ pour le logarithme en base 10, FRVK, VLQK, WDQK pour le calcul hyperbolique ou FEUW pour la racine cubique.

98

Catégorie

Méthodes

Calcul trigonométrique

VLQFRVWDQDVLQDFRVDWDQDWDQWR'HJUHHVWR5DGLDQV

Calcul logarithmique

ORJH[S

Calcul mathématique

PLQPD[DEVIORRUFHLOULQWURXQG,(((5HPDLQGHUSRZVTUW

Calcul aléatoire

UDQGRP © Groupe Eyrolles, 2004

Cette application utilise les constantes et les méthodes de la classe MDYDODQJ0DWK pour calculer et afficher le résultat de quelques formules mathématiques connues. EXEMPLE com/eteks/test/ValeursMathematiques.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV9DOHXUV0DWKHPDWLTXHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Figure 6–5 Application FRPHWHNVWHVW9DOHXUV0DWKHPDWLTXHV

6WULQJWH[WH ?XF 0DWK3,?Q WH[WH H 0DWK(?Q GRXEOHVLQ3L6XU 0DWKVLQ 0DWK3,  WH[WH VLQ ?XF  VLQ3L6XU?Q GRXEOHUDFLQH'H6XU 0DWKVTUW  

3

Le caractère Unicode de la lettre grecque pi est \u03c0.

WH[WH ?XD UDFLQH'H6XU?Q GRXEOHORJ1HSHULHQ'H( 0DWKORJ 0DWK(  WH[WH OQ H  ORJ1HSHULHQ'H( MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOWH[WH 

3

Le caractère Unicode du symbole de la racine carrée est \u221a.

6\VWHPH[LW   ` `

3

Arrêt de la JVM.

Utiliser un type primitif sous forme d’objet avec les classes d’emballage La bibliothèque Java a une classe d’emballage (wrapping class en anglais) pour chaque type primitif qui sert à mémoriser et manipuler une donnée d’un type primitif sous forme d’objet : • La classe MDYDODQJ%RROHDQ pour les objets booléens. • La classe MDYDODQJ&KDUDFWHU pour les objets caractères : cette classe contient aussi un ensemble de méthodes de classe préfixées par LV pour tester le type d’un caractère (LV/HWWHU, LV'LJLW, LV:KLWH6SDFH...). • Les classes d’emballage des types primitifs numériques qui dérivent de la classe MDYDODQJ1XPEHU : MDYDODQJ%\WH, MDYDODQJ6KRUW, MDYDODQJ ,QWHJHU, MDYDODQJ/RQJ, MDYDODQJ)ORDW, MDYDODQJ'RXEOH. Chacune des classes d’emballage numérique définit les constantes 0,1B9$/8( et 0$;B9$/8(, décrivant les valeurs minimale et maximale du type primitif leur correspondant ; les classes )ORDW et 'RXEOH définissent aussi les constantes 1(*$7,9(B,1),1,7<, 326,7,9(B,1),1,7< et 1D1 (Not a Number), qui décrivent l’infini négatif, l’infini positif et une valeur inconnue, par exemple le résultat de . © Groupe Eyrolles, 2004

API JAVA Méthodes de la classe java.lang.Number La classe MDYDODQJ1XPEHU, super-classe de toutes les classes d’emballage numérique, contient les six méthodes E\WH9DOXH, VKRUW9DOXH, LQW9DOXH, ORQJ9DOXH, IORDW9DOXH et GRXEOH9DOXH. Chacune d’elle renvoie la valeur mémorisée par l’objet dans le type primitif qui correspond à son identificateur.

99

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Par l’exemple : quelques valeurs mathématiques remarquables

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par ailleurs, chacune des classes d’emballage numérique contient une méthode de classe préfixée par SDUVH souvent utilisée pour convertir le nombre d’une chaîne de caractères dans son type primitif numérique sans qu’il faille créer un objet de sa classe. Par exemple, la méthode de classe SDUVH/RQJ de la classe MDYDODQJ/RQJ renvoie la valeur de type ORQJ correspondant au nombre du texte qui lui est passé en paramètre.

ATTENTION Les classes d’emballages sont immuables Toutes les classes d’emballage étant immuables et ILQDO, il faut créer d’autres classes si vous voulez stocker dans un objet une donnée d’un type primitif dont la valeur peut être modifiée par la suite.

JAVA 5.0 Autoboxing et auto-unboxing La création d’une instance d’une classe d’emballage à partir d’une valeur du type primitif correspondant est simplifiée avec Java 5.0 grâce à l’autoboxing (littéralement mise en boîte automatique). Cette fonctionnalité évite d’écrire explicitement l’appel à QHZ&ODVVH(PEDOODJH pour créer un objet d’une classe d’emballage. Par exemple, l’instruction : ,QWHJHU]HUR 

A RETENIR Utilisation des classes d’emballage

sera automatiquement traduite par le compilateur en l’instruction : ,QWHJHU]HUR QHZ,QWHJHU  

Les classes d’emballage sont utilisées principalement dans les circonstances suivantes : • les conversions de chaînes de caractères en une valeur de type primitif numérique ; • les tests de valeurs particulières d’un type primitif ; • la gestion d’ensembles d’objets numériques, comme par exemple pour les boules de Loto, gérées dans la classe FRPHWHNVRXWLOV /RWR (voir à la fin du chapitre « Abstraction et interface »).

Symétriquement, l’auto-unboxing évite de faire appel explicitement à la méthode d’une classe d’emballage qui renvoie la valeur de type primitif stockée par un objet de ce type. Par exemple, l’instruction : LQW[ ]HUR

sera automatiquement traduite par le compilateur en l’instruction : LQW[ ]HURLQW9DOXH 

Par l’exemple : calculer les mensualités d’un emprunt Cet exemple montre comment convertir avec les méthodes préfixées par SDUVH des classes d’emballage des valeurs numériques saisies sous forme de texte. Ces valeurs sont utilisées pour calculer les mensualités d’un emprunt grâce à la formule mathématique suivante :

appliquée dans la méthode de classe FRPHWHNVRXWLOV(PSUXQW ci-dessous.

FDOFXOHU0HQVXDOLWH

de la classe

EXEMPLE com/eteks/outils/Emprunt.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV SXEOLFFODVV(PSUXQW ^

Calcule le montant des mensualités d’un emprunt.

B

SXEOLFVWDWLFGRXEOHFDOFXOHU0HQVXDOLWH GRXEOHWDX[ LQWQE0HQVXDOLWHGRXEOHFDSLWDO ^ GRXEOHPHQVXDOLWH FDSLWDO WDX[  0DWKSRZ WDX[QE0HQVXDOLWH 

Suppression des décimales superflues.

B

UHWXUQ0DWKULQW PHQVXDOLWH   ` `

100

© Groupe Eyrolles, 2004

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

La méthode FDOFXOHU0HQVXDOLWH de la classe FRPHWHNVRXWLOV(PSUXQW est appelée  dans l’application suivante qui calcule les mensualités et les intérêts d’un emprunt à partir d’un capital, d’un taux d’intérêt et d’une durée saisis par l’utilisateur.



La saisie de chacune des valeurs    est effectuée avec la méthode de classe VKRZ,QSXW'LDORJ de la classe MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH : cette méthode affiche une boîte de dialogue de saisie textuelle avec le texte passé en paramètre comme commentaire puis renvoie le texte saisi.





Chaque chaîne de caractères est ensuite convertie en valeur numérique grâce aux méthodes de classe SDUVH'RXEOH , SDUVH)ORDW  et SDUVH,QW  afin de pouvoir calculer les mensualités  et les intérêts . EXEMPLE com/eteks/test/CalculateurEmprunt.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV(PSUXQW FODVV&DOFXODWHXU(PSUXQW ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Figure 6–6 Application FRPHWHNVWHVW&DOFXODWHXU(PSUXQW

6WULQJWH[WH&DSLWDO -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ  &DSLWDOHPSUXQW?XH  6WULQJWH[WH7DX[ -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ  7DX[G·LQW?XHU?XHDW HQ   6WULQJWH[WH1E$QQHHV -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ  'XU?XHH HQDQQ?XHHV  

3

Saisie du capital emprunté, du taux d’intérêt et de la durée de l’emprunt.

GRXEOHFDSLWDO 'RXEOHSDUVH'RXEOH WH[WH&DSLWDO  IORDWWDX[ )ORDWSDUVH)ORDW WH[WH7DX[ II LQWQE0HQVXDOLWH ,QWHJHUSDUVH,QW WH[WH1E$QQHHV  

3

Appel des méthodes SDUVH qui convertissent les valeurs saisies.

GRXEOHPHQVXDOLWH (PSUXQWFDOFXOHU0HQVXDOLWH WDX[ QE0HQVXDOLWHFDSLWDO  GRXEOHLQWHUHWV PHQVXDOLWH QE0HQVXDOLWHFDSLWDO

3

Calcul des mensualités et des intérêts.

6WULQJPHVVDJH 3RXUXQFDSLWDOHPSUXQW?XHGH WH[WH&DSLWDO?XDF VXUWH[WH1E$QQHHVDQQ?XHHV ?XHXQWDX[G·LQW?XHU?XHDWGH WH[WH7DX[ ?QYRVPHQVXDOLW?XHVVHURQWGH PHQVXDOLWH?XDF HWFHFU?XHGLWYRXVFR?XIEWHUD LQWHUHWV?XDF -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH 

3

Construction d’un message d’information.

6\VWHPH[LW   ` `

© Groupe Eyrolles, 2004

DANS LA VRAIE VIE Interface utilisateur de CalculateurEmprunt La classe FRPHWHNVWHVW$SSOHW(PSUXQW, décrite à la fin du chapitre 10, « Interfaces utilisateur avec Swing », reprend le principe de cette application avec une interface utilisateur plus adéquate, tout en réglant les erreurs qui peuvent survenir ici quand l’utilisateur saisit des valeurs incorrectes (texte laissé vide ou nombre incorrectement formé).

101

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

REGARD DU DÉVELOPPEUR

POUR ALLER PLUS LOIN

Limitations des types float et double

java.math.BigDecimal

Les types primitifs IORDW et GRXEOH sont ceux qui permettent d’effectuer de façon optimale des calculs sur des nombres décimaux, mais dans certaines limites qu’il faut connaître. Comme un microprocesseur manipule des informations binaires, il effectue tous les calculs sur des nombres en base 2 plutôt qu’en base 10. Pour les nombres entiers, ceci ne pose aucun problème : comme tout entier en base 10 a son équivalent exact en base 2 et inversement, les nombres entiers sont toujours traités sans erreur par le microprocesseur, dans la limite du nombre de bits fixés par chaque type entier (32 bits pour le type LQW, ce qui permet de stocker des nombres compris entre -231 et 231-1).

Bien que les erreurs de calcul avec les types IORDW et GRXEOH soient souvent infimes, il y a certains domaines, comme celui de la finance, où aucune erreur n’est tolérée, la précision primant sur la vitesse de calcul.

La représentation en mémoire d’un nombre décimal de type IORDW (sur 32 bits) ou GRXEOH (sur 64 bits) est quant à elle décomposée en trois parties selon la norme IEEE 754 : 1 bit pour son signe, 8 ou 11 bits pour son exposant et 23 ou 52 bits pour ses chiffres significatifs appelés aussi mantisse. L’exposant est un nombre entier tandis que la mantisse est un nombre décimal en base 2, ce qui veut dire que chaque bit de la mantisse représente un multiplicateur d’une puissance inverse de 2. Par exemple, 0,625 se décompose en 0,5+0,125 ou 1x2-1+ 0x2-2+ 1x2-3. À la différence des nombres entiers, tout nombre décimal en base 10 n’a pas toujours son équivalent exact en base 2 sur un nombre fini de bits. Par exemple, 0,8 se décompose en 0,5+0,25+0,03125+0,015625+... ou 1x2-1+ 1x2-2+ 0x2-3+ 0x2-4+1x2-5+1x2-6+... et ainsi de suite avec une décomposition infinie. 0,8 n’a donc pas d’équivalent exact en binaire, autant dans le type IORDW que dans le type GRXEOH, même si ce dernier est plus précis. Si vous faites de nombreux calculs avec de tels nombres, les erreurs d’approximation risquent de s’accumuler, ce qui rend le résultat du calcul partiellement faux. Par exemple, si dans l’application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXODWHXU(PSUXQW, vous choisissez des valeurs de 1 000 € pour le capital, d’un an pour la durée et de 5 % pour le taux, vous obtiendrez des mensualités de 85,61 € et un coût de crédit de 27,319999999999936 € au lieu de la valeur exacte 85,61x12–1 000=27,32 €.

102

Pour ce type d’application, il vaut mieux manipuler les nombres décimaux grâce à la classe MDYDPDWK%LJ'HFLPDO sous-classe de MDYDODQJ1XPEHU ; à la différence du type GRXEOH, une instance de cette classe représente un nombre décimal de façon exacte sans aucune limite en taille ; les opérations mathématiques se font alors grâce aux méthodes DGG, VXEWUDFW, PXOWLSO\, GLYLGH... de cette classe. Par exemple, le calcul des intérêts dans l’application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXODWHXU(PSUXQW pourrait être réalisé ainsi avec la classe MDYDPDWK%LJ'HFLPDO (attention au paquetage MDYDPDWK de cette classe) : %LJ'HFLPDOPHQVXDOLWH'HX['HFLPDOHV  QHZ%LJ'HFLPDO PHQVXDOLWH VHW6FDOH %LJ'HFLPDO5281'B+$/)B83  %LJ'HFLPDOLQWHUHWV  PHQVXDOLWH'HX['HFLPDOHV PXOWLSO\ QHZ%LJ'HFLPDO WH[WH1E$QQHHV PXOWLSO\ QHZ%LJ'HFLPDO  VXEWUDFW QHZ%LJ'HFLPDO WH[WH&DSLWDO 

Remarquez d’après cet exemple que le nombre de décimales peut être limité si nécessaire grâce au paramètre VFDOH disponible dans certaines méthodes, et que la création d’un objet %LJ'HFLPDO s’effectue souvent à partir du texte du nombre pour éviter les approximations des types IORDW et GRXEOH.

C# java.math.BigDecimal ≈ decimal La classe MDYDPDWK%LJ'HFLPDO correspond au type C# GHFLPDO et à sa classe d’emballage 6\VWHP'HFLPDO, mais ce type de nombre n’a aucune limite en Java.

© Groupe Eyrolles, 2004

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Gérer la date et l’heure La gestion des dates est indispensable dans la plupart des applications, par exemple pour mémoriser une date de naissance ou garder trace du moment où une opération a été effectuée.

Mémoriser la date et l’heure (java.util.Date) La classe MDYDXWLO'DWH représente un instant exprimé en milliseconde, dont la valeur 0 correspond au 1er janvier 1970. On utilise surtout le constructeur sans paramètre de cette classe, qui initialise la date au moment présent. API JAVA Méthodes de la classe java.util.Date Les méthodes de cette classe appartiennent à deux catégories : • Les méthodes JHW
• Les méthodes JHW7LPH et VHW7LPH pour interroger et modifier l’instant stocké par un objet de cette classe. • Les méthodes pour comparer des dates entre elles : SXEOLFERROHDQEHIRUH MDYDXWLO'DWHZKHQ SXEOLFERROHDQDIWHU MDYDXWLO'DWHZKHQ SXEOLFLQWFRPSDUH7R MDYDODQJ2EMHFWREM SXEOLFERROHDQHTXDOV MDYDODQJ2EMHFWREM

La classe MDYDXWLO'DWH, disponible depuis le JDK 1.0, n’a pas été initialement conçue pour gérer les conversions internationales des dates. Pendant le développement du JDK 1.1, Sun a décidé de « désapprouver » (to deprecate en anglais) les méthodes JHW
B.A.-BA deprecated La bibliothèque standard Java 1.4 compte 18 classes et 281 méthodes désapprouvées pour des raisons diverses : elles sont signalées dans la documentation sur les API Java par le mot deprecated suivi d’une suggestion de remplacement. Le fait qu’une classe ou une méthode soit notée GHSUHFDWHG n’empêche pas de l’utiliser dans un programme mais entraîne l’affichage du message suivant lors de la compilation avertissant qu’une API désapprouvée a été utilisée : 1RWHVUFFRPHWHNVWHVW &ODVVH;[[MDYDXVHVRURYHUULGHVD GHSUHFDWHG$3, Quand un tel message s’affiche, il est conseillé de remplacer l’API désapprouvée par la solution suggérée. Toutefois, comme Sun assure jusqu’à maintenant la compatibilité ascendante des classes Java, vous pouvez ne pas tenir compte de l’avertissement dans certains cas.

Afficher la date et l’heure (java.text.DateFormat) La classe MDYDWH[W'DWH)RUPDW et sa sous-classe MDYDWH[W6LPSOH'DWH)RUPDW permettent de convertir une date au format texte utilisé dans la langue de l’utilisateur pour afficher cette date. La procédure de conversion se déroule en deux étapes : 1 Obtention d’une instance de MDYDWH[W'DWH)RUPDW en appelant l’une des méthodes de classe suivantes : – JHW'DWH,QVWDQFH pour utiliser le format jour, mois et année, – JHW7LPH,QVWDQFH pour utiliser le format heures, minutes et secondes, – JHW'DWH7LPH,QVWDQFH pour utiliser le format jour, mois, année, heures, minutes et secondes. © Groupe Eyrolles, 2004

103

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Ces méthodes prennent en paramètres les constantes )8//, /21*, 0(',80 ou 6+257 de la classe MDYDWH[W'DWH)RUPDW pour spécifier le style de la conversion. 2 Appel de la méthode IRUPDW avec l’instance de MDYDWH[W'DWH)RUPDW obtenue en lui passant en paramètre une instance de MDYDXWLO'DWH à convertir. POUR ALLER PLUS LOIN Changer de langue et de fuseau horaire La langue utilisée pour les conversions de dates peut être modifiée par programme de deux façons : • soit en spécifiant une langue avec le paramètre de classe MDYDXWLO/RFDOH des méthodes JHW,QVWDQFH de la classe MDYDWH[W'DWH)RUPDW, les langues les plus communes étant représentées sous forme de constantes de la classe /RFDOH (par exemple /RFDOH(1*/,6+) ; • soit avec la méthode de classe VHW'HIDXOW de la classe MDYDXWLO/RFDOH, pour modifier la langue utilisée par défaut pour toutes les conversions de date ou de nombre. Le fuseau horaire utilisé pour les conversions de dates peut être modifié en appelant la méthode VHW7LPH=RQH sur un objet de classe MDYDWH[W'DWH)RUPDW ou grâce à la méthode de classe VHW'HIDXOW de la classe MDYDXWLO7LPH=RQH.

Forum : message du forum

B.A.-BA Sujet d’un message Un sujet est un texte court représentant un thème ou une question sous lequel sont regroupés un message et ses réponses.

L’autre classe primordiale pour le forum de discussion décrit un message posté dans le forum. Représenté par une instance de la classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH, chaque message mémorise les informations suivantes : • le pseudonyme de son auteur ; • la date et l’heure du moment où le message a été créé ; • le sujet du message. Le forum est organisé sous forme d’un ensemble de sujets que peuvent créer les utilisateurs identifiés ; • le texte du message. com.eteks.forum Message -

auteur : String dateCreation : Date sujet : String texte : String

- formatDate : DateFormat - formatHeure : DateFormat

Figure 6–7

Diagramme UML de la classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH

104

+ Message(auteur : Utilisateur, sujet : String, texte : String) + setAuteur(auteur : Utilisateur) + estEcritPar(auteur : Utilisateur) : boolean + toString() : String

© Groupe Eyrolles, 2004

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Ces informations correspondent aux champs DXWHXU, GDWH&UHDWLRQ, VXMHW et WH[WH de la classe 0HVVDJH. La valeur de ces champs peut être modifiée ou interrogée grâce à leurs accesseurs JHWet mutateurs VHW respectifs. FORUM com/eteks/forum/Message.java SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDXWLO'DWH LPSRUWMDYDWH[W'DWH)RUPDW 



0HVVDJHGXIRUXPDYHFVRQDXWHXUVRQVXMHWVRQWH[WH

HWVDGDWHGHFUHDWLRQ

 SXEOLFFODVV0HVVDJH ^ SULYDWH6WULQJDXWHXU SULYDWH'DWHGDWH&UHDWLRQ QHZ'DWH  SULYDWH6WULQJVXMHW SULYDWH6WULQJWH[WH

3

Déclaration des champs mémorisant les informations d’un message.

SXEOLF0HVVDJH 8WLOLVDWHXUDXWHXU6WULQJVXMHW 6WULQJWH[WH ^ LI DXWHXU QXOO WKLVDXWHXU DXWHXUJHW3VHXGRQ\PH  WKLVVXMHW VXMHW WKLVWH[WH WH[WH ` SXEOLF6WULQJJHW$XWHXU ^ UHWXUQWKLVDXWHXU ` SXEOLFYRLGVHW$XWHXU 6WULQJDXWHXU ^ WKLVDXWHXU DXWHXU `

3

Constructeur

3

Seul le pseudonyme de l’utilisateur est mémorisé.

3

Méthode permettant de vérifier si un utilisateur est l’auteur de ce message.

SXEOLFYRLGVHW$XWHXU 8WLOLVDWHXUDXWHXU ^ WKLVDXWHXU DXWHXUJHW3VHXGRQ\PH  ` SXEOLFERROHDQHVW(FULW3DU 8WLOLVDWHXUDXWHXU  ^ UHWXUQWKLVDXWHXUHTXDOV DXWHXUJHW3VHXGRQ\PH  ` SXEOLFYRLGVHW'DWH&UHDWLRQ 'DWHGDWH ^ WKLVGDWH&UHDWLRQ GDWH ` SXEOLF'DWHJHW'DWH&UHDWLRQ ^ UHWXUQWKLVGDWH&UHDWLRQ `

© Groupe Eyrolles, 2004

105

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

SXEOLFYRLGVHW6XMHW 6WULQJVXMHW ^ LI VXMHW QXOO WKLVVXMHW QXOO HOVH

Suppression des espaces superflus au début et à la fin du sujet.

B

WKLVVXMHW VXMHWWULP  ` SXEOLF6WULQJJHW6XMHW ^ UHWXUQWKLVVXMHW ` SXEOLFYRLGVHW7H[WH 6WULQJWH[WH ^ LI WH[WH QXOO WKLVWH[WH QXOO HOVH

Suppression des espaces superflus au début et à la fin du texte.

B

WKLVWH[WH WH[WHWULP  ` SXEOLF6WULQJJHW7H[WH ^ UHWXUQWKLVWH[WH `

Champs de classe utilisés pour mettre en forme les dates.

B

La méthode WR6WULQJ est redéfinie pour renvoyer une description textuelle d’un message.

B

POUR ALLER PLUS LOIN Format personnalisé de dates La classe MDYDWH[W6LPSOH'DWH)RUPDW, sous-classe de MDYDWH[W'DWH)RUPDW, permet de spécifier des formats personnalisés pour convertir une date en texte, grâce à des codes qui représentent les minutes, les heures, le jour, le mois, l’année... Par exemple, l’objet renvoyé par QHZ 6LPSOH'DWH)RUPDW GG00\\\\ permet de formater une date sous la forme du texte .

106

SULYDWHVWDWLF'DWH)RUPDWIRUPDW'DWH  'DWH)RUPDWJHW'DWH,QVWDQFH 'DWH)RUPDW0(',80  SULYDWHVWDWLF'DWH)RUPDWIRUPDW+HXUH  'DWH)RUPDWJHW7LPH,QVWDQFH 'DWH)RUPDW6+257  SXEOLF6WULQJWR6WULQJ ^ UHWXUQ'HWKLVDXWHXUOH IRUPDW'DWHIRUPDW WKLVGDWH&UHDWLRQ  ?XHIRUPDW+HXUHIRUPDW WKLVGDWH&UHDWLRQ ?Q6XMHWWKLVVXMHW ?QWKLVWH[WH ` `

La date de création d’un message correspond au moment où une instance de FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH est créée. Le champ GDWH&UHDWLRQ est donc initialisé avec un nouvel objet de la classe MDYDXWLO'DWH . Ce champ est utilisé avec la classe MDYDWH[W'DWH)RUPDW  pour créer la description textuelle d’un message renvoyée par la méthode WR6WULQJ . Notez aussi que seul le pseudonyme de l’auteur  est mémorisé par la classe 0HVVDJH ; chaque utilisateur du forum ayant un pseudonyme, cette information est suffisante pour identifier l’auteur d’un message  et simplifie la gestion des messages dans la base de données (voir le chapitre 11, « Connexion à la base de données avec JDBC »).

© Groupe Eyrolles, 2004

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

L’application de classe FRPHWHNVWHVW$IILFKHU0HVVDJH)RUXP affiche un message en appelant implicitement sa méthode WR6WULQJ. EXEMPLE com/eteks/test/AfficherMessageForum.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVIRUXP  FODVV$IILFKHU0HVVDJH)RUXP ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 8WLOLVDWHXUPRGHUDWHXU QHZ8WLOLVDWHXU PRGHUDWHXUD]HUW\8WLOLVDWHXU02'(5$7(85 

3

Création d’un utilisateur.

0HVVDJHPHVVDJH QHZ0HVVDJH PRGHUDWHXU%LHQYHQXH %RQMRXU?XHWRXVFHIRUXPPRG?XHU?XHSHUPHWDX[ LQVFULWVGHSRVHUGHVTXHVWLRQVRXGHU?XHSRQGUH 

3

Création d’un message.

MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  6\VWHPH[LW   ` `

3

Affichage du message.

Figure 6–8 Application FRPHWHNVWHVW $IILFKHU0HVVDJH)RUXP

Fixer et manipuler la date et l’heure (java.util.GregorianCalendar) La classe MDYDXWLO*UHJRULDQ&DOHQGDU, sous-classe de MDYDXWLO&DOHQGDU, représente une date et une heure du calendrier grégorien (calendrier occidental). Cette classe dispose de plusieurs constructeurs pour initialiser une instance soit au moment présent, soit à une date et une heure données.

Par l’exemple : bon anniversaire ! L’application de classe FRPHWHNVWHVW%RQ$QQLYHUVDLUH montre comment utiliser les méthodes JHW et VHW de la classe MDYDXWLO*UHJRULDQ&DOHQGDU pour calculer des durées. Une fois que vous avez saisi votre date d’anniversaire , cette application affiche : • soit un message vous souhaitant Bon anniversaire si votre anniversaire est aujourd’hui , • soit un message affichant le nombre de jours d’ici votre prochain anniversaire, le calcul prenant en compte les années bissextiles. © Groupe Eyrolles, 2004

Figure 6–9 Application FRPHWHNVWHVW%RQ$QQLYHUVDLUH

107

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

EXEMPLE com/eteks/test/BonAnniversaire.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYDWH[W'DWH)RUPDW LPSRUWMDYDXWLO*UHJRULDQ&DOHQGDU LPSRUWMDYDXWLO'DWH LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV%RQ$QQLYHUVDLUH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Saisie de la date d’anniversaire.

B

6WULQJGDWH -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ 'DWHG·DQQLYHUVDLUH MMPP  

Extraction du jour et du mois.

B

LQWLQGLFH6ODVK GDWHLQGH[2I ··  6WULQJMRXU'DWH GDWHVXEVWULQJ LQGLFH6ODVK  6WULQJPRLV'DWH GDWHVXEVWULQJ LQGLFH6ODVK 

Création d’un objet MDYDXWLO*UHJRULDQ &DOHQGDU à la date d’aujourd’hui.

B

*UHJRULDQ&DOHQGDUDXMRXUGKXL QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU 

Création d’un objet MDYDXWLO*UHJRULDQ &DOHQGDU à la date d’anniversaire. Attention ! l’indice du mois débute à 0 (0 pour janvier, 1 pour février...).

B

*UHJRULDQ&DOHQGDUDQQLYHUVDLUH DQQLYHUVDLUH QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DXMRXUGKXLJHW *UHJRULDQ&DOHQGDU<($5  ,QWHJHUSDUVH,QW PRLV'DWH  ,QWHJHUSDUVH,QW MRXU'DWH  6WULQJPHVVDJH

API JAVA Méthodes de la classe java.util.GregorianCalendar Les méthodes de MDYDXWLO*UHJRULDQ&DOHQGDU sont similaires à celles de la classe MDYDXWLO'DWH. • Les méthodes JHW et VHW de la classe MDYDXWLO*UHJRULDQ &DOHQGDU remplacent les méthodes GHSUHFDWHG JHW
Leur paramètre ILHOG est l’une des constantes : (5$, <($5, 0217+, '$7(, :((.B2)B<($5, :((.B2)B0217+, '$
108

Chacune de ces constantes est utilisée pour interroger ou modifier l’information correspondante d’une instance de MDYDXWLO*UHJRULDQ&DOHQGDU. • La méthode JHW7LPH renvoie une instance de la classe MDYDXWLO'DWH qui peut être utilisée avec la classe MDYDWH[W'DWH)RUPDW pour convertir une date en texte : SXEOLFILQDOMDYDXWLO'DWHJHW7LPH

• Méthodes pour comparer des dates entre elles : SXEOLFERROHDQEHIRUH MDYDODQJ2EMHFWZKHQ SXEOLFERROHDQDIWHU MDYDODQJ2EMHFWZKHQ SXEOLFERROHDQHTXDOV MDYDODQJ2EMHFWREM

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Calcul de la différence de jours entre les deux dates.

LI DQQLYHUVDLUHEHIRUH DXMRXUGKXL ^ DQQLYHUVDLUHVHW *UHJRULDQ&DOHQGDU<($5 DXMRXUGKXLJHW *UHJRULDQ&DOHQGDU<($5   *UHJRULDQ&DOHQGDUSURFKDLQ'HFHPEUH QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DXMRXUGKXLJHW *UHJRULDQ&DOHQGDU<($5  *UHJRULDQ&DOHQGDU'(&(0%(5  MRXUV5HVWDQW  DQQLYHUVDLUHJHW *UHJRULDQ&DOHQGDU'$
3

Si l’anniversaire est déjà passé, la date du prochain anniversaire est l’an prochain. Pour prendre en compte les années bissextiles, le nombre de jours qui restent avant cette date est calculé en additionnant le nombre de jours jusqu’au prochain 31 décembre de cette année avec le numéro d’ordre du jour de l’anniversaire l’année prochaine.

'DWH)RUPDWIRUPDW-RXU  'DWH)RUPDWJHW'DWH,QVWDQFH 'DWH)RUPDW)8//  'DWHGDWH$QQLYHUVDLUH DQQLYHUVDLUHJHW7LPH  6WULQJWH[WH'DWH$QQLYHUVDLUH  IRUPDW-RXUIRUPDW GDWH$QQLYHUVDLUH 

3

Mise en forme de la date au format complet (par exemple, lundi 12 mai 2003).

3

Arrêt de la JVM.

PHVVDJH 9RWUHDQQLYHUVDLUHHVWGDQV MRXUV5HVWDQWMRXUV ?QOHWH[WH'DWH$QQLYHUVDLUH ` -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  6\VWHPH[LW   ` `

Testez vos connaissances linguistiques ! Java est capable de convertir une date dans un grand nombre de langues. Sans modifier le programme, vous pouvez choisir la langue par défaut de l’utilisateur grâce à l’option 'XVHUODQJXDJH FRGH/DQJXH de la commande MDYD ; FRGH/DQJXH représente une langue codée sur deux lettres selon la norme ISO 639. Par exemple, la commande suivante affichera la date d’anniversaire en allemand : MDYD²'XVHUODQJXDJH GHFRPHWHNVWHVW%RQ$QQLYHUVDLUH Voici quelques-uns des codes ISO 639 reconnus par Java : IU, HQ, HV, LW, GH, HO, DU, KH, UX, WK, ]K, MD. Amusez-vous à les tester !

© Groupe Eyrolles, 2004

JAVA 5.0 Prise en charge du vietnamien La prise en charge du vietnamien a été ajoutée à Java 5.0 (code ISO 639 : YL).

109

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

ORQJMRXUV5HVWDQW  DQQLYHUVDLUHJHW *UHJRULDQ&DOHQGDU'$
Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Les tableaux pour gérer des ensembles d’éléments À RETENIR Tableau Java Un tableau Java est un objet qui mémorise un ensemble de valeurs contiguës en mémoire, auxquelles on accède grâce à un indice entier compris entre 0 et le nombre d’éléments moins un. Un tableau qui contient des valeurs de type primitif, comme le tableau QRPEUHV3UHPLHUV, stocke directement ses valeurs les unes après les autres, tandis que celui qui contient des objets, comme le tableau VPLOH\V, stocke les références sur ses objets. nombresPremiers

smileys ";)"

0

1

0

1

2 3 5

1

2 3

6

7 11 13

7

17

4 5

":("

2

Un tableau (array en anglais) est le type d’objet le plus simple à programmer pour gérer un ensemble d’éléments : • Les éléments d’un tableau sont tous du même type. • Ces éléments peuvent être des données de type primitif ou des références d’une classe donnée. • La taille d’un tableau est déterminée lors de sa création et ne peut être modifiée par la suite. Chaque tableau a un champ SXEOLF OHQJWK contenant sa taille. • La position d’un élément dans un tableau est déterminée avec un indice entier. • L’indice du premier élément d’un tableau est toujours 0 et l’indice du dernier élément d’un tableau est le nombre d’éléments du tableau moins 1. • La JVM vérifie à l’exécution que les indices utilisés pour accéder à un élément figurent bien dans l’intervalle autorisé et que le type d’un objet à stocker est compatible avec le type du tableau.

":o"

Déclarer et créer un tableau Voici comment se déclare une référence WDEOHDX(OHPHQWV de type tableau : 7\SH(OHPHQW>@WDEOHDX(OHPHQWV

Figure 6–10

Organisation en mémoire des tableaux

C# Position des crochets Java laisse la liberté de placer les crochets >@avant ou après l’dentificateur du tableau, contrairement à C# où les crochets >@ doivent précéder l’identificateur du tableau.

7\SH(OHPHQW peut

être un type primitif ou une classe. 7\SH(OHPHQW >@ peut être utilisé aussi comme type de paramètre ou comme type de retour d’une méthode retournant un tableau. Comme toute référence, une référence de type tableau peut être égale à QXOO ou désigner un objet tableau. On peut effectuer la création et l’initialisation d’un objet tableau de trois façons : 1 Lors de la déclaration du tableau si les valeurs initiales des éléments à stocker sont connues. La liste de ces valeurs est citée entre accolades après l’opérateur . Exemple LQW>@QRPEUHV3UHPLHUV ^` 6WULQJ>@VPLOH\V ^  R`

ATTENTION Tableau de références La création d’un tableau de type objet ne génère pas d’objet pour chaque élément du tableau, mais uniquement des références initialisées à QXOO par défaut.

110

2 À tout moment, en utilisant l’opérateur QHZ et la taille voulue du tableau.

Les éléments sont alors initialisés avec leur valeur par défaut ( pour les éléments de type numérique ou caractère, IDOVH pour les éléments de type ERROHDQ et QXOO pour les éléments de type objet). Un tableau peut avoir une taille nulle, ce qui correspond à un ensemble vide. © Groupe Eyrolles, 2004

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Exemple IORDW>@WDE1RPEUHV QHZIORDW>@ 6WULQJ>@WH[WHV  LQWWDLOOH  WH[WHV QHZ6WULQJ>[email protected]

3 À tout moment, en utilisant l’opérateur QHZ et une liste entre accolades de

valeurs. Cette notation est très pratique pour passer un tableau en paramètre à une méthode sans qu’il faille créer une variable locale pour ce tableau. Exemple FKDUOHWWUH7  W  FKDUOHWWUH2  R  6WULQJV QHZ6WULQJ QHZFKDU>@^OHWWUH7OHWWUH2OHWWUH7OHWWUH2` 

Utiliser un tableau Une fois que l’on a créé un objet tableau, pour consulter ou modifier un élément on utilise son indice dans le tableau. Exemple WDE1RPEUHV>@ I

3

Mémorise I dans le deuxième élément de WDE1RPEUHV.

WH[WHV>@ VPLOH\V>@

3

Mémorise le 3e smiley dans le premier texte.

LQWSOXV3HWLW QRPEUHV3UHPLHUV>@ LQWSOXV*UDQG QRPEUHV3UHPLHUV>QRPEUHV3UHPLHUVOHQJWK²@

3

SOXV3HWLW vaut 1. SOXV*UDQG vaut 17.

En tant qu’objet Java, un tableau hérite de la classe MDYDODQJ2EMHFW et de toutes ses méthodes. La méthode FORQH d’un tableau est notamment redéfinie pour retourner une copie du tableau. En revanche, la méthode HTXDOV n’est pas redéfinie pour comparer le contenu de deux tableaux et la méthode WR6WULQJ n’affiche pas la liste des valeurs. Exemple LQW>@WDE9DOHXUV ^` LQW>@FRSLH7DE  LQW>@ WDE9DOHXUVFORQH  ERROHDQE WDE9DOHXUVHTXDOV FRSLH7DE 

Ici, Eest égal à IDOVH. La JVM vérifie lors de l’exécution si les tableaux sont manipulés correctement : • Si l’indice utilisé pour accéder à un élément d’un tableau n’est pas compris entre 0 et la taille du tableau moins 1, une exception de classe MDYDODQJ$UUD\,QGH[2XW2I%RXQGV([FHSWLRQ est déclenchée.

© Groupe Eyrolles, 2004

À RETENIR Vérification des opérations autorisées sur un tableau Les opérations auxquelles un tableau est soumis sont vérifiées lors de l’exécution par la machine virtuelle Java.

111

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

• Si la taille requise pour un nouveau tableau est négative, une exception de classe MDYDODQJ1HJDWLYH$UUD\6L]H([FHSWLRQ est déclenchée. • Si vous tentez de stocker dans un tableau un objet dont le type est incompatible avec le type du tableau, une exception MDYDODQJ$UUD\6WRUH([FHSWLRQ est déclenchée.

Forum : générer le mot de passe d’un utilisateur La méthode FUHHU de la classe FRPHWHNVRXWLOV0RW'H3DVVH renvoie un mot de passe de 6 caractères généré aléatoirement. Chacun de ces caractères est stocké dans un tableau de FKDU  et est choisi au hasard avec la méthode UDQGRP de la classe MDYDODQJ0DWK  parmi un ensemble de caractères autorisés . Finalement, ce tableau est transformé en chaîne de caractères grâce au constructeur adéquat de la classe MDYDODQJ6WULQJ . La méthode FUHHU est utilisée pour attribuer un mot de passe aux utilisateurs du forum au moment de leur inscription. FORUM com/eteks/outils/MotDePasse.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV SXEOLFFODVV0RW'H3DVVH ^ SXEOLFVWDWLFILQDOLQW/21*8(85B0,1  SXEOLFVWDWLFILQDO6WULQJ&$5$&7(5(6B$&&(37(6  DEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ[\]

com.eteks.outils MotDePasse + creer() : String Figure 6–11 Diagramme UML de la classe FRPHWHNVIRUXP0RW'H3DVVH



  &UpHXQQRXYHDXPRWGHSDVVHJpQpUpDOpDWRLUHPHQW   SXEOLFVWDWLF6WULQJFUHHU ^

Création d’un tableau de /21*8(85B0,1 caractères.

B

FKDU>@PRW'H3DVVH QHZFKDU>/21*8(85B0,[email protected]

Chaque caractère du tableau...

B

... est choisi aléatoirement dans l’ensemble des caractères acceptés dans un mot de passe.

B

Renvoi d’une chaîne générée à partir du tableau de caractères.

B

IRU LQWL LPRW'H3DVVHOHQJWKL ^ LQWQRPEUH$OHDWRLUH   LQW 0DWKUDQGRP  &$5$&7(5(6B$&&(37(6OHQJWK  PRW'H3DVVH>[email protected]  &$5$&7(5(6B$&&(37(6FKDU$W QRPEUH$OHDWRLUH  ` UHWXUQQHZ6WULQJ PRW'H3DVVH  ` `

Par l’exemple : afficher les jours fériés de l’année Dans l’exemple suivant, on crée un tableau mémorisant un ensemble d’instances de MDYDXWLO*UHJRULDQ&DOHQGDU correspondant aux jours fériés mobiles français. Ce tableau est utilisé pour décompter le nombre de jours fériés hors week-end d’une année saisie par l’utilisateur. 112

© Groupe Eyrolles, 2004

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

EXEMPLE com/eteks/test/JoursFeries.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYDWH[W'DWH)RUPDW LPSRUWMDYDXWLO*UHJRULDQ&DOHQGDU LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV-RXUV)HULHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 6WULQJWH[WH$QQHH -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ $QQ?XHHUHFKHUFK?XHH  LQWDQQHH ,QWHJHUSDUVH,QW WH[WH$QQHH  *UHJRULDQ&DOHQGDUMRXUV)HULHV0RELOHV>@ ^QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DQQHH*UHJRULDQ&DOHQGDU-$18$5<  QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DQQHH*UHJRULDQ&DOHQGDU0$<  QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DQQHH*UHJRULDQ&DOHQGDU0$<  QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DQQHH*UHJRULDQ&DOHQGDU-8/<  QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DQQHH*UHJRULDQ&DOHQGDU$8*867  QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DQQHH*UHJRULDQ&DOHQGDU129(0%(5  QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DQQHH*UHJRULDQ&DOHQGDU129(0%(5  QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU DQQHH*UHJRULDQ&DOHQGDU'(&(0%(5 `

3

Tableau initialisé avec les jours fériés mobiles. Quand c’est possible, utilisez de préférence les constantes de la classe *UHJRULDQ&DOHQGDU qui représentent les mois ; votre code sera d’autant plus clair que les valeurs entières auxquelles elles correspondent ont une base 0 (0 pour janvier, 1 pour février...).

6WULQJMRXUV)L[HV -RXUVI?XHUL?XHVIL[HV ?Q?XDD/XQGLGHS?XHTXHV ?Q?XDD-HXGLGHO·DVFHQVLRQ ?Q?XDD/XQGLGHSHQWHF?XIWH 6WULQJMRXUV0RELOHV -RXUVI?XHUL?XHVPRELOHV

3

Texte des jours fériés fixes.

IRU LQWL LMRXUV)HULHV0RELOHVOHQJWKL ^ *UHJRULDQ&DOHQGDUMRXU MRXUV)HULHV0RELOHV>[email protected]

3

Pour chaque jour férié mobile...

MRXUV0RELOHV ?Q?XDD IRUPDW-RXUIRUPDW MRXUJHW7LPH 

3

Ajout du jour mis en forme à la liste des jours fériés mobiles.

LI MRXUJHW *UHJRULDQ&DOHQGDU'$
3

Décompte des jours hors week-end.

'DWH)RUPDWIRUPDW-RXU  'DWH)RUPDWJHW'DWH,QVWDQFH 'DWH)RUPDW)8//  LQWQRPEUH-RXUV)HULHV+RUV:HHN(QG 

© Groupe Eyrolles, 2004

Figure 6–12 Application FRPHWHNV WHVW-RXUV)HULHV pour l’année 2003

113

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

JAVA 5.0 Boucle itérative Java 5.0 permet de simplifier la syntaxe de l’instruction IRU pour énumérer un à un les éléments d’un tableau. Ainsi, la boucle IRU utilisée dans l’application FRPHWHNVWHVW-RXUV)HULHV (page précédente) peut être remplacée par : IRU *UHJRULDQ&DOHQGDUMRXUMRXUV)HULHV0RELOHV ^ MRXUV0RELOHV ?Q?XDD IRUPDW-RXUIRUPDW MRXUJHW7LPH   `

Cette boucle signifie « pour chaque élément MRXU de l’ensemble MRXUV)HULHV0RELOHV ».

Tableau multidimensionnel À RETENIR Tableaux multidimensionnels Java manipule les tableaux multidimensionnels comme des tableaux de tableaux ; chaque soustableau peut avoir une taille différente si nécessaire. Voici comment s’organise en mémoire un triangle de Pascal de quatre lignes déclaré ainsi : LQW>@>@WULDQJOH3DVFDO ^^` ^` ^` ^``

On accède à un élément d’un tableau multidimensionnel par le biais de plusieurs indices. Les tableaux bidimensionnels sont par exemple utilisés pour mémoriser en informatique les matrices mathématiques. Java permet de créer un objet tableau multidimensionnel de trois façons : 1 Lors de la déclaration du tableau avec la liste des valeurs initiales citées entre accolades imbriquées. Exemple GRXEOH>@>@PDWULFH,GHQWLWH ^^`^`^``

2 À tout moment, en utilisant l’opérateur QHZ et la taille dans chaque

dimension du tableau. Les éléments sont alors initialisés avec leur valeur par défaut. trianglePascal

Exemple LQW>@>@>@WDE'LPHQVLRQV WDE'LPHQVLRQV QHZLQW>@>@>@

1 0

3 Par étapes, en créant le tableau principal puis ses sous-tableaux.

1

1

1

2

1

2

1

1

3

3

3

Exemple

1

Figure 6–13 Organisation en mémoire

d’un tableau multidimensionnel

LQW>@>@WULDQJOH3DVFDO QHZLQW>@>@ IRU LQWL LWULDQJOH3DVFDOOHQJWKL &UpDWLRQG XQHOLJQHGXWDEOHDX WULDQJOH3DVFDO>[email protected] QHZLQW>L@

C# Tableaux [,] Il n’existe pas en Java l’équivalent des tableaux multidimensionnels C# déclarés avec >@ dont tous les éléments sont rangés dans une seule zone mémoire.

114

© Groupe Eyrolles, 2004

La classe MDYDXWLO$UUD\V contient un ensemble de méthodes de classe qui permettent d’effectuer des traitements sur les tableaux de type primitif ou de type objet : • HTXDOV compare les éléments de deux tableaux ; • ILOO remplit tout ou partie d’un tableau avec une valeur donnée ; • VRUW trie les éléments d’un tableau dans l’ordre ascendant ; • ELQDU\6HDUFK renvoie l’indice du premier élément égal à une valeur dans un tableau trié.

C# Manipulation des tableaux La classe 6\VWHP$UUD\ de C# correspond à la classe MDYDXWLO$UUD\V en Java et pas à la classe MDYDODQJUHIOHFW$UUD\ utilisée pour les opérations de réflexion sur les tableaux (manipulation des tableaux avec des méthodes).

API JAVA Copie de tableaux La méthode pour copier des éléments d’un tableau dans un autre est dans la classe MDYDODQJ6\VWHP : SXEOLFVWDWLFYRLGDUUD\FRS\ 2EMHFW VUFLQW VUF3RV 2EMHFW GHVWLQW GHVW3RVLQW OHQJWK

JAVA 5.0 Liste d’arguments variable Une liste d’arguments variable est une fonctionnalité de Java 5.0 qui permet à une méthode de recevoir en dernier paramètre un nombre variable de valeurs (zéro ou plus). Une telle liste est déclarée en précédant le dernier paramètre du symbole , ce paramètre étant en fait un tableau. Exemple : SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV$GGLWLRQQHU$UJXPHQWV9DULDEOH ^ SXEOLFVWDWLFLQWDGGLWLRQQHU LQW[LQWWDE ^ IRU LQWL LWDEOHQJWKL [ WDE>[email protected] UHWXUQ[ ` SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^ 6\VWHPRXWSULQWOQ   DGGLWLRQQHU   ` `

© Groupe Eyrolles, 2004

115

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Manipuler les tableaux avec java.util.Arrays

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : trier les paramètres d’une application Avant de voir comment s’utilise le tableau de chaînes en paramètre de PDLQ, rappelons les termes de la déclaration de la méthode PDLQ d’une application. public static void main (String [] args)

Figure 6–14

Signification de la déclaration de la méthode PDLQ

main a un

modificateur d'accès public

JAVA Tableaux de longueur nulle Java permet de créer des tableaux vides comme LQW >@ WDEOHDX9LGH ^`. Le champ OHQJWK d’un tel tableau est égal à 0. Si aucun argument n’est passé à la méthode PDLQ d’une application, DUJV est un tableau vide.

ASTUCE Tableau en paramètre de showMessageDialog Si l’objet en paramètre de la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ est un tableau, cette méthode affiche les éléments du tableau les uns en dessous des autres.

C++ Arguments de main En Java, le premier élément du tableau d’arguments de la méthode PDLQ est celui qui suit la classe exécutée dans la commande MDYD.

main est une méthode de classe ( main est appelée par la JVM sans créer d'instance de la classe)

main ne renvoie

main reçoit en paramètre un tableau

pas de valeur

de chaînes de caractères contenant les arguments de la ligne de commande

L’application de classe FRPHWHNVWHVW7UL0RWV trie les mots reçus en paramètre et affiche la liste de ces mots triés. Le tri du tableau DUJV reçu par la méthode PDLQ est effectué par la méthode VRUW 2EMHFW >@ WDE de la classe MDYDXWLO$UUD\V. La référence DUJV de type 6WULQJ >@ est donc convertie implicitement en une référence de type 2EMHFW >@. Plus généralement, la syntaxe &ODVVH>@ UHIHUHQFH7DEOHDX permet de convertir une référence de type tableau ; cette conversion est acceptée si la classe des éléments du tableau peut être convertie dans la classe de conversion. EXEMPLE com/eteks/test/TriMots.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYDXWLO$UUD\V LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV7UL0RWV ^ 

 7ULHOHVFKDvQHVGHFDUDFWqUHVFRQWHQXHVGDQVDUJVSXLV  DIILFKHOHUpVXOWDWGHFHWUL8WLOLVDWLRQ  MDYDFRPHWHNVWHVW7UL0RWVPRWPRWPRW   SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 7ULGHVPRWVGXWDEOHDX $UUD\VVRUW DUJV  $IILFKDJHGHVPRWVWULpV -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOODUJV  6\VWHPH[LW   ` `

La commande suivante exécutée dans le sous-dossier ELQ du dossier de développement affiche le résultat de la figure 6-15 : Figure 6–15 Application FRPHWHNVWHVW7UL0RWV

116

MDYD²FODVVSDWKFODVVHVFRPHWHNVWHVW7UL0RWVMDYDSDVFDOF

© Groupe Eyrolles, 2004

Les tableaux sont inadéquats pour gérer une quantité importante d’informations du même type quand leur nombre n’est pas connu à l’avance. Par exemple, le nombre de messages postés dans un sujet du forum n’étant pas limité, il existe des solutions plus simples que les tableaux pour stocker ces messages. Le package MDYDXWLO contient plusieurs classes de collection utilisées pour gérer un ensemble d’éléments de type objet et résoudre les limitations inhérentes aux tableaux. Chaque classe est prévue pour gérer un ensemble avec des caractéristiques différentes : • Les ensembles gérés par les classes MDYDXWLO$UUD\/LVW et MDYDXWLO /LQNHG/LVW peuvent contenir des éléments égaux. Chaque élément mémorisé ayant une position déterminée, ces classes ressemblent aux tableaux Java mais ne sont pas limitées en taille. • Les ensembles gérés par les classes MDYDXWLO+DVK6HW et MDYDXWLO7UHH6HW ne peuvent pas contenir des éléments égaux. La classe MDYDXWLO7UHH6HW stocke les éléments de son ensemble dans l’ordre ascendant. • Les ensembles gérés par les classes MDYDXWLO+DVK0DS et MDYDXWLO 7UHH0DS utilisent une clé pour accéder aux éléments au lieu d’un indice entier. La classe MDYDXWLO7UHH0DS stocke les éléments de son ensemble dans l’ordre ascendant des clés.

B.A.-BA Clés ou indices ? Suivant l’ensemble d’objets, chaque élément est associé soit à un indice qui donne son numéro d’ordre, soit à une clé qui l’identifie de manière unique. Par exemple, la clé associée à un utilisateur du forum pourrait être son pseudonyme.

API JAVA Classes de collection Java 1.0 Les classes de collection décrites ici sont présentes depuis la version 1.2 de Java. Les classes MDYDXWLO9HFWRU et MDYDXWLO+DVKWDEOH disponibles depuis la version 1.0 de Java ont des fonctionnalités équivalentes à celles des classes MDYDXWLO$UUD\/LVW et MDYDXWLO+DVK0DS. Ces deux classes, comme leur sous-classe MDYDXWLO6WDFN (utilisée pour créer une pile d’objets) et MDYDXWLO3URSHUWLHV (utilisée pour créer une liste de propriétés avec leur valeur comme celles de la classe MDYDODQJ6\VWHP), sont toujours mises en œuvre dans de nombreux programmes et dans certaines classes de la bibliothèque standard.

REGARD DU DÉVELOPPEUR Tableaux vs collections Les tableaux Java sont simples d’utilisation mais ont certaines limitations gênantes dans certains cas : • Les tableaux ne sont pas redimensionnables. • L’insertion d’un élément au milieu d’un tableau oblige à déplacer tous les éléments qui suivent. • La recherche d’un élément dans un grand tableau est longue s’il n’est pas trié. • Les indices pour accéder aux éléments d’un tableau doivent être entiers. Aucune des classes de collection n’est limitée en taille. Chacune résout de façon optimale certaines des autres limitations des tableaux : • La classe MDYDXWLO$UUD\/LVW est idéale pour ajouter à la suite les uns des autres des éléments dans un ensemble ordonné.

© Groupe Eyrolles, 2004

• La classe MDYDXWLO/LQNHG/LVW est idéale pour insérer de nombreux éléments au milieu d’un ensemble ordonné. • La classe MDYDXWLO+DVK6HW est idéale pour gérer un ensemble dont chaque élément doit être unique. Elle améliore aussi les performances de recherche d’un élément. • La classe MDYDXWLO7UHH6HW est idéale pour gérer un ensemble trié d’objets uniques. • La classe MDYDXWLO+DVK0DS est idéale pour accéder aux éléments d’un ensemble grâce à une clé. • La classe MDYDXWLO7UHH0DS est idéale pour gérer un ensemble d’éléments trié dans l’ordre de leur clé d’accès. Les tableaux étant typés (grâce au type des éléments donné lors de leur déclaration), plus simples à programmer et moins gourmands en mémoire, ils sont néanmoins très souvent utilisés notamment pour les ensembles dont la taille est connue à l’avance.

117

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Les collections pour gérer des ensembles d’objets

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Listes ordonnées d’objets (java.util.ArrayList et java.util.LinkedList)

B.A.-BA Liste chaînée Comme le montre la figure 6-16, chaque élément d’une liste chaînée est mémorisé par un objet intermédiaire appelé chaînon et lié à ses chaînons précédent et suivant (d’où le nom de liste doublement chaînée). Comme une instance de MDYDXWLO/LQNHG/LVW ne mémorise que la référence du chaînon de tête, l’accès aux autres éléments de la liste s’effectue séquentiellement grâce aux liens entre les chaînons. L’insertion d’un élément dans une liste chaînée s’effectue en créant un nouveau chaînon puis en affectant les valeurs de quatre liens précédents et suivants. Comme l’insertion d’un élément dans un tableau nécessite de décaler tous les éléments qui suivent, cette opération est plus rapide avec une liste chaînée si l’ensemble comporte beaucoup d’éléments.

Ces deux classes gèrent des ensembles ordonnés d’éléments accessibles par leur indice. La classe MDYDXWLO$UUD\/LVW mémorise ses éléments dans un tableau Java. Si ce tableau interne est trop petit lors de l’ajout d’un nouvel élément à la collection, il est automatiquement remplacé par un nouveau tableau, plus grand, initialisé avec les références de l’ancien tableau. La classe MDYDXWLO/LQNHG/LVW mémorise ses éléments avec une liste doublement chaînée, ce qui permet d’insérer plus rapidement un élément dans la collection, mais ralentit l’accès à un élément par son indice.

Figure 6–16 Organisation en mémoire d’instances des classes MDYDXWLO$UUD\/LVW et MDYDXWLO/LQNHG/LVWmémorisant chacune 3 objets

API JAVA Principales méthodes des classes java.util.ArrayList et java.util.LinkedList Les méthodes de ces classes effectuent des opérations similaires à celles qui peuvent être réalisées avec un tableau. Description

Méthode

Ajout d’une référence à la collection soit à un indice donné, SXEOLFYRLGDGG LQWLQGH[MDYDODQJ2EMHFWREM SXEOLFERROHDQDGG MDYDODQJ2EMHFWREM soit en fin de liste Suppression de tout ou partie des éléments de la collection

SXEOLFYRLGFOHDU SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWUHPRYH LQWLQGH[ SXEOLFERROHDQUHPRYH MDYDODQJ2EMHFWREM

Interrogation et modification d’un élément de la collection à SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWJHW LQWLQGH[ SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWVHW LQWLQGH[MDYDODQJ2EMHFWREM un indice donné Recherche d’un élément dans la collection, en utilisant la ERROHDQFRQWDLQV MDYDODQJ2EMHFWREM SXEOLFLQWLQGH[2I MDYDODQJ2EMHFWREM méthode equals pour comparer les objets

SXEOLFLQWODVW,QGH[2I MDYDODQJ2EMHFWREM

Taille de la collection

SXEOLFLQWVL]H

Itérateur pour énumérer les éléments de la collection

SXEOLFMDYDXWLO,WHUDWRULWHUDWRU

Récupération des éléments de la collection dans un tableau

SXEOLFMDYDODQJ2EMHFW>@WR$UUD\ MDYDODQJ2EMHFW>@D

118

© Groupe Eyrolles, 2004

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Par l’exemple : casier à bouteilles ou cave à vin ? Les applications suivantes calculent et affichent toutes les deux la valeur d’un même ensemble de boissons : la classe FRPHWHNVWHVW&DVLHU%RXWHLOOHV  utilise un tableau de taille fixe représentant un casier à bouteilles ; la classe FRPHWHNVWHVW&DYH$9LQ  utilise une instance de MDYDXWLO$UUD\/LVW pour cette cave à vin capable de s’agrandir sans limite. EXEMPLE com/eteks/test/CasierBouteilles.java

EXEMPLE com/eteks/test/CaveAVin.java

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYDXWLO$UUD\/LVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&DYH$9LQ ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ &UpDWLRQG·LQVWDQFHVGHERLVVRQ %RLVVRQVRGD QHZ%RLVVRQ 6RLI  %RLVVRQERUGHDX[ QHZ%RLVVRQ$OFRROLVHH %RUGHDX[I  &UpDWLRQG·XQHQVHPEOHLOOLPLWp $UUD\/LVWFDYH$9LQ QHZ$UUD\/LVW  $MRXWGHVERLVVRQVGDQVODFDYHjYLQ FDYH$9LQDGG VRGD  FDYH$9LQDGG VRGD  /DHHWODHSODFHVVRQWYLGHV FDYH$9LQDGG QXOO  FDYH$9LQDGG QXOO  $MRXWGHERXWHLOOHVGH%RUGHDX[ IRU LQWL L L FDYH$9LQDGG ERUGHDX[  $IIHFWDWLRQGHODHSODFH FDYH$9LQVHW QHZ%RLVVRQ /LPRQDGH  &DOFXOHWDIILFKDJHGXSUL[GXFDVLHU HWGXQRPEUHGHSODFHVODLVVpHVYLGHV IORDWSUL[  LQWSODFHV9LGHV  IRU LQWL LFDYH$9LQVL]H L ^ /·HQVHPEOHSHXWFRQWHQLUQ·LPSRUWH TXHOREMHW !&RQYHUVLRQGHOD UpIpUHQFHHQFODVVH%RLVVRQ %RLVVRQERLVVRQ %RLVVRQ FDYH$9LQJHW L  LI ERLVVRQ QXOO SUL[ ERLVVRQJHW3UL[  HOVH SODFHV9LGHV ` -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 9DOHXUGHODFDYHSUL[?X$& ?QSODFHV9LGHVSODFHYLGH  6\VWHPH[LW   ` `

LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&DVLHU%RXWHLOOHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ &UpDWLRQG·LQVWDQFHVGHERLVVRQ %RLVVRQVRGD QHZ%RLVVRQ 6RLI  %RLVVRQERUGHDX[ QHZ%RLVVRQ$OFRROLVHH %RUGHDX[I  &UpDWLRQG·XQFDVLHUGHERLVVRQV %RLVVRQ>@FDVLHU QHZ%RLVVRQ>@ $IIHFWDWLRQGHVERLVVRQVDX[FDVHV FDVLHU>@ VRGD FDVLHU>@ VRGD /DHHWODHFDVHVVRQWYLGHV $MRXWGHERXWHLOOHVGH%RUGHDX[ IRU LQWL L L FDVLHU>[email protected] ERUGHDX[ $IIHFWDWLRQGHODHSODFH FDVLHU>@ QHZ%RLVVRQ /LPRQDGH  &DOFXOHWDIILFKDJHGXSUL[GXFDVLHU HWGXQRPEUHGHFDVHVOLEUHV IORDWSUL[  LQWFDVHV/LEUHV  IRU LQWL LFDVLHUOHQJWKL ^ /HWDEOHDXQHSHXWFRQWHQLUTXHGHV UpIpUHQFHVGHFODVVH%RLVVRQ  !3DVEHVRLQGHFRQYHUVLRQ %RLVVRQERLVVRQ FDVLHU>[email protected] LI ERLVVRQ QXOO SUL[ ERLVVRQJHW3UL[  HOVH FDVHV/LEUHV ` -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 9DOHXUGXFDVLHUSUL[?X$& ?QFDVHV/LEUHVFDVHVOLEUHV  6\VWHPH[LW   ` `

© Groupe Eyrolles, 2004

119

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Ensembles d’objets uniques (java.util.HashSet et java.util.TreeSet)

ATTENTION Classe java.util.HashSet et méthode hashCode

Ces deux classes gèrent des ensembles d’éléments différents les uns des autres. La méthode HTXDOV est utilisée pour comparer les éléments. La classe MDYDXWLO+DVK6HW mémorise ses éléments dans un ordre quelconque avec une table de hash – la référence QXOO peut être utilisée. La classe MDYDXWLO7UHH6HW mémorise ses éléments dans l’ordre ascendant avec un arbre, pour maintenir plus rapidement le tri des éléments stockés.

Si la classe des objets stockés par une instance de MDYDXWLO+DVK6HW redéfinit la méthode HTXDOV, il faut redéfinir aussi la méthode KDVK&RGH dans cette classe pour que ce type de collection fonctionne correctement.

API JAVA Principales méthodes des classes java.util.HashSet et java.util.TreeSet Description

Méthode

Ajout d’une référence à la collection si l’objet n’est pas déjà dans la collection

SXEOLFERROHDQDGG MDYDODQJ2EMHFWREM

Suppression de tout ou partie des éléments de la collection

SXEOLFYRLGFOHDU SXEOLFERROHDQUHPRYH MDYDODQJ2EMHFWREM

Recherche d’un élément dans la collection, en utilisant la méthode equals pour SXEOLFERROHDQFRQWDLQV MDYDODQJ2EMHFWREM comparer les objets Taille de la collection

SXEOLFLQWVL]H

Itérateur pour énumérer les éléments de la collection

SXEOLFMDYDXWLO,WHUDWRULWHUDWRU

La classe MDYDXWLO7UHH6HW contient aussi les méthodes ILUVW et ODVW, renvoyant le plus petit et le plus grand élément d’une collection. L’accès aux éléments de ces classes s’effectue séquentiellement grâce à un itérateur de type MDYDXWLO,WHUDWRU renvoyé par leur méthode LWHUDWRU. La mise en œuvre de l’interface ,WHUDWRU et de ces classes est abordée au chapitre suivant « Abstraction et interface ».

Dictionnaires d’objets (java.util.HashMap et java.util.TreeMap) Ces deux classes gèrent des ensembles d’éléments accessibles par une clé correspondant (map en anglais) à un élément. Ces classes mémorisent en fait un ensemble d’entrées (entries) associant une clé et son élément (key-value). L’accès par clé dans une collection est comparable à l’accès par indice dans un tableau : Accès par indice

Accès par clé

Chaque indice du tableau est unique

Chaque clé de la collection est unique

Un élément peut être mémorisé plusieurs fois à des indices différents

Un élément peut être mémorisé plusieurs fois avec des clés différentes

Tableau HQVHPEOH de type MDYDODQJ2EMHFW>@

Collection HQVHPEOH de classe

Collection HQVHPEOH de classe

MDYDXWLO$UUD\/LVW ou MDYDXWLO/LQNHG/LVW

ou MDYDXWLO7UHH0DS

HQVHPEOH>[email protected] renvoie l’élément d’indice L HQVHPEOHJHW L renvoie dans HQVHPEOH d’indice L dans HQVHPEOH HQVHPEOH>[email protected] ment d’indice L

120

MDYDXWLO+DVK0DS

l’élément HQVHPEOHJHW NH\ renvoie l’élément de clé NH\ de HQVHPEOH

YDO affecte YDO à l’élé- HQVHPEOHVHW L YDO  affecte YDO à HQVHPEOHSXW NH\YDO  affecte YDO à l’élément l’élément d’indice L de clé NH\ © Groupe Eyrolles, 2004

La classe MDYDXWLO+DVK0DS mémorise ses entrées dans un ordre quelconque tandis que la classe MDYDXWLO7UHH0DS mémorise ses entrées dans l’ordre ascendant des clés avec un arbre, pour maintenir plus rapidement le tri des éléments stockés.

JAVA Unicité des clés Comme les clés sont des objets, leur unicité est vérifiée par les classes MDYDXWLO+DVK0DS et MDYDXWLO7UHH0DS grâce à la méthode HTXDOV sur les clés. Par ailleurs, la classe MDYDXWLO+DVK0DS fait appel à la méthode KDVK&RGH des clés pour optimiser l’organisation des entrées de la collection.

API JAVA Principales méthodes des classes java.util.HashMap et java.util.TreeMap Description

Méthode

Interrogation et modification d’un élément donné de la collection avec SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWJHW MDYDODQJ2EMHFWNH\ SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWSXW MDYDODQJ2EMHFWNH\ une clé donnée

MDYDODQJ2EMHFWYDOXH

Suppression de tout ou partie des éléments de la collection

SXEOLFYRLGFOHDU SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWUHPRYH MDYDODQJ2EMHFWNH\

Recherche d’un élément dans la collection par sa clé ou sa valeur. Ces SXEOLFERROHDQFRQWDLQV.H\ MDYDODQJ2EMHFWNH\ méthodes utilisent la méthode equals pour comparer key aux clés ou SXEOLFERROHDQFRQWDLQV9DOXH MDYDODQJ2EMHFWYDOXH value aux valeurs de la collection. Taille de la collection

SXEOLFLQWVL]H

Ensemble des clés et des éléments de la collection

SXEOLFMDYDXWLO6HWNH\6HW SXEOLFMDYDXWLO&ROOHFWLRQYDOXHV

Par l’exemple : organiser les définitions d’un glossaire On utilise souvent les classes MDYDXWLO+DVK0DS et MDYDXWLO7UHH0DS pour programmer des dictionnaires. Chaque définition est associée à un ou plusieurs termes (quand il y a des synonymes) qui sont utilisés comme clé de recherche.

Définition trouvée

Définition non trouvée

Figure 6–17 Application FRPHWHNVWHVW*ORVVDLUH

© Groupe Eyrolles, 2004

121

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

Comme les clés peuvent être des chaînes de caractères, des instances des classes d’emballage ou d’autres classes, les classes MDYDXWLO+DVK0DS et MDYDXWLO7UHH0DS permettent d’accéder à ces ensembles d’éléments de manière plus élaborée qu’avec un indice entier.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

EXEMPLE com/eteks/test/Glossaire.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYDXWLO+DVK0DS LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV*ORVVDLUH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Déclaration de quelques définitions.

B

6WULQJGHILQLWLRQ,QVWDQFH  2EMHWFU?XH?XH?XHSDUWLUG·XQHFODVVH 6WULQJGHILQLWLRQ&ROOHFWLRQ  ,QVWDQFHG·XQHFODVVHJ?XHUDQW XQHQVHPEOHG·?XHO?XHPHQWV 6WULQJGHILQLWLRQ6RXV&ODVVH  &ODVVHK?XHULWDQWG·XQHDXWUHFODVVH

Remplissage du glossaire.

B

+DVK0DSJORVVDLUH QHZ+DVK0DS  JORVVDLUHSXW LQVWDQFHGHILQLWLRQ,QVWDQFH  JORVVDLUHSXW FROOHFWLRQGHILQLWLRQ&ROOHFWLRQ 

VRXVFODVVH et FODVVHGpULYpH ont la même définition.

B

JORVVDLUHSXW VRXVFODVVHGHILQLWLRQ6RXV&ODVVH  JORVVDLUHSXW FODVVHG?XHULY?XHH GHILQLWLRQ6RXV&ODVVH  ZKLOH WUXH ^

Saisie de la recherche.

B

6WULQJUHFKHUFKH -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ 4XHFKHUFKH]YRXV"  LI UHFKHUFKH QXOO 6\VWHPH[LW  

Si l’utilisateur choisit Annuler, la variable UHFKHUFKH est égal à QXOO. Recherche de la définition convertie en minuscules.

B

6WULQJGHILQLWLRQ   6WULQJ JORVVDLUHJHW UHFKHUFKHWR/RZHU&DVH 

Affichage avec des icônes différentes selon le résultat de la recherche. Cette forme de la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ prend deux paramètres supplémentaires : un texte pour le titre de la boîte de dialogue et une des cinq constantes (5525B0(66$*(, ,1)250$7,21B0(66$*(, :$51,1*B0(66$*(, 48(67,21B0(66$*(, 3/$,1B0(66$*( de la classe -2SWLRQ3DQH pour l’icône visualisée.

B

LI GHILQLWLRQ QXOO -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO UHFKHUFKHGHILQLWLRQ 5?XHVXOWDWGHODUHFKHUFKH -2SWLRQ3DQH,1)250$7,21B0(66$*(  HOVH -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO UHFKHUFKHQRQG?XHILQL 5?XHVXOWDWGHODUHFKHUFKH -2SWLRQ3DQH:$51,1*B0(66$*(  ` ` `

122

© Groupe Eyrolles, 2004

6 – Les classes de base de la bibliothèque Java

JAVA 5.0 Généricité La généricité équivalant au WHPSODWH C++ est probablement la fonctionnalité la plus demandée dans Java depuis son origine. Intégrée à Java 5.0, la généricité est utilisée par les classes de collection pour laisser le choix au programmeur de spécifier une classe différente de MDYDODQJ2EMHFW comme classe des éléments stockés. La classe des éléments est spécifiée entre les symboles  et ! qui suivent la classe de collection ; par exemple, $UUD\/LVW,QWHJHU! représente une collection de classe MDYDXWLO$UUD\/LVW dans laquelle seuls des objets de classe MDYDODQJ,QWHJHU pourront être ajoutés. La généricité simplifie alors la consultation des éléments d’une collection en évitant de faire appel à l’opérateur de cast. Voici les modifications à apporter aux classes FRPHWHNVWHVW&DYH$9LQ et FRPHWHNVWHVW*ORVVDLUH pour utiliser les collections génériques : • Pour l’ensemble FDYH$9LQ déclaré ainsi : $UUD\/LVW%RLVVRQ!FDYH$9LQ QHZ$UUD\/LVW%RLVVRQ! 

l’instruction pour récupérer le ième élément peut être simplifiée ainsi : %RLVVRQERLVVRQ FDYH$9LQJHW L 

• Pour l’ensemble JORVVDLUH déclaré ainsi (pour la classe +DVK0DS, il faut spécifier la classe des clés et celle des éléments) : +DVK0DS6WULQJ6WULQJ!JORVVDLUH QHZ+DVK0DS6WULQJ6WULQJ! 

l’instruction pour récupérer l’élément de clé UHFKHUFKH peut être simplifiée ainsi : 6WULQJGHILQLWLRQ JORVVDLUHJHW UHFKHUFKHWR/RZHU&DVH 

Les collections génériques peuvent aussi être utilisées avec une boucle itérative pour énumérer un à un les éléments d’un ensemble. La boucle IRU de la classe FRPHWHNVWHVW&DYH$9LQ se simplifie donc ainsi : IRU %RLVVRQERLVVRQFDYH$9LQ LI ERLVVRQ QXOO SUL[ ERLVVRQJHW3UL[  HOVH SODFHV9LGHV

cette boucle signifiant « pour chaque élément ERLVVRQ de l’ensemble FDYH$9LQ ». B http://java.sun.com/j2se/1.5/pdf/generics-tutorial.pdf

ATTENTION Warning généricité Comme l’utilisation de la généricité par les classes de collection permet de mieux contrôler la classe d’un ensemble d’éléments, il est fortement conseillé d’y recourir pour que le compilateur puisse vérifier la cohérence de vos ensembles. De ce fait, le compilateur du JDK 1.5 signale par des avertissements (ZDUQLQJV) tout ajout d’éléments à une collection déclarée sans la classe de ses éléments entre les symboles !. Le détail de ces avertissements qui s’obtient avec la nouvelle option − ;OLQW de MDYDF avertit le développeur par un message du type : ZDUQLQJ >[email protected] XQFKHFNHG FDOO WRDGG ( DVDPHPEHURIWKHUDZW\SH MDYDXWLO$UUD\/LVW Si vous voulez que le compilateur ignore ce type d’avertissement, ajoutez l’option ;OLQW^XQFKHFNHG` à MDYDF ; si vous souhaitez ne pas utiliser les nouvelles fonctionnalités de Java 5.0 et générer des fichiers compatibles avec Java 1.4 (comme c’est le cas pour les exemples de cet ouvrage), utilisez alors l’option VRXUFH.

En résumé… Ce chapitre vous a présenté un ensemble d’applications mettant en œuvre les classes fondamentales de Java. Il est essentiel de les connaître car c’est à partir de ces classes Java que vous programmerez les classes qui formeront le cœur de vos applications dans le monde de l’entreprise.

© Groupe Eyrolles, 2004

123

7

Abstraction et interface

SOMMAIRE

B Classes abstraites B Interface B Implémentation B Tri d’objets B Énumération B Encapsulation MOTS-CLÉS

B abstract B implements B iterator B Collections B Tri B Comparable

Les classes abstraites et les interfaces sont l’aboutissement d’une bonne conception objet. Même s’il paraît difficile de bien cerner la portée d’utilisation de cette surcouche d’abstraction du langage Java, nous allons voir dans ce chapitre comment mettre en œuvre ces concepts largement utilisés par la bibliothèque Java.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Créer des classes abstraites pour les concepts abstraits

JAVA Classe abstraite et polymorphisme On utilise toujours une classe abstraite avec le polymorphisme : la relation est un permet à une référence d’une classe DEVWUDFW de désigner une instance de ses sous-classes non DEVWUDFW. L’appel d’une méthode DEVWUDFW sur une telle référence provoquera lors de l’exécution l’appel de la méthode redéfinie dans la sous-classe.

Dans la hiérarchie des classes, la super-classe représente souvent un concept abstrait, par exemple une figure, un véhicule ou une œuvre. Les objets de cette classe ne sont pas créés parce que leur existence n’aurait pas de sens ou parce que certaines méthodes de la classe ne peuvent pas être implémentées par manque d’informations. C’est pour répondre à ce cas de figure que l’on utilise le mot-clé DEVWUDFW comme modificateur de classe et de méthodes d’instance.

DANS LA VRAIE VIE Classe abstraite squelette Une classe abstraite peut faire office aussi de « squelette » : ce type de classe définit tous les champs et les méthodes communs dont ses sousclasses auront besoin. La classe MDYDXWLO$EVWUDFW6HW, super-classe de MDYDXWLO+DVK6HW et MDYDXWLO7UHH6HW, est un exemple de ce type de classe

Une classe déclarée DEVWUDFW ne peut pas être instanciée. Elle définit souvent des méthodes DEVWUDFW qui, n’ayant pas d’implémentation, sont suivies d’un point-virgule () à la place d’un bloc entre ^`. Une sous-classe ne peut être instanciée que si elle redéfinit toutes les méthodes DEVWUDFW de sa superclasse en les implémentant dans un bloc entre ^` à la place du .

Par l’exemple : comparer les surfaces de différentes figures C++ Classes et méthodes abstraites

La surface d’une figure géométrique se calcule différemment selon qu’il s’agit d’un rectangle, d’un cercle ou d’un triangle. La classe abstraite FRPHWHNVRXWLOV)LJXUH suivante permet néanmoins d’exprimer le concept de figure avec sa surface en y déclarant la méthode abstraite JHW6XUIDFH.

Les méthodes DEVWUDFW Java sont l’équivalent des méthodes virtuelles pures du C++ (reconnaissables par la syntaxe  placée en fin de déclaration d’une méthode). Notez qu’il est possible en Java de déclarer une classe DEVWUDFW qui ne contient aucune méthode DEVWUDFW.

EXEMPLE com/eteks/outils/Figure.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV 

 )LJXUHDYHFXQHFRXOHXUHWXQHVXUIDFHFDOFXOpH  GDQVOHVVRXVFODVVHV   SXEOLFDEVWUDFWFODVV)LJXUH ^

Champ mémorisant la couleur d’une figure, information commune à toutes les figures.

B

SULYDWH6WULQJFRXOHXU SXEOLF)LJXUH 6WULQJFRXOHXU ^ WKLVFRXOHXU FRXOHXU ` 

 5HQYRLHODVXUIDFHGHFHWWHILJXUH  

Une sous-classe de )LJXUH doit redéfinir JHW6XUIDFH pour renvoyer sa surface selon le type de figure qu’elle représente.

B

SXEOLFDEVWUDFWIORDWJHW6XUIDFH  

 5HQYRLHODFRXOHXUHWODVXUIDFHGHFHWWHILJXUH   SXEOLF6WULQJWR6WULQJ ^

126

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Le texte renvoyé dépend de l’implémentation de la méthode JHW6XUIDFH programmée dans les sous-classes de)LJXUH.

FODVV5HFWDQJOHH[WHQGV)LJXUH ^

3

Sous-classe non abstraite de )LJXUH.

SULYDWHIORDWORQJXHXU SULYDWHIORDWODUJHXU SXEOLF5HFWDQJOH 6WULQJFRXOHXUIORDWORQJXHXUIORDWODUJHXU ^ VXSHU FRXOHXU  WKLVORQJXHXU ORQJXHXU WKLVODUJHXU ODUJHXU `

3

Champs mémorisant la longueur et la largeur d’un rectangle.

SXEOLFIORDWJHW6XUIDFH ^ UHWXUQWKLVORQJXHXU WKLVODUJHXU ` `

3

Implémentation de la méthode abstraite de la super-classe )LJXUH avec le calcul de la surface d’un rectangle.

FODVV&HUFOHH[WHQGV)LJXUH ^

3

Autre sous-classe non abstraite de )LJXUH.

SULYDWHIORDWUD\RQ SXEOLF&HUFOH 6WULQJFRXOHXUIORDWUD\RQ ^ VXSHU FRXOHXU  WKLVUD\RQ UD\RQ `

3

Champ mémorisant le rayon d’un cercle.

SXEOLFIORDWJHW6XUIDFH ^ UHWXUQ IORDW 0DWK3, WKLVUD\RQ WKLVUD\RQ ` `

3

Implémentation de la méthode abstraite de la super-classe )LJXUH avec le calcul de la surface d’un cercle.

FODVV&RPSDUDLVRQ)LJXUHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

3

Application de test des classes de figure.

Les deux classes FRPHWHNVWHVW5HFWDQJOH et FRPHWHNVWHVW&HUFOH dérivent de FRPHWHNVRXWLOV)LJXUH et comportent des champs supplémentaires caractéristiques du type de figure qu’elles représentent, ce qui permet d’implémenter leur méthode JHW6XUIDFH. L’application de la classe FRPHWHNVWHVW&RPSDUDLVRQ)LJXUHV instancie ces deux classes pour comparer deux à deux les surfaces de deux rectangles et d’un cercle, et afficher un message en conséquence. EXEMPLE com/eteks/test/ComparaisonFigures.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV)LJXUH

© Groupe Eyrolles, 2004

127

7 – Abstraction et interface

UHWXUQ)LJXUHWKLVFRXOHXU JHW6XUIDFH  P?XE  ` `

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Instanciation de deux rectangles et d’un cercle.

B

5HFWDQJOHUHFWDQJOH-DXQH QHZ5HFWDQJOH MDXQH  5HFWDQJOHUHFWDQJOH5RXJH QHZ5HFWDQJOH URXJHI  &HUFOHFHUFOH%OHX QHZ&HUFOH EOHX 

Affichage des figures les plus grandes. Les références UHFWDQJOH-DXQH, UHFWDQJOH5RXJH et FHUFOH%OHX sont converties implicitement dans la classe FRPHWHNVWHVW)LJXUH.

B

DIILFKHU/D3OXV*UDQGH UHFWDQJOH-DXQHUHFWDQJOH5RXJH  DIILFKHU/D3OXV*UDQGH UHFWDQJOH5RXJHFHUFOH%OHX  6\VWHPH[LW   `

Affiche un message qui décrit quelle est la plus grande des deux figures I et I.

B

SXEOLFVWDWLFYRLGDIILFKHU/D3OXV*UDQGH )LJXUHI)LJXUHI ^ 6WULQJPHVVDJH

Appel des méthodes JHW6XUIDFH implémentées dans les sous-classes. L’implémentation de cette méthode existe forcément car les références I et I ne peuvent désigner que des objets dont la classe est une sous-classe non abstraite de )LJXUH.

B

LI IJHW6XUIDFH !IJHW6XUIDFH PHVVDJH IHVWSOXVJUDQGTXHI HOVH PHVVDJH IHVWSOXVJUDQGTXHI MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  ` `

Si

a été oubliée dans la classe FRPHWHNVWHVW5HFWDQJOH, le compilateur affiche une erreur exprimant qu’une sous-classe doit être déclarée DEVWUDFW si elle n’implémente pas toutes les méthodes DEVWUDFW dont elle hérite : La méthode JHW6XUIDFH de la classe FRPHWHNVRXWLOV)LJXUH n’est pas implémentée dans la classe FRPHWHNVWHVW 5HFWDQJOH, ce qui rend cette classe DEVWUDFW.

À RETENIR Héritage de méthodes abstraites Une classe qui hérite d’une méthode DEVWUDFW doit soit être déclarée DEVWUDFW, soit implémenter cette méthode.

B

la

méthode

JHW6XUIDFH

VUFFRPHWHNVWHVW&RPSDUDLVRQ)LJXUHVMDYD FRPHWHNVWHVW5HFWDQJOHVKRXOGEHGHFODUHGDEVWUDFWLWGRHVQRW GHILQHJHW6XUIDFH LQFRPHWHNVRXWLOV)LJXUH DYHFUHFRSLHGHOD OLJQH

Si une telle erreur survient, soit vous ajoutez DEVWUDFW à la classe et elle ne pourra pas être instanciée, soit vous implémentez la méthode JHW6XUIDFH dans la classe FRPHWHNVWHVW 5HFWDQJOH. FRPHWHNVWHVW5HFWDQJOH

Séparer l’interface de l’implémentation B.A.-BA Interface Pour vous aider à débuter avec le concept d’interface, imaginez qu’une interface est une sorte de classe DEVWUDFW dont toutes les méthodes sont implicitement DEVWUDFW et pour laquelle les mots-clés LQWHUIDFH et LPSOHPHQWV remplacent DEVWUDFWFODVV et H[WHQGV.

128

Une interface Java est une entité distincte d’une classe qui contient une liste de méthodes abstraites que doit implémenter une classe pour rendre un service. Très présentes dans la bibliothèque Java, les interfaces sont mises en œuvre principalement dans deux situations : • pour spécifier la liste des méthodes que vous pouvez utiliser sur un objet de la bibliothèque Java ; • pour spécifier les méthodes que vous devez implémenter dans vos classes pour utiliser une fonctionnalité de la bibliothèque Java.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les interfaces Java appliquent le principe de distinction entre l’interface et l’implémentation d’un objet en les séparant en deux entités distinctes. Le tableau suivant fait le parallèle entre

les concepts généraux de la programmation objet et leur mise en œuvre en Java avec les interfaces.

Programmation objet

Programmation Java avec interfaces

L’interface d’un objet spécifie la liste de ses messages.

Une interface Java définit un ensemble de déclarations de méthodes.

L’implémentation d’un objet est la programmation de ses messages L’implémentation est la programmation des méthodes d’une classe avec ses données et ses traitements. qui implémente une interface, avec ses champs et ses instructions. Un objet a une interface et une implémentation.

Un objet est une instance d’une classe qui implémente une interface.

Définir une interface Une interface se déclare comme une classe en faisant précéder son identificateur du mot-clé LQWHUIDFH. SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV 0RGLILFDWHXU$FFHVLQWHUIDFH,QWHUIDFH7HVW ^ 'pFODUDWLRQGHVFKDPSVHWGHVPpWKRGHV GHO·LQWHUIDFHFRPHWHNVRXWLOV,QWHUIDFH7HVW `

3

Déclaration d’une interface.

0RGLILFDWHXU$FFHVLQWHUIDFH,QWHUIDFH'HULYHH H[WHQGV,QWHUIDFH7HVW ^ &KDPSVHWPpWKRGHVVXSSOpPHQWDLUHV GHO·LQWHUIDFHFRPHWHNVRXWLOV,QWHUIDFH'HULYHH `

3

Déclaration d’une interface dérivant d’une superinterface.

Un fichier MDYD peut contenir plusieurs classes et plusieurs interfaces mais une seule classe ou une seule interface peut être déclarée SXEOLF et doit porter le même nom que le fichier. Comme pour les classes, le modificateur d’accès 0RGLILFDWHXU$FFHV d’une interface est soit SXEOLF, soit absent (friendly). Une interface peut dériver d’une ou plusieurs autres interfaces en utilisant le motclé H[WHQGV. Chaque déclaration d’interface est suivie d’un bloc entre accolades ^ ` où sont définis ses champs et méthodes : • Tous les champs d’une interface sont des constantes dont les modificateurs sont implicitement SXEOLFVWDWLFILQDO. • Toutes les méthodes d’une interface utilisent implicitement des modificateurs SXEOLFDEVWUDFW et sont suivies d’un point-virgule ().

© Groupe Eyrolles, 2004

CONVENTIONS Nommage des interfaces L’identificateur d’une interface est une suite d’un ou de plusieurs mots en minuscules, dont chaque lettre initiale est en majuscule ; il utilise parfois un adjectif qualificatif se terminant par DEOH pour exprimer une capacité.

C++ Interface Java Comme toutes les méthodes d’une interface Java sont implicitement abstraites, une interface peut être vue comme l’équivalent d’une classe C++ qui ne déclare que des méthodes virtuelles pures.

129

7 – Abstraction et interface

À RETENIR Interface Java vs interface objet

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : donner un prix à un objet L’interface FRPHWHNVRXWLOV3D\DQW montre comment représenter le fait qu’un objet payant a un prix. Ce prix est obtenu ici grâce à la méthode JHW3UL[. EXEMPLE com/eteks/outils/Payant.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV SXEOLFLQWHUIDFH3D\DQW ^ JHW3UL[ est DEVWUDFW.

implicitement

SXEOLF

et

B

IORDWJHW3UL[  `

Implémenter une interface Il est impossible d’instancier une interface mais par contre, il est possible d’instancier une classe qui implémente une interface. Pour qu’une classe implémente une interface, il faut faire suivre la déclaration de cette classe du mot-clé LPSOHPHQWV et de l’identificateur de l’interface. Une telle classe peut être instanciée uniquement si elle implémente toutes les méthodes de l’interface en les définissant dans un bloc entre ^` à la place du point-virgule ().

C# implements = : La liste des interfaces implémentées par une classe doit figurer après le mot-clé LPSOHPHQWV, qui remplace en Java le symbole  utilisé en C# pour spécifier la super-classe d’une classe et/ou les interfaces implémentées par cette classe.

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW

Classe implémentant une interface.

B

FODVV&ODVVH7HVWLPSOHPHQWVFRPHWHNVRXWLOV,QWHUIDFH7HVW ^ &KDPSVHWPpWKRGHVGHODFODVVH&ODVVH7HVW HWLPSOpPHQWDWLRQGHVPpWKRGHVGHO LQWHUIDFH,QWHUIDFH7HVW ` FODVV6XSHU&ODVVH ^ &KDPSVHWPpWKRGHVGHODFODVVHFRPHWHNVWHVW6XSHU&ODVVH `

Classe dérivant d’une autre et implémentant une interface.

B

FODVV6RXV&ODVVHH[WHQGV6XSHU&ODVVH LPSOHPHQWVFRPHWHNVRXWLOV,QWHUIDFH7HVW ^ &KDPSVHWPpWKRGHVVXSSOpPHQWDLUHVGHODFODVVH6RXV&ODVVH HWLPSOpPHQWDWLRQGHVPpWKRGHVGHO LQWHUIDFH,QWHUIDFH7HVW `

C++ Héritage multiple L’implémentation de plusieurs interfaces par une classe en Java peut être une solution de remplacement de l’héritage multiple du C++.

130

JAVA Implémentation de plusieurs interfaces Une classe peut implémenter plusieurs interfaces, qui doivent être séparées par des virgules, mais ne peut hériter que d’une super-classe.

© Groupe Eyrolles, 2004

7 – Abstraction et interface

Par l’exemple : implémenter le prix d’un objet L’interface FRPHWHNVRXWLOV3D\DQW et sa méthode JHW3UL[ peuvent être implémentées par les classes FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ et FRPHWHNVRXWLOV 6HUYLFH définies dans les chapitres précédents en ajoutant à leur déclaration LPSOHPHQWV, suivi de cette interface. EXEMPLE com/eteks/outils/Service.java (modifié)

EXEMPLE com/eteks/test/Boissons.java (modifié)

SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV3D\DQW FODVV%RLVVRQLPSOHPHQWV3D\DQW ^  /HUHVWHHVWLQFKDQJpFHWWHFODVVH LPSOpPHQWHGpMjODPpWKRGHJHW3UL[ `

SXEOLFFODVV6HUYLFHLPSOHPHQWV3D\DQW ^  /HUHVWHHVWLQFKDQJpFHWWHFODVVH LPSOpPHQWHGpMjODPpWKRGHJHW3UL[ `

ATTENTION Modificateur d’accès d’une méthode redéfinie En cas de redéfinition, une méthode ne peut être précédée d’un modificateur plus restictif que celui de la méthode redéfinie, l’ordre du plus restrictif au moins restrictif étant SULYDWH, friendly, SURWHFWHG et SXEOLF. Comme cette règle s’applique aussi aux méthodes provenant d’une interface, n’oubliez pas d’écrire explicitement le modificateur d’accès SXEOLF de ces méthodes au moment de les implémenter dans une classe.

REGARD DU DÉVELOPPEUR Interfaces de la bibliothèque Java La bibliothèque standard Java 1.4 compte plus de 1000 interfaces qui sont utilisées pour remplir divers rôles : • Spécifier la liste des méthodes que doit implémenter une classe pour être utilisable dans un contexte donné. Par exemple, une classe implémente l’interface MDYDDZWHYHQW$FWLRQ/LVWHQHU et la méthode DFWLRQ3HUIRUPHG pour décrire les instructions à exécuter après avoir cliqué sur un bouton Swing. • Utiliser les méthodes d’une référence de type interface sans se soucier des détails d’implémentation. Par exemple, la référence d’interface MDYDXWLO,WHUDWRU renvoyée par la méthode LWHUDWRU des classes de collections permet d’énumérer les éléments d’une collection quelle que soit la collection. • Faciliter la création de plug-ins ou de drivers dont les services sont spécifiés grâce à une ou plusieurs interfaces. La séparation entre interfaces et classes laisse la

© Groupe Eyrolles, 2004

possibilité à chaque éditeur d’implémenter les interfaces du driver dans des classes différentes pour assurer le service attendu. Par exemple, le paquetage MDYDVTO spécifie un ensemble d’interfaces que les classes d’un driver JDBC doivent implémenter. Chaque éditeur de bases de données fournit l’implémentation d’un driver JDBC qui ne s’interface qu’avec son produit. Si un programmeur n’utilise que le paquetage MDYDVTO sans se soucier des classes d’une implémentation particulière d’un driver JDBC, son application pourra alors être adaptée très facilement d’une base de données à une autre en changeant simplement de driver JDBC. • Créer des catégories de classes sans lien d’héritage entre elles, grâce à des interfaces qui ne définissent aucune méthode. Par exemple, l’interface MDYDODQJ&ORQHDEOH est implémentée par une classe pour indiquer qu’une instance de cette classe peut être clonée.

131

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Utilisation des interfaces Voyons maintenant ce qu’il est possible de faire avec une classe qui implémente une interface Java.

Conversion de référence, suite et fin Java permet de déclarer des références de type interface (par exemple 3D\DQW FRPPDQGH) et d’utiliser la relation est un entre une interface et les classes implémentant une interface (par exemple une %RLVVRQ est un objet 3D\DQW, un 6HUYLFH est un objet 3D\DQW). Cette relation permet d’opérer des conversions sur une référence pour passer d’un type classe à un type interface, ou inversement. Lors de l’exécution, la JVM vérifie : • Si l’interface de conversion est implémentée par la classe de l’objet référencé, quand une conversion de type interface est appliquée à une référence de type classe (par exemple 3D\DQW MXV2UDQJH). • Si la classe de conversion est effectivement la classe de l’objet référencé, quand une conversion de type classe est appliquée à une référence de type interface (par exemple %RLVVRQ FRPPDQGH).

Par l’exemple : boisson ou service, tout se paie L’application de classe FRPHWHNVWHVW&RQYHUVLRQV5HIHUHQFHV3D\DQW montre les conversions autorisées et interdites avec une référence de type interface FRPHWHNVRXWLOV3D\DQW. EXEMPLE com/eteks/test/ConversionsReferencesPayant.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV  LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&RQYHUVLRQV5HIHUHQFHV3D\DQW ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^ 6HUYLFHUHSDV QHZ6HUYLFH '?XHMHXQHUI  %RLVVRQMXV2UDQJH QHZ%RLVVRQ -XVG·RUDQJH  %RLVVRQ$OFRROLVHHZKLVN\ QHZ%RLVVRQ$OFRROLVHH :KLVN\I  &RQYHUVLRQVGHUpIpUHQFHVGHW\SHFODVVH YHUVOHW\SHLQWHUIDFH

Déclaration d’une référence de type interface

B

3D\DQWFRPPDQGH

Compilation OK et exécution OK.

B

FRPPDQGH  3D\DQW UHSDV

Compilation OK et exécution OK.

B

FRPPDQGH ZKLVN\

132

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Affiche Prix de la commande : 7.4 €.

2EMHFWREMHW MXV2UDQJH

3

Toute référence peut être convertie vers la classe MDYDODQJ2EMHFW.

FRPPDQGH  3D\DQW REMHW

3

Compilation OK et exécution OK.

FRPPDQGH  3D\DQW QHZ2EMHFW 

3

Compilation OK mais erreur à l’exécution provoMDYDODQJ quant une exception &ODVV&DVW([FHSWLRQ.

%RLVVRQERLVVRQ  %RLVVRQ FRPPDQGH

3

Compilation OK et exécution OK.

6HUYLFHVHUYLFH  6HUYLFH FRPPDQGH ` `

3

Compilation OK mais erreur à l’exécution provoquant une exception MDYDODQJ&ODVV&DVW([FHSWLRQ.

&RQYHUVLRQVGHUpIpUHQFHVGHW\SHLQWHUIDFH YHUVOHW\SHFODVVH 3D\DQWFRPPDQGH MXV2UDQJH

Comme les classes FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ et FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH implémentent l’interface FRPHWHNVRXWLOV3D\DQW, il est possible de : • Convertir explicitement  ou implicitement  une référence de type classe vers le type interface si la classe de la référence ou une de ses superclasses implémente l’interface de conversion (le repas et le whisky sont payants). Avec la référence FRPPDQGH, on peut appeler la méthode de l’interface FRPHWHNVRXWLOV3D\DQW  et les méthodes de la classe MDYDODQJ2EMHFW (mais pas les méthodes de FRPHWHNVWHVW %RLVVRQ$OFRROLVHH, classe effective de l’objet). • Convertir une référence de type classe vers le type interface  si la classe de l’objet référencé implémente l’interface de conversion. Lors de l’exécution, la classe de l’objet référencé implémente bien l’interface FRPHWHNVWHVW3D\DQW. • Convertir une référence de type interface vers une référence de type classe  si l’objet référencé est effectivement une instance de cette classe. Lors de l’exécution, l’objet désigné par FRPPDQGH est bien un objet de classe FRPHWHNVWHVW%RLVVRQ. À RETENIR Référence de type interface Une référence de type interface désigne un objet dont la classe implémente cette interface ou est égale à QXOO. Une telle référence peut être utilisée des façons suivantes : • Elle permet d’appeler n’importe quelle méthode de son interface et de la classe MDYDODQJ2EMHFW. • L’objet qu’elle désigne peut être stocké dans un tableau du même type. • Elle peut être convertie en une référence de classe MDYDODQJ2EMHFW pour stocker l’objet qu’elle désigne dans une collection de la bibliothèque Java. • Elle peut être convertie dans la classe de l’objet qu’elle désigne pour appeler n’importe quelle méthode de cette classe.

© Groupe Eyrolles, 2004

JAVA Opérateur instanceof L’opérateur LQVWDQFHRI peut servir aussi à vérifier qu’un objet est une instance d’une classe qui implémente (directement ou par héritage) une interface donnée. Par exemple, l’expression MXV2UDQJH LQVWDQFHRIFRPHWHNVRXWLOV3D\DQW est égale à WUXH. En fait, l’expression REM LQVWDQFHRI 7\SH renvoie WUXH si REM est différent de QXOO et si la conversion (7\SH)REM est acceptée à l’exécution, que 7\SH soit une classe ou une interface.

C# instanceof ≈ is L’équivalent de l’opérateur LV de C# est LQVWDQFHRI en Java, mais cet opérateur ne peut servir en Java qu’à tester le type d’un objet.

133

7 – Abstraction et interface

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO3UL[GHODFRPPDQGH FRPPDQGHJHW3UL[ ?XDF 

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

En revanche, il n’est pas possible de : • Convertir une référence de type classe vers le type interface  si la classe de l’objet référencé n’implémente pas l’interface de conversion. Lors de l’exécution, l’objet n’implémente pas l’interface FRPHWHNVWHVW3D\DQW. • Convertir une référence de type interface vers une référence de type classe  si l’objet référencé n’est pas effectivement une instance de cette classe. Lors de l’exécution, l’objet désigné par FRPPDQGH n’est pas un objet de classe FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH. JAVA 5.0 Interface de constantes Les constantes déclarées dans une interface sont plus pratiques à utiliser que si elles sont déclarées dans une classe : il suffit qu’une classe implémente une telle interface pour les utiliser directement sans les préfixer par leur interface (comme si elle héritait de ces constantes). Par exemple, les constantes de l’interface FRPHWHNVRXWLOV3ULRULWHV suivante : SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV SXEOLFLQWHUIDFH&RQVWDQWHV3ULRULWHV ^ 'pFODUDWLRQGHFRQVWDQWHV LQW35,25,7(B0$;  LQW35,25,7(B0,1  LQW35,25,7(B'()$87  `

sont utilisables directement dans la classe suivante : SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV FODVV7DFKHLPSOHPHQWV&RQVWDQWHV3ULRULWHV ^ SULYDWHLQWSULRULWH 35,25,7(B'()$87  `

Cette fonctionnalité des interfaces est utilisée par certaines interfaces de la bibliothèque Java : observez par exemple le nombre impressionnant de classes qui implémentent l’interface MDYD[VZLQJ6ZLQJ&RQVWDQWV en consultant sa javadoc. Mais cette pratique est découragée car une interface a pour but essentiel de définir les méthodes du service qu’elle représente. Les possibilités dans Java 5.0 d’importer les champs VWDWLF d’une classe ou d’utiliser des énumérations (voir la fin du chapitre 5) permettent d’obtenir la même simplification plus « proprement ».

Par l’exemple : l’addition s’il vous plaît ! Sachant qu’un produit payant a un prix, la classe FRPHWHNVRXWLOV montre qu’il est possible de mémoriser un ensemble d’objets payants dans une collection et d’en calculer le prix total.

7LFNHW'H&DLVVH

134

© Groupe Eyrolles, 2004

7 – Abstraction et interface

EXEMPLE com/eteks/outils/TicketDeCaisse.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV LPSRUWMDYDXWLO$UUD\/LVW 

 &ODVVHPpPRULVDQWXQHQVHPEOHGHFRPPDQGHVjSD\HU   SXEOLFFODVV7LFNHW'H&DLVVH ^ SULYDWH$UUD\/LVWOLJQHV QHZ$UUD\/LVW  

 $MRXWHXQHOLJQHGHFRPPDQGHjFHWLFNHW   SXEOLFYRLGDMRXWHU/LJQH 3D\DQWOLJQH ^ WKLVOLJQHVDGG OLJQH  ` 

 5HQYRLHODVRPPHGHVSUL[GHVFRPPDQGHVGHFHWLFNHW   SXEOLFIORDWJHW3UL[7RWDO ^ IORDWSUL[  IRU LQWL LWKLVOLJQHVVL]H L ^

3

Ajoute l’objet OLJQH à la collection OLJQHV.

3D\DQWOLJQH  3D\DQW WKLVOLJQHVJHW L  SUL[ OLJQHJHW3UL[  ` UHWXUQSUL[ ` `

3

Conversion de la référence de classe 2EMHFW à l’indice L, en référence de type 3D\DQW.

JAVA 5.0 Généricité et interface

La classe FRPHWHNVRXWLOV7LFNHW'H&DLVVH enregistre un ensemble d’objets commandés, ajoutés ligne après ligne. Comme chaque commande doit implémenter l’interface FRPHWHNVRXWLOV3D\DQW, il est possible d’obtenir le prix total de ces commandes en ajoutant leur prix.

Abordée à la fin du chapitre précédent, la généricité laisse le choix au programmeur de spécifier une classe ou une interface comme type des éléments stockés dans une collection. Avec Java 5.0, la variable OLJQHV ci-contre peut donc être déclarée ainsi :

L’application suivante crée un ticket de caisse , y ajoute un ensemble de lignes de commandes  et affiche le total du ticket .

$UUD\/LVW3D\DQW!OLJQHV QHZ$UUD\/LVW3D\DQW! 

EXEMPLE com/eteks/test/CalculPrixTotal.java

ce qui permet de simplifier la boucle IRU de la méthode JHW3UL[7RWDO ainsi :

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV  LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&DOFXO3UL[7RWDO ^

IRU 3D\DQWOLJQHOLJQHV SUL[ OLJQHJHW3UL[ 

SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ %RLVVRQMXV2UDQJH QHZ%RLVVRQ -XVG RUDQJH  %RLVVRQZKLVN\ QHZ%RLVVRQ$OFRROLVHH :KLVN\I  6HUYLFHUHSDV QHZ6HUYLFH '?XHHQHUI 

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Création d’objets payants.

135

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Création d’une instance de FRPHWHNV RXWLOV7LFNHW'H&DLVVH pour calculer le total. Interrogation du prix total du ticket calculé en fonction des lignes ajoutées. Affiche Total : 54.4 €.

B

7LFNHW'H&DLVVHWLFNHW QHZ7LFNHW'H&DLVVH  WLFNHWDMRXWHU/LJQH MXV2UDQJH  WLFNHWDMRXWHU/LJQH ZKLVN\  WLFNHWDMRXWHU/LJQH UHSDV  WLFNHWDMRXWHU/LJQH UHSDV 

B

IORDWSUL[7RWDO WLFNHWJHW3UL[7RWDO 

B

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 7RWDOSUL[7RWDO?XDF  6\VWHPH[LW   ` `

Remarquez au passage que même si les classes %RLVVRQ et 6HUYLFH n’ont pas de lien d’héritage entre elles, l’interface 3D\DQW permet de montrer qu’elles ont une caractéristique commune – en l’occurrence la méthode JHW3UL[. C’est l’un des avantages offerts par les interfaces Java : elles permettent de spécifier les méthodes disponibles dans une classe sans imposer de lien d’héritage avec une autre classe.

Implémenter l’interface java.lang.Comparable pour comparer deux objets API JAVA Classes d’objets comparables Les méthodes de tri de la bibliothèque Java trient dans l’ordre croissant un ensemble d’objets qui implémentent l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH en appelant la méthode FRPSDUH7R implémentée par ces objets. De nombreuses classes implémentent cette interface comme les classes d’emballage numériques MDYDODQJ,QWHJHU, MDYDODQJ'RXEOH... mais aussi les classes MDYDODQJ6WULQJ, MDYDXWLO'DWH, MDYDPDWK%LJ'HFLPDO... Par exemple, FRPSDUH7R est appelée par la méthode VRUW de MDYDXWLO$UUD\V pour trier dans l’ordre alphabétique les arguments de l’application de classe FRPHWHNVWHVW7UL0RWV, abordée au chapitre précédent.

Une classe implémente l’unique méthode LQW FRPSDUH7R MDYDODQJ2EMHFW de l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH pour comparer un objet de cette classe avec un autre. À la différence de la méthode HTXDOV, cette méthode doit renvoyer une valeur entière établissant un ordre entre l’objet courant désigné par WKLV et l’objet en paramètre : • Si l’objet courant et l’objet comparé sont égaux, la valeur renvoyée doit être 0. • Si l’objet courant est plus petit, la valeur renvoyée doit être négative. • Si l’objet courant est plus grand, la valeur renvoyée doit être positive.

REM

Par l’exemple : gérer l’ordre chronologique d’événements La classe FRPHWHNVRXWLOV(YHQHPHQW&DOHQGULHU mémorise la date et la description d’un événement de calendrier. Cette classe implémente l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH pour trier un ensemble d’événements dans l’ordre chronologique puis dans l’ordre alphabétique des descriptions pour des événements de même date. EXEMPLE com/eteks/outils/EvenementCalendrier.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV LPSRUWMDYDXWLO'DWH LPSRUWMDYDWH[W'DWH)RUPDW 

  &ODVVHG·HYHQHPHQWDYHFXQHGDWHHWXQHGHVFULSWLRQ  

136

© Groupe Eyrolles, 2004

3

La classe (YHQHPHQW&DOHQGULHU implémente l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH.

SULYDWHVWDWLF'DWH)RUPDWIRUPDW  'DWH)RUPDWJHW'DWH7LPH,QVWDQFH 'DWH)RUPDW)8// 'DWH)RUPDW6+257 

3

Instanciation d’un objet de classe MDYDWH[W 'DWH)RUPDW utilisé pour la mise en forme de dates.

SXEOLFLQWFRPSDUH7R 2EMHFWREM  ^ (YHQHPHQW&DOHQGULHUHYHQHPHQW  (YHQHPHQW&DOHQGULHU REM

3

Implémentation de la méthode FRPSDUH7R de l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH.

LQWHFDUW'DWH WKLVGDWHFRPSDUH7R HYHQHPHQWGDWH  LI HFDUW'DWH  UHWXUQHFDUW'DWH

3

Utilisation de la comparaison de la classe MDYDXWLO'DWH pour procéder à une comparaison dans l’ordre chronologique.

HOVH UHWXUQWKLVGHVFULSWLRQFRPSDUH7R,JQRUH&DVH  HYHQHPHQWGHVFULSWLRQ  `

3

Si les dates des événements sont égales, la comparaison s’effectue sur les descriptions sans tenir compte de la casse.

SXEOLFERROHDQHTXDOV 2EMHFWREM  ^ LI REMLQVWDQFHRI(YHQHPHQW&DOHQGULHU ^ (YHQHPHQW&DOHQGULHUHYHQHPHQW  (YHQHPHQW&DOHQGULHU REM UHWXUQWKLVGDWHHTXDOV HYHQHPHQWGDWH   WKLVGHVFULSWLRQHTXDOV,JQRUH&DVH  HYHQHPHQWGHVFULSWLRQ  ` HOVH UHWXUQIDOVH `

3

Redéfinition de la méthode HTXDOV de la classe MDYDODQJ2EMHFW. Deux événements sont égaux s’ils ont la même date et la même description.

SXEOLFLQWKDVK&RGH  ^ UHWXUQWKLVGDWHKDVK&RGH WKLVGHVFULSWLRQKDVK&RGH  `

3

Redéfinition de la méthode KDVK&RGH de la classe MDYDODQJ2EMHFW.

SXEOLF6WULQJWR6WULQJ ^ UHWXUQIRUPDWIRUPDW WKLVGDWH WKLVGHVFULSWLRQ ` `

3

Redéfinition de la méthode WR6WULQJ de la classe MDYDODQJ2EMHFW, pour renvoyer un texte de la forme date hh:mm : description.

SXEOLF(YHQHPHQW&DOHQGULHU 'DWHGDWH6WULQJGHVFULSWLRQ ^ WKLVGDWH GDWH WKLVGHVFULSWLRQ GHVFULSWLRQ ` SXEOLF'DWHJHW'DWH ^ UHWXUQWKLVGDWH ` SXEOLF6WULQJJHW'HVFULSWLRQ ^ UHWXUQWKLVGHVFULSWLRQ `

© Groupe Eyrolles, 2004

137

7 – Abstraction et interface

SXEOLFFODVV(YHQHPHQW&DOHQGULHULPSOHPHQWV&RPSDUDEOH ^ SULYDWH'DWHGDWH SULYDWH6WULQJGHVFULSWLRQ

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Cette classe redéfinit la méthode HTXDOV  en considérant que deux objets de classe (YHQHPHQW&DOHQGULHU sont égaux s’ils ont la même date  et la même description . Pour tenir compte de cette relation d’égalité, la méthode KDVK&RGH  est redéfinie en renvoyant le même code si deux événements de calendrier sont égaux. La méthode FRPSDUH7R  tient compte de l’ordre chronologique entre deux événements et de l’ordre alphabétique de leur description en faisant appel aux méthodes FRPSDUH7R de la classe MDYDXWLO'DWH, puis FRPSDUH7R,JQRUH&DVH de la classe MDYDODQJ6WULQJ pour obtenir cet ordre. L’application de classe FRPHWHNVWHVW$JHQGD présentée dans la section suivante opère un tri chronologique sur des événements. À RETENIR Type du paramètre de compareTo Comme pour la méthode HTXDOV, le paramètre de la méthode FRPSDUH7R est une référence de type MDYDODQJ2EMHFW, ce qui permet aux fonctionnalités de tri de la bibliothèque Java de traiter tout ensemble d’objets comparables, quelle que soit leur classe. Notez qu’il n’est pas habituel de tester dans l’implémentation de FRPSDUH7R la classe du paramètre : il est normal de renvoyer IDOVH pour HTXDOV si l’objet en paramètre n’est pas de la même classe (un événement n’est pas égal à une date par exemple) ; mais que pourrait renvoyer FRPSDUH7R si l’objet en paramètre n’est pas un événement du calendrier ? Ce cas de figure peut arriver dans la situation anormale où un tri est effectué sur un ensemble d’objets de classes différentes. Cette erreur se traduira ici par le déclenchement d’une exception MDYDODQJ&ODVV&DVW([FHSWLRQ qui permettra au programmeur de repérer et corriger son erreur, sujet abordé au prochain chapitre.

Énumérer les éléments d’une collection avec l’interface java.util.Iterator

API JAVA Interface java.util.Enumeration L’interface MDYDXWLO,WHUDWRU décrite ici est apparue avec les classes de collection de Java 1.2. Vous pourrez rencontrer aussi l’interface MDYDXWLO(QXPHUDWLRQ datant de Java 1.0, qui s’utilise avec les classes MDYDXWLO9HFWRU et MDYDXWLO+DVKWDEOH. Ses méthodes KDV0RUH(OHPHQWV et QH[W(OHPHQW ont exactement le même rôle que les méthodes KDV1H[W et QH[W de l’interface ,WHUDWRU.

Cette interface permet d’énumérer les éléments d’une collection. Une référence de ce type est renvoyée par la méthode LWHUDWRU des classes MDYDXWLO$UUD\/LVW, MDYDXWLO/LQNHG/LVW, MDYDXWLO+DVK6HW et MDYDXWLO 7UHH6HW. Elle compte les trois méthodes suivantes : SXEOLFERROHDQKDV1H[W SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWQH[W SXEOLFYRLGUHPRYH

On utilise de façon typique les méthodes ZKLOH ou IRU de la forme :

KDV1H[W

et

QH[W

dans une boucle

MDYDXWLO,WHUDWRULW FROOHFWLRQLWHUDWRU 

Tant qu’il y a encore des éléments à énumérer...

B

ZKLOH LWKDV1H[W ^

...donne-moi le suivant dans l’énumération.

B

2EMHFWREM LWQH[W  7UDLWHPHQWDYHFO·REMHWREM `

138

© Groupe Eyrolles, 2004

7 – Abstraction et interface

Par l’exemple : trier les événements d’un agenda dans l’ordre chronologique Voyons comment utiliser la classe MDYDXWLO7UHH6HW pour trier et énumérer des objets implémentant l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH. L’application de classe FRPHWHNVWHVW$JHQGD affiche dans l’ordre chronologique les trois événements    d’un agenda. Les événements de classe FRPHWHNVRXWLOV(YHQHPHQW&DOHQGULHU sont mémorisés dans cet ordre grâce à une collection de classe MDYDXWLO7UHH6HW . La boucle ZKLOH  construit le texte affiché en concaténant  ligne après ligne le texte renvoyé par la méthode WR6WULQJ de chaque événement.

Figure 7–1 Application FRPHWHNVWHVW$JHQGD

EXEMPLE com/eteks/test/Agenda.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV(YHQHPHQW&DOHQGULHU LPSRUWMDYDXWLO  FODVV$JHQGD ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 7UHH6HWDJHQGD QHZ7UHH6HW  DJHQGDDGG QHZ(YHQHPHQW&DOHQGULHU QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU *UHJRULDQ&DOHQGDU2&72%(5 JHW7LPH  $QQLYHUVDLUH&ODLUH  DJHQGDDGG QHZ(YHQHPHQW&DOHQGULHU QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU *UHJRULDQ&DOHQGDU6(37(0%(5 JHW7LPH  5HQWU?XHHVFRODLUH  DJHQGDDGG QHZ(YHQHPHQW&DOHQGULHU QHZ*UHJRULDQ&DOHQGDU *UHJRULDQ&DOHQGDU6(37(0%(5 JHW7LPH  &RXUV-DYD  6WULQJHYHQHPHQWV 

3

Création d’un agenda trié avec trois événements, dont deux sont à la même date.

,WHUDWRULW DJHQGDLWHUDWRU  ZKLOH LWKDV1H[W 

3

Énumération des événements en utilisant un itérateur.

HYHQHPHQWV LWQH[W ?Q MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOHYHQHPHQWV  6\VWHPH[LW   ` `

3

L’événement WR6WULQJ.

est

converti

en

texte

avec

JAVA Enumération avec for L’instruction IRU est souvent utilisée à la place de l’instruction ZKLOH pour programmer une énumération. Ici, les instructions : ,WHUDWRULW DJHQGDLWHUDWRU  ZKLOH LWKDV1H[W  HYHQHPHQWV LWQH[W ?Q peuvent s’écrire ainsi : IRU ,WHUDWRULW DJHQGDLWHUDWRU LWKDV1H[W   HYHQHPHQWV LWQH[W ?Q la troisième expression du IRU étant alors vide. © Groupe Eyrolles, 2004

139

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

JAVA 5.0 Énumération et boucle itérative Les boucles itératives disponibles avec Java 5.0 permettent de simplifier l’énumération de cette application ainsi : C# Boucle itérative = foreach Les boucles itératives ajoutées à Java 5.0 sont l’équivalent des boucles IRUHDFK de C#, le motclé LQ étant remplacé en Java par le symbole .

IRU 2EMHFWHYHQHPHQWDJHQGD  HYHQHPHQWV HYHQHPHQW?Q

Dans cette boucle itérative, le type 2EMHFW de la variable locale HYHQHPHQW suffit pour faire appel implicitement à la méthode WR6WULQJ redéfinie dans la classe FRPHWHNVRXWLOV(YHQHPHQW&DOHQGULHU. En faisant appel à la généricité de Java 5.0, vous pouvez aussi préciser la classe des objets stockés dans l’ensemble DJHQGD , en déclarant cette variable ainsi : 7UHH6HW(YHQHPHQW&DOHQGULHU!DJHQGD QHZ7UHH6HW(YHQHPHQW&DOHQGULHU! 

Le type d’objet énuméré dans la boucle itérative précédente peut alors être précisé ainsi : IRU (YHQHPHQW&DOHQGULHUHYHQHPHQWDJHQGD HYHQHPHQWV HYHQHPHQW?Q

REGARD DU DÉVELOPPEUR Comparaison homogène des objets La classe MDYDXWLO7UHH6HW fait appel à la méthode FRPSDUH7R pour déterminer si un objet est déjà présent dans l’ensemble DJHQGD et pour trier cet ensemble. L’application fonctionnera donc parfaitement si les méthodes HTXDOV et KDVK&RGH sont omises dans la classe FRPHWHNVRXWLOV(YHQHPHQW&DOHQGULHU. HTXDOV et KDVK&RGH ne sont utilisées ensemble que si l’ensemble DJHQGD est de classe MDYDXWLO+DVK6HW ; il est néanmoins conseillé de les implémenter pour qu’un autre programme, ayant recours à une classe de collection différente de MDYDXWLO7UHH6HW pour gérer des événements de calendrier, puisse fonctionner correctement sans avoir à modifier la classe (YHQHPHQW&DOHQGULHU. D’après cet exemple, vous pouvez vous apercevoir que la conception d’une classe n’est pas toujours aisée : faut-il systématiquement redéfinir HTXDOV et KDVK&RGH et/ou implémenter l’interface &RPSDUDEOH dans une classe, alors que vous n’aurez pas besoin de certaines des fonctionnalités des classes de collections qui y font appel ? Sans vous pousser à concevoir des classes réutilisables dans tous les domaines, voici quelques règles qui vous aideront à maintenir l’homogénéité de chacune de vos classes pour les opérations de comparaison : • Si vous redéfinissez la méthode HTXDOV dans une classe, redéfinissez-y aussi la méthode KDVK&RGH. • Si vous implémentez l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH dans une classe, redéfinissez-y en conséquence les méthodes HTXDOV et KDVK&RGH. Programmez les méthodes HTXDOV et FRPSDUH7R de telle façon que deux objets comparés avec ces méthodes soient égaux dans les mêmes conditions. D’après la classe (YHQHPHQW&DOHQGULHU, remarquez que la programmation qui en découle est assez différente dans ces méthodes.

140

© Groupe Eyrolles, 2004

7 – Abstraction et interface

Encapsuler pour protéger le type des objets d’une collection Toutes les classes de collection mémorisent des références de classe MDYDODQJ2EMHFW, ce qui permet de stocker des éléments de n’importe quelle classe dans une même collection. Cette caractéristique autorise le mélange, dans un même ensemble, des objets de classes sans aucun lien, ce qui peut cacher des erreurs de logique. Pour éviter ce genre d’erreur, la solution la plus simple est d’encapsuler la collection dans une classe dédiée à un ensemble d’objets d’un type donné, ce que font les classes FRPHWHNVRXWLOV 7LFNHW'H&DLVVH et FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP.

JAVA 5.0 Généricité En permettant de spécifier la classe des objets gérés par une collection, la généricité prise en charge dans Java 5.0 est une solution élégante pour créer des ensembles où ne pourront être ajoutés que des objets de cette classe ou de ses sous-classes.

Forum : gérer un ensemble d’utilisateurs La classe FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP qui suit encapsule une collection de classe MDYDXWLO+DVK6HW pour gérer l’ensemble des utilisateurs qui participent à un même moment au module de messagerie instantanée du forum (chat). com.eteks.forum EnsembleUtilisateursForum - utilisateurs : HashSet + + + +

ajouter(utilisateur : Utilisateur) supprimer(utilisateur : Utilisateur) contient(utilisateur : Utilisateur) : boolean iterator() : Iterator

Figure 7–2 Diagramme UML de la classe FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP

FORUM com/eteks/forum/EnsembleUtilisateursForum.java SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDXWLO  

 (QVHPEOHG·XWLOLVDWHXUVGXIRUXPRXGXFKDW   SXEOLFFODVV(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP ^ SULYDWH+DVK6HWXWLOLVDWHXUV QHZ+DVK6HW 

3

Création d’une collection MDYDXWLO+DVK6HW.

SXEOLFYRLGDMRXWHU 8WLOLVDWHXUXWLOLVDWHXU  ^ LI XWLOLVDWHXU QXOO WKLVXWLOLVDWHXUVDGG XWLOLVDWHXU  `

3

Ajoute un utilisateur à cet ensemble.

© Groupe Eyrolles, 2004

de

classe

141

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Supprime un utilisateur de cet ensemble.

B

SXEOLFYRLGVXSSULPHU 8WLOLVDWHXUXWLOLVDWHXU  ^ WKLVXWLOLVDWHXUVUHPRYH XWLOLVDWHXU  `

Renvoie WUXH si l’utilisateur en paramètre appartient à cet ensemble.

B

SXEOLFERROHDQFRQWLHQW 8WLOLVDWHXUXWLOLVDWHXU  ^ UHWXUQWKLVXWLOLVDWHXUVFRQWDLQV XWLOLVDWHXU  `

Renvoie un itérateur pour permettre d’énumérer les utilisateurs de cet ensemble.

B

SXEOLF,WHUDWRULWHUDWRU  ^ UHWXUQWKLVXWLOLVDWHXUVLWHUDWRU  ` `

La classe FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP délègue la gestion de l’ensemble des utilisateurs à la collection XWLOLVDWHXUV . Le choix de la classe MDYDXWLO+DVK6HW garantit que chaque utilisateur ne sera présent qu’une fois dans cet ensemble, même si plusieurs ajouts du même utilisateur sont tentés. Comme la classe (QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP ne doit manipuler que des utilisateurs, le paramètre des méthodes DMRXWHU , VXSSULPHU  et FRQWLHQW  est de type FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU et la méthode LWHUDWRU  permet de les énumérer. L’implémentation de ces méthodes ne fait qu’appeler les méthodes similaires de la collection XWLOLVDWHXUV. POUR ALLER PLUS LOIN Ensemble trié dans l’ordre alphabétique En l’état, la classe FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP mémorise un ensemble d’utilisateurs dans un ordre indéterminé. Pour que cet ensemble soit trié dans l’ordre alphabétique des pseudonymes des utilisateurs, remplacez tout d’abord la classe MDYDXWLO+DVK6HW  par MDYDXWLO7UHH6HW. Ensuite, pour assurer le tri des utilisateurs, vous aurez le choix entre : • implémenter l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH dans la classe FRPHWHNVIRUXP 8WLOLVDWHXU ; • ou créer une classe qui implémente l’interface MDYDXWLO&RPSDUDWRU et passer une instance de cette classe au constructeur de la classe 7UHH6HW. La méthode LQW FRPSDUH 2EMHFW REM 2EMHFW REM de cette interface sera implémentée pour comparer deux à deux les utilisateurs reçus en paramètres.

Manipuler les collections avec la classe java.util.Collections La classe

(à ne pas confondre avec l’interface contient un ensemble de méthodes de classe utiles pour les classes de collection : • PLQ et PD[ renvoient l’élément le plus petit ou le plus grand d’une collection. • Les méthodes préfixées par XQPRGLILDEOH renvoient une instance de la collection dont l’ensemble des éléments ne peut être modifié. MDYDXWLO&ROOHFWLRQV

MDYDXWLO&ROOHFWLRQ)

142

© Groupe Eyrolles, 2004

C++ java.util.Collections ≈ algorithm Les méthodes VWDWLF de la classe MDYDXWLO&ROOHFWLRQV correspondent aux fonctions du header C++ DOJRULWKP.

API JAVA Interfaces de collection La hiérarchie des classes de collection du paquetage MDYDXWLO est basée sur un ensemble d’interfaces et de classes squelettes. Le diagramme de classes de la figure 7-3 présente les interfaces fondamentales implémentées par les classes de collection étudiées dans cet ouvrage (les lignes pleines y représentent un lien d’héritage et les lignes pointillées un lien d’implémentation entre une classe et une interface). Comprendre cette organisation est fondamental pour utiliser la classe MDYDXWLO&ROOHFWLRQV. En effet, les paramètres et les valeurs de retour des méthodes de cette classe ont pour type l’une des interfaces MDYDXWLO&ROOHFWLRQ, MDYDXWLO/LVW, MDYDXWLO6HW, MDYDXWLO0DS... La possibilité d’utiliser telle ou telle méthode de la classe &ROOHFWLRQV s’effectue donc en fonction des interfaces implémentées par chaque classe de collection. Par exemple, vous pouvez passer en paramètre à la méthode ILOO une instance de $UUD\/LVW ou de /LQNHG/LVW puisque cette méthode requiert en paramètre une collection de type MDYDXWLO/LVW.

Collection ArrayList

List LinkedList

Set

HashSet

SortedSet

Map

TreeSet

HashMap

SortedMap

TreeMap

Figure 7–3 Hiérarchie des interfaces et des classes de collection

© Groupe Eyrolles, 2004

143

7 – Abstraction et interface

• Les méthodes préfixées par V\QFKURQL]HG renvoient une instance de la collection dont l’accès aux éléments est synchronisé quand elle est utilisée dans plusieurs tâches ou threads simultanément. • Les méthodes suivantes s’appliquent aux classes implémentant l’interface MDYDXWLO/LVW telles que les classes MDYDXWLO$UUD\/LVW et MDYDXWLO /LQNHG/LVW : – ILOO et UHSODFH$OO remplacent les éléments d’une collection par une référence donnée. – FRS\ effectue une copie des éléments d’une collection dans une autre. – VKXIIOH mélange les éléments d’une collection dans un ordre aléatoire. – VZDS permute les positions de deux éléments d’une collection. – VRUW trie les éléments d’une collection dans l’ordre ascendant. – ELQDU\6HDUFK renvoie l’indice du premier élément égal à un objet dans une collection triée.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : quels numéros mettre dans ma grille de loto aujourd’hui ? La méthode de classe FUHHU7LUDJH de la classe FRPHWHNVRXWLOV/RWR qui suit simule le tirage du loto en mélangeant aléatoirement une collection d’entiers représentant les 49 boules du loto, dont les 6 premiers sont renvoyés. Comme il n’existe pas de moyen simple de mélanger les éléments d’un tableau d’entiers, on fait plutôt appel à la méthode VKXIIOH  de la classe MDYDXWLO&ROOHFWLRQV pour mélanger une collection de classe MDYDXWLO$UUD\/LVW  qui contient 49 instances de MDYDODQJ,QWHJHU . Il est en effet possible de passer une instance de la classe MDYDXWLO$UUD\/LVW en paramètre à la méthode VKXIIOH, car cette classe implémente l’interface MDYDXWLO/LVW requise comme type de paramètre. Le tirage final s’obtient en créant une sous-liste des 6 premiers éléments de la collection grâce à sa méthode VXE/LVW . Cette méthode a pour type de retour l’interface MDYDXWLO/LVW indiquant qu’elle renvoie une collection dont la classe implémente cette interface. Les nombreuses méthodes de MDYDXWLO/LVW sont suffisantes pour manipuler la sous-liste renvoyée, ce qui permet de choisir cette interface comme type de retour de la méthode FUHHU7LUDJH.

ASTUCE Optimisation de la classe java.util.ArrayList Les instructions nécessaires à l’agrandissement du tableau interne d’une instance de MDYDXWLO$UUD\/LVW sont relativement coûteuses en temps. Pour éviter de faire appel à ces opérations chaque fois qu’un élément y est ajouté, cette classe utilise en fait un tableau d’une capacité au moins égale au nombre d’éléments effectivement stockés, ce qui permet de ne l’agrandir que lorsque c’est nécessaire. Les méthodes HQVXUH&DSDFLW\ et WULP7R6L]H de la classe $UUD\/LVW vous permettent d’utiliser de façon optimale cette capacité, ainsi que son constructeur prenant en paramètre la capacité initiale voulue. Comme on sait que la collection ERXOHV/RWR contiendra au moins 49 objets, la méthode FUHHU7LUDJH utilise ici cette optimisation à la création de la collection ERXOHV/RWR .

EXEMPLE com/eteks/outils/Loto.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV LPSRUWMDYDXWLO  SXEOLFFODVV/RWR ^ 

 5HQYRLHXQHOLVWHGHQRPEUHVWLUHVDOHDWRLUHPHQWGDQV  XQHQVHPEOHGHQRPEUHVFRPSULVHQWUHHW   SXEOLFVWDWLF/LVWFUHHU7LUDJH ^

Création d’une collection des 49 entiers de 1 à 49.

B

$UUD\/LVWERXOHV/RWR QHZ$UUD\/LVW   IRU LQWL L L ERXOHV/RWRDGG QHZ,QWHJHU L 

Mélange aléatoire ERXOHV/RWR.

collection

B

&ROOHFWLRQVVKXIIOH ERXOHV/RWR 

Extraction des 6 premiers entiers de la collection dans une sous-liste.

B

UHWXUQERXOHV/RWRVXE/LVW   ` `

de

la

L’application suivante affiche dans une grille de loto les 6 numéros tirés aléatoirement par la méthode FUHHU7LUDJH  de la classe FRPHWHNVRXWLOV/RWR. La présentation sous forme de grille est obtenue en mettant à profit la mise en forme HTML utilisée par la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ , quand un texte débutant par la balise KWPO!  lui est passé en paramètre.

144

© Groupe Eyrolles, 2004

7 – Abstraction et interface

Cette grille est construite à l’aide d’un tableau HTML  de 10 lignes  par 5 colonnes et le nombre de chaque cellule est affiché en gras s’il appartient au tirage ou sinon, en gris . B.A.-BA Tableau HTML Un tableau HTML est construit avec les trois balises WDEOH!, WU! et WG! imbriquées les unes dans les autres pour décrire ligne par ligne le texte de chaque cellule. Par exemple, le tableau ci-contre est codé en HTML comme ceci : WDEOHERUGHU ! WU!WG!$WG!WG!%WG!WU! WU!WG!WG!WG!WG!WU! WU!WG!WG!WG!WG!WU! WDEOH! Par défaut, les tableaux sont dessinés sans bord, d’où l’attribut ERUGHUajouté ici à la balise WDEOH!.

EXEMPLE com/eteks/test/GrilleLoto.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV/RWR LPSRUWMDYDXWLO/LVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH SXEOLFFODVV*ULOOH/RWR ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Figure 7–4 Application FRPHWHNVWHVW*ULOOH/RWR

/LVWWLUDJH/RWR /RWRFUHHU7LUDJH 

3

Obtention d’un tirage de 6 nombres.

6WULQJJULOOH/RWR KWPO!WDEOHERUGHU  ! IRU LQWOLJQH OLJQHOLJQH  ^

3

Construction d’un tableau HTML (balise WDEOH!) qui représente une grille de loto.

JULOOH/RWR WU! IRU LQWFRORQQH FRORQQHFRORQQH  ^ LQWERXOH OLJQH FRORQQH  

3

Ajout d’une (balise WU!).

JULOOH/RWR WG!IRQWVL]H  ! LI ERXOH!

3

Ajout d’une cellule à la ligne (balise WG!), dont le texte est agrandi.

LI WLUDJH/RWRFRQWDLQV QHZ,QWHJHU ERXOH 

JULOOH/RWR E!ERXOHE! HOVH

3

Si la boule appartient au tirage, le nombre est affiché en gras.

JULOOH/RWR IRQWFRORU JUD\ !ERXOH IRQW!

3

Sinon, le nombre est affiché en gris.

JULOOH/RWR IRQW!WG! `

3

Fin de la cellule (balise WG! 

JULOOH/RWR WU! `

3

Fin de la ligne (balise WU! 

© Groupe Eyrolles, 2004

ligne

au

tableau

HTML

145

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Fin du tableau (balise WDEOH!).

B

JULOOH/RWR WDEOH!KWPO!

Affichage du tableau HTML dans une boîte de dialogue de titre ORWR et sans icône.

B

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOJULOOH/RWR /RWR-2SWLRQ3DQH3/$,1B0(66$*(  6\VWHPH[LW   ` `

La méthode FRQWDLQV est appelée ici sur la collection WLUDJH/RWR pour vérifier si un nombre appartient au tirage. Cette méthode compare l’objet passé en paramètre avec les objets d’une collection grâce à leur méthode HTXDOV, ce qui permet de lui passer un objet temporaire de classe MDYDODQJ,QWHJHU (cette classe redéfinit HTXDOV en comparant l’entier mémorisé par une instance avec celui d’une autre instance de sa classe).

JAVA 5.0 Autoboxing et généricité La fonctionnalité d’autoboxing ajoutée à Java 5.0 permet de simplifier la création des objets de classe MDYDODQJ,QWHJHU  de cet exemple, en évitant d’écrire explicitement l’appel à QHZ,QWHJHU. Ainsi, l’instruction  : ERXOHV/RWRDGG QHZ,QWHJHU L 

peut s’écrire tout simplement : ERXOHV/RWRDGG L 

De même, l’expression : WLUDJH/RWRFRQWDLQV QHZ,QWHJHU ERXOH

peut être remplacée par : WLUDJH/RWRFRQWDLQV ERXOH

La généricité introduite avec Java 5.0 permet aussi de préciser la classe des objets stockés par une interface de collection. La méthode FUHHU7LUDJH peut donc spécifier qu’elle renverra une liste d’entiers en l’écrivant ainsi : SXEOLFVWDWLF/LVW,QWHJHU!FUHHU7LUDJH ^ $UUD\/LVW,QWHJHU!ERXOHV/RWR QHZ$UUD\/LVW,QWHJHU!   IRU LQWL L L ERXOHV/RWRDGG L  &ROOHFWLRQVVKXIIOH ERXOHV/RWR  UHWXUQERXOHV/RWRVXE/LVW   `

146

© Groupe Eyrolles, 2004

Globalement, on peut voir le langage C# comme une évolution du langage Java, qui apporte quelques nuances « esthétiques » sur certains mots-clés (comme pour EDVH en C# équivalent de VXSHU en Java) et quelques différences de syntaxe décrites tout au long de cet ouvrage. Toutefois, la comparaison dans le détail de ces deux langages donne aussi l’impression que les concepteurs de C# ont fait beaucoup de concessions aux développeurs C++, au risque probable de rendre un programme C# plus complexe à maintenir et moins robuste. Voici quelques-unes des fonctionnalités de C# qui resteront longtemps sujettes à caution en Java : • Dans le mode XQVDIH (non sûr) du C#, vous pouvez manipuler des pointeurs avec tous les risques inhérents, et contrôler la gestion de la mémoire grâce à IL[HG et VWDFNDOORF. • C# vous laisse le choix d’utiliser ou non le polymorphisme sur une méthode grâce aux mots-clés YLUWXDO et RYHUULGH. • C# permet de surcharger les opérateurs    a  

  _ A  !! et l’opérateur de cast. Même si cette fonctionnalité est intéressante pour simplifier la programmation des calculs sur les nombres complexes et du calcul matriciel, elle n’est pas apparue en Java pour éviter toute confusion que peut entraîner une mauvaise utilisation de cette fonctionnalité. • Il est possible en C# de créer des synonymes d’une classe ou d’un espace de noms avec le mot-clé XVLQJ.

Ensuite, l’existence de C# a provoqué une réaction positive des concepteurs de Java puisque ceux-ci ont décidé d’intégrer dans Java 5.0 certaines fonctionnalités très demandées et intégrées au C#, parmi lesquelles : • les énumérations de constantes avec HQXP ; • LPSRUW VWDWLF pour éviter d’écrire systématiquement l’identificateur d’une classe devant l’un de ses membres VWDWLF ; • les listes d’arguments variables ; • l’autoboxing pour faciliter la création d’une instance de classe d’emballage à partir d’une valeur de type primitif ; • la généricité et les boucles itératives pour simplifier la gestion des éléments d’un tableau ou d’une collection ; • la possibilité d’ajouter des métadonnées (metadata) ou des annotations à une classe. Finalement, n’oubliez pas que C# et Java ne se résument pas à des langages, car ils sont indissociables de leur très riche bibliothèque, indispensable pour le développement d’une application. À peu de choses près, vous retrouverez dans la bibliothèque .NET de C# comme dans la bibliothèque Java, des classes qui assurent les mêmes fonctionnalités, mais la plupart du temps sous des noms différents.

• C# permet de passer des arguments par valeur ou par référence grâce aux mots-clés UHI et RXW. • C# vous laisse une liberté totale d’organisation des fichiers source. Pour un développeur Java, l’existence du « concurrent » C# a néanmoins un double intérêt : d’abord, elle prouve à ceux qui en douteraient encore que Sun Microsystems a fait les bons choix lors de la conception de Java puisque Microsoft a repris les grands principes de Java dans C# (machine virtuelle, ramasse-miettes, langage objet fortement typé proche du C++).

© Groupe Eyrolles, 2004

147

7 – Abstraction et interface

REGARD DU DÉVELOPPEUR C# versus Java

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

En résumé… Ce chapitre vous a montré les possibilités des classes abstraites et des interfaces Java. Retenez avant tout l’attitude à adopter en présence d’une méthode de la bibliothèque Java qui manipule une interface Java : • Si la méthode renvoie un objet de type interface (comme LWHUDWRU qui renvoie un objet de type MDYDXWLO,WHUDWRU ou VXE/LVW qui renvoie un objet de type MDYDXWLO/LVW), utilisez les méthodes de cette interface comme si elles étaient celles d’une classe. • Si la méthode prend en paramètre un objet de type interface (comme la méthode DGG$FWLRQ/LVWHQHU abordée dans le chapitre 10 consacré à Swing), vous devez utiliser ou créer une classe qui implémente l’interface requise et ses méthodes puis lui passer en paramètre une instance de cette classe. À mesure que vous utiliserez les classes abstraites et les interfaces de la bibliothèque Java, vous en comprendrez mieux l’intérêt et les mécanismes. Vous pourrez alors envisager de créer vos propres interfaces.

148

© Groupe Eyrolles, 2004

Gestion des erreurs avec les exceptions package com.eteks.test; import javax.swing.JOptionPane; class CalculFactorielle { public static void main (String [] args) { try { String s = JOptionPane.showInputDialog("Entrez un nombre :"); long n = Long.parseLong (s); long factN = Calcul.factorielle (n); JOptionPane.showMessageDialog (null, n + "! = " + factN); } catch (NumberFormatException ex) { JOptionPane.showMessageDialog (null, ex.getMessage () + " n'est pas un entier"); } catch (IllegalArgumentException ex) { JOptionPane.showMessageDialog (null, ex.getMessage ()); } } }

Les exceptions permettent de séparer la logique d’un traitement des erreurs qu’il peut générer. À l’usage, vous découvrirez que l’intégration des exceptions à Java facilite la mise au point de vos programmes, notamment grâce à leur diagnostic.

© Groupe Eyrolles, 2004

8 SOMMAIRE

B Pile d’exécution B Intercepter une exception B Déclencher une exception B Exceptions contrôlées /non contrôlées

B Gérer une exception contrôlée MOTS-CLÉS

B try B catch B throw B finally B throws B Throwable B RuntimeException B Error B Exception B printStackTrace B réflexion

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

La gestion des erreurs et leur détection sont gérées en Java avec des objets spéciaux appelés exceptions. Les exceptions sont utilisées systématiquement en Java autant par la JVM pour vous signaler clairement les erreurs et les bogues que vous avez oubliés de traiter, que pour créer des programmes de qualité prenant en compte les erreurs dues, par exemple, à des problèmes d’accès aux fichiers ou au réseau.

La pile d’exécution, organisation et fonctionnement

B.A.-BA Pile LIFO Une pile LIFO (Last In First Out ou dernier entré premier sorti) gère un ensemble de données où les dernières données qui lui sont ajoutées sont les premières à en ressortir, de façon comparable à l’utilisation normale d’une pile d’assiettes.

B.A.-BA Factorielle et récursivité La factorielle d’un nombre entier Q, notée Q, est égale à la multiplication entre eux de tous les entiers compris entre  et Q, c’est-à-dire  Q Q [ Q   [  [  [  D’après cette formule, la factorielle d’un nombre Q supérieur à  est aussi égale à la multiplication de Q par la factorielle de Q   , soit : Q Q [ Q    L’utilisation de la récursivité permet de programmer directement cette formule, comme le montre la méthode IDFWRULHOOH de la classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO

150

Dans un programme Java, l’organisation en mémoire des données manipulées varie selon la catégorie de données. Les objets et leurs champs sont stockés dans une zone dite tas (heap en anglais) symbolisant la zone mémoire où la mémoire est prise pour créer les objets. Les variables locales et les paramètres de méthode sont stockés dans une zone nommée pile d’exécution (stack en anglais) symbolisant une zone mémoire organisée comme une pile LIFO. Chaque tâche ou thread d’un programme a sa propre pile d’exécution. La pile d’exécution mémorise non seulement les variables locales et les paramètres mais aussi d’autres informations utiles dans le contexte d’une méthode : valeur de WKLV, valeur de retour et point de retour dans la méthode appelante. Le regroupement de ces informations dans une pile LIFO présente les avantages suivants : • accélère l’exécution des programmes car les instructions pour empiler, désempiler et utiliser des éléments d’une pile sont généralement câblées dans les microprocesseurs ; • simplifie l’encapsulation des informations de la méthode ; • autorise les appels récursifs à une méthode, c’est-à-dire que la méthode peut s’appeler elle-même ; • permet à la JVM de restituer l’enchaînement des appels de méthodes quand une exception est déclenchée.

Par l’exemple : calculer une factorielle L’application définie ci-contre permet de calculer la factorielle d’un nombre saisi par l’utilisateur. Ce calcul est effectué par la méthode récursive IDFWRULHOOH de la classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO, afin que vous puissiez observer le fonctionnement de la pile d’exécution au moment de son appel.

© Groupe Eyrolles, 2004

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW



LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH

8 – Gestion des erreurs avec les exceptions

  

FODVV&DOFXO)DFWRULHOOH



^



SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV



^



6WULQJV QXOO



GR



^



V -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ (QWUH]XQQRPEUH 

3

Saisie d’un texte avec une boîte de dialogue.



LI V QXOO

3

V est égal à QXOO si l’utilisateur opte pour Annuler.



^



ORQJQ /RQJSDUVH/RQJ V 

3

Conversion du texte saisi en nombre.



ORQJIDFW1 &DOFXOIDFWRULHOOH Q 

3

Calcul de la factorielle.



-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO

3

Affichage du résultat.



Q IDFW1 

3

Condition d’arrêt.

3

Appel récursif à IDFWRULHOOH.



`



`



ZKLOH V QXOO 



`



`

 

FODVV&DOFXO



^







 5HQYRLHODIDFWRULHOOHGHQ



 HJDOHjQ[ Q [ Q [[[



 



SXEOLFVWDWLFORQJIDFWRULHOOH ORQJQ



^



LI Q 



UHWXUQ



HOVH



UHWXUQQ IDFWRULHOOH Q 



`



`

© Groupe Eyrolles, 2004

151

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Si l’utilisateur saisit la valeur 3 lors de l’exécution de cette application, l’appel de la méthode IDFWRULHOOH ligne 15 provoquera une évolution de la pile d’exécution qui peut être symbolisée ainsi : factorielle(1) push factorielle:35 push 1

return 1 pop  push 1

 n = 1 factorielle

 paramètre

factorielle(3) push main:15 push 3



paramètre

factorielle(2) push factorielle:35 push 2

valeur retour

ligne 35

= 1

paramètre

paramètre

return 2*1 pop push 2



return 3*2 pop push 6

n = 2

n = 2

factorielle

factorielle

factorielle

valeur retour

ligne 35

ligne 35

ligne 35

= 2

paramètre

paramètre

paramètre

paramètre

paramètre

n = 3

n = 3

n = 3

n = 3

n = 3

point de retour main ligne 15

point de retour main ligne 15

point de retour main ligne 15

point de retour main ligne 15

point de retour main ligne 15

valeur retour

variable locale

variable locale

variable locale

variable locale

variable locale

variable locale

factN = ?

factN = ?

factN = ?

factN = ?

factN = ?

variable locale

factN = ?

variable locale

variable locale

variable locale

n = 3

n = 3

variable locale

variable locale

variable locale

n = 3

variable locale

variable locale

variable locale



n = 2

s =

s =

s =

paramètre

paramètre

paramètre

args =

args =

args =

"3"

"3"

"3"

factN = 6

n = 3

n = 3

n = 3

variable locale

variable locale

variable locale

s =

paramètre args =

s =

paramètre args =

"3"

"3"

s =

= 6

variable locale n = 3

variable locale s =

paramètre

paramètre

args =

args =

"3"

"3"

Figure 8–1 Évolution de la pile d’exécution

À chaque appel de la méthode IDFWRULHOOH    sont empilés la valeur du paramètre Q reçu par cette méthode et le point de retour où le programme devra reprendre son cours, une fois terminée l’exécution de cette méthode. Les appels récursifs à la méthode IDFWRULHOOH provoquent l’empilage (push) successif des différents états de cette méthode jusqu’à ce que la condition d’arrêt Q   soit atteinte. Les valeurs renvoyées par les appels à la méthode IDFWRULHOOH    sont alors utilisées l’une après l’autre pour effectuer les multiplications avec les différentes valeurs de Q en pile. Finalement, le résultat  est stocké dans la variable IDFW1. 152

© Groupe Eyrolles, 2004

8 – Gestion des erreurs avec les exceptions

Gérer les exceptions Quand une erreur imprévue survient lors de l’exécution d’un programme Java, la JVM crée une exception qui représente le diagnostic de cette erreur. Par défaut, la JVM affiche dans la fenêtre de commandes un diagnostic tel que : ([FHSWLRQLQWKUHDGPDLQ&ODVVH([FHSWLRQ0HVVDJH([FHSWLRQ

où &ODVVH([FHSWLRQ est la classe de l’exception déclenchée suite à l’erreur, et 0HVVDJH([FHSWLRQ son message associé. Ce texte est suivi de la trace de la pile d’exécution qui décrit l’enchaînement des appels de méthodes dans la pile d’exécution au moment de l’erreur, du plus récent au plus ancien. Quand l’information est disponible dans le fichier FODVV de la classe d’une méthode, chaque méthode de cette liste est suivie entre parenthèses du nom de son fichier source MDYD et de la ligne où la méthode précédente dans la liste a été appelée.

API JAVA Classes d’exception de la bibliothèque standard Toutes les classes d’exception dérivent de la classe MDYDODQJ7KURZDEOH. La bibliothèque standard de Java 1.4 définit à elle seule 358 classes d’exceptions différentes, chacune d’elles correspondant à une catégorie d’erreur particulière !

Même un programme simple peut cacher des erreurs En apparence sans erreur, l’exécution de l’application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO)DFWRULHOOH peut en fait provoquer plusieurs erreurs.

À RETENIR Utilisez le diagnostic d’exception pour trouver une erreur

1 Classe non trouvée

La lecture de la trace de la pile d’exécution affichée par la JVM permet de localiser tant la méthode où est survenue une erreur, que l’enchaînement des méthodes qui l’ont provoquée. Afin de corriger plus rapidement les erreurs provoquées par votre programme, apprenez à décrypter le diagnostic d’exception que vous affiche la JVM en adoptant la démarche suivante : • Repérez la classe de l’exception et son message pour déterminer la catégorie de l’erreur et sa raison . • Cherchez en partant du haut de la trace la première classe dont vous êtes l’auteur . • Repérez dans cette ligne le fichier source et le numéro de ligne où est survenue l’exception. • Si cette ligne est précédée d’une autre ligne qui débute par DW, repérez dans cette ligne la méthode qui a provoqué une exception et sa classe . • Lisez la documentation javadoc de cette méthode pour obtenir une description des cas où elle peut déclencher une exception de la classe indiquée.

([FHSWLRQLQWKUHDGPDLQMDYDODQJ1R&ODVV'HI)RXQG(UURU &DOFXO)DFWRULHOOH

Cette exception est déclenchée quand la JVM ne parvient pas à charger le fichier de la classe indiquée parce que la classe ne figure pas dans le dossier attendu (option ²FODVVSDWK incorrecte par exemple). 2 Conversion du texte en nombre impossible ([FHSWLRQLQWKUHDGPDLQMDYDODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQ)RULQSXW VWULQJ DWMDYDODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQIRU,QSXW6WULQJ 1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQMDYD DWMDYDODQJ/RQJSDUVH/RQJ /RQJMDYD DWMDYDODQJ/RQJSDUVH/RQJ /RQJMDYD  DWFRPHWHNVWHVW&DOFXO)DFWRULHOOHPDLQ &DOFXO)DFWRULHOOHMDYD 

Cette exception est déclenchée suite à la saisie d’un texte qui ne peut pas être converti en nombre par la méthode SDUVH/RQJ de la classe MDYDODQJ/RQJ appelée ligne 14 ( n’est pas un nombre entier).

© Groupe Eyrolles, 2004

153

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

3 Débordement de la pile d’exécution ATTENTION Limitez l’utilisation de la récursivité

([FHSWLRQLQWKUHDGPDLQMDYDODQJ6WDFN2YHUIORZ(UURU DWFRPHWHNVWHVW&DOFXOIDFWRULHOOH &DOFXO)DFWRULHOOHMDYD DWFRPHWHNVWHVW&DOFXOIDFWRULHOOH &DOFXO)DFWRULHOOHMDYD DWFRPHWHNVWHVW&DOFXOIDFWRULHOOH &DOFXO)DFWRULHOOHMDYD 

La récursivité offre le moyen le plus simple pour programmer certains algorithmes issus des suites et séries mathématiques. Mais utilisez de préférence une boucle ZKLOH ou IRU quand c’est possible car c’est plus rapide que l’appel d’une méthode, sans compter qu’un tour de boucle ne risque pas de provoquer de débordement de la pile d’exécution dans les cas limites. Par exemple, la méthode IDFWRULHOOH pourrait être « dérécursivée » ainsi :

Cette exception est déclenchée suite au calcul de la factorielle d’un nombre trop grand, par exemple 100 000. À chaque appel de la méthode IDFWRULHOOH, la JVM prend dans la pile d’exécution un peu de mémoire qu’elle libère en quittant la méthode. L’appel récursif ligne 35 de la méthode IDFWRULHOOH provoque lors de l’exécution autant d’appels imbriqués que la valeur du paramètre de IDFWRULHOOH. La mémoire utilisée par ces appels récursifs ne commence à être libérée qu’au moment où la condition d’arrêt de la méthode IDFWRULHOOH est atteinte, c’est-à-dire quand son paramètre vaut 1. Si le paramètre initial est trop grand, la pile d’exécution provoque un débordement de pile (stack overflow en anglais) avant d’atteindre la condition d’arrêt parce qu’elle n’a plus de place pour stocker un énième appel.

SXEOLFVWDWLFORQJ IDFWRULHOOH ORQJQ ^ ORQJUHVXOWDW  IRU ORQJL L QL UHVXOWDW L UHWXUQUHVXOWDW `

Intercepter une exception avec try catch Les erreurs d’exécution sont en général dues soit à une erreur de logique dans les instructions d’une méthode qui doivent alors être modifiées, soit à une programmation qui n’a pas traité certains cas exceptionnels. Pour ce qui est des cas exceptionnels non traités, le programmeur peut modifier son programme de deux façons. La première consiste à ajouter des tests afin que le cas exceptionnel ne se présente plus. Dans la classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO)DFWRULHOOH, on peut opérer aux changements nécessaires au contrôle de la saisie soit en remplaçant VKRZ,QSXW'LDORJ par un appel à une autre méthode n’autorisant que la saisie de chiffres, soit en testant si les caractères saisis sont tous des chiffres avant l’appel à SDUVH/RQJ. La seconde consiste à intercepter l’exception qu’une méthode déclenche avec une instruction WU\FDWFK respectant la syntaxe suivante :

C++ try catch Les instructions WU\ FDWFK de Java et du C++ ont des syntaxes très proches à quelques nuances près : en Java, dans chaque FDWFK, le type de l’exception déclarée doit être une classe d’exception et suivi de la déclaration d’une référence désignant l’exception, même si cette référence n’est pas utilisée.

Essayer...

B

WU\ ^ ,QVWUXFWLRQV7U\ `

... d’exécuter ,QVWUXFWLRQV7U\ Si l’exception de classe &ODVVH([FHSWLRQ a été déclenchée lors de l’exécution de ,QVWUXFWLRQV7U\,

B

FDWFK &ODVVH([FHSWLRQH[ ^

,QVWUXFWLRQV&DWFK est exécuté.

B

,QVWUXFWLRQV&DWFK `

154

© Groupe Eyrolles, 2004

REGARD DU DÉVELOPPEUR Quel traitement programmer dans un bloc try ?

Comme le bloc qui suit WU\ peut contenir une ou plusieurs instruction(s), la question portant sur ce qu’il faut programmer dans un tel bloc se pose souvent. Pour y répondre, basez-vous sur le fait que les instructions d’un bloc WU\ doivent représenter un essai cohérent. Par exemple, la logique de l’application ci-dessous permet à l’utilisateur de calculer la factorielle d’un nombre saisi par ses soins, et ceci autant de fois qu’il le désire. S’il essaie de calculer la factorielle d’autre chose qu’un nombre entier, l’application doit l’avertir de son erreur, mais n’a pas de raison de s’arrêter pour autant. Ainsi, les instructions du bloc WU\ ci-dessous essaient de calculer la factorielle d’un nombre, et ce traitement est inclus dans une instruction GR ZKLOH répétant cet essai, qu’il ait réussi ou non.

La référence désignant l’exception (ici H[) peut être un quelconque identificateur dès lors qu’il diffère des variables locales et des paramètres de la méthode courante.

Par l’exemple : vérifier les erreurs de saisie L’application suivante reprend l’application de classe FRPHWHNVWHVW définie au début du chapitre pour éviter les erreurs au cas où l’utilisateur saisit un texte qui n’est pas un nombre entier.

&DOFXO)DFWRULHOOH

EXEMPLE com/eteks/test/CalculAvecTryCatch.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&DOFXO$YHF7U\&DWFK ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 6WULQJV QXOO GR WU\ ^ V -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ (QWUH]XQQRPEUH  LI V QXOO ^ ORQJQ /RQJSDUVH/RQJ V  ORQJIDFW1 &DOFXOIDFWRULHOOH Q  -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO Q IDFW1  ` ` FDWFK 1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQH[ ^

3

La conversion du texte saisi en nombre peut déclencher une exception de classe MDYD ODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQ.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO VQ HVWSDVXQHQWLHU  ` ZKLOH V QXOO  ` `

3

Affichage d’un message pour avertir l’utilisateur de son erreur de saisie.

© Groupe Eyrolles, 2004

155

8 – Gestion des erreurs avec les exceptions

Le bloc de l’instruction WU\ encadre les instructions ,QVWUXFWLRQV7U\ à essayer. Ce bloc est suivi d’un ou plusieurs blocs FDWFK, chacun spécifiant la classe d’exception &ODVVH([FHSWLRQ qu’il est capable d’intercepter. Quand une exception est déclenchée par une instruction du bloc WU\, la JVM recherche le bloc FDWFK de même classe que celle de l’exception. Si ce bloc FDWFK existe : 1 L’exception est interceptée par le bloc FDWFK. La référence H[ désigne l’exception. 2 Les instructions du bloc FDWFK sont exécutées. 3 Les instructions suivant l’instruction WU\FDWFK sont exécutées en oubliant celles qui suivent l’instruction qui a provoqué l’exception dans le bloc WU\.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Si une exception est déclenchée dans la méthode SDUVH/RQJ, l’application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO$YHF7U\&DWFK l’intercepte dans le bloc FDWFK 1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQH[ . L’exécution se poursuit ensuite sur l’instruction ZKLOH.

Déclencher une exception avec throw C++/C# Différences d’utilisation de throw En Java, l’instruction WKURZ doit être obligatoirement suivie d’une référence qui désigne une instance d’une classe d’exception. L’instruction WKURZ du C++ et de C# utilisée pour déclencher à nouveau une exception interceptée dans un bloc FDWFK est remplacée en Java par l’instruction WKURZ H[, H[ étant la référence de l’exception déclarée dans le FDWFK.

C’est l’instruction WKURZ suivie d’une instance d’une classe d’exception qui permet de déclencher une exception. Cette instruction utilisée dans une méthode ou dans un constructeur provoque l’arrêt de la méthode ou du constructeur courant sans retourner de valeur. La JVM remonte alors dans la pile d’exécution à la recherche de la première méthode munie d’un bloc FDWFK capable d’intercepter l’exception déclenchée. S’il n’existe aucune instruction WU\FDWFK à même de traiter cette classe d’exception, la JVM arrête la tâche courante et affiche dans la fenêtre de commandes le diagnostic de l’exception.

Par l’exemple : surveiller les cas limites L’erreur de débordement de pile qui peut survenir lors de l’exécution de l’application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO)DFWRULHOOH (comme avec l’application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO$YHF7U\&DWFK) est plutôt une erreur de logique car la méthode IDFWRULHOOH ne doit pas provoquer d’erreur dans la JVM. Les exceptions de classe MDYDODQJ6WDFN2YHUIORZ(UURU, comme toutes celles d’une classe dérivant de la classe MDYDODQJ(UURU, sont rarement interceptées. Elles sont déclenchées suite à une grave erreur dans le fonctionnement de la JVM. Par ailleurs, IDFWRULHOOH devrait refuser un nombre négatif en paramètre ou un nombre supérieur à 20, une donnée de type ORQJ ne pouvant stocker un nombre plus grand que /RQJ0$;B9$/8( (= 9223372036854775807). La solution la plus élégante consiste à déclencher une exception dans la méthode IDFWRULHOOH pour chacun des cas limites. La classe d’exception MDYDODQJ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ utilisée pour les paramètres incorrects d’une méthode convient pour les cas limites posés par la méthode IDFWRULHOOH, laquelle peut être modifiée ainsi : EXEMPLE com/eteks/test/CalculFactorielle.java (corrigé) SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH 'pILQLWLRQGHODFODVVH&DOFXO)DFWRULHOOHLQFKDQJpH FODVV&DOFXO ^ 

 5HQYRLHODIDFWRULHOOHGHQ  HJDOHjQ[ Q [ Q [[[

156

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Balise MDYDGRF signalant la classe d’exception que peut déclencher la méthode.

LI Q__Q! WKURZQHZ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ QLQYDOLGH 

3

Vérification des cas limites.

LI Q  UHWXUQ HOVH

3

Condition d’arrêt.

UHWXUQQ IDFWRULHOOH Q  ` `

3

Appel récursif à factorielle.

Bien qu’après changement, la méthode IDFWRULHOOH continue à déclencher une exception à l’exécution si n < 0 ou n > 20, l’exception est maintenant plus claire pour l’utilisateur de cette méthode et la compatibilité ascendante a été maintenue : ([FHSWLRQLQWKUHDGPDLQMDYDODQJ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQLQYDOLGH DWFRPHWHNVWHVW&DOFXOIDFWRULHOOH &DOFXO)DFWRULHOOHMDYD DWFRPHWHNVWHVW&DOFXO$YHF7U\&DWFKPDLQ &DOFXO$YHF7U\&DWFKMDYD

POUR ALLER PLUS LOIN assert Une assertion est une instruction qui teste la validité d’une condition, grâce à l’une des deux syntaxes suivantes : DVVHUWH[SU%RROHHQQH DVVHUWH[SU%RROHHQQHPHVVDJH

Si le résultat de l’expression H[SU%RROHHQQH est égal à IDOVH, cette instruction déclenche alors une exception de classe MDYDODQJ$VVHUWLRQ(UURU. À la différence d’une instruction LI FRQGLWLRQ WKURZ H[ une assertion n’est vérifiée que si l’option HQDEOHDVVHUWLRQV (ou HD) est utilisée au lancement de la commande MDYD. Les assertions sont utilisées généralement au moment de la mise au point d’un programme pour vérifier les conditions d’entrée et de sortie d’une méthode. Par exemple, l’instruction : LI Q__Q! WKURZQHZ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ QLQYDOLGH 

peut s’écrire ainsi avec l’assertion suivante : DVVHUWQ!  Q QLQYDOLGH B http://java.sun.com/j2se/1.4/docs/guide/lang/assert.html

© Groupe Eyrolles, 2004

157

8 – Gestion des erreurs avec les exceptions

 #H[FHSWLRQ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQVLQRXQ!   SXEOLFVWDWLFORQJIDFWRULHOOH ORQJQ ^

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

L’application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO$YHF7U\&DWFK7RXWH([FHSWLRQ traite enfin les exceptions MDYDODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQ et MDYDODQJ ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ. EXEMPLE com/eteks/test/CalculAvecTryCatchTouteException.java

B

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&DOFXO$YHF7U\&DWFK7RXWH([FHSWLRQ ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 6WULQJV QXOO GR WU\ ^ V -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ (QWUH]XQQRPEUH  LI V QXOO ^ ORQJQ /RQJSDUVH/RQJ V 

L’appel à IDFWRULHOOH peut déclencher une exception de classe MDYDODQJ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ.

B

ORQJIDFW1 &DOFXOIDFWRULHOOH Q 

Affichage d’un message pour avertir l’utilisateur de son erreur de saisie.

B

Affichage du message de l’exception.

B

La conversion du texte saisi en nombre peut déclencher une exception de classe MDYDODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQ.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO Q IDFW1  ` ` FDWFK 1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO VQ·HVWSDVXQHQWLHU  ` FDWFK ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOH[JHW0HVVDJH  ` ZKLOH V QXOO  ` `

JAVA Ordre des catch C++ Equivalent Java de catch (...) Comme MDYDODQJ7KURZDEOH est la superclasse de toutes les classes d’exception, l’équivalent du FDWFK  du C++ est, en Java : FDWFK 7KURZDEOH H[

Les blocs FDWFK qui traitent les cas particuliers doivent être cités avant ceux qui s’occupent des cas généraux : concrètement, si les classes d’exceptions de deux blocs FDWFK ont des relations d’héritage, le bloc FDWFK spécifiant la sous-classe doit être cité avant le bloc FDWFK spécifiant la super-classe. Si, dans l’exemple précédent, vous intervertissez l’ordre des deux blocs FDWFK, le compilateur affichera cette erreur : VUFFRPHWHNVWHVW&DOFXO$YHF7U\&DWFK7RXWH([FHSWLRQMDYDH[FHSWLRQ MDYDODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQKDVDOUHDG\EHHQFDXJKW FDWFK 1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQH[ Il est aussi possible de ne programmer qu’un seul FDWFK ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ H[ , car la classe MDYDODQJ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ est la super-classe de MDYDODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQ.

158

© Groupe Eyrolles, 2004

Une instruction WU\ FDWFK peut être suivie d’un bloc ILQDOO\ contenant les instructions qu’il faut toujours exécuter, après qu’une partie ou toutes les instructions du bloc WU\ ont été exécutées. Par exemple, un bloc WU\ qui traite des accès à un fichier (ouverture, écriture) est généralement suivi d’un bloc ILQDOO\ fermant le fichier. Le fichier sera ainsi finalement fermé, qu’une exception ait été déclenchée ou non dans le bloc WU\.

C++ Pas de finally en C++ La notion de bloc ILQDOO\ qui définit les instructions à exécuter quelle que soit l’issue d’un bloc WU\ n’existe pas en C++, mais a été reprise en C#.

Par l’exemple : finally, demander confirmation pour continuer Dans l’application suivante, quelles que soient les erreurs provoquées, ou pas, à chaque tentative de calcul, le bloc ILQDOO\ est exécuté pour demander à l’utilisateur confirmation pour continuer. EXEMPLE com/eteks/test/CalculAvecTryCatchFinally.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&DOFXO$YHF7U\&DWFK)LQDOO\ ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 6WULQJWLWUH &DOFXOGHIDFWRULHOOH LQWUHSRQVH 6WULQJV QXOO GR WU\ ^ V -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ QXOO (QWUH]XQQRPEUHWLWUH -2SWLRQ3DQH2.B&$1&(/B237,21  LI V QXOO ^

3

Titre des boîtes de dialogue.

ORQJQ /RQJSDUVH/RQJ V 

3

La conversion du texte saisi en nombre peut déclencher une exception de classe MDYD ODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQ.

ORQJIDFW1 &DOFXOIDFWRULHOOH Q  -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO Q IDFW1  ` ` FDWFK 1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQH[ ^

3

L’appel à factorielle peut déclencher une exception de classe MDYDODQJ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO VQ·HVWSDVXQHQWLHU WLWUH-2SWLRQ3DQH(5525B0(66$*(  ` FDWFK ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQH[ ^

3

Affichage d’un message d’erreur avec l’icône adéquate.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOH[JHW0HVVDJH  WLWUH-2SWLRQ3DQH(5525B0(66$*(  `

3

Affichage d’un message d’erreur avec l’icône adéquate.

© Groupe Eyrolles, 2004

159

8 – Gestion des erreurs avec les exceptions

Décrire un traitement final avec finally

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

ILQDOO\ ^

Demande de confirmation pour quitter. La méthode VKRZ&RQILUP'LDORJ prend en dernier paramètre une constante représentant les boutons qui doivent apparaître dans la boîte de dialogue (ici, <(6B12B237,21 pour 2XL et 1RQ) et renvoie une constante qui représente le choix de l’utilisateur (ici <(6B237,21 ou 12B237,21).

B

UHSRQVH -2SWLRQ3DQHVKRZ&RQILUP'LDORJ QXOO 9RXOH]YRXVTXLWWHU" WLWUH-2SWLRQ3DQH<(6B12B237,21  ` ZKLOH UHSRQVH -2SWLRQ3DQH12B237,21  6\VWHPH[LW   ` `

Catégories d’exceptions Java REGARD DU DÉVELOPPEUR Comment traiter une erreur de lien ?

Les exceptions dont la classe dérive de MDYDODQJ(UURU sont généralement déclenchées par la JVM suite à un problème rencontré à l’utilisation d’une classe ou sur la JVM elle-même. Parmi celles-ci, toutes les sous-classes de MDYDODQJ/LQNDJH(UURU, comme MDYDODQJ1R&ODVV'HI)RXQG(UURU ou MDYDODQJ1R6XFK0HWKRG(UURU, représentent les erreurs déclenchées quand le lien avec une classe est impossible (classe ou méthode inexistante, fichier FODVV corrompu...). Ces erreurs surviennent le plus souvent quand la JVM continue à utiliser un ancien fichier FODVV d’une classe qui a été modifiée entre temps. Si une telle erreur survient, vérifiez les trois points suivants et recompilez la classe si nécessaire : • Les dates du fichier FODVV et du fichier source MDYD. • L’unicité du fichier FODVV : peut-être avez-vous changé votre arborescence de développement et laissé d’anciens fichiers FODVV utilisés par inadvertance ? • Le dossier ou le fichier MDU de provenance du fichier FODVV en vérifiant l’ordre des dossiers et des fichiers MDU spécifiés dans l’option FODVVSDWK et/ou dans la variable d’environnement &/$663$7+.

160

Les

classes

MDYDODQJ(UURU,

MDYDODQJ([FHSWLRQ et MDYDODQJ sous-classes de MDYDODQJ7KURZDEOH, définissent des catégories d’exceptions différentes. 5XQWLPH([FHSWLRQ,

Throwable Error Exception RuntimeException

Exceptions non contrôlées Les sous-classes de MDYDODQJ(UURU et de MDYDODQJ5XQWLPH([FHSWLRQ ne sont pas contrôlées par le compilateur : si une exception de cette catégorie est déclenchée lors de l’exécution, soit vous l’avez prévue et traitée avec une instruction WU\ FDWFK, soit la JVM affiche le diagnostic correspondant et vous corrigez votre programme. Le compilateur ne vous oblige donc pas à traiter toutes les instructions de vos classes dans des instructions WU\ FDWFK en prévision de toutes les exceptions non contrôlées qui pourraient être déclenchées ; ce serait fastidieux et inutile dans la plupart des cas. Le tableau 8–1 présente les sous-classes de sont le plus fréquemment utilisées.

MDYDODQJ5XQWLPH([FHSWLRQ

qui

Exceptions contrôlées Les classes dérivées de MDYDODQJ([FHSWLRQ, différentes de MDYDODQJ 5XQWLPH([FHSWLRQ et ses sous-classes, sont des classes d’exceptions contrôlées (checked en anglais). Une méthode utilise le mot-clé WKURZV pour déclarer la liste des classes d’exceptions contrôlées qu’elle est susceptible de déclencher : © Groupe Eyrolles, 2004

8 – Gestion des erreurs avec les exceptions

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV&ODVVH$YHF0HWKRGH([FHSWLRQV&RQWUROHHV ^ SXEOLFYRLGWHVW WKURZV&ODVVH([FHSWLRQ&RQWUROHH ^ ,QVWUXFWLRQVVXVFHSWLEOHVGHGpFOHQFKHUOHVH[FHSWLRQV FRQWU{OpHVGHFODVVH&ODVVH([FHSWLRQ&RQWUROHH ` `

Le compilateur vérifie que les exceptions contrôlées susceptibles d’être déclenchées dans vos classes sont bien prises en compte, vous laissant le choix soit d’intercepter une exception contrôlée dans un bloc FDWFK, soit de laisser se propager une exception contrôlée dans la pile d’exécution en ajoutant la classe de l’exception à la clause WKURZV d’une méthode. Les classes d’exceptions contrôlées le plus fréquemment utilisées sont déclenchées par les méthodes d’entrée/sortie. Ces opérations provoquant quelquefois des erreurs, le compilateur vous contraint ainsi à tenir compte systématiquement de ces exceptions pour rendre vos classes plus robustes dès leur conception : • MDYDLR,2([FHSWLRQ et ses sous-classes pour les erreurs d’entrée/sortie sur les fichiers et le réseau. • MDYDVTO64/([FHSWLRQ et ses sous-classes pour les erreurs avec une base de données. • MDYD[VHUYOHW6HUYOHW([FHSWLRQ pour les erreurs avec les servlets.

C++/C# Exceptions contrôlées La notion d’exceptions contrôlées est propre à Java et n’existe ni en C++ ni en C#. La clause WKURZ W\SH([FHSWLRQ utilisée en C++ pour spécifier les types d’exception déclenchés par une fonction ou une méthode ressemble à la clause WKURZV de Java mais n’a pas le même rôle. En C++, la clause WKURZ spécifie la liste des seuls types d’exception qu’une fonction peut déclencher ; en Java, la clause WKURZV sert à spécifier les classes d’exceptions contrôlées que l’appelant à une méthode doit prendre en compte.

Tableau 8–1 Les sous-classes de MDYDODQJ5XQWLPH([FHSWLRQ le plus fréquemment utilisées

Sous-classe

Description

MDYDODQJ$ULWKPHWLF([FHSWLRQ

Division entière par zéro.

MDYDODQJ&ODVV&DVW([FHSWLRQ

Conversion d’une référence dans un type incompatible.

MDYDODQJ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ

Valeur refusée en paramètre d’une méthode.

MDYDODQJ1XPEHU)RUPDW([FHSWLRQ

Sous-classe de la précédente utilisée par les méthodes SDUVH des classes d’emballage numériques si une chaîne de caractères n’est pas convertible dans son type primitif correspondant.

MDYDODQJ,OOHJDO6WDWH([FHSWLRQ

État d’un objet n’autorisant pas l’appel d’une méthode.

MDYDODQJ,QGH[2XW2I%RXQGV([FHSWLRQ

Valeur d’indice en dehors des limites autorisées.

MDYDODQJ$UUD\,QGH[2XW2I%RXQGV([FHSWLRQ

Sous-classe utilisée pour les indices de tableaux.

MDYDODQJ6WULQJ,QGH[2XW2I%RXQGV([FHSWLRQ

Sous-classe utilisée pour les indices dans les chaînes de caractères.

MDYDODQJ1XOO3RLQWHU([FHSWLRQ

Appel d’une méthode ou utilisation d’un champ avec une référence QXOO.

MDYDODQJ6HFXULW\([FHSWLRQ

Violation de sécurité.

MDYDODQJ8QVXSSRUWHG2SHUDWLRQ([FHSWLRQ

Opération non supportée par une méthode.

© Groupe Eyrolles, 2004

161

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Manipuler une classe à l’exécution avec la réflexion La classe MDYDODQJ&ODVV et celles du paquetage MDYDODQJUHIOHFW sont des classes relatives à la réflexion : elles permettent d’utiliser dynamiquement une classe dont l’identificateur ou celui d’un de ses membres n’est déterminé qu’à l’exécution. Pour ne pas provoquer d’erreur dans la JVM, les méthodes des classes de réflexion contrôlent la validité des opérations demandées comme le ferait le compilateur MDYDF, et déclenchent pour les opérations invalides des exceptions contrôlées qu’il vous faut donc prendre en compte au moment de l’écriture de votre programme. À RETENIR Classe java.lang.Class Chaque classe ou interface Java chargée par la JVM est représentée en mémoire par une instance de MDYDODQJ&ODVV. La méthode d’instance JHW&ODVV définie dans la classe MDYDODQJ 2EMHFW peut être aussi appelée sur tout objet existant pour obtenir l’instance de MDYDODQJ &ODVV qui représente la classe de cet objet.

La réflexion est le plus souvent utilisée pour créer un objet à partir d’une chaîne de caractères qui décrit sa classe. Comme l’opérateur QHZ ne peut être suivi d’un objet de classe MDYDODQJ6WULQJ, il faut appeler à la place les deux méthodes suivantes de la classe MDYDODQJ&ODVV : 1 La méthode de classe IRU1DPH en lui passant en paramètre une chaîne de caractères qui contient l’identificateur de la classe recherchée avec son paquetage. IRU1DPH provoque le chargement par la JVM de la classe en paramètre si elle n’a pas encore été utilisée et renvoie l’instance de la classe MDYDODQJ&ODVV qui représente cette classe. 2 La méthode QHZ,QVWDQFH sur l’instance de la classe MDYDODQJ&ODVV renvoyée par IRU1DPH. Cette méthode crée puis renvoie un objet de la classe correspondante. Les deux méthodes IRU1DPH et QHZ,QVWDQFH s’utilisent conjointement ainsi :

6WULQJFKDLQH&ODVVH MDYDXWLO'DWH 1HVHFRPSLOHSDV QHZGRLWrWUHVXLYLGH O LGHQWLILFDWHXUG XQHFODVVHSDVG·XQH FKDvQHTXLFRQWLHQWFHWLGHQWLILFDWHXU 2EMHFWREM QHZFKDLQH&ODVVH 

6WULQJFKDLQH&ODVVH MDYDXWLO'DWH

Ÿ

&ODVVFODVVH2EMHW &ODVVIRU1DPH FKDLQH&ODVVH  2EMHFWREM FODVVH2EMHWQHZ,QVWDQFH 

Comme l’objet désigné par FKDLQH&ODVVH contient a priori n’importe quel texte, les méthodes IRU1DPH et QHZ,QVWDQFH doivent effectuer à l’exécution les mêmes vérifications que celles faites par MDYDF à la compilation d’une instruction QHZ. Pour ne pas provoquer d’erreur dans la JVM, ces deux méthodes vérifient : 1 si la classe donnée par FKDLQH&ODVVH existe ; 2 si elle est accessible (si elle est SXEOLF, ou friendly et de même paquetage que celui de la classe en cours) ; 3 si elle n’est pas une classe DEVWUDFW ou une interface ; 4 si elle a un constructeur accessible sans paramètre. Si une des erreurs précédentes est détectée, les méthodes IRU1DPH et QHZ,QVWDQFH déclenchent une exception d’une des classes suivantes pour vous laisser prendre les mesures appropriées à l’aide un bloc FDWFK :

162

© Groupe Eyrolles, 2004

MDYDODQJ&ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQ

8 – Gestion des erreurs avec les exceptions



: classe inexistante ou non trouvée

dans le FODVVSDWK ; • •

: classe inaccessible ; MDYDODQJ,QVWDQWLDWLRQ([FHSWLRQ : classe non instantiable (classe DEVWUDFW, interface ou classe sans constructeur accessible n’ayant aucun paramètre). MDYDODQJ,OOHJDO$FFHVV([FHSWLRQ

Comme ces trois classes sont des classes d’exceptions contrôlées, les méthodes IRU1DPH et QHZ,QVWDQFH de la classe MDYDODQJ&ODVV sont déclarées ainsi : SXEOLFVWDWLFMDYDODQJ&ODVVIRU1DPH MDYDODQJ6WULQJ FODVV1DPH  WKURZVMDYDODQJ&ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQ SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWQHZ,QVWDQFH WKURZVMDYDODQJ,QVWDQWLDWLRQ([FHSWLRQ MDYDODQJ,OOHJDO$FFHVV([FHSWLRQ

et tout programme Java qui utilise ces deux méthodes doit prendre en compte ces exceptions, même quand vous savez pertinemment qu’aucune de ces exceptions ne sera jamais déclenchée. Par l’exemple : créer un objet à partir d’une classe choisie à l’exécution L’application suivante crée un objet à partir d’une chaîne de caractères saisie par l’utilisateur grâce aux méthodes IRU1DPH et QHZ,QVWDQFH. L’objet créé est finalement affiché grâce à la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ. EXEMPLE com/eteks/test/CreerObjetClasse.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&UHHU2EMHW&ODVVH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Figure 8–2 Application FRPHWHNVWHVW&UHHU2EMHW&ODVVH

6WULQJFODVVH -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ &ODVVH  WU\ ^

3

Saisie de la classe.

2EMHFWREMHW &ODVVIRU1DPH FODVVH QHZ,QVWDQFH 

3

Création d’un objet à partir de la classe saisie.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOREMHW  `

3

Affichage de l’objet créé.

FDWFK &ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO /DFODVVHFODVVHQ H[LVWHSDV  `

3

Exception contrôlée déclenchée si la classe n’existe pas ou si elle est introuvable.

FDWFK ,OOHJDO$FFHVV([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO /DFODVVHFODVVHQ HVWSDVDFFHVVLEOH  `

3

Exception contrôlée déclenchée si la classe n’est pas SXEOLF ou si elle est friendly mais d’un paquetage différent de FRPHWHNVWHVW.

© Groupe Eyrolles, 2004

163

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Exception contrôlée déclenchée si la classe est abstraite ou si elle n’a pas de constructeur accessible.

B

API JAVA showMessageDialog La méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ appelle la méthode WR6WULQJ sur l’objet qui lui est passé en paramètre pour l’afficher, sauf si cet objet est une instance d’une classe de composant Swing, comme MDYD[VZLQJ-%XWWRQ ; dans ce cas, cette méthode affiche directement le composant en question.

FDWFK ,QVWDQWLDWLRQ([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO /DFODVVHFODVVHHVWDEVWUDFWRXQ DSDV GHFRQVWUXFWHXUDFFHVVLEOHVDQVSDUDP?XHWUH  ` 6\VWHPH[LW   ` `

ATTENTION Une exception contrôlée doit être prise en compte Si vous ne traitez pas une exception contrôlée en oubliant par exemple ici l’un des blocs FDWFK, le compilateur affiche un message vous rappelant que la classe d’une exception contrôlée doit être interceptée (caught en anglais) ou déclarée avec WKURZV dans la liste des exceptions de la méthode appelante comme étant susceptible d’être déclenchée (thrown) : VUFFRPHWHNVWHVW&UHHU2EMHW&ODVVHMDYDXQUHSRUWHGH[FHSWLRQ MDYDODQJ&ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQPXVWEHFDXJKWRUGHFODUHGWREH WKURZQ 2EMHFWREMHW &ODVVIRU1DPH FODVVH QHZ,QVWDQFH 

La classe MDYDODQJ&ODVV contient de nombreuses autres méthodes qui permettent d’interroger les différentes caractéristiques d’une classe ou d’une interface comme le résume le tableau suivant.

API JAVA Autres méthodes de la classe java.lang.Class relatives à la réflexion Description

Méthode

Interrogation de l’identificateur de cette classe avec SXEOLF6WULQJJHW1DPH son paquetage, de sa super-classe et des interfaces SXEOLF&ODVVJHW6XSHUFODVV qu’elle implémente SXEOLF&ODVV>@JHW,QWHUIDFHV Interrogation des constructeurs, des champs et des méthodes disponibles et accessibles dans cette classe

SXEOLFMDYDODQJUHIOHFW&RQVWUXFWRU>@JHW&RQVWUXFWRUV SXEOLFMDYDODQJUHIOHFW)LHOG>@JHW)LHOGV SXEOLFMDYDODQJUHIOHFW0HWKRG>@JHW0HWKRGV

Interrogation d’un constructeur particulier de cette classe

SXEOLFMDYDODQJUHIOHFW&RQVWUXFWRUJHW&RQVWUXFWRU  MDYDODQJ&ODVV>@ SDUDPHWHU7\SHV  WKURZVMDYDODQJ1R6XFK0HWKRG([FHSWLRQ

Interrogation d’un champ particulier de cette classe

SXEOLFMDYDODQJUHIOHFW)LHOGJHW)LHOG MDYDODQJ6WULQJ ILHOG1DPH WKURZVMDYDODQJ1R6XFK)LHOG([FHSWLRQ

Interrogation d’une méthode particulière de cette classe

SXEOLFMDYDODQJUHIOHFW0HWKRGJHW0HWKRG  MDYDODQJ6WULQJ PHWKRG1DPHMDYDODQJ&ODVV >@ SDUDPHWHU7\SHV WKURZVMDYDODQJ1R6XFK0HWKRG([FHSWLRQ

Les classes MDYDODQJUHIOHFW&RQVWUXFWRU, MDYDODQJUHIOHFW)LHOG et MDYDODQJUHIOHFW0HWKRG contiennent toutes les méthodes nécessaires à la création d’un objet, la manipulation d’un champ et l’appel d’une méthode.

164

© Groupe Eyrolles, 2004

8 – Gestion des erreurs avec les exceptions

Par l’exemple : trouver les constructeurs et les méthodes d’une classe L’application suivante affiche les constructeurs et les méthodes accessibles d’une classe saisie par l’utilisateur. EXEMPLE com/eteks/test/AfficherConstructeursMethodesClasse.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV$IILFKHU&RQVWUXFWHXUV0HWKRGHV&ODVVH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 6WULQJFODVVH -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ &ODVVH  WU\ ^

3

Saisie du nom de la classe.

&ODVVREMHW&ODVVH &ODVVIRU1DPH FODVVH 

3

Obtention de l’objet représentant la classe saisie.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO REMHW&ODVVHJHW&RQVWUXFWRUV  &RQVWUXFWHXUVGHFODVVH-2SWLRQ3DQH3/$,1B0(66$*( 

3

Affichage des constructeurs SXEOLF de la classe.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOREMHW&ODVVHJHW0HWKRGV  0?XHWKRGHVGHFODVVH-2SWLRQ3DQH3/$,1B0(66$*(  `

3

Affichage des méthodes SXEOLF de la classe.

FDWFK &ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO /DFODVVHFODVVHQ H[LVWHSDV  ` 6\VWHPH[LW   ` `

3

Exception contrôlée déclenchée si la classe n’existe pas ou si elle est introuvable.

ASTUCE Utilisation du mot-clé class

ATTENTION Ne laissez pas de bloc catch vide

Le mot-clé FODVV peut être aussi utilisé en Java à la suite d’une classe ou d’un type primitif pour obtenir l’objet de classe MDYDODQJ&ODVV qui représente une classe ou un type primitif. Ainsi, l’expression :

Si vous ne savez pas comment traiter une exception ou si vous voulez programmer son traitement plus tard, appelez au moins la méthode SULQW6WDFN7UDFH sur l’exception interceptée, par exemple avec : H[SULQW6WDFN7UDFH . Comme cette méthode affiche dans la fenêtre de commandes le diagnostic de l’exception, vous aurez au moins une trace à l’écran signalant l’exception en cas de comportement erratique de votre programme.

FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFHFODVV

est équivalente à : &ODVVIRU1DPH FRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH

Comme l’existence de la classe citée avant FODVV peut être vérifiée dès la compilation, cette syntaxe est pratique pour obtenir une instance de MDYDODQJ&ODVV sans être obligé de programmer une instruction WU\FDWFK.

C# Classe.class = typeof(Classe) La classe C# 6\VWHP7\SH est équivalente à la classe Java MDYDODQJ&ODVV et l’opérateur W\SHRI a le même effet que FODVV. © Groupe Eyrolles, 2004

165

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Créer une classe d’exception JAVA Classe d’exception Presque toutes les classes d’exceptions de la bibliothèque standard sont définies de la façon suivante : FODVV&ODVVH([FHSWLRQ H[WHQGV6XSHU&ODVVH([FHSWLRQ ^ SXEOLF&ODVVH([FHSWLRQ  ^ ` SXEOLF&ODVVH([FHSWLRQ 6WULQJPHVV ^ VXSHU PHVV  ` `

Ces classes qui ne définissent aucune méthode supplémentaire caractérisent en fait les différentes catégories d’exceptions. Vos propres classes d’exception peuvent reprendre ce schéma simple ou avoir leurs propres méthodes si besoin est.

Si aucune classe d’exception de la bibliothèque standard ne correspond aux exceptions que vous voulez déclencher dans une méthode, vous pouvez créer une nouvelle classe d’exception. Celle-ci doit dériver : • soit de la classe MDYDODQJ([FHSWLRQ pour créer une classe d’exception contrôlée ; • soit de la classe MDYDODQJ5XQWLPH([FHSWLRQ pour créer un classe d’exception non contrôlée ; • soit d’une des sous-classes de MDYDODQJ([FHSWLRQ ou MDYDODQJ 5XQWLPH([FHSWLRQ. REGARD DU DÉVELOPPEUR Que choisir ? Le choix entre déclencher une exception contrôlée ou non est fonction des circonstances d’utilisation de la méthode déclenchant l’exception. Ce choix n’obéit pas à une règle absolue mais tient compte généralement des critères suivants : • Une exception contrôlée est déclenchée par une méthode dont le bon fonctionnement dépend d’une saisie correcte de l’utilisateur, ou qui a une potentialité de dysfonctionnement indépendante de la JVM, comme pour les entrées/sorties. • Une exception non contrôlée est déclenchée par une méthode en réponse à la programmation d’un appel dans une situation incorrecte (mauvais paramètre, état incohérent…).

En résumé… L’intégration complète des exceptions à Java est un progrès qui assure une meilleure qualité à vos programmes. Vous aurez à les utiliser dans deux circonstances : • pour détecter les erreurs pendant la phase de mise au point de votre programme Java. La JVM affiche la trace de la pile d’excécution, qu’il faut apprendre à décoder pour trouver où se situe l’erreur ; • pour prévoir les traitements d’erreur d’un programme en utilisant l’instruction WU\ FDWFK. Le compilateur vous contraint même à prendre en compte les exceptions contrôlées qui sont citées par la clause WKURZV de la déclaration d’une méthode. Les exemples des prochains chapitres vous montreront en particulier les différentes façons de traiter les exceptions contrôlées susceptibles d’être déclenchées par les méthodes d’accès aux fichiers et aux bases de données.

166

© Groupe Eyrolles, 2004

Lecture et écriture de fichiers

9 SOMMAIRE

de

nombre type short

Instance de

DataInputStream

Instance de

BufferedInputStream

Instance de

FileInputStream

B Accès au système de fichiers B Flux de données B Filtrer un flux de données B Compter les lignes de code

readShort

read

B Fichiers de configuration

read 0 1 … 2047

01100 10010 01...

Basée sur un modèle d’accès aux données sous forme de flux, l’architecture des classes du paquetage MDYDLR permet de lire et d’écrire de façon similaire dans un fichier ou dans d’autres sources de données. L’application développée dans ce chapitre vous montre comment organiser une application capable de compter le nombre de lignes hors commentaires d’un ensemble de fichiers Java.

© Groupe Eyrolles, 2004

MOTS-CLÉS

B java.io B File B InputStream B OutputStream B Reader B Writer B IOException B FilterReader B BufferedReader

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Explorer le système de fichiers (java.io.File) ATTENTION Sécurité des applets Les méthodes de la classe MDYDLR)LOH sont susceptibles de déclencher une exception de classe MDYDODQJ6HFXULW\([FHSWLRQ si, comme dans le contexte d’une applet, le gestionnaire de sécurité actif restreint l’accès au système de fichiers.

B.A.-BA Chemin absolu/chemin canonique Le chemin canonique renvoyé par la méthode JHW&DQRQLFDO3DWK est un chemin absolu dans lequel les dossiers  et  ont été supprimés. Par exemple, l’expression suivante renverra la chaîne &?7HVW?EXLOGEDW : QHZ )LOH &?7HVW?ELQ??EXLOGEDW JHW&DQRQLFDO3DWK

L’accès à l’organisation du système de fichiers local s’effectue grâce à la classe MDYDLR)LOH. Une instance de cette classe représente le chemin d’accès à un dossier ou un fichier particulier et permet d’effectuer des opérations sur celui-ci (autorisation d’accès en lecture/écriture, liste des fichiers d’un dossier...). La description des chemins d’accès (séparateurs, description des disques...) utilisée par le constructeur et les méthodes de cette classe utilisent les conventions du système sur lequel est exécutée la JVM. La classe MDYDLR)LOH contient les constantes VHSDUDWRU représentant le séparateur de noms (égal à ? sous Windows et  sous Unix), et SDWK6HSDUDWRU représentant le séparateur de chemins (égal à  sous Windows et  sous Unix). Les méthodes OLVW)LOHV de cette classe permettent d’obtenir le contenu d’un dossier. Parmi celles-ci, la méthode MDYDLR)LOH>@ OLVW)LOHV MDYDLR )LOH)LOWHU ILOWHU permet de filtrer la liste des fichiers renvoyés. Elle prend en paramètre l’instance d’une classe qui implémente l’interface MDYDLR)LOH)LOWHU. L’unique méthode de cette interface ERROHDQ DFFHSW MDYDLR)LOH SDWKQDPH doit être implémentée dans cette classe pour accepter ou refuser dans la liste renvoyée par OLVW)LOHV le fichier reçu en paramètre.

API JAVA Méthodes les plus utiles de la classe java.io.File Description

Méthode

Distinction entre dossier et fichier

SXEOLFERROHDQLV'LUHFWRU\ SXEOLFERROHDQLV)LOH

Autorisations sur un fichier ou un dossier

SXEOLFERROHDQFDQ5HDG SXEOLFERROHDQFDQ:ULWH SXEOLFERROHDQLV+LGGHQ SXEOLFERROHDQH[LVWV

Création, renommage et suppression d’un fichier ou SXEOLFERROHDQPNGLU d’un dossier SXEOLFERROHDQFUHDWH1HZ)LOH SXEOLFERROHDQUHQDPH7R MDYDLR)LOH GHVW SXEOLFERROHDQGHOHWH

Recherche du nom du fichier ou du dossier, de son chemin d’accès absolu et du chemin d’accès de son dossier parent

SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW1DPH SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW$EVROXWH3DWK SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW&DQRQLFDO3DWK SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW3DUHQW

Recherche des dossiers à la racine du système et du SXEOLFVWDWLFMDYDLR)LOH>@OLVW5RRWV contenu d’un dossier SXEOLFMDYDLR)LOH>@OLVW)LOHV SXEOLFMDYDLR)LOH>@OLVW)LOHV MDYDLR)LOH)LOWHU ILOWHU

La classe MDYDLR)LOH redéfinit aussi les méthodes HTXDOV, KDVK&RGH et implémente l’interface MDYDODQJ&RPSDUDEOH.

168

© Groupe Eyrolles, 2004

La

méthode

de

classe

de la classe suivante recherche dans un dossier et ses sous-dossiers les fichiers qui portent une certaine extension. FKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU

JAVA Chemins relatifs

FRPHWHNVRXWLOV2XWLOV)LFKLHU

Si le dossier ou le fichier passé en paramètre au constructeur de la classe MDYDLR)LOH est un chemin relatif, la recherche est effectuée relativement au dossier courant mémorisé par la propriété système XVHUGLU.

EXEMPLE com/eteks/outils/OutilsFichier.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV LPSRUWMDYDXWLO7UHH6HW LPSRUWMDYDLR  SXEOLFFODVV2XWLOV)LFKLHU ^ 

 5HQYRLHHQSDUDPHWUHODOLVWHGHVILFKLHUVGXGRVVLHU  HWGHVHVVRXVGRVVLHUV   SXEOLFVWDWLF)LOH>@FKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU 6WULQJGRVVLHU 6WULQJH[WHQVLRQ ^ )LOHFKHPLQ QHZ)LOH GRVVLHU 

3

Création d’une instance de MDYDLR)LOH correspondant au dossier en paramètre.

LI FKHPLQH[LVWV __FKHPLQLV'LUHFWRU\ WKURZQHZ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQ GRVVLHULQFRQQX 

3

Si le dossier n’existe pas ou si c’est un fichier, déclenchement d’une exception.

7UHH6HWILFKLHUV7ULHV QHZ7UHH6HW  FKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU ILFKLHUV7ULHVFKHPLQH[WHQVLRQ 

3

Recherche récursive des fichiers à partir du dossier.

)LOH>@ILFKLHUV QHZ)LOH>ILFKLHUV7ULHVVL]H @ ILFKLHUV7ULHVWR$UUD\ ILFKLHUV  UHWXUQILFKLHUV `

3

Recopie des fichiers trouvés dans un tableau de même dimension.

SULYDWHVWDWLFYRLGFKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU 7UHH6HWILFKLHUV )LOHFKHPLQ'RVVLHU 6WULQJH[WHQVLRQ

3

Méthode SULYDWH surchargeant la méthode précédente.

^ )LOH>@FKHPLQV FKHPLQ'RVVLHUOLVW)LOHV  IRU LQWL LFKHPLQVOHQJWKL

3

Rec.herche des sous-dossiers et des fichiers de FKHPLQ'RVVLHU.

LI FKHPLQV>[email protected]LV'LUHFWRU\

3

Si le chemin est un dossier...

FKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU ILFKLHUVFKHPLQV>[email protected]H[WHQVLRQ 

3

...recherche récursive des fichiers à partir de ce sous-dossier

HOVHLI FKHPLQV>[email protected]JHW1DPH HQGV:LWK H[WHQVLRQ ILFKLHUVDGG FKHPLQV>[email protected]  ` `

3

...sinon ajout du fichier d’extension voulue à l’ensemble.

© Groupe Eyrolles, 2004

169

9 – Lecture et écriture de fichiers

Par l’exemple : rechercher les fichiers dans un dossier et ses sous-dossiers

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

La méthode SULYDWH FKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU est un bon exemple d’utilisation de la récursivité et permet d’obtenir un programme plus simple. Il n’y a aucun danger de débordement de pile car le nombre d’appels récursifs à cette méthode est limité au nombre de niveaux de sous-dossiers. POUR ALLER PLUS LOIN Expressions régulières Le paquetage MDYDXWLOUHJH[ et un ensemble de méthodes ajoutées à la classe MDYDODQJ6WULQJ dans Java 1.4, comme ERROHDQ PDWFKHV (MDYDODQJ6WULQJ UHJH[), permettent d’effectuer des recherches dans des chaînes grâce à des expressions régulières. Une expression régulière est une chaîne qui décrit un modèle (pattern) ou une famille de textes à l’aide de caractères spéciaux tels que , " ou  pour les plus utilisés. Une expression régulière pourrait par exemple être utilisée dans la méthode DFFHSW pour rechercher les fichiers qui respectent une certaine syntaxe. B http://www.loribel.com/info/memento/regex.html

L’application suivante demande à l’utilisateur de saisir un dossier de recherche et une extension, et affiche la liste des fichiers correspondants renvoyés par la méthode FKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU de la classe précédente. SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV2XWLOV)LFKLHU LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH LPSRUWMDYDLR)LOH FODVV5HFKHUFKH)LFKLHUV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Saisie du dossier et de l’extension des fichiers recherchés.

B

6WULQJGRVVLHU -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ 'RVVLHUGHUHFKHUFKH  6WULQJH[WHQVLRQ -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ ([WHQVLRQ  )LOH>@ILFKLHUV 2XWLOV)LFKLHUFKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU  GRVVLHUH[WHQVLRQ 

Affiche la liste des fichiers trouvés.

B

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOILFKLHUV  6\VWHPH[LW   ` `

Lire et écrire des données sous forme de flux En observant la hiérarchie des classes du paquetage MDYDLR, vous serez sans doute étonné par le grand nombre de classes dévolues à la gestion des entrées-sorties. Leur organisation relève pourtant d’une logique assez simple. Une fois que vous aurez cerné les différentes façons d’accéder à une source de données, vous verrez que toutes les classes qui dérivent des classes MDYDLR,QSXW6WUHDP, MDYDLR2XWSXW6WUHDP, MDYDLR5HDGHU et MDYDLR:ULWHU s’utilisent de manière intuitive. 170

© Groupe Eyrolles, 2004

RandomAccesFile

OutputStream

FileInputStream

FileOutputStream

ByteArrayInputStream

ByteArrayOutputStream

PipedInputStream

PipedOutputStream

Reader

9 – Lecture et écriture de fichiers

InputStream

Writer

FileReader

FileWriter

CharArrayReader

CharArrayWriter

PipedReader

PipedWriter

StringReader

StringWriter

Figure 9–1 Hiérarchie des classes de sources de données du paquetage MDYDLR

Mode d’accès aux données Comme la plupart des langages informatiques, Java permet d’accéder aux données d’un fichier ou d’une autre source, soit sous la forme d’un flux continu d’informations (stream en anglais), soit dans un ordre quelconque.

Mode d’accès par flux de données Le mode d’accès par flux de données permet de lire ou d’écrire de façon similaire des données en provenance ou à destination de différentes sources de données comme : • un fichier (classes préfixées par )LOH) ; • un tableau d’octets (classes préfixées par %\WH$UUD\) ; • un tableau de caractères (classes préfixées par &KDU$UUD\) ; • une chaîne de caractères (classes préfixées par 6WULQJ) ; • un pipeline (classes préfixées par 3LSHG) ; • l’entrée et les sorties standards (champs VWDWLF RXW, HUU et LQ de la classe MDYDODQJ6\VWHP) ; • les sources de données accessibles via un serveur Internet (classes du paquetage MDYDQHW).

© Groupe Eyrolles, 2004

B.A.-BA Flux de données Le mode d’accès par flux de données permet de lire ou d’écrire des données du début à la fin d’un fichier, sans possibilité de revenir en arrière. Comme pour l’accès à des informations diffusées en direct à la radio ou à la télévision, vous devez traiter au fur et à mesure les informations délivrées sous forme de flux de données.

B.A.-BA Pipeline Les classes préfixées par 3LSHG sont utilisées pour communiquer des informations entre deux tâches ou threads à travers un pipeline, toute donnée écrite d’un côté du pipeline par un thread étant alors automatiquement reçue à l’autre bout par un second thread en cours de lecture.

171

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

B.A.-BA Encodage des caractères Comme les systèmes n’utilisent pas tous les mêmes codes pour représenter chaque lettre accentuée, Java tient compte de l’encodage utilisé sur le système en cours pour interpréter correctement en Unicode chaque caractère d’une source de données texte.

REGARD DU DÉVELOPPEUR Pourquoi une telle architecture ?

L’organisation des classes d’accès aux flux de données retenue en Java permet de programmer les traitements d’accès à un flux de données sans avoir à tenir compte de sa provenance ou de sa destination. Les méthodes des super-classes MDYDLR,QSXW6WUHDP et MDYDLR5HDGHU suffisent pour lire les données d’un flux, tandis que les méthodes des MDYDLR2XWSXW6WUHDP et classes MDYDLR:ULWHU suffisent pour écrire dans un flux de données.

Afin d’interpréter correctement l’encodage des données de type caractère si nécessaire, Java distingue quatre grandes familles de classes : • Les classes qui se terminent par 5HDGHU ou :ULWHU sont des sous-classes de MDYDLR5HDGHU et MDYDLR:ULWHU utilisées pour lire ou écrire des chaînes de caractères. • Les classes qui se terminent par ,QSXW6WUHDP ou 2XWSXW6UHDP sont des sous-classes de MDYDLR,QSXW6WUHDP et MDYDLR2XWSXW6WUHDP utilisées pour lire ou écrire des informations binaires.

Mode d’accès aléatoire Le mode d’accès aléatoire (random access) permet d’accéder aux données dans n’importe quel ordre. Vous pouvez à tout moment aller en avant ou en arrière pour lire ou écrire une partie des données. Ce mode d’accès est comparable à celui utilisé pour la mémoire vive (Random Access Memory elle aussi). Il est moins utilisé en Java car certaines sources de données, comme les pipelines ou les sources de données accessibles via un serveur Internet, ne peuvent supporter ce mode d’accès. La classe MDYDLR5DQGRP$FFHVV)LOH permet de lire et d’écrire dans un fichier dans ce mode d’accès.

Lecture avec les flux de données L’accès en lecture à un flux de données s’effectue grâce aux sous-classes de MDYDLR,QSXW6WUHDP et MDYDLR5HDGHU. Les méthodes de ces deux classes abstraites spécifient les traitements qu’il est possible d’effectuer sur un flux de données en lecture.

API JAVA Principales méthodes des classes java.io.InputStream et java.io.Reader Description

Classe MDYDLR,QSXW6WUHDP

Lecture d’une donnée (renvoie l’octet ou le caractère lu, ou - SXEOLFLQWUHDG si la fin du flux est atteinte)

Classe MDYDLR5HDGHU SXEOLFLQWUHDG

Lecture dans le tableau en paramètre de EXIIHUOHQJWK don- SXEOLFLQWUHDG E\WH>@ EXIIHU SXEOLFLQWUHDG FKDU>@ EXIIHU nées maximum (renvoie le nombre d’octets ou de caractères lus, ou  si la fin du flux est atteinte) Lecture dans le tableau en paramètre de OHQJWK données maximum, en remplissant le tableau à partir de l’indice RIIVHW (renvoie le nombre d’octets ou de caractères lus, ou  si la fin du flux est atteinte)

SXEOLFLQWUHDG E\WH>@ EXIIHU LQW RIIVHW LQW OHQJWK

Données disponibles

SXEOLFLQWDYDLODEOH

SXEOLFERROHDQUHDG\

Fermeture du flux de données

SXEOLFYRLGFORVH

SXEOLFYRLGFORVH

172

SXEOLFLQWUHDG FKDU>@ EXIIHU LQW RIIVHW LQW OHQJWK

© Groupe Eyrolles, 2004

9 – Lecture et écriture de fichiers

Ces méthodes sont implémentées dans les sous-classes de MDYDLR,QSXW6WUHDP et MDYDLR5HDGHU pour effectuer le traitement adéquat en fonction de la source du flux de données ; par exemple, la méthode UHDG de la classe MDYDLR)LOH5HDGHU est implémentée pour lire des caractères en provenance d’un fichier. Pour accéder à une source de données et lire les informations qu’elle contient, il faut donc : 1 Choisir la classe qui correspond à la source de données et au type de données qu’elle contient (binaires ou caractères), par exemple, la classe MDYDLR)LOH5HDGHU pour lire les caractères d’un fichier. 2 Créer une instance de cette classe pour initialiser l’accès à la source de données, en passant en paramètre à son constructeur une valeur qui correspond au type de source de données, comme le chemin d’un fichier pour la classe MDYDLR)LOH5HDGHU. 3 Appeler l’une des méthodes UHDG sur cette instance pour lire ses données. 4 Appeler la méthode FORVH sur cette instance une fois la lecture terminée.

API JAVA Constructeurs des classes de lecture de flux de données Source de données

Classe

Paramètre du constructeur

Fichier texte

MDYDLR)LOH5HDGHU

Fichier binaire

MDYDLR)LOH,QSXW6WUHDP

Une instance de MDYDODQJ6WULQJ ou de MDYDLR)LOH correspondant au chemin du fichier à lire

Tableau d’octets

MDYDLR%\WH$UUD\,QSXW6WUHDP

Tableau d’octets de type E\WH >@

Tableau de caractères

MDYDLR&KDU$UUD\5HDGHU

Tableau d’octets de type FKDU >@

Chaîne de caractères

MDYDLR6WULQJ5HDGHU

Une instance de MDYDODQJ6WULQJ

Pipeline texte

MDYDLR3LSHG5HDGHU

Aucun paramètre ou l’émetteur du pipeline texte, instance de

Pipeline binaire

MDYDLR3LSHG,QSXW6WUHDP

MDYDLR3LSHG:ULWHU

Aucun paramètre ou l’émetteur du pipeline binaire, instance de MDYDLR3LSHG2XWSXW6WUHDP

L’accès à des donées sur un serveur Web s’effectue quant à lui, grâce à la méthode MDYDLR,QSXW6WUHDP RSHQ6WUHDP de la classe MDYDQHW85/, sujet abordé au chapire 12 « Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans ».

Contrôler les erreurs sur un flux de données avec les exceptions Chaque instruction d’accès à un flux de données (ouverture, lecture ou écriture, et fermeture) est susceptible d’échouer pour des raisons diverses comme l’interdiction d’accéder à un fichier ou une erreur de disque plein, et les constructeurs et les méthodes des classes décrites ici sont presque tous susceptibles de déclencher une exception dont la super-classe est MDYDLR,2([FHSWLRQ. © Groupe Eyrolles, 2004

173

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Comme cette classe est celle d’une exception contrôlée, vous devez donc programmer la ou les instruction(s) d’accès au flux de données dans un bloc WU\ suivi du bloc FDWFK capable de traiter cette classe d’exception, ce qui vous amènera généralement à un programme qui respecte le modèle suivant : &ODVVH5HDGHU2X,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH QXOO WU\ ^

Instruction d’ouverture du flux de données.

B

IOX[/HFWXUH QHZ6RXV&ODVVH5HDGHU2X,QSXW6WUHDP SDUDPV  ,QVWUXFWLRQVGHOHFWXUHGHVLQIRUPDWLRQVGXIOX[GHGRQQpHV `

Exception déclenchée en cas d’erreur d’accès au flux de données à l’ouverture ou pendant la lecture.

B

FDWFK MDYDLR,2([FHSWLRQH[ ^ ,QVWUXFWLRQVJpUDQWOHVHUUHXUVG·DFFqVDXIOX[GHGRQQpHV `

Finalement...

B

ILQDOO\ ^ WU\ ^

Si le flux de données a été ouvert...

B

LI IOX[/HFWXUH QXOO 

...fermeture du flux de données.

B

IOX[/HFWXUHFORVH  ` FDWFK MDYDLR,2([FHSWLRQH[ ^ ,QVWUXFWLRQVJpUDQWO·HUUHXUGHIHUPHWXUHGXIOX[GHGRQQpHV ` `

REGARD DU DÉVELOPPEUR Exceptions contrôlées et try catch Ne voyez pas ce style de programmation comme une contrainte mais plutôt comme une garantie de plus grande robustesse de vos classes. Les langages comme le C++ ou C# n’ont pas la notion d’exception contrôlée et vous laissent le choix de programmer l’instruction WU\ FDWFK, si vous en avez envie. Tout programmeur C++ ou C# qui choisit de faire l’économie du traitement des exceptions peut donc ignorer les erreurs susceptibles de survenir dans son programme, et créer une application qui fonctionnera correctement... jusqu’au jour où par exemple, le disque dur sera plein ! D’autre part, n’oubliez pas que l’instruction WU\ FDWFK a été conçue initialement pour séparer clairement les instructions d’un traitement de celles capables de traiter ses erreurs, pour éviter de programmer à la suite de chaque instruction un contrôle vérifiant si elle s’est bien déroulée. En comparant le traitement des erreurs d’un programme écrit en Java avec celui d’un programme écrit en C, langage qui ne reconnaît pas les exceptions, vous verrez que l’instruction WU\ FDWFK offre un gain de clarté incontestable.

Remarquez que la variable IOX[/HFWXUH doit être déclarée  en dehors du bloc WU\ pour pouvoir être utilisée dans le bloc ILQDOO\ . Le fait de l’initialiser à QXOO permet de détecter si le flux de données a bien été ouvert, 174

© Groupe Eyrolles, 2004

Ce modèle s’applique à toutes les sources de données auxquelles vous accédez sous forme de flux, même celles en mémoire qui ne sont pas censées provoquer d’exceptions. Le bloc ILQDOO\ permet d’assurer que le flux de données sera bien fermé une fois ouvert, qu’une exception ait été déclenchée ou non.

ATTENTION Fermeture des fichiers Même si les flux de données non clos sont bien fermés quand l’objet qui les représente est récupéré par le ramasse-miettes, prenez l’habitude de fermer un flux de données quand vous n’en avez plus besoin.

Par l’exemple : compter le nombre d’occurrences d’un caractère dans un fichier L’application suivante recherche dans un fichier texte saisi par l’utilisateur le nombre d’occurrences d’un caractère (le nombre de fois qu’il apparaît dans ce fichier). EXEMPLE com/eteks/outils/CalculOccurrencesCaractere.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH LPSRUWMDYDLR  FODVV&DOFXO2FFXUUHQFHV&DUDFWHUH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 5HDGHUIOX[)LFKLHU QXOO WU\ ^ 6WULQJFKHPLQ)LFKLHU -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ )LFKLHU  FKDUFDUDFWHUH -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ &DUDFW?XHUH FKDU$W  

3

Saisie du fichier et du caractère recherché.

IOX[)LFKLHU QHZ)LOH5HDGHU FKHPLQ)LFKLHU  LQWRFFXUUHQFHV  LQWF GR ^

3

Ouverture du fichier saisi.

F IOX[)LFKLHUUHDG  LI F FDUDFWHUH  RFFXUUHQFHV `

3

Lire un caractère...

ZKLOH F  

3

...tant que la fin du fichier n’est pas atteinte.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO  FDUDFWHUH WURXY?XH RFFXUUHQFHVIRLVGDQVFKHPLQ)LFKLHU  ` FDWFK ,2([FHSWLRQH[  ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOH[  ` ILQDOO\ ^

3

Affichage du résultat de la recherche.

© Groupe Eyrolles, 2004

175

9 – Lecture et écriture de fichiers

IOX[/HFWXUH n’étant pas modifiée si l’instruction d’ouverture du flux de données échoue .

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

WU\ ^

Fermeture du fichier s’il a été ouvert.

B

LI IOX[)LFKLHU QXOO IOX[)LFKLHUFORVH  ` FDWFK MDYDLR,2([FHSWLRQH[ ^ H[SULQW6WDFN7UDFH  ` ` 6\VWHPH[LW   ` `

Figure 9–2 Application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO2FFXUUHQFHV&DUDFWHUH

ATTENTION Entier renvoyé par la méthode read Le type de la valeur renvoyée par la méthode UHDG  de lecture d’un flux est de type LQW et non de type E\WH pour les flux binaires ou FKDU pour les flux de caractères, comme cela semblerait plus logique. La valeur renvoyée représente en fait, soit la donnée lue, soit la valeur - de type LQW si la fin du flux est atteinte. Pour effectuer un test correct dans la condition d’arrêt de la boucle de lecture , il faut conserver la valeur lue dans une variable de type LQW  et si nécessaire, ne convertir cette valeur en type E\WH ou FKDU qu’au moment du traitement sur la valeur lue .

Écriture avec les flux de données L’écriture sur un flux de données est très similaire à la lecture d’un flux de données : elle s’effectue grâce aux sous-classes de MDYDLR2XWSXW6WUHDP et MDYDLR:ULWHU. Les méthodes de ces deux classes abstraites spécifient les traitements qu’il est possible d’effectuer sur un flux de données en écriture.

176

© Groupe Eyrolles, 2004

Description

Classe MDYDLR2XWSXW6WUHDP

Classe MDYDLR:ULWHU

Écriture d’une donnée ou d’un tableau de données (binaires ou caractères)

SXEOLFYRLGZULWH LQW E

SXEOLFYRLGZULWH FKDU E

SXEOLFYRLGZULWH E\WH>@ EXIIHU

SXEOLFYRLGZULWH MDYDODQJ6WULQJ VWU

Écriture des données en tampon

SXEOLFYRLGIOXVK

SXEOLFYRLGIOXVK

Fermeture du flux de données

SXEOLFYRLGFORVH

SXEOLFYRLGFORVH

SXEOLFYRLGZULWH FKDU>@ EXIIHU

Pour écrire un flux de données, il faut donc : 1 Choisir la classe qui correspond à la destination des données et au type de données envoyées (binaires ou caractères), par exemple, la classe MDYDLR)LOH:ULWHU pour écrire des caractères dans un fichier. 2 Créer une instance de cette classe pour initialiser l’accès à la destination des données, en passant en paramètre à son constructeur une valeur qui correspond au type de la destination, comme le chemin d’un fichier pour la classe MDYDLR)LOH:ULWHU. 3 Appeler l’une des méthodes ZULWH sur cette instance pour écrire les données. 4 Appeler la méthode FORVH sur cette instance une fois l’écriture terminée.

API JAVA Constructeurs des classes d’écriture de flux de données Destination

Classe

Paramètre du constructeur

Fichier texte

MDYDLR)LOH:ULWHU

Fichier binaire

MDYDLR)LOH2XWSXW6WUHDP

Une instance de MDYDODQJ6WULQJ ou de MDYD LR)LOH correspondant au chemin du fichier à écrire

Tableau d’octets

MDYDLR%\WH$UUD\2XWSXW6WUHDP

Aucun paramètre ou la taille initiale du tampon

Tableau de caractères

MDYDLR&KDU$UUD\:ULWHU

Aucun paramètre ou la taille initiale du tampon

Chaîne de caractères

MDYDLR6WULQJ:ULWHU

Aucun paramètre ou la taille initiale du tampon

Pipeline texte

MDYDLR3LSHG:ULWHU

Aucun paramètre ou le récepteur du pipeline texte, instance de MDYDLR3LSHG5HDGHU

Pipeline binaire

MDYDLR3LSHG2XWSXW6WUHDP

Aucun paramètre ou le récepteur du pipeline binaire, instance de MDYDLR3LSHG,QSXW6WUHDP

© Groupe Eyrolles, 2004

177

9 – Lecture et écriture de fichiers

API JAVA Principales méthodes des classes java.io.OutputStream et java.io.Writer

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Les constructeurs des classes MDYDLR)LOH:ULWHU et MDYDLR)LOH2XWSXW6WUHDP créent le fichier reçu en paramètre s’il n’existe pas, ou écrasent ce fichier s’il existe déjà. Ces deux classes ont aussi des constructeurs avec un second paramètre booléen DSSHQG : si DSSHQG est égal à WUXH, ces constructeurs n’écrasent pas un fichier existant mais ouvrent ce fichier pour y écrire à la fin. Les classes

MDYDLR%\WH$UUD\2XWSXW6WUHDP,

MDYDLR&KDU$UUD\:ULWHU et sont en fait des tampons (buffers en anglais) d’octets ou de caractères qui se remplissent à chaque appel à la méthode ZULWH. Leur méthode respective WR%\WH$UUD\, WR&KDU$UUD\ et WR6WULQJ permet d’obtenir les octets ou les caractères mémorisés. MDYDLR6WULQJ:ULWHU

Filtrage des données d’un flux B.A.-BA Sérialisation et interface java.io.Serializable La sérialisation permet d’écrire et de lire un objet sur un flux de données. Un objet Java ne peut être sérialisé que si sa classe et les classes des objets qu’il mémorise (directement ou indirectement) implémentent l’interface MDYDLR6HULDOL]DEOH. Cette interface qui ne contient aucune méthode permet d’autoriser la sérialisation des objets d’une classe ; elle est implémentée par toutes les classes d’emballage, la classe MDYDODQJ6WULQJ, les classes relatives à la gestion des dates et les classes de collection.

B.A.-BA Mémoire tampon La mémoire tampon des classes préfixées par %XIIHUHG est un tableau interne utilisé pour optimiser l’accès à certaines sources de données comme les fichiers. Au lieu de lire ou d’écrire une donnée octet par octet, les filtres de ce type lisent ou écrivent des données bloc par bloc en utilisant cette mémoire tampon.

178

L’architecture des classes du paquetage MDYDLR est très pratique d’utilisation car elle permet par exemple de créer des méthodes de traitement qui peuvent accéder à n’importe quelle source de données grâce à une référence de classe MDYDLR,QSXW6WUHDP en paramètre. Mais les méthodes de cette classe et des trois autres super-classes de flux de données ont un intérêt limité : elle permettent de lire ou d’écrire un ou plusieurs octet(s) ou caractère(s), mais ne proposent pas certains des traitements les plus classiques sur les données, comme la lecture de texte ligne par ligne, ou le traitement des données d’un type primitif autre que E\WH ou FKDU. Ces traitements sont proposés par une seconde catégorie de classes qui dérivent aussi de ces classes : les classes de filtrage du paquetage MDYDLR. Similairement aux classes de gestion de flux de données, l’identificateur d’une classe de filtrage est construit avec le type de flux de données qu’elle peut filtrer en lecture ou en écriture, précédé par le type de filtre appliqué à ce flux : • filtre gérant la sérialisation d’objets (classes préfixées par 2EMHFW) ; • filtre gérant un tampon en mémoire sur le flux (classes préfixées par %XIIHUHG) ; • filtre gérant les données binaires d’un type primitif autre que E\WH (classes préfixées par 'DWD) ; • filtre gérant l’écriture de données au format texte dans un flux (classes préfixées par 3ULQW) ; • filtre gérant les retours en arrière pendant la lecture d’un flux (classes préfixées par 3XVKEDFN) ; • filtre gérant l’encodage des caractères des flux de données binaires (classes MDYDLR,QSXW6WUHDP5HDGHU et MDYDLR2XWSXW6WUHDP:ULWHU) ; • filtre gérant la compression et la décompression des données d’un flux (classes préfixées par =LS, *=,3 et -DU dans les paquetages MDYDXWLO]LS et MDYDXWLOMDU). © Groupe Eyrolles, 2004

9 – Lecture et écriture de fichiers

InputStream

OutputStream

ObjectInputStream

ObjectOutputStream

FilterInputStream

FilterOutputStream

BufferedInputStream

BufferedOutputStream

DataInputStream

DataOutputStream

PushbackInputStream

PrintStream

Reader

Writer InputStreamReader

OutputStreamWriter

FilterReader

FilterWriter PushbackReader

BufferedReader LineNumberReader

BufferedWriter PrintWriter

Figure 9–3 Hiérarchie des classes de filtrage de données du paquetage MDYDLR

Chaque constructeur des classes de filtres prend en paramètre un flux de données sur lequel est appliqué un filtre. Ce paramètre est de la même classe que le suffixe d’une classe de filtre (à l’exception des classes MDYDLR,QSXW6WUHDP5HDGHU et MDYDLR2XWSXW6WUHDP:ULWHU, qui prennent en paramètre un flux de classe MDYDLR,QSXW6WUHDP ou MDYDLR2XWSXW6WUHDP). Par exemple, le constructeur de la classe MDYDLR'DWD,QSXW6WUHDP prend en paramètre un flux de données de classe MDYDLR,QSXW6WUHDP. Comme la conversion de référence vous permet de lui passer une instance de n’importe quelle sous-classe de MDYDLR,QSXW6WUHDP, vous pourrez utiliser cette classe pour lire des données binaires à partir de n’importe quelle source de données et même cumuler les filtres les uns derrière les autres.

© Groupe Eyrolles, 2004

179

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

L’extrait de code de la figure 9-4 montre par exemple comment cumuler deux filtres pour lire un nombre de type VKRUW à partir d’un fichier, dont l’accès est optimisé avec une mémoire tampon. L’appel à la méthode UHDG6KRUW  sur l’instance de MDYDLR'DWD,QSXW6WUHDP va provoquer par enchaînement deux appels à la méthode UHDG  sur l’instance de MDYDLR%XIIHUHG,QSXW6WUHDP pour lire les deux octets du nombre et un appel à la méthode UHDG  sur l’instance de MDYDLR)LOH,QSXW6WUHDP pour remplir le tampon à partir du fichier. InputStream fluxLecture = new FileInputStream(cheminFichier); InputStream fluxAvecTampon = new BufferedInputStream(fluxLecture); DataInputStream fluxDonnees = new DataInputStream(fluxAvecTampon); short nombre = fluxDonnees.readShort(); // etc...

nombre

Instance de

Instance de

Instance de

de type short

DataInputStream

BufferedInputStream

FileInputStream







readShort

read

read 0 1 … 2047

2 octets d'un short

Mémoire tampon de 2048 octets

01100 10010 01...

Fichier contenant des informations binaires

Figure 9–4 Enchaînement de filtres sur un flux de données

POUR ALLER PLUS LOIN Contrôler la sérialisation d’un objet La façon dont un objet est écrit ou lu par sérialisation peut être éventuellement modifié en ajoutant les méthodes ZULWH2EMHFW et UHDG2EMHFW à sa classe (voir la javadoc de la classe MDYDLR 2EMHFW2XWSXW6WUHDP pour plus d’informations).

180

Comme les classes de filtres ont principalement pour but de fournir des fonctionnalités supplémentaires sur la lecture ou l’écriture de données d’un flux, elles définissent pour la plupart un ensemble de méthodes en complément de celles de leur classe de base. méthode ZULWH2EMHFW de la classe MDYDLR sérialise un objet en écrivant dans le flux de sortie toutes les valeurs de ses champs ainsi que celles des champs des objets qu’il mémorise. Ceci permet ensuite de recréer en un seul appel à UHDG2EMHFW le même objet à la lecture du flux de données filtré avec une instance de MDYDLR2EMHFW,QSXW6WUHDP. Par

exemple,

la

2EMHFW2XWSXW6WUHDP

© Groupe Eyrolles, 2004

9 – Lecture et écriture de fichiers

API JAVA Principales méthodes des classes de filtres Description

Classe

Lecture d’un objet sérialisé ou d’une MDYDLR2EMHFW,QSXW6WUHDP valeur de type primitif

Méthode SXEOLFMDYDODQJ2EMHFWUHDG2EMHFW SXEOLFERROHDQUHDG%RROHDQ SXEOLFFKDUUHDG&KDU SXEOLFE\WHUHDG%\WH

...et ainsi de suite pour tous les types primitifs Sérialisation d’un objet ou écriture d’une valeur de type primitif

MDYDLR2EMHFW2XWSXW6WUHDP

SXEOLF YRLG ZULWH2EMHFW MDYDODQJ2EMHFW REM SXEOLFYRLGZULWH%RROHDQ ERROHDQ YDO SXEOLFYRLGZULWH&KDU LQW YDO SXEOLFYRLGZULWH%\WH LQW YDO

...et ainsi de suite pour tous les types primitifs Lecture d’une valeur de type primitif MDYDLR'DWD,QSXW6WUHDP

SXEOLFERROHDQUHDG%RROHDQ SXEOLFFKDUUHDG&KDU SXEOLFE\WHUHDG%\WH

...et ainsi de suite pour tous les types primitifs Écriture d’une valeur de type primitif MDYDLR'DWD2XWSXW6WUHDP

SXEOLFYRLGZULWH%RROHDQ ERROHDQ YDO SXEOLFYRLGZULWH&KDU LQW YDO SXEOLFYRLGZULWH%\WH LQW YDO

...et ainsi de suite pour tous les types primitifs Lecture d’une ligne (renvoie QXOO à MDYDLR%XIIHUHG5HDGHU la fin du flux) Écriture d’un retour à la ligne

MDYDLR%XIIHUHG:ULWHU

Écriture de données au format texte MDYDLR3ULQW6WUHDP (aucune de ces méthodes ne déclen- MDYDLR3ULQW:ULWHU che d’exception)

SXEOLFMDYDODQJ6WULQJUHDG/LQH SXEOLFYRLGQHZ/LQH SXEOLFERROHDQSULQW MDYDODQJ6WULQJYDO SXEOLFERROHDQSULQW MDYDODQJ2EMHFWYDO SXEOLFERROHDQSULQW ERROHDQYDO SXEOLFERROHDQSULQW FKDUYDO SXEOLFERROHDQSULQW LQWYDO

...et ainsi de suite pour les types ORQJ, IORDW et GRXEOH + les mêmes méthodes avec SULQWOQ au lieu de SULQW Manipulation du numéro de ligne

MDYDLR/LQH1XPEHU5HDGHU

SXEOLFLQWJHW/LQH1XPEHU SXEOLFYRLGVHW/LQH1XPEHU LQW OLQH1XPEHU

Les méthodes de lecture des classes MDYDLR2EMHFW,QSXW6WUHDP et MDYDLR'DWD,QSXW6WUHDP déclenchent une exception de classe MDYDLR(2)([FHSWLRQ si la fin du flux est atteinte.

© Groupe Eyrolles, 2004

181

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

JAVA 5.0 Pour les nostalgiques de printf Dans Java 5.0, plusieurs méthodes ont été ajoutées aux classes existantes pour construire des textes de la même façon qu’avec les fonctions SULQWI du langage C. Les plus utiles sont la méthode SULQWI de la classe MDYDLR3ULQW6WUHDP (classe du champ RXW de MDYDODQJ6\VWHP) et la méthode de classe IRUPDW de la classe MDYDODQJ6WULQJ. Comme pour SULQWI et VSULQWI en C, elles prennent en paramètre une chaîne de formatage suivie de la liste des valeurs à formater. La syntaxe à utiliser pour la chaîne de formatage est décrite dans la documentation de la nouvelle classe MDYDXWLO)RUPDWWHU, à laquelle ces méthodes font appel. Exemple : SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV3RXUFHQWDJH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ MDYDODQJ6WULQJ>@DUJV ^ LQWSRXUFHQWDJH  LQWYDOHXU  IORDWUHVXOWDW SRXUFHQWDJHI YDOHXU $IILFKHGH  6\VWHPRXWSULQWI GGHGVI SRXUFHQWDJHYDOHXU UHVXOWDW  ` `

Java 5.0 comporte aussi la nouvelle classe MDYDXWLO6FDQQHU utilisée pour lire des données formatées à partir de l’entrée standard ou de toute autre source de données.

Par l’exemple : éliminer les commentaires d’un programme Java En utilisant la logique des filtres, vous pouvez créer et utiliser vos propres filtres sur des flux de données en créant une sous-classe d’une des classes MDYDLR)LOWHU,QSXW6WUHDP, MDYDLR)LOWHU2XWSXW6WUHDP, MDYDLR)LOWHU5HDGHU ou MDYDLR)LOWHU:ULWHU, puis en redéfinissant ses méthodes UHDG ou ZULWH. La classe suivante permet de filtrer un flux de données en éliminant les commentaires  et   du texte lu : EXEMPLE com/eteks/outils/FiltreCommentaires.java

Champ utilisé pour mémoriser le caractère qui suit le caractère barre oblique /.

B

Constructeur repassant le flux en entrée à la super-classe MDYDLR)LOWHU5HDGHU.

B

182

SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV LPSRUWMDYDLR  

 &ODVVHILOWUDQWWRXVOHVFRPPHQWDLUHV HWG XQIOX[GHFDUDFWqUHV   SXEOLFFODVV)LOWUH&RPPHQWDLUHVH[WHQGV)LOWHU5HDGHU ^ SULYDWHLQWFDUDFWHUH6XLYDQW  SULYDWHVWDWLFFKDU5(7285B$B/$B/,*1(  6\VWHPJHW3URSHUW\ OLQHVHSDUDWRU FKDU$W   SXEOLF)LOWUH&RPPHQWDLUHV 5HDGHUIOX[/HFWXUH ^ VXSHU IOX[/HFWXUH  ` © Groupe Eyrolles, 2004

3

Redéfinition de la méthode UHDG éliminant les commentaires des caractères renvoyés.

LI WKLVFDUDFWHUH6XLYDQW  F VXSHUUHDG  HOVH ^ F WKLVFDUDFWHUH6XLYDQW WKLVFDUDFWHUH6XLYDQW  `

3

Récupération du caractère suivant.

LI F    ^ LQWFDUDFWHUH6XLYDQW VXSHUUHDG  VZLWFK FDUDFWHUH6XLYDQW ^ FDVH  F SDVVHU&RPPHQWDLUH6ODVK6ODVK  EUHDN FDVH

F SDVVHU&RPPHQWDLUH6ODVK(WRLOH  EUHDN

3

Si le caractère est une barre oblique, lecture et test du caractère suivant.

GHIDXOWWKLVFDUDFWHUH6XLYDQW FDUDFWHUH6XLYDQW EUHDN ` ` UHWXUQF `

3

Si les deux caractères lus ne sont pas le début d’un commentaire, le caractère suivant est mémorisé pour le prochain appel à UHDG.

SXEOLFLQWUHDG FKDUEXIIHU>@LQWRIIVHWLQWOHQJWK WKURZV,2([FHSWLRQ ^

3

Redéfinition de la méthode UHDG utilisant un tableau de caractères.

LQWF UHDG 

3

Lecture du prochain caractère.

LI F  UHWXUQ

3

Si la fin est atteinte, on renvoie .

LQWL RIIVHW GR ^ EXIIHU>L@  FKDU F F UHDG  ` ZKLOH LOHQJWK F  

3

Remplissage du tableau à partir de l’indice RIIVHW.

UHWXUQLRIIVHW ` SULYDWHLQWSDVVHU&RPPHQWDLUH6ODVK6ODVK WKURZV,2([FHSWLRQ ^

3

Renvoie le nombre de caractères lus.

LQWF GR F VXSHUUHDG  ZKLOH F  F 5(7285B$B/$B/,*1(  UHWXUQF ` SULYDWHLQWSDVVHU&RPPHQWDLUH6ODVK(WRLOH WKURZV,2([FHSWLRQ ^ LQWF

3

Lecture de tous les caractères jusqu’au premier caractère de retour à la ligne.

© Groupe Eyrolles, 2004

183

9 – Lecture et écriture de fichiers

SXEOLFLQWUHDG WKURZV,2([FHSWLRQ ^ LQWF

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Lecture de tous les caractères jusqu’aux caractères .

B

GR ^ GR F VXSHUUHDG  ZKLOH F  F 

 F VXSHUUHDG  ` ZKLOH F  F    UHWXUQVXSHUUHDG  ` `

Les méthodes UHDG, SDVVHU&RPPHQWDLUH6ODVK6ODVK, SDVVHU&RPPHQWDLUH6ODVK(WRLOH ne traitent pas dans un bloc WU\ FDWFK les exceptions de classe MDYDLR,2([FHSWLRQ que peuvent déclencher les appels à UHDG. Si une erreur survient, ces méthodes laisseront se propager l’exception lancée dans la pile d’exécution, ce qui est exprimé par la clause WKURZV qui suit leur déclaration. L’application suivante utilise la classe de filtres FRPHWHNVRXWLOV pour supprimer les commentaires d’un fichier texte choisi par l’utilisateur. Le résultat est sauvegardé dans un second fichier.

)LOWUH&RPPHQWDLUHV

EXEMPLE com/eteks/test/SuppressionCommentairesFichier.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV)LOWUH&RPPHQWDLUHV LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH LPSRUWMDYDLR  FODVV6XSSUHVVLRQ&RPPHQWDLUHV)LFKLHU ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 5HDGHUIOX[/HFWXUH QXOO :ULWHUIOX[(FULWXUH QXOO WU\ ^

Saisie du fichier à filtrer.

B

6WULQJFKHPLQ)LFKLHU -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ )LFKLHU?XHILOWUHU 

Saisie du fichier de sauvegarde du filtrage avec proposition d’un nom par défaut.

B

6WULQJFKHPLQ)LFKLHU6DXYHJDUGH -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ )LFKLHUGHVDXYHJDUGHFKHPLQ)LFKLHUW[W 

Ouverture des fichiers dont l’accès est optimisé avec une mémoire tampon. Le filtre sur les commentaires est appliqué sur le fichier en lecture.

B

IOX[/HFWXUH QHZ)LOWUH&RPPHQWDLUHV QHZ%XIIHUHG5HDGHU QHZ)LOH5HDGHU FKHPLQ)LFKLHU  IOX[(FULWXUH QHZ%XIIHUHG:ULWHU QHZ)LOH:ULWHU FKHPLQ)LFKLHU6DXYHJDUGH 

Recopie filtrée du contenu du fichier en lecture dans le fichier en écriture.

B

IRU LQWF IOX[/HFWXUHUHDG  F  F IOX[/HFWXUHUHDG IOX[(FULWXUHZULWH F  `

184

© Groupe Eyrolles, 2004

9 – Lecture et écriture de fichiers

FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOH[  ` ILQDOO\ ^ WU\ ^ LI IOX[(FULWXUH QXOO IOX[(FULWXUHFORVH  LI IOX[/HFWXUH QXOO IOX[/HFWXUHFORVH  ` FDWFK MDYDLR,2([FHSWLRQH[ ^ H[SULQW6WDFN7UDFH  ` ` 6\VWHPH[LW   ` `

3

Fermeture des fichiers.

ASTUCE Réutiliser le résultat d’une affectation Comme en Java une affectation est une expression qui renvoie la valeur affectée à la variable, la boucle IRU  de lecture caractère par caractère est souvent programmée ainsi : IRU LQW F F IOX[/HFWXUHUHDG   IOX[(FULWXUHZULWH F 

B.A.-BA Métrique

Par l’exemple : compter les lignes de code d’un ensemble de fichiers Java La dernière application de ce chapitre utilise la classe FRPHWHNVRXWLOV )LOWUH&RPPHQWDLUHV et la méthode de la classe FKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU de la classe FRPHWHNVRXWLOV2XWLOV)LFKLHU pour compter le nombre de lignes de code d’un ensemble de fichiers Java, hors lignes vides et lignes de commentaires.

Le nombre de lignes de code d’un programme permet d’avoir un ordre d’idée sur sa taille. Ce métrique est un indicateur parmi d’autres, qui aide à mesurer la complexité et la qualité d’un programme.

EXEMPLE com/eteks/test/CalculLignesDeCode.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV  LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH LPSRUWMDYDLR  FODVV&DOFXO/LJQHV'H&RGH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ WU\ ^

© Groupe Eyrolles, 2004

Figure 9–5 Application FRPHWHNVWHVW&DOFXO/LJQHV'H&RGH

185

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Saisie du dossier des fichiers recherchés.

B

Recherche des fichiers MDYD dans le dossier saisi.

B

Décompte du nombre de lignes de code pour chaque fichier.

B

Affichage d’un message résumant le nombre de lignes de code trouvées.

B

Renvoie le nombre de lignes de code du fichier en paramètre.

B

Ouverture du fichier avec un filtre sur les commentaires.

B

Lecture ligne par ligne du fichier.

B

Incrémentation du nombre de lignes si la ligne lue sans espace de début et de fin n’est pas vide.

B

Fermeture du fichier, qu’une exception survienne ou non.

B

6WULQJGRVVLHU -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ 'RVVLHUGHUHFKHUFKH  )LOH>@ILFKLHUV 2XWLOV)LFKLHUFKHUFKHU)LFKLHUV'RVVLHU GRVVLHUMDYD  LQWQRPEUH/LJQHV&RGH7RWDO  IRU LQWL LILFKLHUVOHQJWKL QRPEUH/LJQHV&RGH7RWDO FRPSWHU/LJQHV'H&RGH ILFKLHUV>[email protected]  -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO QRPEUH/LJQHV&RGH7RWDOOLJQHVGHFRGHGDQVOHV ILFKLHUVOHQJWKILFKLHUVMDYDGXGRVVLHU?Q QHZ)LOH GRVVLHU JHW&DQRQLFDO3DWK ?Q KRUVOLJQHVYLGHVHWFRPPHQWDLUHV   ` FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOH[  ` 6\VWHPH[LW   ` SXEOLFVWDWLFLQWFRPSWHU/LJQHV'H&RGH )LOHFKHPLQ)LFKLHU  WKURZV,2([FHSWLRQ ^ %XIIHUHG5HDGHUIOX[/HFWXUH QXOO WU\ ^ LQWQRPEUH/LJQHV&RGH  IOX[/HFWXUH QHZ%XIIHUHG5HDGHU  QHZ)LOWUH&RPPHQWDLUHV QHZ%XIIHUHG5HDGHU  QHZ)LOH5HDGHU FKHPLQ)LFKLHU  IRU 6WULQJOLJQH IOX[/HFWXUHUHDG/LQH  OLJQH QXOO OLJQH IOX[/HFWXUHUHDG/LQH LI OLJQHWULP OHQJWK ! QRPEUH/LJQHV&RGH UHWXUQQRPEUH/LJQHV&RGH ` ILQDOO\ ^ LI IOX[/HFWXUH QXOO IOX[/HFWXUHFORVH  ` ` `

Le filtre de classe MDYDLR%XIIHUHG5HDGHU est utilisé ici deux fois à chaque lecture d’un fichier : • une première fois sur l’instance de la classe MDYDLR)LOH5HDGHU  pour optimiser l’accès au disque avec une mémoire tampon ; • la seconde fois en aval du filtre sur les commentaires  pour lire ligne par ligne le fichier grâce à la méthode UHDG/LQH que propose la classe MDYDLR%XIIHUHG5HDGHU. 186

© Groupe Eyrolles, 2004

Configurer une application

À RETENIR Filtres avec mémoire tampon Accédez aux fichiers aussi souvent que possible avec une mémoire tampon grâce aux classes de filtres préfixées par %XIIHUHG. Ce filtre optimise franchement la vitesse d’accès au disque : dans l’application de classe FRPHWHNVWHVW &DOFXO/LJQHV'H&RGH, la seule présence de ce filtre permet d’obtenir une application deux à trois fois plus rapide !

Java offre différents moyens pour personnaliser une application en fonction des préférences ou de la langue de l’utilisateur, sans avoir à écrire plusieurs versions de ses classes. Toutes les informations personnalisables s’obtiennent alors indirectement à partir de fichiers de configuration qui contiennent un ensemble de couples (clé, valeur), chaque clé choisie à l’avance permettant de retrouver la valeur qui lui est associée.

Fichiers de traduction Les textes, comme les messages ou les titres, qui ont besoin d’être traduits sont mémorisés dans des fichiers SURSHUWLHV citant chaque couple (clé,valeur) en les séparant par un signe : PHVVDJH%LHQYHQXH %LHQYHQXH. Le simple fait de nommer ces fichiers en fonction de la langue des textes qu’ils contiennent, permet à la classe MDYDXWLO5HVRXUFH%XQGOH de lire le fichier qui correspond à la langue de l’utilisateur en cours. Par exemple, voici les instructions à programmer pour récupérer la chaîne de clé PHVVDJH%LHQYHQXH à partir d’un fichier SURSHUWLHV préfixé par PHVVDJHV : 5HVRXUFH%XQGOHEXQGOH 5HVRXUFH%XQGOHJHW%XQGOH PHVVDJHV  6WULQJPHVVDJH%LHQYHQXH EXQGOHJHW6WULQJ PHVVDJH%LHQYHQXH 

POUR ALLER PLUS LOIN Classe java.util.Properties La classe MDYDXWLO3URSHUWLHV permet aussi de manipuler un ensemble de propriétés textuelles sous forme de couples (clé, valeur). La lecture et l’enregistrement d’un ensemble de propriétés dans un fichier, ou un autre type de flux, s’effectue avec cette classe grâce aux méthodes ORDG et VWRUH.

Si vous créez un fichier PHVVDJHVBIUSURSHUWLHV qui contient la valeur de la clé PHVVDJH%LHQYHQXH en français : PHVVDJH%LHQYHQXH %LHQYHQXH, la variable PHVVDJH%LHQYHQXH désignera la chaîne %LHQYHQXH pour tout utilisateur francophone. Si vous voulez que cette variable désigne par défaut :HOFRPH pour les utilisateurs non francophones, il suffit de fournir un fichier par défaut PHVVDJHVSURSHUWLHV qui décrit la valeur de la clé PHVVDJH%LHQYHQXH : PHVVDJH%LHQYHQXH :HOFRPH. Ce système permet de fournir les traductions des textes d’une application dans différentes langues, mais aussi d’ajouter aisément la prise en charge de nouvelles langues à une application existante. Pour décrire la version allemande de la valeur de la clé PHVVDJH%LHQYHQXH, il suffit de créer le fichier PHVVDJHVBGHSURSHUWLHV contenant PHVVDJH%LHQYHQXH :LOOFRPPHQ. © Groupe Eyrolles, 2004

187

9 – Lecture et écriture de fichiers

L’utilisation de WU\ ILQDOO\   dans la méthode FRPSWHU/LJQHV'H&RGH permet d’assurer finalement la fermeture du fichier ouvert, que cette méthode provoque des erreurs à l’exécution ou non. Si une exception est déclenchée, le bloc ILQDOO\ sera exécuté, puis l’exception sera propagée dans la pile d’exécution jusqu’au premier FDWFK capable de l’intercepter, la méthode FRPSWHU/LJQHV'H&RGH ne renvoyant pas de valeur dans ce cas.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Les fichiers SURSHUWLHV lus avec la classe à la classe 5HVRXUFH%XQGOH doivent être rangés dans un des dossiers ou des fichiers MDU du FODVVSDWK de la JVM.

Fichiers de préférences B.A.-BA Préférences Chaque système stocke les préférences à sa façon : base de registres sous Windows, fichiers XML sous Linux et fichiers SOLVW du dossier de préférences sous Mac OS X.

SOUS WINDOWS Accéder à toute la base de registres La classe MDYDXWLOSUHI3UHIHUHQFHV ne permet d’accéder qu’aux préférences des programmes Java dans la base de registres de Windows. Si vous désirez accéder à toute la base de registres, vous devrez passer par des solutions tierces comme JNIRegistry. B http://www.trustice.com/java/jnireg/

Les informations relatives à chaque utilisateur, comme les options qu’il a choisies dans une application, sont mémorisées dans des fichiers de préférences propres à chaque système d’exploitation. Les méthodes préfixées par JHW et SXW de la classe MDYDXWLOSUHIV3UHIHUHQFHV s’utilisent pour lire et écrire les valeurs de chaque couple (clé, valeur) de ces fichiers. Pour éviter les conflits entre clés de même nom dans différentes applications, cette classe propose de manipuler un ensemble de préférences relativement à un paquetage. Ceci s’exprime par la méthode de classe XVHU1RGH)RU3DFNDJH MDYDODQJ&ODVV F , recommandée pour obtenir une instance de la classe 3UHIHUHQFHV. Par exemple, l’instruction suivante récupère les préférences de l’utilisateur relatives au paquetage FRPHWHNVWHVW de la classe FRPHWHNVWHVW1DYLJDWHXU : 3UHIHUHQFHVSUHIHUHQFHV7HVW  3UHIHUHQFHVXVHU1RGH)RU3DFNDJH FRPHWHNVWHVW1DYLJDWHXUFODVV 

La lecture et la modification de la préférence de clé SDJH$FFXHLO du paquetage FRPHWHNVWHVW se font alors simplement ainsi : /HFWXUHGHODSUpIpUHQFHSDJH$FFXHLO 6WULQJSDJH$FFXHLO  SUHIHUHQFHV7HVWJHW SDJH$FFXHLOKWWSZZZJRRJOHIU  6DLVLHG XQHQRXYHOOHYDOHXU SDJH$FFXHLO  -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ 3DJHG DFFXHLOSDJH$FFXHLO  0RGLILFDWLRQGHODSUpIpUHQFHSDJH$FFXHLO SUHIHUHQFHV7HVWSXW SDJH$FFXHLOSDJH$FFXHLO 

Le second paramètre des méthodes JHW représente la valeur par défaut de la préférence recherchée.

En résumé... Ce chapitre vous a présenté les classes qui permettent de lire, d’écrire et de filtrer les informations de flux de données. Retenez que l’utilisation judicieuse de l’héritage par les classes d’entrée/sortie de la bibliothèque Java offre un moyen simple et unifié d’accès aux données, que celles-ci proviennent d’un fichier, d’un serveur sur Internet ou d’autres sources de données.

188

© Groupe Eyrolles, 2004

Interfaces utilisateur avec Swing

10 SOMMAIRE

Listener du bouton

B Index visuel des composants Swing

B Mise en page des composants

Système de gestion événementiel

B Gestion événementielle B Création d’applets MOTS-CLÉS

Événement d’action

Bouton Nouveau tirage

Les composants Swing permettent de créer des interfaces utilisateur évoluées et interactives. Nous allons voir comment les disposer dans une fenêtre et les coupler à des traitements, aussi bien pour des applications que pour des applets.

© Groupe Eyrolles, 2004

B Swing B layout B JPanel B ActionEvent B listener B JTable B JApplet

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Composants d’interface utilisateur B.A.-BA Interface objet vs interface utilisateur L’interface d’un objet expose la liste des méthodes qu’un programmeur peut appeler, comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents ; l’interface utilisateur d’une application expose à l’écran des composants qu’un utilisateur actionne pour piloter l’application. On parle aussi bien d’interface utilisateur que d’interface homme-machine (IHM), et en anglais, GUI (Graphical User Interface).

Le paquetage MDYD[VZLQJ contient les classes utilisées pour construire une interface utilisateur graphique. Une interface utilisateur Swing est un assemblage de composants (components en anglais) affichés dans une fenêtre ou un autre type de conteneur (container). L’utilisateur actionne ces composants pour piloter un programme. Nous présentons figure 10-1 l’ensemble des composants et des containers disponibles dans la bibliothèque standard Java. Les deux images figurant au centre sont les captures d’écran de l’application « Carnet d’adresses » et de l’applet « Calcul d’emprunt » qui sont l’une et l’autre développées dans ce chapitre.

Composants de saisie

Conteneurs fenêtres

Composants arbre et tableau

Classe

Utilisation

Classe

Utilisation

Classe

JTextField

Champ de saisie simple

JTree

Arbre hiérarchique

JFrame

Fenêtre avec barre de titre et bords

JPasswordField

Champ de saisie pour les mots de passe

JTable

Tableau capable d'afficher différents types de données éditables ou non

JWindow

Fenêtre sans décoration utilisée pour l'écran d'accueil d'une application

JTextArea

Champ de saisie multiligne

JDialog

Boîte de dialogue modale (bloquant l'application) ou non modale

JFormattedTextField Champ de saisie pour les nombres et les dates (Java 1.4) JEditorPane

Texte formaté (HTML ou RTF)

JTextPane

Texte avec feuille de styles de mise en forme

Utilisation

JInternalFrame Fenêtre interne d'une application MDI(Multiple Document Interface) JApplet

Applet Swing intégrée à un navigateur Internet

Conteneurs intermédiaires Composants de choix

Classe

Utilisation

JToolBar

Barre d'outil dockable (peut se décrocher et se raccrocher)

Classe

Utilisation

JButton

Bouton

JCheckBox

Boîte à cocher

JTabbedPane

Panneau à onglets

JRadioButton

Bouton radio

JSplitPane

JList

Liste de valeurs

Panneau partagé verticalement ou horizontalement

JComboBox

Choix dans une liste déroulante

JSpinner

Toupie -/+ (Java 1.4)

JSlider

Choix de valeur avec glissière

JScrollBar

Ascenseur

Composants de présentation Utilisation

Classe

Utilisation

JLabel

Label (texte brut ou mis en forme si le texte commence par la balise ) ou icône

JMenuBar

Barre de menu

JMenu

Menu

JMenuItem

Elément de menu

JCheckBoxMenuItem

Elément de menu coché

Info bulle affichée au survol d’un composant.

Panneau à ascenseurs

JLayeredPane

Panneau multicouche

JDesktopPane

Panneau des fenêtres internes MDI

JRootPane

Panneau principal d'une fenêtre

JPanel

Panneau vide utilisé pour la mise en page des composants à l'écran

Composants de menus

Classe

JToolTip

JScrollPane

JSeparator

Séparateur

JRadioButtonMenuItem Elément de menu radio

JProgressBar

Barre de progression

JPopupMenu

Boîtes de dialogues standards Classe

Utilisation

JColorChooser

Dialogue de choix de couleur

JFileChooser

Dialogue de choix de fichier

JOptionPane

Dialogues standards (message, confirmation, saisie simple)

Menu contextuel

Figure 10–1 Composants et conteneurs de Swing

190

© Groupe Eyrolles, 2004

Pour faciliter la portabilité et la traduction d’une application Java, la position et les dimensions des composants Swing ne sont pas spécifiées en coordonnées pixel, mais plutôt grâce à des positions logiques spatiales (par exemple en haut, à droite, dans la première cellule d’une grille...). Chaque conteneur détermine la position et les dimensions des composants qu’il contient grâce à son gestionnaire de mise en page associé (layout en anglais), chaque classe de gestionnaire respectant une règle de mise en page définie à l’avance. Bien que le gestionnaire par défaut des classes des fenêtres et des boîtes de dialogue convienne quelquefois, il est souvent nécessaire de changer le gestionnaire de leur panneau intérieur, grâce à la méthode VHW/D\RXW. Le layout passé en paramètre à cette méthode est généralement une instance d’une des classes )ORZ/D\RXW, %RUGHU/D\RXW ou *ULG/D\RXW du paquetage MDYDDZW. Une fois le layout du panneau intérieur d’une fenêtre déterminé, chacun des composants est ajouté à ce panneau au moyen d’une des méthodes DGG de la super-classe des conteneurs MDYDDZW&RQWDLQHU.

Agencer les composants les uns à la suite des autres (java.awt.FlowLayout) La classe MDYDDZW)ORZ/D\RXW dispose les composants du conteneur qui lui est associé les uns derrière les autres, à leur taille optimale (preferred). Chaque composant est ajouté à son conteneur avec la méthode DGG. Si le conteneur n’est pas assez large, les composants sont mis sur plusieurs lignes.

ASTUCE SwingSet2, la démo incontournable La démo SwingSet2 fournie avec le JDK offre un bon aperçu des vastes possibilités de Swing. Elle figure dans le sous-dossier GHPRMIF 6ZLQJ6HW du dossier d’installation du JDK. Sous Mac OS X, elle doit se situer dans le dossier  'HYHORSHU([DPSOHV-DYD-)& 6ZLQJ6HW si vous avez installé les outils de développement fournis avec le système. Double-cliquez simplement sur le fichier 6ZLQJ6HWMDU pour lancer la démo car ce fichier MDU contient le fichier manifeste 0(7$,1)0$1,)(670) précisant la classe de l’application à lancer.

JAVA Hiérarchie des classes : Swing et AWT Les classes Swing sont toutes basées sur les classes MDYDDZW&RPSRQHQW et MDYDDZW&RQWDLQHU qui datent de la première version de composants graphiques de Java AWT (Abstract Window Toolkit). Bien qu’AWT ne soit pas obsolète, il vaut mieux construire une interface utilisateur avec les composants Swing, bien mieux dotés en fonctionnalités.

ATTENTION Affichage des composants

Ÿ Figure 10–2 Évolution de la disposition des composants d’un conteneur utilisant un layout de classe MDYDDZW)ORZ/D\RXW

Il ne suffit pas de créer un objet d’une classe de composant Swing pour qu’il apparaisse à l’écran. Si un composant que vous avez créé n’apparaît pas à l’écran comme prévu, vérifiez qu’il a bien été ajouté à sa fenêtre.

B.A.-BA Taille « optimale » d’un composant La mise en page des composants d’un conteneur est calculée par le gestionnaire (layout) en fonction des dimensions optimales des composants. Ce calcul est fait pour chaque composant pour garantir qu’il est correctement dimensionné. La taille obtenue est renvoyée par la méthode JHW3UHIHUUHG6L]H, en pixels, et varie d’un composant à l’autre. Par exemple, le calcul de la taille d’un label se fait en fonction de la longueur du texte qu’il contient et de la police de caractères utilisée ; dans le cas d’un champ de saisie, c’est le nombre de colonnes spécifié lors de sa création qui est déterminant. © Groupe Eyrolles, 2004

191

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Mise en page des composants avec les layouts

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : afficher des champs de saisie et leurs labels L’application de classe FRPHWHNVWHVW6DLVLH3VHXGRQ\PH0RW'H3DVVH crée une fenêtre utilisant un layout de classe MDYDDZW)ORZ/D\RXW qui aligne les composants sur la gauche du panneau intérieur de la fenêtre. EXEMPLE com/eteks/test/SaisiePseudonymeMotDePasse.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDDZW  FODVV6DLVLH3VHXGRQ\PH0RW'H3DVVH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Création d’une fenêtre de titre Identification.

B

-)UDPHIHQHWUH QHZ-)UDPH ,GHQWLILFDWLRQ 

Récupération du panneau intérieur de la fenêtre.

B

&RQWDLQHUSDQQHDX IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH 

Utilisation d’un gestionnaire de layout )ORZ/D\RXW avec un écart de 5 pixels entre les composants alignés sur la gauche.

B

SDQQHDXVHW/D\RXW QHZ)ORZ/D\RXW )ORZ/D\RXW/()7 

Ajout de 2 labels, d’un champ de saisie et d’un champ de mot de passe de 10 colonnes au panneau intérieur.

B

SDQQHDXDGG QHZ-/DEHO 3VHXGRQ\PH  SDQQHDXDGG QHZ-7H[W)LHOG   SDQQHDXDGG QHZ-/DEHO 0RWGHSDVVH  SDQQHDXDGG QHZ-3DVVZRUG)LHOG  

Calcul de la taille préférée de la fenêtre en fonction de son contenu.

B

IHQHWUHSDFN 

Changement de l’opération de fermeture par défaut pour quitter l’application.

B

IHQHWUHVHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ -)UDPH(;,7B21B&/26( 

Affichage de la fenêtre.

B

IHQHWUHVHW9LVLEOH WUXH  ` `

JAVA 5.0 Appel de add Java 5.0 permet d’ajouter un composant à une fenêtre en appelant directement la méthode DGG sur une instance de MDYD[VZLQJ-)UDPH.

Quatre composants sont ajoutés à la fenêtre dans l’ordre de leur apparition à l’écran . Par défaut, une fenêtre n’a pas de taille (seule la barre de titre apparaît) ; la méthode SDFN est donc ensuite appelée  pour calculer la taille préférée de la fenêtre avant qu’elle ne soit affichée .

ATTENTION Une fenêtre n’est pas modale

JAVA Actions liées à l’icône de fermeture d’une fenêtre

Ne programmez par l’instruction 6\VWHP H[LW   après l’appel IHQHWUHVKRZ . Cela provoquerait l’arrêt immédiat de l’application sans afficher la fenêtre car le programme ne se bloque pas si l’on appelle la méthode VKRZ avec une instance de MDYD[VZLQJ-)UDPH.

Le comportement d’une fenêtre lors d’un clic sur son icône de fermeture est déterminé par la méthode VHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ. Cette méthode prend en paramètre l’une des quatre constantes suivantes de la classe MDYD[VZLQJ-)UDPH : +,'(B21B&/26( (pour masquer la fenêtre), ',6326(B21B&/26( (pour détruire la fenêtre), '2B127+,1*B21B&/26( (pour ne rien faire), (;,7B21B&/26( (pour quitter l’application). Dans notre exemple, l’action (;,7B21B&/26( est choisie pour programmer simplement l’arrêt de l’application lors de la fermeture de la fenêtre.

192

© Groupe Eyrolles, 2004

La classe MDYDDZW*ULG/D\RXW dispose les composants du conteneur qui lui est associé dans un tableau où toutes les cellules ont les mêmes dimensions. Chaque composant est ajouté à son conteneur avec la méthode DGG qui remplit ce tableau ligne par ligne (dans le même sens que celui de l’écriture).

Ordre d’affichage des composants Remarquez bien l’ordre dans lequel sont ajoutés les boutons avec la méthode DGG dans l’application de classe FRPHWHNVWHVW&ODYLHU&DOFXODWULFH pour obtenir le résultat de la figure 10-3.

Ÿ

La gestion du clic sur un bouton est traitée dans la section « Interagir avec l’utilisateur grâce aux événements », page 203.

Figure 10–3 Évolution de la disposition des composants d’un conteneur utilisant un layout de classe MDYDDZW*ULG/D\RXW

Par l’exemple : interface utilisateur d’un clavier de calculatrice L’application de classe FRPHWHNVWHVW&ODYLHU&DOFXODWULFH crée une fenêtre utilisant un gestionnaire de classe MDYDDZW*ULG/D\RXW, qui divise le panneau intérieur de la fenêtre en 4 lignes et 4 colonnes de même largeur et de même hauteur. À chaque cellule est ajouté un bouton pour représenter un clavier de calculatrice. Notez qu’il est possible de cliquer sur les boutons mais que cela n’a aucun effet : aucun traitement n’est associé par défaut à une instance de MDYD[VZLQJ-%XWWRQ. EXEMPLE com/eteks/test/ClavierCalculatrice.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDDZW  FODVV&ODYLHU&DOFXODWULFH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ -)UDPHIHQHWUH QHZ-)UDPH &ODYLHU 

3

Création d’une fenêtre ayant pour titre Clavier.

&RQWDLQHUSDQQHDX IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH 

3

Récupération du panneau intérieur de la fenêtre.

SDQQHDXVHW/D\RXW QHZ*ULG/D\RXW  

3

SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ & 

Utilisation d’un gestionnaire de layout *ULG/D\RXW de 4 lignes par 4 colonnes avec un écart d’un pixel entre les composants.

3

Ajout de boutons pour former un clavier de calculatrice.

© Groupe Eyrolles, 2004

193

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Disposer les composants dans une grille (java.awt.GridLayout)

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ  

Le caractère Unicode du symbole de division ÷ est ·?XI·.

B

SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ ?XI  SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ [  SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ   SDQQHDXDGG QHZ-%XWWRQ  

Calcul de la taille préférée de la fenêtre en fonction de son contenu.

B

IHQHWUHSDFN  IHQHWUHVHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ -)UDPH(;,7B21B&/26( 

Affichage de la fenêtre.

B

IHQHWUHVHW9LVLEOH WUXH  ` `

Placer les composants aux bords du conteneur (java.awt.BorderLayout) API JAVA Layout par défaut des fenêtres Les classes MDYD[VZLQJ-)UDPH, MDYD[ VZLQJ-'LDORJ et MDYD[VZLQJ-$SSOHW utilisent par défaut un layout de classe MDYDDZW%RUGHU/D\RXW.

ASTUCE Cellule par défaut La cellule par défaut du layout de classe MDYDDZW%RUGHU/D\RXW est celle au centre. Ainsi, l’instruction : SDQQHDXDGG FRPSRVDQW 

est équivalente à : SDQQHDXDGG FRPSRVDQW %RUGHU/D\RXW&(17(5 

La classe MDYDDZW%RUGHU/D\RXW divise l’espace du conteneur qui lui est associé en 5 cellules, une à chaque bord et une au centre. Chacune des cellules peut contenir, ou non, un composant, et un seul. Chaque composant est ajouté à son conteneur avec la méthode DGG prenant en second paramètre une des constantes %RUGHU/D\RXW1257+, %RUGHU/D\RXW 6287+, %RUGHU/D\RXW:(67, %RUGHU/D\RXW($67 ou %RUGHU/D\RXW&(17(5, représentant la cellule où sera placé ce composant. Quelle que soit la taille du conteneur, les distances de chacun de ses composants au bord du conteneur sont déterminées en fonction de sa largeur ou de sa hauteur « préférée » en respectant le schéma de la figure 10-4. hauteur préférée

BorderLayout.NORTH

BorderLayout.WEST

hauteur préférée

BorderLayout.CENTER

BorderLayout.EAST

BorderLayout.SOUTH

largeur préférée

largeur préférée

Figure 10–4 Utilisation des tailles préférées avec un layout de classe MDYDDZW%RUGHU/D\RXW

194

© Groupe Eyrolles, 2004

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Ÿ

Figure 10–5 Évolution de la taille des composants d’un container utilisant un layout de classe MDYDDZW%RUGHU/D\RXW

Par l’exemple : interface utilisateur d’un éditeur de textes Un conteneur étant aussi, par héritage, un composant, on peut aussi ajouter au panneau d’une fenêtre certains conteneurs : barres d’outils, panneaux avec ascenseurs, panneaux à onglets… L’application de classe FRPHWHNVWHVW(GLWHXU7H[WH utilise cette possibilité pour construire l’interface utilisateur d’un éditeur de textes. EXEMPLE com/eteks/test/EditeurTexte.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDDZW  LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV&KDUJHXU5HVVRXUFH FODVV(GLWHXU7H[WH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ -7RRO%DURXWLOV QHZ-7RRO%DU  &KDUJHXU5HVVRXUFHFKDUJHXU QHZ&KDUJHXU5HVVRXUFH WRROEDU%XWWRQ*UDSKLFVJHQHUDO  RXWLOVDGG QHZ-%XWWRQ FKDUJHXUJHW,FRQ 1HZJLI 

3

Création d’une barre d’outils utilisant les icônes Nouveau / Couper / Copier / Coller.

RXWLOVDGG6HSDUDWRU  RXWLOVDGG QHZ-%XWWRQ FKDUJHXUJHW,FRQ &XWJLI  RXWLOVDGG QHZ-%XWWRQ FKDUJHXUJHW,FRQ &RS\JLI  RXWLOVDGG QHZ-%XWWRQ FKDUJHXUJHW,FRQ 3DVWHJLI 

3

Ajout d’un séparateur dans la barre d’outils.

-)UDPHIHQHWUH QHZ-)UDPH (GLWHXU  &RQWDLQHUSDQQHDX IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH 

3

Création d’une fenêtre ayant pour titre Editeur et récupération de son panneau intérieur.

SDQQHDXVHW/D\RXW QHZ%RUGHU/D\RXW  

3

Utilisation d’un gestionnaire de layout %RUGHU/D\RXW avec un écart de 2 pixels entre les composants.

SDQQHDXDGG RXWLOV%RUGHU/D\RXW1257+ 

3

Ajout en haut de la barre d’outils.

© Groupe Eyrolles, 2004

195

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Ajout au centre d’une zone de saisie de taille préférée 10 lignes × 50 colonnes.

B

SDQQHDXDGG QHZ-6FUROO3DQH QHZ-7H[W$UHD   %RUGHU/D\RXW&(17(5 

Ajout en bas d’un label d’état avec un bord.

B

-/DEHOHWDW QHZ-/DEHO $SSOLFDWLRQG?XHPDUU?XHH  HWDWVHW%RUGHU %RUGHU)DFWRU\FUHDWH/RZHUHG%HYHO%RUGHU  SDQQHDXDGG HWDW%RUGHU/D\RXW6287+ 

Calcul de la taille préférée de la fenêtre en fonction de son contenu.

B

IHQHWUHSDFN  IHQHWUHVHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ -)UDPH(;,7B21B&/26( 

Affichage de la fenêtre.

B

IHQHWUHVHW9LVLEOH WUXH  ` `

ASTUCE Panneau à ascenseurs

Cette application dispose ces trois composants avec un layout de classe MDYDDZW%RUGHU/D\RXW pour obtenir une configuration typique des applications d’édition (éditeur de textes, tableur, logiciel de dessin) : une barre d’outils en haut , une barre d’état en bas , le reste de l’espace de la fenêtre étant dédié au composant d’édition .

Certains composants comme les champs de saisie multilignes ou les tableaux doivent être placés dans un panneau à ascenseurs pour pouvoir faire défiler les informations qu’ils contiennent. On y procède simplement en créant une instance de MDYD[VZLQJ-6FUROO3DQH avec le composant à faire défiler en paramètre, puis en ajoutant ce panneau au conteneur . Par défaut, un panneau à ascenseurs ne fait apparaître les ascenseurs de défilement qu’en cas de besoin.

Pour charger les images des boutons de la barre d’outils , l’application précédente utilise la classe FRPHWHNVRXWLOV&KDUJHXU5HVVRXUFH qui permet de retrouver le fichier d’une icône ou d’une image relativement au chemin d’accès des classes spécifié par l’option ²FODVVSDWK de la commande MDYD. EXEMPLE com/eteks/outils/ChargeurRessource.java

Calcul de la taille préférée de la fenêtre en fonction de son contenu.

B

SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV LPSRUWMDYD[VZLQJ,PDJH,FRQ 

 &KDUJHXUGHUHVVRXUFHVUHODWLYHVDXFODVVSDWK   SXEOLFFODVV&KDUJHXU5HVVRXUFH ^ SULYDWH6WULQJEDVH

Constructeur initialisant un chargeur de ressources avec EDVH comme chemin relatif des ressources.

B

SXEOLF&KDUJHXU5HVVRXUFH 6WULQJEDVH ^ WKLVEDVH EDVH `

Renvoie l’icône du fichier LFRQ relatif à la base.

B

SXEOLF,PDJH,FRQJHW,FRQ 6WULQJLFRQ ^ &ODVVFODVVH JHW&ODVV  UHWXUQQHZ,PDJH,FRQ FODVVHJHW5HVRXUFH WKLVEDVHLFRQ  ` `

La méthode JHW,FRQ de cette classe interroge l’instance de MDYDODQJ&ODVV qui correspond à la classe FRPHWHNVRXWLOV&KDUJHXU5HVVRXUFH. La méthode JHW5HVRXUFH de cet objet permet de référencer n’importe quel fichier d’image 196

© Groupe Eyrolles, 2004

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

situé dans le même contexte que le fichier &KDUJHXU5HVVRXUFHFODVV. Ce fichier d’image est ensuite passé en paramètre au constructeur de la classe ,PDJH,FRQ : ce dernier se charge de lire le fichier de l’image pour obtenir une icône que l’on peut afficher dans un bouton. ASTUCE Organisation des fichiers d’icônes Les icônes de la barre d’outils sont disponibles en téléchargement à l’adresse : B http://java.sun.com/developer/techDocs/hi/repository/ Ce sont des images extraites du sous-dossier WRROEDU%XWWRQ*UDSKLFVJHQHUDO dans le fichier d’archive MOIJUBMDU. La classe FRPHWHNVRXWLOV&KDUJHXU5HVVRXUFH chargeant ces images comme s’il s’agissait de classes, la JVM les cherche dans son FODVVSDWK, vous laissant le choix :

• soit d’extraire les images du fichier MOIJUBMDU nécessaires au programme dans le sous-dossier FODVVHV de votre dossier de développement ; • soit de déplacer le fichier MOIJUBMDU dans le sous-dossier OLE de votre dossier de développement et d’ajouter le chemin d’accès à ce fichier dans l’option FODVVSDWK de la commande MDYD. Sous Windows, le fichier (GLWHXU7H[WHEDW contient alors l’une ou l’autre des instructions : MDYDFODVVSDWK?FODVVHV?OLE?MOIJUBMDUFRPHWHNVWHVW(GLWHXU7H[WH MDYDFODVVSDWK?OLE?WHVWMDU?OLE?MOIJUBMDUFRPHWHNVWHVW(GLWHXU7H[WH

Sous Linux et Mac OS X, le fichier (GLWHXU7H[WHVK contient alors l’une ou l’autre des instructions : MDYDFODVVSDWKFODVVHVOLEMOIJUBMDUFRPHWHNVWHVW(GLWHXU7H[WH MDYDFODVVSDWKOLEWHVWMDUOLEMOIJUBMDUFRPHWHNVWHVW(GLWHXU7H[WH

La seconde solution simplifie les mises à jour de votre programme quand une bibliothèque qu’il utilise évolue : il suffit de recopier le nouveau fichier MDU dans le dossier OLE. Vous pouvez aussi utiliser cette méthode pour lire les fichiers de vos propres images et les fichiers de configuration de votre application. Ce système facilite l’installation d’une application car ces fichiers de ressources peuvent être intégrés au fichier d’archive MDU de votre application.

Mise en page évoluée par combinaison de layouts Les trois layouts précédents sont souvent insuffisants pour mettre en page un ensemble complexe de composants dans une fenêtre ou une boîte de dialogue. Au lieu d’utiliser un seul layout pour le panneau intérieur, on résout ce problème en décomposant l’ensemble des composants en plusieurs sousensembles ayant des caractéristiques géométriques communes (alignement, taille...). Les composants d’un sous-ensemble sont mis en page avec le layout qui correspond le mieux à leurs caractéristiques géométriques, et sont ajoutés à un panneau intermédiaire vide de classe MDYD[VZLQJ-3DQHO qui utilise ce layout. Chaque instance de -3DQHO étant elle-même un composant, on construit donc le panneau intérieur d’une fenêtre en lui ajoutant les panneaux © Groupe Eyrolles, 2004

197

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

POUR ALLER PLUS LOIN Autres classes de layout Les classes de layout que l’on vient de décrire sont suffisantes pour faire face à la plupart des cas que l’on pourrait rencontrer en combinant des panneaux avec des layouts différents. Vous pouvez aussi utiliser : • La classe MDYD[VZLQJ%R[/D\RXW, pour aligner horizontalement ou verticalement des composants. • La classe MDYDDZW*ULG%DJ/D\RXW la plus riche en fonctionnalités, mais plus compliquée à utiliser. Elle utilise une mise en page ressemblant à celle d’un tableau HTML avec notamment la possibilité de spécifier l’étendue horizontale et verticale d’une cellule (l’équivalent des attributs FROVSDQ et URZVSDQ de la balise HTML WG). • Toute autre classe implémentant l’interface MDYDDZW/D\RXW0DQDJHU. Vous pouvez éventuellement n’utiliser aucun layout en passant QXOO à la méthode VHW/D\RXW puis placer chacun des composants aux coordonnées de votre choix avec leur méthode VHW%RXQGV.

intermédiaires et leurs composants. Même si, au premier abord, cette décomposition géométrique en sous-panneaux est quelque peu compliquée à concevoir à partir du dessin d’un écran, elle doit être votre premier recours pour obtenir des interfaces utilisateurs bien proportionnées.

Par l’exemple : panneau de saisie des coordonnées d’un contact La classe FRPHWHNVRXWLOV3DQQHDX&RQWDFW, sous-classe de MDYD[VZLQJ-3DQHO, met en page dans son propre panneau un ensemble de composants utilisés pour saisir les coordonnées d’un contact (titre, nom, prénom, adresse). L’adresse d’un contact est saisie dans un champ de saisie multilignes de classe MDYD[VZLQJ-7H[W$UHD. Ce champ est placé sous les autres composants pour pouvoir occuper tout la largeur du panneau (voir figure 10-6). Le panneau de saisie d’un contact utilise un layout de classe %RUGHU/D\RXW auquel sont ajoutés les composants suivants : • À l’ouest (gauche) sont placés les labels regroupés dans un panneau utilisant un layout de classe *ULG/D\RXW. • Au centre sont placés la liste déroulante du titre et les deux champs de saisie du nom et du prénom dans un panneau utilisant un layout de classe *ULG/D\RXW. Notez que la grille est décomposée en quatre cellules dont la dernière n’est pas utilisée afin que les champs de saisie soient positionnés en regard de leurs labels. • Au sud (bas) est placé un champ de saisie multilignes dans un panneau à ascenseurs.

REGARD DU DÉVELOPPEUR Utilisation des layouts Voici quelques conseils qui devraient vous faciliter la mise en page d’un panneau avec les layouts : • Utilisez le nombre de colonnes et de lignes des composants de saisie textuelle pour leur donner une taille préférée correcte. • Souvenez-vous qu’un panneau intermédiaire contenant des composants est lui-même un composant dont la taille préférée dépend du layout utilisé pour mettre en page ses composants. • Mettez dans la cellule %RUGHU/D\RXW&(17(5 d’un layout MDYDDZW%RUGHU/D\RXW un composant qui peut être redimensionné en largeur et en hauteur (zone d’édition d’une fenêtre, composants inclus dans une instance de MDYD[VZLQJ-6FUROO3DQH). • Utilisez les paramètres des constructeurs des layouts qui spécifient les espacements horizontal KJDS et vertical YJDS entre les composants pour aérer votre interface utilisateur.

198

• Appelez la méthode VHW5HVL]DEOH IDOVH sur une fenêtre ou une boîte de dialogue qui ne doit pas être redimensionnée. • Ne vous souciez pas des problèmes de traduction et de portage d’une IHM : la taille préférée des composants est calculée en fonction de la longueur de leur texte et s’adapte au look and feel en cours (par exemple, un bouton est beaucoup plus grand sous Mac OS X que sous Windows). Au final, les layouts calculent correctement les dimensions préférées d’une fenêtre lors de l’appel de la méthode SDFN. • Utilisez des identificateurs explicites et clairs pour nommer les panneaux intermédiaires d’IHM complexes. Un grand nombre d’IDE permettent de créer de façon interactive une IHM Swing par simple glisser-déposer des composants dans une fenêtre. Ces environnements accélèrent le développement en générant automatiquement le code Java permettant de construire une interface utilisateur mais vous devez tout de même savoir utiliser le mécanisme des layouts.

© Groupe Eyrolles, 2004

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Panneau saisies

Panneau labels

GridLayout(4,1)

BorderLayout.WEST

BorderLayout.CENTER

GridLayout(4,1)

Figure 10–6

Mise en page du panneau de saisie d’un contact

Panneau principal BorderLayout

BorderLayout.SOUTH

EXEMPLE com/eteks/outils/PanneauContact.java SDFNDJHFRPHWHNVRXWLOV LPSRUWMDYDDZW  LPSRUWMDYD[VZLQJ  



3DQQHDXGHVDLVLHG·XQLQGLYLGX

 SXEOLFFODVV3DQQHDX&RQWDFWH[WHQGV-3DQHO ^ SULYDWHILQDOVWDWLF6WULQJ>@7,75(6 ^0U0PH0HOOH`

3

Textes affichés par le composant de choix.

SULYDWH-&RPER%R[VDLVLH7LWUH QHZ-&RPER%R[ 7,75(6  SULYDWH-7H[W)LHOGVDLVLH1RP QHZ-7H[W)LHOG   SULYDWH-7H[W)LHOGVDLVLH3UHQRP QHZ-7H[W)LHOG   SULYDWH-7H[W$UHDVDLVLH$GUHVVH QHZ-7H[W$UHD   SXEOLF3DQQHDX&RQWDFW ^ -3DQHOSDQQHDX/DEHOV QHZ-3DQHO QHZ*ULG/D\RXW   SDQQHDX/DEHOVDGG QHZ-/DEHO 7LWUH  SDQQHDX/DEHOVDGG QHZ-/DEHO 1RP  SDQQHDX/DEHOVDGG QHZ-/DEHO 3U?XHQRP  SDQQHDX/DEHOVDGG QHZ-/DEHO $GUHVVH  -3DQHOSDQQHDX6DLVLH QHZ-3DQHO QHZ*ULG/D\RXW   SDQQHDX6DLVLHDGG WKLVVDLVLH7LWUH  SDQQHDX6DLVLHDGG WKLVVDLVLH1RP  SDQQHDX6DLVLHDGG WKLVVDLVLH3UHQRP  VHW/D\RXW QHZ%RUGHU/D\RXW   DGG SDQQHDX/DEHOV%RUGHU/D\RXW:(67  DGG SDQQHDX6DLVLH%RUGHU/D\RXW&(17(5  DGG QHZ-6FUROO3DQH VDLVLH$GUHVVH %RUGHU/D\RXW6287+  `

3

Création des composants de saisie.

3

Constructeur.

3

Création d’un panneau utilisant un layout *ULG/D\RXW de 4 lignes par 1 colonne avec un écart de 5 pixels entre les composants.

3

Création d’un panneau utilisant un layout *ULG/D\RXW de 4 lignes par 1 colonne avec un écart de 5 pixels entre les composants.

3

Utilisation sur le panneau courant d’un gestionnaire de layout %RUGHU/D\RXW avec un écart de 5 pixels entre les composants puis ajout des sous-panneaux et du champ de saisie multilignes dans un panneau à ascenseurs.

SXEOLF6WULQJJHW7LWUH ^ UHWXUQ 6WULQJ WKLVVDLVLH7LWUHJHW6HOHFWHG,WHP  `

3

Méthode renvoyant le titre choisi.

© Groupe Eyrolles, 2004

199

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Méthode renvoyant le nom saisi.

B

SXEOLF6WULQJJHW1RP ^ UHWXUQWKLVVDLVLH1RPJHW7H[W  `

Méthode renvoyant le prénom saisi.

B

Méthode renvoyant l’adresse saisie.

B

SXEOLF6WULQJJHW3UHQRP ^ UHWXUQWKLVVDLVLH3UHQRPJHW7H[W  ` SXEOLF6WULQJJHW$GUHVVH ^ UHWXUQWKLVVDLVLH$GUHVVHJHW7H[W  ` `

Ce panneau de saisie est mis en œuvre dans l’application de classe FRPHWHNVWHVW6DLVLH&RQWDFW avec la méthode VWDWLFVKRZ&RQILUP'LDORJ de la classe MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH. Cette méthode affiche le panneau passé en paramètre à sa taille préférée dans une boîte de dialogue modale, avec les boutons de confirmation ou d’annulation Ok /Annuler, puis renvoie une valeur correspondant au choix Ok ou Annuler de l’utilisateur. Il est particulièrement intéressant de l’utiliser ; elle évite en effet : • de créer les deux boutons Ok /Annuler dans la langue de l’utilisateur et de les mettre en page (sachant que ces boutons doivent apparaître selon un ordre et un alignement différents sous Windows et Mac OS X !) ; • de gérer la fermeture de la boîte de dialogue. EXEMPLE com/eteks/test/SaisieContact.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV3DQQHDX&RQWDFW FODVV6DLVLH&RQWDFW ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Création d’une instance du panneau de contact.

B

3DQQHDX&RQWDFWSDQQHDX QHZ3DQQHDX&RQWDFW 

Affichage du panneau par une boîte de dialogue de confirmation avec les boutons Ok /Annuler.

B

LQWUHSRQVH -2SWLRQ3DQHVKRZ&RQILUP'LDORJ QXOOSDQQHDX &RQWDFW-2SWLRQ3DQH2.B&$1&(/B237,21 -2SWLRQ3DQH3/$,1B0(66$*( 

Si l’utilisateur a confirmé sa saisie en cliquant sur Ok, un message est affiché qui résume les valeurs saisies dans le panneau de contact.

B

LI UHSRQVH -2SWLRQ3DQH2.B237,21 -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO&RQWDFW?Q SDQQHDXJHW7LWUH  SDQQHDXJHW3UHQRP SDQQHDXJHW1RP ?QSDQQHDXJHW$GUHVVH 

Arrêt de la JVM.

B

6\VWHPH[LW   ` `

200

© Groupe Eyrolles, 2004

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Figure 10–7 Application FRPHWHNVWHVW6DLVLH&RQWDFW

sous Windows et Mac OS X

À chaque système son look and feel Tous les conteneurs et composants affichés à l’intérieur d’une fenêtre ou d’une boîte de dialogue (hormis les bords et la barre de titre) sont dessinés par la bibliothèque Swing. Cette architecture permet : • de simuler chaque composant sur le système où fonctionne la JVM avec son apparence et son comportement (look and feel) habituels ; • de créer de nouveaux look and feel comme le « Java look & feel » ; • de changer de look à chaud quand un programme est déjà lancé grâce à la méthode de classe VHW/RRN$QG)HHO de la classe MDYD[VZLQJ8,0DQDJHU. Le look and feel d’une application peut aussi être choisi lors du lancement d’une application en ajoutant l’option ²'VZLQJGHIDXOWODI FODVVH/RRN$QG)HHO à la commande MDYD. Cette option modifie la valeur de la propriété système VZLQJGHIDXOWODI qui représente la classe de look and feel utilisée par défaut par Swing. Les classes de look and feel les plus connues sont : • MDYD[VZLQJSODIPHWDO0HWDO/RRN$QG)HHO pour le look and feel Java, • FRPVXQMDYDVZLQJSODIZLQGRZV:LQGRZV/RRN$QG)HHO pour Windows, • FRPVXQMDYDVZLQJSODIPRWLI0RWLI/RRN$QG)HHO pour Motif – sous Unix et autres systèmes XWindow, • DSSOHODI$TXD/RRN$QG)HHO pour Mac OS X (avec Java 1.4). © Groupe Eyrolles, 2004

ASTUCE Choisir le look and feel du système L’instruction suivante permet d’utiliser le look and feel du système d’exploitation en cours : 8,0DQDJHUVHW/RRN$QG)HHO 8,0DQDJHU JHW6\VWHP/RRN$QG)HHO&ODVV1DPH 

JAVA 5.0 Look and feel Ocean L’aspect du look and feel Java s’est modernisé dans Java 5.0 et s’appelle maintenant Ocean.

201

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Java Look & Feel

Windows Look & Feel

Mac OS X Look & Feel

Motif Look & Feel

SOUS WINDOWS Changer le look-and-feel de Java par défaut Toutes les captures d’écran de cet ouvrage qui ont été faites sous Windows ont été réalisées en ajoutant l’option : ²'VZLQJGHIDXOWODI  XFRPVXQMDYDVZLQJSODIZLQGRZV  X:LQGRZV/RRN$QG)HHO à la commande MDYD afin d’utiliser le look de Windows en lieu et place de celui de Java positionné par défaut sur ce système d’exploitation. Le look and feel de Windows XP est reconnu par les versions de Java supérieures à 1.4.2.

SOUS MAC OS X Intégrer la barre de menu à sa place Le look and feel positionné par défaut sous Mac OS X est bien Aqua, celui du système, mais en revanche les barres de menus restent intégrées par défaut aux fenêtres ouvertes par Java. Pour intégrer les barres de menus au menu, en haut de l’écran, ajoutez l’option : ²'DSSOHODIXVH6FUHHQ0HQX%DU WUXH à la commande MDYD. Apple fournit aussi des outils qui permettent de mieux intégrer une application Java au système, notamment en autorisant le démarrage par double-clic sur une icône.

Figure 10–8 Différents look and feel avec une même application

B http://developer.apple.com/documentation/Java/

JAVA 5.0 Performances de Swing Toute application Swing requiert une durée de lancement relativement longue et une assez grande quantité de mémoire (comptez au moins 15 Mo). Ces contre-performances sont essentiellement dues à l’architecture ouverte de Swing, qui nécessite le chargement de nombreuses classes. Le partage de classe (Class Data Sharing) a été notamment ajouté à Java 5.0 pour corriger ces deux inconvénients (voir aussi la fin du chapitre 2).

202

© Groupe Eyrolles, 2004

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Interagir avec l’utilisateur grâce aux événements Après avoir étudié comment placer des composants à l’écran, voyons comment programmer leur comportement quand l’utilisateur actionne ces composants.

Événements L’utilisateur d’un programme interagit avec les composants Swing à l’écran grâce aux périphériques, comme la souris ou le clavier. Ces interactions sont regroupées par le système sous forme d’événements (events en anglais) de deux catégories : • Les événements primaires, provoqués par un périphérique de l’ordinateur : événements souris (enfoncement /relâchement d’un bouton de la souris, déplacement du pointeur de la souris) et événements clavier (enfoncement /relâchement d’une touche du clavier). • Les événements composites, qui sont créés par le système de gestion événementiel suite à un enchaînement d’événements primaires sur un composant (double-clic, choix d’un menu...) ou sur un conteneur (redimensionnement, fermeture d’une fenêtre...).

Événements clavier

Système de gestion événementiel

Événements souris

Figure 10–9

Gestion événementielle

Être à l’écoute des événements en implémentant un listener Le système adresse à chaque composant Swing les événements qui le concernent. Pour exécuter un traitement en réaction à un événement reçu par un composant, il faut : • écrire les instructions de ce traitement dans une classe implémentant l’interface listener associée à l’événement ; • créer une instance de cette classe de listener ; • appeler la méthode DGG/LVWHQHU adéquate du composant en lui passant en paramètre l’instance du listener. © Groupe Eyrolles, 2004

C# listener et delegate Les délégués en C# correspondent aux listeners Java. La déclaration GHOHJDWH du C# permet de spécifier les types de la valeur de retour et des paramètres qu’une méthode doit respecter pour être rappelée quand un événement survient. En Java, ce type de méthode est spécifié dans une interface de type listener que vous devez implémenter dans une classe de listener.

203

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

En Java, l’interface « d’écoute » (listener) le plus souvent implémentée est MDYDDZWHYHQW$FWLRQ/LVWHQHU. Son unique méthode DFWLRQ3HUIRUPHG est implémentée avec le traitement à exécuter en réponse à une action de l’utilisateur sur un composant. Cet événement composite de classe MDYDDZWHYHQW$FWLRQ(YHQW est émis par le système quand, par exemple, l’utilisateur clique sur un bouton.

C++ listener et pointeur sur fonction Les listeners sont un bon exemple pour montrer comment programmer en Java l’équivalent des callbacks du C++ en se passant des pointeurs sur fonction, absents de Java. Une fonction utilisée comme callback devient ici une méthode dont la déclaration est spécifiée par l’interface qu’implémente sa classe.

Par l’exemple : quelle heure est-il ? La classe FRPHWHNVWHVW/LVWHQHU+HXUH présentée ci-après implémente l’interface MDYDDZWHYHQW$FWLRQ/LVWHQHU pour afficher l’heure dans une boîte de dialogue. L’application de classe FRPHWHNVWHVW$IILFKHU+HXUH crée un bouton et une instance de cette classe de listener, puis appelle la méthode DGG$FWLRQ/LVWHQHU sur le bouton en passant le listener en paramètre, pour qu’il soit lié au bouton. Grâce à ce lien, la méthode DFWLRQ3HUIRUPHG du listener, qui affiche l’heure courante, sera appelée à chaque clic sur le bouton. EXEMPLE com/eteks/test/AfficherHeure.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDXWLO'DWH LPSRUWMDYDWH[W'DWH)RUPDW FODVV/LVWHQHU+HXUHLPSOHPHQWVMDYDDZWHYHQW$FWLRQ/LVWHQHU ^ SXEOLFYRLGDFWLRQ3HUIRUPHG MDYDDZWHYHQW$FWLRQ(YHQWHY ^

Création d’un texte avec les heures:minutes: secondes du moment.

B

6WULQJKHXUH  'DWH)RUPDWJHW7LPH,QVWDQFH IRUPDW QHZ'DWH  -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO,OHVWKHXUH  ` ` FODVV$IILFKHU+HXUH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

Création d’un bouton lié à une instance de FRPHWHNVWHVW/LVWHQHU+HXUH

B

-%XWWRQERXWRQ+HXUH QHZ-%XWWRQ 4XHOOHKHXUHHVWLO"  MDYDDZWHYHQW$FWLRQ/LVWHQHUDFWLRQ%RXWRQ  QHZ/LVWHQHU+HXUH  ERXWRQ+HXUHDGG$FWLRQ/LVWHQHU DFWLRQ%RXWRQ 

Affichage du bouton dans une fenêtre non redimensionnable.

B

-)UDPHIHQHWUH QHZ-)UDPH +HXUH  IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH DGG ERXWRQ+HXUH  IHQHWUHVHW5HVL]DEOH IDOVH  IHQHWUHSDFN  IHQHWUHVHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ -)UDPH(;,7B21B&/26(  IHQHWUHVHW9LVLEOH WUXH  ` `

204

© Groupe Eyrolles, 2004

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Instance de la classe com.eteks.test.ListenerHeure

liée au bouton

 Système de gestion événementiel

 

 Événement d'action de classe java.awt.event. ActionEvent

Figure 10–10 Instance de la classe



Déclenchement d’un événement d’action

javax.swing.JButton

de la fenêtre

Quand l’utilisateur clique sur le bouton Quelle heure est-il ? , le système de gestion événementiel crée un événement de classe MDYDDZWHYHQW $FWLRQ(YHQW . Cet événement est transmis à l’instance de la classe MDYD[VZLQJ-%XWWRQ  qui correspond au bouton affiché dans la fenêtre. Le bouton appelle alors la méthode DFWLRQ3HUIRUPHG  de l’instance de FRPHWHNVWHVW/LVWHQHU+HXUH qui lui est liée pour exécuter son traitement . Pour les autres classes de composants, un événement d’action est émis en fonction de leur logique d’utilisation : • Pour les composants de classes MDYD[VZLQJ-&KHFN%R[ et MDYD[VZLQJ-5DGLR%XWWRQ, un événement d’action est émis quand l’utilisateur clique sur la boîte à cocher ou le bouton radio. • Pour les composants de classe MDYD[VZLQJ-0HQX,WHP et des autres classes de menu, un événement d’action est émis quand l’utilisateur choisit un menu (avec la souris ou un raccourci clavier). • Pour les composants de classe MDYD[VZLQJ-7H[W)LHOG, un événement d’action est émis quand l’utilisateur appuie sur la touche Entrée du clavier dans le champ de saisie. • Pour les composants de classe MDYD[VZLQJ-&RPER%R[, un événement d’action est émis quand l’utilisateur choisit un élément de la liste.

JAVA Et les autres événements ? Les classes d’événement et les interfaces listener associées aux autres types d’événements utilisent la même logique d’implémentation. Il est facile de les identifier, car elles appartiennent aux paquetages MDYDDZWHYHQW ou MDYD[VZLQJHYHQW et se terminent respectivement par le suffixe (YHQW et /LVWHQHU. En voici quelques-unes : • La classe MDYDDZWHYHQW0RXVH(YHQW décrit les événements souris et est associée à l’interface MDYDDZWHYHQW0RXVH/LVWHQHU. • La classe MDYDDZWHYHQW.H\(YHQW décrit les événements clavier et est associée à l’interface MDYDDZWHYHQW.H\/LVWHQHU. • La classe MDYDDZWHYHQW:LQGRZ(YHQW décrit les événements d’une fenêtre et est associée à l’interface MDYDDZWHYHQW :LQGRZ/LVWHQHU.

Utiliser les classes anonymes pour implémenter un listener Une classe anonyme sert à écrire une sous-classe « à usage unique », c’est-àdire qui n’est instanciée qu’à un seul endroit du programme – comme c’est souvent le cas pour un événement d’action. L’unique instruction d’une classe anonyme : 1 crée une instance de la classe ; 2 déclare sa super-classe ou l’interface qu’elle implémente ; 3 redéfinit avec l’implémentation voulue les méthodes de sa super-classe ou de l’interface implémentée. © Groupe Eyrolles, 2004

205

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : générer des tirages de loto ATTENTION Variables locales et paramètres final Toute variable locale ou paramètre de la méthode englobante doit être déclarée ILQDO pour pouvoir être utilisée dans une classe anonyme. Si dans la classe FRPHWHNVWHVW vous 7LUDJH/RWR$YHF&ODVVH$QRQ\PH oubliez de déclarer ILQDO la variable ODEHO/RWR, le compilateur vous affichera le message suivant : VUFFRPHWHNVWHVW 7LUDJH/RWR$YHF&ODVVH$QRQ\PHMDYD ORFDOYDULDEOHODEHO/RWRLVDFFHVVHG IURPZLWKLQLQQHUFODVVQHHGVWREH GHFODUHGILQDO sur la ligne où la méthode VHW7H[W est appelée sur ODEHO/RWR.

Les deux applications de cet exemple affichent le résultat d’un tirage de loto à chaque clic sur un bouton, mais l’une d’elle recourt à une classe anonyme pour implémenter le listener. • La classe FRPHWHNVWHVW7LUDJH/RWR6DQV&ODVVH$QRQ\PH utilise la classe FRPHWHNVWHVW1RXYHDX7LUDJH comme listener. Le label du tirage mis à jour dans la méthode DFWLRQ3HUIRUPHG est désigné par le champ ODEHO/RWR initialisé dans le constructeur de la classe 1RXYHDX7LUDJH. • La classe FRPHWHNVWHVW7LUDJH/RWR$YHF&ODVVH$QRQ\PH utilise une classe anonyme comme listener. Le label du tirage mis à jour dans la méthode DFWLRQ3HUIRUPHG est désigné par la variable locale ODEHO/RWR, qui doit être déclarée ILQDO. La classe FRPHWHNVRXWLOV/RWR que ces classes utilisent pour effectuer un tirage de loto est définie à la fin du chapitre 7, « Abstraction et interface ».

Figure 10–11 Nouveau tirage de loto

JAVA Classes anonymes et classes internes La déclaration d’une variable REMHW désignant une instance d’une classe anonyme ,QWHUIDFH2X6XSHU&ODVVH respecte la syntaxe suivante : ,QWHUIDFH2X6XSHU&ODVVHREMHW  QHZ,QWHUIDFH2X6XSHU&ODVVH ^'pEXWGHODFODVVHDQRQ\PH SXEOLFW\SH5HWRXUPHWKRGH5HGHILQLH ^ ,QWUXFWLRQVGHODPpWKRGH ` $XWUHVPpWKRGHVGH,QWHUIDFH2X6XSHU&ODVVH VLQpFHVVDLUH `)LQGHODFODVVHDQRQ\PH

Le compilateur MDYDF fabrique un fichier FODVV pour chaque classe anonyme. Le nom de ces fichiers est construit avec l’identificateur de la classe où est définie la classe anonyme suivi du caractère  et d’un nombre (par exemple 7LUDJH/RWR$YHF &ODVVH$QRQ\PHFODVV). Les classes anonymes sont en fait une extension des classes internes (inner classes) qui sont des classes définies à l’intérieur d’autres classes :

206

SXEOLFFODVV&ODVVH([WHUQH ^ 0RGLILFDWHXU$FFHVFODVV&ODVVH,QWHUQH ^ 0HPEUHVGH&ODVVH,QWHUQH ` 0HPEUHVGH&ODVVH([WHUQH `

Le modificateur d’accès d’une classe interne peut être SULYDWH, absent (friendly), SURWHFWHG ou SXEOLF et contrôle la portée de ce type de classes. Une classe interne est déclarée VWDWLF ou non. Une instance d’une classe interne VWDWLF ne dépend d’aucune instance de la classe englobante (outer class) et s’instancie avec une expression QHZ &ODVVH([WHUQH&ODVVH,QWHUQH . L’instance d’une classe interne non VWDWLF stocke automatiquement une référence vers l’instance de la classe englobante, ce qui permet d’utiliser directement dans la classe interne tous les membres de la classe englobante, même ceux SULYDWH. Cette référence doit être donnée à l’instanciation de la classe interne, d’où l’expression : REMHW&ODVVH([WHUQHQHZ &ODVVH,QWHUQH

voire plus simplement QHZ &ODVVH,QWHUQH quand cette référence est WKLV.

© Groupe Eyrolles, 2004

EXEMPLE com/eteks/test/TirageLotoAvecClasseAnonyme.java

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV/RWR LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDDZW  LPSRUWMDYDDZWHYHQW  FODVV1RXYHDX7LUDJHLPSOHPHQWV$FWLRQ/LVWHQHU ^ SULYDWH-/DEHOODEHO/RWR

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV/RWR LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDDZW  LPSRUWMDYDDZWHYHQW  FODVV7LUDJH/RWR$YHF&ODVVH$QRQ\PH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ ILQDO-/DEHOODEHO/RWR QHZ-/DEHO  &UpDWLRQG XQERXWRQPHWWDQWjMRXU OHODEHODYHFXQQRXYHDXWLUDJHGH ORWRJUkFHjXQOLVWHQHUGHFODVVH DQRQ\PH -%XWWRQERXWRQ/RWR QHZ-%XWWRQ 1RXYHDXWLUDJH  ERXWRQ/RWRDGG$FWLRQ/LVWHQHU QHZ$FWLRQ/LVWHQHU ^ SXEOLFYRLGDFWLRQ3HUIRUPHG  $FWLRQ(YHQWHY ^ 0LVHjMRXUGXODEHODYHFOHV QXPpURVG XQQRXYHDXWLUDJH ODEHO/RWRGRLWrWUHGpFODUp ILQDOSRXUSRXYRLUrWUH XWLOLVpGDQVODFODVVHDQRQ\PH ODEHO/RWRVHW7H[W /RWR FUHHU7LUDJH/RWR WR6WULQJ  ` ` 

SXEOLF1RXYHDX7LUDJH -/DEHOODEHO/RWR ^ WKLVODEHO/RWR ODEHO/RWR ` SXEOLFYRLGDFWLRQ3HUIRUPHG $FWLRQ(YHQWHY ^ 0LVHjMRXUGXODEHODYHFOHV QXPpURVG XQQRXYHDXWLUDJH ODEHO/RWRVHW7H[W /RWR FUHHU7LUDJH/RWR WR6WULQJ  ` ` FODVV7LUDJH/RWR6DQV&ODVVH$QRQ\PH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ -/DEHOODEHO/RWR QHZ-/DEHO  &UpDWLRQG XQERXWRQPHWWDQWjMRXU OHODEHODYHFXQQRXYHDXWLUDJHGH ORWRJUkFHDXOLVWHQHUGHFODVVH FRPHWHNVWHVW1RXYHDX7LUDJH -%XWWRQERXWRQ/RWR QHZ-%XWWRQ 1RXYHDXWLUDJH  ERXWRQ/RWRDGG$FWLRQ/LVWHQHU QHZ1RXYHDX7LUDJH ODEHO/RWR  $IILFKDJHGXERXWRQHWGXODEHOO XQ VRXVO DXWUHGDQVXQHIHQrWUH -)UDPHIHQHWUH QHZ-)UDPH /RWR  IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH  VHW/D\RXW QHZ*ULG/D\RXW   IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH DGG ERXWRQ/RWR  IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH DGG ODEHO/RWR  IHQHWUHSDFN  IHQHWUHVHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ -)UDPH(;,7B21B&/26(  IHQHWUHVHW9LVLEOH WUXH  ` `

$IILFKDJHGXERXWRQHWGXODEHOO XQ VRXVO DXWUHGDQVXQHIHQrWUH -)UDPHIHQHWUH QHZ-)UDPH /RWR  IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH  VHW/D\RXW QHZ*ULG/D\RXW   IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH DGG ERXWRQ/RWR  IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH DGG ODEHO/RWR  IHQHWUHSDFN  IHQHWUHVHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ -)UDPH(;,7B21B&/26(  IHQHWUHVHW9LVLEOH WUXH  ` `

ATTENTION import java.awt.event.*; La clause LPSRUWMDYDDZW  n’importe que les classes du paquetage MDYDDZW, pas celles de ses sous-paquetages comme MDYDDZWHYHQW. © Groupe Eyrolles, 2004

207

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

EXEMPLE com/eteks/test/TirageLotoSansClasseAnonyme.java

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

REGARD DU DÉVELOPPEUR Avantages des classes anonymes • Les méthodes d’une classe anonyme peuvent utiliser les champs et les méthodes d’instance de la classe englobant la classe anonyme. • Les méthodes d’une classe anonyme peuvent utiliser les variables locales et les paramètres de la méthode dans laquelle la classe anonyme est définie s’ils sont déclarés ILQDO. • L’instruction de création d’une classe anonyme de type listener permet d’associer à un composant Swing son listener juste après l’instanciation du composant, regroupant ainsi la création et le comportement du composant. • La classe étant anonyme, vous n’avez pas à lui trouver d’identificateur. • Les IDE capables de créer de façon interactive une IHM Swing permettent aussi de créer automatiquement en quelques clics la structure d’une classe anonyme et de ses méthodes pour réagir à un événement. Il vous reste alors simplement à implémenter le traitement de l’événement.

Par l’exemple : interface utilisateur d’un carnet d’adresses

ATTENTION Titres des colonnes d’un tableau Swing

L’application de classe FRPHWHNVWHVW&DUQHW$GUHVVHV affiche dans un tableau le titre, le nom, le prénom et l’adresse d’un ensemble de contacts. L’ajout d’un nouveau contact s’effectue à partir du menu Fichier/Nouveau et d’un listener anonyme associé à ce menu. La saisie du texte correspondant s’effectue dans un panneau de classe FRPHWHNVRXWLOV3DQQHDX&RQWDFW, définie plus haut dans la section « Mise en page évoluée ».

Pour faire apparaître les titres des colonnes d’un tableau de classe MDYD[VZLQJ-7DEOH, ce dernier doit être inclus dans une instance de panneau à ascenseurs de classe MDYD[VZLQJ-6FUROO3DQH.

Les données de chaque contact sont mémorisées par un modèle de données de classe MDYD[VZLQJWDEOH'HIDXOW7DEOH0RGHO . Ce modèle est utilisé par une instance de MDYD[VZLQJ-7DEOH  pour obtenir les valeurs à afficher dans un tableau et permet de modifier les données affichées .

DANS LA VRAIE VIE Sauvegarde des informations saisies En l’état, l’application du carnet d’adresses n’a qu’un intérêt limité car elle n’est pas capable de sauvegarder les données saisies dans un fichier. Pour enregistrer les contacts du tableau, vous pouvez soit utiliser une base de données (voir le chapitre 11, « Connexion à la base de données avec JDBC »), soit utiliser des fichiers en recourant aux classes du paquetage MDYDLR.

EXEMPLE com/eteks/test/CarnetAdresses.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYD[VZLQJWDEOH'HIDXOW7DEOH0RGHO LPSRUWMDYDDZWHYHQW  LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV3DQQHDX&RQWDFW FODVV&DUQHW$GUHVVHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^

La variable locale IHQHWUH doit être déclarée ILQDO pour être utilisable dans la classe anonyme qui implémente $FWLRQ/LVWHQHU

B

ILQDO-)UDPHIHQHWUH QHZ-)UDPH &RQWDFWV 

Création d’un modèle de tableau auquel il sera possible, ultérieurement, d’ajouter des lignes.

B

6WULQJ>@FRORQQHV ^7LWUH1RP3U?XHQRP$GUHVVH` ILQDO'HIDXOW7DEOH0RGHOPRGHOH  QHZ'HIDXOW7DEOH0RGHO FRORQQHV 

Création d’un tableau utilisant ce modèle.

B

-7DEOHWDEOHDX QHZ-7DEOH PRGHOH 

Ajout du tableau dans un panneau avec ascenseurs à la fenêtre.

B

IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH DGG QHZ-6FUROO3DQH WDEOHDX 

208

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Récupération de la touche utilisée pour les raccourcis clavier (Ctrl sous Windows ou Cmd – pomme – sous Mac OS).

-0HQX,WHPPHQX1RXYHDX QHZ-0HQX,WHP 1RXYHDX 1  PHQX1RXYHDXVHW$FFHOHUDWRU .H\6WURNHJHW.H\6WURNH .H\(YHQW9.B1WRXFKH5DFFRXUFLV 

3

Création de l’élément de menu Nouveau (de mnémonique N) et de raccourci clavier Ctrl + N ou Cmd + N.

3DQQHDX&RQWDFWSDQQHDX QHZ3DQQHDX&RQWDFW  LQWUHSRQVH -2SWLRQ3DQHVKRZ&RQILUP'LDORJ IHQHWUH SDQQHDX1RXYHDXFRQWDFW -2SWLRQ3DQH2.B&$1&(/B237,21 -2SWLRQ3DQH3/$,1B0(66$*( 

3

Saisie d’un nouveau contact avec un panneau de saisie de classe FRPHWHNVRXWLOV 3DQQHDX&RQWDFW

LI UHSRQVH -2SWLRQ3DQH2.B237,21 PRGHOHDGG5RZ QHZ6WULQJ>@ ^SDQQHDXJHW7LWUH SDQQHDXJHW1RP  SDQQHDXJHW3UHQRP SDQQHDXJHW$GUHVVH `  ` ` 

3

Si l’utilisateur a confirmé sa saisie en cliquant sur 2N, ajout d’une ligne au modèle du tableau des contacts avec les valeurs saisies. Le tableau est automatiquement mis à jour à l’écran.

-0HQX,WHPPHQX4XLWWHU QHZ-0HQX,WHP 4XLWWHU·4·  PHQX4XLWWHUDGG$FWLRQ/LVWHQHU QHZ$FWLRQ/LVWHQHU ^ SXEOLFYRLGDFWLRQ3HUIRUPHG $FWLRQ(YHQWHY ^

3

Création de l’élément de menu Quitter et de son listener associé.

LI -2SWLRQ3DQHVKRZ&RQILUP'LDORJ IHQHWUH 9RXOH]YRXVYUDLPHQWTXLWWHU"4XLWWHU -2SWLRQ3DQH<(6B12B237,21  -2SWLRQ3DQH<(6B237,21 

3

Si l’utilisateur confirme l’arrêt de l’application...

6\VWHPH[LW   ` ` 

3

... arrêt de la JVM.

-0HQX%DUEDUUH0HQX QHZ-0HQX%DU  IHQHWUHVHW-0HQX%DU EDUUH0HQX  -0HQXPHQX)LFKLHU QHZ-0HQX )LFKLHU  EDUUH0HQXDGG PHQX)LFKLHU  PHQX)LFKLHUDGG PHQX1RXYHDX  PHQX)LFKLHUDGG PHQX4XLWWHU 

3

Création d’une barre de menus avec le menu Fichier et ses éléments de menu.

3

Affichage de la fenêtre.

PHQX1RXYHDXDGG$FWLRQ/LVWHQHU QHZ$FWLRQ/LVWHQHU ^ SXEOLFYRLGDFWLRQ3HUIRUPHG $FWLRQ(YHQWHY ^

IHQHWUHVHW6L]H   IHQHWUHVHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ -)UDPH'2B127+,1*B21B&/26(  IHQHWUHVHW9LVLEOH WUXH  ` `

Vous noterez qu’ici la méthode VKRZ&RQILUP'LDORJ utilise en premier paramètre la référence IHQHWUH  , ce qui permet de créer une boîte de dialogue modale de confirmation à une position relative à la fenêtre de l’application et de bloquer toute saisie dans cette fenêtre tant que la boîte de dialogue n’a pas été fermée. © Groupe Eyrolles, 2004

JAVA 5.0 Impression des tableaux Plusieurs méthodes SULQW ont été ajoutées à la classe MDYD[VZLQJ-7DEOH dans Java 5.0, pour faciliter l’impression des tableaux.

209

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

LQWWRXFKH5DFFRXUFLV MDYDDZW7RRONLWJHW'HIDXOW7RRONLW  JHW0HQX6KRUWFXW.H\0DVN 

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

La barre de menus d’une fenêtre est créée grâce à une instance de MDYD[VZLQJ-0HQX%DU  à laquelle sont ajoutés les menus  et les éléments de menu nécessaires à l’application.

Figure 10–12 Application FRPHWHNVWHVW&DUQHW$GUHVVHV

Programmer une applet ASTUCE Console Java des applets Les diagnostics d’exceptions et les textes affichés avec le champ RXW de la classe MDYDODQJ6\VWHP sont écrits sur la console Java pendant l’exécution d’une applet. Selon le système d’exploitation, la console s’obtient : • sous Windows, en choisissant le menu Ouvrir la console disponible sur l’icône Java qui s’affiche dans la barre d’applications Windows au lancement d’une applet ;

• sous

Mac OS X,

en

lançant

l’application

Console située dans le dossier Applications/ Utilitaire :

• sous Linux, généralement en choisissant le menu Console Java du navigateur.

210

Une applet est une classe particulière de composant Swing qui s’affiche dans une page HTML visualisée par un navigateur. En voici les principales caractéristiques. La classe d’une applet doit dériver de la classe MDYD[VZLQJ-$SSOHW, être SXEOLF et avoir un constructeur SXEOLF sans paramètre (éventuellement, celui fourni par défaut). La balise DSSOHW FRGH &ODVVH$SSOHW ! est incluse dans un fichier HTML pour faire appel à une applet de classe &ODVVH$SSOHW. Quand une page HTML contenant une balise DSSOHW est visualisée, la JVM : 1 Télécharge la classe d’applet spécifiée par l’attribut FRGH. 2 Crée une instance de la classe d’applet. 3 Appelle la méthode LQLW. Une applet étant une sorte de panneau Swing, cette méthode est redéfinie dans une classe d’applet pour ajouter à l’applet les composants à visualiser. 4 Appelle la méthode VWDUW au moment où l’applet apparaît à l’écran. Cette méthode est le plus souvent redéfinie pour démarrer une animation quand l’applet en visualise une. 5 Appelle la méthode VWRS au moment où l’applet disparaît de l’écran. Par opposition à la méthode VWDUW, cette méthode est redéfinie pour arrêter une animation, si nécessaire. 6 Appelle la méthode GHVWUR\ au moment où la page HTML n’est plus visualisée.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les balises SDUDPQDPH SDUDPHWUHYDOXH YDOHXU3DUDPHWUH! incluses dans la balise DSSOHW permettent de paramétrer une applet. Une classe d’applet interroge ces paramètres grâce à la méthode JHW3DUDPHWHU dont elle hérite. Pour éviter toute intrusion dans le système d’exploitation où fonctionne le navigateur, le gestionnaire de sécurité utilisé par la JVM pour les applets est très restrictif.

JAVA Installation du plugin Java La gestion des applets dans un navigateur s’effectue grâce à un plugin Java. Sous Windows, le programme d’installation du JDK et du JRE fourni par Sun propose de configurer automatiquement le navigateur de votre système pour qu’il utilise ce plugin. Sous Linux, il vous faudra mettre à jour manuellement un lien symbolique si vous voulez que votre navigateur utilise la dernière version du plugin installée, comme l’explique le document suivant. B http://www.java.com/fr/download/help/ 5000010500.xml

API JAVA Méthodes les plus utiles de la classe javax.swing.JApplet La super-classe MDYDDZW$SSOHW de la classe MDYD[VZLQJ-$SSOHW définit de nombreuses méthodes. Voici la liste des plus utiles :

Description

Méthode

Méthodes appelées par le navigateur que vous devez redéfinir pour spécifier SXEOLFYRLGLQLW SXEOLFYRLGVWDUW les traitements de votre applet SXEOLFYRLGVWRS SXEOLFYRLGGHVWUR\ État de l’applet (la valeur renvoyée est WUXH si l’applet est active, c’est-à- SXEOLFERROHDQLV$FWLYH dire après l’appel à VWDUW et avant l’appel à VWRS) Interrogation de la valeur d’un paramètre

SXEOLFMDYDODQJ6WULQJ JHW3DUDPHWHU MDYDODQJ6WULQJQDPH

Interrogation de l’URL de la page HTML qui contient la balise DSSOHW de SXEOLFMDYDQHW85/JHW'RFXPHQW%DVH l’applet

ATTENTION Restrictions appliquées aux applets Le gestionnaire de sécurité de la JVM applique les restrictions suivantes pour les applets : • Pas d’accès au système de fichiers local : les classes d’entrée/sortie sur les fichiers et la classe MDYD[VZLQJ-)LOH&KRRVHU ne peuvent pas être utilisées. • Possibilité d’accès réseau uniquement avec l’hôte où est hébergé le fichier FODVV de la classe de l’applet. • Accès interdit avec la classe MDYDODQJ6\VWHP à certaines propriétés de la JVM comme XVHUQDPH, XVHUKRPH, XVHUGLU, XVHUFRXQWU\, XVHUODQJXDJH, MDYDKRPH RX MDYDFODVVSDWK. • Impossibilité de lancer des applications locales.

© Groupe Eyrolles, 2004

Une exception non contrôlée de classe MDYDVHFXULW\ $FFHVV&RQWURO([FHSWLRQ (sous-classe de MDYDODQJ 6HFXULW\([FHSWLRQ) est déclenchée si vous tentez d’effectuer une des opérations interdites. Si votre programme a besoin de ces droits, soit vous en faites une application, solution plus compliquée à distribuer, installer et mettre à jour, soit vous en faites une applet signée.

211

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Comme pour une image, une applet s’affiche dans une zone de taille définie par les attributs ZLGWK et KHLJKW de la balise DSSOHW.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : bienvenue dans le monde des applets ! L’applet de classe FRPHWHNVWHVW$SSOHW%LHQYHQXH affiche un label utilisant un texte construit avec le paramètre QRP. EXEMPLE com/eteks/test/AppletBienvenue.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  $SSOHW%LHQYHQXH est une sous-classe SXEOLF de MDYD[VZLQJ-DSSOHW.

B

SXEOLFFODVV$SSOHW%LHQYHQXHH[WHQGV-$SSOHW ^

Point d’entrée de l’applet : méthode appelée au chargement de l’applet.

B

SXEOLFYRLGLQLW ^

Récupération du paramètre QRP.

B

6WULQJQRP JHW3DUDPHWHU QRP 

Création d’un label avec le paramètre.

B

-/DEHOODEHO%LHQYHQXH QHZ-/DEHO %RQMRXUQRP 

Ajout du label au contenu de l’applet.

B

JHW&RQWHQW3DQH DGG ODEHO%LHQYHQXH  ` `

ATTENTION Modification d’une applet Pour que le navigateur recharge les fichiers FODVV d’une applet qui ont été modifiés, vous devez quitter le navigateur et le relancer. Par contre, DSSOHWYLHZHU propose le menu Recharger qui permet de recharger les fichiers FODVV et prend en compte les modifications sur ces fichiers.

Pour lancer la classe d’applet FRPHWHNVWHVW$SSOHW%LHQYHQXH, il faut écrire la balise DSSOHW FRGH FRPHWHNVWHVW$SSOHW%LHQYHQXH ZLGWK  KHLJKW ! dans un fichier HTML (par exemple, $SSOHW%LHQYHQXHKWPO), puis : • Soit lancer la commande DSSOHWYLHZHU $SSOHW%LHQYHQXHKWPO. Cette commande ouvre une fenêtre de dimensions (ZLGWK,KHLJKW) pour y exécuter l’applet correspondant à la classe de l’attribut FRGH • Soit visualiser le fichier $SSOHW%LHQYHQXHKWPO dans un navigateur qui est compatible avec Java. Les attributs FRGH, ZLGWK et KHLJKW sont les trois attributs obligatoires de la balise DSSOHW. Les paramètres de l’applet et leur valeur sont cités dans des balises SDUDPQDPH SDUDPHWUHYDOXH YDOHXU! placées entre les balises de début et de fin d’applet DSSOHW! et DSSOHW!. La classe de l’applet utilise la méthode JHW3DUDPHWHU pour obtenir la valeur d’un de ces paramètres. Si le dossier du fichier $SSOHW%LHQYHQXHKWPO ne contient pas le chemin FRP HWHNVWHVW$SSOHW%LHQYHQXHFODVV, vous pouvez ajouter l’attribut FRGHEDVH à la balise DSSOHW pour donner un chemin absolu ou relatif permettant d’accéder à la racine des classes nécessaires à l’applet. Si le fichier $SSOHW%LHQYHQXHKWPO est dans le dossier ELQ de développement et le fichier FRPHWHNVWHVW$SSOHW%LHQYHQXHFODVV dans le dossier des classes FODVVHV, on obtient le fichier suivant : EXEMPLE bin/AppletBienvenue.html

Figure 10–13 Applet FRPHWHNVWHVW$SSOHW%LHQYHQXH avec le paramètre QRP égal à 7KRPDV visualisée avec la commande DSSOHWYLHZHU

212

KWPO!KHDG!WLWOH!%LHQYHQXHWLWOH!KHDG!ERG\! DSSOHWFRGH FRPHWHNVWHVW$SSOHW%LHQYHQXH ZLGWK KHLJKW FRGHEDVH FODVVHV! SDUDPQDPH QRPYDOXH 7KRPDV! DSSOHW! ERG\!KWPO! © Groupe Eyrolles, 2004

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

Créer une interface utilisateur avec une applet Comme la classe MDYD[VZLQJ-$SSOHW représente un panneau avec un layout de classe MDYDDZW%RUGHU/D\RXW par défaut, on peut lui ajouter plusieurs composants ou sous-panneaux avec la méthode DGG.

Par l’exemple : interface utilisateur du calcul de mensualité L’applet de classe FRPHWHNVWHVW$SSOHW(PSUXQW permet de calculer les mensualités et le coût d’un emprunt en réutilisant la méthode FDOFXOHU0HQVXDOLWH de la classe FRPHWHNVRXWLOV(PSUXQW.

La classe FRPHWHNVRXWLOV(PSUXQW a été définie dans le chapitre 6, « Les classes de base de la bibliothèque Java »

L’interface utilisateur de cette applet met en page plusieurs champs de saisie pour simplifier l’utilisation du programme (voir figure 10–14). Elle utilise les classes MDYD[VZLQJ-)RUPDWWHG7H[W)LHOG et MDYD[VZLQJ-6SLQQHU pour la saisie du capital, du taux et de la durée de l’emprunt.

API JAVA Champs de saisie numériques Les classes MDYD[VZLQJ-)RUPDWWHG7H[W)LHOG et MDYD[VZLQJ-6SLQQHU sont apparues dans la version Java 1.4 et utilisent le format numérique correspondant à la langue de l’utilisateur : le séparateur décimal pour les francophones est la virgule.

JAVA Chargement des classes non standards Si une classe d’applet a besoin de charger d’autres classes non standards ou des fichiers avec la méthode JHW5HVRXUFH de MDYDODQJ&ODVV, il suffit de les héberger avec votre classe d’applet en les organisant comme une application Java.

EXEMPLE com/eteks/test/AppletEmprunt.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVRXWLOV(PSUXQW LPSRUWMDYDWH[W1XPEHU)RUPDW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDDZW  LPSRUWMDYDDZWHYHQW 

3

Importation de la classe de calcul de mensualités.

SXEOLFYRLGLQLW ^

3

Point d’entrée de l’applet.

'RXEOHFDSLWDO QHZ'RXEOH JHW3DUDPHWHU FDSLWDO  'RXEOHWDX[ QHZ'RXEOH JHW3DUDPHWHU WDX[  ,QWHJHUGXUHH QHZ,QWHJHU JHW3DUDPHWHU GXUHH 

3

Récupération des valeurs par défaut passées en paramètre.

ILQDO-)RUPDWWHG7H[W)LHOGVDLVLH&DSLWDO  QHZ-)RUPDWWHG7H[W)LHOG FDSLWDO  ILQDO-)RUPDWWHG7H[W)LHOGVDLVLH7DX[  QHZ-)RUPDWWHG7H[W)LHOG WDX[  ILQDO-6SLQQHUVDLVLH'XUHH QHZ-6SLQQHU  VDLVLH'XUHHVHW9DOXH GXUHH 

3

Création des composants de saisie du capital, du taux et de la durée de l’emprunt, initialisée avec les valeurs par défaut.

ILQDO-/DEHOODEHO0HQVXDOLWH QHZ-/DEHO  ILQDO-/DEHOODEHO&RXW QHZ-/DEHO 

3

Création des labels affichant les résultats des calculs de mensualité et de coût.



 $SSOHWGHFDOFXOGHPHQVXDOLWHVG XQHPSUXQW   SXEOLFFODVV$SSOHW(PSUXQWH[WHQGV-$SSOHW ^

© Groupe Eyrolles, 2004

213

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Ajout des composants précédents à un panneau utilisant une grille de 5 lignes × 2 colonnes, avec un label d’information devant chaque composant.

B

-3DQHOSDQQHDX(PSUXQW QHZ-3DQHO QHZMDYDDZW*ULG/D\RXW   SDQQHDX(PSUXQWDGG QHZ-/DEHO &DSLWDOHPSUXQW?XH  SDQQHDX(PSUXQWDGG VDLVLH&DSLWDO  SDQQHDX(PSUXQWDGG QHZ-/DEHO 7DX[G LQW?XHU?XHDW HQ   SDQQHDX(PSUXQWDGG VDLVLH7DX[  SDQQHDX(PSUXQWDGG QHZ-/DEHO 'XU?XHH HQDQQ?XHHV   SDQQHDX(PSUXQWDGG VDLVLH'XUHH  SDQQHDX(PSUXQWDGG QHZ-/DEHO 0HQVXDOLW?XHV  SDQQHDX(PSUXQWDGG ODEHO0HQVXDOLWH  SDQQHDX(PSUXQWDGG QHZ-/DEHO &R?XIEW  SDQQHDX(PSUXQWDGG ODEHO&RXW 

Création du bouton et de son action qui provoque un calcul de mensualités avec les valeurs saisies.

B

-%XWWRQERXWRQ&DOFXOHU QHZ-%XWWRQ &DOFXOHU  ERXWRQ&DOFXOHUDGG$FWLRQ/LVWHQHU QHZ$FWLRQ/LVWHQHU  ^ SXEOLFYRLGDFWLRQ3HUIRUPHG $FWLRQ(YHQWHY  ^

Récupération des valeurs saisies, converties dans leur type primitif Java respectif.

B

GRXEOHFDSLWDO  1XPEHU VDLVLH&DSLWDOJHW9DOXH GRXEOH9DOXH  GRXEOHWDX[  1XPEHU VDLVLH7DX[JHW9DOXH GRXEOH9DOXH  LQWQE0HQVXDOLWH  1XPEHU VDLVLH'XUHHJHW9DOXH LQW9DOXH  

Si le nombre de mensualités est négatif, un message signalant l’erreur est affiché à l’utilisateur.

B

LI QE0HQVXDOLWH  -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ $SSOHW(PSUXQWWKLV /DGXU?XHHGRLW?XHDWUHSRVLWLYH &DOFXO0HQVXDOLW?XH -2SWLRQ3DQH:$51,1*B0(66$*(  HOVH ^

Calcul de la mensualité et des intérêts.

B

GRXEOHPHQVXDOLWH (PSUXQWFDOFXOHU0HQVXDOLWH WDX[QE0HQVXDOLWHFDSLWDO  GRXEOHLQWHUHWV PHQVXDOLWH QE0HQVXDOLWH FDSLWDO

Modification du texte des labels affichant le résultat des calculs.

B

1XPEHU)RUPDWIRUPDW1RPEUH  1XPEHU)RUPDWJHW,QVWDQFH  ODEHO0HQVXDOLWHVHW7H[W IRUPDW1RPEUHIRUPDW PHQVXDOLWH  ODEHO&RXWVHW7H[W IRUPDW1RPEUHIRUPDW LQWHUHWV  ` ` ` 

B

-3DQHOSDQQHDX&DOFXO QHZ-3DQHO  SDQQHDX&DOFXODGG ERXWRQ&DOFXOHU 

B

JHW&RQWHQW3DQH DGG SDQQHDX(PSUXQW%RUGHU/D\RXW1257+  JHW&RQWHQW3DQH DGG SDQQHDX&DOFXO%RUGHU/D\RXW6287+  ` `

Ajout du bouton à un panneau utilisant un layout de classe MDYDDZW)ORZ/D\RXW (layout par défaut de -3DQHO) afin qu’il prenne ses dimensions préférées. Ajout des deux panneaux au contenu de l’applet.

214

© Groupe Eyrolles, 2004

API JAVA Classe java.text.NumberFormat La classe MDYDWH[W1XPEHU)RUPDW et sa sous-classe MDYDWH[W'HFLPDO)RUPDW permettent de convertir un nombre en texte ou un texte en nombre. À la différence des méthodes WR6WULQJ et des méthodes préfixées par SDUVH des classes d’emballage, les méthodes IRUPDW et SDUVH de la classe MDYDWH[W1XPEHU)RUPDW respectent le format habituellement utilisé dans la langue de l’utilisateur, le séparateur décimal étant alors la virgule pour les francophones.

EXEMPLE bin/AppletEmprunt.html KWPO!KHDG!WLWOH!(PSUXQWWLWOH!KHDG!ERG\! K!(PSUXQWK! DSSOHWFRGH FRPHWHNVWHVW$SSOHW(PSUXQW ZLGWK KHLJKW FRGHEDVH FODVVHV! SDUDPQDPH FDSLWDOYDOXH ! SDUDPQDPH WDX[YDOXH ! SDUDPQDPH GXUHHYDOXH ! 8WLOLVH]XQQDYLJDWHXUFRPSDWLEOHDYHF-DYDSRXU YLVXDOLVHUFHWWHDSSOHW DSSOHW! ERG\!KWPO!

Figure 10–14

POUR ALLER PLUS LOIN Java Web Start

Applet FRPHWHNVWHVW$SSOHW(PSUXQW visualisée dans un navigateur

Les applets permettent de distribuer automatiquement un logiciel et ses mises à jour par Internet, ce qui facilite son déploiement sur de nombreux postes. Java Web Start inclus en standard depuis Java 1.4 reprend le même principe avec la possibilité de lancer une application Java ou une applet. La classe dont la méthode PDLQ est utilisée comme point d’entrée de l’application doit alors être citée dans un fichier MQOS respectant une syntaxe spéciale. B http://java.sun.com/products/javawebstart/

REGARD DU DÉVELOPPEUR Utilisation des applets Ce sont les applets qui ont fait les premiers succès de Java car c’était la première technologie qui permettait de lancer automatiquement des programmes téléchargés au sein d’une page d’un navigateur et ce, en toute sécurité. Malheureusement, c’est aussi cette intégration qui oblige à multiplier les tests des applets sur tous les navigateurs pour vérifier qu’elles fonctionnent correctement. Quelle version de la JVM est supportée par le navigateur ? L’utilisateur doit-il installer le JRE ? Le navigateur arrête-t-il d’office tous les threads de l’applet à sa disparition ou fait-il confiance au programmeur de l’applet ? À quel moment exactement les méthodes VWRS et GHVWUR\ sont-elles appelées par le navigateur ? Est-ce qu’une applet peut changer de dimensions quand les attributs ZLGWK et/ou KHLJKW de la balise DSSOHW sont exprimés en pourcentage (comme l’applet de chat du dernier chapitre) ? Autant de questions qui n’ont pas toujours la même réponse selon le navigateur. En Intranet, cela pose peu de problèmes car la configuration des utilisateurs (navigateur + version de Java) est connue voire imposée. © Groupe Eyrolles, 2004

215

10 – Interfaces utilisateur avec Swing

À chaque fois que l’utilisateur clique sur le bouton Calculer , cette applet calcule la mensualité qui correspond aux valeurs saisies  et met à jour les labels affichant le résultat des calculs . Les valeurs affichées dans ces labels respectent le format d’écriture des nombres de la langue de l’utilisateur grâce à l’utilisation de la classe MDYDWH[W1XPEHU)RUPDW. Notez qu’ici la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ utilise en premier paramètre la référence sur l’applet courante  et qu’il faut, à l’intérieur d’une classe anonyme, répéter le nom de la classe devant WKLV pour obtenir une référence sur l’objet de la classe englobant la classe anonyme. Pour lancer l’applet de classe FRPHWHNVWHVW$SSOHW(PSUXQW, il faut créer un fichier HTML contenant la balise DSSOHW et les paramètres donnant les valeurs par défaut du capital, du taux et de la durée de l’emprunt.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

POUR ALLER PLUS LOIN Créez vos propres composants Pour obtenir une nouvelle classe de composant Swing, vous devez créer une sous-classe de MDYD[VZLQJ-&RPSRQHQW qui redéfinit les deux méthodes suivantes : SXEOLFYRLGSDLQW&RPSRQHQW MDYDDZW*UDSKLFVJ SXEOLFMDYDDZW'LPHQVLRQJHW3UHIHUUHG6L]H

La méthode SDLQW&RPSRQHQW est appelée par le système pour mettre à jour le dessin d’un composant, aussi bien à la première visualisation du composant, qu’ultérieurement pour le redessiner partiellement ou entièrement. Il faut implémenter cette méthode en dessinant avec les méthodes de l’objet de classe MDYDDZW*UDSKLFV reçu en paramètre. Ces méthodes appartiennent à deux catégories : • Les méthodes VHW&RORU et VHW)RQW modifient la couleur et la police de caractères courantes utilisées par les méthodes de dessin. • Les méthodes GUDZ/LQH, GUDZ3RO\JRQ, GUDZ2YDO, GUDZ6WULQJ, GUDZ,PDJH, ILOO3RO\JRQ, ILOO2YDO... dessinent des formes. Les coordonnées (x,y) de dessin manipulées par ces méthodes sont exprimées en pixels, le point (0,0) se situant dans le coin supérieur gauche d’un composant. La méthode JHW3UHIHUUHG6L]H est appelée par le gestionnaire de mise en page pour connaître la taille préférée d’un composant. Il faut implémenter cette méthode pour retourner un objet de classe

MDYDDZW'LPHQVLRQ initialisé avec la largeur (width) et la hauteur (height) préférées du composant.

Par exemple, la classe FRPHWHNVWHVW(OOLSVH suivante dessine une ellipse en noir dans un composant, dont la taille préférée est de 100 x 100 pixels : SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDDZW  FODVV(OOLSVHH[WHQGV-&RPSRQHQW ^ SXEOLFYRLGSDLQW&RPSRQHQW *UDSKLFVJ ^ JVHW&RORU &RORU%/$&.  JGUDZ2YDO JHW:LGWK JHW+HLJKW  ` SXEOLF'LPHQVLRQJHW3UHIHUUHG6L]H ^ UHWXUQQHZ'LPHQVLRQ   ` `

Ne manquez pas la très jolie démo -DYD'HPR fournie dans le sous-dossier GHPRMIF-DYD' du dossier d’installation du JDK : elle donne un bon aperçu des vastes possibilités de dessin offertes en Java.

En résumé... Ce chapitre a exploré les possibilités de la très riche bibliothèque Swing pour créer et gérer des interfaces utilisateur d’applications et d’applets. Bien entendu, les environnements de développement évolués qui prennent en charge Swing de façon interactive simplifient considérablement leur mise en œuvre. Il demeure important de comprendre les fonctionnalités et les rouages de Swing. Voyons maintenant comment enregistrer et lire des données en Java dans une base de données afin de gérer les informations du forum de discussion, principale étude de cas de cet ouvrage.

216

© Groupe Eyrolles, 2004

Connexion à la base de données avec JDBC SGBD

Application Java

11 SOMMAIRE

B Connexion à une base de données avec JDBC

B Installation de MySQL B Programmation SQL en Java

Table FACTURE Champ

B Classes de gestion du forum

Type SQL

CLIENT

CHAR(50)

ARTICLE

VARCHAR(255)

MONTANT

DECIMAL(9,2)

Driver JDBC

SQL

Les bases de données permettent d’organiser efficacement la sauvegarde et la lecture des données d’un programme. Après avoir explicité la façon dont nous recommandons d’exploiter en Java les bases de données du marché, nous présentons dans ce chapitre les classes de gestion des utilisateurs et de leurs messages dans une base de données.

© Groupe Eyrolles, 2004

pour la base de données MOTS-CLÉS

B JDBC B MySQL B Connection B Statement B ResultSet B PreparedStatement

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Utilisation d’une base de données en Java

B.A.-BA Base de données Une base de données est un ensemble de tables organisées pour stocker dans des fichiers les données manipulées par une application. Une table est comparable à un ensemble d’objets Java de même classe avec leurs champs : elle stocke un ensemble d’enregistrements (records en anglais), chaque enregistrement d’une table ayant les mêmes champs (fields) et chaque champ étant typé (chaîne de caractères, nombre...).

JDBC (Java DataBase Connectivity) est une bibliothèque d’interfaces et de classes utilisées pour accéder à un SGBDR (Système de gestion de base de données relationnelle, ou RDBMS, pour Relational DataBase Management System en anglais). Un programme JDBC envoie à un SGBDR des requêtes écrites en SQL (Structured Query Language) puis exploite le résultat renvoyé en Java. Ce chapitre vous présente comment se connecter à une base données, comment créer et utiliser des tables avec les classes et interfaces JDBC du package MDYDVTO. La mise en pratique de JDBC est réalisée pour deux applications avec des données différentes dans la base de données : • Abordée dans la section « Par l’exemple : enregistrer les factures client », page 226, la première application crée et initialise une table de facturation puis montre comment rechercher les articles achetés par un client donné. • Les sections « Forum : gérer la connexion à la base de données », page 228, et « Forum : stocker utilisateurs et messages », page 232, décrivent les tables nécessaires au stockage des données du forum puis la façon de les exploiter dans des classes Java. Ces classes seront utilisées comme outils intermédiaires entre les données du forum en base et les pages JSP qui présenteront ces données. L’utilisation ici de MySQL permet de tester de façon réaliste les classes développées avec un vrai SGBD. Mais les instructions SQL utilisées étant simples et standards, vous pouvez tout à fait tester les applications avec le SGBD de votre choix.

REGARD DU DÉVELOPPEUR Avantages /inconvénients de JDBC Avantages

Inconvénients

• Comme JDBC repose sur SQL, cette bibliothèque bénéficie de toutes ses fonctionnalités éprouvées : création et mise à jour de tables, sélections avec jointure, transactions, appels à des procédures stockées. • La durée d’apprentissage de JDBC est réduite pour les personnes utilisant déjà un SGBDR avec SQL. • Pour permettre d’exploiter leur produit en Java, les éditeurs de SGBDR du marché (Oracle, Sybase...) n’ont qu’à développer un driver JDBC, ensemble de classes qui implémentent les interfaces du paquetage MDYDVTO. • Une application peut se connecter à plusieurs SGBDR en même temps. • Si votre programme utilise la version standard de SQL, il suffit de changer le driver approprié en cas de changement de SGBDR.

• Obligation de connaître un minimum SQL pour utiliser JDBC. JDBC n’inclut pas de méthodes pour construire automatiquement les instructions SQL. • Les instructions SQL étant construites sous forme de chaînes de caractères, leur exactitude ne peut être vérifiée ni par le compilateur Java ni par JDBC, mais uniquement par le SGBDR au moment de leur traitement. • JDBC n’oblige pas un éditeur de SGBDR à implémenter tout SQL dans son driver, ce qui peut gêner la portabilité d’une application Java en cas de changement de SGBDR. • Basée sur SQL, JDBC est limité à l’utilisation de bases de données relationnelles : aucune utilisation de base de données objet (SGBDO) n’est prévue, fait étonnant pour un langage objet comme Java. • JDBC peut difficilement évoluer indépendamment de SQL.

218

© Groupe Eyrolles, 2004

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

Se connecter à une base de données avec un driver JDBC Chaque éditeur de SGBDR fournit son driver JDBC sous forme d’un ensemble de classes rassemblées dans un fichier d’archive MDU, qu’il faut ajouter à l’option ²FODVVSDWK lors de l’exécution de votre programme. On procède à la connexion au système de gestion de base de données en deux étapes : 1 Chargement de la classe du driver par la JVM : cette classe implémente l’interface MDYDVTO'ULYHU et peut être chargée en appelant la méthode de classe IRU1DPH de la classe MDYDODQJ&ODVV. Exemple &ODVVIRU1DPH FRPP\VTOMGEF'ULYHU 

3 Chargement du driver du SGBDR MySQL.

2 Connexion : elle s’effectue en appelant la méthode JHW&RQQHFWLRQ de la

classe MDYDVTO'ULYHU0DQDJHU avec en premier paramètre une chaîne de caractères de la forme MGEFGULYHUDFFHV6*%'5. Différant d’un driver à l’autre, DFFHV6*%'5 décrit la machine où tourne le SGBDR et le nom de la base de données, auxquels vous voulez vous connecter. Exemple MDYDVTO&RQQHFWLRQFRQQH[LRQ  'ULYHU0DQDJHUJHW&RQQHFWLRQ MGEFP\VTOORFDOKRVWWHVW 

3 Connexion au SGBDR MySQL tournant sur la machine locale avec la base WHVW (WHVW est un

catalogue en JDBC).

On dispose aussi de la méthode JHW&RQQHFWLRQ avec deux paramètres supplémentaires représentant un utilisateur référencé sur le SGBDR et son mot de passe. Utilisez cette forme de la méthode quand le SGBDR requiert une authentification de l’utilisateur en cours de connexion. Exemple MDYDVTO&RQQHFWLRQFRQQH[LRQ  'ULYHU0DQDJHUJHW&RQQHFWLRQ MGEFP\VTOORFDOKRVWWHVW DGPLQD]HUW\ 

3 Connexion au SGBDR MySQL pour l’utilisateur DGPLQ et son mot de passe D]HUW\.

API JAVA registerDriver Une classe de driver JDBC doit appeler la méthode de classe YRLG UHJLVWHU'ULYHU MDYDVTO'ULYHU GULYHU de la classe MDYDVTO'ULYHU0DQDJHU pour se signaler comme driver JDBC. Comme cet appel est effectué par toute classe de driver JDBC dans son initialisateur VWDWLF, il suffit de charger la classe d’un driver dans la JVM pour que la connexion à une base de données soit possible. L’appel à la méthode IRU1DPH est généralement préféré car son paramètre textuel permet de spécifier à l’exécution la classe du driver à charger en fonction du SGBDR utilisé.

© Groupe Eyrolles, 2004

219

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : tester la connexion avec la base de données L’application suivante teste la connexion à la base de données de test installée par défaut avec MySQL. Les méthodes des classes de JDBC (connexion et instructions SQL) étant susceptibles de déclencher des exceptions contrôlées de classe MDYDVTO64/([FHSWLRQ, l’appel à ces méthodes doit être programmé dans une instruction WU\ FDWFK, et ce, même pour la méthode FORVH exécutée dans le bloc ILQDOO\. EXEMPLE com/eteks/test/TestConnexionJDBC.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYDVTO  LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH

Chargement de la classe du driver JDBC de MySQL.

B

FODVV7HVW&RQQH[LRQ-'%& ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ &RQQHFWLRQFRQQH[LRQ QXOO WU\ ^ &ODVVIRU1DPH FRPP\VTOMGEF'ULYHU 

Ouverture de la connexion avec MySQL tournant sur la même machine.

B

FRQQH[LRQ 'ULYHU0DQDJHUJHW&RQQHFWLRQ MGEFP\VTOWHVW  -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO&RQQH[LRQ2N  `

Exception déclenchée si la classe n’est pas chargée par IRU1DPH.

B

FDWFK &ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO &ODVVHLQWURXYDEOHH[JHW0HVVDJH  `

Exception déclenchée en cas de problème avec le SGBD.

B

FDWFK 64/([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO &RQQH[LRQLPSRVVLEOHH[JHW0HVVDJH  ` ILQDOO\ ^ WU\ ^ LI FRQQH[LRQ QXOO

Fermeture de la connexion.

B

FRQQH[LRQFORVH  ` FDWFK 64/([FHSWLRQH[ ^ H[SULQW6WDFN7UDFH  ` `

Arrêt de la JVM.

B

6\VWHPH[LW   ` `

220

© Groupe Eyrolles, 2004

Pour exécuter le test précédent et tous les exemples requérant une connexion avec la base de données, vous devez installer et démarrer le SGBDR MySQL. Distribué sous licence GNU GPL, ce SGBDR peut être utilisé librement. Pour l’installer, téléchargez à http://dev.mysql.com la dernière version de MySQL (version 5.x) pour votre système et de son driver JDBC Connector/J (version 3.x), puis suivez les instructions ci-après.

Sous Windows 1 Décompressez le fichier P\VTO9(56,21ZLQ]LS : MDU[IFKHPLQYHUVP\VTO9(56,21ZLQ]LS

2 Exécutez le programme d’installation VHWXSH[H et choisissez l’option

dans la boîte de dialogue Setup Type. Sous Windows NT/2000/XP, dans la dernière boîte de dialogue d’installation, cochez l’option Configure The MySQL Server now avant de cliquer sur le bouton Finish. 3 Sous Windows NT/2000/ XP, choisissez l’option Standard Configuration dans l’assistant de configuration et cochez ensuite les options Install As Windows Service et Launch the MySQL Server automatically, qui permettent à MySQL d’être disponible comme service au démarrage de la machine. Dans la boîte de dialogue suivante, entrez un mot de passe pour l’utilisateur URRW dans les champs sous l’option Modify Security Settings, et cochez l’option Create An Anonymous Account. Finalement, cliquez sur les boutons Execute puis Finish. Sous Windows 95/98/ME, la notion de service n’existe pas et il vous faudra démarrer MySQL en exécutant le programme &?3URJUDP )LOHV?0\64/?0\64/6HUYHU?ELQ?P\VTOGH[H. Par ailleurs, il n’existe pas par défaut d’utilisateur anonyme MySQL sous ce système et vous devrez vous connecter à MySQL sous l’utilisateur URRW sans mot de passe par défaut (par exemple avec la commande P\VTOH[HXURRWWHVW). Typical

DANS LA VRAIE VIE Et les autres bases de données ? Pour utiliser une autre base de données avec les applications de cet ouvrage, il suffit de récupérer leur driver JDBC, puis de modifier la classe du driver et la chaîne de connexion, toutes deux nécessaires à la connexion. Notez qu’il existe de nombreux SGBDR écrits en Java qui ont pour avantage d’être simples à installer et à utiliser avec une application Java. Dans cette catégoire, HSQL Database Engine et Derby sont les seuls SGBDR totalement gratuits en développement et en distribution. B http://hsqldb.sourceforge.net/ B http://db.apache.org/derby/

ASTUCE Tester MySQL Une fois MySQL démarré, vous pouvez tester directement des instructions SQL en lançant le programme P\VTOH[H sous Windows ou la commande XVUORFDOP\VTOELQP\VTO dans une fenêtre de terminal sous Linux et Mac OS X. Il vous faudra d’abord choisir avec l’instruction XVH la base (ou catalogue) sur laquelle vous voulez travailler, par exemple : XVHWHVW pour la base WHVW créée par défaut dans MySQL. Vous pouvez ensuite lancer n’importe quelle instruction SQL comme celles décrites dans les pages suivantes, chaque instruction devant se terminer par un point-virgule.

Sous Linux 1 Créez un groupe P\VTO et un user P\VTO s’ils n’existent pas, en exécutant

les commandes suivantes dans une fenêtre de terminal : VXURRW XVUVELQJURXSDGGP\VTO XVUVELQXVHUDGGJP\VTOP\VTO

2 Installez le fichier P\VTO9(56,2126WDUJ] de votre système avec les

commandes suivantes : FGXVUORFDO JXQ]LSFKHPLQYHUVP\VTO9(56,2126WDUJ]_WDU[YI² OQVP\VTO9(56,2126XVUORFDOP\VTO FGXVUORFDOP\VTO VFULSWVP\VTOBLQVWDOOBGEXVHU P\VTO FKRZQ5URRWXVUORFDOP\VTO © Groupe Eyrolles, 2004

221

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

Installation du SGBD MySQL

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

ATTENTION Administration de MySQL L’administration de MySQL (arrêt de MySQL, création d’autres bases de données, attribution de droits spécifiques aux utilisateurs des bases de données...) s’effectue sous l’utilisateur URRW de MySQL. Au premier lancement de MySQL, attribuez par sécurité un mot de passe à cet utilisateur spécial avec la commande : XVUORFDOP\VTOELQP\VTODGPLQ XXURRWSDVVZRUGvotreMotDePasse Voir aussi http://dev.mysql.com/doc/mysql/fr/

FKRZQ5P\VTOXVUORFDOP\VTOGDWD FKJUS5P\VTOXVUORFDOP\VTO FKRZQ5URRWXVUORFDOP\VTOELQ

3 Démarrez MySQL sous utilisateur URRW du système : VXURRW FGXVUORFDOP\VTO XVUORFDOP\VTOELQP\VTOGBVDIHXVHU P\VTO H[LW

Sous Mac OS X La version Mac OS X de MySQL n’est qu’une variante de la version pour Linux utilisant la même organisation, mais plus simple à installer. 1 Ouvrez le fichier P\VTO9(56,21GPJ. 2 Exécutez les deux programmes d’installation P\VTO9(56,21SNJ et 0\64/6WDUWXS,WHPSNJ. Le premier programme installe MySQL dans le sous-dossier P\VTO de XVUORFDO et le second installe un script qui lance automatiquement MySQL au démarrage de la machine. 3 Redémarrez la machine.

Installer le driver JDBC ASTUCE Dossier des extensions Java Tous les fichiers d’archive placés dans le dossier des extensions Java sont automatiquement ajoutées aux chemins de l’option FODVVSDWK. Si vous y copiez le fichier du driver JDBC, vous n’aurez donc pas à citer ce fichier avec cette option. Ce dossier spécial est, sous Windows et Linux, le sous-dossier MUHOLEH[W du dossier d’installation du JDK, et, sous Mac OS X, le dossier /LEUDU\-DYD([WHQVLRQV.

Une fois MySQL installé, au tour du driver JDBC MySQL ! 1 Décompressez le fichier du driver JDBC P\VTOFRQQHFWRUMDYD 9(56,21]LS avec la commande : MDU[IFKHPLQYHUVP\VTOFRQQHFWRUMDYD9(56,21]LS

Si le système ne connaît pas la commande MDU, vérifiez que le 3$7+ est bien correct (voir la section du chapitre 2, « Télécharger et installer les programmes pour développer en Java »). 2 Copiez le fichier d’archive P\VTOFRQQHFWRUMDYD9(56,21ELQMDU qu’il contient dans le sous-dossier OLE du répertoire de votre dossier de développement Java. 3 Ajoutez le fichier d’archive à l’option FODVVSDWK des commandes MDYD des applications qui accèdent à MySQL : FICHIER bin\TestConnexionJDBC.bat MDYD²FODVVSDWK?FODVVHV?OLE?P\VTOFRQQHFWRUMDYD9(56,21ELQMDU XFRPHWHNVWHVW7HVW&RQQH[LRQ-'%&

ou MDYD²FODVVSDWKOLE?WHVWMDU?OLE?P\VTOFRQQHFWRUMDYD9(56,21ELQMDU XFRPHWHNVWHVW7HVW&RQQH[LRQ-'%&

FICHIER bin/TestConnexionJDBC.sh MDYD²FODVVSDWKFODVVHVOLEP\VTOFRQQHFWRUMDYD9(56,21ELQMDU XFRPHWHNVWHVW7HVW&RQQH[LRQ-'%&

ou MDYDFODVVSDWKOLEWHVWMDUOLEP\VTOFRQQHFWRUMDYD9(56,21ELQMDU XFRPHWHNVWHVW7HVW&RQQH[LRQ-'%&

222

© Groupe Eyrolles, 2004

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

SQL, le langage des bases de données Principaux types de données Chaque type SQL a son équivalent en tant que constante numérique dans la classe MDYDVTO7\SHV. Tous les types SQL déclarés dans la classe MDYDVTO7\SHV ne sont pas forcément pris en charge par toutes les bases de données. Tableau 11–1 Correspondance entre les types SQL et Java

Type SQL

Description

Type Java

Constante java.sql.Types

,17(*(5

Entier signé

LQW

7\SHV,17(*(5

)/2$7

Nombre à virgule flottante

IORDW

7\SHV)/2$7

'28%/(

Nombre double à virgule flottante

GRXEOH

7\SHV'28%/(

'(&,0$/ QG

Nombre décimal de n chiffres et d décimales

MDYDPDWK%LJ'HFLPDO

7\SHV'(&,0$/

&+$5 Q

Chaîne de caractères de n caractères

MDYDODQJ6WULQJ

7\SHV&+$5

9$5&+$5 Q

Chaîne de caractères de longueur variable avec n caractères MDYDODQJ6WULQJ au maximum

'$7(

Date

MDYDVTO'DWH

7\SHV'$7(

7,0(

Heure

MDYDVTO7LPH

7\SHV7,0(

7,0(67$03

Date et heure

MDYDVTO7LPHVWDPS

7\SHV7,0(67$03

%/2%

Bloc de données de taille variable permettant de stocker des MDYDVTO%ORE ≈E\WH>@ données binaires (images, données brutes...)

7\SHV9$5&+$5

7\SHV%/2%

Si vous ne connaissez pas SQL, utilisez lors de votre apprentissage les instructions décrites ci-après.

Mettre à jour les tables et les index Créer une table

Exemples

&5($7(7$%/(7DEOH7HVW FKDPSW\SHFKDPS1W\SH1

&5($7(7$%/()$&785( &/,(17&+$5  $57,&/( 9$5&+$5  0217$17'(&,0$/ 

Crée la table 7DEOH7HVW dont la liste des champs suivis de leur type est donnée entre parenthèses. Créer un index &5($7(,1'(;,QGH[7HVW217DEOH7HVW FKDPS,FKDPS-

Crée l’index ,QGH[7HVW sur les champs FKDPS, et FKDPS- de la table 7DEOH7HVW.

&5($7(,1'(;&/,(17)$&7 21)$&785( &/,(17 

Supprimer une table '5237$%/(7DEOH7HVW

Supprime la table 7DEOH7HVW. Supprimer un index '523,1'(;,QGH[7HVW217DEOH7HVW

Supprime l’index ,QGH[7HVW de la table 7DEOH7HVW. © Groupe Eyrolles, 2004

ASTUCE Index Pour optimiser les recherches et les tris sur les tables, il est possible de créer un ou plusieurs index. Ces index sont maintenus automatiquement et stockent l’ordre des enregistrements des tables selon un critère de tri sur un ou plusieurs champs.

223

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Modifier et rechercher les enregistrements d’une table Exemples

Insérer un enregistrement

,16(57,172)$&785( &/,(17$57,&/(0217$17 9$/8(6 ¶7KRPDV'XUDQG·¶&'5[·¶·

,16(57,1727DEOH7HVW FKDPSFKDPSFKDPS1  9$/8(6 YDOHXUYDOHXUYDOHXU1

Insère un nouvel enregistrement dans la table correspondant aux champs.

7DEOH7HVW

avec les valeurs

Modifier un enregistrement 83'$7()$&785( 6(7&/,(17 ¶6RSKLH'XUDQG· :+(5(&/,(17 ¶6RSKLH0DUWLQ·

83'$7(7DEOH7HVW6(7FKDPS YDOHXUFKDPS YDOHXU :+(5(FKDPS0 YDOHXU0

Modifie dans la table 7DEOH7HVW certains champs du ou des enregistrements vérifiant la condition FKDPS0 YDOHXU0. Supprimer un enregistrement

'(/(7()520)$&785( :+(5(&/,(17 ¶7KRPDV'XUDQG·

'(/(7()5207DEOH7HVW:+(5(FKDPS0 YDOHXU0

Supprime de la table 7DEOH7HVW le ou les enregistrements vérifiant la condition FKDPS0 YDOHXU0. Rechercher dans une table 6(/(&7FKDPSFKDPS)5207DEOH7HVW

Recherche et sélectionne les champs demandés dans tous les enregistrements de la table 7DEOH7HVW et les renvoie, ou renvoie tous les champs si remplace la liste des champs. 6(/(&7 )520)$&785( :+(5(&/,(17 ¶6RSKLH0DUWLQ·

6(/(&7FKDPSFKDPS)5207DEOH7HVW :+(5(FKDPS0 YDOHXU0

Recherche et sélectionne dans la table 7DEOH7HVW le ou les enregistrements vérifiant la condition FKDPS0 YDOHXU0. 6(/(&7FKDPSFKDPS)5207DEOH7HVW :+(5(FKDPS0 YDOHXU025'(5%<FKDPS1

Recherche et sélectionne dans la table 7DEOH7HVW le ou les enregistrements vérifiant la condition FKDPS0 YDOHXU0 et triés dans l’ordre ascendant des valeurs du FKDPS1.

B.-A.-BA Casse et valeurs littérales en SQL SQL ne fait pas de différence entre les majuscules et les minuscules. Les valeurs littérales autres que numériques comme les chaînes de caractères et les dates doivent être notées entre apostrophes ou entre guillemets ( ou ).

224

DANS LA VRAIE VIE SQL, un langage beaucoup plus riche Les instructions SQL présentées dans cet ouvrage sont volontairement choisies parmi les plus simples afin que tous les programmeurs puissent les aborder et que toutes les bases de données puissent les supporter. Mais JDBC vous laisse la possibilité d’utiliser toutes les fonctionnalités SQL de votre base de données, notamment les contraintes sur les champs et les recherches complexes.

© Groupe Eyrolles, 2004

Utiliser une connexion JDBC (java.sql.Connection) La connexion renvoyée par la méthode JHW&RQQHFWLRQ de la classe MDYDVTO'ULYHU0DQDJHU est l’objet qui est principalement utilisé pour effectuer des opérations sur la base de données. La classe de cet objet implémente l’interface MDYDVTO&RQQHFWLRQ dont voici les principales méthodes : • FUHDWH6WDWHPHQW : ces méthodes renvoient une instance de MDYDVTO 6WDWHPHQW utilisée pour exécuter une instruction SQL sur la base de données. • SUHSDUH6WDWHPHQW : ces méthodes précompilent des instructions SQL paramétrées et renvoient une instance de MDYDVTO3UHSDUHG6WDWHPHQW. • SUHSDUH&DOO : ces méthodes préparent l’appel aux procédures stockées de la base de données et renvoient une instance de MDYDVTO&DOODEOH6WDWHPHQW. • VHW$XWR&RPPLW, FRPPLW et UROOEDFN gèrent les transactions sur la base de données. • JHW0HWD'DWD : cette méthode renvoie une instance de MDYDVTO 'DWDEDVH0HWD'DWD pour obtenir des informations sur la base de données et sur ses possibilités. • FORVH et LV&ORVHG gèrent la fermeture d’une connexion.

Exécuter des instructions SQL (java.sql.Statement) Les méthodes FUHDWH6WDWHPHQW d’une connexion renvoient un objet dont la classe implémente l’interface MDYDVTO6WDWHPHQW. Les méthodes de cette interface le plus utilisées sont : • H[HFXWH8SGDWH : elles exécutent l’instruction SQL en paramètre sur la base de données, pour mettre à jour ses tables ou les enregistrements d’une table. • H[HFXWH4XHU\ : elles exécutent une sélection SQL se servant de l’instruction 6(/(&7 en paramètre et renvoient une instance de MDYDVTO5HVXOW6HW utilisée pour énumérer les champs recherchées ligne par ligne.

B.A.-BA Procédure stockée Une procédure stockée (stored procedure en anglais) est une fonction programmée sur un SGBD, qui regroupe un ensemble d’instructions SQL.

B.A.-BA Transaction Une transaction est un groupe d’instructions SQL qui doivent être effectuées ensemble pour assurer la cohérence d’une base de données. Les trois méthodes VHW$XWR&RPPLW, FRPPLW et UROOEDFN s’utilisent généralement dans un programme structuré ainsi : 3DVVDJHHQPRGHWUDQVDFWLRQHO FRQQH[LRQVHW$XWR&RPPLW IDOVH  WU\ ^ ,QVWUXFWLRQV64/GHOD WUDQVDFWLRQ &RQILUPDWLRQGHODWUDQVDFWLRQ FRQQH[LRQFRPPLW  ` FDWFK 64/([FHSWLRQH[ ^ $QQXODWLRQGHODWUDQVDFWLRQ FRQQH[LRQUROOEDFN  ` ILQDOO\ ^ FRQQH[LRQVHW$XWR&RPPLW WUXH  `

Exploiter les résultats d’une sélection SQL (java.sql.ResultSet) L’interface MDYDVTO5HVXOW6HW est dotée de deux catégories de méthodes, appelées tour à tour : • Les méthodes QH[W, ILUVW, ODVW, UHODWLYH, DEVROXWH, sont utilisées pour changer de ligne : ces méthodes renvoient WUXH s’il existe une ligne à la position choisie.

© Groupe Eyrolles, 2004

225

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

Programmation SQL avec JDBC

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Si la méthode JHW7\SH renvoie la valeur 5HVXOW6HW7<3(B)25:$5'B21/<, seule la méthode QH[W peut être appelée. L’ensemble des lignes renvoyées par une instruction 6(/(&7 est le plus souvent parcouru dans une boucle ZKLOH appelant la méthode QH[W de la forme : Exécution d’une instruction de recherche.

B

MDYDVTO5HVXOW6HWUHV LQVWUXFWLRQH[HFXWH4XHU\ 6(/(&7 

Tant qu’il y a encore des lignes...

B

ZKLOH UHVQH[W ^

...utilisation de la nouvelle ligne.

B

,QWHUURJDWLRQGHVLQIRUPDWLRQVGHODOLJQHFRXUDQWH `

• Les méthodes JHW comme JHW6WULQJ, JHW,QW, JHW'DWH, JHW2EMHFW…, renvoient la valeur d’un des champs d’une ligne. Chacune de ses méthodes existe sous deux formes qui prennent en paramètre : – soit une chaîne de caractères correspondant à l’identificateur d’un champ dans l’instruction 6(/(&7 ; – soit un entier représentant le numéro d’ordre d’un champ. Le numéro du premier champ est 1. Les informations sur les champs (identificateur, type…) sont obtenues grâce une instance de MDYDVTO5HVXOW6HW0HWD'DWD, renvoyée par la méthode JHW0HWD'DWD.

Par l’exemple : enregistrer les factures client L’application suivante montre comment programmer les instructions SQL avec JDBC en manipulant une table de factures. EXEMPLE com/eteks/test/CalculTotalFactures.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYDVTO  LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV&DOFXO7RWDO)DFWXUHV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ &RQQHFWLRQFRQQH[LRQ QXOO 6WDWHPHQWLQVWUXFWLRQ QXOO 5HVXOW6HWUHVXOWDW QXOO WU\ ^

Figure 11–1 Application FRPHWHNVWHVW&DOFXO7RWDO)DFWXUHV

Chargement de la classe du driver JDBC de MySQL.

B

&ODVVIRU1DPH FRPP\VTOMGEF'ULYHU 

Ouverture de la connexion avec MySQL tournant sur la même machine.

B

FRQQH[LRQ 'ULYHU0DQDJHUJHW&RQQHFWLRQ MGEFP\VTOWHVW  LQVWUXFWLRQ FRQQH[LRQFUHDWH6WDWHPHQW 

Création de la table )$&785( avec ses champs &/,(17, $57,&/( et 0217$17

B

LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH &5($7(7$%/()$&785( &/,(17&+$5   $57,&/(9$5&+$5  0217$17'(&,0$/   

226

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Ajout d’enregistrements dans la table )$&785(.

UHVXOWDW LQVWUXFWLRQH[HFXWH4XHU\ 6(/(&7$57,&/(0217$17)520)$&785( :+(5(&/,(17 6RSKLH0DUWLQ   6WULQJDUWLFOHV  GRXEOHPRQWDQW7RWDO 

3

Recherche dans la table )$&785( des articles commandés par Sophie Martin.

ZKLOH UHVXOWDWQH[W ^

3

Tant qu’il y a des factures...

DUWLFOHV UHVXOWDWJHW6WULQJ $57,&/(  PRQWDQW7RWDO UHVXOWDWJHW'RXEOH 0217$17  ` -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO $UWLFOHVDUWLFOHV ?Q0RQWDQWWRWDOPRQWDQW7RWDO?XDF 

3

… Récupération de l’article et du montant de la facture.

LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH '5237$%/()$&785(  ` FDWFK &ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO &ODVVHLQWURXYDEOHH[JHW0HVVDJH  ` FDWFK 64/([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO (UUHXU-'%&H[JHW0HVVDJH  ` ILQDOO\ ^

3

Suppression de la table )$&785( (simplement pour pouvoir exécuter plusieurs fois l’application sans provoquer d’exception).

WU\ ^ LI UHVXOWDW QXOO UHVXOWDWFORVH  LI LQVWUXFWLRQ QXOO LQVWUXFWLRQFORVH  LI FRQQH[LRQ QXOO FRQQH[LRQFORVH  ` FDWFK 64/([FHSWLRQH[ ^ H[SULQW6WDFN7UDFH  ` ` 6\VWHPH[LW   ` `

3

Fermeture des objets utilisés pendant la connexion JDBC.

© Groupe Eyrolles, 2004

ASTUCE Valeurs littérales des instructions SQL Notez les valeurs littérales SQL entre apostrophes ( ) pour obtenir des chaînes d’instructions SQL le plus lisible possible. Si vous optez pour les guillemets, vous serez obligé d’ajouter une barre oblique inverse ? devant les guillemets.

227

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH ,16(57,172)$&785( &/,(17$57,&/(0217$17  9$/8(6 7KRPDV'XUDQG  &'5[     LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH ,16(57,172)$&785( &/,(17$57,&/(0217$17  9$/8(6 6RSKLH0DUWLQ  3&     LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH ,16(57,172)$&785( &/,(17$57,&/(0217$17  9$/8(6 6RSKLH0DUWLQ  ,PSULPDQWH    

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

ATTENTION Blancs typographiques dans les instructions SQL N’oubliez pas les blancs typographiques significatifs dans la construction des instructions SQL. Quand vous coupez une instruction SQL sur plusieurs lignes, fixez-vous une règle simple pour éviter les erreurs d’inattention. Par exemple, un blanc typographique est ajouté ici au début de chaque chaîne concaténée avec la précédente.

Une fois connecté à la base de test , l’application de classe FRPHWHNVWHVW&DOFXO7RWDO)DFWXUHV crée la table )$&785(  avec ses champs &/,(17, $57,&/( et 0217$17. Trois enregistrements sont ensuite ajoutés à cette table . Enfin, les factures de Sophie Martin sont recherchées  dans la table )$&785( pour en calculer le montant total . Notez que les variables FRQQH[LRQ, LQVWUXFWLRQ et UHVXOWDW doivent être déclarées et initialisées en dehors de l’instruction WU\FDWFK pour pouvoir être utilisées dans le bloc ILQDOO\.

Obtenir des informations sur la base de données (java.sql.DatabaseMetaData) La méthode JHW0HWD'DWD d’une connexion renvoie un objet dont la classe implémente l’interface MDYDVTO'DWDEDVH0HWD'DWD. Les méthodes de cette interface permettent d’obtenir des informations complètes sur la base de données : tables, index, procédures stockées, champs, droits d’utilisation… La plupart de ces informations sont renvoyées sous forme d’une instance de MDYDVTO5HVXOW6HW utilisée pour énumérer les réponses : • JHW7DEOHV renvoie la liste des tables. • JHW&ROXPQV renvoie la liste des champs des tables. • JHW,QGH[,QIR renvoie la liste des index des tables. com.eteks.forum ConnecteurForum -

driver : String chaineConnexion : String login : String password : String

+ + # #

getConnexion() : Connection fermerConnexion() verifierTables(connexion : Connection) verifierTable (connexion : Connection, table : String)

Figure 11–2 Diagramme UML de la classe FRPHWHNVIRUXP&RQQHFWHXU)RUXP

Forum : gérer la connexion à la base de données La classe FRPHWHNVIRUXP&RQQHFWHXU)RUXP qui est définie ci-après gère la connexion à la base de données pour le forum. Les méthodes de cette classe permettent de paramétrer la classe de driver, la chaîne de connexion, le login et le password d’une connexion, et de créer les tables requises pour le forum. Ces tables sont créées automatiquement lors de la connexion si elles n’existent pas pour faciliter la mise en route du forum. Elles stockent les informations mémorisées par les objets de classes FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU et FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH (voir le chapitre 6, « Les classes de base de la bibliothèque Java ») comme cela est décrit ci- après : Tableau 11–2 Table UTILISATEUR

Champ

Type SQL

Remarque

Champ de la classe com.eteks.forum.Utilisateur

36(8'21<0(

&+$5 

Doit être unique pour chaque utilisateur

SVHXGRQ\PH

027'(3$66(

&+$5 

$8725,6$7,21

&+$5 

228

PRW'H3DVVH

Stocke les valeurs 8 (utilisateur) ou 0 (modérateur) égales DXWRULVDWLRQ aux valeurs des constantes 87,/,6$7(85 et 02'(5$7(85 de la classe 8WLOLVDWHXU

© Groupe Eyrolles, 2004

Champ

Type SQL

Remarque

Champ de la classe com.eteks.forum.Message

,'

,17(*(5

Identifie chaque message avec un entier unique

$87(85

&+$5 

Correspond au champ 36(8'21<0( de la table DXWHXU 87,/,6$7(85

'$7(&5($7,21

7,0(67$03

68-(7

9$5&+$5 

GDWH&UHDWLRQ

Le type 9$5&+$5 évite de perdre de la place inutilement VXMHW pour les sujets courts

7(;7(

9$5&+$5 

WH[WH

FORUM com/eteks/forum/ConnecteurForum.java SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDVTO  

 &RQQHFWHXUJpUDQWXQHFRQQH[LRQ-'%&SRXUODEDVHGXIRUXPHW  FUpDQWOHVWDEOHV87,/,6$7(85HW0(66$*(VLQpFHVVDLUH   SXEOLFFODVV&RQQHFWHXU)RUXP ^ SULYDWH6WULQJGULYHU FRPP\VTOMGEF'ULYHU SULYDWH6WULQJFKDLQH&RQQH[LRQ MGEFP\VTOWHVW SULYDWH6WULQJORJLQ SULYDWH6WULQJSDVVZRUG

3

Champ mémorisant les informations nécessaires pour la connexion à un SGBD avec un driver JDBC.

SULYDWH&RQQHFWLRQFRQQH[LRQ

3

Champ mémorisant la connexion à la base de données une fois qu’elle est établie.

SXEOLFYRLGVHW'ULYHU 6WULQJGULYHU WKURZV64/([FHSWLRQ ^ WKLVGULYHU GULYHU IHUPHU&RQQH[LRQ  `

3

Modifie la classe du driver et ferme la connexion si elle est ouverte pour provoquer l’ouverture d’une nouvelle connexion au prochain appel de la méthode JHW&RQQH[LRQ

SXEOLFYRLGVHW&KDLQH&RQQH[LRQ 6WULQJFKDLQH&RQQH[LRQ  WKURZV64/([FHSWLRQ ^ WKLVFKDLQH&RQQH[LRQ FKDLQH&RQQH[LRQ IHUPHU&RQQH[LRQ  `

3

Modifie la chaîne de connexion.

SXEOLFYRLGVHW/RJLQ 6WULQJORJLQ WKURZV64/([FHSWLRQ ^ WKLVORJLQ ORJLQ IHUPHU&RQQH[LRQ  `

3

Modifie le login.

© Groupe Eyrolles, 2004

229

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

Tableau 11–3 Table MESSAGE

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Modifie le mot de passe.

B

SXEOLFYRLGVHW3DVVZRUG 6WULQJSDVVZRUG WKURZV64/([FHSWLRQ ^ WKLVSDVVZRUG SDVVZRUG IHUPHU&RQQH[LRQ  `

Ferme la connexion si elle est ouverte.

B

SXEOLFYRLGIHUPHU&RQQH[LRQ WKURZV64/([FHSWLRQ ^ LI WKLVFRQQH[LRQ QXOO WKLVFRQQH[LRQLV&ORVHG WKLVFRQQH[LRQFORVH  `

Renvoie une connexion à la base de données.

B

SXEOLF&RQQHFWLRQJHW&RQQH[LRQ WKURZV64/([FHSWLRQ ^ WU\ ^

Obtention d’une connexion si la connexion n’est pas ouverte.

B

LI WKLVFRQQH[LRQ ^

Chargement de la classe de driver.

B

&ODVVIRU1DPH GULYHU 

Ouverture de la connexion stockée dans le champ FRQQH[LRQ

B

LI ORJLQ QXOO WKLVFRQQH[LRQ 'ULYHU0DQDJHUJHW&RQQHFWLRQ WKLVFKDLQH&RQQH[LRQWKLVORJLQWKLVSDVVZRUG  HOVH WKLVFRQQH[LRQ 'ULYHU0DQDJHUJHW&RQQHFWLRQ WKLVFKDLQH&RQQH[LRQ 

Vérification de l’existence des tables nécessaires à ce connecteur.

B

YHULILHU7DEOHV WKLVFRQQH[LRQ  ` UHWXUQWKLVFRQQH[LRQ `

Exception déclenchée si la classe n’est pas chargée par IRU1DPH

B

FDWFK &ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQH[ ^

QXOO__WKLVFRQQH[LRQLV&ORVHG

WKURZQHZ64/([FHSWLRQ &ODVVHLQWURXYDEOHH[JHW0HVVDJH  ` `

Vérifie l’existence des tables 87,/,6$7(85 et 0(66$*(

B

SURWHFWHGYRLGYHULILHU7DEOHV &RQQHFWLRQFRQQH[LRQ WKURZV64/([FHSWLRQ ^

Si la table 87,/,6$7(85 n’existe pas...

B

LI YHULILHU7DEOH FRQQH[LRQ87,/,6$7(85 ^ 6WDWHPHQWLQVWUXFWLRQ FRQQH[LRQFUHDWH6WDWHPHQW 

Création de la table 87,/,6$7(85 dont les champs correspondent à ceux de la classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU

B

LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH &5($7(7$%/(87,/,6$7(85  36(8'21<0(&+$5  027'(3$66(&+$5   $8725,6$7,21&+$5   

Création d’un index sur le champ 36(8'21<0( pour accélérer les recherches sur les utilisateurs.

B

LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH &5($7(,1'(;,1'(;36(8'2 2187,/,6$7(85 36(8'21<0(   LQVWUXFWLRQFORVH  `

230

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Si la table 0(66$*( n’existe pas...

3

Création de la table 0(66$*( dont les champs correspondent à ceux de la classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH

LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH &5($7(,1'(;,1'(;'$7(210(66$*( '$7(&5($7,21   LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH &5($7(,1'(;,1'(;,'210(66$*( ,'   LQVWUXFWLRQFORVH  ` ` SURWHFWHGERROHDQYHULILHU7DEOH &RQQHFWLRQFRQQH[LRQ6WULQJWDEOH WKURZV64/([FHSWLRQ ^ 'DWDEDVH0HWD'DWDLQIR FRQQH[LRQJHW0HWD'DWD  5HVXOW6HWUHVXOWDW LQIRJHW7DEOHV FRQQH[LRQJHW&DWDORJ QXOOWDEOHQXOO  ERROHDQWDEOH([LVWH UHVXOWDWQH[W  UHVXOWDWFORVH  UHWXUQWDEOH([LVWH ` `

3

Création d’index sur les champs '$7(&5($7,21 et ,' pour accélérer les recherches sur les messages.

3

Vérifie si une table existe déjà dans la base de données.

3

Si la table existe, la méthode JHW7DEOHV renvoie au moins un enregistrement.

La connexion à la base de données est encapsulée et gérée par la méthode JHW&RQQH[LRQ  de la classe FRPHWHNVRXWLOV&RQQHFWHXU)RUXP. Cette méthode ouvre une connexion si nécessaire ou renvoie la connexion précédemment ouverte. Notez que cette méthode détourne l’exception de classe MDYDODQJ&ODVV1RW)RXQG([FHSWLRQ en déclenchant une exception de classe MDYDVTO64/([FHSWLRQ à la place . Cela a pour effet de simplifier la liste des exceptions que peut déclencher la méthode JHW&RQQHFWLRQ, liste donnée dans la clause WKURZV . La dernière méthode YHULILHU7DEOH utilise la méthode JHW7DEOHV de l’interface MDYDVTO'DWDEDVH0HWD'DWD pour déterminer si une table existe déjà ou non.

JAVA Utilisation de protected Les méthodes YHULILHU7DEOHV et YHULILHU 7DEOH disposent d’un modificateur d’accès SURWHFWHG afin qu’elles puissent être redéfinies et utilisées dans une classe dérivée. La méthode YHULILHU7DEOHV peut ainsi être redéfinie dans une sous-classe de FRPHWHNVRXWLOV &RQQHFWHXU)RUXP pour créer des tables avec des champs supplémentaires pour ajouter des fonctionnalités au forum.

REGARD DU DÉVELOPPEUR To throw or to catch, that is the question... La méthode JHW&RQQH[LRQ ne gère pas elle-même les erreurs de connexion dues à une exception de classe MDYDVTO64/([FHSWLRQ, mais laisse au traitement qui fera appel à cette méthode le soin de le faire. Cela s’exprime au travers de la clause WKURZV MDYDVTO64/([FHSWLRQ qui suit la déclaration de la méthode à la place du bloc FDWFK (MDYDVTO64/([FHSWLRQ H[ . Ce style de programmation est souvent utilisé par les méthodes des classes d’outils pour laisser aux classes gérant l’interface homme-machine le soin de signaler une erreur à l’utilisateur dans un bloc FDWFK de la manière la plus adéquate : • Une interface Web utilisant des pages JSP signalera l’erreur avec une page HTML spéciale. • Une interface utilisant Swing signalera l’erreur au moyen d’une boîte de dialogue d’erreur. • Une application batch sans interface enregistrera l’erreur dans un fichier. © Groupe Eyrolles, 2004

231

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

LI YHULILHU7DEOH FRQQH[LRQ0(66$*( ^ 6WDWHPHQWLQVWUXFWLRQ FRQQH[LRQFUHDWH6WDWHPHQW  LQVWUXFWLRQH[HFXWH8SGDWH &5($7(7$%/(0(66$*(  ,',17(*(5$87(85&+$5  '$7(&5($7,21 7,0(67$0368-(79$5&+$5  7(;7(9$5&+$5   

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Paramétrer les instructions SQL d’accès à la base du forum (java.sql.PreparedStatement)

JAVA Avantages des instructions précompilées

Les méthodes SUHSDUH6WDWHPHQW d’une connexion précompilent une instruction SQL paramétrée où chaque paramètre est symbolisé par un point d’interrogation (") remplacé par une valeur lors de l’exécution de l’instruction. Exemple : 6(/(&7$57,&/(0217$17)520)$&785(:+(5(&/,(17 "

Elles permettent de paramétrer une instruction SQL. Elles laissent au driver JDBC le soin de transmettre les valeurs des objets au format requis par la base de données. Cette caractéristique est très utile pour enregistrer en base les objets qui représentent des dates, des textes contenant des caractères ¶ ou  et des données binaires des BLOB. L’instruction SQL d’une instruction précompilée étant une chaîne qui n’est pas construite, elle peut être aussi facilement lue à partir d’un fichier de ressources. Une instruction précompilée peut être utilisée plusieurs fois. Cette fonctionnalité n’est pas mise en œuvre ici pour éviter des problèmes de concurrence d’accès dans les environnements d’exécution multi-threads tels que les pages JSP.

Ces méthodes renvoient un objet dont la classe implémente l’interface MDYDVTO3UHSDUHG6WDWHPHQW qui dérive de MDYDVTO6WDWHPHQW. Cette interface définit en plus : • Les méthodes VHW, comme VHW6WULQJ, VHW,QW, VHW'DWH…, utilisées pour spécifier la valeur de chaque paramètre de l’instruction SQL précompilée. Le premier paramètre des méthodes VHWcorrespond au numéro d’ordre du paramètre de l’instruction. Le numéro du premier paramètre est 1. • Les deux méthodes sans paramètre H[HFXWH8SGDWH et H[HFXWH4XHU\, appelées pour exécuter l’instruction SQL précompilée en remplaçant les " par la valeur des paramètres.

Forum : stocker utilisateurs et messages dans la base de données Comme la classe FRPHWHNVRXWLOV&RQQHFWHXU)RUXP permet d’obtenir une connexion sur la base de données avec les tables nécessaires pour le forum, il faut maintenant programmer la lecture et l’enregistrement des utilisateurs et des messages dans les tables. On réalise ces traitements avec des instructions précompilées dans des sous-classes des classes d’utilisateur, et de message définies au chapitre 6, « Les classes de base de la bibliothèque Java ». Ces classes supplémentaires seront mises en œuvre dans la dernière application de ce chapitre pour vous donner un aperçu de leur utilisation. Ces classes sont exploitées plus concrètement dans le chapitre 13, « Interface utilisateur du forum » pour programmer le forum sur un site Web.

com.eteks.forum Utilisateur com.eteks.forum UtilisateurForum + UtilisateurForum() + UtilisateurForum(pseudonyme : String, motDePasse : String, autorisation : String) + rechercher(connecteur : ConnecteurForum) : boolean + ajouter(connecteur : ConnecteurForum)

Figure 11–3 Diagramme UML de la classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP

Enregistrer et rechercher un utilisateur La classe suivante dérive de la classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU et permet de rechercher et d’ajouter un utilisateur dans la table 87,/,6$7(85. FORUM com/eteks/forum/UtilisateurForum.java

Sous-classe de 8WLOLVDWHXU.

FRPHWHNVIRUXP

B

Constructeur avec paramètres.

B

Passage des paramètres à la super-classe.

B

232

SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDVTO  SXEOLFFODVV8WLOLVDWHXU)RUXPH[WHQGV8WLOLVDWHXU ^ SXEOLF8WLOLVDWHXU)RUXP 6WULQJSVHXGRQ\PH6WULQJPRW'H3DVVH 6WULQJDXWRULVDWLRQ ^ VXSHU SVHXGRQ\PHPRW'H3DVVHDXWRULVDWLRQ  ` © Groupe Eyrolles, 2004

3

Constructeur sans paramètre.

WKLV QXOOQXOOQXOO  `

3

Passage des valeurs par défaut à l’autre constructeur.

SXEOLFERROHDQUHFKHUFKHU &RQQHFWHXU)RUXPFRQQHFWHXU WKURZV64/([FHSWLRQ ^

3

Recherche un utilisateur dans la base de données avec son pseudonyme et renvoie WUXH s’il existe.

3UHSDUHG6WDWHPHQWUHFKHUFKH8WLOLVDWHXU  FRQQHFWHXUJHW&RQQH[LRQ SUHSDUH6WDWHPHQW 6(/(&7 )52087,/,6$7(85:+(5(36(8'21<0( " 

3

Préparation d’une instruction SQL de recherche d’un utilisateur avec son pseudonyme.

UHFKHUFKH8WLOLVDWHXUVHW6WULQJ JHW3VHXGRQ\PH  5HVXOW6HWUHVXOWDW UHFKHUFKH8WLOLVDWHXUH[HFXWH4XHU\  ERROHDQXWLOLVDWHXU([LVWH UHVXOWDWQH[W 

3

Spécification du pseudonyme en paramètre, puis recherche dans la table 87,/,6$7(85

LI XWLOLVDWHXU([LVWH ^ VHW0RW'H3DVVH UHVXOWDWJHW6WULQJ 027'(3$66(  VHW$XWRULVDWLRQ UHVXOWDWJHW6WULQJ $8725,6$7,21  ` UHVXOWDWFORVH  UHFKHUFKH8WLOLVDWHXUFORVH  UHWXUQXWLOLVDWHXU([LVWH `

3

Si l’enregistrement a été trouvé, mise à jour des champs de l’utilisateur.

SXEOLFYRLGDMRXWHU &RQQHFWHXU)RUXPFRQQHFWHXU WKURZV64/([FHSWLRQ ^

3

Ajoute un utilisateur à la base de données.

3UHSDUHG6WDWHPHQWDMRXW8WLOLVDWHXU FRQQHFWHXUJHW&RQQH[LRQ SUHSDUH6WDWHPHQW ,16(57,17287,/,6$7(85  36(8'21<0(027'(3$66($8725,6$7,21  9$/8(6 """  

3

Préparation d’une instruction SQL d’ajout d’un utilisateur.

DMRXW8WLOLVDWHXUVHW6WULQJ JHW3VHXGRQ\PH  DMRXW8WLOLVDWHXUVHW6WULQJ JHW0RW'H3DVVH  DMRXW8WLOLVDWHXUVHW6WULQJ JHW$XWRULVDWLRQ  DMRXW8WLOLVDWHXUH[HFXWH8SGDWH  DMRXW8WLOLVDWHXUFORVH  ` `

3

Préparation des paramètres, puis insertion de l’utilisateur dans la table 87,/,6$7(85

Vous noterez que les méthodes UHFKHUFKHU et DMRXWHU prennent en paramètre un objet de classe FRPHWHNVIRUXP&RQQHFWHXU)RUXP, ce qui garantit que la table 87,/,6$7(85 sera bien créée au moment de la connexion. POUR ALLER PLUS LOIN Chiffrer le mot de passe Pour éviter de stocker les mots de passe en clair dans la base de données, vous pouvez utiliser les classes du paquetage MDYDVHFXULW\ qui permettent de chiffrer des données grâce aux algorithmes les plus connus. Par exemple, les instructions suivantes chiffrent la chaîne PRW'H3DVVH en utilisant l’algorithme SHA :

© Groupe Eyrolles, 2004

0HVVDJH'LJHVWVKD'LJHVW  0HVVDJH'LJHVWJHW,QVWDQFH 6+$  $MRXWGXPRWGHSDVVHjFKLIIUHU VKD'LJHVWXSGDWH PRW'H3DVVHJHW%\WHV  (QFU\SWLRQGHVGRQQpHV E\WH>@PRW'H3DVVH(QFU\SWH VKD'LJHVWGLJHVW 

233

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

SXEOLF8WLOLVDWHXU)RUXP ^

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Enregistrer et rechercher un message La classe suivante dérive de la classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH et permet de rechercher, d’ajouter et de mettre à jour un utilisateur dans la table 0(66$*(. FORUM com/eteks/forum/MessageForum.java SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDVTO  SXEOLFFODVV0HVVDJH)RUXPH[WHQGV0HVVDJH ^ SULYDWHLQWLG SXEOLF0HVVDJH)RUXP 8WLOLVDWHXUDXWHXU6WULQJVXMHW 6WULQJWH[WH ^ VXSHU DXWHXUVXMHWWH[WH  ` SXEOLF0HVVDJH)RUXP ^ WKLV QXOOQXOOQXOO  ` SXEOLFLQWJHW,G ^ UHWXUQWKLVLG `

com.eteks.forum Message com.eteks.forum MessageForum - id : int + MessageForum() + MessageForum(auteur : Utilisateur, sujet : String, texte : String) + rechercher(connecteur : ConnecteurForum) : boolean + ajouter(connecteur : ConnecteurForum) + mettreAJour(connecteur : ConnecteurForum)

Figure 11–4 Diagramme UML de la classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP

SXEOLFYRLGVHW,G LQWLG ^ WKLVLG LG `

Recherche un message dans la base de données avec son identifiant et, s’il existe, renvoie WUXH.

B

SXEOLFERROHDQUHFKHUFKHU &RQQHFWHXU)RUXPFRQQHFWHXU WKURZV64/([FHSWLRQ ^

Préparation d’une instruction SQL de recherche d’un message avec son identifiant.

B

3UHSDUHG6WDWHPHQWUHFKHUFKH0HVVDJH FRQQHFWHXUJHW&RQQH[LRQ SUHSDUH6WDWHPHQW 6(/(&7 )5200(66$*(:+(5(,' "  UHFKHUFKH0HVVDJHVHW,QW WKLVLG  5HVXOW6HWUHVXOWDW UHFKHUFKH0HVVDJHH[HFXWH4XHU\  ERROHDQPHVVDJH([LVWH UHVXOWDWQH[W 

Spécification de l’identifiant en paramètre puis recherche dans la table 0(66$*( Si l’enregistrement a été trouvé, mise à jour des champs du message.

B

LI PHVVDJH([LVWH ^ VHW$XWHXU UHVXOWDWJHW6WULQJ $87(85  VHW'DWH&UHDWLRQ UHVXOWDWJHW7LPHVWDPS '$7(&5($7,21  VHW6XMHW UHVXOWDWJHW6WULQJ 68-(7  VHW7H[WH UHVXOWDWJHW6WULQJ 7(;7(  ` UHVXOWDWFORVH  UHFKHUFKH0HVVDJHFORVH  UHWXUQPHVVDJH([LVWH `

Ajoute un message à la base de données.

B

SXEOLFYRLGDMRXWHU &RQQHFWHXU)RUXPFRQQHFWHXU WKURZV64/([FHSWLRQ ^

234

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Recherche de la valeur maximale du champ ,' dans la table 0(66$*(

WKLVLG UHVXOWDWJHW,QW   UHVXOWDWFORVH  UHFKHUFKH0D[,G0HVVDJHFORVH 

3

Modification de l’identifiant du message avec la valeur suivante du maximum trouvé, pour attribuer à chaque message un identifiant unique.

3UHSDUHG6WDWHPHQWDMRXW0HVVDJH FRQQHFWHXUJHW&RQQH[LRQ SUHSDUH6WDWHPHQW ,16(57,1720(66$*(  ,'$87(85'$7(&5($7,2168-(77(;7(  9$/8(6 """""  

3

Préparation d’une instruction SQL d’ajout d’un message.

DMRXW0HVVDJHVHW,QW WKLVLG  DMRXW0HVVDJHVHW6WULQJ JHW$XWHXU 

3

Préparation des paramètres puis insertion du message dans la table 0(66$*(

DMRXW0HVVDJHVHW7LPHVWDPS  QHZ7LPHVWDPS JHW'DWH&UHDWLRQ JHW7LPH  DMRXW0HVVDJHVHW6WULQJ JHW6XMHW  DMRXW0HVVDJHVHW6WULQJ JHW7H[WH  DMRXW0HVVDJHH[HFXWH8SGDWH  DMRXW0HVVDJHFORVH  `

3

Création d’un objet de classe MDYDVTO7LPHVWDPS à partir de la date de création.

SXEOLFYRLGPHWWUH$-RXU &RQQHFWHXU)RUXPFRQQHFWHXU WKURZV64/([FHSWLRQ ^

3

Met à jour un message dans la base de données.

3UHSDUHG6WDWHPHQWPLVH$-RXU0HVVDJH FRQQHFWHXUJHW&RQQH[LRQ SUHSDUH6WDWHPHQW 83'$7(0(66$*(6(7$87(85 "'$7(&5($7,21 " 68-(7 "7(;7( ":+(5(,' " 

3

Préparation d’une instruction SQL de mise à jour d’un message. Le champ '$7(&5($7,21 doit être répété pour éviter que la base de données n’y insère la date en cours lors de la mise à jour !

PLVH$-RXU0HVVDJHVHW6WULQJ JHW$XWHXU  PLVH$-RXU0HVVDJHVHW7LPHVWDPS  QHZ7LPHVWDPS JHW'DWH&UHDWLRQ JHW7LPH  PLVH$-RXU0HVVDJHVHW6WULQJ JHW6XMHW  PLVH$-RXU0HVVDJHVHW6WULQJ JHW7H[WH 

3

Préparation des paramètres, puis mise à jour de la table 0(66$*(

PLVH$-RXU0HVVDJHVHW,QW WKLVLG  PLVH$-RXU0HVVDJHH[HFXWH8SGDWH  PLVH$-RXU0HVVDJHFORVH  ` `

Le champ LG , identifiant de manière unique un message dans la table 0(66$*(, a été ajouté à cette classe pour permettre de rechercher  et de mettre à jour  un message dans cette table. Avant d’ajouter un message à la table0(66$*(, une valeur unique  est attribuée au champ LG d’un message en recherchant la valeur maximale dans la table.

© Groupe Eyrolles, 2004

DANS LA VRAIE VIE Champs AUTO INCREMENT Certaines bases de données (comme MySQL) permettent de qualifier un champ de façon que sa valeur augmente automatiquement à chaque insertion d’un nouvel enregistrement. Cette fonctionnalité très pratique et sa syntaxe ne sont malheureusement pas standards en SQL. Toutefois, les méthodes SUHSDUH6WDWHPHQW et H[HFXWH8SGDWH ont été surchargées dans Java 1.4 pour permettre de récupérer la valeur du champ AUTO INCREMENT d’un nouvel enregistrement. B http://dev.mysql.com/tech-resources/articles/ autoincrement-with-connectorj.html

235

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

3UHSDUHG6WDWHPHQWUHFKHUFKH0D[,G0HVVDJH FRQQHFWHXUJHW&RQQH[LRQ SUHSDUH6WDWHPHQW 6(/(&70$; ,' )5200(66$*(  5HVXOW6HWUHVXOWDW UHFKHUFKH0D[,G0HVVDJHH[HFXWH4XHU\  UHVXOWDWQH[W 

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Rechercher un ensemble de messages La classe FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP qui suit encapsule une collection de classe MDYDXWLO$UUD\/LVW pour gérer un ensemble de messages et effectuer des recherches de messages dans la table 0(66$*(. FORUM com/eteks/forum/EnsembleMessagesForum.java

com.eteks.forum EnsembleMessagesForum

SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDVTO  LPSRUWMDYDXWLO  SXEOLFFODVV(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP ^ SULYDWH$UUD\/LVWPHVVDJHV QHZ$UUD\/LVW  SXEOLFYRLGDMRXWHU 0HVVDJHPHVVDJH ^ WKLVPHVVDJHVDGG PHVVDJH  `

- messages : ArrayList + ajouter(message : Message) + iterator() : Iterator + rechercherSujets (connecteur : ConnecteurForum) + rechercherMessagesSujet (connecteur : ConnecteurForum, sujet : String) - rechercher (instructionRecherche : PreparedStatement, parametresInstruction : Object [])

Figure 11–5

Diagramme UML de la classe FRPHWHNV

SXEOLF,WHUDWRULWHUDWRU ^ UHWXUQWKLVPHVVDJHVLWHUDWRU  `

IRUXP(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP

Recherche l’ensemble des sujets disponibles dans la base de données.

B

SXEOLFYRLGUHFKHUFKHU6XMHWV &RQQHFWHXU)RUXPFRQQHFWHXU WKURZV64/([FHSWLRQ ^

Préparation d’une instruction SQL de recherche des messages regroupés par sujet et ordonnés dans l’ordre inverse des dates de création.

B

3UHSDUHG6WDWHPHQWUHFKHUFKH6XMHWV FRQQHFWHXUJHW&RQQH[LRQ SUHSDUH6WDWHPHQW 6(/(&7,'$87(850$; '$7(&5($7,21 $6'$7(&5($7,21 68-(77(;7()5200(66$*(*5283%<68-(7 25'(5%<'$7(&5($7,21'(6& 

La recherche et la mise à jour de l’ensemble des messages sont déléguées à la méthode UHFKHUFKHU

B

UHFKHUFKHU UHFKHUFKH6XMHWVQXOO  UHFKHUFKH6XMHWVFORVH  `

Recherche l’ensemble des messages d’un sujet dans la base de données.

B

SXEOLFYRLGUHFKHUFKHU0HVVDJHV6XMHW &RQQHFWHXU)RUXPFRQQHFWHXU 6WULQJVXMHW WKURZV64/([FHSWLRQ ^

Préparation d’une instruction SQL de recherche des messages d’un sujet, ordonnés dans l’ordre chronologique des dates de création.

B

3UHSDUHG6WDWHPHQWUHFKHUFKH0HVVDJHV6XMHW FRQQHFWHXUJHW&RQQH[LRQ SUHSDUH6WDWHPHQW 6(/(&7 )5200(66$*( :+(5(68-(7 "25'(5%<'$7(&5($7,21$6& 

La recherche et la mise à jour de l’ensemble des messages sont déléguées à la méthode UHFKHUFKHU.

B

UHFKHUFKHU UHFKHUFKH0HVVDJHV6XMHWQHZ2EMHFW>@^VXMHW`  UHFKHUFKH0HVVDJHV6XMHWFORVH  `

Exécute l’instruction de recherche avec ses paramètres.

B

SULYDWHYRLGUHFKHUFKHU 3UHSDUHG6WDWHPHQWLQVWUXFWLRQ5HFKHUFKH 2EMHFW>@SDUDPHWUHV,QVWUXFWLRQ WKURZV64/([FHSWLRQ ^

236

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Préparation des paramètres puis lancement de la recherche.

ZKLOH UHVXOWDWQH[W ^

3

Tant qu’il reste des messages à lire...

0HVVDJH)RUXPPHVVDJH QHZ0HVVDJH)RUXP 

3

... création d’un objet pour le message.

PHVVDJHVHW,G UHVXOWDWJHW,QW ,'  PHVVDJHVHW$XWHXU UHVXOWDWJHW6WULQJ $87(85 

3

Mise à jour de l’objet avec les informations d’un message, extraites de la base de données.

3

Ajout du message à l’ensemble des messages.

PHVVDJHVHW'DWH&UHDWLRQ UHVXOWDWJHW7LPHVWDPS '$7(&5($7,21  PHVVDJHVHW6XMHW UHVXOWDWJHW6WULQJ 68-(7  PHVVDJHVHW7H[WH UHVXOWDWJHW6WULQJ 7(;7(  DMRXWHU PHVVDJH  ` UHVXOWDWFORVH  ` `

On exécute l’instruction précompilée correspondant à la recherche des sujets  et des messages d’un sujet  au moyen de la méthode UHFKHUFKHU. Cette méthode passe les paramètres qu’elle reçoit à l’instruction précompilée  puis ajoute chaque message renvoyé par la recherche à l’ensemble des messages . Afficher les sujets du forum L’application suivante crée un utilisateur et des messages dans la base de données, puis effectue une recherche des sujets. EXEMPLE com/eteks/forum/AfficherSujets.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVIRUXP  LPSRUWMDYDXWLO  LPSRUWMDYDVTO64/([FHSWLRQ LPSRUWMDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH FODVV$IILFKHU6XMHWV ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 8WLOLVDWHXU)RUXPPRGHUDWHXU QHZ8WLOLVDWHXU)RUXP PRGHUDWHXUD]HUW\8WLOLVDWHXU02'(5$7(85  0HVVDJH)RUXPPHVVDJH QHZ0HVVDJH)RUXP PRGHUDWHXU%LHQYHQXH %RQMRXU?XHWRXVFHIRUXPPRG?XHU?XHSHUPHWDX[ LQVFULWVGHSRVHUGHVTXHVWLRQVRXGHU?XHSRQGUH  0HVVDJH)RUXPPHVVDJH QHZ0HVVDJH)RUXP PRGHUDWHXU/LYUH-DYD 4XHOOLYUHPHFRQVHLOOH]YRXVSRXUDSSUHQGUH-DYD" 

© Groupe Eyrolles, 2004

Figure 11–6 Application FRPHWHNVWHVW$IILFKHU6XMHWV

3

Création d’un utilisateur et de deux messages avec des sujets différents.

237

11 – Connexion à la base de données avec JDBC

LI SDUDPHWUHV,QVWUXFWLRQ QXOO IRU LQWL LSDUDPHWUHV,QVWUXFWLRQOHQJWKL LQVWUXFWLRQ5HFKHUFKHVHW2EMHFW LSDUDPHWUHV,QVWUXFWLRQ>[email protected]  5HVXOW6HWUHVXOWDW LQVWUXFWLRQ5HFKHUFKHH[HFXWH4XHU\ 

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

WU\ ^ &RQQHFWHXU)RUXPFRQQHFWHXU QHZ&RQQHFWHXU)RUXP 

Ajout de l’utilisateur et des messages dans la base de données.

B

PRGHUDWHXUDMRXWHU FRQQHFWHXU  PHVVDJHDMRXWHU FRQQHFWHXU  PHVVDJHDMRXWHU FRQQHFWHXU 

Recherche des sujets enregistrés dans la base de données.

B

(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXPVXMHWV QHZ(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP  VXMHWVUHFKHUFKHU6XMHWV FRQQHFWHXU  6WULQJOLVWH6XMHWV /LVWHGHVVXMHWVGXIRUXP

Énumération des messages trouvés pour construire un message affichant la liste des messages à l’écran.

B

IRU ,WHUDWRULW VXMHWVLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^ 0HVVDJHPHVVDJH  0HVVDJH LWQH[W  OLVWH6XMHWV ?Q?XDDPHVVDJHJHW6XMHW  ` -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOOLVWH6XMHWV  `

Exception déclenchée par les méthodes d’accès à la base de données.

B

FDWFK 64/([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO (UUHXU-'%&H[JHW0HVVDJH  ` 6\VWHPH[LW   ` `

POUR ALLER PLUS LOIN Extension du forum

POUR ALLER PLUS LOIN EJB entité, JDO, Hibernate

Stocker les informations des objets dans une base de données est une opération très courante en entreprise. C’est pourquoi plusieurs bibliothèques comme les EJB entités (Enterprise JavaBeans entities) dans J2EE, JDO (Java Data Objects) et Hibernate ont été créées pour automatiser cette tâche. La solution présentée ici a pour avantage de dépendre uniquement de JDBC, ce qui simplifie la mise en œuvre du forum. B http://java.sun.com/products/jdo/ B http://www.hibernate.org/

238

Les classes du paquetage FRPHWHNVIRUXP mettent en œuvre une version minimaliste du forum mais leur architecture est conçue pour que l’on puisse y ajouter des fonctionnalités en gardant la même base. Comment faire ? Pour ajouter des informations à un utilisateur (e-mail, pays, fuseau horaire...), vous pouvez par exemple : • Redéfinir la méthode YHULILHU7DEOHV dans une sous-classe de FRPHWHNVIRUXP &RQQHFWHXU)RUXP pour ajouter à la table 87,/,6$7(85 les champs nécessaires. • Ajouter des champs et redéfinir les méthodes UHFKHUFKHU et DMRXWHU dans une sousclasse de FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP pour manipuler ces nouvelles informations. Vous pourrez y ajouter aussi une méthode PHWWUH$-RXU permettant de modifier un utilisateur existant.

En résumé... Ce chapitre vous a permis d’apercevoir comment exploiter une base de données en Java grâce aux classes et interfaces du package MDYDVTO et quelques rudiments du langage SQL. Le chapitre 13 consacré à la création de l’interface utilisateur du forum de discussion avec des pages JSP utilisera les classes décrites ici pour gérer les utilisateurs et les messages dans une base de données.

© Groupe Eyrolles, 2004

Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans Serveur Web (Serveur HTTP + Serveur servlet/JSP)

Navigateur (client HTTP)

public class ...

<%@ page ...> ...

{

}

// ...

B Architecture client-serveur B Servlets

...

Pages JSP dynamiques

SOMMAIRE

B Programme CGI

Pages HTML statiques

Composants JavaBeans

12 B Installation de Tomcat B Application Web

Servlets JSP

Navigateur (client HTTP)

Servlet

B Pages JSP B Utilisation des composants JavaBeans MOTS-CLÉS

B HTTP B CGI B Tomcat B Servlet B JSP B jsp:usebean

Les servlets et les pages JSP permettent de générer des pages dynamiques sur un serveur Web. Après une introduction sur l’architecture client-serveur d’Internet, ce chapitre expose comment installer le serveur Tomcat et créer les servlets et les pages JSP d’une application Web.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Protocole HTTP et programme CGI Un serveur Web et le protocole HTTP permettent de diffuser sur le Web des informations visualisées par un navigateur. Ces informations peuvent être contenues dans de simples fichiers au format HTML mais peuvent aussi être générées grâce à un programme CGI. Les servlets et les pages JSP, technologies dédiées à la programmation CGI d’un serveur en Java, seront utilisés pour réaliser le forum de discussion.

Principe de l’architecture client-serveur L’architecture client-serveur est une technique informatique utilisée dans de très nombreux domaines : applications Internet (Web, news, FTP, etc.), bases de données, terminaux X11...

Le mode de programmation client-serveur implique qu’il y ait au moins deux acteurs en jeu, un client et un serveur communiquant entre eux souvent à travers un réseau : • Un serveur est un programme ou, par extension, une machine programmée pour rendre un service donné, en réponse à une requête qui lui est adressée. • Un client est un programme ou, par extension, une machine qui demande à un serveur un service, en lui adressant une requête. Le Web est un exemple tout choisi d’application d’architecture clientserveur : les sites sont animés par des serveurs qui rendent toujours le même service aux clients que sont les navigateurs. Quel service au juste ? Le serveur Web attend qu’on lui demande des données (statiques ou résultant d’un traitement). En réponse à une requête, il renvoie le contenu des données requises. Le navigateur de son côté est client du serveur auquel il a envoyé une requête HTTP. Le navigateur présente à l’utilisateur une réponse une fois les données téléchargées. La plupart des systèmes de gestion de base de données sont eux aussi accessibles en client-serveur, et plusieurs clients peuvent s’y connecter en même temps. La base de données est gérée par un serveur qui répond aux requêtes SQL que lui adressent des clients. Le client est souvent un programme qui tourne sur un PC et met en page les réponses reçues du serveur.

DANS LA VRAIE VIE Les protocoles au service de la diversité Dans le cas du Web, un même serveur répond simultanément à des navigateurs qui peuvent être très différents et tournent sous des systèmes d’exploitation différents. Quant au serveur Web, peu importe le système d’exploitation sur lequel il se trouve tant qu’il répond correctement aux requêtes du client – on privilégie évidemment la robustesse, la continuité de service, etc.

240

L’architecture client-serveur sépare le serveur qui, généralement, gère des données, du client qui cherche à accéder à ces données.

Choisir un protocole pour communiquer La clé de voûte qui permet à une architecture client-serveur de fonctionner, sans que ni le client ni le serveur ne sachent comment ils fonctionnent l’un l’autre, est l’utilisation d’un protocole commun. Un protocole établit la norme que doit respecter un client pour communiquer avec un serveur : • comment établir une communication entre un client et un serveur ; © Groupe Eyrolles, 2004

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

• ce qu’un client peut envoyer comme requête à un serveur ; • ce qu’un serveur répondra à la requête d’un client. Le protocole le plus utilisé pour communiquer avec un serveur Internet est le protocole HTTP (Hyper Text Transfer Protocol), lui-même basé sur le protocole TCP (Transport Control Protocol). Une fois la connexion établie entre un client et un serveur, le protocole TCP garantit que les données émises d’une machine parviendront à l’autre, et ce dans l’ordre où elles ont été émises.

Adresse IP et port, point de rendez-vous des serveurs Internet Un serveur Internet est accessible par un nom de machine hôte (par exemple MDYDVXQFRP, ZZZ\DKRRIU). Chaque nom correspond à une adresse IP, qui est l’identifiant numérique représentant la machine hôte où tourne un serveur. Ce nombre de 32 bits est généralement noté sous la forme d’une suite de 4 nombres de 8 bits séparés par des points (par exemple ). Chaque machine reliée à Internet (client ou serveur) est identifiée par une adresse IP qui la représente sur le réseau. Pour distinguer les programmes serveurs qui tournent simultanément sur une même machine hôte, un deuxième niveau d’identification est nécessaire, qui est donné par un numéro de port, codé sur 16 bits et donc compris entre 0 et 65535.

Requête HTTP vers une URL

À RETENIR Identification d’un serveur sur Internet Chaque programme serveur accessible par l’Internet est identifié par l’adresse IP de la machine hôte sur laquelle il tourne et le numéro du port auquel il est associé. Il est important de noter qu’une même machine peut disposer de plusieurs interfaces réseau – et donc être associée à plusieurs adresses IP, chaque interface réseau pouvant elle-même être associée à plusieurs adresses IP. Parmi celles-ci, l’adresse IP 127.0.0.1 est particulière et représente l’adresse IP de votre propre machine. Les commandes LSFRQILJ sous Windows et LIFRQILJ sous Linux et Mac OS X renvoient les adresses IP de votre machine.

La requête la plus simple du protocole HTTP est formée de *(7 suivi d’une URL qui pointe sur des données (fichier statique, traitement dynamique…). Elle est envoyée par un navigateur quand on saisit directement une URL dans le champ d’adresse du navigateur. Le serveur HTTP répond en renvoyant les données demandées. B.A.-BA L’URL, notation unique d’une ressource sur Internet Une URL (Uniform Resource Locator) est une chaîne de caractères qui désigne une ressource sur un serveur. Elle est de la forme : SURWRFROHKRWHSRUWFKHPLQ YHUVUHVVRXUFH où : • protocole représente le protocole d’accès au serveur, par exemple KWWS, IWS ou ILOH ; • hote est le nom ou l’adresse IP de la machine hôte où le serveur tourne ;

© Groupe Eyrolles, 2004

• port est le numéro de port associé au serveur ; • FKHPLQYHUVUHVVRXUFH est le chemin d’accès à la ressource sur le serveur. Une ressource représente une information ou un programme mis à disposition. Ce peut être un fichier, une image, une application, à vrai dire tout ce qui pourrait être utilisé d’une manière ou d’une autre.

Les numéros des ports des protocoles FTP et HTTP sont implicitement 80 et 21 dans une URL s’ils ne sont pas mentionnés. B http://www.google.fr:80/ B http://editions-eyrolles.com:80/

php.informatique/Vitrine/ index.php3?page=cahiersProg B http://www.eteks.com/index.html

241

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

En Java, on manipule une URL à l’aide de la classe MDYDODQJ6WULQJ ou de la classe MDYDQHW85/ selon les besoins. Les méthodes de la classe MDYDODQJ85/ permettent d’obtenir les différentes parties d’une URL et d’accéder à son contenu sous forme de flux de données. API JAVA Méthodes les plus utiles de la classe java.net.URL Description

Méthode

Interrogation du protocole, de l’hôte, du port et du chemin de la res- SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW3URWRFRO SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW+RVW source d’une URL SXEOLFLQWJHW3RUW SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW)LOH

Ouverture d’une connexion à l’URL pour accéder à son contenu

SXEOLFMDYDLR,QSXW6WUHDPRSHQ6WUHDP SXEOLFMDYDQHW85/&RQQHFWLRQRSHQ&RQQHFWLRQ

ATTENTION URL mal formée Comme les constructeurs de la classe MDYDQHW85/ peuvent déclencher une exception de classe MDYDQHW0DOIRUPHG85/([FHSWLRQ, la création d’une instance de MDYDQHW85/ doit être programmée dans une instruction WU\ FDWFK. L’objet créé ne garantit pas que la ressource existe, mais seulement que l’URL mémorisée par l’objet est correctement formée et que le protocole spécifié est géré par la JVM.

Par l’exemple : afficher le contenu d’une URL dans une fenêtre Swing JAVA Visualiser un document HTML

L’application suivante affiche dans un composant Swing de classe MDYD[VZLQJ-(GLWRU3DQH le contenu d’une URL saisie par l’utilisateur.

La classe MDYD[VZLQJ-(GLWRU3DQH est un composant Swing capable d’afficher des documents HTML 3.2 avec feuille de style CSS. Même si cette classe ne peut pas remplacer un navigateur Internet, elle est capable de gérer des liens hypertextes et s’avère très pratique pour afficher dans une application Java des pages d’aide ou autres.

EXEMPLE com/eteks/test/AfficherContenuURL.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDLR  LPSRUWMDYDQHW  FODVV$IILFKHU&RQWHQX85/ ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ 6WULQJWH[WH85/ QXOO WU\ ^

Saisie d’une URL et création d’un objet de classe MDYDQHW85/.

B

WH[WH85/ -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ 85/  85/XUO QHZ85/ WH[WH85/ 

Création d’un composant MDYD[VZLQJ -(GLWRU3DQH capable de lire et d’afficher le contenu de l’URL au format texte ou HTML.

B

-(GLWRU3DQHSDQQHDX+70/ QHZ-(GLWRU3DQH XUO  SDQQHDX+70/VHW(GLWDEOH IDOVH 

242

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Affichage du composant dans un panneau avec ascenseurs d’une fenêtre.

FDWFK 0DOIRUPHG85/([FHSWLRQH[  ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 85/WH[WH85/LQFRUUHFWH  6\VWHPH[LW   `

3

Exception déclenchée si l’URL est malformée.

FDWFK ,2([FHSWLRQH[  ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO (UUHXUG DFF?XHV?XHO 85/WH[WH85/?QH[  6\VWHPH[LW   ` ` `

3

Exception déclenchée en cas de problème à la lecture de l’URL.

Figure 12–1 Application FRPHWHNVIRUXP$IILFKHU&RQWHQX85/

ATTENTION Choix du serveur proxy Si vous testez cette application dans une entreprise qui requiert un serveur proxy pour accéder à Internet, vous aurez besoin de communiquer à Java l’adresse IP et le port de ce serveur pour la faire fonctionner. Ces informations sont stockées dans les propriétés KWWSSUR[\+RVW et KWWSSUR[\3RUW de la JVM, et vous pouvez donner leur valeur en utilisant l’option ' de la commande MDYD, par exemple : MDYD'KWWSSUR[\+RVW 'KWWSSUR[\3RUW  XFODVVSDWKOLEWHVWMDUFRPHWHNVWHVW$IILFKHU&RQWHQX85/

© Groupe Eyrolles, 2004

243

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

-)UDPHIHQHWUH QHZ-)UDPH WH[WH85/  IHQHWUHVHW6L]H   IHQHWUHJHW&RQWHQW3DQH DGG QHZ-6FUROO3DQH SDQQHDX+70/  IHQHWUHVHW'HIDXOW&ORVH2SHUDWLRQ -)UDPH(;,7B21B&/26(  IHQHWUHVHW9LVLEOH WUXH  `

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Programme CGI Les ressources accessibles par le protocole HTTP peuvent être des fichiers statiques ou des programmes qui renvoient un contenu généré dynamiquement à la demande de l’utilisateur. Ce type de programme est utilisé dans de nombreux domaines : • moteurs de recherche, • commerce électronique, • gestion de communautés (forums, groupes...), • cours de la bourse…

ASTUCE Le format x-www-form-urlencoded Si vous avez besoin de construire en Java une URL avec ses paramètres, utilisez la méthode de classe HQFRGH de la classe MDYDQHW85/(QFRGHU pour obtenir la valeur d’un paramètre au format [ ZZZIRUPXUOHQFRGHG.

On interface ces programmes avec le serveur HTTP en utilisant le standard CGI (Common Gateway Interface), d’où leur nom de programmes CGI ou scripts CGI. Le standard CGI spécifie notamment comment envoyer des valeurs à un programme CGI pour le paramétrer. La liste de ces paramètres est une chaîne de caractères qui suit un point d’interrogation (") dans une URL : cette chaîne est construite en donnant pour chaque paramètre son nom suivi du caractère et de la valeur du paramètre, chaque paramètre étant séparé d’un autre par le caractère . Les valeurs des paramètres respectent le format [ZZZIRUPXUOHQFRGHG où tous les blancs typographiques sont remplacés par le signe +, et tous les caractères non alphanumériques et différents du caractère souligné _ par leur code hexadécimal précédé du symbole . Exemple : l’URL B http://www.eteks.com/servlet/FindIt?search=op%E9rateurs+java&submit=Recherche

fait référence au programme )LQG,W du serveur HTTP ZZZHWHNVFRP et lui passe les valeurs RSpUDWHXUV MDYD et 5HFKHUFKH pour les paramètres VHDUFK et VXEPLW.

Utiliser un formulaire HTML pour paramétrer un programme CGI Le format HTML spécifie un ensemble de balises de formulaire qui évitent aux utilisateurs d’écrire l’URL d’un programme CGI : • À chaque balise correspond un composant à l’écran (champs de saisie, liste, bouton...) utilisé par les utilisateurs pour saisir la valeur d’un des paramètres d’un programme CGI. • Ces balises sont incluses dans une balise IRUPDFWLRQ 85/3URJUDPPH&*, PHWKRG *(7! dont l’attribut DFWLRQ spécifie l’URL de base d’un programme CGI.

244

© Groupe Eyrolles, 2004

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

Par l’exemple : un formulaire de recherche À partir du formulaire HTML présenté ci-après, un utilisateur peut faire appel au programme CGI KWWSZZZHWHNVFRPVHUYOHW)LQG,W grâce à un champ de saisie. IRUPDFWLRQ KWWSZZZHWHNVFRPVHUYOHW)LQG,WPHWKRG *(7! &KDPSGHVDLVLHVXUFDUDFWqUHV! LQSXWW\SH WH[WQDPH VHDUFKVL]H ! %RXWRQGHFRQILUPDWLRQ! LQSXWW\SH VXEPLWQDPH VXEPLWYDOXH 5HFKHUFKH! IRUP!

Une fois que l’utilisateur a confirmé sa saisie, le navigateur envoie une requête au serveur HTTP avec une URL construite à partir de l’URL de base de l’attribut DFWLRQ, suivie de la liste des paramètres avec leur nom et leur valeur. Le nom de chaque paramètre est obtenu à partir de l’attribut QDPH de chaque balise de formulaire, et sa valeur à partir de l’attribut YDOXH ou de la valeur effectivement saisie.

Figure 12–2 Formulaire HTML avec champ de saisie et bouton de confirmation

B.A.-BA Langage HTML HTML (Hyper Text Markup Language) est le langage de mise en page des navigateurs Web. Ce langage très simple définit un ensemble de balises (tags en anglais) notées entre les symboles < > ou (balises de début et de fin). Incluses les unes dans les autres de manière hiérarchique, ces balises structurent les informations à afficher. Voici les principales fonctionnalités d’HTML qu’il convient de connaître : • Une page HTML commence par la balise KWPO! et se termine par la balise de fin KWPO!. • Le texte affiché dans la fenêtre du navigateur est compris entre les balises ERG\! et ERG\!, incluses avec le titre de la page dans la balise KWPO! de la façon suivante : KWPO!KHDG! WLWOH!7LWUHGHODSDJHWLWOH! KHDG! ERG\!7H[WHGHODSDJHERG\! KWPO!

• Les différents niveaux de titres se notent grâce aux balises K! K! K! K! K! K! (K comme header en anglais). • Les paragraphes se distinguent grâce aux balises S! ou EORFNTXRWH!. Un retour à la ligne se note avec la balise EU!. • Tout ce qui est compris entre les balises FHQWHU! FHQWHU! est centré dans la page. • Le texte en italique, en gras ou en couleur se note grâce aux balises L!, E! (E comme bold), IRQWFRORU 55**%%! où la valeur 55**%% de l’attribut FRORU représente un code couleurs RVB (rouge vert bleu) en hexadécimal. • Les lettres accentuées s’écrivent avec les entités FRGH. La liste des codes pour les lettres francophones est donnée dans le chapitre 3, « Création de classes ». Le caractère  se note OW (comme Less Than). • Les espaces multiples et les retours à la ligne ne sont comptés que comme unique espace, sauf cas très particuliers.

© Groupe Eyrolles, 2004

245

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

L’attribut PHWKRG de la balise IRUP peut prendre aussi la valeur 3267 : dans ce cas, la liste des paramètres est envoyée à la suite de l’URL du programme CGI mais de manière séparée. Cette méthode est conseillée pour l’envoi de paramètres comportant un mot de passe afin d’éviter que celui-ci n’apparaisse dans le champ d’adresse des navigateurs.

Programmation d’une servlet sur le serveur JAVA Le paquetage des servlets : javax.servlet.http Les paquetages MDYD[VHUYOHW et MDYD[ VHUYOHWKWWS ne sont pas fournis avec la bibliothèque standard Java mais sont néanmoins disponibles : • soit avec un serveur de servlet qui vient s’interfacer avec un serveur HTTP, comme Tomcat ou JRun ; • soit avec un serveur J2EE, comme Weblogic, WebSphere, JBoss... Le développement de servlets requiert principalement que l’on utilise la classe et les deux interfaces présentées ci-contre.

Les servlets sont intégrées à l’environnement Java pour exécuter des classes capables de s’interfacer avec un serveur HTTP grâce au standard CGI. Toute servlet est une instance d’une classe dérivant de MDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HUYOHW.

Classe javax.servlet.http.HttpServlet Une nouvelle classe de servlet doit dériver de la classe MDYD[VHUYOHW KWWS+WWS6HUYOHW, être SXEOLF et avoir un constructeur SXEOLF sans paramètre (éventuellement celui fourni par défaut). Une classe de servlet redéfinit la méthode GR*HW et/ou GR3RVW pour implémenter la réponse à une requête. GR*HW est le point d’entrée d’une servlet appelée par une requête HTTP *(7. Un navigateur envoie une requête *(7 dans les conditions suivantes : • Lors de la saisie d’une URL dans le champ d’adresse du navigateur. • À un clic sur un lien hypertexte définie dans une balise $ +5() 85//LHQ!

JAVA Les servlets fonctionnent dans un environnement multi-threads Le serveur de servlet répond à chaque requête des clients dans un thread séparé, ce qui permet à plusieurs requêtes d’être exécutées simultanément. Il peut donc être nécessaire de synchroniser l’accès aux données partagées par plusieurs servlets. De plus, comme la méthode GR*HW (ou GR3RVW) d’une même instance de servlet peut être appelée dans plusieurs threads en même temps, évitez de recourir à des champs dans la classe de la servlet pour stocker des informations variables d’une requête à l’autre. Nous reviendrons sur la synchronisation dans le dernier chapitre.

• Pour accéder à d’autres ressources dépendantes d’un fichier HTML, comme les images des balises ,0*65& 85/,PDJH!. • En confirmation d’un formulaire HTML utilisant une balise IRUP dont l’attribut PHWKRG est *(7. est le point d’entrée d’une servlet appelée par une requête HTTP Un navigateur envoie une requête 3267 quand vous confirmez la saisie d’un formulaire HTML utilisant une balise IRUP dont l’attribut PHWKRG est 3267. GR3RVW 3267.

Ces deux méthodes reçoivent en paramètre deux objets, l’un représentant la requête reçue, et l’autre la réponse de la servlet.

Interface javax.servlet.http.HttpServletRequest Cette interface représente la requête HTTP reçue par une servlet. JHW3DUDPHWHU est la méthode qui est le plus utilisée de cette interface : elle renvoie la valeur d’un paramètre passé avec la requête.

246

© Groupe Eyrolles, 2004

Cette interface représente la réponse de la servlet. Les méthodes les plus utilisées de cette interface sont : • VHW&RQWHQW7\SH qui spécifie le type MIME de la réponse ; • JHW:ULWHU qui renvoie une instance de MDYDLR3ULQW:ULWHU utilisée pour envoyer le texte de la réponse au client de la servlet ; • JHW2XWSXW6WUHDP qui renvoie une instance de MDYD[VHUYOHW 6HUYOHW2XWSXW6WUHDP, sous-classe de MDYDLR2XWSXW6WUHDP, utilisée pour envoyer au client de la servlet des informations binaires, comme celles d’une image au format JPEG.

B.A.-BA Type MIME Comme les servlets n’ont pas d’extension telles que KWPO, JLI ou SGI, elles utilisent le type MIME pour décrire le type de contenu renvoyé. Un navigateur utilise ce type MIME pour déterminer le traitement approprié pour afficher les informations reçues. Par exemple, le type MIME WH[WKWPO décrit un texte au format HTML, LPDJHMSHJ décrit une image au format JPEG.

Renvoyer du texte HTML avec une servlet La classe d’une servlet HTML implémente les méthodes GR*HW et/ou GR3RVW avec des instructions qui renvoient au client un texte HTML au moyen des méthodes ZULWH, SULQW ou SULQWOQ de la classe MDYDLR3ULQW:ULWHU. Le texte généré dépend généralement des paramètres passés lors de l’appel de la servlet.

JAVA Exceptions déclenchées par doGet et doPost Les méthodes GR*HW et GR3RVW de la classe MDYD[VHUYOHW+WWS6HUYOHW sont déclarées comme étant susceptibles de déclencher des exceptions contrôlées de classe MDYD[VHUYOHW6HUYOHW([FHSWLRQ ou MDYDLR,2([FHSWLRQ, avec la clause WKURZV correspondante. Ceci vous permet de répéter les même classes d’exceptions à la redéfinition de ses méthodes sans avoir à les traiter avec une instruction WU\ FDWFK. Si une telle exception survient, le serveur de servlet est programmé par défaut pour renvoyer un message d’erreur au client de la servlet.

Par l’exemple : Bienvenue dans le monde des servlets ! La servlet de classe FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXH interroge le paramètre QRP  et renvoie un texte HTML  de bienvenue. Le texte renvoyé est différent selon que le paramètre existe ou non . EXEMPLE com/eteks/test/ServletBienvenue.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VHUYOHWKWWS  LPSRUWMDYD[VHUYOHW6HUYOHW([FHSWLRQ LPSRUWMDYDLR,2([FHSWLRQ LPSRUWMDYDLR3ULQW:ULWHU SXEOLFFODVV6HUYOHW%LHQYHQXHH[WHQGV+WWS6HUYOHW ^ SXEOLFYRLGGR*HW +WWS6HUYOHW5HTXHVWUHTXHVW +WWS6HUYOHW5HVSRQVHUHVSRQVH WKURZV6HUYOHW([FHSWLRQ,2([FHSWLRQ ^ 6WULQJQRP UHTXHVWJHW3DUDPHWHU QRP 

3

Récupération du paramètre QRP.

UHVSRQVHVHW&RQWHQW7\SH WH[WKWPO  3ULQW:ULWHURXW UHVSRQVHJHW:ULWHU  RXWZULWH KWPO!KHDG!WLWOH!%LHQYHQXHWLWOH!KHDG! ERG\!K!%LHQYHQXHK! S!%RQMRXU 

3

Envoi d’une réponse en HTML.

© Groupe Eyrolles, 2004

247

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

Interface javax.servlet.http.HttpServletResponse

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Génération d’un message différent selon que le paramètre existe ou non.

B

LI QRP QXOO QRPOHQJWK !  RXWZULWH QRP  HOVH RXWZULWH FKHULQFRQQX  RXWZULWH S!ERG\!KWPO!  ` `

Installation de Tomcat OUTILS Tomcat, de l’Apache Software Foundation Tomcat est le conteneur (ou moteur d’exécution) de servlets utilisé par Sun Microsystems pour l’implémentation de référence des servlets et des pages JSP. C’est en fait un serveur HTTP et un serveur de servlets/JSP tout-en-un écrit en Java, ce qui rend cet outil très pratique pour tester un site Internet qui gère des pages statiques et des pages dynamiques avec des servlets et des pages JSP. Tomcat peut aussi être intégré au serveur Web Apache ou au serveur Web Microsoft IIS. B http://tomcat.apache.org/ B http://java.sun.com/products/servlet

Pour exécuter la servlet précédente et les pages JSP du forum, vous devez installer un serveur de servlets tel que Tomcat distribué sous licence Apache et utilisable librement. Pour l’installer, téléchargez la version 4.1 la plus récente de Tomcat au format ZIP disponible à http://tomcat.apache.org/ (fichier de la forme MDNDUWD WRPFDW9(56,21]LS) puis décompressez le fichier d’installation avec l’outil de votre choix ou utilisez la procédure suivante : 1 Ouvrez une fenêtre de commandes (sous Mac OS X, démarrez l’application Terminal du dossier Applications/Utilitaires). 2 Déplacez-vous avec la commande FG dans le dossier où vous voulez installer Tomcat. 3 Décompressez le fichier MDNDUWDWRPFDW9(56,21]LS avec la commande : MDU[IFKHPLQYHUVMDNDUWDWRPFDW9(56,21]LS

Si le système ne connaît pas la commande MDU, vérifiez que le 3$7+ soit correct (voir chapitre 2, la section « Télécharger et installer les programmes pour développer en Java »). Tomcat est installé dans le sous-dossier MDNDUWDWRPFDW9(56,21 du dossier courant et le sous-dossier MDNDUWDWRPFDW9(56,21ELQ contient les commandes du serveur Tomcat. VERSIONS Tomcat et J2EE Nous décrivons ici les opérations d’installation les plus élémentaires pour faire fonctionner Tomcat 4.1 qui, comme J2EE 1.3, respecte la version 2.3 des spécifications des servlets et la version 1.2 des spécifications JSP. Ces opérations s’appliquent aussi avec Tomcat 5 qui, comme J2EE 1.4, respecte la version 2.4 des spécifications des servlets et la version 2.0 des spécifications JSP. Comme les serveurs Tomcat 5 et J2EE 1.4 en production ne sont pas encore très répandus, nous avons préféré nous tenir aux fonctionnalités offertes par la version précédente pour le développement du forum.

248

Il faut ensuite ajouter à votre système la variable d’environnement -$9$B+20( qui a pour valeur le chemin d’accès du JDK (sans le sous-dossier ELQ). Pour cela, effectuez les opérations suivantes selon votre système d’exploitation.

Sous Windows Sous Windows 95/98/ME 1 Éditez le fichier &?$872(;(&%$7 et ajoutez-y la ligne : 6(7-$9$B+20( &?3URJUDa?-DYD?MGN9(56,21

2 Redémarrez votre machine.

Créez un raccourci vers la commande MDNDUWDWRPFDW9(56,21ELQ VWDUWXSEDW avec un espace d’environnement plus grand : © Groupe Eyrolles, 2004

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

1 Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’icône du fichier

et choisissez le menu Créer un raccourci. Renommez le raccourci ainsi créé si vous le souhaitez. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’icône du raccourci et choisissez le menu Propriétés. Choisissez l’onglet Mémoire dans la boîte de dialogue des Propriétés. Dans le champ Environnement Initial, choisissez la valeur 1024. Confirmez votre saisie et fermez la boîte de dialogue. VWDUWXSEDW

2 3 4 5

Sous Windows NT 1 Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’icône de votre poste de travail et choisissez le menu Propriétés. 2 Choisissez l’onglet Environnement dans la boîte de dialogue des Propriétés. 3 Ajoutez la variable d’environnement -$9$B+20( avec la valeur &?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21. 4 Confirmez votre saisie en cliquant sur Modifier et fermez la boîte de dialogue. Sous Windows 2000/XP 1 Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’icône de votre poste de travail et choisissez le menu Propriétés. 2 Choisissez l’onglet Avancé dans la boîte de dialogue des Propriétés. 3 Cliquez sur le bouton Variables d’environnement... 4 Ajoutez la variable d’environnement -$9$B+20( avec la valeur &?3URJUDP)LOHV?-DYD?MGN9(56,21. 5 Confirmez votre saisie et fermez la boîte de dialogue.

Figure 12–3 Dossiers et fichiers

les plus importants de Tomcat

Sous Linux 1 Rendez les fichiers de commandes de Tomcat exécutables avec la

commande : FKPRG[MDNDUWDWRPFDW9(56,21ELQ VK

2 Éditez le fichier aEDVKUF, et ajoutez-y les lignes : -$9$B+20( FKHPLQYHUVMGN9(56,21 H[SRUW-$9$B+20(

3 Redémarrez votre session.

© Groupe Eyrolles, 2004

249

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Sous Mac OS X 1 Rendez les fichiers de commandes de Tomcat exécutables avec la

commande : FKPRG[MDNDUWDWRPFDW9(56,21ELQ VK

2 Créez si nécessaire le répertoire 0DF26; dans votre dossier de départ avec

la commande : PNGLUa0DF26;

3 Éditez (ou créez) le fichier a0DF26;HQYLURQPHQWSOLVW contenant les

variables d’environnement avec les commandes suivantes (vous pouvez utiliser la commande YL si vous le préférez) : WRXFKa0DF26;HQYLURQPHQWSOLVW $SSOLFDWLRQV7H[W(GLWDSS&RQWHQWV0DF267H[W(GLW Xa0DF26;HQYLURQPHQWSOLVW

4 Ajoutez à ce fichier la variable d’environnement -$9$B+20( au fichier, qui

doit ressembler à ceci :

POUR ALLER PLUS LOIN Configuration de Tomcat Le serveur HTTP de Tomcat peut être configuré avec un autre port que celui par défaut, 8080. Un serveur HTTP utilise généralement le port 80 mais l’équipe de développement de Tomcat a préféré ne pas l’utiliser par défaut car le lancement d’un serveur sur ce port est réservé par sécurité aux administrateurs sur la plupart des systèmes d’exploitation. La configuration de Tomcat s’effectue soit en modifiant manuellement le fichier FRQIVHUYHU[PO de Tomcat, soit en utilisant les pages Web d’administration proposées par Tomcat. Par sécurité, ces pages ne sont accessibles qu’aux utilisateurs ayant un rôle d’administrateur. Pour créer un utilisateur avec ce rôle, il faut éditer le fichier FRQI WRPFDWXVHUV[PO, y ajouter un utilisateur du type : XVHUXVHUQDPH DGPLQLVWUDWHXU SDVVZRUG D]HUW\UROHV DGPLQ!

"[POYHUVLRQ HQFRGLQJ 87)"! '2&7<3(SOLVW6<67(0 ILOHORFDOKRVW6\VWHP/LEUDU\'7'V3URSHUW\/LVWGWG! SOLVWYHUVLRQ ! GLFW! NH\!-$9$B+20(NH\! VWULQJ!/LEUDU\-DYD+RPHVWULQJ! GLFW! SOLVW!

5 Enregistrez le fichier et redémarrez votre session.

Lancement de Tomcat On procède au lancement de Tomcat avec la commande VWDUWXS comme indiqué ci-après. Pour vérifier que le serveur est bien lancé, ouvrez un navigateur et saisissez dans la barre d’adresse la chaîne http://127.0.0.1:8080/. Si votre installation est correcte, la page d’accueil de Tomcat s’affiche, vous permettant de tester les exemples de servlets et de pages JSP fournis avec ce serveur de servlet. Vous pouvez aussi accéder à partir de cette page à différents documents relatifs à la configuration de Tomcat et à la documentation MDYDGRF des API des servlets/JSP.

Sous Windows

et redémarrer Tomcat si nécessaire. B http://www-igm.univ-mlv.fr/~dr/

XPOSE2003/tomcat/

250

Sous Windows 95/98/ME Double-cliquez sur le raccourci vers la commande demment.

VWDUWXSEDW

créé précé-

© Groupe Eyrolles, 2004

Double-cliquez sur le fichier de commande VWDUWXSEDW situé dans le sousdossier ELQ du dossier d’installation de Tomcat.

Sous Linux et Mac OS X 1 Ouvrez une fenêtre de commandes (sous Mac OS X, démarrez l’applica-

tion Terminal du dossier Applications/Utilitaires). 2 Déplacez-vous avec la commande FG dans le sous-dossier ELQ du dossier de Tomcat. 3 Exécutez la commande : VWDUWXSVK

SOUS MAC OS X Tomcat et JBoss préinstallés Des versions récentes de Tomcat et du serveur J2EE Open Source JBoss sont fournies sous Mac OS X avec les outils de développement du système et installées dans le dossier /LEUDU\. Pour exécuter cette version de Tomcat, vous devez être administrateur du système et lancer dans une fenêtre de Terminal la commande suivante : /LEUDU\7RPFDWELQVWDUWXSVK

Attention ! Cette version de Tomcat est configurée pour fonctionner sur le port  et non sur le port .

Administration de Tomcat Documentation : Mode d'emploi, API servlet/JSP…

Exemples de servlets et de pages JSP

Figure 12–4 Page d’accueil de Tomcat

Organiser les fichiers d’une application Web Le plus simple pour installer des servlets et des pages JSP sur un serveur Web ou J2EE tel que Tomcat est de respecter l’organisation d’une application Web Java (Web Application en anglais). Le dossier ZHE d’une application Web doit contenir les fichiers et sousdossiers présentés ci-contre. Le dossier :(%,1)FODVVHV, ainsi que les bibliothèques MDU du dossier :(%-,1)OLE d’une application Web, sont ajoutés automatiquement au FODVVSDWK de cette application, ce qui simplifie sa mise en route sur un serveur Web. L’organisation de nos servlets et pages JSP (que nous verrons plus loin dans ce chapitre) est présentée à la figure 12–5. © Groupe Eyrolles, 2004

Dossier

Type de fichiers

ZHE

Fichiers KWPO et MVS

:(%,1)

Fichier ZHE[PO de configuration de l’application

FODVVHV Fichiers FODVV des servlets

et des classes d’outils de l’application OLE

Bibliothèques MDU non standards comme les drivers JDBC

251

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

Sous Windows NT/2000/XP

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Pages accessibles par le client du serveur Web

Arborescence des dossiers de l'application Web à créer Classes nécessaires à l'application Web

Figure 12–5

Organisation des fichiers d’une application Web

Compilation d’une application Web ATTENTION Bibliothèques requises Afin de compiler une servlet, il faut ajouter la bibliothèque VHUYOHWMDU, qui contient les classes relatives aux servlets, à la commande de compilation MDYDF avec l’option ²FODVVSDWK. Par ailleurs, n’oubliez pas si nécessaire de recopier dans le dossier :(%,1)OLE les fichiers MDU des bibliothèques nécessaires à l’application Web, par exemple le fichier du driver JDBC.

Le

fichier

de

commande EXLOGZHEVK compile la classe puis crée le fichier d’archive WHVWZDU avec le contenu du dossier ZHE (le fichier EXLOGZHEEDW contient les mêmes commandes avec des barres obliques inverses ? à la place des barres obliques ). FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXH

FICHIER buildweb.sh MDYDFVRXUFHSDWKVUFGZHE:(%,1)FODVVHV XFODVVSDWKFKHPLQYHUVMDNDUWDWRPFDW9(56,21FRPPRQOLEVHUYOHWMDU XVUFFRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXHMDYD MDUFI0OLEWHVWZDU&ZHE

Le fichier :(%,1)/ZHE[PO décrit notamment comment le client du serveur fait appel aux servlets d’une application Web. Pour appeler la servlet de classe FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXH avec l’URL http://127.0.0.1:8080/test/ bienvenue, on obtiendra le fichier suivant : ASTUCE Fichier web.xml Reprenez un des fichiers ZHE[PO donnés en exemple dans Tomcat pour créer celui de votre application Web. La syntaxe du langage XML sera abordée au début du chapitre 14 consacré à XML.

252

© Groupe Eyrolles, 2004

"[POYHUVLRQ "!

3

Prologue XML.

'2&7<3(ZHEDSS38%/,& 6XQ0LFURV\VWHPV,QF'7':HE$SSOLFDWLRQ(1 KWWSMDYDVXQFRPGWGZHEDSSBBGWG!

3

Description de la DTD que doit respecter le fichier ZHE[PO.

ZHEDSS!

3

Balise décrivant l’application Web.

VHUYOHW! VHUYOHWQDPH!%LHQYHQXHVHUYOHWQDPH! VHUYOHWFODVV!FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXHVHUYOHWFODVV!

3

Correspondance entre la servlet de nom %LHQYHQXH et sa classe FRPHWHNVWHVW 6HUYOHW%LHQYHQXH.

3

Correspondance entre la servlet de nom %LHQYHQXH et son chemin d’accès dans l’URL.

VHUYOHW! VHUYOHWPDSSLQJ! VHUYOHWQDPH!%LHQYHQXHVHUYOHWQDPH! XUOSDWWHUQ!ELHQYHQXHXUOSDWWHUQ! VHUYOHWPDSSLQJ! ZHEDSS!

Mise en route d’une application Web Aussitôt que le fichier WHVWZDU de l’application Web WHVW est déposé dans le dossier ZHEDSSV de Tomcat, cette application est automatiquement déployée : les fichiers de WHVWZDU sont extraits dans le dossier ZHEDSSVWHVW, ce qui permet à l’utilisateur de faire appel à une servlet ou à un fichier de cette application en la faisant précéder du nom de l’application Web (par exemple http://127.0.0.1:8080/test/bienvenue . C’est le nom du fichier ZDU d’une application Web qui détermine la base du chemin d’accès à l’application dans une URL. L’application Web 5227 est spéciale et correspond à la racine du serveur.

À RETENIR Applications Web Java L’organisation des classes de servlets et des pages JSP sous forme d’application Web Java permet de simplifier leur mise en route : Tomcat, comme les serveurs J2EE, configure une application Web à partir de son fichier de description :(%,1) ZHE[PO et des bibliothèques de classes des dossiers :(%,1)FODVVHV et :(%,1)OLE.

Par l’exemple : exécuter la servlet de bienvenue Une fois que Tomcat est lancé et que le fichier WHVWZDU est déployé, la servlet de classe FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXH peut être appelée d’une des deux façons suivantes : • en saisissant l’URL http://127.0.0.1:8080/test/bienvenue?nom=Thomas dans le champ d’adresse d’un navigateur ; • en utilisant un formulaire HTML comme celui du fichier IRUPXODLUHELHQYHQXHKWPO de l’application Web WHVW (avec ici une URL relative dans l’attribut DFWLRQ).

© Groupe Eyrolles, 2004

B.A.-BA URL relative Pour faciliter le déploiement de fichiers HTML sur des serveurs différents, HTML permet de spécifier une URL relativement à celle de la page courante. Ici, l’attribut DFWLRQ du formulaire IRUPXODLUH ELHQYHQXHKWPO ne répétant pas l’adresse IP du serveur, le navigateur fera appel à la servlet ELHQYHQXH en remplaçant IRUPXODLUH ELHQYHQXHKWPO par ELHQYHQXH, dans l’URL http://127.0.0.1:8080/test/formulairebienvenue. html.

253

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

EXEMPLE WEB-INF/web.xml

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

EXEMPLE formulairebienvenue.html KWPO!KHDG!WLWOH!%LHQYHQXHWLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU! S!&RPPHQWYRXVDSSHOH]YRXV"S! B

IRUPDFWLRQ ELHQYHQXHPHWKRG *(7!

Champ de saisie du nom.

B

S!LQSXWW\SH WH[WQDPH QRP!S!

Bouton de confirmation.

B

S!LQSXWW\SH VXEPLWYDOXH (QYR\HUOHIRUPXODLUH!S! IRUP! FHQWHU!ERG\!KWPO!

Formulaire faisant ELHQYHQXH.

appel

à

la

servlet

Cycle d’exécution de la servlet de bienvenue

POUR ALLER PLUS LOIN Initialisation et destruction d’une servlet Le serveur de servlets appelle les méthodes LQLW et GHVWUR\ d’une servlet respectivement au moment de sa création et juste avant de la détruire. Vous pouvez redéfinir ces méthodes dans vos classes de servlet, si besoin est. La méthode LQLW est généralement redéfinie pour configurer une servlet en fonction de paramètres dont les valeurs sont précisées dans le fichier de description :(%,1)ZHE[PO, et récupérées dans la servlet grâce à la méthode JHW,QLW3DUDPHWHU.

254

La figure 12-6 montre comment s’exécute une requête à la servlet de classe FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXH lancée avec le formulaire IRUPXODLUH ELHQYHQXHKWPO. • Une fois que l’application Web WHVW est déployée dans le dossier ZHEDSSV de Tomcat, l’utilisateur peut demander  le formulaire IRUPXODLUH ELHQYHQXHKWPO au serveur, qui renvoie  simplement le contenu de ce fichier statique. • À la confirmation du formulaire , le navigateur construit une requête *(7 vers le programme CGI WHVWELHQYHQXH avec le paramètre QRP et la valeur saisie. • Lorsqu’il reçoit cette requête, le serveur Web utilise  le fichier :(%,1) ZHE[PO de l’application Web WHVW pour retrouver à quelle servlet correspond le chemin ELHQYHQXH. Le serveur recherche d’abord la balise VHUYOHWPDSSLQJ! qui associe le chemin contenu dans une balise XUOSDWWHUQ! avec le nom logique d’une servlet dans une balise VHUYOHWQDPH!, c’est-à-dire ici %LHQYHQXH . • Il cherche ensuite la balise VHUYOHW! qui associe le nom logique d’une servlet  avec sa classe dans une balise VHUYOHWFODVV!, c’est-à-dire ici FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXH . • Cette servlet est ensuite créée si elle n’existe pas et sa méthode GR*HW est appelée en lui passant les deux objets qui représentent la requête et la réponse . • Toutes les informations écrites sur le flux de données de la réponse sont finalement renvoyées au client de la requête.

© Groupe Eyrolles, 2004

Navigateur (client HTTP)

 GET /test/formulairebienvenue.html





Bienvenue com.eteks.test.ServletBienvenue  Bienvenue /bienvenue

Instance Bienvenue de la classe



Bienvenue

Comment vous appelez-vous ?









com.eteks.test.ServletBienvenue package com.eteks.test; public class ServletBienvenue

extends HttpServlet { public void doGet (HttpServletRequest request, HttpServletResponse response) { String nom = request.getParameter("nom"); PrintWriter out = response.getWriter(); out.write("..."); }

GET /test/bienvenue?nom=Thomas Bienvenue

Bienvenue

Bonjour Thomas



Figure 12–6 Exécution de la servlet FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXH avec le formulaire IRUPXODLUHELHQYHQXHKWPO

Mise à jour d’une application Web En cas de changement des classes ou des pages dans le fichier WHVWZDU, la mise à jour de l’application Web WHVW peut s’effectuer de plusieurs façons dans Tomcat. La plus directe est de supprimer le sous-dossier WHVW du dossier ZHEDSSV du serveur et de redémarrer le serveur (pour arrêter proprement Tomcat, utilisez la commande VKXWGRZQ située dans le même dossier que VWDUWXS). © Groupe Eyrolles, 2004

255

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

Serveur Web (Serveur HTTP + Serveur servlet)

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Pour éviter d’arrêter Tomcat, vous pouvez recourir au gestionnaire d’applications Web de Tomcat de la façon suivante : 1 Cliquez sur le lien Tomcat Manager de la page d’accueil de Tomcat, puis saisissez le nom et le mot de passe d’un utilisateur ayant le rôle de PDQDJHU. 2 Supprimez l’application Web WHVW en cliquant sur son lien Retirer. 3 Réinstallez l’application en saisissant l’URL de son fichier ZDU (une URL sur un fichier local commence par ILOH suivi du chemin absolu du fichier) ou en téléchargeant son fichier ZDU sur le serveur.

Figure 12–7 Gestionnaire d’applications Web de Tomcat

ATTENTION Attribution des rôles Par sécurité, la page du gestionnaire d’applications Web de Tomcat n’est accessible qu’aux utilisateurs ayant un rôle de PDQDJHU, tandis que les pages d’administration de Tomcat sont réservées aux utilisateurs ayant un rôle d’DGPLQ. Pour attribuer à un utilisateur ces deux rôles, il faut éditer le fichier FRQIWRPFDWXVHUV[PO, y ajouter un utilisateur du type : XVHUXVHUQDPH WKRPDV SDVVZRUG D]HUW\ UROHV DGPLQPDQDJHU! et redémarrer Tomcat si nécessaire.

256

© Groupe Eyrolles, 2004

VERSIONS Tomcat 5.5 Depuis la version 5.5, l’application Web d’administration de Tomcat n’est plus fournie d’office avec Tomcat et doit être téléchargée séparément.

Figure 12–8

Création d’un contexte d’une application Web dans Tomcat

Pour configurer ainsi une application Web, recourez aux pages d’administration de Tomcat de la façon suivante : 1 Cliquez sur le lien Tomcat Administration de la page d’accueil de Tomcat puis saisissez le nom et le mot de passe d’un utilisateur ayant le rôle d’DGPLQ. 2 Cliquez sur le symbole d’ouverture à gauche du lien Service (TomcatStandalone) puis sur le lien Host qui doit apparaître. 3 Choisissez l’élément Create New Context dans la liste déroulante intitulée Host Actions, pour afficher les propriétés d’un nouveau contexte d’application Web. 4 Dans le premier tableau intitulé Context Properties, remplissez le champ de saisie Document Base avec le chemin absolu du dossier ZHE de votre arborescence de travail et le champ Path avec le chemin de base de l’application Web (par exemple, WHVWGHY pour une URL qui débutera par http://127.0.0.1:8080/ testdev). Dans ce même tableau, passez la propriété Reloadable à WUXH. 5 Confirmez la création du nouveau contexte en cliquant sur les boutons Save puis Commit Changes. 6 Redémarrez Tomcat. © Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION Modification du fichier web.xml Tomcat ne recharge pas automatiquement le fichier de description :(%,1)ZHE[PO d’une application Web quand il est modifié. Pour que la mise à jour de ce fichier soit prise en compte sans redémarrer Tomcat, vous pouvez redémarrer l’application Web dans le gestionnaire d’applications Web en cliquant sur ses liens Arrêter et Démarrer.

257

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

En phase de développement, il est plus pratique de configurer Tomcat de telle façon que votre application Web utilise directement le sous-dossier ZHE de votre arborescence de travail et que le serveur recharge automatiquement toute classe modifiée dans le dossier :(%,1)FODVVHV, que ce soit une classe de servlet ou une classe d’outil. Vous ne déployez alors le fichier ZDU qu’une fois votre application Web terminée.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Créer l’interface d’une application Web avec les JavaServer Pages Les pages JSP ( JavaServer Pages) simplifient la création de pages générées dynamiquement sur un serveur HTTP, en utilisant une démarche opposée à celle des servlets. Au lieu d’écrire du code HTML dans le code Java d’une classe de servlet, un développeur JSP écrit du code Java dans le code HTML d’un fichier JSP… C’est cette technologie qui est en œuvre pour créer l’interface utilisateur du forum. Mais voyons d’abord comment se programme une page JSP.

Balises JSP pour inclure du contenu dynamique ASTUCE Mémo des balises JSP Un résumé complet de la syntaxe des balises JSP est disponible dans un document PDF de 4 pages qui peut être téléchargé à l’adresse B http://java.sun.com/products/jsp/syntax/1.2/ card12.pdf

On décrit les instructions Java d’un fichier JSP avec les balises spéciales présentées dans le tableau 12-1. Pour toute requête à un fichier JSP, le serveur HTTP fait appel au serveur de servlet. Celui-ci : 1 Crée une classe équivalente de servlet à partir des balises JSP et du reste du texte du fichier. Le code Java est généré dans la méthode BMVS6HUYLFH d’une classe qui implémente l’interface MDYD[VHUYOHWMVS+WWS-VS3DJH. 2 Compile cette classe. 3 Crée une instance de la classe et exécute la méthode BMVS6HUYLFH en lui passant les objets de requête et de réponse. Si entre deux requêtes le fichier JSP n’a pas été modifié, seule la méthode BMVS6HUYLFH est appelée, ce qui évite de générer et compiler à nouveau une classe équivalente. Tableau 12–1 Balises générales JSP

Balise JSP

Description

#SDJHLPSRUW MDYDVTO FODVVH2X3DFNDJH FRQWHQW7\SH W\SH0,0(HQFRGLQJ HUURU3DJH 85/5HODWLYH3DJH(UUHXU LV(UURU3DJH WUXH2XIDOVH!

Balise générale d’une page avec les attributs optionnels suivants (liste partielle) : • LPSRUW spécifie les paquetages ou les classes à importer. • FRQWHQW7\SH spécifie le type MIME et le format de codage des caractères de la réponse. • HUURU3DJH est la page à utiliser en cas d’exception. • LV(UURU3DJH est égal à WUXH quand la page JSP est une page de traitement d’erreur.

#LQFOXGHILOH 85/5HODWLYH)LFKLHU!

Inclut le contenu du fichier 85/5HODWLYH)LFKLHU au fichier courant.

&RPPHQWDLUH!

Commentaire JSP non inclus dans la réponse.

GHFODUDWLRQ&KDPS2X0HWKRGH!

Déclare les champs et les méthodes Java de la page.

FRGH-DYD!

Inclut du code Java (instructions, déclarations de variables locales).

 H[SUHVVLRQ-DYD!

Inclut dans la réponse une expression Java convertie en texte.

258

© Groupe Eyrolles, 2004

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

REGARD DU DÉVELOPPEUR Inconvénients des servlets Il est possible de générer n’importe quel contenu dynamique avec les servlets mais leur développement présente des inconvénients majeurs : • Quand une servlet génère un code HTML complexe, ce code n’est pas facilement modifiable. • L’écriture des servlets requiert une bonne connaissance de Java et du code HTML même pour une page dynamique simple. • La syntaxe du code HTML (ou XML) généré par les appels à ZULWH ne peut pas être vérifiée au moment de l’écriture de la classe de la servlet. Les servlets sont surtout utilisées pour produire dynamiquement des contenus binaires comme des images ou des fichiers PDF. Les servlets et les pages JSP peuvent parfaitement cohabiter au sein de la même application Web.

Variables JSP prédéfinies Pour effectuer leur traitement, le code Java des balises JSP FRGH-DYD! et  H[SUHVVLRQ-DYD! peut utiliser un ensemble de variables prédéfinies. Le tableau 12-2 présente celles qui sont le plus utiles. Tableau 12–2 Quelques variables prédéfinies en JSP

Variable

Type

Description

UHTXHVW

MDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HUYOHW5HTXHVW

Requête reçue par le serveur. Surtout utilisée pour récupérer les valeurs des paramètres.

UHVSRQVH

MDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HUYOHW5HVSRQVH

Réponse renvoyée par le serveur.

H[FHSWLRQ

MDYDODQJ7KURZDEOH

Exception déclenchée dans une page JSP et reçue dans une page d’erreur.

RXW

MDYD[VHUYOHWMVS-VS:ULWHU

Flux de sortie des caractères à destination du client.

Par l’exemple : bienvenue dans le monde JSP Le fichier JSP

est l’équivalent de la servlet de classe La section suivante « Exécuter la page JSP de bienvenue » montre les légères modifications à effectuer pour faire appel à cette page à la place de la servlet de bienvenue. ELHQYHQXHMVS

FRPHWHNVWHVW6HUYOHW%LHQYHQXH.

EXEMPLE bienvenue.jsp 6WULQJQRP UHTXHVWJHW3DUDPHWHU QRP ! KWPO!KHDG!WLWOH!%LHQYHQXHWLWOH!KHDG! ERG\!K!%LHQYHQXHK!S!%RQMRXU

3

Récupération du paramètre QRP.

LI QRP QXOO QRPOHQJWK ! ^!  QRP! ` HOVH ^! FKHULQFRQQX `! S! ERG\! KWPO!

3

Génération d’un message différent selon que le paramètre existe ou non.

© Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION Utilisez les accolades de façon systématique Tout code JSP ou HTML exécuté dans une instruction de contrôle LI, HOVH, IRU, ZKLOH..., d’une balise ! doit être inclus dans un bloc Java ^ `, quel qu’en soit le nombre de lignes ou d’instructions. Les codes JSP  QRP ! et FKHU LQFRQQX de cet exemple doivent être inclus dans des blocs ^`.

259

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Exécuter la page JSP de bienvenue Fichier web.xml et pages JSP La présence d’un fichier de description :(%,1) ZHE[PO n’est pas obligatoire pour faire fonctionner une application Web constituée uniquement de pages JSP.

Notez qu’il est possible de faire appel à une page JSP en utilisant les méthodes *(7 et 3267.

Pour tester la page ELHQYHQXHMVS, il faut : • soit placer le fichier dans le dossier d’une application Web, par exemple un des sous-dossiers du dossier ZHEDSSV de Tomcat, • soit l’ajouter au fichier ZDU d’une application Web et déployer ce fichier sur le serveur de servlet. Si le fichier ELHQYHQXHMVS est à la racine du fichier WHVWZDU, vous pouvez y faire appel avec une des deux solutions suivantes : • en saisissant l’URL http://127.0.0.1:8080/test/bienvenue.jsp?nom=Sophie dans le champ d’adresse d’un navigateur, • en utilisant le formulaire IRUPXODLUHELHQYHQXHKWPO défini précédemment avec un attribut DFWLRQ faisant appel au fichier ELHQYHQXHMVS : EXEMPLE formulairebienvenue.html

Figure 12–9 Page JSP ELHQYHQXHMVS avec la liste de paramètres QRP 6RSKLH

KWPO!KHDG!WLWOH!%LHQYHQXHWLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU! S!&RPPHQWYRXVDSSHOH]YRXV"S! IRUPDFWLRQ ELHQYHQXHMVSPHWKRG *(7! S!LQSXWW\SH WH[WQDPH QRP!S! S!LQSXWW\SH VXEPLWYDOXH (QYR\HUOHIRUPXODLUH!S! IRUP! FHQWHU!ERG\!KWPO!

Contrôle des erreurs dans une page JSP Des erreurs se produisant dans un fichier JSP peuvent être détectées à chacune des phases de son interprétation par le serveur de servlet : • lors de la création de la classe équivalente de servlet si certaines balises JSP sont incorrectes ; • lors de la compilation de cette classe, si le code généré ne respecte pas la syntaxe Java. La page renvoyée répète alors le texte généré par MDYDF ; • à l’exécution si la méthode BMVS6HUYLFH de cette classe déclenche des exceptions. Si vous avez spécifié une page d’erreur dans l’attribut HUURU3DJH de la balise # SDJH !, l’exécution est alors détournée vers cette page. Figure 12–10 Organisation du dossier ZRUN de Tomcat

260

ASTUCE Code Java de la servlet équivalente à une page JSP Vous pouvez consulter le code Java des servlets générées par Tomcat dans le sous-dossier ZRUN du dossier d’installation de Tomcat. On peut facilement identifier la classe générée grâce à l’organisation du dossier ZRUN et aux noms des fichiers MDYD. Il est quelquefois nécessaire de consulter ces fichiers pour corriger une erreur dans un fichier JSP suite à une erreur de compilation ou d’exécution.

© Groupe Eyrolles, 2004

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

Mise à jour des pages JSP Dans la configuration par défaut de Tomcat, la servlet d’une page JSP est automatiquement régénérée à chaque mise à jour de son fichier MVS, ce qui est très pratique pendant la phase de mise au point d’une page. Vous pouvez modifier une page pour la corriger ou pour l’enrichir sans avoir à redémarrer ou redéployer son application Web, sauf dans de rares cas. ASTUCE Mise au point d’une page JSP Dans Tomcat, les textes écrits avec les méthodes SULQW et SULQWOQ du champ RXW de la classe MDYDODQJ6\VWHP sont enregistrés par défaut dans le fichier ORJVFDWDOLQDRXW de Tomcat, qui contient aussi des informations enregistrées par le serveur pendant son exécution. N’hésitez pas à recourir à ce moyen simple pour vérifier les points par lesquels passe l’exécution des pages JSP et des classes d’une application Web. Évitez de recourir à la méthode VKRZ0HVVDJH'LDORJ de la classe MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQH car l’appel à cette méthode est bloquant.

Utiliser les classes Java dans une page JSP N’importe quelle classe Java peut être utilisée dans un fichier JSP, que ce soit une classe de la bibliothèque standard, d’une autre bibliothèque, ou de vos classes. Un objet peut être mémorisé par : • un champ déclaré dans une balise ! • une variable locale déclarée dans une balise ! • un attribut associé à un objet JavaBeans (voir ci-dessous) et géré par le serveur de servlet.

À RETENIR Où stocker les classes non standards ? Les classes et les bibliothèques non standards utilisées dans une page JSP doivent être stockées dans les dossier :(%,1)FODVVHV et :(%,1)OLE de l’application Web dont dépend la page.

Utiliser les composants JavaBeans dans une page JSP Un composant JavaBeans™ est une classe Java conçue pour être réutilisable dans certains environnements comme les IDE Java ou les pages JSP. Un composant JavaBeans définit : • des propriétés (properties en anglais) correspondant aux données d’un objet auxquelles l’utilisateur peut accéder ; • des événements permettant à un objet d’une classe de communiquer avec d’autres objets. Une simple classe Java &ODVVH7HVW peut être considérée comme un composant JavaBeans si : • &ODVVH7HVW est SXEOLF ; • &ODVVH7HVW a un constructeur SXEOLF sans paramètre (le constructeur par défaut peut convenir) ; • &ODVVH7HVW définit des méthodes préfixées par JHW et VHW permettant d’interroger et de modifier des données de la classe correspondant à leur propriété JavaBeans. Les propriétés peuvent être éventuellement héritées d’une super-classe. © Groupe Eyrolles, 2004

C# Propriétés Les propriétés d’un composant JavaBeans et celles d’une classe C# sont similaires, mais ne se programment de la même façon. En C#, la notion de propriété interrogeable via son accesseur JHW et modifiable via son mutateur VHW est intégrée au langage. En Java, une propriété est définie dans une classe grâce à des méthodes préfixées par JHW et VHW suivis de l’identificateur de la propriété.

261

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

REGARD DU DÉVELOPPEUR Conventions JavaBeans et francophonie

Pour plus d’informations, voir aussi The JavaBeans specification à : B http://java.sun.com/products/javabeans/docs/

B.A.-BA Cookie Un cookie correspond la plupart du temps à un identifiant dans une base de données. Un serveur utilise les cookies pour reconnaître le client avec qui il communique au cours des requêtes de sa session voire d’une session à l’autre. Si besoin est, les méthodes JHW&RRNLHV de l’objet UHTXHVW et DGG&RRNLH de l’objet UHVSRQVH permettent de configurer des cookies en plus de celui créé d’office par le serveur de servlet.

POUR ALLER PLUS LOIN Gérer une session sans cookie Les pages JSP autorisent aussi la gestion d’une session quand le navigateur est configuré pour refuser les cookies. On programme cette fonctionnalité en appelant la méthode HQFRGH85/ de l’objet UHVSRQVH pour toute URL présente dans votre site (lien D KUHI 85/!, action de formulaire IRUP DFWLRQ 85/!...). Cette méthode ajoute si nécessaire une information à l’URL concernant la session de l’utilisateur en cours.

Les préfixes JHW (ou aussi LV pour une valeur booléenne) et VHW de l’accesseur et du mutateur d’une propriété sont pratiques pour créer rapidement des composants JavaBeans. Certains IDE automatisent même la création de ces méthodes en permettant au développeur de citer uniquement les propriétés d’une classe et leur type. Mais si vous appliquez cette convention pour des noms de propriétés francophones, comme dans notre cas, vous obtiendrez des noms de méthodes au franglais fort discutable… Les spécifications JavaBeans autorisent néanmoins d’utiliser les identificateurs de votre choix pour l’accesseur et le mutateur d’une propriété, mais vous devrez alors créer des classes supplémentaires postfixées par %HDQ,QIR pour décrire les propriétés que manipulent ces mutateurs et ces accesseurs.

Par exemple, la classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP représentant un message du forum est un composant JavaBeans dont les propriétés DXWHXU, GDWH&UHDWLRQ, VXMHW, WH[WH et LG sont accessibles en lecture/écriture. En revanche, sa super-classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH ne peut être utilisée comme composant JavaBeans car elle n’a pas de constructeur sans paramètre. Dans des pages JSP, un objet peut être instancié à partir d’un composant JavaBeans grâce à une balise JSP MVSXVH%HDQ. À chaque objet créé de cette façon est associée une portée (scope en anglais) : • Un objet de portée SDJH est associé à la page JSP et peut être comparé à une variable locale. • Un objet de portée UHTXHVW existe pendant toute la durée d’une requête HTTP. • Un objet de portée VHVVLRQ est associé au client de la requête HTTP et existe dans toutes les pages JSP pendant les différentes requêtes du même client. Ce type d’objet est utilisé par exemple pour « tracer » un utilisateur au cours de sa visite sur un site ou pour gérer le panier d’achat d’un client. Pour qu’un objet de portée VHVVLRQ puisse être associé au même client d’une requête HTTP à l’autre, le client doit autoriser le cookie renvoyé par le serveur. • Un objet de portée DSSOLFDWLRQ existe pendant la durée de l’application Web. Partagé entre toutes les pages JSP, il est utile pour partager une connexion JDBC par exemple. Les balises présentées ci-après dans le tableau 12-3 sont utilisées pour manipuler un composant JavaBeans dans une page JSP. ATTENTION Les balises jsp: sont des balises XML Les balises JSP débutant par MVS sont des balises XML (eXtended Markup Language). Avant d’aborder le chapitre sur XML, retenez pour l’instant qu’à la différence d’HTML, il faut en XML respecter la casse des balises et de leurs attributs, et ne pas oublier de fermer les balises : • soit avec ! à la fin de la balise quand elle n’inclut pas d’autres balises ; • soit avec une balise de fin EDOLVH;0/!.

262

© Groupe Eyrolles, 2004

Balise JSP

Description

MVSXVH%HDQLG EHDQFODVV FODVVH%HDQ VFRSH SDJH2XUHTXHVW2XVHVVLRQ2XDSSOLFDWLRQ!

Déclare la variable locale d’identificateur EHDQ et de type FODVVH%HDQ ou FODVVH2X,QWHUIDFH%HDQ référençant l’objet EHDQ.

MVSXVH%HDQLG EHDQFODVV FODVVH%HDQ VFRSH SDJH2XUHTXHVW2XVHVVLRQ2XDSSOLFDWLRQ! MVSVHW3URSHUW\LG EHDQSURSHUW\ SURSULHWH YDOXH YDOHXU! MVSVHW3URSHUW\LG EHDQSURSHUW\ SURSULHWH YDOXH  H[SUHVVLRQ-DYD!! $XWUHVEDOLVHVG·LQLWLDOLVDWLRQ! MVSXVH%HDQ!

Les balises MVSXVH%HDQ avec un attribut FODVV crée un objet de classe FODVVH%HDQ si l’objet EHDQ n’existe pas. Les propriétés de cet objet peuvent être initialisées en incluant d’autres balises comme dans la deuxième forme de la balise MVSXVH%HDQ. La portée de l’objet dépend de l’attribut VFRSH qui peut être égal à SDJH, UHTXHVW, VHVVLRQ ou DSSOLFDWLRQ (SDJH par défaut).

MVSXVH%HDQLG EHDQW\SH FODVVH2X,QWHUIDFH%HDQ VFRSH SDJH2XUHTXHVW2XVHVVLRQ2XDSSOLFDWLRQ! MVSVHW3URSHUW\QDPH EHDQSURSHUW\ SURSULHWH YDOXH YDOHXU! MVSVHW3URSHUW\QDPH EHDQSURSHUW\ SURSULHWH YDOXH  H[SUHVVLRQ-DYD!! MVSVHW3URSHUW\QDPH EHDQSURSHUW\ SURSULHWH SDUDP SDUDPHWUH!

Modifie une propriété de l’objet EHDQ avec une valeur donnée, le résultat d’une expression Java ou la valeur d’un paramètre. Si la propriété est de type primitif, la valeur textuelle est convertie dans ce type. La dernière forme de la balise MVSVHW3URSHUW\ modifie toutes les propriétés de l’objet EHDQ avec les valeurs des paramètres de mêmes noms.

MVSVHW3URSHUW\QDPH EHDQSURSHUW\  ! MVSJHW3URSHUW\QDPH EHDQSURSHUW\ SURSULHWH!

À RETENIR jsp:useBean = attribut d’une servlet Si vous recherchez le code écrit pour une balise MVSXVH%HDQ dans le fichier source de la servlet équivalant à une page JSP, vous verrez qu’un objet créé à partir d’un composant JavaBeans est en fait mémorisé dans un attribut qui associe un texte à un objet Java. Une servlet équivalente manipule chaque attribut grâce aux méthodes JHW$WWULEXWH, VHW$WWULEXWH et UHPRYH$WWULEXWH définies dans la classe MDYD[VHUYOHWMVS3DJH&RQWH[W de l’objet prédéfini SDJH&RQWH[W. Si vous voulez manipuler ces mêmes attributs dans une servlet, utilisez les méthodes équivalentes définies dans les classes MDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HUYOHW5HTXHVW, MDYD[VHUYOHWKWWS+WWS6HVVLRQ et MDYD[VHUYOHW6HUYOHW&RQWH[W. Ces classes permettent de représenter respectivement une requête, une session ou le contexte de l’application Web.

© Groupe Eyrolles, 2004

Renvoie la valeur d’une propriété de l’objet EHDQ convertie en texte.

Par exemple, la balise MVSXVH%HDQ : MVSXVH%HDQLG DUWLFOHV FODVV MDYDXWLO$UUD\/LVW VFRSH VHVVLRQ!

est équivalente dans une servlet aux instructions Java suivantes : 5pFXSpUDWLRQGHODVHVVLRQ +WWS6HVVLRQVHVVLRQ UHTXHVWJHW6HVVLRQ  &UpDWLRQGHO DWWULEXWDUWLFOHV V LOQ H[LVWHSDVHQFRUH $UUD\/LVWDUWLFOHV  $UUD\/LVW VHVVLRQJHW$WWULEXWH DUWLFOHV  LI DUWLFOHV QXOO ^ DUWLFOHV QHZ$UUD\/LVW  VHVVLRQVHW$WWULEXWH DUWLFOHVDUWLFOHV  `

263

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

Tableau 12–3 Balises JSP pour les composants JavaBeans

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Par l’exemple : créer une liste de courses La page HGLWHUDUWLFOHKWPO permet d’éditer un article pour l’ajouter à la liste de courses gérée par la page OLVWHFRXUVHVMVS.

Figure 12–11 Liste de courses de plusieurs utilisateurs

accédant simultanément au même serveur

EXEMPLE editerarticle.html

Formulaire faisant appel à la page OLVWHFRXUVHVMVS.

B

KWPO!KHDG!WLWOH!/LVWHGHFRXUVHVWLWOH!KHDG!ERG\!FHQWHU! K!$MRXWHUXQDUWLFOHK! IRUPDFWLRQ OLVWHFRXUVHVMVSPHWKRG SRVW!

Champ de saisie de l’article à ajouter.

B

S!$UWLFOHLQSXWQDPH DUWLFOHW\SH WH[W!S! S!LQSXWW\SH VXEPLWYDOXH $MRXWHU!S! IRUP! FHQWHU!ERG\!KWPO!

La page OLVWHFRXUVHVMVS ajoute un article à la liste des articles et affiche cette liste. EXEMPLE listecourses.jsp Déclaration de l’objet DUWLFOHV de portée VHVVLRQ.

B

MVSXVH%HDQLG DUWLFOHVFODVV MDYDXWLO$UUD\/LVW VFRSH VHVVLRQ!

Si le paramètre DUWLFOH est présent dans la liste, l’article est ajouté à l’ensemble DUWLFOHV.

B

LI UHTXHVWJHW3DUDPHWHU DUWLFOH  QXOO DUWLFOHVDGG UHTXHVWJHW3DUDPHWHU DUWLFOH !

Lien vers la page d’ajout d’article.

B

Boucle IRU d’énumération de tous les articles.

B

Affichage du L-ème article.

B

Fin de la boucle IRU.

B

264

KWPO!KHDG!WLWOH!/LVWHGHFRXUVHVWLWOH!KHDG!ERG\!FHQWHU! K!/LVWHGHFRXUVHVK! DKUHI HGLWHUDUWLFOHKWPO!$MRXWHUXQDUWLFOHD!FHQWHU! EORFNTXRWH! IRU LQWL LDUWLFOHVVL]H L  ^!  DUWLFOHVJHW L !EU! `! EORFNTXRWH!ERG\!KWPO!

© Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION Quelques erreurs JSP typiques Voici quelques erreurs souvent rencontrées avec les pages JSP : • 8QWHUPLQDWHG ([SHFWHGWDJ

Il est probable qu’une balise ;0/ MVS n’a pas été correctement fermée avec le symbole .

ATTENTION Délai d’expiration d’une session Le délai d’expiration (timeout en anglais) d’une session est par défaut de 30 minutes dans Tomcat, c’est-à-dire que si l’utilisateur n’envoie aucune requête pendant cette durée les objets de session qui lui sont associés sur le serveur sont automatiquement détruits. Dans cet exemple, si vous ne faites pas appel au serveur pendant cette durée ou si vous redémarrez votre navigateur, votre liste de courses sera perdue !

• PLVVLQJ`LQWU\FDWFKVWDWHPHQW La plupart du temps, cette erreur survient quand vous avez oublié une accolade fermante dans le code Java de votre page ou si vous avez mal placé des symboles ! pour fermer une balise de code Java. • Une zone de la page ou une valeur générée dynamiquement n’apparaît pas comme prévue. Vérifiez la casse de la balise XML correspondante. Pensez aussi à vérifier les fichiers inclus avec une balise # LQFOXGH ILOH  ! quand vous ne trouvez pas l’erreur dans la page elle-même.

Faire appel à d’autres pages JSP Les balises présentées ci-après dans le tableau 12-4 sont utilisées pour faire appel à d’autres pages JSP et permettent d’organiser les pages JSP d’une application Web d’une manière plus modulaire. Leur mise en œuvre est abordée au chapitre suivant. Tableau 12–4 Balises JSP d’appel à d’autres pages

Balise JSP

Description

MVSIRUZDUGSDJH 85/5HODWLYH!

Renvoie le contrôle de la page courante à la page donnée dans l’attribut SDJH, en lui passant éventuellement des paramètres supplémentaires avec les balises MVSSDUDP.

MVSIRUZDUGSDJH  H[SUHVVLRQ-DYD!! MVSIRUZDUGSDJH 85/5HODWLYH! MVSSDUDPQDPH SDUDPHWUHYDOXH YDOHXU! MVSSDUDPQDPH SDUDPHWUH YDOXH  H[SUHVVLRQ-DYD!! MVSIRUZDUG! MVSLQFOXGHSDJH 85/5HODWLYH! MVSLQFOXGHSDJH  H[SUHVVLRQ-DYD!!

Appelle la page donnée dans l’attribut SDJH, en lui passant éventuellement des paramètres supplémentaires avec les balises MVSSDUDP.

MVSLQFOXGHSDJH 85/5HODWLYH! MVSSDUDPQDPH SDUDPHWUHYDOXH YDOHXU! MVSSDUDPQDPH SDUDPHWUH YDOXH  H[SUHVVLRQ-DYD!! MVSLQFOXGH!

© Groupe Eyrolles, 2004

265

12 – Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans

La liste de courses est stockée dans l’objet DUWLFOHV de classe MDYDXWLO $UUD\/LVW. Cet objet de portée VHVVLRQ  est associé au navigateur sur le serveur et est personnel pour chaque client. L’objet DUWLFOHV est créé au début de la session d’un client puis réutilisé à chacune de ses requêtes. L’article en paramètre est ajouté à l’ensemble des articles  puis la liste des articles ligne par ligne  est affichée dans une boucle d’énumération .

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

On n’utilise pas les balises LQFOXGH et MVSLQFOXGH de la même façon : • La balise # LQFOXGH ILOH ILFKLHU ! inclut le fichier de l’attribut ILOH dans le texte de la page courante au moment de la génération du code Java de la servlet (comme la directive LQFOXGH du C). Elle s’utilise surtout pour inclure des déclarations d’objets utilisés dans plusieurs pages. • La balise MVSLQFOXGH SDJH SDJH ! appelle la page de l’attribut SDJH au moment de l’exécution de la page JSP courante. Elle permet de créer dans des pages JSP isolées des portions de page réutilisables dans plusieurs pages, par exemple pour une barre de navigation. CONVENTIONS Fichiers inclus Par convention, les fichiers inclus avec la balise # LQFOXGH ILOH ILFKLHU ! portent une extension MVSI. Ces fichiers, ainsi que les autres fragments de page JSP inclus avec la balise MVSLQFOXGH SDJH SDJH !, sont généralement rangés dans un sous-dossier MVSI du dossier :(%,1) de l’application Web. Comme le contenu du dossier :(%,1) n’est accessible que du serveur, vous pouvez aussi y ranger les fichiers nécessaires à votre application Web auxquels vous voulez interdire l’accès par une requête HTTP d’un client. B http://java.sun.com/developer/technicalArticles/javaserverpages/code_convention/

En résumé… Ce chapitre vous a présenté les différentes façons d’exploiter en Java un serveur Web, d’abord avec les servlets puis avec les pages JSP et les composants JavaBeans. Abordons maintenant un cas plus concret avec la création de l’interface utilisateur du forum de discussion grâce aux pages JSP.

266

© Groupe Eyrolles, 2004

Interface utilisateur du forum

13 SOMMAIRE

B Scénario d’utilisation B Programmation des pages B Composants JavaBeans B Identification et inscription B Page d’accueil B Création de message MOTS-CLÉS

B Architecture 3 tiers B jsp:usebean B scope B session B jsp:forward B jsp:include

Ce chapitre montre comment intégrer les classes du forum définies dans les chapitres précédents pour créer l’interface utilisateur du forum grâce à des pages JSP hébergées sur un serveur Web.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Scénario d’utilisation

DANS LA VRAIE VIE Cas d’utilisation UML En conception UML, on identifie au début les cas d’utilisation d’une application que l’on symbolise sous la forme d’un schéma UML, comme celui de la figure 13-1.

Consulter les messages

S’inscrire <> Internaute

S’identifier <>

Ecrire des messages

Figure 13–1 Cas d’utilisation du forum

L’application de forum est décrite à l’aide de scénarios d’utilisation, qui servent de base pour la réalisation des pages JSP (voir figure 13–2). Le forum donne des droits d’utilisation différents selon que les utilisateurs sont identifiés ou pas : • Un utilisateur non identifié peut consulter la liste des sujets du forum et leurs messages. • Un utilisateur identifié peut en plus créer de nouveaux sujets, répondre à des sujets et modifier ses messages. Un modérateur a le droit de modifier tous les messages qu’il en soit l’auteur ou non. Pour faciliter la navigation des deux types d’utilisateur, les liens hypertexte affichés dans les pages du forum deviennent différents une fois qu’un utilisateur s’est identifié (barre de navigation et liens Répondre et Modifier d’un message).

Scénario pour un utilisateur non identifié Quand un utilisateur arrive sur la page d’accueil du forum , les sujets lui sont affichés sous forme de liste dans un ordre allant du plus récemment modifié au plus ancien. Il peut alors : • Cliquer sur un sujet pour en consulter les messages . En choisissant le lien Sujets , il peut revenir à tout moment à la page d’accueil pour consulter les messages d’autres sujets. • S’identifier s’il a déjà un pseudonyme et un mot de passe . • S’inscrire en choisissant un pseudonyme . Le mot de passe qui lui est attribué par le serveur  lui permet alors de s’identifier en cliquant sur le lien Identification .

Scénario pour un utilisateur identifié Une fois qu’un utilisateur a saisi son pseudonyme et son mot de passe correctement, il revient sur la page d’accueil où les liens Identification /Inscription ont été remplacés par un lien Quitter . Il peut maintenant : • Lire les messages d’un sujet et y répondre en cliquant sur le lien Répondre qui ne s’affiche que pour les utilisateurs identifiés. Après avoir confirmé la saisie de son message , la page du sujet fait alors apparaître son nouveau texte. • Éditer les messages  qu’il a rédigés pour modifier leur texte en cliquant sur le lien Modifier. Après confirmation de la modification , la page du sujet laisse alors apparaître son texte modifié. • Créer de nouveaux sujets  en cliquant sur le lien Nouveau sujet dans la barre de navigation. Après avoir saisi le sujet et un message , la page du nouveau sujet est alors affichée.

268

© Groupe Eyrolles, 2004

13 – Interface utilisateur du forum

  







 Utilisateur non identifié

Utilisateur identifié













Figure 13–2 Scénario d’utilisation du forum

© Groupe Eyrolles, 2004

269

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Programmation des pages du forum Le forum met en œuvre une architecture 3 tiers classique où des informations enregistrées sur un serveur de bases de données sont traitées par les pages JSP et les classes Java d’un serveur Web, auquel des navigateurs font appel. SGBD DBA

Navigateur (client HTTP)

Serveur Web (Serveur HTTP + Serveur servlet/JSP) Webmaster

Utilisateur

Développeurs Java Pages HTML statiques

Développeurs Web Infographistes Rédacteurs

...

Composants JavaBeans SQL Driver JDBC SQL

Pages JSP dynamiques

Servlets JSP

public class ... { // ... }

<%@ page ...> ...

Servlet

public class ... { // ... }

<%@ page ...> ...

Servlet

Navigateur (client HTTP) Utilisateur

Figure 13–3 Architecture 3 tiers d’un site Web et intervenants

Organisation des pages du forum

B.A.-BA Architecture n tiers Une architecture n tiers répartit sur plusieurs serveurs et clients les fonctionnalités d’une application. Le forum que l’on étudie dans cet ouvrage est mis en œuvre avec une architecture 3 tiers typique : • un SGBD chargé de la sauvegarde des données ; • un serveur chargé d’exploiter les données du SGBD pour les mettre en page ; • un client gérant l’affichage des données et les interactions avec l’utilisateur. Suivant les besoins, les serveurs peuvent être sur la même machine ou sur des machines séparées.

270

Comme le montre la figure 13–4, les pages JSP du forum se répartissent en deux catégories : les pages affichées par le navigateur, qui présentent les messages et les formulaires de saisie, et les pages intermédiaires lancées lors de la confirmation des formulaires et du lien Quitter. Ces pages intermédiaires n’affichent rien. Elles exécutent les modifications en réponse à leur formulaire puis renvoient le contrôle à une page capable d’afficher le résultat de l’action.

Utilisation des classes des paquetages com.eteks.forum et com.eteks.outils Les pages JSP du forum utilisent les classes du paquetage FRPHWHNVIRUXP pour lire et enregistrer dans la base de données les utilisateurs et les messages du forum, ainsi que les deux classes d’outils FRPHWHNVRXWLOV2XWLOV&KDLQH et FRPHWHNVRXWLOV0RW'H3DVVH. Ces classes ont été définies dans les chapitres 6 « Les classes de base de la bibliothèque Java » et 11 « Connexion à la base de données avec JDBC ». © Groupe Eyrolles, 2004

index.jsp

13 – Interface utilisateur du forum

creerutilisateur.jsp

identifierutilisateur.jsp

liresujet.jsp

ajouterutilisateur.jsp

verifierutilisateur.jsp

ajoutermessage.jsp quitter.jsp mettreajourmessage.jsp

creersujet.jsp

creermessage.jsp

modifiermessage.jsp

Figure 13–4 Liens entre les pages JSP du forum

Classe com.eteks.forum.ConnecteurForum Un objet unique de classe FRPHWHNVIRUXP&RQQHFWHXU)RUXP est utilisé pour partager la connexion à la base de données entre toutes les pages JSP de l’application. Cet objet d’identificateur FRQQHFWHXU)RUXP est créé grâce à une balise MVSXVH%HDQ de portée DSSOLFDWLRQ, qui est déclarée dans le fichier :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI ; les pages ayant besoin d’accéder à la base de données incluent ce fichier grâce à une balise # LQFOXGH ILOH  :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI !.

Classe com.eteks.forum.UtilisateurForum Un objet de classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP est créé pour chaque utilisateur pour la durée de sa session grâce à une balise MVSXVH%HDQ de portée VHVVLRQ. Cet objet d’identificateur XWLOLVDWHXU)RUXP est déclaré dans le fichier :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI et permet à toutes les © Groupe Eyrolles, 2004

271

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

pages JSP de connaître l’utilisateur qui a lancé une requête. Cet objet étant créé, que l’utilisateur se soit identifié ou non, l’application manipule trois types d’utilisateur : les inconnus dont la propriété DXWRULVDWLRQ est QXOO, les utilisateurs identifiés dont la propriété DXWRULVDWLRQ n’est pas QXOO et le(s) modérateur(s) pour qui la propriété PRGHUDWHXU est vraie (cette propriété est obtenue avec la méthode LV0RGHUDWHXU). Cette classe est aussi utilisée pour créer des objets de portée SDJH au moment de l’inscription d’un utilisateur et au moment de l’initialisation de l’objet FRQQHFWHXU)RUXP pour inscrire d’office un modérateur dans la base de données. B.A.-BA Architecture MVC

Organisation de l’application Web forum Les fichiers du forum sont organisés sous forme d’une application Web Java : le dossier :(%,1) contient un sous-dossier FODVVHV où sont stockées les classes nécessaires au fonctionnement des pages JSP, un sous-dossier OLE qui contient le fichier d’archive du driver JDBC de MySQL et un sous-dossier MVSI qui contient des fragments de pages JSP, comme la barre de navigation (voir aussi en annexe, pour une liste complète des fichiers du forum).

L’organisation des classes et des pages du forum met en pratique le design pattern Modèle Vue Contrôleur. Ce modèle d’architecture sépare les classes d’un programme en trois catégories : • celles du modèle, qui structurent les données d’un programme, comme ici les classes du paquetage FRPHWHNVIRUXP ; • celles de la vue, qui mettent en page les informations du modèle, comme ici les servlets des pages qui affichent les messages et les formulaires de saisie ; • celles du contrôleur, qui gèrent les actions de l’utilisateur sur la vue pour modifier le modèle, comme ici les servlets des pages intermédiaires. Une architecture MVC permet de réutiliser les classes d’un même modèle dans d’autres environnements comme Swing, où la vue sera à base des composants et le contrôleur sera un ensemble de listeners. B http://java.sun.com/developer/technicalArticles/javaserverpages/servlets_jsp/

Classe com.eteks.forum.MessageForum Cette classe est utilisée dans les pages de saisie d’un message ou d’un sujet pour créer des objets dont la portée est limitée à la page ou la requête.

Classe com.eteks.forum.EnsembleMessagesForum Cette classe est instanciée dans la page d’accueil et la page présentant les messages d’un sujet pour effectuer des recherches dans la base de données. La liste des messages trouvés est affichée dans un tableau HTML.

Classe com.eteks.outils.OutilsChaine

Figure 13–5 Organisation

des fichiers du forum

La méthode OLPLWHU/RQJXHXU de cette classe est appelée pour limiter la longueur du sujet pour les titres des pages. L’autre méthode FRQYHUWLU(Q+70/ est utilisée pour convertir les retours à la ligne et les symboles ¶´ des textes des messages.

Classe com.eteks.outils.MotDePasse La méthode FUpHU de cette classe est appelée lors de l’inscription d’un utilisateur pour générer aléatoirement son mot de passe.

272

© Groupe Eyrolles, 2004

La page d’identification est la plus simple du forum : c’est un formulaire de saisie avec deux champs, l’un pour le pseudonyme, l’autre pour le mot de passe. FORUM identifierutilisateur.jsp MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS! S!,GHQWLILH]YRXVSRXUSDUWLFLSHUDXIRUXPS!

3

Inclut la barre de navigation et d’information commune à toutes les pages.

IRUPDFWLRQ YHULILHUXWLOLVDWHXUMVSPHWKRG SRVW! WDEOHERUGHU ! WU! WG!3VHXGRQ\PHWG! WG!LQSXWQDPH SVHXGRQ\PHW\SH WH[W PD[OHQJWK !WG! WU! WU! WG!0RWGHSDVVHWG!

3

Formulaire d’identification du pseudonyme/mot de passe de l’utilisateur.

3

Champ de saisie du pseudonyme avec 30 caractères au maximum.

WG!LQSXWQDPH PRW'H3DVVHW\SH SDVVZRUG PD[OHQJWK !WG! WU! WDEOH!

3

Champ de saisie du mot de passe avec 30 caractères au maximum.

LQSXWW\SH VXEPLWYDOXH ,GHQWLILHU! IRUP! FHQWHU!ERG\!KWPO!

3

Bouton de confirmation Identifier.

ATTENTION Chemin des fichiers inclus

La barre de navigation incluse est abordée dans la section suivante, « Page d’accueil ». Le champ DFWLRQ du formulaire fait appel à la page JSP YHULILHUXWLOLVDWHXUMVS pour vérifier si le pseudonyme et le mot de passe correspondent aux informations d’un utilisateur existant dans la base de données.

Un chemin qui débute par une barre oblique  dans une balise # LQFOXGH ILOH FKHPLQ)LFKLHU ! est relatif au dossier de l’application Web.

FORUM verifierutilisateur.jsp #SDJHHUURU3DJH HUUHXUMVS!

3

Balise SDJH spécifiant la page d’erreur.

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI!

3

Inclut les objets décrits dans les fichiers du sousdossier :(%,1)MVSIEHDQ.

$XWKHQWLILFDWLRQGHO·XWLOLVDWHXU!

3

Commentaire JSP.

MVSVHW3URSHUW\QDPH XWLOLVDWHXU)RUXP SURSHUW\ SVHXGRQ\PHSDUDP SVHXGRQ\PH!

3

Modification de la propriété SVHXGRQ\PH de l’objet XWLOLVDWHXU)RUXP avec le paramètre de même nom.

LI XWLOLVDWHXU)RUXPUHFKHUFKHU FRQQHFWHXU)RUXP   XWLOLVDWHXU)RUXPJHW0RW'H3DVVH HTXDOV UHTXHVWJHW3DUDPHWHU PRW'H3DVVH  ^! MVSIRUZDUGSDJH LQGH[MVS! ` XWLOLVDWHXU)RUXPVHW$XWRULVDWLRQ QXOO !

3

Vérification de l’existence de l’utilisateur dans la base de données et de la correspondance de son mot de passe avec le paramètre PRW'H3DVVH.

3

Transfert du contrôle à la page d’accueil.

3

Annulation de l’autorisation de l’utilisateur s’il n’existe pas ou si le mot de passe est incorrect.

MVSIRUZDUGSDJH LGHQWLILHUXWLOLVDWHXUMVS! MVSSDUDPQDPH HUUHXUYDOXH ,GHQWLILFDWLRQLQFRUUHFWH! MVSIRUZDUG!

3

Transfert du contrôle à la page LGHQWLILHUXWLOLVDWHXUMVS avec le paramètre HUUHXU.

© Groupe Eyrolles, 2004

273

13 – Interface utilisateur du forum

Identification de l’utilisateur

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Cette page passe le contrôle à la page d’accueil  si l’utilisateur a saisi correctement son pseudonyme et son mot de passe  ou sinon renvoie le contrôle à la page précédente . Le message d’erreur Identification incorrecte spécifié par le paramètre HUUHXUest affiché par la barre de navigation.

B.A.-BA Tableau HTML Les tableaux HTML sont très souvent utilisés pour disposer les éléments d’une page HTML. La balise WDEOH! d’un tableau inclut pour chaque ligne une balise WU! (comme table row) où chaque cellule est décrite avec une balise WG! (comme table data). Pour le forum, on a recours ici à certains des attributs de ces balises, pour améliorer l’esthétique des pages du forum : les attributs FHOOSDGGLQJ, FHOOVSDFLQJ et ZLGWK de la balise WDEOH! spécifient la largeur de bordure intérieure de chaque cellule, l’espacement entre chaque cellule et la largeur du tableau (exprimé en pourcentage ou en pixels) ; les attributs EJFRORU et DOLJQ de la balise WU! spécifient la couleur de fond et l’alignement des textes utilisés pour les cellules d’une ligne.

Identification correcte

Identification incorrecte

Figure 13–6 Résultat de l’identification avec la page YHULILHUXWLOLVDWHXUMVS

La page YHULILHUXWLOLVDWHXUMVS vérifie les coordonnées de l’utilisateur dans la base de données en utilisant l’objet FRQQHFWHXU)RUXP de portée DSSOLFDWLRQ, déclaré dans le fichier :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI. FORUM WEB-INF/jspf/bean/connecteurforum.jspf Déclaration de l’objet FRQQHFWHXU)RUXP dont la portée s’étend à toute l’application Web.

B

MVSXVH%HDQLG FRQQHFWHXU)RUXPVFRSH DSSOLFDWLRQ FODVV FRPHWHNVIRUXP&RQQHFWHXU)RUXP!

Au moment de l’initialisation de l’objet FRQQHFWHXU)RUXP, modification de ses propriétés utilisées pour la connexion à la base de données.

B

Déclaration de l’objet PRGHUDWHXU de portée limitée à cette page.

B

MVSVHW3URSHUW\QDPH FRQQHFWHXU)RUXP SURSHUW\ GULYHUYDOXH FRPP\VTOMGEF'ULYHU! MVSVHW3URSHUW\QDPH FRQQHFWHXU)RUXP SURSHUW\ FKDLQH&RQQH[LRQYDOXH MGEFP\VTOWHVW! MVSVHW3URSHUW\QDPH FRQQHFWHXU)RUXP SURSHUW\ ORJLQYDOXH ! MVSVHW3URSHUW\QDPH FRQQHFWHXU)RUXP SURSHUW\ SDVVZRUGYDOXH ! MVSXVH%HDQLG PRGHUDWHXU FODVV FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP!

Attribution d’un pseudonyme, d’un mot de passe et d’une autorisation de modérateur.

B

MVSVHW3URSHUW\QDPH PRGHUDWHXU SURSHUW\ SVHXGRQ\PHYDOXH PRGHUDWHXU! MVSVHW3URSHUW\QDPH PRGHUDWHXU SURSHUW\ PRW'H3DVVHYDOXH D]HUW\! MVSVHW3URSHUW\QDPH PRGHUDWHXUSURSHUW\ DXWRULVDWLRQ YDOXH  FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU02'(5$7(85!!

Si le modérateur n’est pas déjà dans la base de données, il y est ajouté.

B

Fin de l’initialisation de l’objet FRQQHFWHXU)RUXP.

B

LI PRGHUDWHXUUHFKHUFKHU FRQQHFWHXU)RUXP PRGHUDWHXUDMRXWHU FRQQHFWHXU)RUXP ! MVSXVH%HDQ! MVSXVH%HDQ!

274

© Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION Initialisation d’un objet de portée application Un objet de portée DSSOLFDWLRQ n’est créé et initialisé qu’une seule fois pour toute la durée de vie de l’application Web, c’est-à-dire que les instructions et les balises comprises entre la balise de début MVSXVH%HDQ ! et la balise de fin MVSXVH%HDQ! ne sont exécutées qu’une fois. Si vous souhaitez modifier ces instructions directement dans le fichier JSP dont se sert le serveur de servlet pour utiliser par exemple un autre SGBD ou pour changer de modérateur, vous devrez alors redémarrer l’application Web. Si vous ne maîtrisez pas les outils d’administrations de Tomcat, arrêtez et redémarrez simplement Tomcat.

Les instructions qui permettent de créer le modérateur auraient pu aussi être programmées dans une balise !, comme ceci : FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXPPRGHUDWHXU QHZFRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP PRGHUDWHXUD]HUW\ FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU02'(5$7(85  LI PRGHUDWHXUUHFKHUFKHU FRQQHFWHXU)RUXP PRGHUDWHXUDMRXWHU FRQQHFWHXU)RUXP !

L’objet XWLOLVDWHXU)RUXP représentant l’utilisateur en cours d’identification dans la page YHULILHUXWLOLVDWHXUMVS est un objet de portée VHVVLRQ, déclaré dans le fichier :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI. FORUM WEB-INF/jspf/bean/utilisateurforum.jspf MVSXVH%HDQLG XWLOLVDWHXU)RUXPVFRSH VHVVLRQ FODVV FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP!

3

Déclaration de l’objet XWLOLVDWHXU)RUXP dont la portée s’étend à la session de l’utilisateur.

#SDJHLV(UURU3DJH WUXH! KWPO!KHDG!WLWOH!(UUHXUWLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU!K!(UUHXUK! S!9RWUHGHPDQGHQ·DSXDERXWLUS! S!0HUFLGHVLJQDOHUOHVFLUFRQVWDQFHVGHFHWLQFLGHQWDXZHEPDVWHU EU!GHFHVLWHHQOXLWUDQVPHWWDQWOHWH[WHG·HUUHXUTXLVXLWS!

3

Balise spécifiant que cette page est une page d’erreur.

S!E! H[FHSWLRQ!E!S! FHQWHU!ERG\!KWPO!

3

Affichage du texte renvoyé par la méthode WR6WULQJ de l’exception.

La page HUUHXUMVS est appelée au cas où se produiraient une exception pendant l’exécution des pages du forum utilisant l’attribut HUURU3DJH HUUHXUMVS dans leur balise #SDJH!, comme la page YHULILHUXWLOLVDWHXUMVS. FORUM erreur.jsp

Une page d’erreur reçoit l’exception déclenchée dans la variable prédéfinie H[FHSWLRQ, qui est ici tout simplement convertie en texte avec sa méthode WR6WULQJ.

Figure 13–7 Page d’erreur affichée quand la base de données n’est pas démarrée

© Groupe Eyrolles, 2004

POUR ALLER PLUS LOIN Gestion des erreurs La gestion des exceptions est simplifiée dans une page JSP car le code Java équivalent à la page est généré d’office dans une instruction WU\ FDWFK. En cas d’exception, le bloc FDWFK détourne le contrôle d’erreur vers la page d’erreur spécifiée ou vers une page par défaut affichant l’exception. Mais cela ne vous interdit pas de programmer une instruction WU\FDWFK dans la page JSP si vous voulez disposer d’un contrôle plus fin sur l’exception qui est survenue.

275

13 – Interface utilisateur du forum

Lors de l’instanciation de l’objet, les propriétés de l’objet FRQQHFWHXU)RUXP relatives à la connexion avec la base de données  sont initialisées et un modérateur est ajouté à la base de données . Les valeurs des propriétés utilisées pour la connexion  sont les mêmes que les valeurs par défaut de la classe FRPHWHNVIRUXP&RQQHFWHXU)RUXP ; elles sont citées pour que vous sachiez où se programme la configuration de la connexion à la base de données si vous souhaitez changer de SGBD pour le forum.

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Page d’accueil La page d’accueil affiche dans un tableau la liste de tous les sujets dans l’ordre rétrograde du plus récent au plus ancien. FORUM index.jsp Balise SDJH spécifiant les paquetages à importer et la page d’erreur.

B

#SDJHLPSRUW MDYDXWLO MDYDQHW MDYDWH[W  FRPHWHNVIRUXP FRPHWHNVRXWLOV HUURU3DJH HUUHXUMVS!

Inclut l’objet FRQQHFWHXU)RUXP.

B

Inclut la barre de navigation et d’information commune à toutes les pages.

B

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI! KWPO!KHDG!WLWOH!)RUXP$FFXHLOWLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU!K!)RUXPK! MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS!EU!

Création d’un tableau HTML avec une bordure occupant 90 % de la largeur de la page.

B

WDEOHERUGHU FHOOSDGGLQJ FHOOVSDFLQJ ZLGWK !

Ligne d’en-tête avec les deux colonnes Sujet et Dernier message, affichée sur un fond bleu.

B

Recherche des sujets disponibles dans la base de données.

B

WUEJFRORU &&DOLJQ FHQWHU! WG!E!6XMHWE!WG! WG!E!'HUQLHUPHVVDJHE!WG! WU! (QVHPEOH0HVVDJHV)RUXPVXMHWV QHZ(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP  VXMHWVUHFKHUFKHU6XMHWV FRQQHFWHXU)RUXP 

Format de date standard.

B

Énumération des sujets ligne par ligne.

B

Création d’une ligne de tableau pour chaque sujet.

B

La première colonne contient les sujets avec un lien vers la page OLUHVXMHWMVS.

B

La seconde colonne contient la date du dernier message.

B

Fin de la boucle d’énumération IRU.

B

'DWH)RUPDWGDWH)RUPDW 'DWH)RUPDWJHW,QVWDQFH  LQWOLJQH 

IRU ,WHUDWRULW VXMHWVLWHUDWRU LWKDV1H[W   ^ 0HVVDJH)RUXPVXMHW  0HVVDJH)RUXP LWQH[W ! WUEJFRORU  OLJQH "))))))&&&&&&!! WG!DKUHI  OLUHVXMHWMVS"VXMHW  85/(QFRGHUHQFRGH VXMHWJHW6XMHW ,62 ! ! 2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q+70/ VXMHWJHW6XMHW !D!WG! WGDOLJQ FHQWHU! GDWH)RUPDWIRUPDW VXMHWJHW'DWH&UHDWLRQ !WG! WU! `! WDEOH! FHQWHU!ERG\!KWPO!

Utilisateur non identifié

Utilisateur identifié

Figure 13–8

Page d’accueil du forum

276

© Groupe Eyrolles, 2004

ASTUCE Opérateur ternaire ? : L’utilisation de l’opérateur ternaire  permet de programmer en une seule instruction le choix de la couleur. L’expression suivante : OLJQH " ))))))  &&&&&& renvoie le code couleur du blanc )))))) si la variable OLJQH est paire ou le code couleur du gris &&&&&& si elle est impaire.

ATTENTION Conversion des caractères accentués au format x-www-form-urlencoded Le format [ZZZIRUPXUOHQFRGHG permet de coder au format %XX les caractères spéciaux (différents des lettres non accentuées et des chiffres) des paramètres d’une requête mais ne détermine pas l’encodage initial de ces caractères. De ce fait, la méthode HQFRGH de la classe MDYDQHW85/(QFRGHU prend deux paramètres : le second paramètre de la méthode sert à préciser l’encodage à appliquer aux caractères Unicode de la chaîne en premier paramètre, avant que le format [ZZZIRUPXUOHQFRGHG ne soit appliqué au résultat intermédiaire. Pour spécifier l’encodage ISO-8859-1 qui est par défaut, celui du protocole HTTP, on obtient donc l’expression 85/(QFRGHUHQFRGH SDUDP ,62 utilisée ici dans la construction de l’URL des liens $+5() OLUHVXMHWMVS"VXMHW ! pour coder les sujets des messages. Pour assurer la portabilité d’une application Web, n’utilisez pas la méthode HQFRGH avec un paramètre car elle utilise l’encodage par défaut du système sur lequel est exécutée la JVM. Elle est d’ailleurs GHSUHFDWHG depuis Java 1.4.

DANS LA VRAIE VIE Surveiller la taille de la page d’accueil Si votre forum a du succès, les sujets vont finir par être trop nombreux, ce qui rendra votre page d’accueil trop volumineuse. Il sera alors intéressant d’afficher les messages par groupe de 20 par exemple avec des liens pour chaque groupe et d’ajouter un moteur de recherche.

Le fichier :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS contient la barre de navigation qui apparaît sur chaque page. FORUM WEB-INF/jspf/navigation.jsp #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI!

3

Inclut l’objet XWLOLVDWHXU)RUXP.

WDEOHERUGHU FHOOSDGGLQJ FHOOVSDFLQJ ZLGWK ! WUEJFRORU &&!

3

Création d’un tableau HTML d’une ligne avec une bordure occupant 90 % de la largeur de la page.

WG!DKUHI LQGH[MVS!6XMHWVD!WG!

3

Lien vers la page d’accueil.

LI XWLOLVDWHXU)RUXPJHW$XWRULVDWLRQ  QXOO ^! WGDOLJQ ULJKW! DKUHI LGHQWLILHUXWLOLVDWHXUMVS!,GHQWLILFDWLRQD! DKUHI FUHHUXWLOLVDWHXUMVS!,QVFULSWLRQD! WG! `

3

Si l’utilisateur n’est pas identifié, affichage des liens Identification et Inscription alignés à droite dans une cellule.

HOVH ^!

3

Si l’utilisateur est identifié...

WGDOLJQ FHQWHU! DKUHI FUHHUVXMHWMVS!1RXYHDXVXMHWD! WG!

3

...affichage du lien Nouveau sujet centré dans une cellule.

WGDOLJQ ULJKW! %RQMRXU FRPHWHNVRXWLOV2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q+70/ XWLOLVDWHXU)RUXPJHW3VHXGRQ\PH ! DKUHI TXLWWHUMVS!4XLWWHUD! WG!

3

Affichage d’un message de bienvenue et du lien Quitter.

© Groupe Eyrolles, 2004

277

13 – Interface utilisateur du forum

Après avoir recherché la liste des sujets dans la base de données , chaque ligne du tableau est générée dans une boucle IRU qui énumère tous les sujets . Chaque ligne du tableau a deux colonnes, l’une pour le sujet , l’autre pour la date du dernier message ajouté à un sujet . La couleur de fond des lignes alterne entre le gris et le blanc en testant la parité du numéro de ligne .

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

`! WU!

Fin du tableau de la barre de navigation.

B

WDEOH!

Si la requête a un paramètre HUUHXU, son texte est affiché en rouge, précédé du texte Le serveur reporte cette erreur:

B

LI UHTXHVWJHW3DUDPHWHU HUUHXU  QXOO  ^! S!IRQWFRORU ))!/HVHUYHXUUHSRUWHFHWWHHUUHXU  UHTXHVWJHW3DUDPHWHU HUUHXU !IRQW!S! `

Si la requête a un paramètre LQIRUPDWLRQ, son texte est affiché en vert.

B

LI UHTXHVWJHW3DUDPHWHU LQIRUPDWLRQ  QXOO  ^! S!IRQWFRORU &&!  UHTXHVWJHW3DUDPHWHU LQIRUPDWLRQ !IRQW!S! `!

Une partie de la barre de navigation étant différente selon que l’utilisateur s’est identifié ou non, l’objet XWLOLVDWHXU)RUXP  de portée VHVVLRQ est utilisé pour déterminer s’il faut afficher les liens Identification /Inscription  ou les liens Nouveau sujet /Quitter . Enfin, ce fichier prend en charge l’affichage des messages contenus dans les paramètres HUUHXU  et LQIRUPDWLRQ .

Inscription d’un utilisateur La page d’inscription est un simple formulaire de saisie comportant un champ pour saisir un nouveau pseudonyme. FORUM creerutilisateur.jsp KWPO!KHDG!WLWOH!)RUXP'HPDQGHG·LQVFULSWLRQWLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU!K!'HPDQGHG·LQVFULSWLRQK!

Inclut la barre de navigation.

B

MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS!EU!

Formulaire de saisie de l’utilisateur.

B

IRUPDFWLRQ DMRXWHUXWLOLVDWHXUMVSPHWKRG SRVW!

Création d’un tableau HTML.

B

WDEOHZLGWK ERUGHU FHOOSDGGLQJ FHOOVSDFLQJ !

Texte Pseudonyme et champ de saisie du pseudonyme sur 30 colonnes avec 30 caractères au maximum.

B

WU! WGEJFRORU &&!E!3VHXGRQ\PHE!WG! WG!LQSXWQDPH SVHXGRQ\PHW\SH WH[W VL]H PD[OHQJWK !WG! WU!

Texte d’information sur la génération du mot de passe par le serveur.

B

WU! WGEJFRORU &&!E!0RWGHSDVVHE!WG! WG!L!/HPRWGHSDVVHSHUPHWWDQWGHYRXVLGHQWLILHU HVWJ HDFXWHQ HDFXWHU HDFXWHSDUOHVHUYHXUL!WG! WU! WDEOH!

Bouton de confirmation Envoyer la demande.

B

EU!LQSXWW\SH VXEPLWYDOXH (QYR\HUODGHPDQGH! IRUP!FHQWHU!ERG\!KWPO!

278

© Groupe Eyrolles, 2004

champ

du formulaire fait appel à la page JSP pour vérifier si le pseudonyme saisi est correct, puis ajouter le nouvel utilisateur dans la base de données. DFWLRQ

DMRXWHUXWLOLVDWHXUMVS

FORUM ajouterutilisateur.jsp #SDJHLPSRUW FRPHWHNVIRUXP FRPHWHNVRXWLOV  HUURU3DJH HUUHXUMVS!

3

Balise SDJH spécifiant les paquetages à importer et la page d’erreur.

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI!

3

Inclut l’objet FRQQHFWHXU)RUXP.

MVSXVH%HDQLG XWLOLVDWHXU FODVV FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP! MVSVHW3URSHUW\QDPH XWLOLVDWHXUSURSHUW\  ! MVSXVH%HDQ!

3

Déclaration de l’objet XWLOLVDWHXU de portée limitée à cette page et initialisé avec les paramètres (ici SVHXGRQ\PH).

3

Vérification que le pseudonyme de l’utilisateur n’est pas QXOO (si aucune valeur n’a été saisie).

MVSIRUZDUGSDJH FUHHUXWLOLVDWHXUMVS! MVSSDUDPQDPH HUUHXU YDOXH 9RXVGHYH]FKRLVLUXQSVHXGRQ\PH! MVSIRUZDUG! `!

3

Transfert du contrôle à la page FUHHUXWLOLVDWHXUMVS avec le paramètre HUUHXU.

LI XWLOLVDWHXUUHFKHUFKHU FRQQHFWHXU)RUXP  ^!

3

Vérification que le pseudonyme saisi par l’utilisateur n’existe pas déjà dans la base de données.

MVSIRUZDUGSDJH FUHHUXWLOLVDWHXUMVS! MVSSDUDPQDPH HUUHXUYDOXH  3VHXGRQ\PHL! XWLOLVDWHXUJHW3VHXGRQ\PH L!G HDFXWHM DJUDYHXWLOLV HDFXWHEU! &KRLVLVVH]HQXQDXWUH!! MVSIRUZDUG! `!

3

Transfert du contrôle à la page FUHHUXWLOLVDWHXUMVS avec le paramètre HUUHXU décrivant que le pseudonyme saisi existe déjà.

XWLOLVDWHXUVHW$XWRULVDWLRQ 8WLOLVDWHXU87,/,6$7(85 

3

Attribution de l’autorisation d’utilisateur.

XWLOLVDWHXUVHW0RW'H3DVVH 0RW'H3DVVHFUHHU 

3

Attribution d’un mot de passe aléatoire.

XWLOLVDWHXUDMRXWHU FRQQHFWHXU)RUXP !

3

Ajout de l’utilisateur à la base de données.

MVSIRUZDUGSDJH LQGH[MVS! MVSSDUDPQDPH LQIRUPDWLRQYDOXH  9RXVSRXYH]YRXV LGHQWLILHUPDLQWHQDQWDYHFOHSVHXGRQ\PH XWLOLVDWHXUJHW3VHXGRQ\PH HWOHPRWGHSDVVH XWLOLVDWHXUJHW0RW'H3DVVH !! MVSIRUZDUG!

3

Transfert du contrôle à la page d’accueil avec le paramètre LQIRUPDWLRQ contenant une information sur son pseudonyme /mot de passe.

LI XWLOLVDWHXUJHW3VHXGRQ\PH  ^!

QXOO 

Cette page repasse le contrôle à la page d’inscription   si l’utilisateur n’a pas saisi de pseudonyme  ou si le pseudonyme a déjà été choisi . Sinon, le nouvel utilisateur est ajouté à la base de données  puis le contrôle est passé à la page d’accueil avec un message communiquant au nouveau membre du forum le mot de passe qui lui a été attribué .

© Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION La balise jsp:setProperty ignore les paramètres vides La balise MVSVHW3URSHUW\ n’a aucun effet pour les paramètres vides (par exemple pour SVHXGRQ\PH ) et n’appelle donc pas le mutateur de la propriété avec la valeur QXOO ou la chaîne vide .

279

13 – Interface utilisateur du forum

Le

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

DANS LA VRAIE VIE Envoi du mot de passe par e-mail La plupart des forums d’Internet vous confirmeront votre inscription par e-mail, par sécurité, et afin que vous puissiez garder une trace de votre pseudonyme /mot de passe pour un usage futur. En ajoutant un champ pour saisir l’e-mail de l’utilisateur dans la page d’inscription, vous pourrez réaliser cette opération dans la page DMRXWHUXWLOLVDWHXUMVS avec la bibliothèque JavaMail™ développée par Sun Microsystems et incluse dans Tomcat B http://java.sun.com/products/javamail

Pseudonyme déjà utilisé

Inscription confirmée

Figure 13–9 Résultat de l’inscription avec la page DMRXWHUXWLOLVDWHXUMVS

ASTUCE Utilisation du symbole * Utilisez le plus souvent possible la balise MVSVHW3URSHUW\ avec un attribut SURSHUW\ égal à pour initialiser toutes les propriétés d’un objet avec les paramètres envoyés par un formulaire. Même si, dans un premier temps, cette balise n’initialise qu’une seule propriété comme c’est le cas dans la page DMRXWHUXWLOLVDWHXUMVS, ce procédé se révélera pratique pour faire évoluer le site au moment où vous rajouterez de nouvelles propriétés et leurs paramètres ; vous n’aurez pas à y retoucher !

Messages d’un sujet La page OLUHVXMHWMVS affiche dans un tableau la liste de tous les messages d’un sujet donné dans l’ordre chronologique. Utilisateur non identifié

Utilisateur Thomas

Modérateur

Figure 13–10 Liste des messages du sujet Bienvenue

280

© Groupe Eyrolles, 2004

#SDJHLPSRUW MDYDXWLO MDYDQHW MDYDWH[W  FRPHWHNVIRUXP FRPHWHNVRXWLOV HUURU3DJH HUUHXUMVS!

3

Balise SDJH spécifiant les paquetages à importer et la page d’erreur.

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI!

3

Inclut les objets FRQQHFWHXU)RUXP XWLOLVDWHXU)RUXP.

6WULQJVXMHW UHTXHVWJHW3DUDPHWHU VXMHW !

3

Récupération du paramètre VXMHW.

KWPO!KHDG!WLWOH!)RUXP 2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q+70/ 2XWLOV&KDLQHOLPLWHU/RQJXHXU VXMHW !WLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU!K!)RUXPK! MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS!EU!

3

Crée un titre reprenant les 50 premiers caractères du sujet.

3

Inclut la barre de navigation.

WDEOHERUGHU FHOOSDGGLQJ FHOOVSDFLQJ ZLGWK !

3

Création d’un tableau HTML.

WUEJFRORU &&! WGDOLJQ FHQWHU!E!0HVVDJHVGXVXMHW L! 2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q+70/ VXMHW !L!E!WG! WU!

3

Ligne d’en-tête reprenant le sujet en gras et italique.

(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXPPHVVDJHV QHZ(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP  PHVVDJHVUHFKHUFKHU0HVVDJHV6XMHW FRQQHFWHXU)RUXPVXMHW 

3

Recherche des messages du sujet dans la base de données.

'DWH)RUPDWIRUPDW'DWH 'DWH)RUPDWJHW'DWH,QVWDQFH  'DWH)RUPDWIRUPDW+HXUH 'DWH)RUPDWJHW7LPH,QVWDQFH  LQWOLJQH 

3

Format de date et d’heure standard.

IRU ,WHUDWRULW PHVVDJHVLWHUDWRU LWKDV1H[W   ^ 0HVVDJH)RUXPPHVVDJH  0HVVDJH)RUXP LWQH[W ! WUEJFRORU  OLJQH "))))))&&&&&&!!

3

Énumération des messages du sujet ligne par ligne.

3

Création d’une ligne de tableau par message.

WG!'HE! 2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q+70/ PHVVDJHJHW$XWHXU !E! OHE! IRUPDW'DWHIRUPDW PHVVDJHJHW'DWH&UHDWLRQ !E!  DJUDYHE! IRUPDW+HXUHIRUPDW PHVVDJHJHW'DWH&UHDWLRQ !E! EORFNTXRWH! 2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q+70/ PHVVDJHJHW7H[WH !EORFNTXRWH! LI XWLOLVDWHXU)RUXPJHW$XWRULVDWLRQ  QXOO  ^! DKUHI  FUHHUPHVVDJHMVS"VXMHW  85/(QFRGHUHQFRGH VXMHW,62 ! !5 HDFXWHSRQGUHD!

LI XWLOLVDWHXU)RUXPLV0RGHUDWHXU __PHVVDJHHVW(FULW3DU XWLOLVDWHXU)RUXP  ^! DKUHI  PRGLILHUPHVVDJHMVS"LG  PHVVDJHJHW,G !!0RGLILHUD! `! `!WG! WU!

3

Génération du texte. De auteur le jj mmm aaaa à hh:mm.

3

Affichage du texte du message en retrait.

3

Si l’utilisateur est identifié, ajout du lien Répondre.

3

Si l’utilisateur est un modérateur ou si l’utilisateur est l’auteur du message, ajout du lien Modifier.

`! WDEOH! FHQWHU!ERG\!KWPO!

3

Fin de la boucle d’énumération IRU.

© Groupe Eyrolles, 2004

et

281

13 – Interface utilisateur du forum

FORUM liresujet.jsp

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Après avoir recherché dans la base de données  la liste des messages du sujet passé en paramètre , chaque ligne du tableau est générée dans une boucle IRU qui énumère tous les messages . Chaque ligne du tableau affiche l’auteur , la date , l’heure  et le texte  d’un message, et ajoute les liens Répondre et Modifier en fonction de l’autorisation de l’utilisateur .

Création de sujet, de message, et modification

Figure 13–11 Pages utilisant le formulaire de saisie d’un message

Pages de saisie Les trois pages FUHHUVXMHWMVS, FUHHUPHVVDJHMVS et PRGLILHUPHVVDJHMVS sont décrites ensemble car elles utilisent le même formulaire de saisie du fichier :(%,1)MVSIIRUPXODLUHPHVVDJHMVS. C’est l’occasion d’aborder la mise en œuvre d’une balise MVSLQFOXGH avec des paramètres MVSSDUDP. FORUM creersujet.jsp

Inclut la barre de navigation.

B

Inclut le formulaire de saisie du message avec les paramètres DFWLRQ)RUPXODLUH et ODEHO6XEPLW.

B

KWPO!KHDG!WLWOH!)RUXP1RXYHDXVXMHWWLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU!K!1RXYHDXVXMHWK! MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS!EU! MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIIRUPXODLUHPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH DFWLRQ)RUPXODLUHYDOXH DMRXWHUPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH ODEHO6XEPLWYDOXH $MRXWHUOHVXMHW! MVSLQFOXGH! FHQWHU!ERG\!KWPO!

La page de création d’un sujet assemble la barre de navigation  et le formulaire de saisie d’un message  auxquels elle transmet l’action de formulaire à utiliser et le label du bouton de confirmation. FORUM creermessage.jsp Balise SDJH spécifiant le paquetage à importer et la page d’erreur.

B

#SDJHLPSRUW FRPHWHNVRXWLOV HUURU3DJH HUUHXUMVS!

Déclaration de l’objet PHVVDJH de portée UHTXHVW et initialisation de sa propriété VXMHW avec le paramètre de même nom.

B

MVSXVH%HDQLG PHVVDJHFODVV FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP VFRSH UHTXHVW! MVSVHW3URSHUW\QDPH PHVVDJHSURSHUW\ VXMHWSDUDP VXMHW! MVSXVH%HDQ!

282

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Création d’un titre reprenant les 50 premiers caractères du sujet.

3

Inclut la barre de navigation.

MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIIRUPXODLUHPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH DFWLRQ)RUPXODLUHYDOXH DMRXWHUPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH ODEHO6XEPLWYDOXH $MRXWHUOHPHVVDJH! MVSLQFOXGH! FHQWHU!ERG\!KWPO!

3

Inclut le formulaire de saisie du message avec les paramètres DFWLRQ)RUPXODLUH et ODEHO6XEPLW

#SDJHLPSRUW FRPHWHNVRXWLOV HUURU3DJH HUUHXUMVS!

3

Balise SDJH spécifiant le paquetage à importer et la page d’erreur.

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI!

3

Inclut l’objet FRQQHFWHXU)RUXP.

MVSXVH%HDQLG PHVVDJHFODVV FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP VFRSH UHTXHVW! MVSVHW3URSHUW\QDPH PHVVDJHSURSHUW\ LGSDUDP LG!

3

Déclaration de l’objet PHVVDJH de portée UHTXHVW et initialisation de sa propriété LG avec le paramètre de même nom.

PHVVDJHUHFKHUFKHU FRQQHFWHXU)RUXP ! MVSXVH%HDQ!

3

Recherche du message avec son LG

KWPO!KHDG!WLWOH!)RUXP 2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q+70/ 2XWLOV&KDLQHOLPLWHU/RQJXHXU PHVVDJHJHW6XMHW  ! WLWOH!KHDG!ERG\!FHQWHU!K!0RGLILFDWLRQG·XQPHVVDJHK! MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS!EU!

3

Création d’un titre reprenant les 50 premiers caractères du sujet.

3

Inclut la barre de navigation.

MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIIRUPXODLUHPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH DFWLRQ)RUPXODLUHYDOXH  PHWWUHDMRXUPHVVDJHMVS"LG PHVVDJHJHW,G !! MVSSDUDPQDPH ODEHO6XEPLWYDOXH 0RGLILHUOHPHVVDJH! MVSLQFOXGH! FHQWHU!ERG\!KWPO!

3

Inclut le formulaire de saisie du message avec les paramètres DFWLRQ)RUPXODLUH et ODEHO6XEPLW.

La page de création d’un message crée l’objet PHVVDJH de portée UHTXHVW  initialisé avec le sujet en paramètre. Cet objet est utilisé au cours de la même requête pour initialiser le champ sujet du formulaire de message inclus . Vous noterez que les pages FUHHUVXMHWMVS et FUHHUPHVVDJHMVS appellent la même page DMRXWHUPHVVDJHMVS dans l’action du formulaire. FORUM modifiermessage.jsp

JAVA Utilisation des objets de portée request Comme un objet de portée UHTXHVW existe pendant toute la durée d’une requête HTTP sur le serveur, ce type d’objet est intéressant pour créer et initialiser un objet qui est destiné à être réutiliser dans d’autres pages JSP appelées avec les balises MVSLQFOXGH et MVSIRUZDUG.

La page de modification d’un message crée l’objet PHVVDJH de portée UHTXHVW . Cet objet est initialisé avec la valeur du paramètre LG pour rechercher les données du message en cours de modification dans la base de données .

Cet objet est utilisé au cours de la même requête pour initialiser les champs sujet et texte du formulaire de message inclus . © Groupe Eyrolles, 2004

283

13 – Interface utilisateur du forum

KWPO!KHDG!WLWOH!)RUXP 2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q+70/ 2XWLOV&KDLQHOLPLWHU/RQJXHXU PHVVDJHJHW6XMHW  ! WLWOH!KHDG!ERG\!FHQWHU!K!1RXYHDXPHVVDJHK! MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS!EU!

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

FORUM WEB-INF/jspf /formulairemessage.jsp Déclaration de l’objet PHVVDJH de portée UHTXHVW.

B

MVSXVH%HDQLG PHVVDJHFODVV FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP VFRSH UHTXHVW!

Formulaire de saisie du message dont l’action est égale au paramètre DFWLRQ)RUPXODLUH

B

IRUPDFWLRQ  UHTXHVWJHW3DUDPHWHU DFWLRQ)RUPXODLUH ! PHWKRG SRVW!

Création d’un tableau HTML.

B

WDEOHERUGHU FHOOSDGGLQJ FHOOVSDFLQJ ZLGWK ! WU!WGEJFRORU &&!E!6XMHWE!WG!

Champ de saisie du sujet sur 50 colonnes avec 255 caractères au maximum.

B

WG!LQSXWQDPH VXMHWW\SH WH[WVL]H  PD[OHQJWK 

Initialisation du texte du champ de saisie avec la propriété VXMHW de l’objet PHVVDJH.

B

YDOXH  PHVVDJHJHW6XMHW  QXOO "PHVVDJHJHW6XMHW !!WG!WU! WU!WGYDOLJQ WRSEJFRORU &&!E!0HVVDJHE!WG!

B

WG!WH[WDUHDQDPH WH[WHFROV URZV 

Initialisation du texte du champ de saisie avec la propriété WH[WH de l’objet PHVVDJH

B

! PHVVDJHJHW7H[WH  QXOO "PHVVDJHJHW7H[WH !WH[WDUHD!WG!WU! WDEOH!

Bouton de confirmation dont le label est égal au paramètre ODEHO6XEPLW

B

EU!LQSXWW\SH VXEPLW YDOXH  UHTXHVWJHW3DUDPHWHU ODEHO6XEPLW !! IRUP!

Zone de saisie du texte sur 50 colonnes et 5 lignes.

Le formulaire de saisie d’un message affiche deux champs de saisie initialisés avec les propriétés VXMHW  et WH[WH  de l’objet PHVVDJH . Si l’objet PHVVDJH de portée UHTXHVW n’existe pas déjà, il est créé (c’est le cas quand le formulaire est inclus par la page FUHHUVXMHWMVS), sinon il est récupéré tel qu’il était avant l’appel à cette page (c’est le cas pour les pages FUHHUPHVVDJHMVS et PRGLILHUPHVVDJHMVS).

ATTENTION Pas de balise jsp:forward dans une page incluse N’utilisez pas de balise MVSIRUZDUG dans une page incluse avec la balise MVSLQFOXGH SDJH SDJHMVS!. Cela provoque bien l’arrêt de la page SDJHMVS mais la page JSP qui a appelé MVSLQFOXGH SDJH SDJHMVS ! poursuivra quant à elle son exécution !

ATTENTION Initialisation d’un champ multiligne Si vous désirez initialiser une balise multilignes WH[WDUHD, veillez à bien coller au texte d’initialisation le dernier caractère ! de la balise de début et le premier caractère  de la balise de fin pour ne pas insérer des espaces superflus.

Pages d’ajout et de modification de message La page DMRXWHUPHVVDJHMVS ajoute un message à la base de données. FORUM ajoutermessage.jsp Balise SDJH spécifiant le paquetage à importer et la page d’erreur.

B

#SDJHLPSRUW MDYDQHW HUURU3DJH HUUHXUMVS!

Inclut les objets FRQQHFWHXU)RUXP XWLOLVDWHXU)RUXP.

B

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI!

284

et

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Déclaration de l’objet PHVVDJH de portée limitée à cette page et initialisé avec les paramètres (ici VXMHW et WH[WH).

PHVVDJHVHW$XWHXU XWLOLVDWHXU)RUXP ! MVSXVH%HDQ!

3

Modification de l’auteur.

PHVVDJHDMRXWHU FRQQHFWHXU)RUXP !

3

Ajout du message dans la base de données.

UHVSRQVHVHQG5HGLUHFW OLUHVXMHWMVS"VXMHW  85/(QFRGHUHQFRGH PHVVDJHJHW6XMHW ,62 !

3

Envoie au navigateur l’ordre de recharger la page OLUHVXMHWMVS.

#SDJHLPSRUW MDYDQHW HUURU3DJH HUUHXUMVS!

3

Balise SDJH spécifiant le paquetage à importer et la page d’erreur.

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQFRQQHFWHXUIRUXPMVSI!

3

Inclut l’objet FRQQHFWHXU)RUXP.

MVSXVH%HDQLG PHVVDJHFODVV FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP! MVSVHW3URSHUW\QDPH PHVVDJHSURSHUW\ LGSDUDP LG!

3

Déclaration de l’objet PHVVDJH de portée limitée à cette page et initialisation de sa propriété LG avec le paramètre de même nom.

PHVVDJHUHFKHUFKHU FRQQHFWHXU)RUXP !

3

Lecture du message avec son LG.

MVSVHW3URSHUW\QDPH PHVVDJHSURSHUW\  ! MVSXVH%HDQ!

3

Modification des propriétés de l’objet PHVVDJH avec les paramètres (ici VXMHW et WH[WH).

PHVVDJHPHWWUH$-RXU FRQQHFWHXU)RUXP !

3

Mise à jour du message dans la base de données.

UHVSRQVHVHQG5HGLUHFW OLUHVXMHWMVS"VXMHW  85/(QFRGHUHQFRGH PHVVDJHJHW6XMHW ,62 !

3

Envoie au navigateur l’ordre de recharger la page OLUHVXMHWMVS.

Un objet PHVVDJH est créé et initialisé avec le sujet et le texte en paramètres . L’auteur du message est ensuite déterminé grâce à l’objet de session XWLOLVDWHXU)RUXP associé à chaque utilisateur . Enfin, le message est ajouté à la base de données . La page PHWWUHDMRXUPHVVDJHMVS est appelée pour modifier un message dans la base de données. FORUM mettreajourmessage.jsp

Un objet PHVVDJH est créé et initialisé avec la valeur du paramètre LG  pour lire les données inchangées du message dans la base de données  avant de modifier son sujet et son texte . Enfin, le message est mis à jour dans la base de données . La

dernière

balise

des pages JSP DMRXWHUPHVVDJHMVS et PHWWUHDMRXUPHVVDJHMVS utilise la méthode VHQG5HGLUHFW avec l’objet UHVSRQVH, et non une balise MVSIRUZDUG comme dans les autres pages. Cette méthode envoie l’ordre au navigateur de recharger la page passée en paramètre ; elle est donc moins rapide qu’une balise MVSIRUZDUG puisqu’une nouvelle requête doit être lancée par le client.

© Groupe Eyrolles, 2004

285

13 – Interface utilisateur du forum

MVSXVH%HDQLG PHVVDJHFODVV FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP! MVSVHW3URSHUW\QDPH PHVVDJHSURSHUW\  !

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

DANS LA VRAIE VIE Vérification des paramètres et de l’utilisateur

pages DMRXWHUPHVVDJHMVS et PHWWUHDMRXUPHVVDJHMVS ne vérifient pas Les

les paramètres qu’elles reçoivent par souci de simplification. Dans les faits, ces pages devraient vérifier que le texte des paramètres VXMHW et WH[WH n’est pas vide pour le cas échéant le signaler à l’utilisateur. De même, les pages de création et de modification de message ne vérifient pas si l’utilisateur en cours est bien identifié. En principe, l’accés à ces pages se fait par des liens visibles uniquement par un utilisateur identifié, mais n’importe qui peut en fait y accéder en saisissant directement leur URL dans le champ d’adresse d’une page d’un navigateur. Cette vérification pourrait se programmer en renvoyant le contrôle à la page d’accueil si la DXWRULVDWLRQ de l’objet propriété XWLOLVDWHXU)RUXP est QXOO.

Dans notre cas, nous préférons la méthode VHQG5HGLUHFW et ce pour deux raisons : • Le navigateur de l’utilisateur affichera l’URL de la page OLUHVXMHWMVS dans le champ d’adresse du navigateur, lui permettant de bien comprendre que son message a été ajouté au sujet. • Si l’utilisateur appelle le menu Recharger la page de son navigateur, la page OLUHVXMHWMVS sera relue sans ajouter à nouveau le même message.

Quitter l’application Cette dernière page annule la propriété DXWRULVDWLRQ de l’objet XWLOLVDWHXU)RUXP et repasse le contrôle à la page d’accueil. FORUM quitter.jsp #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI! XWLOLVDWHXU)RUXPVHW$XWRULVDWLRQ QXOO ! MVSIRUZDUGSDJH LQGH[MVS!

En résumé... Ce chapitre vous a présenté les différentes façons d’exploiter les pages JSP sur un serveur. La présentation du forum en JSP a permis de passer en revue les principales utilisations des balises JSP en mettant particulièrement l’accent sur la mise en œuvre des composants JavaBeans avec leurs différentes portées. Vous aurez sûrement remarqué en lisant ces lignes que la programmation d’une interface utilisateur selon que l’on utilise les pages JSP ou Swing diffère du tout au tout...

REGARD DU DÉVELOPPEUR Swing ou JSP, que choisir ? Une fois vos composants de base créés (dans notre cas, ceux du paquetage FRPHWHNVIRUXP), les arguments suivants guideront votre choix entre les technologies JSP et Swing pour créer l’interface utilisateur de votre application (si vous avez le choix !) : • Une application Swing est généralement plus ergonomique grâce à un plus grand choix de composants et à l’utilisation de menus et de raccourcis clavier. De plus, la mise en page des fenêtres et leur ordre d’affichage sont mieux contrôlés. • Une application JSP est plus simple à diffuser puisqu’elle ne nécessite aucune installation sur le poste du client à

286

part celle d’un navigateur. Une applet Swing est elle aussi simple à télécharger mais nécessite tout de même l’installation du JRE sur le poste du client. • Une application JSP étant de fait ralentie par les accès au serveur, une application Swing est plus adéquate quand le client a besoin d’un programme réactif, comme un programme de dessin ou un jeu d’action, ou tout simplement quand l’utilisateur ne peut pas se connecter à un réseau. • L’interface utilisateur d’une application JSP est plus simple à développer et permet à des non-programmeurs (infographistes, rédacteurs) d’intervenir sur la conception des pages moyennant un minimum de formation.

© Groupe Eyrolles, 2004

Échanger des informations avec XML Serveur Web

Navigateur + Applet

--- Arrivée --

XML est de plus en plus utilisé pour représenter des informations de toute sorte et les échanger sur Internet. Ce chapitre vous présente les fondements de ce langage et les solutions proposées en Java pour analyser des documents XML, comme ceux que le serveur Web transmet aux clients du module de messagerie instantanée.

© Groupe Eyrolles, 2004

14 SOMMAIRE

B Les bases de XML B Analyser un document XML avec SAX et DOM

B Rechercher les utilisateurs ou les messages d’un document XML MOTS-CLÉS

B élément B attribut B DTD B parser B JAXP B DOM B SAX

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Premiers contacts avec XML Le langage XML (eXtended Markup Language), sous-ensemble simplifié du langage SGML (Standard Generalized Markup Language), permet de décrire des informations organisées sous une forme hiérarchique à l’aide de balises entre  ! de façon similaire au langage HTML. Au premier abord, XML est un langage assez déroutant car il vous laisse la liberté de décider du nom des balises à utiliser et n’impose que peu de règles de construction. Cette souplesse lui a permis d’être adopté très rapidement par la communauté informatique, qui voit XML comme un des meilleurs formats pour structurer lisiblement des données et les échanger dans le monde ouvert d’Internet.

Description d’un document XML B.A.-BA UTF-8 l’encodage préféré de XML UTF-8 (Unicode Transformation Format-8) est le format idéal pour formater un caractère Unicode de 16 bits. Il permet d’encoder les caractères du code ASCII à l’aide d’un seul octet et les autres caractères sur deux à trois octets.

Un document XML débute normalement par le prologue : "[POYHUVLRQ "!

Ce prologue peut comporter aussi un attribut HQFRGLQJ qui spécifie le type d’encodage des caractères utilisé dans le document ; comme HQFRGLQJ est égal par défaut à 87), la ligne précédente est donc équivalente à : "[POYHUVLRQ HQFRGLQJ 87)"!

REGARD DU DÉVELOPPEUR Choisir un format de données

• de la portabilité du format entre systèmes d’information de types différents ; • du type de structure de données qu’un format reconnaît intrinsèquement. Le tableau suivant compare les principaux formats de données disponibles en Java, en leur attribuant une note comprise entre  et  pour chacun des critères précédents.

Le choix d’un format de données dépend essentiellement : • du volume des données à stocker ou à échanger ; • de la facilité à programmer la création et l’interprétation d’un document à ce format ; • de la puissance de calcul nécessaire pour traiter un grand nombre de données à ce format ;

Format

API Java écriture/lecture

Volume Facilité Puissance des de mise de calcul Portabilité données en œuvre nécessaire

Structure des données

Binaire

MDYDLR'DWD2XWSXW6WUHDP MDYDLR'DWD,QSXW6WUHDP









Structure libre

Sérialisation Java

MDYDLR2EMHFW2XWSXW6WUHDP MDYDLR2EMHFW,QSXW6WUHDP









Structure objet

Texte libre ou tabulé

MDYDLR:ULWHU MDYDLR5HDGHU









Peu structuré

XML

MDYDLR:ULWHU









Structure arborescente

SAX ou DOM

288

© Groupe Eyrolles, 2004

14 – Échanger des informations avec XML

B.A.-BA XML vs HTML Les principales différences entre XML et HTML peuvent être résumées ainsi : • XML est axé principalement vers la description de données et a un usage plus général que HTML, qui est axé sur la présentation et la mise en page de données. • Les balises XML et les attributs qui décrivent vos données ne sont pas déterminés à l’avance : les balises et les attributs XML peuvent avoir n’importe quel nom choisi en fonction de vos besoins et du sens que vous leur donnez. • La syntaxe XML est plus stricte que celle d’HTML : les noms des balises et des attributs XML sont sensibles à la casse et toute balise XML doit être fermée. De plus, la validité d’un document XML peut être vérifiée grâce à une DTD (Document Type Definition), sorte de définition de la syntaxe autorisée pour les balises et les attributs d’une famille de documents XML. • Un document XML peut être transformé en un second document au format XML (ou autre) grâce à XSLT (Extensible Stylesheet Language Transformation), langage utilisé pour décrire les transformations à opérer sur la structure du document XML pour obtenir le nouveau document. XML et HTML sont des recommandations spécifiées par le World Wide Web Consortium (W3C). L’adresse suivante référence les recommandations et d’autres documents du W3C traduits en français : B http://www.w3.org/2003/03/Translations/byLanguage?language=fr

Suivent ensuite les données du document décrites sous une forme arborescente d’éléments inclus les uns dans les autres, un document XML ne devant contenir qu’un seul élément racine. Chaque élément commence par une balise (tag) de début notée entre les symboles  et ! et se termine par une balise de fin notée entre les symboles  et !. Chaque balise qui porte le nom de votre choix, est utilisée pour nommer un élément et décrire ses données avec : • une suite d’attributs dans sa balise de début, chaque attribut s’écrivant avec un nom suivi du signe et d’une valeur entre

ou entre  (par exemple PHVVDJHV VXMHW FKDW!) ; • et/ou des données textuelles et/ou d’autres éléments enfants (child) entre ses balises de début et de fin.

À RETENIR Noms des éléments et des attributs Le nom des balises ou des attributs est une suite de caractères alphanumériques, de soulignés B, de tirets  ou de points , qui doit débuter par une lettre ou un souligné B. Le préfixe [PO (en majuscules ou en minuscules) est réservé.

B.A.-BA Commentaires XML Les commentaires d’un document XML se notent entre les caractères  et ! comme en HTML.

Par l’exemple : représenter une facture en XML Le document XML de la figure 14–1 décrit une facture avec le client auquel elle se rapporte et ses articles. L’élément racine IDFWXUH contient ici trois éléments enfants, un élément FOLHQW et deux éléments DUWLFOH. Pour éviter de surcharger inutilement un document XML, la balise de fin d’un élément vide, c’est-à-dire qui ne contient aucune donnée ou aucun élément enfant, peut être remplacée par le caractère  avant le symbole ! de sa balise de début, par exemple pour l’élément DUWLFOH GHVFULSWLRQ &'5[! dans l’exemple suivant. © Groupe Eyrolles, 2004

289

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Structure XML Prologue XML Commentaire Balise de début Elément enfant Elément racine

client

facture

Eléments enfants article

Balise de fin

Données du document 3, rue du pont 75001 PARIS


Attributs de l'élément facture Attribut de l'élément client Données de l'élément FOLHQW Attribut de l'élément article Attribut de l'élément article

Figure 14–1 Document XML décrivant une facture

Document XML bien formé Pour pouvoir être exploité par les analyseurs XML (parsers en anglais) disponibles dans la bibliothèque Java ou par d’autres applications, un document XML doit être bien formé (well-formed) en remplissant les conditions suivantes : • Tout élément du document doit être fermé, soit avec une balise de fin EDOLVH;0/! qui doit correspondre à une balise de début EDOLVH;0/!, soit avec les caractères ! à la fin de la balise de début. • Le document ne doit contenir qu’un seul élément racine. • Les balises de ses éléments ne peuvent se chevaucher, c’est-à-dire que la balise de fin d’un élément inclus dans un autre élément doit apparaître avant la balise de fin de l’élément qui l’englobe. Par exemple, le document XML suivant est incorrect car la balise de fin IDFWXUH! apparaît avant la balise de fin DUWLFOH! : IDFWXUHPRQWDQW ! DUWLFOH!&'5[IDFWXUH!DUWLFOH!

ASTUCE Tester un document XML Le plus simple pour vérifier qu’un document XML est bien formé est de le visualiser avec un navigateur.

• Les valeurs des attributs de ses éléments doivent être notées entre

ou entre . • Les caractères  et doivent être remplacés par leur entité prédéfinie, respectivement OW (comme Less Than) et DPS (comme ampersand), quand ils sont utilisés comme texte. Dans les valeurs des attributs, vous pourrez avoir aussi besoin des entités DSRV et TXRW en remplacement des caractères et . POUR ALLER PLUS LOIN Section CDATA Les données textuelles d’un élément qui contiennent des caractères spéciaux peuvent être aussi écrites telles quelles entre >&'$7$> et @@!, ce qui évite alors d’avoir recours aux entités équivalentes.

290

© Groupe Eyrolles, 2004

14 – Échanger des informations avec XML

Document XML valide et DTD XML vous laisse toute liberté pour choisir les balises et les attributs des éléments qui structurent les données d’un document XML, du moment qu’il est bien formé. Une même famille de données peut donc être représentée de différentes façons en XML. Par exemple, le document XML de la figure 14-1 pourrait aussi être structuré ainsi : "[POYHUVLRQ "! IDFWGDWH PRQWDQW ! FOLHQW! QRP!$OEHUW'XSRQWQRP! DGUHVVH! UXHGXSRQW 3$5,6 DGUHVVH! FOLHQW! DUW!&'5[DUW! DUW!3DSLHU$DUW! IDFW!

Comme le but principal de XML est de fournir un format d’interchangeabilité clair entre applications, il est préférable de fixer une fois pour toute la liste des balises et des attributs autorisés pour une même famille de données. C’est le but d’une DTD (Document Type Definition), qui définit la syntaxe d’un certain type de document XML et permet de vérifier la validité des documents de ce type. REGARD DU DÉVELOPPEUR Attribut ou élément, que choisir ? Comme XML laisse la liberté de décrire une donnée sous forme d’un élément ou d’un attribut, voici quelques pistes pour vous guider dans ce choix : • La description d’une donnée avec un attribut est plus concise qu’avec un élément. • L’ordre d’apparition des attributs dans une balise XML ne peut pas être imposé, contrairement à l’ordre des éléments. • Un élément offre la possibilité de décrire une donnée sous une forme hiérarchique plus ou moins complexe, ce que ne permet pas un attribut.

DANS LA VRAIE VIE Quelques DTD utiles Depuis l’apparition de XML, de nombreuses DTD standards pour des domaines d’activités variées ont été mises au point. Citons, parmi les plus célèbres : • MathML (Mathematical Markup Language) pour décrire des formules mathématiques ; • SVG (Scalable Vector Graphics) pour décrire des constructions géométriques en 2 dimensions ; • OFX (Open Financial eXchange) pour l’échange d’informations financières... Vous pouvez les réutiliser, mais aussi vous en inspirer pour créer vos propres DTD.

Créer une DTD Une DTD définit les différents éléments d’un type de document XML ainsi que leurs attributs, grâce à un ensemble de balises spéciales dont le tableau 14-1 décrit la syntaxe la plus couramment utilisée. L’ordre des balises (/(0(17! et $77/,67! d’une DTD n’a pas d’importance. En revanche, une entité doit être définie avant sa première utilisation.

© Groupe Eyrolles, 2004

291

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Tableau 14–1 Syntaxes les plus utiles des balises DTD

Balises DTD

Description

(/(0(17EDOLVH;0/ EDOLVH EDOLVH  ! (/(0(17EDOLVH;0/ EDOLVH_ EDOLVH  ! (/(0(17EDOLVH;0/ EDOLVH" ! (/(0(17EDOLVH;0/ EDOLVH ! (/(0(17EDOLVH;0/ EDOLVH ! (/(0(17EDOLVH;0/ 3&'$7$ ! (/(0(17EDOLVH;0/(037
Décrit ce que peut contenir l’élément de balise EDOLVH;0/. Les éléments enfants de cet élément sont cités entre parenthèses, le caractère virgule () donnant l’ordre de citation des éléments enfants, contrairement au caractère _ qui ne détermine aucun ordre pour les éléments enfants. La présence ou non d’un des caractères "  à la suite d’un élément enfant détermine son nombre d’occurrences : • Un élément seul est obligatoire. • Un élément suivi de " est optionnel. • Un élément suivi de  est obligatoire et peut être répété plusieurs fois. • Un élément suivi de est optionnel et peut être répété plusieurs fois. 3&'$7$ indique qu’un élément contient des données textuelles. (037< indique qu’un élément doit être vide.

$77/,67EDOLVH;0/ DWWULEXW&'$7$YDO'HIDXW! $77/,67EDOLVH;0/ DWWULEXW YDO_YDO YDO! $77/,67EDOLVH;0/ DWWULEXW&'$7$5(48,5('! $77/,67EDOLVH;0/ DWWULEXW&'$7$,03/,('! $77/,67EDOLVH;0/ DWWULEXW&'$7$),;('YDO!

Décrit un attribut de l’élément de balise EDOLVH;0/, avec le nom de cet attribut, son type de valeur et une spécification de valeur par défaut. Le type de valeur d’un attribut est soit &'$7$ pour un texte libre, soit une valeur parmi celles d’une liste donnée entre parenthèses. La spécification de valeur par défaut d’un attribut est au choix : • YDO'HIDXW pour spécifier la valeur par défaut d’un attribut absent. • 5(48,5(' pour spécifier qu’un attribut n’a pas de valeur par défaut et doit obligatoirement être cité dans la balise de début. • ,03/,(' pour spécifier qu’un attribut est optionnel et n’a pas de valeur par défaut. • ),;('YDO pour spécifier la valeur d’un attribut qui prend toujours la même valeur.

(17,7<HQWLWp;0/YDO(QWLWp!

Spécifie la valeur YDO(QWLWp de l’entité HQWLWp;0/. Cette valeur sera utilisée en remplacement de chaque entité notée HQWLWp;0/.

(17,7<HQWLWp;0/YDO(QWLWp!

Spécifie la valeur YDO(QWLWp de l’entité paramètre HQWLWp;0/, entité utilisable uniquement au sein de la DTD. Cette valeur sera utilisée en remplacement de chaque entité notée HQWLWp;0/.

Par l’exemple : définir la DTD des factures La DTD du fichier IDFWXUHGWG définit la syntaxe que respecte le document XML défini précédemment dans la figure 14-1. EXEMPLE facture.dtd Un élément IDFWXUH doit contenir un élément FOLHQW suivi d’au moins un élément DUWLFOH.

B

(/(0(17IDFWXUH FOLHQWDUWLFOH !

Les attributs GDWH et PRQWDQW d’un élément IDFWXUH sont obligatoires.

B

$77/,67IDFWXUHGDWH&'$7$5(48,5('! $77/,67IDFWXUHPRQWDQW&'$7$5(48,5('!

L’attribut WYD est optionnel.

B

$77/,67IDFWXUHWYD&'$7$,03/,('!

Un élément FOLHQW contient des données textuelles et son attribut QRP est obligatoire.

B

(/(0(17FOLHQW 3&'$7$ ! $77/,67FOLHQWQRP&'$7$5(48,5('!

Un élément DUWLFOH est vide et son attribut GHVFULSWLRQ est obligatoire.

B

(/(0(17DUWLFOH(037
292

© Groupe Eyrolles, 2004

La DTD utilisée par un document XML est spécifiée grâce à une balise '2&7<3( EDOLVH5DFLQH GHILQLWLRQ'7'! intercalée entre la balise de prologue "[PO! et la balise de début de son élément racine EDOLVH5DFLQH!. La DTD GHILQLWLRQ'7' peut être décrite d’une des façons suivantes : • en la définissant entre crochets > @ au sein même de la balise '2&7<3(! ; • en citant le chemin ou l’URL du fichier qui contient la DTD, précédé de 6<67(0, par exemple '2&7<3( IDFWXUH 6<67(0 IDFWXUHGWG! ; • en citant le chemin ou l’URL du fichier qui contient la DTD, précédé de 38%/,& et d’un identificateur qui décrit le nom de la DTD, par exemple : '2&7<3(ZHEDSS38%/,& 6XQ0LFURV\VWHPV,QF'7':HE$SSOLFDWLRQ(1 KWWSMDYDVXQFRPGWGZHEDSSBBGWG!

Par l’exemple : utiliser la DTD d’une facture dans un document XML Les documents XML IDFWXUH$YHF'7',QWHUQH[PO et IDFWXUH$YHF'7'([WHUQH[PO suivants utilisent une DTD interne au document pour le premier et une DTD externe définie dans le fichier IDFWXUHGWG pour le second.

B.A.-BA Espace de noms XML Un espace de noms permet de donner un préfixe aux noms des balises et des attributs issus d’une DTD, afin d’éviter des conflits de noms avec ceux d’autres DTD utilisés conjointement dans un même document XML. Ce préfixe est défini pour un élément et ses enfants grâce à l’attribut réservé [POQV (comme XML Name Space) en le faisant suivre du caractère  et du préfixe désiré. Par exemple, l’élément IRUPXOH suivant décrit la formule DE à l’aide de balises de la DTD de MathML préfixées par PDWK. IRUPXOH[POQVPDWK KWWS! PDWKDSSO\! PDWKSOXV! PDWKFL!DPDWKFL! PDWKFL!EPDWKFL! PDWKDSSO\! IRUPXOH!

EXEMPLE factureAvecDTDInterne.xml

EXEMPLE factureAvecDTDExterne.xml

"[POYHUVLRQ "! '2&7<3(IDFWXUH> (/(0(17IDFWXUH FOLHQWDUWLFOH ! $77/,67IDFWXUHGDWH&'$7$5(48,5('! $77/,67IDFWXUHPRQWDQW&'$7$5(48,5('! $77/,67IDFWXUHWYD&'$7$,03/,('! (/(0(17FOLHQW 3&'$7$ ! $77/,67FOLHQWQRP&'$7$5(48,5('! (/(0(17DUWLFOH(037
"[POYHUVLRQ "! '2&7<3(IDFWXUH6<67(0IDFWXUHGWG! IDFWXUHGDWH PRQWDQW ! FOLHQWQRP $OEHUW'XSRQW! UXHGXSRQW 3$5,6 FOLHQW! DUWLFOHGHVFULSWLRQ &'5[! DUWLFOHGHVFULSWLRQ 3DSLHU$! IDFWXUH!

Remarquez qu’une DTD décrit la syntaxe d’un ensemble d’éléments et leurs liens de parenté sans préciser lequel d’entre eux doit être l’élément racine d’un document XML. C’est la balise '2&7<3(! qui spécifie l’élément racine. © Groupe Eyrolles, 2004

POUR ALLER PLUS LOIN DTD vs schéma XML Une DTD définit la structure que doit respecter un document XML, mais sans possibilité de décrire le type, numérique ou autre, des données manipulées. Un schéma XML est une alternative à une DTD qui, entre autres choses, corrige cet inconvénient. Un schéma XML est en fait un document XML d’élément racine VFKHPD, où les balises (/(0(17! et $77/,67! d’une DTD sont remplacées et complétées par les éléments HOHPHQW, FRPSOH[7\SH, DWWULEXWH... B http://xmlfr.org/w3c/TR/xmlschema-0/

293

14 – Échanger des informations avec XML

Utiliser une DTD dans un document XML

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Analyser un document XML avec JAXP JAXP ( Java API for XML Processing) est un sous-ensemble de classes de la bibliothèque standard Java qui permet d’analyser la structure d’un document XML et d’exploiter les informations qu’il contient. Deux types différents d’analyseur (parser) sont proposés pour effectuer ces opérations : • SAX (Simple API for XML) et les classes du paquetage org.xml.sax, pour récupérer les informations que contient un document XML au fur et à mesure de sa lecture ; • DOM (Document Object Model) et les classes du paquetage org.w3c.dom, pour créer en mémoire une structure arborescente équivalant à celle d’un document XML, dont vous exploitez ensuite les informations.

VERSIONS Intégration de JAXP dans Java 1.4 JAXP est une bibliothèque d’extension à Java qui a été intégrée dans la bibliothèque standard à partir de la version 1.4 de Java. Elle peut être aussi utilisée séparément avec des versions antérieures de Java.

REGARD DU DÉVELOPPEUR Choisir entre SAX et DOM Les fonctionnalités proposées par ces deux groupes de classes s’adressent à des domaines d’utilisation différents. Utilisez SAX pour le traitement de gros volumes de données avec une structure XML simple où seules quelques informations vous intéressent. DOM est plus intéressant pour les documents XML peu volumineux dont vous avez besoin d’exploiter la structure arborescente.

Obtenir une instance d’un analyseur La création d’une instance d’analyseur SAX ou DOM s’effectue grâce à une factory (littéralement usine à fabriquer des objets) qui s’utilise sous la forme suivante : Instanciation d’une factory d’analyseurs XML.

B

;0/3DUVHU)DFWRU\IDFWRU\ ;0/3DUVHU)DFWRU\QHZ,QVWDQFH 

Configuration éventuelle de la factory (gestion de la validité des documents, des espaces de noms...).

B

IDFWRU\VHW9DOLGDWLRQ WUXH2X)DOVH  $XWUHFRQILJXUDWLRQ

Instanciation d’un analyseur en fonction de la configuration choisie.

B

;0/3DUVHUSDUVHU IDFWRU\QHZ;0/3DUVHU 

Analyse dudocument XML

B

SDUVHUSDUVH GRFXPHQW;0/ 

Les classes ;0/3DUVHU)DFWRU\ et ;0/3DUVHU sont : • soit les classes MDYD[[POSDUVHUV6$;3DUVHU)DFWRU\ et MDYD[[POSDUVHUV6$;3DUVHU pour SAX, • soit les classes MDYD[[POSDUVHUV'RFXPHQW%XLOGHU)DFWRU\ et MDYD[[POSDUVHUV'RFXPHQW%XLOGHU pour DOM.

294

© Groupe Eyrolles, 2004

14 – Échanger des informations avec XML

Analyser un document avec SAX La récupération des informations d’un document XML avec SAX s’effectue à l’aide d’une classe de gestionnaire qui dérive de la classe RUJ[POVD[KHOSHUV'HIDXOW+DQGOHU, et dans laquelle vous redéfinissez des méthodes appelées par un analyseur SAX. Ces méthodes se répartissent en quatre catégories représentées sous forme d’interfaces du paquetage RUJ[POVD[ qu’implémente la classe 'HIDXOW+DQGOHU. Les méthodes les plus utiles proviennent de l’interface RUJ[POVD[&RQWHQW+DQGOHU et permettent de traiter les balises de début, les données textuelles et les balises de fin des éléments trouvés par l’analyseur. API JAVA Méthodes les plus utiles de l’interface org.xml.sax.ContentHandler Description

Méthode

Méthodes appelées au début et à la fin de l’analyse du SXEOLFYRLGVWDUW'RFXPHQW SXEOLFYRLGHQG'RFXPHQW document XML Méthodes appelées sur la balise de début d’un élément SXEOLFYRLGVWDUW(OHPHQW MDYDODQJ6WULQJ QDPHVSDFH85, et sur sa balise de fin (les deux premiers paramètres ne MDYDODQJ6WULQJ ORFDO1DPH MDYDODQJ6WULQJ QDPH sont utiles qu’avec les espaces de noms XML)

RUJ[POVD[$WWULEXWHV DWWLEXWHV SXEOLFYRLGHQG(OHPHQW MDYDODQJ6WULQJ QDPHVSDFH85, MDYDODQJ6WULQJ ORFDO1DPH MDYDODQJ6WULQJ QDPH

Méthode appelée à la lecture des données textuelles SXEOLFYRLGFKDUDFWHUV FKDU>@ EXIIHULQW VWDUWLQW OHQJWK d’un élément L’implémentation de ces méthodes dans la classe RUJ[POVD[KHOSHUV'HIDXOW+DQGOHU ne fait rien. L’objet de classe RUJ[PO VD[$WWULEXWHV reçu en dernier paramètre de la méthode VWDUW(OHPHQW décrit l’ensemble des attributs d’une balise de début. Pour récupérer la valeur d’un attribut, il suffit d’appeler la méthode JHW9DOXH sur cet objet en lui passant en paramètre le nom de l’attribut recherché.

Une fois définie la classe de gestionnaire SAX qui convient aux traitements que vous voulez effectuer sur votre document, il faut appeler une des méthodes SDUVH d’un analyseur SAX en lui passant en paramètre le chemin du document XML (ou un flux de données qui contient ce document) et une instance du gestionnaire. Cette méthode provoque la lecture du document par l’analyseur SAX qui appelle chaque fois que nécessaire les méthodes du gestionnaire, comme le montre la figure 14-2.

Par l’exemple : rechercher les articles d’une facture L’application de classe FRPHWHNVWHVW$IILFKHU$UWLFOHV)DFWXUH recherche les articles de la facture décrite dans le fichier IDFWXUH[PO puis affiche la liste de ceux-ci.

© Groupe Eyrolles, 2004

295

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Méthodes appelées par SAX 3, rue du pont 75001 PARIS


startDocument startElement startElement characters endElement startElement endElement startElement endElement endElement endDocument

Figure 14–2 Méthodes du gestionnaire appelées par l’analyseur SAX

Ce programme définit le gestionnaire SAX avec une sous-classe anonyme  de la classe RUJ[POVD[KHOSHUV'HIDXOW+DQGOHU. Ce gestionnaire redéfinit la méthode VWDUW(OHPHQW  afin de récupérer toutes les descriptions des éléments DUWLFOH  du document XML analysé.

JAVA Classes anonymes Les classes anonymes sont abordées au chapitre 10, « Interfaces utilisateur avec Swing ». Elles permettent de redéfinir facilement des méthodes dans une sous-classe qui n’a pas vocation à être réutilisée.

EXEMPLE com/eteks/test/AfficherArticlesFacture.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDLR  LPSRUWMDYDXWLO 

Paquetages des classes SAX.

B

LPSRUWMDYD[[POSDUVHUV  LPSRUWRUJ[POVD[KHOSHUV  LPSRUWRUJ[POVD[  FODVV$IILFKHU$UWLFOHV)DFWXUH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV  ^ WU\ ^

Instanciation d’une IDFWRU\ d’analyseurs SAX.

B

6$;3DUVHU)DFWRU\IDFWRU\ 6$;3DUVHU)DFWRU\QHZ,QVWDQFH 

Instanciation d’un analyseur SAX.

B

6$;3DUVHUSDUVHU IDFWRU\QHZ6$;3DUVHU 

Ensemble stockant les articles trouvés dans le fichier XML.

B

ILQDO$UUD\/LVWDUWLFOHV QHZ$UUD\/LVW 

Création d’un gestionnaire SAX avec une sousclasse anonyme.

B

'HIDXOW+DQGOHUJHVWLRQQDLUH6$; QHZ'HIDXOW+DQGOHU  ^

Redéfinition de la méthode appelée quand une balise de début est lue.

B

SXEOLFYRLGVWDUW(OHPHQW 6WULQJQDPHVSDFH85, 6WULQJORFDO1DPH 6WULQJQRP $WWULEXWHVDWWULEXWV ^

296

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Récupération de l’attribut GHVFULSWLRQ des éléments DUWLFOH.

`

3

Fin de la classe anonyme.

SDUVHUSDUVH IDFWXUH[POJHVWLRQQDLUH6$; 

3

Analyse du fichier IDFWXUH[PO avec le gestionnaire défini.

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO$UWLFOHVDUWLFOHV  `

3

Affiche $UWLFOHV>&'5[3DSLHU$@.

FDWFK 3DUVHU&RQILJXUDWLRQ([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 3UREO?XHPHGHFRQILJXUDWLRQH[JHW0HVVDJH  `

3

Exception déclenchée si l’analyseur SAX n’a pas pu être instancié.

FDWFK 6$;([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 'RFXPHQWLQFRUUHFWH[JHW0HVVDJH  `

3

Exception déclenchée si l’analyseur SAX n’a pas pu analyser le document XML.

FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 3UREO?XHPHGHILFKLHUH[JHW0HVVDJH  ` 6\VWHPH[LW   ` `

3

Exception déclenchée si le fichier IDFWXUH[PO n’a pas pu être lu.

JAVA Exceptions déclenchées par les méthodes du gestionnaire SAX REGARD DU DÉVELOPPEUR Limites de SAX SAX ne donne aucune information sur le niveau hiérarchique d’un élément à l’appel des méthodes VWDUW(OHPHQW ou FKDUDFWHUV. Il peut donc être nécessaire d’ajouter des champs dans un gestionnaire SAX pour repérer l’élément dont dépendent des données textuelles ou un élément enfant. S’il y a besoin de distinguer de nombreux éléments imbriqués les uns dans les autres, imaginez alors à quel point ce peut être une tâche compliquée !

© Groupe Eyrolles, 2004

Les méthodes VWDUW(OHPHQW, HQG(OHPHQW, FKDUDFWHUV... de la classe RUJ[POVD[ KHOSHUV'HIDXOW+DQGOHU sont déclarées comme étant susceptibles de déclencher des exceptions contrôlées de classe RUJ[POVD[ 6$;([FHSWLRQ, avec la clause WKURZV adéquate. Ceci vous permet d’affiner les contrôles sur les données lues dans la redéfinition de ces méthodes et de déclencher une exception de cette classe si vous estimez qu’il y a une erreur qui mérite l’arrêt de l’analyse. Si c’est le cas, répétez la classe d’exception 6$;([FHSWLRQ avec la clause WKURZV à la redéfinition de ses méthodes. Sinon, rien ne vous oblige à répéter cette exception à la redéfinition des méthodes, comme dans le programme ici présent.

297

14 – Échanger des informations avec XML

LI DUWLFOHHTXDOV QRP  ^ 6WULQJGHVFULSWLRQ  DWWULEXWVJHW9DOXH GHVFULSWLRQ  DUWLFOHVDGG GHVFULSWLRQ  ` `

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Vérifier la validité d’un document avec SAX Le document analysé est validé par SAX uniquement si vous appelez la VHW9DOLGDWLQJ sur une instance de la classe méthode MDYD[[POSDUVHUV6$;3DUVHU)DFWRU\ en lui passant la valeur WUXH, avant d’appeler la méthode QHZ6$;3DUVHU. L’analyseur SAX que vous obtenez valide alors le document analysé pendant la lecture et appelle en cas d’erreur l’une des méthodes ZDUQLQJ, HUURU ou IDWDO(UURU du gestionnaire SAX fourni, en fonction de la gravité de l’erreur détectée. Ces méthodes reçoivent en paramètre un objet de classe RUJ[POVD[6$;3DUVH([FHSWLRQ qui décrit l’erreur survenue. API JAVA Interface org.xml.sax.ErrorHandler et classe org.xml.sax.SAXParseException Les méthodes ZDUQLQJ, HUURU ou IDWDO(UURU sont définies par RUJ[POVD[(UURU+DQGOHU, une des quatre interfaces qu’implémente la classe RUJ[POVD[KHOSHUV'HIDXOW+DQGOHU. Leur implémentation dans cette classe ne fait rien, sauf pour la méthode IDWDO(UURU qui déclenche l’exception en paramètre. La classe RUJ[POVD[6$;3DUVH([FHSWLRQ de l’objet que ces méthodes reçoivent en paramètre dérive de RUJ[POVD[6$;([FHSWLRQ. Elle définit des méthodes supplémentaires, comme JHW/LQH1XPEHU ou JHW&ROXPQ1XPEHU, qui permettent d’obtenir des informations complémentaires sur les circonstances de l’erreur (décrite comme toujours par le texte renvoyé par JHW0HVVDJH).

Par l’exemple : rechercher les erreurs dans un document XML L’application de classe FRPHWHNVWHVW9DOLGHU'RFXPHQW;0/ vérifie avec SAX si un document XML saisi par l’utilisateur est bien formé et valide, puis affiche les erreurs éventuellement trouvées. EXEMPLE com/eteks/test/ValiderDocumentXML.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDLR  LPSRUWMDYDXWLO  LPSRUWMDYD[[POSDUVHUV  LPSRUWRUJ[POVD[KHOSHUV  LPSRUWRUJ[POVD[  FODVV9DOLGHU'RFXPHQW;0/ ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ WU\ ^

Saisie du fichier XML.

B

6WULQJGRFXPHQW;0/ -2SWLRQ3DQHVKRZ,QSXW'LDORJ 'RFXPHQW;0/ 

Recherche des erreurs dans le fichier XML.

B

$UUD\/LVWHUUHXUV FKHUFKHU(UUHXUV GRFXPHQW;0/ 

298

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Si aucune erreur, affichage d’un message confirmant la validité du fichier XML.

HOVH ^ 6WULQJUDSSRUW /HILFKLHUGRFXPHQW;0/ HVWLQYDOLGH IRU LQWL LHUUHXUVVL]H L ^ 6$;3DUVH([FHSWLRQH[  6$;3DUVH([FHSWLRQ HUUHXUVJHW L  UDSSRUW ?Q?XFIOLJQHH[JHW/LQH1XPEHU  H[JHW0HVVDJH  ` -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOUDSSRUW  ` `

3

Sinon, création et affichage d’un rapport citant ligne par ligne les erreurs trouvées.

FDWFK 3DUVHU&RQILJXUDWLRQ([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 3UREO?XHPHGHFRQILJXUDWLRQH[JHW0HVVDJH  `

3

Exception déclenchée si l’analyseur SAX n’a pas pu être instancié.

FDWFK 6$;([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 3UREO?XHPHGHSDUVHUH[JHW0HVVDJH  `

3

Exception déclenchée si l’analyseur SAX n’a pas pu analyser le document XML.

FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 3UREO?XHPHGHILFKLHUH[JHW0HVVDJH  ` 6\VWHPH[LW   `

3

Exception déclenchée si le fichier n’a pas pu être lu.

SULYDWHVWDWLF$UUD\/LVWFKHUFKHU(UUHXUV 6WULQJGRFXPHQW;0/  WKURZV3DUVHU&RQILJXUDWLRQ([FHSWLRQ6$;([FHSWLRQ,2([FHSWLRQ ^

3

Méthode cherchant les erreurs dans le fichier XML en paramètre.

6$;3DUVHU)DFWRU\IDFWRU\ 6$;3DUVHU)DFWRU\QHZ,QVWDQFH 

3

Instanciation d’une factory d’analyseurs SAX.

IDFWRU\VHW9DOLGDWLQJ WUXH  6$;3DUVHUSDUVHU IDFWRU\QHZ6$;3DUVHU 

3

Instanciation dun analyseur SAX validant les documents lus.

ILQDO$UUD\/LVWHUUHXUV QHZ$UUD\/LVW 

3

Ensemble stockant les erreurs trouvées dans le fichier XML.

'HIDXOW+DQGOHUJHVWLRQQDLUH6$; QHZ'HIDXOW+DQGOHU  ^

3

Création d’un gestionnaire SAX.

SXEOLFYRLGZDUQLQJ 6$;3DUVH([FHSWLRQH[ ^ HUUHXUVDGG H[  `

3

Redéfinition des méthodes de gestion d’erreur.

© Groupe Eyrolles, 2004

299

14 – Échanger des informations avec XML

LI HUUHXUVVL]H   -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO /HILFKLHUGRFXPHQW;0/HVWYDOLGH 

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

SXEOLFYRLGHUURU 6$;3DUVH([FHSWLRQH[ ^ HUUHXUVDGG H[  ` SXEOLFYRLGIDWDO(UURU 6$;3DUVH([FHSWLRQH[  ^ HUUHXUVDGG H[  ` `

Analyse du fichier avec le gestionnaire précédent.

B

WU\ ^ SDUVHUSDUVH GRFXPHQW;0/JHVWLRQQDLUH6$;  `

Rien à faire dans le FDWFK, car l’erreur a déjà été signalée par un appel à IDWDO(UURU .

B

FDWFK 6$;3DUVH([FHSWLRQH[  ^ ` UHWXUQHUUHXUV ` `

Après la saisie du chemin ou d’une URL d’un document XML , cette application fait appel à la méthode FKHUFKHU(UUHXUV  pour vérifier ce document. La méthode de classe FKHUFKHU(UUHXUV  obtient un analyseur SAX  capable de valider un document XML , puis crée un gestionnaire SAX qui redéfinit les trois méthodes ZDUQLQJ, HUURU et IDWDO(UURU de la classe RUJ[POVD[KHOSHUV'HIDXOW+DQGOHU . Chacune de ces méthodes est implémentée afin de stocker l’erreur reçue en paramètre dans l’ensemble HUUHXUV . L’analyse du document est ensuite lancée avec ce gestionnaire ; l’appel à la méthode SDUVH est programmée ici dans une instruction WU\ FDWFK qui n’intercepte que les exceptions de classe RUJ[POVD[6$;3DUVH([FHSWLRQ , déclenchées si le document analysé n’est pas bien formé. Comme les autres classes d’exceptions ne relèvent pas des erreurs de syntaxe XML, la méthode FKHUFKHU(UUHXUV ne les gère pas ellemême  et laisse à la méthode PDLQ le soin de les intercepter. Finalement, un message est affiché pour annoncer le résultat de l’analyse  .

À RETENIR Un document mal formé provoque une erreur fatale SAX doit arrêter l’analyse d’un document XML aussitôt qu’il détecte que celui-ci n’est pas bien formé. Pour cela, SAX appelle la méthode IDWDO(UURU du gestionnaire en cours d’utilisation, puis déclenche l’exception de classe RUJ[POVD[6$;3DUVH([FHSWLRQ passée en paramètre à IDWDO(UURU, si cette méthode ne l’a pas déclenchée elle-même.

En testant l’application de classe FRPHWHNVWHVW9DOLGHU'RFXPHQW;0/ sur le document invalide IDFWXUH,QYDOLGH[PO suivant, vous obtiendrez le rapport de la figure 14-3 qui indique les 3 erreurs trouvées. EXEMPLE factureInvalide.xml "[POYHUVLRQ "! '2&7<3(IDFWXUH6<67(0IDFWXUHGWG!

Manque l’attribut obligatoire GDWH.

B

IDFWXUHPRQWDQW ! FOLHQWQRP 6RSKLH0DUWLQ!

Manque l’attribut obligatoire GHVFULSWLRQ.

B

DUWLFOH!3&

Manque la balise de fin DUWLFOH!.

B

IDFWXUH!

300

© Groupe Eyrolles, 2004

14 – Échanger des informations avec XML

Figure 14–3 Application FRPHWHNVWHVW9DOLGHU'RFXPHQW;0/

Analyser un document avec DOM L’exploitation des informations d’un document XML avec DOM s’effectue en explorant l’arborescence d’objets que renvoie la méthode SDUVH d’un analyseur DOM. Cette arborescence représente en mémoire le document lu et ses éléments à l’aide d’objets dont la classe implémente une des interfaces du paquetage RUJZFGRP, ces interfaces héritant elles-mêmes de l’interface RUJZFGRP1RGH. API JAVA Interfaces les plus utiles du paquetage org.w3c.dom et leurs méthodes Description

Interface

Méthode

Nœud dans l’arborescence DOM RUJZFGRP1RGH (interface dont héritent 'RFXPHQW, (OHPHQW et 7H[W)

SXEOLFVKRUWJHW1RGH7\SH SXEOLFRUJZFGRP1RGHJHW)LUVW&KLOG SXEOLFRUJZFGRP1RGH/LVWJHW&KLOG1RGHV SXEOLFRUJZFGRP1RGHJHW3DUHQW1RGH

Document DOM renvoyé par la RUJZFGRP'RFXPHQW méthode SDUVH

SXEOLFRUJZFGRP(OHPHQWJHW'RFXPHQW(OHPHQW SXEOLFRUJZFGRP1RGH/LVW JHW(OHPHQWV%\7DJ1DPH MDYDODQJ6WULQJ WDJQDPH

Élément de l’arborescence

RUJZFGRP(OHPHQW

SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW7DJ1DPH SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW$WWULEXWH MDYDODQJ6WULQJ QDPH  SXEOLFRUJZFGRP1RGH/LVW JHW(OHPHQWV%\7DJ1DPH MDYDODQJ6WULQJ WDJQDPH

Données textuelles

RUJZFGRP7H[W

SXEOLFMDYDODQJ6WULQJJHW'DWD

Liste de nœuds

RUJZFGRP1RGH/LVW

SXEOLFLQWJHW/HQJWK SXEOLFRUJZFGRP1RGHLWHP LQW LQGH[

Seules sont citées dans ce tableau les interfaces et les méthodes utiles pour explorer un document DOM. Toutefois, il est possible aussi de modifier une arborescence DOM pour y ajouter des nœuds, en supprimer, modifier leur valeur...

Par l’exemple : rechercher le client d’une facture L’application de classe FRPHWHNVWHVW$IILFKHU&OLHQW)DFWXUH recherche le nom et l’adresse du client décrit dans la facture du fichier IDFWXUH[PO puis affiche les informations trouvées.

© Groupe Eyrolles, 2004

301

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Ce programme analyse d’abord le fichier XML avec DOM , puis cherche le premier  élément FOLHQW  dans l’arborescence du document DOM. Le nom et l’adresse du client s’obtiennent finalement en récupérant l’attribut QRP  et les données textuelles  de cet élément. EXEMPLE com/eteks/test/AfficherClientFacture.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDLR  LPSRUWMDYD[[POSDUVHUV  LPSRUWRUJZFGRP  LPSRUWRUJ[POVD[6$;([FHSWLRQ FODVV$IILFKHU&OLHQW)DFWXUH ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV  ^ WU\ ^

Instanciation d’une factory d’analyseurs DOM.

B

'RFXPHQW%XLOGHU)DFWRU\IDFWRU\  'RFXPHQW%XLOGHU)DFWRU\QHZ,QVWDQFH 

Instanciation d’un analyseur DOM.

B

'RFXPHQW%XLOGHUEXLOGHU IDFWRU\QHZ'RFXPHQW%XLOGHU 

Analyse du fichier IDFWXUH[PO.

B

'RFXPHQWGRFXPHQW EXLOGHUSDUVH IDFWXUH[PO 

Recherche dans le document du premier élément dénommé FOLHQW.

B

1RGH/LVWHOHPHQWV GRFXPHQWJHW(OHPHQWV%\7DJ1DPH FOLHQW  (OHPHQWHOHPHQW&OLHQW  (OHPHQW HOHPHQWVLWHP  

Récupération de l’attribut QRP.

B

6WULQJPHVVDJH &OLHQW?Q HOHPHQW&OLHQWJHW$WWULEXWH QRP 

Récupération de l’adresse stockée dans les données textuelles de l’élément.

B

7H[WGRQQHHV7H[WH  7H[W HOHPHQW&OLHQWJHW)LUVW&KLOG  PHVVDJH GRQQHHV7H[WHJHW'DWD 

Affiche &OLHQW  $OEHUW 'XSRQW  UXH GXSRQW3$5,6.

B

-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOPHVVDJH  `

Exception déclenchée si l’analyseur DOM n’a pas pu être instancié.

B

FDWFK 3DUVHU&RQILJXUDWLRQ([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 3UREO?XHPHGHFRQILJXUDWLRQH[JHW0HVVDJH  `

Exception déclenchée si l’analyseur DOM n’a pas pu analyser le document XML.

B

FDWFK 6$;([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 'RFXPHQWLQFRUUHFWH[JHW0HVVDJH  `

Exception déclenchée si le fichier IDFWXUH[PO n’a pas pu être lu.

B

FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^ -2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOO 3UREO?XHPHGHILFKLHUH[JHW0HVVDJH  ` 6\VWHPH[LW   ` `

302

© Groupe Eyrolles, 2004

La classe FRPHWHNVIRUXP$QDO\VHXU;0/)RUXP définie ci-après permet de rechercher dans un document XML un ensemble d’utilisateurs ou de messages à l’aide d’un analyseur DOM. Cette classe sera utile dans le prochain chapitre pour la programmation du module de messagerie instantanée qui échange des informations entre le serveur et ses clients au format XML. DTD des utilisateurs et des messages

À RETENIR La DTD, document de référence de votre architecture XML Même si vous n’avez pas l’intention de valider vos documents XML (pour des raisons de performances par exemple), écrivez la DTD correspondant à ceux-ci, pour fournir une référence de l’architecture XML retenue.

Voici tout d’abord la DTD qui décrit les types d’informations échangées. L’architecture des éléments XML retenue est très simple et se base sur les classes du paquetage FRPHWHNVIRUXP développées dans les chapitres précédents. Tableau 14–2 Correspondances entre classes et éléments XML du forum

Classe

Élément

Commentaire

FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP

XWLOLVDWHXU

Décrit un utilisateur.

FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP

XWLOLVDWHXUV

Contient un ensemble d’utilisateurs.

FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP

PHVVDJH

Décrit un message.

FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP

PHVVDJHV

Contient un ensemble de messages.

FORUM forum.dtd Un élément XWLOLVDWHXUV contient un ensemble d’éléments XWLOLVDWHXU. Un élément XWLOLVDWHXU est vide et son attribut SVHXGRQ\PH est obligatoire.

(/(0(17XWLOLVDWHXUV XWLOLVDWHXU !

3

(/(0(17XWLOLVDWHXU(037
3

$77/,67XWLOLVDWHXUPRW'H3DVVH&'$7$,03/,('!

3

L’attribut PRW'H3DVVH est optionnel.

$77/,67XWLOLVDWHXUDXWRULVDWLRQ QXOO_8_0 QXOO!

3

L’attribut DXWRULVDWLRQ peut prendre pour valeur QXOO, 8 ou 0, avec QXOO comme valeur par défaut.

(/(0(17PHVVDJHV PHVVDJH !

3

Un élément PHVVDJHV contient un ensemble d’éléments PHVVDJH.

(/(0(17PHVVDJH 3&'$7$ ! $77/,67PHVVDJHDXWHXU&'$7$5(48,5('! $77/,67PHVVDJHGDWH&UHDWLRQ&'$7$5(48,5('!

3

Un élément PHVVDJH a des données textuelles décrivant son texte. Ses attributs DXWHXU et GDWH&UHDWLRQ sont obligatoires.

$77/,67PHVVDJHVXMHW&'$7$,03/,('! $77/,67PHVVDJHLG&'$7$,03/,('!

3

Les attributs VXMHW et LG d’un élément PHVVDJH sont optionnels.

La date et l’heure de l’attribut GDWH&UHDWLRQ seront exprimées en millisecondes depuis le 1er janvier 1970, base de temps simple à manipuler en Java.

© Groupe Eyrolles, 2004

303

14 – Échanger des informations avec XML

Forum : rechercher les utilisateurs ou les messages d’un document XML

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Rechercher les utilisateurs ou les messages avec DOM

POUR ALLER PLUS LOIN Castor

Les différentes méthodes de la classe FRPHWHNVIRUXP$QDO\VHXU;0/)RUXP s’inspirent de la DTD du fichier IRUXPGWG pour créer, à l’aide d’un analyseur DOM, les objets des classes du paquetage FRPHWHNVIRUXP qui correspondent aux éléments lus dans un document XML.

Construire des objets à partir des informations d’un document XML est une opération assez rébarbative, qui peut être automatisée si besoin est, grâce à des bibliothèques comme Castor ou XStream. B http://www.castor.org/ B http://xstream.codehaus.org/

FORUM com/eteks/forum/AnalyseurXMLForum.java SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDLR  LPSRUWMDYDXWLO  LPSRUWMDYD[[POSDUVHUV  LPSRUWRUJZFGRP  LPSRUWRUJ[POVD[6$;([FHSWLRQ 

 *HVWLRQQDLUH;0/GHVPHVVDJHVHWGHVXWLOLVDWHXUV   SXEOLFFODVV$QDO\VHXU;0/)RUXP ^

Renvoie le document DOM correspondant au document XML lu dans le flux de lecture en paramètre.

B

SXEOLF'RFXPHQWOLUH;0/ ,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH  WKURZV,2([FHSWLRQ ^ WU\ ^

Instanciation d’une factory d’analyseurs DOM.

B

'RFXPHQW%XLOGHU)DFWRU\IDFWRU\  'RFXPHQW%XLOGHU)DFWRU\QHZ,QVWDQFH 

Instanciation d’un analyseur DOM.

B

'RFXPHQW%XLOGHUEXLOGHU IDFWRU\QHZ'RFXPHQW%XLOGHU 

Analyse du document XML.

B

'RFXPHQWGRFXPHQW EXLOGHUSDUVH IOX[/HFWXUH  UHWXUQGRFXPHQW `

Exception déclenchée si l’analyseur DOM n’a pas pu être instancié.

B

FDWFK 3DUVHU&RQILJXUDWLRQ([FHSWLRQH[  ^ WKURZQHZ,2([FHSWLRQ H[JHW0HVVDJH  `

Exception déclenchée si l’analyseur DOM n’a pas pu analyser le document XML.

B

FDWFK 6$;([FHSWLRQH[  ^ WKURZQHZ,2([FHSWLRQ H[JHW0HVVDJH  ` ILQDOO\ ^

Fermeture du flux de lecture.

B

IOX[/HFWXUHFORVH  ` `

304

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Renvoie l’ensemble des utilisateurs correspondant au document XML lu dans le flux de lecture en paramètre.

1RGH/LVWHOHPHQWV  GRFXPHQWJHW(OHPHQWV%\7DJ1DPH XWLOLVDWHXU  IRU LQWL LHOHPHQWVJHW/HQJWK L

3

Recherche des éléments du document dénommés XWLOLVDWHXU.

XWLOLVDWHXUVDMRXWHU OLUH8WLOLVDWHXU'20  (OHPHQW HOHPHQWVLWHP L  UHWXUQXWLOLVDWHXUV `

3

Ajout à l’ensemble de l’utilisateur correspondant à l’élément enfant d’indice L.

SXEOLF8WLOLVDWHXU)RUXPOLUH8WLOLVDWHXU'20 (OHPHQWHOHPHQW 

^ 8WLOLVDWHXU)RUXPXWLOLVDWHXU QHZ8WLOLVDWHXU)RUXP 

3

Renvoie l’utilisateur correspondant à l’élément DOM en paramètre.

XWLOLVDWHXUVHW3VHXGRQ\PH HOHPHQWJHW$WWULEXWH SVHXGRQ\PH  6WULQJPRW'H3DVVH HOHPHQWJHW$WWULEXWH PRW'H3DVVH  LI PRW'H3DVVHOHQJWK ! XWLOLVDWHXUVHW0RW'H3DVVH PRW'H3DVVH  6WULQJDXWRULVDWLRQ HOHPHQWJHW$WWULEXWH DXWRULVDWLRQ  LI DXWRULVDWLRQHTXDOV QXOO XWLOLVDWHXUVHW$XWRULVDWLRQ DXWRULVDWLRQ  UHWXUQXWLOLVDWHXU ` SXEOLF(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXPOLUH0HVVDJHV;0/  ,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH WKURZV,2([FHSWLRQ ^ 'RFXPHQWGRFXPHQW OLUH;0/ IOX[/HFWXUH  (QVHPEOH0HVVDJHV)RUXPPHVVDJHV QHZ(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP  1RGH/LVWHOHPHQWV GRFXPHQWJHW(OHPHQWV%\7DJ1DPH PHVVDJH  IRU LQWL LHOHPHQWVJHW/HQJWK L

3

Modification des propriétés de l’utilisateur avec les attributs SVHXGRQ\PH, PRW'H3DVVH et DXWRULVDWLRQ de l’élément en paramètre.

3

Renvoie l’ensemble des messages correspondant au document XML lu dans le flux de lecture en paramètre.

3

Recherche des éléments du document dénommés PHVVDJH.

PHVVDJHVDMRXWHU OLUH0HVVDJH'20 (OHPHQW HOHPHQWVLWHP L  UHWXUQPHVVDJHV ` SXEOLF0HVVDJH)RUXPOLUH0HVVDJH'20 (OHPHQWHOHPHQW  ^ 0HVVDJH)RUXPPHVVDJH QHZ0HVVDJH)RUXP  6WULQJLG HOHPHQWJHW$WWULEXWH LG  LI LGOHQJWK ! PHVVDJHVHW,G ,QWHJHUSDUVH,QW LG  6WULQJGDWH HOHPHQWJHW$WWULEXWH GDWH&UHDWLRQ  PHVVDJHVHW'DWH&UHDWLRQ QHZ'DWH /RQJSDUVH/RQJ GDWH  PHVVDJHVHW6XMHW HOHPHQWJHW$WWULEXWH VXMHW  PHVVDJHVHW$XWHXU HOHPHQWJHW$WWULEXWH DXWHXU  7H[WGRQQHHV7H[WH  7H[W HOHPHQWJHW)LUVW&KLOG  PHVVDJHVHW7H[WH GRQQHHV7H[WHJHW1RGH9DOXH  UHWXUQPHVVDJH ` `

3

Ajout à l’ensemble du message correspondant à l’élément enfant d’indice L.

3

Renvoie le message correspondant à l’élément DOM en paramètre.

3

Modification des propriétés du message avec les attributs LG, GDWH&UHDWLRQ, VXMHW et DXWHXU de l’élément en paramètre.

3

Modification de la propriété texte avec les données textuelles de l’élément en paramètre.

© Groupe Eyrolles, 2004

305

14 – Échanger des informations avec XML

SXEOLF(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXPOLUH8WLOLVDWHXUV;0/  ,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH WKURZV,2([FHSWLRQ ^ 'RFXPHQWGRFXPHQW OLUH;0/ IOX[/HFWXUH  (QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXPXWLOLVDWHXUV  QHZ(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP 

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Les deux méthodes OLUH8WLOLVDWHXUV;0/  et OLUH0HVVDJHV;0/ de cette classe construisent d’abord un document DOM en mémoire  en faisant appel à la méthode OLUH;0/. Ces méthodes recherchent ensuite dans l’arborescence DOM obtenue les informations relatives aux utilisateurs ou aux messages pour créer les objets qui leur correspondent. Le document XML est lu à partir d’un flux de classe MDYDLR,QSXW6WUHDP, ce qui permet d’accéder à des sources de données variées, comme des fichiers ou des données en mémoire. Notez aussi que deux des classes d’exceptions contrôlées   qui peuvent être déclenchées par DOM sont ici détournées sous forme d’exceptions de classe MDYDLR,2([FHSWLRQ  . Ceci a pour effet de simplifier la gestion des exceptions dans les traitements qui font appel aux méthodes OLUH;0/, OLUH8WLOLVDWHXUV;0/ et OLUH0HVVDJHV;0/, puisque seule la classe MDYDLR,2([FHSWLRQ apparaît dans la clause WKURZV de ces méthodes   . POUR ALLER PLUS LOIN Garder la trace de l’exception originale Depuis Java 1.4, il est possible de chaîner une exception avec une autre grâce à la méthode LQLW&DXVH ajoutée à la classe MDYDODQJ7KURZDEOH, dont hérite toute classe d’exception. Cette méthode prend en paramètre l’exception qui est l’origine du déclenchement d’une autre exception. Cette fonctionnalité permet de garder la trace de l’exception originale quand une exception est détournée sous forme d’une exception d’une autre classe  . Ainsi, l’instruction : WKURZQHZ,2([FHSWLRQ H[JHW0HVVDJH 

pourra s’écrire ainsi : ,2([FHSWLRQH[ QHZ,2([FHSWLRQ H[JHW0HVVDJH  H[LQLW&DXVH H[  WKURZH[

L’exception chaînée à une autre s’obtient en appelant la méthode JHW&DXVH.

Afficher les utilisateurs d’un document XML POUR ALLER PLUS LOIN XSLT Traiter les informations d’un document XML dans le but d’obtenir un autre texte, comme dans l’application ci-contre, peut s’effectuer aussi en transformant le document XML avec une feuille de style XSLT (Extensible Stylesheet Language Transformation) et les classes du paquetage MDYD[[POWUDQVIRUP.

306

L’application

suivante recherche les utilisateurs du document à l’aide de la classe FRPHWHNVIRUXP$QDO\VHXU;0/)RUXP, puis les affiche en faisant appel implicitement à la méthode WR6WULQJ redéfinie dans la classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU. XWLOLVDWHXUV[PO

EXEMPLE com/eteks/test/AfficherUtilisateursXML.java SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWFRPHWHNVIRUXP  LPSRUWMDYDLR  LPSRUWMDYDXWLO  FODVV$IILFKHU8WLOLVDWHXUV;0/ ^

© Groupe Eyrolles, 2004

,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH  QHZ)LOH,QSXW6WUHDP XWLOLVDWHXUV[PO 

3

Ouverture d’un flux de lecture sur le fichier XWLOLVDWHXUV[PO.

$QDO\VHXU;0/)RUXPDQDO\VHXU;0/ QHZ$QDO\VHXU;0/)RUXP  (QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXPXWLOLVDWHXUV DQDO\VHXU;0/OLUH8WLOLVDWHXUV;0/ IOX[/HFWXUH 

3

Analyse des utilisateurs du document XML.

6WULQJWH[WH  IRU ,WHUDWRULW XWLOLVDWHXUVLWHUDWRU LWKDV1H[W  WH[WH ?XFILWQH[W ?Q MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOWH[WH  ` FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^ MDYD[VZLQJ-2SWLRQ3DQHVKRZ0HVVDJH'LDORJ QXOOH[  ` 6\VWHPH[LW   ` `

3

Construction d’un texte avec tous les utilisateurs trouvés.

Pour le fichier XWLOLVDWHXUV[PO suivant, on obtient la figure 14-4. EXEMPLE utilisateurs.xml "[POYHUVLRQ "! XWLOLVDWHXUV! XWLOLVDWHXUSVHXGRQ\PH PRGHUDWHXUDXWRULVDWLRQ 0! XWLOLVDWHXUSVHXGRQ\PH 7KRPDVDXWRULVDWLRQ 8! XWLOLVDWHXUV!

Figure 14–4 Application FRPHWHNV WHVW.$IILFKHU8WLOLVDWHXUV;0/

En résumé... Ce chapitre vous a présenté les deux grandes catégories de classes utilisées pour analyser un document XML : SAX et DOM. Ces deux API qui fonctionnent très différemment l’une de l’autre couvrent l’essentiel des besoins pour exploiter les informations d’un document XML.

© Groupe Eyrolles, 2004

307

14 – Échanger des informations avec XML

SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ WU\ ^

Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

15 SOMMAIRE

B Gestion des animations B Programmation des threads B Intégration d’un chat au forum B Synchronisation du chat MOTS-CLÉS

B Timer B Thread B start B run B chat B applet B synchronized B wait B notify

Comme tous les systèmes d’exploitation actuels, la machine virtuelle Java est capable d’exécuter plusieurs tâches simultanément, par exemple pour effectuer des animations ou pour lancer des traitements indépendants les uns des autres. Ce chapitre montre les différentes façons d’exploiter ces fonctionnalités multitâches, notamment dans le but de rendre réactive l’interface utilisateur d’une applet de chat.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

B.A.-BA Tâche, thread et processus Une tâche ou un thread en Java est qualifié de processus léger. Ce terme désigne un traitement qui est exécuté en parallèle avec d’autres traitements au sein d’un même programme, qualifié quant à lui de processus lourd. Le terme thread est préféré en Java car il fait référence à la classe MDYDODQJ7KUHDG qui lui correspond. À un processus lourd correspond la classe MDYDODQJ3URFHVV.

Le principe de la programmation multitâche est le suivant : dans la plupart des cas, l’ordinateur de l’utilisateur ne possède qu’un seul microprocesseur. Cela implique qu’il ne peut y avoir, à un instant donné, qu’une seule tâche (ou thread) en cours d’exécution, les autres tâches étant mises en attente. Le système est ainsi obligé de partager le temps d’exécution entre les différents threads, en leur octroyant chacun leur tour un petit temps d’exécution du processeur (quelques millisecondes). On obtient ainsi l’illusion que tous les threads fonctionnent simultanément. Nous allons dans ce chapitre montrer comment programmer des tâches indépendantes dans une applet de chat pour que son interface utilisateur ne soit pas bloquée par les temps d’accès au réseau.

Gestion d’animations avec la classe javax.swing.Timer Les listeners qui « écoutent » des événements sont expliqués au chapitre 10.

API JAVA Classes java.util.Timer et java.util.TimerTask Le paquetage MDYDXWLO contient les deux classes 7LPHU et 7LPHU7DVN, qui offrent des fonctionnalités équivalant au couple MDYD[VZLQJ7LPHU et MDYDDZWHYHQW$FWLRQ/LVWHQHU.

La classe MDYD[VZLQJ7LPHU est le moyen le plus simple de créer des animations qui soient mises à jour régulièrement. Le constructeur de cette classe fonctionne en requérant un laps de temps en millisecondes et un listener qui implémente l’interface MDYDDZWHYHQW$FWLRQ/LVWHQHU. Appelée chaque fois que le laps de temps spécifié s’est écoulé, la méthode DFWLRQ3HUIRUPHG du listener est implémentée avec les instructions mettant à jour l’animation. API JAVA Méthodes les plus utiles de la classe javax.swing.Timer Description

Méthode

Démarrage, arrêt et redémarrage du timer SXEOLFYRLGVWDUW

SXEOLFYRLGVWRS SXEOLFYRLGUHVWDUW

Changement du laps de temps

SXEOLFYRLGVHW'HOD\ LQW GHOD\

Par l’exemple : afficher les nouvelles L’applet de classe FRPHWHNVWHVW$SSOHW1RXYHOOHV fait défiler verticalement et en boucle un texte affiché dans une instance de MDYD[VZLQJ-/DEHO, la mise à jour de l’animation étant assurée toutes les 50 millisecondes par un timer. Comme cette applet gère une animation, ses méthodes VWDUW et VWRS appelées lors de l’affichage de l’applet et au moment de sa disparition sont redéfinies pour démarrer  et arrêter  le timer utilisé pour mettre à jour l’animation.

310

© Groupe Eyrolles, 2004

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW LPSRUWMDYDDZWHYHQW  LPSRUWMDYD[VZLQJ  

 $SSOHWGHSODoDQWYHUWLFDOHPHQWXQODEHOSDUDPHWUDEOH   SXEOLFFODVV$SSOHW1RXYHOOHVH[WHQGV-$SSOHW ^

Champ mémorisant le timer démarré et arrêté dans les méthodes VWDUW et VWRS de l’applet.

SULYDWH7LPHUWLPHU

3

SXEOLFYRLGLQLW ^

3

Point d’entrée de l’applet : méthode appelée lors du chargement de l’applet.

ILQDO-/DEHOWH[WH QHZ-/DEHO JHW3DUDPHWHU WH[WH 

3

Création d’un label utilisant le paramètre WH[WH.

WH[WHVHW/RFDWLRQ JHW+HLJKW  WH[WHVHW6L]H WH[WHJHW3UHIHUUHG6L]H 

3

Positionnement du label en bas de l’applet avec calcul de sa taille « préférée ».

JHW&RQWHQW3DQH VHW/D\RXW QXOO  JHW&RQWHQW3DQH DGG WH[WH 

3

Annulation du layout de l’applet pour pouvoir déplacer le label pendant l’animation.

$FWLRQ/LVWHQHUWLPHU/LVWHQHU QHZ$FWLRQ/LVWHQHU ^ SXEOLFYRLGDFWLRQ3HUIRUPHG $FWLRQ(YHQWHY ^

3

Création d’un listener mettant à jour la position verticale du label WH[WH.

LQW\ WH[WHJHW< 

3

Récupération de la position vertical du label.

LI \WH[WHJHW+HLJKW \ JHW+HLJKW  HOVH

3

Si tout le texte a défilé, le label est repositionné en bas de l’applet.

\ WH[WHVHW/RFDWLRQ WH[WHJHW; \  ` `

3

Sinon le label est déplacé d’un pixel vers le haut.

WKLVWLPHU QHZ7LPHU WLPHU/LVWHQHU  `

3

Création du timer appelé toutes les 50 millisecondes (ce qui correspond à 20 images/ seconde).

SXEOLFYRLGVWDUW ^

3

Méthode appelée à l’affichage de l’applet.

WKLVWLPHUVWDUW  `

3

Démarrage de l’animation.

SXEOLFYRLGVWRS ^

3

Méthode appelée à l’arrêt de l’applet.

WKLVWLPHUVWRS  ` `

3

Arrêt de l’animation.

© Groupe Eyrolles, 2004

311

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

EXEMPLE com/eteks/test/AppletNouvelles.java

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

La classe d’applet FRPHWHNVWHVW$SSOHW1RXYHOOHV fait défiler verticalement le texte contenu dans le paramètre WH[WH. Le fichier HTML $SSOHW1RXYHOOHVKWPO utilise un texte HTML pour l’animation. EXEMPLE bin/AppletNouvelles.html KWPO!WLWOH!1RXYHOOHV-DYDWLWOH!KHDG!ERG\! /HVGHUQL HJUDYHUHVQRXYHOOHVEU! DSSOHWFRGH FRPHWHNVWHVW$SSOHW1RXYHOOHVZLGWK  KHLJKW FRGHEDVH FODVVHV! SDUDPQDPH WH[WH YDOXH KWPO!K!6ZLQJHQFRUHSOXVIDFLOHK! 6DYLH]YRXVTXHOHFRPSRVDQWFRGH!MDYD[VZLQJ-/DEHO FRGH!EU! SHUPHWG DIILFKHUGHVWH[WHVDXIRUPDW+70/"EU! K!/HSURJUDPPHXUPDVTX HDFXWHDHQFRUHV HDFXWHYL K! 'DQVODQXLWGHPHUFUHGL DJUDYHMHXGLOHSURJUDPPHXU PDVTX HDFXWHEU! DHQYR\ HDFXWHXQVSDPFRQWHQDQWOHWH[WH L!9LYH-DYDL!KWPO!! S!6DQVDKUHI KWWSMDYDVXQFRPJHWMDYD!-DYDD! OHVQRXYHOOHVVRQWWHOOHPHQWSOXVWULVWHVS! DSSOHW!ERG\!KWPO!

Figure 15–1 Applet FRPHWHNVWHVW$SSOHW1RXYHOOHV

Programmation d’un thread avec la classe java.lang.Thread La classe MDYDODQJ7KUHDG permet de créer un traitement dans un thread indépendant par rapport au thread principal lancé au démarrage de la JVM. UXQ, VWDUW et VOHHS sont les méthodes les plus utilisées de cette classe. Instructions exécutées par un thread

B

SXEOLFYRLGUXQ

La méthode UXQ doit être redéfinie dans une sous-classe de MDYDODQJ7KUHDG en précisant les instructions du traitement à exécuter dans un thread séparé. Démarre un thread puis exécute la méthode UXQ dans le nouveau thread.

B

SXEOLFYRLGVWDUW

La méthode VWDUW est appelée pour démarrer un thread et exécuter les instructions implémentées dans sa méthode UXQ en parallèle avec les autres threads. Arrête le thread en cours d’exécution pendant la durée donnée en paramètre.

B

SXEOLFVWDWLFYRLGVOHHS ORQJ PLOOLV WKURZV MDYDODQJ,QWHUUXSWHG([FHSWLRQ

La méthode VOHHS est appelée pour arrêter le thread en cours d’exécution pendant un laps de temps donné en millisecondes. 312

© Groupe Eyrolles, 2004

Évitez de recourir à une boucle d’attente comme : IRU LQWL LL 

pour laisser s’écouler le temps dans un programme. Une telle boucle a une durée très variable d’une machine à l’autre et peut dégrader la réactivité du système. Préférez-lui la méthode de classe VOHHS ; l’appel à cette méthode vous oblige à prendre en compte l’exception contrôlée de classe MDYDODQJ,QWHUUXSWHG([FHSWLRQ qu’elle peut déclencher, mais c’est bien la seule difficulté d’utilisation de cette méthode.

WU\ ^ $UUrWSHQGDQWVHFRQGH 7KUHDGVOHHS   ` FDWFK ,QWHUUXSWHG([FHSWLRQH[ ^ $UUrWGXWKUHDGLQWHUURPSX `

La méthode VOHHS est souvent utilisée pour gérer l’attente entre deux mises à jour d’une animation. Pour programmer une animation qui requiert un délai fixe entre deux mises à jour, préférez-lui la classe MDYD[VZLQJ7LPHU : cette classe évite de prendre en compte le temps que dure la mise à jour de l’animation, avec les appels à la méthode FXUUHQW7LPH0LOOLV de la classe MDYDODQJ6\VWHP que cela implique.

Implémenter la méthode run Les instructions d’un thread doivent être implémentées dans la méthode UXQ, soit dans une sous-classe de MDYDODQJ7KUHDG, soit dans une classe qui implémente l’interface MDYDODQJ5XQQDEOH.

ATTENTION Démarrez un thread avec start Il faut appeler la méthode VWDUW pour démarrer un thread, pas la méthode UXQ. Si vous appelez la méthode UXQ directement, les instructions de cette méthode seront exécutées dans le thread en cours d’exécution et non dans un thread séparé.

Une application peut lancer autant de threads qu’elle le désire et les instructions d’un thread peuvent utiliser toutes les données du programme accessibles dans la méthode UXQ. Implémenter la méthode run avec une sous-classe de java.lang.Thread Le moyen le plus simple d’exécuter un ensemble d’instructions dans un thread séparé est d’utiliser une sous-classe anonyme de MDYDODQJ7KUHDG, qui prend la forme suivante : 7KUHDGXQ7KUHDG QHZ7KUHDG ^

3

Définition d’une sous-classe anonyme de MDYDODQJ7KUHDG dont l’instance est affectée à la variable XQ7KUHDG.

SXEOLFYRLGUXQ  ^

3

Redéfinition de la méthode UXQ de la classe MDYDODQJ7KUHDG.

,QVWUXFWLRQVjH[pFXWHU `

3

Traitement à exécuter dans un thread indépendant.

`

3

Fin de la classe anonyme.

XQ7KUHDGVWDUW 

3

Démarrage du thread.

© Groupe Eyrolles, 2004

313

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

REGARD DU DÉVELOPPEUR Du bon usage de la méthode sleep

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Implémenter la méthode run avec l’interface java.lang.Runnable L’autre moyen de décrire le traitement exécuté par un autre thread est d’utiliser une classe qui implémente l’interface MDYDODQJ5XQQDEOH. Pour exécuter dans un thread séparé les instructions de la méthode UXQ d’une telle classe, il faut créer une instance de MDYDODQJ7KUHDG en passant à son constructeur un objet de cette classe, puis appeler la méthode VWDUW sur ce nouveau thread.

API JAVA Interface java.lang.Runnable L’interface MDYDODQJ5XQQDEOH contient uniquement la méthode SXEOLF YRLG UXQ . La méthode UXQ de la classe MDYDODQJ7KUHDG provient en fait de l’interface 5XQQDEOH qu’implémente cette classe.

SDFNDJHFRPHWHNVWHVW FODVV&ODVVH5XQQDEOHLPSOHPHQWV5XQQDEOH ^ &KDPSVHWPpWKRGHVGHODFODVVH

Implémentation de l’unique méthode UXQ de l’interface MDYDODQJ5XQQDEOH.

B

SXEOLFYRLGUXQ  ^ ,QVWUXFWLRQVjH[pFXWHUGDQVXQWKUHDGLQGpSHQGDQW ` ` FODVV$SSOLFDWLRQ0XOWL7KUHDG ^ SXEOLFVWDWLFYRLGPDLQ 6WULQJ>@DUJV ^ &ODVVH5XQQDEOHREM QHZ&ODVVH5XQQDEOH 

Création d’un thread avec un objet dont la classe implémente MDYDODQJ5XQQDEOH.

B

7KUHDGXQ7KUHDG QHZ7KUHDG REM 

Démarrage du nouveau thread.

B

XQ7KUHDGVWDUW  $XWUHVLQVWUXFWLRQVGXWKUHDGSULQFLSDOODQFpSDUOD-90 ` `

Ajout d’un module de chat au forum de discussion B.A.-BA Chat Un chat permet de dialoguer en direct avec plusieurs personnes. À la différence d’un forum de discussion, l’interface utilisateur d’un chat se charge elle-même de mettre à jour la liste de tous les messages postés par les participants au chat.

314

Voyons à présent coment ajouter un module de chat au forum dont l’interface utilisateur est réalisée avec une applet. Cette applet exécutée dans le navigateur de chaque participant au chat fait appel à un ensemble de pages JSP du serveur Web pour lui envoyer chaque nouveau message, obtenir la liste des derniers messages et la liste des participants au chat. Les appels à ces pages, qui peuvent être ralentis par le temps d’accès au serveur, sont programmés dans des threads séparés de façon que l’interface utilisateur soit plus réactive.

© Groupe Eyrolles, 2004

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

REGARD DU DÉVELOPPEUR Programmation multithread et Swing La mise à jour des composants à l’écran et l’appel aux listeners de votre programme quand un événement survient, sont gérés par un thread propre à AWT et Swing. Ce thread est lancé par la JVM aussitôt que ces bibliothèques sont utilisées à l’exécution d’un programme Java. Même si Swing a ses propres threads, il existe des cas où il est nécessaire de créer des threads personnalisés avec cette bibliothèque : si vous programmez une longue opération dans une méthode d’un listener comme DFWLRQ3HUIRUPHG, vous risquez de retarder à l’exécution la mise à jour des composants à l’écran et la réaction aux événements provoqués ultérieurement. Si l’attente se prolonge, ce type de programmation donne l’impression à l’utilisateur que l’application n’est pas réactive ou bloquée, ce que tente d’éviter l’applet de chat.

Interaction entre l’applet de chat et les pages JSP Comme le montre la figure 15-2, l’interface utilisateur de l’applet de chat couvre les deux fonctions principales d’un chat : la saisie et l’affichage des messages postés par les participants au chat. Serveur Web

Navigateur + Applet  Aucune valeur retournée

chat/annoncerarrivee.jsp





chat/lireparticipants.jsp



...

Navigateur + Applet

chat/liremessages.jsp



...?texte=message

Aucune valeur retournée

chat/ajoutermessage.jsp

 Aucune valeur retournée

chat/annoncerdepart.jsp

Figure 15–2 Interaction entre l’applet de chat et le serveur Web

© Groupe Eyrolles, 2004

315

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Pendant son exécution, l’applet a recours à cinq pages JSP du serveur pour assurer ses fonctionnalités : 1 Lors de son lancement, l’applet fait appel à la page FKDW DQQRQFHUDUULYHHMVS  pour ajouter l’utilisateur à la liste des participants du chat et annoncer son arrivée aux autres participants du chat. L’applet affiche ensuite la liste des participants renvoyés par la page FKDW OLUHSDUWLFLSDQWVMVS , puis lance un thread pour lire les messages et les afficher. Tant que l’applet est en marche, ce thread fait appel en boucle à la page FKDWOLUHPHVVDJHVMVS  pour obtenir la liste des nouveaux messages, puis attend une seconde avant de recommencer. 2 Une fois l’applet lancée, l’utilisateur peut saisir des messages dans le champ de saisie, qui sont envoyés au serveur aussitôt qu’il appuie sur la touche Entrée (retour chariot). Le texte de chaque message est transmis au serveur en faisant appel à la page FKDWDMRXWHUPHVVDJHMVS  qui le mémorise sur le serveur afin que la page FKDWOLUHPHVVDJHVMVS puisse le retransmettre à tous les participants. 3 À l’arrêt de l’applet, la page FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS  est finalement appelée pour retirer l’utilisateur de la liste des participants du chat et annoncer son départ aux autres participants.

Composants JavaBeans du serveur pour le chat L’ensemble des messages du chat et la liste des participants sont stockés par des objets de portée DSSOLFDWLRQ pour pouvoir être partagés entre tous les utilisateurs et les pages du chat. Le mode de fonctionnement du chat reproduit celui des chats disponibles sur Internet, proposant en général d’afficher uniquement les messages créés depuis la connexion d’un utilisateur sans possibilité de remonter dans l’historique avant connexion. Ces listes n’ont donc pas besoin d’être sauvegardées dans la base de données et restent en mémoire.

Les classes des messages, des participants et des ensembles correspondants sont les mêmes classes que celles utilisées dans le forum, c’est-à-dire les classes 0HVVDJH)RUXP, 8WLOLVDWHXU)RUXP, (QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP et (QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP du paquetage FRPHWHNVIRUXP. Ces classes sont définies dans les chapitres 6 « Les classes de base de la bibliothèque Java », 7 « Abstraction et interface » et 11 « Connexion à la base de données avec JDBC ».

Ensemble des messages du chat La liste des messages est stockée par l’objet PHVVDJHV&KDW de classe FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP. Cet objet est déclaré dans le fichier :(%,1)MVSIEHDQPHVVDJHVFKDWMVSI, inclus dans les pages qui doivent accéder à l’ensemble des messages. CHAT WEB-INF/jspf/bean/messageschat.jspf

Déclaration de l’objet PHVVDJHV&KDW de portée DSSOLFDWLRQ.

316

B

MVSXVH%HDQLG PHVVDJHV&KDWVFRSH DSSOLFDWLRQ FODVV FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXP!

© Groupe Eyrolles, 2004

La classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP est utilisée comme composant JavaBeans pour mémoriser chaque message du chat, leur sujet n’étant pas utilisé ici.

Ensemble des participants au chat L’ensemble des participants est stocké dans l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW de classe FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP. L’objet XWLOLVDWHXU)RUXP d’un utilisateur y est ajouté quand il accède au chat puis en est retiré quand il quitte le chat. L’objet SDUWLFLSDQWV&KDW est déclaré dans le fichier :(%,1) MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI qui est inclus dans les pages devant accéder à l’ensemble des participants.

L’objet XWLOLVDWHXU)RUXP de portée VHVVLRQ représente chaque utilisateur du forum. Il est déclaré dans le fichier :(%,1)MVSIEHDQ XWLOLVDWHXUIRUXPMVSI, décrit au chapitre 13 « Interface utilisateur du forum ».

CHAT WEB-INF/jspf/bean/participantschat.jspf MVSXVH%HDQLG SDUWLFLSDQWV&KDWVFRSH DSSOLFDWLRQ FODVV FRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXP!

3

Déclaration de l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW de portée DSSOLFDWLRQ

3

Déclaration de l’objet GDWH/HFWXUH 0HVVDJHV&KDW de portée VHVVLRQ

Date de la dernière lecture des messages Pour éviter d’envoyer la liste de tous les messages à chaque fois que l’applet demande une mise à jour du chat, on associe à chaque participant un objet GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDW de portée VHVVLRQ qui mémorise la date de sa dernière requête de lecture des messages. CHAT WEB-INF/jspf/bean/datelecturemessageschat.jspf MVSXVH%HDQLG GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDWVFRSH VHVVLRQ FODVV MDYDXWLO'DWH!

Pages JSP de gestion du chat Les cinq pages propres au module de chat utilisent les objets décrits précédemment pour gérer les messages et les accès au chat d’un utilisateur du forum.

Arrivée d’un utilisateur dans le chat La page FKDWDQQRQFHUDUULYHHMVS est appelée au lancement de l’applet d’un utilisateur pour ajouter cet utilisateur à l’ensemble des participants au chat  et créer automatiquement un message qui signale son arrivée en faisant appel à la page FKDWDMRXWHUPHVVDJHMVS .

© Groupe Eyrolles, 2004

317

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

Message du chat

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

CHAT chat/annoncerarrivee.jsp Balise SDJH spécifiant le paquetage à importer.

B

#SDJHLPSRUW MDYDXWLO !

Inclut les objets décrits dans les fichiers du sousdossier :(%,1)MVSIEHDQ.

B

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQGDWHOHFWXUHPHVVDJHVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI!

Ajout de l’utilisateur à l’ensemble des participants.

B

SDUWLFLSDQWV&KDWDMRXWHU XWLOLVDWHXU)RUXP !

Initialisation de l’objet GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDW avec la date du moment.

B

GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDWVHW7LPH QHZ'DWH JHW7LPH !

Transfert du contrôle à la page DMRXWHUPHVVDJHMVS.

B

MVSIRUZDUGSDJH DMRXWHUPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH WH[WHYDOXH  $UULY?XHH!! MVSIRUZDUG!

Cette page modifie aussi l’objet GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDW de l’utilisateur en lui affectant la date du moment  : cette opération permet à la page de lecture des messages, FKDWOLUHPHVVDJHVMVS, de n’envoyer à l’utilisateur que les messages de PHVVDJHV&KDW ajoutés après son arrivée.

ASTUCE Tester les pages JSP Même si certaines des pages JSP utilisées par le chat ne renvoient pas de texte (comme la page DQQRQFHUDUULYHHFKDWMVS), il est important de pouvoir les tester individuellement pendant leur mise au point. Ainsi, si vous saisissez directement l’URL de la page JSP dans le champ d’adresse du navigateur (par exemple, http://127.0.0.1:8080/ forum/chat/annoncerarrivee.jsp), le serveur vous répondra par un texte d’erreur s’il n’a pas réussi à interpréter ou exécuter la page.

REGARD DU DÉVELOPPEUR Servlet ou JSP, que choisir ? Les pages JSP du chat ne font pas de mise en page et auraient très bien pu être développées sous forme de servlets. Les pages JSP ont été utilisées ici principalement par souci de concision et parce que les balises MVSXVH%HDQ sont plus simples à programmer que leur code équivalent dans une servlet qui utilise des attributs (ouvrez un fichier MDYD équivalent à une page JSP et vous pourrez comparer par vous-même !).

Lecture des participants au chat La page FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS peut être appelée à tout moment pour obtenir du serveur la liste des participants au chat. Cette page renvoie un document XML   d’élément racine XWLOLVDWHXUV  qui décrit les utilisateurs participant au chat avec leur élément XWLOLVDWHXU correspondant . CHAT chat/lireparticipants.jsp Prologue XML.

B

"[POYHUVLRQ "!

Balise SDJH spécifiant le type MIME de XML avec l’encodage 87).

B

#SDJHFRQWHQW7\SH DSSOLFDWLRQ[POFKDUVHW 87) LPSRUW FRPHWHNVIRUXP FRPHWHNVRXWLOV MDYDXWLO !

Inclut l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW.

B

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI!

Balise de début de l’élément racine.

B

XWLOLVDWHXUV!

Énumération des participants au chat.

B

IRU ,WHUDWRULW SDUWLFLSDQWV&KDWLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^ 8WLOLVDWHXU)RUXPSDUWLFLSDQW  8WLOLVDWHXU)RUXP LWQH[W !

318

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Création d’un élément XWLOLVDWHXU avec ses attributs SVHXGRQ\PH et DXWRULVDWLRQ

XWLOLVDWHXUV!

3

Balise de fin de l’élément racine.

Comme un attribut XML ne doit pas contenir un des symboles  , notez que la méthode FRQYHUWLU(Q(QWLWHV de la classe FRPHWHNVRXWLOV 2XWLOV&KDLQH est appelée sur le pseudonyme de l’utilisateur  pour convertir, si besoin est, ces caractères en leur entité respective.

Les éléments et les attributs XML retenus pour échanger des informations entre le serveur et les clients du module de chat sont décrits dans la DTD IRUXPGWG donnée à la fin du chapitre 14 « Échanger des informations avec XML ».

Lecture des messages du chat La page FKDWOLUHPHVVDJHVMVS est appelée régulièrement par l’applet pour obtenir du serveur les derniers messages ajoutés au chat, sous forme d’un document XML d’élément racine PHVVDJHV. CHAT chat/liremessages.jsp "[POYHUVLRQ "!

3

Prologue XML.

#SDJHFRQWHQW7\SH DSSOLFDWLRQ[POFKDUVHW 87) LPSRUW FRPHWHNVIRUXP FRPHWHNVRXWLOV MDYDXWLO !

3

Balise SDJH spécifiant le type MIME de XML avec l’encodage 87).

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQPHVVDJHVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQGDWHOHFWXUHPHVVDJHVFKDWMVSI!

3

Inclut les objets décrits dans les fichiers du sousdossier :(%,1)MVSIEHDQ.

PHVVDJHV!

3

Balise de début de l’élément racine.

IRU ,WHUDWRULW PHVVDJHV&KDWLWHUDWRU LWKDV1H[W   ^ 0HVVDJH)RUXPPHVVDJH  0HVVDJH)RUXP LWQH[W  'DWHGDWH0HVVDJH PHVVDJHJHW'DWH&UHDWLRQ 

3

Énumération des messages du chat.

LI GDWH0HVVDJHDIWHU GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDW  ^!

3

Si la date du message est postérieure à la date de dernière lecture...

PHVVDJHGDWH&UHDWLRQ  GDWH0HVVDJHJHW7LPH ! DXWHXU  2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q(QWLWHV PHVVDJHJHW$XWHXU !!  2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q(QWLWHV PHVVDJHJHW7H[WH ! PHVVDJH! ` `

3

... création d’un élément PHVVDJH avec ses attributs GDWH&UHDWLRQDXWHXU et ses données textuelles représentant le texte du message.

GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDWVHW7LPH 6\VWHPFXUUHQW7LPH0LOOLV !

3

Modification de l’objet GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDW avec la date du moment.

PHVVDJHV!

3

Balise de fin de l’élément racine.

Pour éviter d’envoyer la liste de tous les messages à chaque requête de l’applet de chat, cette page utilise l’objet GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDW propre à chaque utilisateur (grâce à sa portée VHVVLRQ) afin de ne lui envoyer que les nouveaux messages postés depuis sa dernière requête. © Groupe Eyrolles, 2004

319

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

XWLOLVDWHXU SVHXGRQ\PH  2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q(QWLWHV  SDUWLFLSDQWJHW3VHXGRQ\PH ! DXWRULVDWLRQ  SDUWLFLSDQWJHW$XWRULVDWLRQ !! `!

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Au cours de l’énumération sur l’ensemble des messages , seuls les messages postérieurs à cette date  sont donc renvoyés sous la forme d’un élément PHVVDJH . Une fois l’énumération terminée, l’objet GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDW est mis à jour avec la date du moment .

ATTENTION Blancs typographiques introduits dans une page JSP Toutes les indentations et balises JSP isolées sur une ligne introduisent autant d’espaces ou de retours à la ligne dans la réponse. Ces espaces n’empêchent pas le document XML d’être syntaxiquement correct, excepté pour le prologue XML, qui doit apparaître au tout début du fichier JSP pour ne pas poser de problème aux analyseurs XML.

Ajout d’un message dans le chat La page FKDWDMRXWHUPHVVDJHMVS est appelée par l’applet pour transmettre au serveur le texte des messages rédigés par l’utilisateur. Les pages FKDW DQQRQFHUDUULYHHMVS et FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS y font aussi appel pour créer automatiquement un message qui annonce l’arrivée ou le départ d’un participant du chat. CHAT chat/ajoutermessage.jsp

Balise SDJH spécifiant le paquetage à importer.

B

#SDJHLPSRUW FRPHWHNVIRUXP MDYDXWLO !

Inclut les objets décrits dans les fichiers du sousdossier :(%,1)MVSIEHDQ.

B

#LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQPHVVDJHVFKDWMVSI!

Énumération des messages du chat.

B

IRU ,WHUDWRULW PHVVDJHV&KDWLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^ 0HVVDJH)RUXPPHVVDJH  0HVVDJH)RUXP LWQH[W 

Si le message date de plus de 5 minutes...

B

LI 6\VWHPFXUUHQW7LPH0LOOLV  PHVVDJHJHW'DWH&UHDWLRQ JHW7LPH ! 

... suppression du message.

B

LWUHPRYH  `!

Création d’un message avec le texte en paramètre de la requête.

B

MVSXVH%HDQLG PHVVDJHFODVV FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP! MVSVHW3URSHUW\QDPH PHVVDJHSURSHUW\  !

Modification de l’auteur.

B

PHVVDJHVHW$XWHXU XWLOLVDWHXU)RUXP ! MVSXVH%HDQ!

Ajout du message à l’ensemble des messages.

B

PHVVDJHV&KDWDMRXWHU PHVVDJH !

Cette page crée un objet de classe FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP  initialisé avec le texte reçu en paramètre  puis l’ajoute à l’ensemble des messages du chat . Avant cela, les messages qui ont plus de 5 minutes  (5 minutes = 5 × 60 × 1 000 millisecondes) sont supprimés de l’ensemble PHVVDJHV&KDW, pour qu’ils puissent être détruits par le ramasse-miettes de la JVM. Comme les messages sont lus presque instantanément par les applets, il est inutile de stocker en mémoire des messages qui ont déjà été renvoyés aux applets connectées ; la marge (arbitraire) de 5 minutes permet de tolérer les éventuelles coupures de connexion Internet qui retarderaient la lecture des messages.

320

© Groupe Eyrolles, 2004

La page FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS est appelée lors de l’arrêt de l’applet d’un utilisateur pour retirer ce dernier de l’ensemble des participants au chat  et créer automatiquement un message signalant son départ . CHAT chat/annoncerdepart.jsp #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI!

3

Inclut les objets décrits dans les fichiers du sousdossier :(%,1)MVSIEHDQ.

SDUWLFLSDQWV&KDWVXSSULPHU XWLOLVDWHXU)RUXP !

3

Suppression de l’utilisateur de l’ensemble des participants.

MVSIRUZDUGSDJH DMRXWHUPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH WH[WHYDOXH  '?XHSDUW!! MVSIRUZDUG!

3

Transfert du contrôle à la page DMRXWHUPHVVDJHMVS.

Interface utilisateur du chat L’interface utilisateur du chat est réalisée sous la forme d’une applet incluse dans une page JSP. Cette applet de classe FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW met en page une zone de texte de classe MDYD[VZLQJ-7H[W$UHD  affichant la liste des messages du chat et un composant de classe MDYD[VZLQJ-7H[W)LHOG  pour la saisie de nouveaux messages. On accède aux pages JSP du serveur décrites précédemment au moyen des cinq méthodes, DQQRQFHU$UULYHH , OLUH3DUWLFLSDQWV , OLUH0HVVDJHV , HQYR\HU0HVVDJH et DQQRQFHU'HSDUW

, de la classe $SSOHW&KDW. Figure 15–3 Interface utilisateur du chat

CHAT com/eteks/forum/AppletChat.java SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDDZW  LPSRUWMDYDDZWHYHQW  LPSRUWMDYD[VZLQJ  LPSRUWMDYDQHW  LPSRUWMDYDLR  LPSRUWMDYDXWLO  LPSRUWMDYDWH[W  SXEOLFFODVV$SSOHW&KDWH[WHQGV-$SSOHW ^ SULYDWH-7H[W$UHDWH[WH0HVVDJHV QHZ-7H[W$UHD  SULYDWH-6FUROO3DQHSDQQHDX$VFHQVHXU QHZ-6FUROO3DQH WH[WH0HVVDJHV  SULYDWH-/DEHOODEHO0HVVDJH QHZ-/DEHO (QFRXUVGHFRQQH[LRQ  SULYDWH-7H[W)LHOGVDLVLH0HVVDJH QHZ-7H[W)LHOG  

3

Création des composants Swing affichés dans l’applet.

SULYDWH'DWH)RUPDWIRUPDW+HXUH 'DWH)RUPDWJHW7LPH,QVWDQFH 

3

Format pour afficher l’heure des messages.

SULYDWH$QDO\VHXU;0/)RUXPDQDO\VHXU;0/  QHZ$QDO\VHXU;0/)RUXP 

3

Analyseur des documents XML renvoyés par les pages JSP du serveur.

© Groupe Eyrolles, 2004

321

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

Départ d’un participant du chat

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Champ utilisé pour arrêter le thread principal de l’applet.

B

SULYDWHERROHDQDUUHW$SSOHW

Point d’entrée de l’applet : Méthode appelée au chargement de l’applet.

B

SXEOLFYRLGLQLW ^

Le champ de saisie multiligne WH[WH0HVVDJHV est rendu non éditable et met automatiquement à la ligne les phrases qui excèdent la largeur du composant, mais sans couper les mots.

B

WKLVWH[WH0HVVDJHVVHW(GLWDEOH IDOVH  WKLVWH[WH0HVVDJHVVHW/LQH:UDS WUXH  WKLVWH[WH0HVVDJHVVHW:UDS6W\OH:RUG WUXH 

Ajout du label et du champ de saisie du message au panneau de saisie.

B

-3DQHOSDQQHDX6DLVLH QHZ-3DQHO QHZ%RUGHU/D\RXW  SDQQHDX6DLVLHDGG WKLVODEHO0HVVDJH%RUGHU/D\RXW:(67  SDQQHDX6DLVLHDGG WKLVVDLVLH0HVVDJH%RUGHU/D\RXW&(17(5 

Le champ de saisie est rendu invisible tant que la connexion n’est pas établie.

B

VDLVLH0HVVDJHVHW9LVLEOH IDOVH 

Utilisation pour l’applet d’un layout de classe %RUGHU/D\RXW.

B

JHW&RQWHQW3DQH VHW/D\RXW QHZ%RUGHU/D\RXW  

Ajout du panneau à ascenseurs au centre et du panneau de saisie en bas.

B

JHW&RQWHQW3DQH DGG SDQQHDX$VFHQVHXU%RUGHU/D\RXW&(17(5  JHW&RQWHQW3DQH DGG SDQQHDX6DLVLH%RUGHU/D\RXW6287+ 

Ajout du listener d’action au champ de saisie pour envoyer le message saisi au serveur.

B

VDLVLH0HVVDJHDGG$FWLRQ/LVWHQHU QHZ$FWLRQ/LVWHQHU ^ SXEOLFYRLGDFWLRQ3HUIRUPHG $FWLRQ(YHQWHY  ^

Récupération du texte saisi sans les espaces au début et à la fin.

B

6WULQJWH[WH6DLVL VDLVLH0HVVDJHJHW7H[W WULP 

Envoi du texte saisi si sa longueur n’est pas nulle.

B

LI WH[WH6DLVLOHQJWK ! HQYR\HU0HVVDJH WH[WH6DLVL 

Suppression du texte saisi dans le champ de saisie.

B

VDLVLH0HVVDJHVHW7H[W   ` `  `

Ajout du message en paramètre à la fin du champ de saisie multiligne.

B

SXEOLFYRLGDIILFKHU0HVVDJH 6WULQJPHVVDJH ^ WKLVWH[WH0HVVDJHVDSSHQG PHVVDJH?Q 

Positionnement de l’ascenseur vertical à sa position la plus basse pour visualiser le texte ajouté.

B

WKLVSDQQHDX$VFHQVHXUJHW9HUWLFDO6FUROO%DU  VHW9DOXH ,QWHJHU0$;B9$/8(  `

Affichage du message en paramètre et interdiction de saisir un nouveau message.

B

SXEOLFYRLGDIILFKHU(UUHXU 6WULQJPHVVDJH ^

Changement du texte du label et effacement du champ de saisie.

B

WKLVODEHO0HVVDJHVHW7H[W PHVVDJH  WKLVVDLVLH0HVVDJHVHW9LVLEOH IDOVH 

Ne plus continuer à lire les messages dans le thread de lecture des messages.

B

WKLVDUUHW$SSOHW WUXH `

Annonce de l’arrivée de l’utilisateur dans le chat.

B

SXEOLFYRLGDQQRQFHU$UULYHH WKURZV,2([FHSWLRQ ^

Appel de la page JSP du serveur qui annonce l’arrivée d’un utilisateur.

B

ODQFHU5HTXHWH JHW3DUDPHWHU DQQRQFHU$UULYHH  `

322

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Lecture de la liste des participants au chat.

,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH  FRQQHFWHU JHW3DUDPHWHU OLUH3DUWLFLSDQWV 

3

Connexion à la page JSP du serveur qui renvoie la liste des participants.

(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXPXWLOLVDWHXUV DQDO\VHXU;0/OLUH8WLOLVDWHXUV;0/ IOX[/HFWXUH 

3

Lecture des utilisateurs dans le document XML.

6WULQJPHVVDJH 3DUWLFLSDQWVGXFKDW IRU ,WHUDWRULW XWLOLVDWHXUVLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^ 8WLOLVDWHXUXWLOLVDWHXU  8WLOLVDWHXU LWQH[W  PHVVDJH XWLOLVDWHXUJHW3VHXGRQ\PH  `

3

Construction d’un message énumérant tous les participants.

DIILFKHU0HVVDJH PHVVDJH  `

3

Affichage de la liste des participants.

SXEOLFYRLGOLUH0HVVDJHV WKURZV,2([FHSWLRQ ^ WU\ ^

3

Lecture de la liste des messages du chat.

IRU DUUHW$SSOHW IDOVHDUUHW$SSOHW ^

3

Démarrage d’une boucle de lecture des messages.

,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH FRQQHFWHU JHW3DUDPHWHU OLUH0HVVDJHV  DIILFKHU0HVVDJHV;0/ IOX[/HFWXUH  7KUHDGVOHHS   ` `

3

À chaque tour de boucle, lecture des nouveaux messages renvoyés par la page JSP du serveur, puis arrêt du thread en cours d’exécution pendant 1 seconde.

FDWFK ,QWHUUXSWHG([FHSWLRQH[ ^ ` `

3

Exception déclenchée par le navigateur pour couper la pause du thread quand l’applet est arrêtée.

SXEOLFYRLGDIILFKHU0HVVDJHV;0/ ,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH  WKURZV,2([FHSWLRQ ^

3

Lecture de la liste des nouveaux messages dans le flux de données en paramètre.

(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXPPHVVDJHV DQDO\VHXU;0/OLUH0HVVDJHV;0/ IOX[/HFWXUH 

3

Lecture des messages dans le document XML.

IRU ,WHUDWRULW PHVVDJHVLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^ 0HVVDJHPHVVDJH  0HVVDJH LWQH[W 

3

Énumération des messages pour les ajouter dans la zone de texte multiligne.

6WULQJPHVVDJH$IILFKH IRUPDW+HXUHIRUPDW PHVVDJHJHW'DWH&UHDWLRQ PHVVDJHJHW$XWHXU PHVVDJHJHW7H[WH  DIILFKHU0HVVDJH PHVVDJH$IILFKH  ` `

3

Mise en forme du message au format KKPPVV - DXWHXU : WH[WH.

SXEOLFYRLGHQYR\HU0HVVDJH ILQDO6WULQJPHVVDJH  ^

3

Envoi du message en paramètre au serveur.

© Groupe Eyrolles, 2004

323

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

SXEOLFYRLGOLUH3DUWLFLSDQWV WKURZV,2([FHSWLRQ ^

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Création d’un thread pour envoyer le message sans bloquer l’applet.

B

7KUHDGWKUHDG(QYRL0HVVDJH QHZ7KUHDG  ^

Redéfinition de la méthode UXQ de la classe MDYDODQJ7KUHDG.

B

SXEOLFYRLGUXQ ^ WU\ ^

Ajout à la suite de la page JSP du paramètre WH[WH qui a pour valeur le message au format [ZZZIRUPXUOHQFRGHG, avec l’encodage de caractères,62 (codage par défaut des paramètres).

B

6WULQJDMRXWHU0HVVDJH$YHF7H[WH JHW3DUDPHWHU DMRXWHU0HVVDJH "WH[WH  85/(QFRGHUHQFRGH PHVVDJH,62 

Appel de la page JSP du serveur.

B

ODQFHU5HTXHWH DMRXWHU0HVVDJH$YHF7H[WH  `

Si une exception a été déclenchée suite à un problème de connexion avec le serveur, affichage d’un message d’erreur.

B

FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^ DIILFKHU(UUHXU (QYRLGXPHVVDJHLPSVVLEOH  ` ` `

Démarrage du thread.

B

WKUHDG(QYRL0HVVDJHVWDUW  `

Annonce du départ de l’utilisateur du chat.

B

SXEOLFYRLGDQQRQFHU'HSDUW WKURZV,2([FHSWLRQ ^

Appel de la page JSP du serveur qui annonce le départ d’un utilisateur.

B

ODQFHU5HTXHWH JHW3DUDPHWHU DQQRQFHU'HSDUW  `

Appel d’une page JSP relative à celle de cette applet, qui ne renvoie pas de données.

B

SXEOLFYRLGODQFHU5HTXHWH 6WULQJXUO5HODWLYH WKURZV,2([FHSWLRQ ^

Envoi de la requête au serveur sans lecture des données renvoyées.

B

,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH FRQQHFWHU XUO5HODWLYH  IOX[/HFWXUHFORVH  `

Renvoi d’un flux de données sur une page JSP relative à celle de cette applet.

B

SXEOLF,QSXW6WUHDPFRQQHFWHU 6WULQJXUO5HODWLYH  WKURZV,2([FHSWLRQ ^

Construction d’une URL relative à la page de cette applet.

B

85/XUO QHZ85/ JHW'RFXPHQW%DVH XUO5HODWLYH 

Envoi de la requête au serveur et obtention d’un flux de lecture sur les données renvoyées.

B

UHWXUQXUORSHQ6WUHDP  `

Méthode appelée à l’affichage de l’applet.

B

SXEOLFYRLGVWDUW  ^

Création d’un thread pour lire les messages en tâche de fond.

B

7KUHDGWKUHDG$SSOHW QHZ7KUHDG  ^

Redéfinition de la méthode UXQ de la classe MDYDODQJ7KUHDG.

B

SXEOLFYRLGUXQ ^ WU\ ^

Annonce de l’arrivée de l’utilisateur.

B

DQQRQFHU$UULYHH 

324

© Groupe Eyrolles, 2004

3

Modification du label et affichage du champ de saisie.

OLUH3DUWLFLSDQWV 

3

Lecture de la liste des participants au chat.

OLUH0HVVDJHV  ` FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^ DIILFKHU(UUHXU $FF?XHVLPSRVVLEOHDXVHUYHXU  ` ` ` WKUHDG$SSOHWVWDUW  ` SXEOLFYRLGVWRS  ^

3

Lecture de la liste des messages du chat.

3

Si une exception a été déclenchée suite à un problème de connexion avec le serveur, affichage d’un message d’erreur.

3

Démarrage du thread.

3

Méthode appelée à l’arrêt de l’applet.

WKLVDUUHW$SSOHW WUXH WU\ ^ DQQRQFHU'HSDUW  ` FDWFK ,2([FHSWLRQH[ ^

3

Ne plus continuer à lire les messages dans le thread de lecture des messages.

3

Annonce du départ de l’utilisateur.

H[SULQW6WDFN7UDFH  ` ` `

3

Inutile d’afficher un message d’erreur à l’utilisateur puisque l’applet n’est plus à l’écran.

Threads nécessaires au chat Des threads indépendants sont utilisés dans cette applet dans les deux circonstances suivantes : • Au moment où le navigateur affiche l’applet en appelant sa méthode VWDUW , l’applet annonce l’arrivée de l’utilisateur aux participants du chat, lit la liste des participants  puis démarre la lecture en boucle des messages . Comme cette dernière opération doit continuer tant que l’applet est à l’écran  ou tant qu’aucun problème ne survient , l’exécution de la méthode VWDUW ne peut se terminer que si la lecture des messages est effectuée dans un thread séparé. Afin que le dessin à l’écran des composants, qui est réalisé automatiquement après l’appel à VWDUW, s’effectue sans délai, toutes les opérations nécessitant l’accès au réseau sont en fait programmées dans ce thread. • Chaque fois que l’utilisateur de l’applet appuie sur la touche Entrée du clavier  dans le champ de saisie, le message qu’il a saisi doit être transmis au serveur et nécessite donc d’accéder au réseau. Pour que le thread Swing, qui est à l’origine de l’appel à la méthode DFWLRQ3HUIRUPHG, ne soit pas gêné pas cette opération, il vaut donc mieux lancer la requête sur la page JSP dans un thread séparé . © Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION Exceptions déclenchées par une méthode redéfinie Une méthode d’instance ne peut pas déclarer qu’elle est susceptible de déclencher plus de classes d’exceptions contrôlées que la méthode qu’elle redéfinit. Concrètement, vous ne pouvez déclarer avec WKURZV les exceptions contrôlées que vous ne voulez pas traiter dans une méthode redéfinie. Le cas se présente dans l’applet de chat pour sa méthode VWRS  et les méthodes UXQ de ses threads , qui interceptent ici la classe MDYDLR([FHSWLRQ.

JAVA Éviter la méthode stop pour arrêter un thread La méthode VWRS de la classe MDYDODQJ 7KUHDG est marquée GHSUHFDWHG. Pour arrêter un thread qui effectue des instructions en boucle, utilisez une valeur booléenne indiquant au thread s’il doit continuer sa tâche ou non, comme nous le faisons avec le champ DUUHW$SSOHW.

325

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

ODEHO0HVVDJHVHW7H[W 0HVVDJH  VDLVLH0HVVDJHVHW9LVLEOH WUXH 

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Gestion de l’accès aux pages JSP du serveur

La classe FRPHWHNVIRUXP$QDO\VHXU;0/)RUXP de l’analyseur XML est définie à la fin du chapitre 14 « Échanger des informations avec XML ».

POUR ALLER PLUS LOIN Interface utilisateur de l’applet L’interface utilisateur du chat présentée ici est volontairement simplifiée. Mais vous pouvez l’améliorer assez facilement en affichant par exemple la liste des participants à la droite de l’applet, dans une liste de classe MDYD[VZLQJ-/LVW, et en rafraîchissant cette liste régulièrement grâce à la page OLUHSDUWLFLSDQWVFKDWMVS. Souvenez-vous aussi que l’objet XWLOLVDWHXU)RUXP du serveur Web est associé à chaque utilisateur de l’applet et qu’il est possible d’ajouter des informations dans la classe FRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXP (ou mieux dans une classe dérivée) qui permettraient de personnaliser l’applet de chaque utilisateur (couleurs, délai de rafraîchissement...).

Les méthodes qui accèdent aux pages JSP du serveur se répartissent en deux catégories : • les méthodes DQQRQFHU$UULYHH , HQYR\HU0HVVDJH et DQQRQFHU'HSDUW qui ne font que lancer une requête vers leur page JSP respective en appelant la méthode ODQFHU5HTXHWH  sans avoir à analyser le contenu vide qui leur est renvoyé ; • les méthodes OLUH3DUWLFLSDQWV  et OLUH0HVVDJHV qui font appel à leur page JSP respective grâce à la méthode FRQQHFWHU  pour obtenir un flux de données sur les informations renvoyées par le serveur. Ce flux qui contient ici un document XML est lu et analysé par les méthodes OLUH8WLOLVDWHXUV;0/  et OLUH0HVVDJHV;0/ de l’analyseur XML, afin d’afficher à l’écran les participants au chat et leurs messages. Toutes les pages MVS nécessaires à l’applet sont décrites avec les paramètres DQQRQFHU$UULYHH, DQQRQFHU'HSDUW, DMRXWHU0HVVDJH, OLUH3DUWLFLSDQWV, OLUH0HVVDJHV de la balise DSSOHW qu’interrogent les méthodes avec la méthode JHW3DUDPHWHU. Ce paramétrage permet de modifier aisément le nom de ces pages JSP sans retoucher à l’applet, fonctionnalité utilisée dans la dernière partie de cet ouvrage consacré à la synchronisation des threads. Pour pouvoir exprimer ces pages sous forme d’URL relatives à la page FKDWMVS où la balise DSSOHW FRGH FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW ! est déclarée, la méthode FRQQHFWHU utilise le constructeur SXEOLF 85/ MDYDQHW85/ XUO MDYDODQJ6WULQJ XUO5HODWLYH de la classe MDYDQHW85/, en lui donnant en premier paramètre l’URL de la page FKDWMVS renvoyée par la méthode JHW'RFXPHQW%DVH .

REGARD DU DÉVELOPPEUR Proxy et cookie Il est très avantageux de programmer le serveur du chat sous forme de pages JSP ou de servlets, car cette technologie simplifie la programmation du serveur et la gestion des cookies qui assurent automatiquement l’identification des participants (tâches que vous auriez à programmer si vous recourriez aux sockets). De plus, si le serveur de servlets est disponible sur le port 80, comme c’est le cas d’habitude en production, vous permettrez même aux utilisateurs passant par un proxy d’utiliser le module de chat, car une applet récupère automatiquement la configuration du proxy du navigateur pour lire une URL. L’utilisation du cookie dans les requêtes envoyées par le navigateur est assurée grâce à la bibliothèque LiveConnect, intégrée dans la plupart des navigateurs pour per-

326

mettre à une applet de faire appel à des fonctionnalités JavaScript (LiveConnect n’est disponible sous Mac OS X que depuis la version 10.3.3). Pour que le serveur puisse retrouver les objets associés à la session d’un utilisateur sans LiveConnect, il faut ajouter dans l’URL elle-même une information sur la session utilisée par le serveur en remplacement du cookie. Cette information est codée en ajoutant aux fichiers des URL de la page FKDWMVS le texte MVHVVLRQLG LG6HVVLRQ, où LG6HVVLRQ est l’identifiant de session de l’utilisateur renvoyé par l’appel UHTXHVWJHW6HVVLRQ JHW,G . B http://wp.netscape.com/eng/mozilla/3.0/handbook/plugins/

© Groupe Eyrolles, 2004

La page de lancement de l’applet FKDWMVS intègre la barre de navigation du forum et la balise DSSOHW adéquate. La balise DSSOHW inclut les balises SDUDP avec les noms et les valeurs des paramètres requis par l’applet pour obtenir les pages JSP du chat. CHAT chat.jsp #SDJHHUURU3DJH HUUHXUMVS! KWPO!KHDG!WLWOH!&KDWWLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU!K!&KDWK! MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS!EU!

3

Inclut la barre de navigation.

DSSOHWFRGH FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDWFRGHEDVH FODVVHV ZLGWK KHLJKW ! SDUDPQDPH DQQRQFHU$UULYHHYDOXH FKDWDQQRQFHUDUULYHHMVS! SDUDPQDPH DQQRQFHU'HSDUWYDOXH FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS! SDUDPQDPH DMRXWHU0HVVDJHYDOXH FKDWDMRXWHUPHVVDJHMVS! SDUDPQDPH OLUH3DUWLFLSDQWVYDOXH FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS! SDUDPQDPH OLUH0HVVDJHVYDOXH FKDWOLUHPHVVDJHVMVS! S!3RXUXWLOLVHUOHFKDWYRXVGHYH]LQVWDOOHUHWDXWRULVHU DKUHI KWWSMDYDVXQFRPJHWMDYD!-DYDD!S!

3

Balise DSSOHW utilisant la classe FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW installée dans le sous-dossier FODVVHV.

3

Liste des pages JSP nécessaires à l’applet pour faire appel au serveur.

3

Message d’information affiché quand Java n’est pas installé.

DSSOHW! FHQWHU!ERG\!KWPO!

3

Fin de la balise DSSOHW.

ATTENTION Ne pas mélanger les fichiers .class Les fichiers de l’applet de chat sont téléchargés à partir du serveur pour être exécutés par le navigateur dans le contexte d’une applet. Ils doivent donc être rangés dans le dossier IRUXP FODVVHV pour être accessibles comme des fichiers MVS ou KWPO. Pour le forum, il ne faut pas les mettre dans le répertoire IRUXP:(%,1)FODVVHV, car le serveur interdit à un internaute l’accès au dossier :(%,1) d’une application Web. La commande MDYDF suivante compile la classe FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW et les classes de l’analyseur XML dont elle a besoin, en rangeant les fichiers FODVV produits dans le dossier IRUXPFODVVHV du dossier de développement : MDYDFVRXUFHSDWKVUFGIRUXPFODVVHV XVUFFRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDWMDYD

Intégration du chat au forum de discussion Il nous faut donc maintenant ajouter un lien vers la page FKDWMVS dans la barre de navigation du forum pour permettre aux utilisateurs identifiés d’utiliser le chat. Pour faire apparaître ce lien à côté du lien Nouveau sujet, on procède à la modification suivante dans la page JSP :(%,1)MVSI QDYLJDWLRQMVS (voir le chapitre 13, « Interface utilisateur du forum ») : WGDOLJQ FHQWHU! DKUHI FUHHUVXMHWMVS!1RXYHDXVXMHWD! DKUHI FKDWMVS!&KDWD! WG!

© Groupe Eyrolles, 2004

Figure 15–4

Page FKDWMVSintégrée dans le forum

327

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

Page de lancement de l’applet

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Synchronisation du module de chat Comme tous les threads d’une même JVM partagent le même espace mémoire, il peut être nécessaire d’éviter dans certains cas que les threads n’aient accès simultanément à certaines données partagées entre eux. Par exemple, si un thread est en train de modifier les éléments d’un ensemble, il ne faut pas que d’autres threads aient accès à cet ensemble tant que la modification de celui-ci n’est pas terminée. Vous aurez donc besoin de synchroniser l’accès à cet ensemble, ce que nous mettrons en pratique dans le module de chat pour résoudre des problèmes de concurrence d’accès qui peuvent survenir sur le serveur.

États d’un thread

JAVA Thread vivant Un thread dans l’état exécutable, en cours d’exécution ou bloqué est un thread vivant dont la méthode LV$OLYH renvoie WUXH.

JAVA Autres transitions Seules les méthodes UXQ, VWDUW, VOHHS et LQWHUUXSW sont représentées dans les transitions de la figure 15-5, LQWHUUXSW permettant de réveiller un thread bloqué dont le délai de repos n’est pas entièrement écoulé. Les classes MDYDODQJ7KUHDG et MDYDODQJ2EMHFW comptent d’autres méthodes liées à la synchronisation qui peuvent faire passer un thread dans l’état bloqué. Les plus utilisées sont étudiées dans la suite de ce chapitre.

Pour utiliser correctement la synchronisation, il faut tout d’abord comprendre par quels états passe un thread pendant sa durée de vie : 1 À sa création, un thread est dans l’état nouveau. 2 À l’appel de la méthode VWDUW sur un nouveau thread, celui-ci passe dans l’état exécutable en rejoignant l’ensemble des threads dans le même état et en attente d’être exécutés par le microprocesseur. 3 Un seul thread pouvant être exécuté à la fois par microprocesseur, la JVM doit élire le thread qui pourra passer dans l’état en cours d’exécution. Parmi tous les threads dans l’état exécutable, la JVM choisit celui de plus grande priorité, ou, à priorité égale, n’importe quel thread dans l’état exécutable. Un thread en cours d’exécution exécute ses instructions et garde le contrôle du microprocesseur jusqu’à ce qu’une des circonstances suivantes survienne : – Si le temps accordé au thread par le gestionnaire de tâches du système s’est écoulé, il repasse alors dans l’état exécutable, ce qui permet à d’autres threads exécutables d’être exécutés à leur tour.

Nouveau

Mort

fin de run

start

thread élu par la JVM En cours d'exécution

Exécutable

délai de sleep écoulé interrupt

gestionnaire de tâches

sleep

Bloqué

Figure 15–5 États d’un thread

328

© Groupe Eyrolles, 2004

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

– Si le thread appelle la méthode de classe VOHHS, il passe dans l’état bloqué et repasse dans l’état exécutable quand la durée de repos s’est écoulée ou si la méthode LQWHUUXSW est appelée sur ce thread. – Après l’exécution de la dernière instruction du thread, il passe dans l’état mort et ne peut plus changer d’état. Pour exécuter à nouveau les instructions d’un thread mort, il faut créer une nouvelle instance du même thread puis appeler VWDUW sur ce nouvel objet.

Synchroniser les traitements sur les données partagées La synchronisation permet de désigner les blocs ou les méthodes qui ne doivent pas être exécuté(e)s simultanément, grâce au mot-clé V\QFKURQL]HG.

De la nécessité de synchroniser... La synchronisation est le plus souvent utilisée pour résoudre des problèmes de cohérence d’un objet modifié par un thread et lu par un autre en même temps. Soit un objet REMHW0RGLILDEOH auquel deux threads WKUHDG0RGLILFDWLRQ et WKUHDG/HFWXUH dans l’état exécutable tentent d’accéder, l’un en appelant la méthode PRGLILHU de cet objet, et l’autre en appelant la méthode OLUH. Comme vous ne pouvez contrôler ni le moment où le gestionnaire de tâches décidera d’exécuter l’un de ces deux threads, ni la durée pendant laquelle le thread élu aura le contrôle du microprocesseur, le laps de temps qu’accordera le gestionnaire de tâches au thread WKUHDG0RGLILFDWLRQ n’est donc pas forcément suffisant pour que ce thread ait le temps d’exécuter toutes les instructions de la méthode PRGLILHU . En repassant à l’état exécutable, le thread WKUHDG0RGLILFDWLRQ laissera dans ce cas les données de l’objet REMHW0RGLILDEOH dans un état incohérent, ce qui peut provoquer des erreurs au moment où le thread WKUHDG/HFWXUH interviendra pour accéder à cet objet avec sa méthode OLUH . Instructions exécutées par threadModification

Instructions exécutées par threadLecture objetModifiable

Données



cohérent

objetModifiable .modifier();

Il est possible de donner une priorité plus ou moins grande à un thread avec sa méthode VHW3ULRULW\, afin que le gestionnaire de tâches lui accorde un temps d’exécution plus ou moins long. Toutefois, ne jouez pas sur cette priorité pour forcer l’ordre d’exécution de plusieurs threads, car le fait de donner la plus grande priorité à un thread ne lui permet pas pour autant d’acquérir l’exclusivité du microprocesseur.

États des threads

threadModification threadLecture

exécutable exécutable

threadModification en cours d'exécution threadLecture exécutable objetModifiable Données

Temps

JAVA Priorités des threads



incohérent si l'appel à modifier n'est pas terminé objetModifiable .lire();

threadModification threadLecture

exécutable exécutable

threadModification exécutable threadLecture en cours d'exécution

Figure 15–6 Accès non synchronisé à un objet © Groupe Eyrolles, 2004

329

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Synchroniser avec synchronized

À RETENIR Tout objet peut être verrouillé Tout objet Java, quelle que soit sa classe, comporte un verrou qui peut être utilisé pour empêcher que deux threads aient un accès simultané à cet objet.

JAVA Synchronisation d’une méthode de classe V\QFKURQL]HG peut être utilisé comme modificateur d’une méthode d’instance ou de classe. Pour une méthode de classe, le même mécanisme de synchronisation est mis en œuvre à l’appel de la méthode, mais cette fois-ci en utilisant le verrou associé à sa classe.

Si vous n’avez pas en Java le moyen de contrôler le gestionnaire de tâches, vous avez en revanche la possibilité de synchroniser l’accès à un objet par deux threads concurrents, sans que ces threads aient besoin de se connaître l’un l’autre. La synchronisation se programme grâce au mot-clé V\QFKURQL]HG pour signaler qu’un thread doit verrouiller un objet avant d’exécuter un ensemble d’instructions accédant à cet objet. Comme l’accès au verrou (lock en anglais) d’un objet est exclusif, le thread qui obtient le premier le verrou d’un objet empêche les autres threads de verrouiller cet objet, tant qu’il ne l’a pas libéré. Le mot-clé V\QFKURQL]HG s’emploie soit comme instruction suivie d’un bloc d’instructions synchronisées sur un objet, soit comme modificateur d’une méthode pour synchroniser l’appel à cette méthode sur un objet de sa classe. V\QFKURQL]HG REMHW9HUURXLOOp ^ ,QVWUXFWLRQVV\QFKURQLVpHV VXUREMHW9HUURXLOOp `

V\QFKURQL]HG7\SH5HWRXUPHWKRGH ^ ,QVWUXFWLRQVV\QFKURQLVpHV VXUWKLV `

En incluant les appels aux méthodes PRGLILHU et OLUH dans des blocs sur l’objet REMHW0RGLILDEOH, les deux threads WKUHDG0RGLILFDWLRQ et WKUHDG/HFWXUH n’auront plus le droit d’accéder simultanément à l’objet REMHW0RGLILDEOH tant que l’un des deux blocs V\QFKURQL]HG n’a pas été entièrement exécuté (voir figure 15-7). Quand ces threads tentent d’exécuter leur bloc V\QFKURQL]HG REMHW0RGLILDEOH , deux cas de figure peuvent alors se présenter : • Soit l’objet REMHW0RGLILDEOH n’est pas verrouillé  : le thread en cours d’exécution acquiert alors un verrou sur cet objet et exécute les instructions du bloc V\QFKURQL]HG . Ce verrou reste en sa possession jusqu’à la fin du bloc V\QFKURQL]HG, même s’il repasse entre temps dans l’état exécutable  . À la fin de ce bloc , le thread libère le verrou sur l’objet REMHW0RGLILDEOH . • Soit l’objet REMHW0RGLILDEOH est déjà verrouillé  : si le thread en cours d’exécution n’est pas celui qui a verrouillé l’objet REMHW0RGLILDEOH , il passe dans l’état bloqué , tant que cet objet reste verrouillé. Une fois que le verrou sur l’objet est libéré , ce thread repasse dans l’état exécutable , ce qui lui laisse une nouvelle chance de pouvoir verrouiller l’objet REMHW0RGLILDEOH quand il sera exécuté . V\QFKURQL]HG

ASTUCE Objets immuables partagés entre threads Les objets immuables (immutable en anglais), comme ceux de classe MDYDODQJ6WULQJ ou ceux des classes d’emballage sont particulièrement intéressants en programmation multithread. Leurs données n’étant pas modifiables, ils peuvent être partagés sans risque entre différents threads, ce qui rend inutile toute synchronisation sur de tels objets.

330

© Groupe Eyrolles, 2004

objetModifiable Données

cohérent et non verrouillé

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.modifier (); } objetModifiable Données

incohérent mais verrouillé par threadModification

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.lire (); } objetModifiable Données

incohérent mais verrouillé par threadModification

États des threads

threadModification threadLecture

exécutable exécutable

threadModification en cours d'exécution threadLecture exécutable threadModification threadLecture

exécutable exécutable

threadModification exécutable threadLecture en cours d'exécution

threadModification threadLecture

exécutable bloqué

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.modifier(); } // Autres instructions...

threadModification en cours d'exécution threadLecture bloqué

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.modifier(); } // Autres instructions...

threadModification en cours d'exécution threadLecture exécutable

objetModifiable Données

cohérent et non verrouillé par threadModification

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.lire(); }

Légende

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

Instructions exécutées Instructions exécutées par threadModification par threadLecture

threadModification threadLecture

exécutable exécutable

threadModification exécutable threadLecture en cours d'exécution

objetModifiable verrouillé par threadModification

objetModifiable verrouillé par threadLecture

Figure 15–7 Accès synchronisé à un objet

Chat : synchroniser l’accès à la liste des participants Une des applications les plus courantes de la synchronisation concerne les applications Web qui partagent des objets entre plusieurs servlets ou plusieurs pages JSP. Par l’exemple, voyons le problème que peut soulever le fait de partager l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW de portée DSSOLFDWLRQ entre les pages FKDW DQQRQFHUDUULYHHMVS, FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS et FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS. © Groupe Eyrolles, 2004

331

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Ralentir l’exécution pour révéler un problème de synchronisation Même si les pages JSP qui partagent l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW fonctionnent sans problème apparent, elles peuvent en fait provoquer des erreurs si la page FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS et l’une des deux autres pages sont appelées simultanément. En effet, un serveur de servlets exécute chaque requête d’un client dans un thread séparé, ce qui lui permet de répondre en même temps aux requêtes de plusieurs clients. Si l’appel à la méthode VXSSULPHU sur l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW dans la page FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS est exécuté alors que la boucle IRU énumérant les participants de la page FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS n’est pas encore terminée, comment se déroulera la fin de l’énumération puisque l’ensemble SDUWLFLSDQWV&KDW aura été modifié entre temps ?

Les pages FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS et FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS sont décrites dans la section « Pages JSP de gestion du chat » au début du chapitre.

Le test de cette situation est difficile à réaliser car tout se joue en quelques millisecondes ; pour vous laisser le temps de retirer un utilisateur de la liste avec la page FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS, alors que vous accédez à la page FKDW OLUHSDUWLFLSDQWVMVS dans une autre fenêtre de navigateur ou avec une autre machine, le moyen le plus simple consiste à ralentir volontairement la boucle IRU de la page FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS en appelant la méthode VOHHS de la classe MDYDODQJ7KUHDG : Boucle d’énumération de la page FKDW OLUHSDUWLFLSDQWVMVS.

B

IRU ,WHUDWRULW SDUWLFLSDQWV&KDWLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^

Thread bloqué pendant 30 secondes pour vous laisser le temps de tester la modification de la liste des participants.

B

7KUHDGVOHHS   8WLOLVDWHXU)RUXPSDUWLFLSDQW  8WLOLVDWHXU)RUXP LWQH[W ! XWLOLVDWHXU SVHXGRQ\PH  2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q(QWLWHV  SDUWLFLSDQWJHW3VHXGRQ\PH ! DXWRULVDWLRQ  SDUWLFLSDQWJHW$XWRULVDWLRQ !! `!

Un fois ainsi modifié le fichier FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS, vous pouvez provoquer une erreur à l’aide d’un seul ordinateur en respectant la procédure suivante : 1 Ouvrez deux fenêtres de navigateur. 2 Dans une des deux fenêtres, identifiez-vous sur le forum puis lancez l’applet de chat. 3 Dans la barre d’adresse de l’autre fenêtre, saisissez directement l’URL de la page FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS (par exemple en tapant http:// 127.0.0.1:8080/forum/chat/lireparticipants.jsp). 4 Fermez rapidement (vous avez 30 secondes tout de même !) la fenêtre du chat pour provoquer l’appel à la page FKDWDQQRQFHUGHSDUWMVS. 5 Une fois écoulé le délai d’attente dans la boucle IRU de la page FKDW OLUHSDUWLFLSDQWVMVS, une erreur sera provoquée sur le serveur, qui vous renverra la trace de la pile d’exécution de la figure 15-8. 332

© Groupe Eyrolles, 2004

Figure 15–8 Erreur d’accès à l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW sans synchronisation

Synchronisation des pages de gestion de la liste des participants

ASTUCE Vérifier l’effet de la synchronisation

Pour synchroniser l’accès à l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW, il faut ajouter les blocs V\QFKURQL]HG adéquats dans les pages FKDWDQQRQFHUDUULYHHMVS, FKDW DQQRQFHUGHSDUWMVS et FKDWOLUHSDUWLFLSDQWVMVS. Ces modifications sont effectuées dans une nouvelle version de ces fichiers rangés dans le dossier FKDWOLYH, où seront mises aussi les pages JSP relatives à la synchronisation sur la liste des messages, étudiées dans la suite de ce chapitre.

En laissant l’appel à la méthode VOHHS dans la boucle IRU comme précédemment, vous pourrez vérifier l’effet de la synchronisation dans la page FKDWOLYHOLUHSDUWLFLSDQWVMVS. Notez au passage qu’un thread endormi conserve les verrous qu’il a acquis.

CHAT chatlive/annoncerarrivee.jsp #SDJHLPSRUW MDYDXWLO ! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQGDWHOHFWXUHPHVVDJHVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI! V\QFKURQL]HG SDUWLFLSDQWV&KDW ^

3

Début du traitement synchronisé sur l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW.

SDUWLFLSDQWV&KDWDMRXWHU XWLOLVDWHXU)RUXP 

3

Ajout de l’utilisateur à l’ensemble des participants.

`!

3

Fin du traitement synchronisé

V\QFKURQL]HG SDUWLFLSDQWV&KDW ^

3

Début du traitement synchronisé sur l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW.

IRU ,WHUDWRULW SDUWLFLSDQWV&KDWLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^ 8WLOLVDWHXU)RUXPSDUWLFLSDQW   8WLOLVDWHXU)RUXP LWQH[W !

3

Énumération des participants au FKDW.

GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDWVHW7LPH QHZ'DWH JHW7LPH ! MVSIRUZDUGSDJH DMRXWHUPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH WH[WHYDOXH  $UULY?XHH!! MVSIRUZDUG!

CHAT chatlive/lireparticipants.jsp "[POYHUVLRQ "! #SDJHFRQWHQW7\SH DSSOLFDWLRQ[POFKDUVHW 87) LPSRUW FRPHWHNVIRUXP FRPHWHNVRXWLOV MDYDXWLO ! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI! XWLOLVDWHXUV!

© Groupe Eyrolles, 2004

333

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

3

Cette trace de la pile d’exécution vous informe que l’appel de la méthode QH[W a provoqué une exception de classe MDYDXWLO &RQFXUUHQW0RGLILFDWLRQ([FHSWLRQ. La documentation de cette classe vous indique que ce type d’exception est déclenché parce qu’il est interdit à un thread de modifier une collection pendant qu’un autre thread est en train d’énumérer les éléments de celle-ci (it is not permissible for one thread to modify a collection while another thread is iterating over it).

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Fin du traitement synchronisé.

B

XWLOLVDWHXU SVHXGRQ\PH  2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q(QWLWHV  SDUWLFLSDQWJHW3VHXGRQ\PH ! DXWRULVDWLRQ  SDUWLFLSDQWJHW$XWRULVDWLRQ !! ` `! XWLOLVDWHXUV!

CHAT chatlive/annoncerdepart.jsp #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI! V\QFKURQL]HG SDUWLFLSDQWV&KDW ^

Début du traitement synchronisé sur l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW.

B

Suppression de l’utilisateur de l’ensemble des participants.

B

SDUWLFLSDQWV&KDWVXSSULPHU XWLOLVDWHXU)RUXP 

Fin du traitement synchronisé.

B

`! MVSIRUZDUGSDJH DMRXWHUPHVVDJHMVS! MVSSDUDPQDPH WH[WHYDOXH  '?XHSDUW!! MVSIRUZDUG!

JAVA 5.0 Paquetage java.util.concurrent De nombreuses classes de gestion avancée des threads (pools de threads, sémaphores, variables atomiques...) ont été ajoutées à Java 5.0 dans le paquetage MDYDXWLOFRQFXUUHQW et ses sous-paquetages. B http://lroux.developpez.com/article/java/tiger/

Synchroniser les traitements dans un ordre déterminé V\QFKURQL]HG permet d’empêcher plusieurs threads d’exécuter en parallèle un ensemble d’instructions, que ces threads se connaissent ou non. Maintenant, comment assurer que ces threads seront exécutés dans un certain ordre s’ils s’ignorent les uns les autres ? Par exemple, comment un thread WKUHDG0RGLILFDWLRQ qui a modifié les données d’un objet REMHW0RGLILDEOH peut-il prévenir un autre thread WKUHDG/HFWXUH en attente que de nouvelles données sont disponibles ?

Synchroniser avec wait et notify Le recours aux méthodes ZDLW, QRWLI\ et QRWLI\$OO de la classe MDYDODQJ2EMHFW est la meilleure solution pour synchroniser dans un ordre déterminé l’exécution de plusieurs threads qui ne se connaissent pas. Ces méthodes sont liées au verrou de synchronisation que possède chaque objet Java. API JAVA Méthodes wait et notify de la classe java.lang.Object Description

Méthode

Met en attente volontairement le thread en cours SXEOLFYRLGZDLW WKURZV,QWHUUXSWHG([FHSWLRQ d’exécution sur un objet verrouillé (avec éventuelle- SXEOLFYRLGZDLW ORQJ WLPHRXW0LOOLV WKURZV,QWHUUXSWHG([FHSWLRQ SXEOLFYRLGZDLW ORQJ WLPHRXW0LOOLVLQW QDQRV  ment un délai maximum d’attente) WKURZV,QWHUUXSWHG([FHSWLRQ

Réveille les threads en attente sur un objet verrouillé SXEOLFYRLGQRWLI\

SXEOLFYRLGQRWLI\$OO

334

© Groupe Eyrolles, 2004

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

Quand la méthode ZDLW est appelée sur un objet REMHW0RGLILDEOH verrouillé , le thread en cours d’exécution passe dans l’état en attente sur cet objet et libère le verrou qu’il a acquis sur cet objet  (contrairement à un appel à la méthode VOHHS de MDYDODQJ7KUHDG qui ne libère pas ce verrou). Comme l’objet est déverrouillé, un autre thread peut alors obtenir un verrou sur l’objet REMHW0RGLILDEOH  et se synchroniser sur celui-ci.

Instructions exécutées par threadModification

Instructions exécutées par threadLecture objetModifiable

Données

non verrouillé

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.wait (); objetModifiable.lire (); } objetModifiable Données

non verrouillé

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.modifier(); objetModifiable.notify(); // Autres instructions... }

exécutable exécutable

threadModification exécutable threadLecture en cours d'exécution

threadModification threadLecture

exécutable en attente

threadModification en cours d'exécution threadLecture exécutable

objetModifiable

verrouillé

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.modifier(); objetModifiable.notify(); // Autres instructions... } objetModifiable Données

threadModification threadLecture

threadModification en cours d'exécution threadLecture en attente

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.modifier(); objetModifiable.notify(); // Autres instructions... } Données

États des threads

non verrouillé

synchronized (objetModifiable) { objetModifiable.wait(); objetModifiable.lire(); }

threadModification threadLecture

exécutable bloqué

threadModification en cours d'exécution threadLecture bloqué

threadModification threadLecture

exécutable exécutable

threadModification exécutable threadLecture en cours d'exécution

Figure 15–9 Accès synchronisé à un objet avec wait et notify

© Groupe Eyrolles, 2004

335

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

ATTENTION wait et notify s’emploient avec synchronized Les méthodes ZDLW, QRWLI\ et QRWLI\$OO ne peuvent être appelées que sur un objet verrouillé par le thread en cours d’exécution, c’est-àdire dans une méthode ou un bloc V\QFKURQL]HG qui a verrouillé cet objet. Si ce n’est pas le cas, une exception de classe MDYDODQJ,OOHJDO0RQLWRU6WDWH([FHS WLRQ est déclenchée.

Après l’appel à la méthode ZDLW, un thread reste en attente jusqu’à ce que l’une des circonstances suivantes survienne : • Le délai donné en argument à ZDLW s’est écoulé. Par défaut, ce délai est infini. • Un autre thread a appelé la méthode QRWLI\$OO sur l’objet REMHW0RGLILDEOH. • Un autre thread a appelé la méthode QRWLI\ sur l’objet REMHW0RGLILDEOH , et le thread en attente a été choisi par la JVM parmi tous ceux en attente sur cet objet. • Un autre thread appelle la méthode LQWHUUXSW sur le thread en attente pour le réveiller. Notez que, dans ce cas, les deux threads ne s’ignorent pas, puisque le thread qui réveille l’autre doit avoir une référence sur ce dernier. Le thread en attente passe alors dans l’état exécutable et essaye de verrouiller à nouveau l’objet REMHW0RGLILDEOH quand vient son tour d’être exécuté  . Aussitôt qu’il obtient le verrou  , il peut alors continuer son exécution dans le même état qu’avant l’appel à ZDLW.

Chat : synchroniser l’envoi des nouveaux messages aux applets Le partage de l’objet PHVVDJHV&KDW de portée DSSOLFDWLRQ entre les pages FKDW DMRXWHUPHVVDJHMVS et FKDWOLUHPHVVDJHVMVS pose le même problème qu’avec l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW. Cependant, au lieu d’ajouter de simples synchronisations à ces pages JSP, nous allons les modifier afin que la page qui énumère les messages soit capable de générer un flux continu de données ; ce flux sera alimenté par les nouveaux messages enregistrés au fur et à mesure dans l’ensemble PHVVDJHV&KDW grâce à la page d’ajout de message. L’applet de chat sera finalement modifiée afin qu’elle ne se connecte qu’une seule fois au flux de données, et qu’elle soit capable de mettre à jour à l’écran la liste des messages au fur et à mesure que de nouveaux messages arrivent du serveur. REGARD DU DÉVELOPPEUR Synchronisation des messages du forum L’accès aux messages du forum nécessite-il d’être synchronisé lui aussi ? Bien sûr, puisque les pages JSP du forum peuvent être exécutées simultanément elles aussi ! Toutefois, cette synchronisation est réalisée de fait par la base de données elle-même. Les pages JSP du forum qui peuvent être appelées par des requêtes concurrentes prennent soin aussi de ne partager aucune donnée et, par exemple, la liste des sujets de la page d’accueil ou celles des messages d’un sujet sont relues à chaque requête des clients (il serait possible de gérer une sorte de mémoire cache de ces listes, mais ceci sort du propos de cet ouvrage). C’est aussi pour des raisons de concurrence d’accès que les classes du forum accédant au SGBDR ne cherchent pas, d’une requête à l’autre, à réutiliser les instructions précompilées dont elles ont besoin (voir le chapitre 11 « Connexion à la base de données avec JDBC »).

336

© Groupe Eyrolles, 2004

ATTENTION Deadlocks

La synchronisation avec les méthodes ZDLW et QRWLI\$OO est utilisée dans le cas présent pour qu’un thread qui exécute la page FKDWOLYHDMRXWHUPHVVDJHMVS puisse prévenir  les threads exécutant la page FKDWOLYHOLUHPHVVDJHVMVS qu’un nouveau message est arrivé sur le serveur. Ces deux pages se synchronisent sur le même objet SDUWLFLSDQWV&KDW   que les pages JSP relatives à la gestion des participants au chat, car l’accès à cet objet est nécessaire, pour déterminer si un utilisateur donné est toujours présent sur le chat  et continuer ou non à lui envoyer des messages.

Évitez quand c’est possible de multiplier les objets verrous afin d’éviter les interblocages ou deadlocks entre threads : un deadlock peut survenir quand, par exemple, deux threads restent dans l’état bloqué parce que l’un d’eux attend qu’un objet soit déverrouillé par le second, alors que le second attend qu’un autre objet soit déverrouillé par le premier thread. C’est à vous de faire attention qu’un deadlock ne survienne pas.

CHAT chatlive/ajoutermessage.jsp #SDJHLPSRUW FRPHWHNVIRUXP MDYDXWLO ! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQPHVVDJHVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI! V\QFKURQL]HG SDUWLFLSDQWV&KDW  ^

3

Début du traitement synchronisé sur l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW.

IRU ,WHUDWRULW PHVVDJHV&KDWLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^ 0HVVDJH)RUXPPHVVDJH  0HVVDJH)RUXP LWQH[W  LI 6\VWHPFXUUHQW7LPH0LOOLV  PHVVDJHJHW'DWH&UHDWLRQ JHW7LPH !  LWUHPRYH  `! MVSXVH%HDQLG PHVVDJHFODVV FRPHWHNVIRUXP0HVVDJH)RUXP! MVSVHW3URSHUW\QDPH PHVVDJHSURSHUW\  ! PHVVDJHVHW$XWHXU XWLOLVDWHXU)RUXP ! MVSXVH%HDQ! PHVVDJHV&KDWDMRXWHU PHVVDJH 

3

Suppression des messages datés de plus de 5 minutes.

3

Ajout du message à l’ensemble des messages.

SDUWLFLSDQWV&KDWQRWLI\$OO 

3

Notification aux threads en attente.

`!

3

Fin du traitement synchronisé.

3

Boucle de production du flux continu.

V\QFKURQL]HG SDUWLFLSDQWV&KDW  ^

3

Début du traitement synchronisé sur l’objet SDUWLFLSDQWV&KDW.

LI SDUWLFLSDQWV&KDWFRQWLHQW XWLOLVDWHXU)RUXP  EUHDN

3

Si l’utilisateur ne participe plus au chat, arrêt de la boucle produisant le flux de données continu.

RXWFOHDU%XIIHU  !"[POYHUVLRQ "!

3

Effacement des données dans la mémoire tampon du flux de la réponse.

CHAT chatlive/liremessages.jsp #SDJHFRQWHQW7\SH DSSOLFDWLRQ[POFKDUVHW 87) LPSRUW FRPHWHNVIRUXP FRPHWHNVRXWLOV MDYDXWLO ! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQPHVVDJHVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQGDWHOHFWXUHPHVVDJHVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQSDUWLFLSDQWVFKDWMVSI! #LQFOXGHILOH :(%,1)MVSIEHDQXWLOLVDWHXUIRUXPMVSI! ZKLOH WUXH 

© Groupe Eyrolles, 2004

337

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

Synchronisation des pages de gestion de la liste des messages

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

PHVVDJHV! IRU ,WHUDWRULW PHVVDJHV&KDWLWHUDWRU LWKDV1H[W  ^ 0HVVDJH)RUXPPHVVDJH  0HVVDJH)RUXP LWQH[W  'DWHGDWH0HVVDJH PHVVDJHJHW'DWH&UHDWLRQ  LI GDWH0HVVDJHDIWHU GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDW ^! PHVVDJHGDWH&UHDWLRQ  GDWH0HVVDJHJHW7LPH ! DXWHXU  2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q(QWLWHV PHVVDJHJHW$XWHXU !!  2XWLOV&KDLQHFRQYHUWLU(Q(QWLWHV PHVVDJHJHW7H[WH ! PHVVDJH! ` ` GDWH/HFWXUH0HVVDJHV&KDWVHW7LPH 6\VWHPFXUUHQW7LPH0LOOLV ! PHVVDJHV!

Écriture d’un symbole de séparation entre deux documents XML.

B

RXWZULWH  

Écriture des données en mémoire tampon.

B

RXWIOXVK !

Attente des messages suivants.

B

SDUWLFLSDQWV&KDWZDLW 

Fin du traitement synchronisé.

B

`!

POUR ALLER PLUS LOIN Produire un seul document XML et l’analyser avec SAX L’utilisation d’un analyseur SAX côté client pourrait paraître plus judicieuse car il permettrait de produire côté serveur le flux d’un seul document XML qui serait analysé au fur et à mesure de l’arrivée des données dans le flux. Cependant, l’analyseur SAX de la bibliothèque standard Java utilise d’office une mémoire tampon à la lecture du document XML, qui provoque une analyse des données bloc par bloc et empêche l’affichage des messages aussitôt qu’ils sont reçus par l’applet cliente.

La page FKDWOLYHOLUHPHVVDJHVMVS ne produit pas le flux d’un seul document XML, comme cela pourrait sembler normal, mais le flux de plusieurs documents , à raison d’un par cycle . Ce format de données est imposé par la méthode OLUH0HVVDJHV;0/ de la classe FRPHWHNVIRUXP $QDO\VHXU;0/)RUXP : cette méthode qui est appelée par l’applet pour lire les messages d’un document XML n’est en effet capable d’analyser que des document XML bien formés se terminant par une balise de fin PHVVDJHV!. Pour assurer que chaque document XML créé débute bien par le prologue "[PO YHUVLRQ "! dès le premier caractère , les blancs typographiques superflus sont éliminés de la mémoire tampon de la réponse grâce la méthode FOHDU%XIIHU . Les nouveaux messages sont ensuite produits et un symbole nul est écrit afin de faciliter le repérage de la fin du document par l’applet cliente. La mémoire tampon de la réponse est finalement écrite sur le flux de données pour que l’applet reçoive immédiatement le document XML. REGARD DU DÉVELOPPEUR notify ou notifyAll Il faut utiliser dans le cas présent la méthode QRWLI\$OO plutôt que QRWLI\, car il est possible que plusieurs threads soient en attente, étant donné que le serveur Web lance un thread séparé pour chaque requête d’un client afin d’y répondre simultanément. Si la méthode QRWLI\ était appelée, un seul thread, choisi au hasard, serait prévenu et donc une seule applet cliente recevrait les mises à jour.

338

© Groupe Eyrolles, 2004

15 – Messagerie instantanée avec la programmation multitâche

Applet de lecture du flux continu de messages Au lieu de demander à intervalle régulier la liste des nouveaux messages stockées sur le serveur, la nouvelle version de l’applet de chat doit se connecter au flux de données continu renvoyé par la page FKDWOLYHOLUHPHVVDJHVMVS, et lire les nouveaux messages au fur et à mesure qu’ils arrivent. Ces opérations sont réalisées dans une sous-classe de FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW  où la méthode OLUH0HVVDJHV est redéfinie , la référence aux nouvelles pages JSP du dossier FKDWOLYH s’effectuant dans la nouvelle page FKDWOLYHMVS. CHAT com/eteks/forum/AppletChatLive.java SDFNDJHFRPHWHNVIRUXP LPSRUWMDYDLR  SXEOLFFODVV$SSOHW&KDW/LYHH[WHQGV$SSOHW&KDW ^

3

Sous-classe de FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW.

3

Redéfinition de la méthode de la super-classe.

3

Connexion à la page JSP renvoyant le flux de messages.

%\WH$UUD\2XWSXW6WUHDPE\WHV QHZ%\WH$UUD\2XWSXW6WUHDP  LQWE ZKLOH E IOX[/HFWXUHUHDG   

3

Création d’une mémoire tampon d’octets.

3

Boucle de lecture des octets du flux.

LI E  E\WHVZULWH E 

3

Ajout à la mémoire tampon des octets lus qui ne sont pas le caractère de séparation des documents XML.

HOVH ^ E\WH>@RFWHWV/XV E\WHVWR%\WH$UUD\  ,QSXW6WUHDPIOX[2FWHWV  QHZ%\WH$UUD\,QSXW6WUHDP RFWHWV/XV 

DIILFKHU0HVVDJHV;0/ IOX[2FWHWV  E\WHVUHVHW  ` ` ILQDOO\ ^ IOX[/HFWXUHFORVH  ` ` `

3

Si le symbole de séparation est rencontré...

3

... récupération du tableau d’octets lus et affichage des messages.

3

Vide la mémoire tampon, avant de lire la suite.

SXEOLFYRLGOLUH0HVVDJHV WKURZV,2([FHSWLRQ ^ ,QSXW6WUHDPIOX[/HFWXUH FRQQHFWHU JHW3DUDPHWHU OLUH0HVVDJHV  WU\ ^

Après s’être connectée à la page JSP , la méthode lit en boucle  les octets reçus sur le flux de données en les stockant  dans une mémoire tampon de classe MDYDLR%\WH$UUD\2XWSXW6WUHDP . Chaque fois qu’un symbole de séparation signalant la fin d’un document XML est lu , les octets en mémoire tampon sont récupérés , puis les messages qu’il contient sont analysés et affichés grâce à la méthode DIILFKHU0HVVDJHV;0/ en lui passant un flux de données alimenté à partir des octets lus . © Groupe Eyrolles, 2004

339

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Page de lancement de l’applet Le lancement de la version synchronisée du module de chat s’effectue grâce à la page FKDWOLYHMVS dont la balise DSSOHW fait référence à la classe FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW/LYH et aux pages JSP stockées dans le dossier FKDWOLYH. CHAT chatlive.jsp #SDJHHUURU3DJH HUUHXUMVS! KWPO!KHDG!WLWOH!&KDWOLYHWLWOH!KHDG! ERG\!FHQWHU!K!&KDWOLYHK!

Inclut la barre de navigation.

B

MVSLQFOXGHSDJH :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS!EU!

Balise DSSOHW utilisant la classe FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW/LYH installée dans le sous-dossier FODVVHV.

B

DSSOHWFRGH FRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW/LYHFRGHEDVH FODVVHV ZLGWK KHLJKW !

Liste des pages JSP nécessaires à l’applet pour faire appel au serveur.

B

SDUDPQDPH SDUDPQDPH SDUDPQDPH SDUDPQDPH SDUDPQDPH

DQQRQFHU$UULYHHYDOXH DQQRQFHU'HSDUWYDOXH DMRXWHU0HVVDJHYDOXH OLUH3DUWLFLSDQWVYDOXH OLUH0HVVDJHVYDOXH

FKDWOLYHDQQRQFHUDUULYHHMVS! FKDWOLYHDQQRQFHUGHSDUWMVS! FKDWOLYHDMRXWHUPHVVDJHMVS! FKDWOLYHOLUHSDUWLFLSDQWVMVS! FKDWOLYHOLUHPHVVDJHVMVS!

S!3RXUXWLOLVHUOHFKDWYRXVGHYH]LQVWDOOHUHWDXWRULVHU DKUHI KWWSMDYDVXQFRPJHWMDYD!-DYDD!S! DSSOHW! FHQWHU!ERG\!KWPO!

REGARD DU DÉVELOPPEUR Programmation synchronisée La programmation de la synchronisation des threads est une tâche ardue, sur laquelle vous passerez sûrement du temps... Pour bien l’utiliser, il faut bien s’imaginer par quels états vont passer les threads, quelle implication aura l’utilisation des méthodes ZDLW et QRWLI\ sur l’ordre d’exécution des instructions du programme, tout en gardant bien à l’esprit que ces méthodes ne peuvent être appelées que sur des objets verrouillés. Le piège le plus classique est de se retrouver avec un deadlock parce que les threads sont tous en attente après avoir appelé la méthode ZDLW.

340

Pour permettre aux utilisateurs d’utiliser cette nouvelle version du chat, il reste finalement à remplacer le lien vers la page FKDWMVS par un lien vers la nouvelle page FKDWOLYHMVS dans la barre de navigation du forum créée par la page JSP :(%,1)MVSIQDYLJDWLRQMVS : WGDOLJQ FHQWHU! DKUHI FUHHUVXMHWMVS!1RXYHDXVXMHWD! DKUHI FKDWOLYHMVS!&KDWD! WG!

En résumé... Dans ce dernier chapitre, nous avons vu comment ajouter au forum de discussion un module de chat qui a recours à la programmation multithread, autant côté client pour rendre l’interface utilisateur d’une applet plus réactive, que côté serveur pour synchroniser le partage d’informations entre des pages JSP qui sont exécutées simultanément.

© Groupe Eyrolles, 2004

Annexes A. Types de licences logicielles De nombreuses classes Java développées par des entreprises ou des particuliers sont disponibles sur Internet ou sur des CD-Rom de démonstration. Que le code source de ces classes soit disponible ou non, n’oubliez pas qu’elles sont utilisables uniquement sous les conditions de la licence concédée même si celle-ci n’est pas citée. Suite à l’essor des logiciels libres (free en anglais à ne pas confondre avec gratuit !), on distingue aujourd’hui quatre grandes catégories de logiciels : • Les logiciels du domaine public. Ces logiciels peuvent être utilisés, modifiés et distribués complètement librement, leur(s) auteur(s) ayant abandonné leurs droits. • Les logiciels libres distribués sous license Apache ou GNU LGPL. Ces logiciels peuvent être utilisés, modifiés et distribués en respectant certaines conditions assez peu contraignantes. Vous pouvez notamment réutiliser les classes ou les bibliothèques distribuées sous cette licence dans des logiciels non libres ou propriétaires (voir aussi http://www.apache.org/foundation/licence-FAQ.html pour plus de détails). • Les logiciels libres distribués sous license GNU GPL. Contrairement aux logiciels précédents, vous ne pouvez réutiliser les classes ou les bibliothèques distribuées sous cette licence que dans des logiciels libres eux aussi et disponibles sous une licence comparable. Ceci vous interdit donc de les réutiliser dans des logiciels propriétaires (voir aussi http://www.gnu.org/philosophy/philosophy.fr.html pour plus de détails) • Les logiciels propriétaires. Ces logiciels ne peuvent être généralement réutilisés que sous certaines conditions contraignantes même s’ils sont distribués gratuitement. C’est la licence par défaut. En cas de doute sur la licence des classes que vous désirez réutiliser dans votre programme, écrivez à son auteur pour plus d’information. Si vous avez l’intention de distribuer vos propres classes, n’hésitez pas à opter pour l’une des licences précédentes.

© Groupe Eyrolles, 2004

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

B. Fichiers du forum de discussion Les fichiers nécessaires au fonctionnement du forum et du chat sont organisés sous forme d’une application Web Java, ce que montre la figure ci-dessous. Fichiers de l'application Web forum.war Pages JSP du forum et du chat

Fichiers .class générés par javac Classes de l'applet de chat

Classes de l'application Web

Ne sont représentés dans la figure que les fichiers du dossier de développement strictement nécessaires au forum. L’application Web du forum n’a pas besoin de fichier de description :(%,1)ZHE[PO.

Bibliothèque non standard

Mise en route du forum Il suffit de déposer le fichier IRUXPZDU dans le dossier ZHEDSSV de Tomcat pour déployer le forum.

342

La génération du fichier IRUXPZDU de l’application Web est effectuée grâce au fichier de commandes EXLOGIRUXPVK. Celui-ci effectue les actions suivantes : 1 Compilation des classes nécessaires à l’application Web en les rangeant dans le dossier IRUXP:(%,1)FODVVHV. 2 Compilation des classes nécessaires à l’applet de chat en les rangeant dans le dossier IRUXPFODVVHV. © Groupe Eyrolles, 2004

Annexes

3 Création du fichier d’archive ELQIRUXPZDU avec le contenu du dossier IRUXP.

Le fichier EXLOGIRUXPEDW contient les mêmes commandes avec des caractères ? à la place des caractères .

FORUM buildforum.sh MDYDFVRXUFHSDWKVUFGIRUXP:(%,1)FODVVHV XVUFFRPHWHNVIRUXP8WLOLVDWHXU)RUXPMDYD XVUFFRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH8WLOLVDWHXUV)RUXPMDYD XVUFFRPHWHNVIRUXP(QVHPEOH0HVVDJHV)RUXPMDYD XVUFFRPHWHNVRXWLOV0RW'H3DVVHMDYD XVUFFRPHWHNVRXWLOV2XWLOV&KDLQHMDYD MDYDFVRXUFHSDWKVUFGIRUXPFODVVHV XVUFFRPHWHNVIRUXP$SSOHW&KDW/LYHMDYD MDUFI0ELQIRUXPZDU&IRUXP

Le diagramme de classes UML ci-dessous présente les différentes classes du forum et du chat, avec leurs champs et/ou leurs méthodes principales. com.eteks.forum Utilisateur - pseudonyme - motDePasse - autorisation

UtilisateurForum

EnsembleUtilisateursForum - utilisateurs + + + +

ajouter(utilisateur) supprimer(utilisateur) contient(utilisateur) iterator()

+ rechercher(conn) + ajouter(conn)

ConnecteurForum -

Message -

auteur dateCreation sujet texte

driver chaineConnexion login password

+ getConnexion() + fermerConnexion() EnsembleMessagesForum

MessageForum - id + rechercher(conn) + ajouter(conn) + mettreAJour(conn)

AnalyseurXMLForum + lireUtilisateursXML(flux) + lireMessagesXML(flux)

- messages + + + +

ajouter(message) iterator() rechercherSujets(conn) rechercherMessagesSujet (conn,sujet)

AppletChat - texteMessages - saisieMessage + + + + + + + +

init() start() stop() annoncerArrivee() lireParticipants() lireMessages() envoyerMessage() annoncerDepart()

AppletChatLive + lireMessages()

com.eteks.outils MotDePasse + creer()

© Groupe Eyrolles, 2004

OutilsChaine + limiterLongueur(chaine,max) + convertirEnEntites(chaine) + convertirEnHTML(chaine)

343

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

C. Précisions sur les commentaires javadoc Un commentaire entre 

 est un commentaire MDYDGRF utilisé avant la déclaration d’une classe, d’une interface, d’un champ, d’une méthode ou d’un constructeur. Ce commentaire est un texte descriptif au format HTML suivi éventuellement de balises MDYDGRF précédées du caractère # comme #SDUDP ou #UHWXUQ. Par convention, un commentaire MDYDGRF répète le caractère à chaque début de ligne, caractère omis dans la documentation générée. B http://java.sun.com/j2se/javadoc/

Balise javadoc

Usage

#DXWKRUDXWHXU

Décrit l’auteur d’une classe ou d’une interface. Peut être répété pour citer plusieurs auteurs. Exemples : #DXWKRU$OIUHG'XSRQW #DXWKRU*HRUJHV'XUDQG

#YHUVLRQYHUVLRQ

Décrit la version d’une classe ou d’une interface. Exemple :

#VHH&ODVVH #VHH&ODVVHFKDPS #VHH&ODVVH&ODVVH #VHH&ODVVHPHWKRGH #VHH&ODVVHPHWKRGH W\SH3DUDP #VHH,QWHUIDFH #VHH,QWHUIDFHPHWKRGH

Crée dans la documentation générée un lien hypertexte vers une classe, une interface, un champ, une méthode ou un constructeur en rapport avec la classe, l’interface, le champ, la méthode ou le constructeur commenté. Exemples :

#SDUDPSDUDPHWUHFRPPHQWDLUH

Décrit un paramètre d’une méthode ou d’un constructeur. Exemple :

#UHWXUQFRPPHQWDLUH

Décrit la valeur retournée par une méthode. Exemple :

#H[FHSWLRQ&ODVVH([FRPPHQWDLUH

Décrit les circonstances dans lesquelles une méthode ou un constructeur est susceptible de déclencher l’exception de classe &ODVVH([. Exemple :

#YHUVLRQ

#VHHFRPHWHNVRXWLOV6HUYLFH6HUYLFH #VHHFRPHWHNVRXWLOV3D\DQW #VHHFRPHWHNVRXWLOV3D\DQWJHW3UL[

#SDUDPSUL[QRXYHDXSUL[GXSURGXLW #UHWXUQOHSUL[GHFHSURGXLW

#H[FHSWLRQMDYDODQJ,OOHJDO$UJXPHQW([FHSWLRQVLOH SDUDPHWUHHVWQHJDWLIRXSOXVJUDQGTXH

La première phrase d’un commentaire MDYDGRF est affichée dans le résumé de la documentation d’une classe. JAVA 5.0 Métadonnées ou annotations Les commentaires MDYDGRF sont exploitées par des applications Java spéciales appelées des doclets, dont le générateur de documentation au format HTML du JDK est le représentant le plus connu. Un outil comme XDoclet se sert de la possibilité de définir des balises personnalisées afin de simplifier la génération de fichiers de configuration Hibernate, J2EE... De façon similaire, les annotations introduites dans Java 5.0 permettent d’ajouter des informations déclaratives avant la déclaration d’une classe, d’un champ, d’une méthode ou d’un constructeur grâce à des balises qui débutent aussi par le symbole # (comme l’annotation #2YHUULGH placée avant une méthode redéfinie qui force MDYDF à vérifier sa signature). B http://xdoclet.sourceforge.net/ B http://adiguba.developpez.com/tutoriels/java/tiger/annotations/

344

© Groupe Eyrolles, 2004

Annexes

D. Contenu du CD-Rom d’accompagnement Le CD-Rom d’accompagnement contient les études de cas présentées dans cet ouvrage et les outils nécessaires à leur exécution, c’est-à-dire le JDK, MySQL et Tomcat. Ce CD-Rom contient aussi ConTEXT, un éditeur de textes pour écrire vos premiers programmes Java sous Windows, ainsi que JBuilder 2005 Foundation et Eclipse 3.1 deux des IDE les plus puissants du marché.

Études de cas de l’ouvrage Le dossier &$+,(5 contient un fichier compressé des études de cas de cet ouvrage à destination de chacun des systèmes sur lesquels elles ont été testés : • &DKLHU-DYD]LS pour Windows à décompresser avec l’outil de votre choix ou avec la commande MDU [I &DKLHU-DYD]LS (contient les fichiers de commandes EDW des applications) ; • &DKLHU-DYDWDUJ] pour Linux à décompresser avec la commande WDU[I] &DKLHU-DYDWDUJ] (contient les fichiers de commandes VK des applications) ; • &DKLHU-DYDGPJ pour Mac OS X à installer en lançant l’application Installation Cahier Java après avoir double-cliqué sur cette image de disque (contient les fichiers de commandes VK et les dossiers DSS des applications).

JDK Le dossier -'. contient les programmes d’installation du JDK version 1.5.0_06 pour Windows 98/ME/2000/XP et Linux x86, ainsi que la documentation des API de la version 1.5 du J2SE. L’installation du JDK et de sa documentation est décrite au chapitre 2.

Il est rappelé que le JDK est préinstallé sous Mac OS X.

MySQL Le dossier 0<64/ contient les programmes d’installation du SGBD MySQL version 5.0.18 pour Windows 95/98/ME/2000/XP, Linux x86 et Mac OS X, ainsi que le fichier P\VTOFRQQHFWRUMDYD]LS qui contient le driver JDBC MySQL/Connector J version 3.1.12. L’installation de MySQL et de son driver JDBC est décrite au chapitre 11 « Connexion à la base de données avec JDBC ».

Tomcat Le dossier 720&$7 contient le fichier MDNDUWDWRPFDW]LS d’installation de Tomcat pour tout système. L’installation et le lancement de Tomcat est décrite au chapitre 12 « Programmation Web avec les servlets, JSP et JavaBeans ». © Groupe Eyrolles, 2004

345

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

ConTEXT

ConTEXT est diffusé sur le CD-Rom d’accompagnement avec l’autorisation expresse de son auteur Eden Kirin. http://www.context.cx/

Le dossier &217(;7 contient le programme d’installation &RQ7(;7VHWXSH[H de l’éditeur ConTEXT version 0.98.3 pour Windows. ConTEXT est un éditeur gratuit suffisant pour débuter la programmation en Java ou pour éditer des programmes sur une configuration matérielle ancienne.

Installation Lancez ensuite le programme d’installation &RQ7(;7VHWXSH[H puis laissezvous guider. ConTEXT s’installe dans le dossier de votre choix.

Démarrage Lancez le programme Context. Si vous le désirez, le français peut être utilisé comme langue d’affichage en sélectionnant l’élément Environment options... du menu Options, puis en choisissant le français dans la liste proposé en bas de la boîte de dialogue affichée et en relançant l’éditeur. Sélectionnez Java comme langage par défaut de l’éditeur dans l’option Syntaxe de l’onglet Editeur de cette même boîte de dialogue pour que les nouveaux fichiers bénéficient de la coloration syntaxique Java.

Création des classes Comme ConTEXT est un éditeur de textes général, vous n’avez qu’à sélectionner l’élément Nouveau du menu Fichier pour créer une classe dans un nouveau fichier. 346

© Groupe Eyrolles, 2004

Annexes

Édition des classes Outre les outils classiques d’un éditeur que vous retrouverez dans le menu Edition, quelques outils sont mis à votre disposition dans le menu Format pour accélérer l’édition des classes : indentation en bloc de plusieurs lignes, mise en commentaire de code mais aussi l’option Insérer code depuis modèle qui permet de générer des portions de code en ne tapant que quelques lettres, par exemple pour créer une boucle à partir du mot IRU. La liste des modèles est disponible par le biais de l’élément Modèles de code... du menu Options.

ASTUCE Gérer les fichiers courants Le Panneau de fichiers de ConTEXT intègre un explorateur de fichiers, une liste de fichiers favoris et un historique qui vous aide à retrouver les fichiers dont vous vous servez le plus souvent. Il est aussi possible de créer de nouvelles listes personnalisées grâce aux éléments du menu Projet.

Compilation et exécution Si vous souhaitez compiler ou exécuter une application directement à partir de ConTEXT, vous devez construire les commandes MDYDF et MDYD correspondantes grâce aux outils de l’onglet Touches d’exécution de la boîte de dialogue Options d’environnement.

Borland JBuilder 2005 Foundation Le dossier -%8,/'(5 contient les programmes d’installation de l’IDE JBuilder 2005 Foundation de Borland pour Windows, Linux et Mac OS X. JBuilder 2005 Foundation est un IDE gratuit qui vous permet de développer des applications Java à caractère non commercial.

© Groupe Eyrolles, 2004

POUR ALLER PLUS LOIN JBuilder 2005 Developer et Enterprise JBuilder 2005 Developer et JBuilder 2005 Enterprise, versions plus riches en fonctionnalités, sont disponibles en version d’évaluation sur le site de Borland. Leurs possibilités apparaissent en grisé dans les menus de la version JBuilder 2005 Foundation. Les documentations annexes à JBuilder ne sont pas incluses sur le CD-Rom d’accompagnement.

347

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Systèmes supportés SOUS MAC OS X Installation sous Mac OS 10.4 Si le programme d’installation de JBuilder ne fonctionne pas sous Mac OS 10.4, configuré avec le JDK 1.5 par défaut, il vous faudra effectuer les ajustements suivants : dans l’application Java Preferences du dossier Applications/Utilitaires/Java/J2SE 5.0, positionnez l’élément J2SE 1.4.2 en tête de la liste Réglages de moteur d’exécution de l’application Java. Ensuite, dans une fenêtre de Terminal, modifier le JDK par défaut en lançant les commandes suivantes : FG6\VWHP/LEUDU\)UDPHZRUNV X-DYD90IUDPHZRUN9HUVLRQV VXGRUP&XUUHQW-'. VXGROQV&XUUHQW-'. Pour revenir par défaut au JDK 1.5, remplacer la dernière ligne par : VXGROQV&XUUHQW-'.

• Windows NT/2000/XP • Linux, notamment Red Hat Linux 7.3 ou Red Hat Enterprise Linux 2.1 • Mac OS X, version 10.3

Installation Sous Windows et Mac OS X, décompressez le fichier MEBIQEBV\VWHPH]LS avec l’outil de votre choix ou avec la commande (si vous avez installé le JDK) : MDU[IMEBIQGBV\VWHPH]LS

Sous Linux, décompressez le fichier choix ou avec la commande :

ME[BOLQX[WDUJ]

avec l’outil de votre

WDU[I]MEBIQGBOLQX[WDUJ]

Sous Windows, Linux et Mac OS X, lancez ensuite le programme d’installation LQVWDOO situé dans le dossier créé puis laissez-vous guider. JBuilder 2005 s’installe dans le dossier de votre choix avec les outils de développements Java.

Démarrage B.A.-BA Notion de projet au sein d’un IDE La notion de projet est très importante dans un IDE : elle correspond en fait à un dossier de développement dans lequel vous créez et compilez les fichiers source d’une application (ou de plusieurs) et regroupe toutes les options de compilation et d’exécution des commandes MDYDF et MDYD, qui sont lancées indirectement par les menus d’un IDE.

Lancez le programme Borland JBuilder 2005 Foundation. Au premier lancement, JBuilder vous demande si vous voulez associer à cet IDE les fichiers d’extension MDYD FODVV MSU et MS[ (les deux derniers sont relatifs à des fichiers propres à JBuilder). Des informations présentant JBuilder 2005 et les fichiers du projet :HOFRPH créé par défaut sont finalement affichés : vous pouvez les utiliser pour tester JBuilder ou simplement les ignorer.

Création d’un projet POUR ALLER PLUS LOIN Autres options d’un projet D’autres options sont disponibles sur un projet, comme celles relatives au formatage du code pour la position des accolades, l’indentation, la gestion des retours à la ligne... Vous retrouverez ces options dans la boîte de dialogue affichée en sélectionnant l’élément Propriétés du projet... du menu Projet.

348

Pour créer un projet, choisissez l’élément Nouveau projet... dans le menu Fichier. L’Expert projet (Project Wizard en anglais) qui s’affiche vous propose alors les trois étapes suivantes. 1 Choisir le nom de votre projet et le dossier dans lequel il sera enregistré. 2 Sélectionner les chemins où seront rangés les fichiers source MDYD, les fichiers FODVV, les fichiers générés par MDYDGRF, ainsi que les bibliothèques nécessaires à votre projet et le répertoire de travail dans lequel sera lancée la JVM pour exécuter votre application. 3 Choisir l’encodage des fichiers du projet et les valeurs de certains libellés MDYDGRF.

© Groupe Eyrolles, 2004

Annexes

JAVA 5.0 Utilisation de Java 5.0 dans JBuilder Pour utiliser les nouvelles fonctionnalités de Java 5.0 dans un projet JBuilder, il faut installer aussi le JDK 1.5 car JBuilder est fourni avec Java 1.4. Sélectionnez ensuite l’élément Propriétés du projet... du menu Projet, et affichez la section Chemins (Paths) dans la boîte de dialogue qui s’affiche. Cliquez sur le bouton ... en regard du JDK puis dans la boîte de dialogue Selection d’un JDK, cliquez sur le bouton Nouveau... pour spécifier le chemin d’installation du JDK 1.5. Dans la section Construction > Java des propriétés du projet, il faudra finalement choisir l’élément Java 2 SDK v 5.0 dans les listes déroulantes Fonctionnalités du language et VM cible.

Création des classes La création de classe s’effectue grâce à des experts qui vous guident en fonction du type de classe que vous désirez (classe simple, application, applet...). Les classes simples se créent grâce à l’élément Nouvelle classe... du menu Fichier qui lance une boîte de dialogue Expert classe dans laquelle vous renseignez l’identificateur de la nouvelle classe, son paquetage, sa super-classe et diverses options comme l’ajout d’une méthode PDLQ, l’implémentation automatique des méthodes abstraites... À la confirmation de cette boîte de dialogue, la classe est créée dans le dossier des sources du projet et les sous-dossiers correspondant à son paquetage sont créés automatiquement si nécessaire.

Édition des classes Outre les outils classiques d’un éditeur que vous retrouverez dans les menus Edition et Chercher, trois fonctionnalités sont particulièrement utiles pendant l’édition de vos classes : • la vérification syntaxique à la volée qui vous avertit des erreurs que vous avez faites ; • la complétion automatique qui vous propose les packages à importer, les méthodes disponibles sur un objet ou une classe... La complétion se déclenche soit volontairement grâce au raccourci clavier Ctrl + Espace, soit automatiquement dans certaines situations. Observez bien son comportement car c’est très probablement l’outil qui améliorera le plus votre productivité ; • les modèles de code Java (templates) qui permettent de générer des portions de code en ne tapant que quelques lettres, par exemple pour créer une boucle d’itération à partir du mot LWHU. Cette fonctionnalité s’obtient grâce au raccourci clavier Ctrl + J après avoir saisi l’un des mots de la liste des modèles disponibles. Cette liste est visible dans la section Editeur / Modèles / Java de la boîte de dialogue Préférences lancée par l’élément Préférences... du menu Outils.

POUR ALLER PLUS LOIN Menu Refactoring Les éléments du menu Refactoring vous permettent de renommer la classe, la méthode ou la variable en cours de sélection dans l’ensemble des fichiers MDYD d’un projet, mais aussi d’englober des instructions avec WU\FDWFK.

En cliquant sur l’onglet Bean d’une classe SXEOLF, vous accéderez à la fonctionnalité de l’outil BeansExpress. L’onglet Propriétés de cet outil permet de © Groupe Eyrolles, 2004

349

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

générer automatiquement les accesseurs JHW et les mutateurs VHW des propriétés de composants JavaBeans en cliquant sur les boîtes à cocher des colonnes getter et setter.

Compilation et exécution Il suffit d’utiliser les éléments du menu Projet pour compiler les fichiers MDYD d’un projet, et les éléments du menu Exécuter (Run en anglais) pour lancer une application ou la déboguer.

Conception de l’interface utilisateur Voir figure page 347.

JBuilder 2005 contient un outil de conception qui permet d’éditer interactivement l’interface utilisateur d’une application. Pour y accéder, cliquez sur l’onglet Conception d’une sous-classe de conteneur Swing (comme MDYD[VZLQJ-3DQHO ou MDYD[VZLQJ-)UDPH) de votre projet. S’affichent alors la liste des composants que vous pouvez ajouter à un conteneur, la structure hiérarchique des composants visualisés et la liste des propriétés disponibles sur le composant en cours de sélection, comme son identificateur, son layout, ses dimensions...

ATTENTION Dimensions des composants

Ajout de composants

La taille du conteneur affichée par l’outil de conception n’est pas forcément celle que vous obtiendrez au final. Si vous appliquez par exemple la méthode SDFN au conteneur, sa taille dépendra du layout choisi et des dimensions préférées des composants ajoutés au conteneur.

Pour construire une interface, sélectionnez le layout de votre conteneur grâce à sa propriété Layout, puis ajoutez-y les composants ou les sous-conteneurs de votre choix en cliquant sur leur icône et en cliquant soit dans leur conteneur à l’écran, soit sur l’identificateur de leur conteneur dans la structure hiérarchique des composants. La position d’un composant (:(67, &(17(5...) est gérée grâce à la propriété Constraints, si besoin est.

ATTENTION Style du code généré Pour que le modificateur d’accès des champs générés soit SULYDWH et que la structure générée pour les listeners d’événements utilise des classes anonymes, il faut modifier les options proposées par l’onglet Généré de la section Formatage des Propriétés du projet.

350

Le code Java qui correspond à l’interface est généré par l’outil de conception dans la classe en cours d’édition sous forme de champs et d’instructions incluses dans la méthode ME,QLW appelée par le constructeur de la classe. JBuilder vous autorise à éditer manuellement cette méthode si nécessaire. Ajout de listeners JBuilder facilite aussi la programmation événementielle en créant automatiquement la structure des listeners dont vous avez besoin : cliquez sur le composant sur lequel vous voulez ajouter un traitement événementiel, sélectionnez l’onglet Evénements à côté de l’onglet Propriétés, saisissez l’identificateur d’une méthode en regard de l’événement qui vous intéresse puis tapez sur Entrée. L’outil de conception vous positionne alors directement dans le bloc de la méthode que vous avez saisie et vous n’avez plus qu’à programmer les instructions du traitement !

© Groupe Eyrolles, 2004

Annexes

REGARD DU DÉVELOPPEUR JBuilder 2005 vs Eclipse JBuilder 2005 est un IDE simple à installer et à appréhender pour les débutants : il inclut le JDK 1.4.2, les versions francisées des erreurs de compilation MDYDF et de nombreux outils faciles d’accès. Certaines fonctionnalités comme la création d’applications Web ou d’EJB sont par contre disponibles uniquement dans les versions payantes. Eclipse est un IDE Open Source, offrant des fonctionnalités diverses grâce à de nombreux plug-ins inclus en standard. Il est de plus en plus utilisé en entreprise et sert de base à l’IDE WebSphere Studio d’IBM. JBuilder 2005 a un outil de conception d’interface utilisateur Swing que ne propose pas Eclipse en standard. Ces deux IDE incluent la gestion de CVS pour gérer l’archivage des fichiers d’une équipe. Pour information, JBuilder 2005 et Eclipse sont eux-mêmes des applications Java ; l’interface utilisateur de JBuilder 2005 est réalisée avec Swing, tandis que celle d’Eclipse est réalisée avec SWT, une bibliothèque de composants Java créée pour cet IDE. B http://www.borland.fr/jbuilder/ B http://www.eclipse.org/

Eclipse 3.1 Le dossier (&/,36( contient les programmes d’installation de l’IDE Eclipse version 3.1.1 pour Windows, Linux et Mac OS X. Eclipse est un IDE Open Source sur lequel est basé l’IDE WebSphere Studio d’IBM.

© Groupe Eyrolles, 2004

351

Les cahiers du programmeur Java 1.4 et 5.0

Systèmes supportés Pour des raisons de capacité, le CD-Rom contient une distribution spéciale d’Eclipse qui regroupe en un seul fichier compressé les versions d’Eclipse pour Windows, Linux et Mac OS X.

• Windows : Windows 98/ME/2000/XP • Linux : version GTK 2 pour x86 • Mac OS X : Mac OS 10.3

Installation Installez le JDK comme indiqué dans le chapitre 2, puis décompressez le fichier HFOLSVH6'.]LS avec l’outil de votre choix ou avec la commande : MDU[IHFOLSVH6'.]LS

Sous Linux, rendez la commande grâce à la commande :

HFOLSVH

du dossier

HFOLSVH

exécutable

FKPRG[HFOLSVHHFOLSVH

Vous pouvez franciser l’interface utilisateur d’Eclipse en installant un language pack disponible sur leur site.

Démarrage Lancez le programme Eclipse de votre système situé dans le dossier HFOLSVH (HFOLSVHH[H sous Windows, HFOLSVH sous Linux ou (FOLSVHDSS sous Mac OS X). Au premier lancement, Eclipse vous demande de renseigner le chemin de votre dossier de travail (Workspace) où seront rangés par défaut les projets. Une page d’accueil vous présentant les fonctionnalités d’Eclipse est finalement affichée.

Création d’un projet Pour créer un projet, choisissez l’élément Project... dans le sous-menu New du menu File. Après avoir sélectionné le type de projet Java Project, l’assistant (wizard) New Project qui s’affiche vous propose alors de choisir le nom de votre projet, le dossier dans lequel il sera enregistré, la version du JDK (5.0 ou autre) avec lequel il est compatible, ainsi que les sous-dossiers où seront rangés les fichiers source MDYD et les fichiers FODVV si vous désirez les séparer. Cet assistant permet aussi de sélectionner les sous-projets et les bibliothèques nécessaires à votre projet. POUR ALLER PLUS LOIN Autres options d’un projet D’autres options comme le chemin où sont rangés les fichiers générés par MDYDGRF et certaines options de compilation sont disponibles sur un projet. Vous retrouverez ces options dans la boîte de dialogue affichée en sélectionnant l’élément Properties... du menu Project. Les options communes à tous les projets comme celles relatives au formatage du code pour la position des accolades, l’indentation, la gestion des retours à la ligne... dépendent de la boîte de dialogue affichée en sélectionnant l’élément Preferences... du menu Window.

352

© Groupe Eyrolles, 2004

Annexes

Création des classes La création de classes s’effectue en sélectionnant l’élément Class... dans le sous-menu New du menu File (si l’élément Class... n’apparaît pas, sélectionnez l’élément Other... puis Class dans la liste qui s’affiche). L’assistant New Java Class qui s’affiche vous permet de renseigner l’identificateur de la nouvelle classe, son paquetage, sa super-classe et diverses options comme l’ajout d’une méthode PDLQ, l’implémentation automatique des méthodes abstraites... À la confirmation de cette boîte de dialogue, la classe est créée dans le dossier des sources du projet et les sous-dossiers correspondant à son paquetage sont créés automatiquement si nécessaire. Si Eclipse vous propose de passer en perspective Java, répondez par l’affirmative pour voir apparaître votre nouvelle classe dans la liste des classes de l’écran.

B.A.-BA Perspective Eclipse Eclipse propose différentes perspectives et vues sur un même projet : une perspective Resource pour visualiser les fichiers du projet, des perspectives Java pour visualiser les packages et les classes du projet ou leur contenu, des perspectives CVS... Le choix d’une perspective s’effectue grâce aux éléments du sous-menu Open perspective... du menu Window.

Édition des classes Outre les outils classiques d’un éditeur que vous retrouverez dans les menus Edit, deux fonctionnalités sont particulièrement utiles pendant l’édition de vos classes : • La complétion automatique qui ajoute automatiquement les clauses LPSRUW nécessaires à la saisie d’une classe, vous propose les méthodes disponibl